Modifié

Dessinateur "humaniste", Piem est décédé le jour de ses 97 ans

Piem photographié à Paris en janvier 2015. [Guillaume Souvant - AFP]
Le dessinateur humoristique Piem est décédé le jour de ses 97 ans / La Matinale / 1 min. / le 13 novembre 2020
Le dessinateur humoristique français Piem, qui croquait avec malice l'actualité dans l'émission des années 1970 "Le Petit rapporteur", est décédé jeudi, jour de son 97e anniversaire, a annoncé son fils Barrigue.

De son vrai nom Pierre Georges Marie de Barrigue de Montvallon, Piem était diplômé de l'Ecole nationale des Beaux-Arts. Il aimait à décliner en riant son nom d'artiste de la façon suivante: "Prodigieux, Irrésistible, Extraordinaire, Modeste".

Né le 12 novembre 1923 à Saint-Etienne, et bien qu'issu d'une famille ayant appartenu à la noblesse de robe d'Aix-en-Provence, cet artiste peintre affichait clairement ses idées de gauche. "Je n'ai jamais cessé d'être le vilain petit canard de la famille. Tous mes frères étaient bruns, moi j'étais roux", plaisantait souvent ce fumeur de pipe invétéré, troisième d'une fratrie de cinq enfants.

"Il n'était pas comme ça mon père!"

"C'est la génération de Wolinski, qui a été une sacrée équipe de dessinateurs et de créateurs", rappelle son fils aîné Barrigue vendredi dans La Matinale.

"En Suisse, il est connu énormément par rapport à la télévision", souligne le dessinateur bien connu des Romands. "Mais en France il était connu parce qu'il a été 36 ans dessinateur au Figaro, il a dessiné pour La Croix, il a fait énormément de livres d'humour. Les jeunes dessinateurs qui l'ont côtoyé me disent 'mais qu'est-ce qu'il était gentil, modeste'… Ils n'ont rien compris, il n'était pas comme ça mon père! je l'aime, mais il n'était pas comme ça!".

"Je n'ai pas de certitudes"

Reçu par l'animateur Jacques Bofford à la Radio suisse romande en 1987, Piem se présentait comme un dessinateur humaniste plutôt qu'engagé, mais sans certitudes.

>> A écouter, un extrait de l'interview de 1987 dans les archives de la RTS:

Piem sur le plateau de "La lorgnette" (Antenne 2). [Jean Pierre Leteuil - Ina/AFP]Jean Pierre Leteuil - Ina/AFP
Décès de Piem: extrait de son interview sur la RSR en 1987 / La Matinale / 1 min. / le 13 novembre 2020

La folle aventure du "Petit rapporteur"

Piem avait aussi "une vocation contrariée d'homme de spectacle", raconte le journaliste Pierre Bonte qui l'a côtoyé dans l'aventure du "Petit Rapporteur". "Pour se défouler, il se produisait le soir dans des music-halls ou des cabarets parisiens comme La Tête de l'Art où il commentait l'actualité à sa façon", poursuit-il.

C'est à Bobino, en 1974, où il faisait la première partie d'un spectacle de Jacques Martin qu'il avait été recruté par l'animateur pour entrer dans l'équipe de la nouvelle émission qu'il devait lancer sur TF1. Diffusée en direct, chaque dimanche entre janvier 1975 et juin 1976, "Le Petit Rapporteur" a marqué l'histoire de la télévision par son audace et son impertinence.

Piem y avait côtoyé Pierre Desproges, Daniel Prévost ou Stéphane Collaro. Doyen de la bande du haut de ses 51 ans, le caricaturiste était à l'époque surnommé "l'ancêtre" à l'antenne par Jacques Martin. Le concept du "Petit Rapporteur" avait été repris par la même équipe sur Antenne 2, sous le nom de "La Lorgnette", entre 1977 et 1978.

Piem vivait retiré depuis de longues années en Touraine, dans la petite commune de Notre-Dame-d'Oé. Il était commandeur de l'ordre des Arts et des Lettres.

oang avec l'afp

Publié Modifié