Modifié le 28 juin 2010 à 13:46

Prix Robert Walser à Marius Daniel Popescu

Marius Daniel Popescu compte faire traduire son livre. [jose-corti.fr]
Marius Daniel Popescu compte faire traduire son livre. [jose-corti.fr] [DR]
Le Prix Robert Walser pour le premier roman a été décerné cette année à l'écrivain roumain Marius Daniel Popescu installé à Lausanne pour son livre "La symphonie du loup".

Le président du jury Daniel Rothenbühler a déclaré au Matin que
le livre avait "subjugué par son style et sa narration".





Depuis sa création en 1978, c'est la première fois que le Prix
Walser est attribué à un écrivain de Suisse romande. Le prix Robert
Walser est un prix littéraire attribué par la ville de Bienne,
ville natale de l'écrivain Robert Walser, et par le canton de
Berne. Depuis 2004, il est décerné alternativement à une première
oeuvre en langue allemande et française. Il est doté de 20'000
francs suisses.

Deuxième ouvrage en vue

"C'est une très belle surprise", a confié samedi Marius Daniel
Popescu au Matin. Etabli à Lausanne en 1990, il est également
chauffeur aux Transports publics lausannois.





"Pour certains je suis un personnage un peu bizarre. Je suis
chauffeur de bus, Roumain, Gitan et un grand fêtard aussi",
explique l'écrivain né en 1963. Il se dit fier d'avoir réussi à
s'approprier la langue du pays dans lequel il vit. A son arrivée,
il ne parlait pas un mot de français.





Avec les 20'000 francs du prix, Marius Daniel Popescu espère
pouvoir faire traduire "La symphonie du loup" dans plusieurs
langues et prendre du temps pour son deuxième ouvrage.





ats/hof

Publié le 09 février 2008 à 17:00 - Modifié le 28 juin 2010 à 13:46

Les précédents lauréats

1978: Marianne Fritz pour "Schwerkraft der Verhältnisse" ("La Gravité des circonstances")

1981: Matthias Zschokke pour "Max"

1984: Michel Host pour "L'ombre, le fleuve, l'été"

1987: Werner Fritsch pour "Cherubim"

1990: Thomas Hettche pour "Ludwig muß sterben"

1993: Malika Wagner pour "Terminus Nord"

1995: Klaus Händl pour "Legenden"

1998: Frédérique Clémençon pour "Une saleté"

2001: Ueli Bernays pour "August"

2004: Thierry Hesse pour "Le cimetière américain"

2006: Monique Schwitter pour "Wenn's schneit beim Krokodil"