Modifié le 28 juin 2010 à 13:46

Le cinéma suisse victime de son succès

Le film "Grounding" de Michael Steiner, locomotive du cinéma suisse
Le film "Grounding" de Michael Steiner, locomotive du cinéma suisse [DR]
Les films suisses ont reçu 5,3 millions d'aide au succès de la part de l'Office fédéral de la culture. En raison du nombre record de spectateurs l'an dernier, le cinéma suisse n'a pas reçu le soutien financier sur lequel l'OFC s'était engagé.

A l'origine de deux autres films actuellement projetés en
salles, le producteur zurichois de «Grounding», C-Films, est
crédité du montant le plus important de sa catégorie, 270'000
francs, a indiqué vendredi l'Office fédéral de la culture (OFC)
dans un communiqué.

Le long métrage qui raconte les derniers jours de Swissair
rapporte également à son distributeur la plus forte aide de sa
catégorie. Filmcoopi, qui a fait tourner dans les salles douze
autres films suisses, reçoit 261'000 francs de Berne.





De tous les exploitants de salles obscures, c'est là encore un
Zurichois qui bénéficie du meilleur soutien. Arthouse Commercio
Movie, qui a présenté 24 films de référence en 2006, se verra
verser 114'000 francs.

Revers de la médaille

La médaille a toutefois son revers, relève l'OFC: le montant de
la contribution financière de la Confédération étant calculé sur la
base du nombre de billets vendus, l'office a été contraint de
réduire ses bonifications d'environ 25% ou de 1,9 million de
francs, par rapport à ce qu'il s'était engagé à verser.





D'après le plan de répartition de la Section du cinéma, 4,5
millions de francs étaient à la disposition de Succès Cinéma cette
année. Or, compte tenu du nombre d'entrées total réalisé, il
faudrait quelque 7,5 millions de francs pour pouvoir verser les
montants prévus dans l'ordonnance sur l'encouragement du cinéma. La
Section du cinéma a donc été contrainte de réduire ces montants de
25 à 40%.

Davantage d'entrées

Comme l'année précédente, une petite station de l'Oberland
bernois s'est montrée encore plus ouverte. En 2006, La Lenk a
proposé au public pas moins de 43 nouveaux films suisses, écrit
l'OFC. En Suisse romande, les Galeries du cinéma à Lausanne
arrivent en tête avec 23 films de référence, précise l'OFC.





Conséquence d'une offre de qualité plus large qu'à l'habitude, la
fréquentation des salles obscures a clairement augmenté dans les
trois régions linguistiques. Cela quand bien même la grande
majorité des nouveaux films sont germanophones.





La hausse a atteint 77% en Suisse romande, à 160'000 spectateurs.
Elle s'est montée à 70% en Suisse alémanique et à 55% au Tessin. En
Suisse romande, le succès est avant tout à mettre au crédit de
«Grounding» et de «Mein Name ist Eugen», deux films alémaniques
auxquels le public francophone a réservé un très bon accueil, note
l'OFC.

La tendance se poursuit

Et la tendance semble se poursuivre en 2007 avec la
programmation de «Vitus» et de «Herbstzeitlosen» (les mamies ne
font pas dans la dentelle) en version originale, ajoute l'office.
Le succès de ces films ne doit cependant pas occulter la nécessité
de renforcer les efforts de promotion des films suisses en Suisse
romande.





ats/ruc

Publié le 15 janvier 2008 à 22:35 - Modifié le 28 juin 2010 à 13:46

Davantage de locomotives

Au total, 1,6 million de spectateurs ont vu des films suisses en 2006: un record historique qui traduit une hausse de 9,6% par rapport à 2005.

Les années précédentes, le succès ou non du cinéma suisse était tributaire d'un ou deux titres.

En 2006 par contre, le succès a reposé sur cinq films d'orientation et de genre très différents qui ont fait entre 100'000 (»Jeune homme») et 380'000 entrées (»Grounding»).

Court-métrage à la peine

Alors que la fréquentation des documentaires s'est stabilisée en 2006 après une année 2005 décevante, les courts-métrages souvent présentés en avant-programme ont enregistré un recul sensible du nombre d'entrées, de 270'000 à quelque 75'000 spectateurs.