Modifié le 09 novembre 2019 à 11:57

La vie culturelle de trois capitales de l'Est 30 ans après la chute du mur

Wild Wild East, 3e étape: Belgrade
Wild Wild East, 3e étape: Belgrade [Céline Schumacher - RTS]
Le mur de la honte est tombé il y a 30 ans. Ses résonances, en termes de liberté d'expression ou d'idéal social et politique, restent d'actualité. A Belgrade, Bucarest et Tirana, la scène culturelle s'est reconstruite différemment sur ses débris. Reportage.

Comment la jeunesse d'Europe de l'Est s'est-elle construite sur les débris de la Guerre froide? Dans le cadre d'une opération spéciale intitulée "Wild Wild East", Couleur 3 a quitté ses studios pour partir en reportage notamment à Belgrade en Serbie, Bucarest en Roumanie et Tirana en Albanie, où cette jeune génération est-européenne a reconstruit une vie culturelle sur les débris de la chute du mur de Berlin.

Des espaces de liberté à Belgrade

On entend souvent dire de Belgrade qu'elle est une sorte de nouveau Berlin. Sa scène alternative est en fait bien antérieure à la chute du mur et elle a même été un exutoire pendant la guerre des Balkans pour bon nombre de Serbes. Mais comme dans toutes les grandes villes, il y a une vraie difficulté à ce que la scène alternative cohabite avec la gentrification, les régulations et les intérêts privés.

Rencontre avec celles et ceux qui continuent de se battre pour que cette scène existe. Et si elle est clairement menacée, la volonté de la jeunesse serbe de conserver des espaces de liberté reste viscérale.

>> A voir, le reportage de Couleur 3 en Serbie:

Belgrade et sa vie alternative menacée – Anne Flament et Florence Halazy - Wild Wild East
Play - Publié le 05 novembre 2019

Se réapproprier le patrimoine à Bucarest

En Roumanie, on vit la chute de la dictature communiste de Cauceascu dans le même temps que la chute du mur. A Bucarest aujourd'hui, si les jeunes semblent plutôt choisir la liberté de partir, d'autres trouvent plus grande encore celle de pouvoir rester pour réinvestir et se réapproprier la ville en employant le patrimoine passé pour le rendre vivant aujourd'hui.

>> A voir, le reportage de Couleur 3 en Roumanie:

Wild Wild East - Bucarest
Wild wild east - Publié le 29 octobre 2019

La vivacité de la scène rap de Tirana

Parmi d'autres exemples, l'avènement du rap albanais illustre l'évolution du pays qui tend vers plus d'ouverture mais n'arrive pas à délaisser ses vieux vices. Le "shqip pop" résonne bien au-delà des frontières régionales, jusqu'en Suisse. Nombre d'artistes goûtent à une certaine forme de liberté, de mouvement et d'expression, ce qui contraste avec le reste de la jeunesse albanaise, plus restreinte dans ses agissements et malgré tout encore désireuse d'exil.

>> A voir, le reportage de Couleur 3 en Albanie:

Wild Wild East - Tirana
Wild wild east - Publié le 01 novembre 2019

RTS Culture

>> A lire aussi, le grand format de Couleur 3 consacré à son opération "Wild Wild East": WILD WILD EAST

>> A écouter: l'émission spéciale "Wild Wild East" le 9 novembre sur Couleur 3.

Publié le 09 novembre 2019 à 11:45 - Modifié le 09 novembre 2019 à 11:57