Modifié le 26 mars 2019 à 18:55

La mécanique horlogère franco-suisse candidate au patrimoine de l'Unesco

Un horloger au travail dans une usine à La Chaux-de-Fonds.
La mécanique horlogère franco-suisse candidate au patrimoine de l'Unesco La Matinale / 2 min. / le 26 mars 2019
La Suisse et la France ont déposé conjointement une candidature en mécanique horlogère et mécanique d'art à l'Unesco. L'organisation devra décider de cette inscription au patrimoine culturel immatériel en novembre 2020.

Les savoir-faire en mécanique horlogère et mécanique d'art regroupent l'artisanat horloger de l'Arc jurassien, de Genève à Schaffhouse. La fabrication d'automates et de boîtes à musique de la région de Sainte-Croix font aussi partie du lot, a indiqué lundi l'Office fédéral de la culture.

Plusieurs artisans, entreprises, écoles, musées et associations transmettent ces techniques dans cet espace franco-suisse. Celles-ci peuvent être manuelles et traditionnelles, mais également innovatrices.

"Un des atouts de cette candidature réside dans son lien avec l'urbanisme horloger de La Chaux-de-Fonds et du Locle, inscrit sur la liste du patrimoine mondial en 2009", a commenté l'OFC. Le Musée international d'horlogerie de La Chaux-de-Fonds est aussi un atout pour cette candidature.

Les ateliers de cathédrale aussi candidats

La Suisse est aussi associée à une autre candidature multinationale. Il s'agit des "techniques artisanales et pratiques coutumières des ateliers de cathédrales, en Europe". Ce dossier est placé sous l'égide de la France et réalisé avec l'Allemagne, l'Autriche, la Norvège et la Suisse.

Avec la Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel, l'Unesco souhaite sauvegarder les traditions, l'artisanat traditionnel et les événements festifs. En 2016, l'organisation onusienne y a inscrit la Fête des Vignerons de Vevey et le Carnaval de Bâle en 2017.

ats/boi

Publié le 17 mars 2019 à 00:00 - Modifié le 26 mars 2019 à 18:55