Modifié

Des dessins attribués à Léonard de Vinci à la Bibliothèque de Genève

Deux pages du "De Divina Proportione", avec des illustrations attibuées à Léonard de Vinci. [Matthias Thomann - Bibliothèque de Genève]
A la Bibliothèque de Genève, des dessins attribués à Léonard de Vinci / Le Journal horaire / 1 min. / le 1 mars 2019
Le manuscrit est conservé à la Bibliothèque de Genève: c'est un traité de mathématique écrit en 1498 par un moine franciscain et il pourrait contenir des dessins de Léonard de Vinci.

Une table ronde scientifique se tient vendredi à l'Université de Genève afin de discuter des illustrations contenues dans ce manuscrit mathématique de la fin du XVe siècle: ont-elles été vraiment réalisées par le génie italien?

Une formule ambiguë

Luca Pacioli, le moine franciscain et mathématicien auteur de De Divina Proportione ("la Divine proportion", en français), était l'un de ses amis... et il affirme dans son traité que les planches dessinées ont été tracées "selon le principe de Léonard de Vinci".

Mention de Léonard de Vinci au folio 85 de "De Divina Proportione". [Bibliothèque de Genève]Mention de Léonard de Vinci au folio 85 de "De Divina Proportione". [Bibliothèque de Genève]

Une formule ambiguë qui ne convainc pas tout le monde: "Je ne crois pas personnellement que la main de Léonard soit à retrouver ni dans l'exemplaire de Genève, ni dans l'exemplaire qui est, il faut le dire, plus soigné, de la bibliothèque milanaise," affirme Mauro Natale, professeur honoraire à l'Université de Genève.

>> Ecouter: "Le trésor de la Bibliothèque de Genève" (Nectar, le 27 février 2019)

"De Divina Proportione" de Léonard de Vinci. [Matthias Thomann - Bibliothèque de Genève]Matthias Thomann - Bibliothèque de Genève
Le trésor de la bibliothèque de Genève / Nectar / 6 min. / le 27 février 2019

Un ouvrage rare

"Une des pages de "De Divina Proportione" de Luca Pacioli. [Université de Genève]Une des pages de "De Divina Proportione" de Luca Pacioli. [Université de Genève]C'est une sorte de reconnaissance graphologique du trait d'un peintre qui permet de reconnaître sa main; et dans ce cas, la main de Léonard n'est pas véritablement reconnaissable," pour ce spécialiste de la Renaissance. "Mais ce sont des sujets qui sont soumis à questions: des experts affirment le contraire. Et donc tout cela est resté heureusement ambigu. En même temps, effectivement, l'objet genevois est d'une très grande rareté, dont il faut apprécier la qualité."

L'ouvrage – qui a pour objet les proportions mathématiques et le nombre d'or – comprend soixante figures géométriques en pleine page. Il sera visible par le public dans l'Espace Ami Lullin de la Bibliothèque de Genève, samedi 2 mars, de 10h à 16h.

Le livre partira ensuite pour Rome, où il sera prêté aux Scuderie del Quirinale où aura lieu une grande exposition pour les 500 ans de la mort de Léonard de Vinci.

Sujet radio: Sylvie Lambelet

Adaptation web: Stéphanie Jaquet

Publié Modifié