Un secteur en plein boum

La Chine est devenue, en quelques années, l’un des plus importants fabricants d'équipement de répression et de torture au monde. Plus de 130 entreprises sont spécialisées dans ce secteur encore peu régulé.

Matraques à pointes, pistolets à impulsions électriques, gaz lacrymogène, menottes lestées... Du matériel qui finit entre les mains de la police chinoise, mais aussi des dictatures du monde entier.

Reportage dans un secteur peu connu de l'économie chinoise.

Où la police fait son shopping

Une foire à la matraque

Le voyage débute à Wuhan, dans le centre de la Chine. Là se tient chaque année une foire spécialisée dans les instruments de maintien de l'ordre.

C'est ici que la police chinoise vient faire ses achats. On y trouve tout autant des matraques à impulsions électriques que des menottes pour le cou, des drones ou des caméras de surveillance.

Foire de Wuhan
Info - Publié le 09 avril 2015

On exporte aux Etats-Unis, mais aussi au Moyen-Orient ou en Afghanistan. On a beaucoup de clients là-bas.

Un marchand lors de la foire de Wuhan

>> En images, quelques instruments de maintien de l'ordre produits en Chine:

Quels produits fabriquent les entreprises chinoises?

Les nombreuses entreprises chinoises produisent une profusion de matériel, très prisé autant sur le marché intérieur qu'extérieur.

Plus de 80 sociétés fabriquent par exemple des matraques à impulsions électriques, dont  29 exportent leur production.

Elles sont 27 à proposer des chaises d'immobilisation rigides, dont 7 font de l'exportation.

La Chine, elle fait un peu ce qu'elle veut

Alain Bovard, Amnesty International

"Un commerce en pleine croissance et sans contrôle"

Ce secteur de l'économie chinoise est pour l'heure très peu régulé, notamment en ce qui concerne l'identité des acheteurs finaux.

Ainsi, des matraques électriques produites en Chine ont été exportées vers l'Ouganda alors qu'un embargo complet sur la vente d'armes était en vigueur dans le pays. Un exemple parmi d'autres qui illustre les difficultés à connaître les véritables acheteurs de cet équipement.

En 2014, Amnesty International a publié un rapport très complet sur ce marché.

>> A lire (en anglais):

>> Interview d'Alain Bovard, d'Amnesty International:

Alain Bovard, Amnesty International.
-
Le 12h30 - Publié le 09 avril 2015
 

La torture, une pratique répandue en Chine

Violences policières, dérapages, tortures dans les commissariats ou dans les camps de travail... Ces pratiques sont encore largement répandues en Chine.

Comme en témoigne Madame Zhu, qui a côtoyé la torture dans un camp.

Torture Madame Zhu
-
Le 12h30 - Publié le 09 avril 2015

Dans le camp de travail, je me rappelle de ses cris. Ses cris et ses gémissements. Toute la nuit à cause de la douleur

Madame Zhu

Les violences policières ne sont pas rares en Chine, d'autant que la justice est souvent incapable de punir les responsables.

Pour preuve, cette vidéo diffusée sur les réseaux sociaux qui montrent des agents s'en prendre violemment à des clients assis à la terrasse d'un café.

>> A voir également, le reportage d'un journaliste du Guardian au Tibet, où la police chinoise est omniprésente et suréquipée:

Une matraque à pointes en 3 clics

Se procurer une telle arme est d'une facilité déconcertante en Chine.

Notre journaliste Raphaël Grand a pu obtenir en quelques clics une matraque à pointes, objet interdit dans de nombreux pays.

Commerce de la torture
Info - Publié le 09 avril 2015

Je ne vois pas l'utilité de garnir une matraque, qui devrait être une arme défensive (...), de pointes métalliques qui n'ont pour but que de provoquer des blessures graves.

Alain Bovard, Amnesty international

Visite d'une usine

C'est bientôt la haute saison pour nous, quand les étrangers commandent leur matériel.

Responsable des ventes dans une usine de Jingjiang

Visite d'une usine familiale

A Jingjiang se trouve l'une des usines de fabrication d'équipement de répression. Une usine presque "familiale", avec une centaine d'employés qui fabriquent à la chaîne du gaz lacrymogène, des matraques à pointes ou des menottes.

Visite guidée.

Usine vignette
Info - Publié le 09 avril 2015

Bientôt des normes

 

En 2013, l'ONU a adopté le Traité sur le commerce des armes, qui pose des normes contraignantes afin de mieux réglementer le commerce des armes. Au total, 130 pays l'ont signé. Ce traité entrera en vigueur à la fin du mois d'avril en Suisse.

La Chine a quant à elle refusé de le signer...

>>Le tweet envoyé par le Département fédéral de l'Economie lorsque la Suisse a signé le traité.

>> Un traité pour réguler le secteur

Traité sur le commerce des armes
-
Le 12h30 - Publié le 09 avril 2015

>> A consulter également,

Crédits

Reportage: Raphaël Grand

Réalisation: Cécile Rais