Modifié

L'Assemblée nationale française dit oui au mariage homosexuel

C'est la ministre de la Justice française Christiane Taubira qui a défendu le projet de loi sur le mariage pour tous.  [Remy de la Mauviniere - Keystone]
C'est la ministre de la Justice française Christiane Taubira qui a défendu le projet de loi sur le mariage pour tous. [Remy de la Mauviniere - Keystone]
Après dix jours d'une bataille parlementaire intense, l'Assemblée nationale française a adopté le projet de loi sur le mariage homosexuel mardi.

Les députés français ont adopté mardi le projet de loi sur le mariage homosexuel, première réforme sociétale d'importance de la majorité socialiste depuis l'arrivée au pouvoir en mai 2012 du président François Hollande.

Ce projet de loi ouvrant le mariage et l'adoption aux couples de même sexe a été adopté par 329 voix pour, 229 contre et 10 abstentions, au cours d'un vote solennel des députés à l'Assemblée nationale où la gauche compte une majorité de 314 sièges sur 577.

Le texte sera examiné à partir du 2 avril par la deuxième chambre du Parlement, le Sénat, où l'opposition conservatrice poursuivra son combat.

Le vote a été précédé de dix jours de débat intense et de protestations massives dans les rues de Paris et des grandes villes de province tant des défenseurs que des opposants à la réforme.

Les anti-mariage gay ont d'ailleurs appelé à une nouvelle grande manifestation le 24 mars. Le mariage gay était l'une des 60 réformes promises par le candidat François Hollande à la présidence.

Procréation médicale assistée

La nouvelle loi autorisera un couple d'homosexuels ou de lesbiennes à contracter un mariage civil. Selon les estimations de l'Institut national d'études démographiques (Ined), "les couples corésidents de même sexe avoisineraient 1% du nombre total de couples, chiffre analogue à celui des pays voisins".

La question, très controversée, de la procréation médicale assistée (PMA) pour les couples de même sexe, autorisée en France pour les couples hétérosexuels ne pouvant pas avoir d'enfants, devrait faire l'objet d'une autre loi plus vaste sur la famille en préparation pour la fin de l'année.

afp/pym  

 

Publié Modifié