Modifié

La Catalogne demande de l'aide à Madrid

La Catalogne est la première région espagnole à chiffrer officiellement son appel à l'aide à l'Etat, mais d'autres comme Valence ont fait part d'intentions similaires.  [AFP]
La Catalogne est la première région espagnole à chiffrer officiellement son appel à l'aide à l'Etat, mais d'autres comme Valence ont fait part d'intentions similaires. [AFP]
Alors que l'Espagne entame un ballet diplomatique favorisé par un climat de détente sur les marchés, la Catalogne réclame une aide de 5 milliards d'euros à l'Etat. L'Espagne se rapproche de plus en plus du sauvetage financier.

Le chef du gouvernement espagnol Mariano Rajoy a promis mardi que son pays allait "aider la Catalogne", qui vient de demander une aide financière de plus de cinq milliards d'euros, ainsi que "les autres régions", elles aussi en difficulté.

"Les régions, ce sont aussi l'Espagne, donc le gouvernement espagnol ne laisse pas tomber les régions", a-t-il assuré.

Un probable sauvetage financier

L'Espagne, qui entame une série de rencontres diplomatiques, s'est rapprochée mardi d'une probable demande de sauvetage financier, avec l'appel à l'aide du gouvernement catalan.

La Catalogne, qui éprouve comme de nombreuses autres régions des difficultés à se financer, a annoncé qu'elle allait demander 5,023 milliards d'euros à l'Etat central.

"Le gouvernement (régional) a décidé de demander à participer au fonds" de 18 milliards d'euros créé en juillet par Madrid pour aider les régions à honorer leurs dettes, a expliqué à la presse son porte-parole, Francesc Homs.

Une nouvelle mal accueillie par la Bourse de Madrid, qui cédait 0,97% à 15H10 GMT.

D'autres régions concernées

La Catalogne est la première région espagnole à chiffrer officiellement son appel à l'aide à l'Etat, mais d'autres comme Valence et la région de Murcie ont fait part d'intentions similaires.

Et les économistes s'attendent à d'autres demandes dans la foulée, la situation financière des régions, auxquelles incombent en Espagne les lourds budgets de la santé et de l'éducation, étant très fragile depuis l'éclatement de la bulle immobilière en 2008.

Le pays lui-même, auquel la zone euro a promis en juin une ligne de crédit de 100 milliards d'euros, pourrait être poussé à demander un sauvetage financier auprès de l'Union européenne cet automne, devant être confronté en octobre à de lourdes échéances de dettes, de plus de 30 milliards d'euros.

afp/mca

Publié Modifié

L'Espagne s'enfonce dans la récession...

L'Institut national des statistiques espagnol a publié mardi les chiffres de la croissance espagnole. La récession a été plus dure que prévue, avec un recul du PIB de 0,4%.

L'Espagne, privée dès 2008 de son moteur, la construction, au moment même où éclatait la crise internationale, oscille depuis entre récession et croissance atone, tandis que le nombre de sans-emploi monte régulièrement, atteignant désormais le taux record de 24,63%.

L'INE a d'ailleurs revu lundi en baisse la croissance espagnole en 2011, qui n'a finalement été que de 0,4% contre 0,7% annoncé dans un premier temps, annonçant aussi que le recul du PIB en 2010 a été finalement plus prononcé (-0,3% au lieu de -0,1%).

... malgré la détente sur les marchés

L'Espagne a emprunté mardi 3,607 milliards milliards d'euros à 3 et 6 mois, profitant de taux d'intérêt en forte baisse dans un climat de détente des marchés, suscité par les espoirs d'une action prochaine de la Banque centrale européenne (BCE).

Par rapport à la dernière émission similaire, le 24 juillet, les taux ont chuté pour les bons à 3 mois (0,946%, contre 2,434%) mais aussi pour ceux à 6 mois (2,026%, contre 3,691%), alors que Jorg Asmussen, membre du directoire de la BCE, a rappelé lundi que, dans le cadre de son nouveau programme, la BCE se concentrerait sur l'achat d'obligations à courte échéance.