Modifié

Le Japon se fige une minute, un an après la triple catastrophe

Séquences choisies - Hommage aux victimes du 11 mars au Japon
Séquences choisies - Hommage aux victimes du 11 mars au Japon / L'actu en vidéo / 1 min. / le 11 mars 2012
Les Japonais rendent hommage dimanche aux victimes du séisme et du tsunami qui ont fait 19'000 morts et disparus, et provoqué l'accident de Fukushima.

A 14h46 (06h46 en Suisse), heure précise à laquelle est survenu le violent tremblement de terre le 11 mars 2011, la vie s'est figée dans les villes du Japon.


Les Japonais étaient plongés dans une prière collective en hommage aux 19'000 personnes emportées et aux autres dizaines de milliers de personnes sinistrées par le séisme qui fut accompagné d'un tsunami dévastateur puis d'un grave accident à la centrale nucléaire de Fukushima (lire: Les risques à Fukushima étaient connus du gouvernement japonais).


Promesses de reconstruction

Juste après cette minute de silence, le Premier ministre Yoshihiko Noda a prononcé un discours au Théâtre national de Tokyo, en présence de l'empereur Akihito et de très nombreuses personnalités. Le chef du gouvernement a promis de tout faire pour reconstruire la région ravagée et transmettre la mémoire de cette tragédie aux générations suivantes.


L'empereur Akihito, à peine remis d'un pontage coronarien, s'est ensuite levé, accompagné de l'impératrice Michiko, pour prier devant un immense monument floral. Akihito a évoqué les morts, mais aussi la douleur des dizaines de milliers de personnes forcées de quitter leur domicile à cause de l'accident nucléaire. Puis il a déploré que la reconstruction rencontre de nombreuses difficultés.


De nombreux Japonais ont prié en direction de l'océan Pacifique, particulièrement dans les villes de la côte nord-est. Certains étaient revenus spécialement sur leurs terres natales en cette journée de recueillement.


afp/bri


Publié Modifié

Manifestations contre le nucléaire.

Des dizaines de milliers de personnes ont manifesté dimanche dans la préfecture de Fukushima pour réclamer l'abandon de l'énergie nucléaire.

Ils étaient près d'un millier à Tokyo.