Modifié

L'initiative sur l'épargne-logement rejetée par le souverain

Rejet de l'inititative sur l'épargne-logement
Rejet de l'inititative sur l'épargne-logement / L'actu en vidéo / 3 min. / le 11 mars 2012
Les Suisses ont écarté dimanche l'initiative visant à défiscaliser l'épargne-logement à 55,8% des voix.

L'espoir s'amenuise pour les partisans d'une défiscalisation de l'épargne-logement. Les Suisses ont refusé dimanche à 55,8% une initiative qui aurait autorisé les cantons à introduire un système de déductions. Mais le sujet reviendra sur le tapis le 17 juin avec une initiative de la société alémanique des propriétaires fonciers.


L'idée était d'aider les locataires à acquérir leur logement sans amputer leur future rente, alors que la Suisse compte relativement peu de propriétaires. Le peuple a préféré suivre la gauche et la majorité des cantons, hostiles à un geste fiscal accusé de n'aider que ceux qui peuvent déjà se payer un logement, grever les caisses publiques et pousser les prix immobiliers vers le haut.


Seuls cinq cantons ont soutenu le texte. Le Tessin a été le plus enthousiaste avec 62,8% de "oui", devant Genève (53,5%), Bâle-Campagne (53%), le Valais (51,1%) et Vaud (50,7%). Les autres cantons romands figurent parmi les moins hostiles au texte. Le Jura a exprimé le rejet le plus timide avec 51,5%. Neuchâtel et Fribourg ont dit "non" à 54%. Berne est le champion du refus (64,1%) devant Bâle-Ville (64%). Mis à part les Grisons et Schaffhouse, les autres cantons alémaniques ont rejeté le texte à plus de 55%.


Nouvelle votation le 17 juin

Le Conseil fédéral était contre l'initiative sur l'épargne-logement mais n'a pas pu défendre ce mot d'ordre vu que les Chambres n'ont pas réussi à accorder leurs violons. Il en sera de même le 17 juin avec la deuxième initiative. La ministre des finances Eveline Widmer-Schlumpf n'en a pas moins déjà critiqué le projet. Les promesses des initiants aux locataires à faibles ou moyens revenus de devenir propriétaires ne pourront pas être tenues, a-t-elle souligné, évoquant un privilège fiscal destiné à une minorité.


Seuls cinq cantons ont soutenu le texte. Le Tessin a été le plus enthousiaste avec 62,8% de "oui", devant Genève (53,5%), Bâle-Campagne (53%), le Valais (51,1%) et Vaud (50,7%). Les autres cantons romands figurent parmi les moins hostiles au texte. Le Jura a exprimé le rejet le plus timide avec 51,5%. Neuchâtel et Fribourg ont dit "non" à 54%. Berne est le champion du refus (64,1%) devant Bâle-Ville (64%). Mis à part les Grisons et Schaffhouse, les autres cantons alémaniques ont rejeté le texte à plus de 55%.


ats/lan




LES REACTIONS

Carlo Sommaruga (PS/GE)


Le secrétaire général de l'association suisse des locataires romande (ASLOCA) s'est réjoui du refus de l'initiative de l'épargne-logement. "L'accès à la propriété n'a pas à être subventionné lorsque les bénéficiaires ont de toute façon les moyens d'offrir leur chez-soi".


La Conférence des directeurs cantonaux des finances


Elle a accueilli avec satisfaction le rejet dimanche de l'initiative sur la défiscalisation de l'épargne-logement.


Publié Modifié