Suivi du 16 février [Keystone]
Publié Modifié

La Suisse franchit un "pas décisif et important" vers la normalité

- Le Conseil fédéral a annoncé mercredi la levée de presque toutes les mesures nationales anti-Covid. A partir de jeudi, l’accès aux magasins, aux restaurants, aux établissements culturels, aux établissements ouverts au public et aux manifestations est à nouveau possible sans masque ni certificat. Le port du masque obligatoire et la recommandation de télétravail sont également abrogés.

- L'isolement des personnes dépistées positives ainsi que le port du masque obligatoire dans les transports publics et dans les établissements de santé sont toutefois maintenus jusqu'à la fin mars afin de protéger les personnes vulnérables.

- La Suisse franchit un "pas décisif et important" vers la normalité, a indiqué mercredi le président de la Confédération Ignazio Cassis devant les médias. "La lumière est bel et bien là à l'horizon."

- L'Office fédéral de la santé publique a fait état mercredi de 21'032 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures, selon les chiffres de l'Office fédéral de la santé publique. On déplore 10 décès supplémentaires et 120 malades ont été hospitalisés.

Suivi par RTSinfo.

21h00

Le certificat Covid en quelques dates

Entré en vigueur au mois de juin 2021, le certificat Covid aura existé pendant moins d'une année en Suisse.

Son extension à toute une série d'activités en septembre 2021 a suscité une forte résistance, qui s'est matérialisée par de nombreuses manifestations.

Le passage à la règle dite des "2G" (guéris et vaccinés) en décembre a précédé de peu l'évocation par Alain Berset  d'un abandon proche du certificat dans une interview à la presse alémanique en janvier 2022, avant sa mise au placard le 17 février.

>> Plus de détails: Le certificat Covid, un sésame qui disparaît moins d'un an après son arrivée

>> Voir aussi le sujet du 19h30 sur l'histoire mouvementée du certificat Covid

La vie du certificat Covid aura duré une petite année [RTS]
La vie du certificat Covid aura duré une petite année / 19h30 / 3 min. / le 16 février 2022

20h50

Les soignants fatigués après deux ans de lutte

En deux ans de pandémie, la vie a changé. Ce pensum est particulièrement vrai pour les établissements de soins, qui étaient en première ligne durant la crise sanitaire.

Deux ans après, c'est la fatigue du personnel soignant qui domine, alors que le virus est toujours une réalité. Le 19h30 s'est rendu à l'Hôpital de Fribourg, où quatre patients sur 19 ont le Covid-19 aux soins intensifs. Au plus fort de la crise, ils étaient 26. C'est désormais en médecine interne que se trouve la majorité des cas Covid, 77 mercredi matin.

Si le Covid est moins souvent la cause principale d'une hospitalisation, il alourdit considérablement le travail du personnel soignant. Dans les hôpitaux, le retour à la normale n'est pas encore pour demain.

>> Voir le reportage du 19h30:

C'est dans les hôpitaux que la crise du Covid-19 s'est emballée. Deux ans plus tard, ils n'en voient pas encore la fin [RTS]
C'est dans les hôpitaux que la crise du Covid-19 s'est emballée. Deux ans plus tard, ils n'en voient pas encore la fin / 19h30 / 2 min. / le 16 février 2022

20h40

Malgré des craintes, la population semble soulagée

Même si le chapitre Covid n’est pas totalement clos, les annonces du Conseil fédéral ont pour beaucoup un goût de liberté retrouvée. "Ça fait plaisir de retrouver la vie normale. Après deux ans, on en avait un peu ras la casquette", rapporte un élève de secondaire dans le 19h30.

Les non vaccinés, passablement entravés par les mesures sanitaires, sont également soulagés de la fin des restrictions.

Mais la levée des mesures engendre aussi des craintes chez certaines personnes. "J’ai peur qu’on retombe dans la même situation qu’avant", avoue une jeune élève.

>> Les réactions de la population aux annonces fédérales dans le 19h30:

Jeunes et moins jeunes se réjouissent de la levée des mesures sanitaires [RTS]
Jeunes et moins jeunes se réjouissent de la levée des mesures sanitaires / 19h30 / 2 min. / le 16 février 2022

20h30

Les explications d'Alain Berset

Dans le 19h30, le conseiller fédéral en charge de la santé Alain Berset a répété que le seul critère pour le maintien des mesures était "d'éviter une surcharge du système hospitalier et aujourd'hui il n'y a plus cette menace".

Malgré la forte contagiosité du variant Omicron, qui se répand en dépit des mesures sanitaires actuelles, "la situation n’a jamais été aussi bonne depuis deux ans", relève Alain Berset.

Le conseiller fédéral en charge de la Santé Alain Berset revient sur la levée de presque toutes les mesures anti-Covid [RTS]
Le conseiller fédéral en charge de la Santé Alain Berset revient sur la levée de presque toutes les mesures anti-Covid / 19h30 / 3 min. / le 16 février 2022

19h00

La fin des restrictions à l'étranger donne-t-elle de l'espoir pour la suite?

La Suisse n'est pas le premier pays à lever la majeure partie de ses mesures sanitaires. Le Danemark et le Royaume-Uni l’ont fait récemment avant elle.

Les masques ne sont plus obligatoires à l'intérieur pour les Britanniques, sauf dans les transports en commun. "On est presque revenu à l’époque d'avant-Covid", rapporte Marie Boëda, journaliste à Londres, dans Forum.

De son côté et face à ces levées de restrictions, le médecin infectiologue et épidémiologiste aux HUG Didier Pittet se montre prudent. Il rappelle que des nouveaux variants peuvent encore apparaître, même si la situation actuelle a de quoi réjouir.

Didier Pittet souligne également que le Royaume-Uni est un pays qui a connu des taux de mortalité excessifs. Il possède ainsi "une immunité de population très élevée", mais le virus continue d'y circuler fortement.

>> Le sujet de Forum sur l’exemple britannique:

L'exemple britannique de la levée des mesures: interview de Marie Boëda et Didier Pittet [RTS]
L'exemple britannique de la levée des mesures: interview de Marie Boëda et Didier Pittet / Forum / 7 min. / le 16 février 2022

18h30

Déjà l'heure des comptes

Le 16 mars 2020, le Conseil fédéral annonçait la mise en place du semi-confinement et de la situation extraordinaire. Deux ans plus tard, quel premier bilan peut-on tirer de l'action du Conseil fédéral? Quels ont été les couacs et les réussites?

Pour répondre à ces questions, Forum a invité la conseillère aux Etats Johanna Gapany (PLR/FR) ainsi que les conseillers nationaux Samuel Bendahan (PS/VD), Fabio Regazzi (Le Centre/TI), également président de l'USAM, et Jean-Luc Addor (UDC/VS).

>> Voir le grand débat de Forum:

Le grand débat - l'heure des comptes de la pandémie? [RTS]
Le grand débat - l'heure des comptes de la pandémie? / Forum / 21 min. / le 16 février 2022

18h15

"La Suisse peut entrer dans une phase de convalescence"

Le conseiller d'Etat neuchâtelois en charge de la santé Laurent Kurth était invité dans Forum pour commenter les décisions du Conseil fédéral. Pour lui, "ce n'est pas non plus l'euphorie. Il y a des gens qui ont disparu et d'autres qui ont perdu des proches. Il faut être vigilant, même si c'est une énorme satisfaction", réagit-il.

"Après 23 mois de traitement de choc, la Suisse peut entrer dans une phase de convalescence. Il y a pas mal de casse qui a été faite sur le plan social, économique. Tout cela mérite une phase de reconstruction. Il faut aussi que cette maladie, qui nous occupe encore, ne ressurgisse pas", avertit le socialiste.

>> L'interview complète de Laurent Kurth dans Forum:

Fin des mesures sanitaires: interview de Laurent Kurth [RTS]
Fin des mesures sanitaires: interview de Laurent Kurth / Forum / 4 min. / le 16 février 2022

18h00

Retour sur les annonces du Conseil fédéral

Les mesures sanitaires que connaît la Suisse depuis deux ans seront levées d’un coup dès jeudi, à l’exception de l’obligation du port du masque dans les transports publics, les hôpitaux et les EMS, ainsi que l'isolement de 5 jours en cas de test positif.

Alors qu'avant lui Simonetta Sommaruga et Guy Parmelin ont dû porter les mauvaises nouvelles et encourager la population, le président de la Confédération Ignazio Cassis a annoncé la sortie de crise.

Place maintenant à l'analyse de la gestion de cette crise et aux premiers bilans. On entre désormais dans une phase de transition, mais l’arrivée de nouveaux variants n’est pas impossible. Le Conseil fédéral n'exclut donc pas de nouvelles mesures si la situation l'exige à nouveau.

>> Retour sur les annonces du Conseil fédéral dans Forum:

Pandémie: la fin des mesures (ou presque) [RTS]
Pandémie: la fin des mesures (ou presque) / Forum / 3 min. / le 16 février 2022

>> Voir aussi le reportage du 19h30

Covid-19: dès minuit, plus besoin de certificat sanitaire, ni de masque, à part dans les transports publics [RTS]
Covid-19: dès minuit, plus besoin de certificat sanitaire, ni de masque, à part dans les transports publics / 19h30 / 2 min. / le 16 février 2022

17h30

Régime des visites assoupli à Neuchâtel

Le Réseau hospitalier neuchâtelois (RHNe) assouplit le régime des visites pour les patients hospitalisés. A compter de jeudi, chaque patient pourra recevoir une visite par jour avec prise de rendez-vous préalable.

Comme le canton de Neuchâtel connaît le plus haut taux d'incidence de cas Covid-19 de Suisse, des mesures contraignantes sont maintenues sur les différents sites de l’institution, a indiqué mercredi le RHNe dans un communiqué. Une réévaluation de la situation sera effectuée après la semaine de relâche du 1er mars.

Un retour à la normale n'est donc pas pour tout de suite. Jusqu'à présent, les patients hospitalisés au sein du RHNe ne pouvaient recevoir une visite que dès le troisième jour d'hospitalisation, puis tous les trois jours. La situation prévalait depuis décembre dernier.

16h40

Les réactions des partis

Les partis politiques saluent les assouplissements annoncés par le gouvernement. Tous sauf l'UDC insistent toutefois sur la nécessité de continuer à se protéger et à protéger les autres. Pour le PS, l'obligation du masque devrait être maintenue dans les magasins.

Les partis soulignent aussi la nécessité d'utiliser le temps à disposition jusqu’en automne pour se préparer à une éventuelle reprise de l’épidémie. Notamment en mettant en place des capacités de réserve dans les hôpitaux, disent le PS, le PLR et le président des Vert'libéraux Jürg Grossen. Ce dernier évoque l'apparition d'éventuels nouveaux variants.

Le PLR veut que la numérisation dans l'administration soit accélérée afin de pouvoir gérer les futures pandémies plus efficacement. Le Centre demande de poursuivre sur la voie pragmatique qui a fait ses preuves, à l'instar de la confiance dans les institutions et la démocratie.

Enfin, l'UDC réclame la fin du "régime des pleins pouvoirs". Elle exige du Conseil fédéral de mettre immédiatement un terme à la situation particulière.

16h05

Le canton de Berne appelle à la prudence

Le Gouvernement bernois a annoncé mercredi qu'il levait dès jeudi la majorité des mesures de lutte contre le Covid-19 après les assouplissements décidés par le Conseil fédéral. Malgré ce retour à la quasi-normalité, il appelle la population à faire preuve de prudence.

Comme la population pourra circuler quasiment sans restriction, il faut s'attendre à une hausse substantielle des contacts directs et par conséquent à un risque accru d'infection au Covid, estime le canton de Berne. La population est invitée à continuer à porter le masque sur une base volontaire dans les espaces clos et lors de grands rassemblements.

15h45

Décisions approuvées par les directeurs cantonaux de la santé

La Conférence des directrices et directeurs cantonaux de la santé (CDS) approuve les décisions du Conseil fédéral. Mais elle souligne la nécessité de préparer l'avenir.

La pandémie n'est pas encore terminée. Mais nous pouvons désormais faire un grand pas vers la normalité, estime la CDS mercredi. Lors de la consultation, les cantons se sont prononcés à une nette majorité en faveur de la variante retenue, plusieurs prises de position subordonnant la levée de toutes les mesures de protection à une confirmation de la tendance actuelle.

Les cantons ont toujours la possibilité de prescrire une obligation de certificat, relève la CDS. Il serait prématuré de se débarrasser de cet instrument qui a permis d'éviter des fermetures.

Il s'agit maintenant de définir la répartition des tâches entre Confédération et cantons pour continuer à gérer la pandémie. En outre, la Confédération et les cantons doivent se préparer à différents scénarios. Ces travaux sont en cours.

15h10

Acteurs de la vie nocturne satisfaits

Les acteurs de la vie nocturne en Suisse ont exprimé leur soulagement. L'obligation de certificat représentait en effet pour eux une restriction économique importante.

Sa suppression représente également un signe important pour les jeunes en Suisse, estime mercredi la SBCK (Schweizer Bar und Club Kommission).

Les entreprises en lien avec la nuit ont été parmi les premières à devoir fermer leurs portes en mars 2020. Depuis lors, il n'y a pas eu de phase durant laquelle la vie nocturne n'a pas dû mettre en œuvre au moins une mesure de protection.

Malgré la suppression de l'obligation de certificat, la nouvelle ordonnance sur les cas de rigueur doit intervenir maintenant pour éviter les faillites, poursuit la SBCK. Depuis décembre, avec l'introduction de la 2G et, un peu plus tard, de la 2G+, les établissements ont en effet assisté à une baisse massive de leur chiffre d'affaires. Et on ne sait pas à quelle vitesse le public reviendra dans les clubs.

14h45

Soulagement de GastroSuisse

GastroSuisse est soulagée que le Conseil fédéral ait répondu à ses exigences et supprimé le certificat obligatoire, dommageable pour de nombreuses branches. La situation économique de l'hôtellerie-restauration reste toutefois grave.

"La joie dans la branche est immense de pouvoir enfin à nouveau servir tous les clients", déclare mercredi Casimir Platzer, président de GastroSuisse. En effet, bon nombre des 2,5 millions de personnes qui fréquentent chaque jour l'hôtellerie-restauration n'avaient pas accès aux restaurants, bars et cafés en raison du certificat obligatoire.

Mais la situation économique et personnelle dans l'hôtellerie-restauration reste grave. "Il faut du temps pour que les entreprises se rétablissent", explique Casimir Platzer. De nombreux établissements ont épuisé leurs réserves.

>> Voir aussi l'interview de Casimir Platzer dans Forum:

La levée des mesures sanitaires, un soulagement pour l’hôtellerie-restauration: interview de Casimir Platzer [RTS]
La levée des mesures sanitaires, un soulagement pour l’hôtellerie-restauration: interview de Casimir Platzer / Forum / 5 min. / le 16 février 2022

14h35

Task force dissoute le 31 mars

Le mandat de conseil de la task force scientifique prendra fin au 31 mars. Grâce à l'évolution positive de la pandémie de Covid-19, la nécessité de conseils scientifiques est moins importante, indique mercredi le Conseil fédéral.

Les échanges entre la task force et le Conseil fédéral ont été centraux dans la lutte contre la pandémie. Certains membres resteront toutefois à disposition du Conseil fédéral et de l'administration.

La task force avait été instituée au printemps 2020. Son mandat, qui courrait jusqu'au début mai, a été raccourci à sa demande. La task force scientifique assurait une expertise indépendante.

>> Les précisions d'Ignazio Cassis:

Ignazio Cassis revient sur le rôle de la task force Covid [RTS]
Ignazio Cassis revient sur le rôle de la task force Covid / Conférences de presse de la Confédération / 2 min. / le 16 février 2022

14h25

Alain Berset: "Un immense travail"

Le conseiller fédéral Alain Berset a salué devant la presse "l'immense travail" réalisé par le gouvernement pendant les deux années de pandémie de Covid-19.

"Nous sommes passés par tous les états possibles et imaginables. La crainte, le soulagement, le découragement, mais aussi l'espoir", a-t-il déclaré.

"Nous sortons, nous l'espérons, de cette crise", a ajouté Alain Berset, se montrant toutefois prudent et appelant à la "tolérance" alors que la fin des mesures peut être une source "d'anxiété" pour certains.

"Il faut rester très humbles et ne pas oublier ce que cette situation a généré comme souffrances dans la société. Nous comptons plus de 12'000 décès des suites du Covid. Des personnes sont encore gravement malades, d'autres souffrent d'un Covid long. Nous pensons également au personnel soignant qui a été fortement affecté ou aux jeunes qui ont dû faire des sacrifices. Sans oublier les secteurs économiques et culturels."

>> L'intervention d'Alain Berset:

La déclaration d'Alain Berset lors de la conférence de presse du 16 février 2022 [RTS]
La déclaration d'Alain Berset lors de la conférence de presse du 16 février 2022 / Conférences de presse de la Confédération / 7 min. / le 16 février 2022

14h15

Ignazio Cassis: "Un pas décisif"

La Suisse franchit un "pas décisif et important" vers la normalité, a indiqué mercredi le président de la Confédération Ignazio Cassis devant les médias. "La lumière est bel et bien là à l'horizon."

L'évolution de la pandémie est positive, a-t-il continué. Et la tendance devrait se poursuivre avec l'arrivée du printemps. Il ne faut toutefois pas oublier que certaines personnes vulnérables doivent encore être protégées.

"Cette nouvelle phase nous demande une capacité d'adaptation pour apprendre à vivre avec ce virus, un virus de plus", a relevé le Tessinois. Avec la disparition de la plupart des restrictions, la société doit trouver un nouvel équilibre. Il n'y a toutefois pas lieu d'avoir peur du retour à la normalité.

"Mais qui dit plus de liberté, dit aussi plus de responsabilité." Et le conseiller fédéral d'appeler la population à se montrer respectueuse et solidaire. "Si quelqu'un veut se protéger avec un masque, il ou elle doit pouvoir le faire."

>> L'intervention d'Ignazio Cassis:

La déclaration d'Ignazio Cassis lors de la conférence de presse du 16 février 2022 [RTS]
La déclaration d'Ignazio Cassis lors de la conférence de presse du 16 février 2022 / Conférences de presse de la Confédération / 7 min. / le 16 février 2022

14h07

Fin des indemnités en cas de pertes de gain

Il ne sera plus possible de réclamer des indemnités pour pertes de gain en cas de fermeture d'un établissement ou d'interdiction d'événements, sauf certaines exceptions. Le Conseil fédéral l'a annoncé mercredi, parallèlement à la fin des mesures anti-Covid.

Avec cette levée des mesures, la plupart des aides économiques en cas de pertes de gain perdent de leur nécessité, indique le gouvernement. Dès le 17 février, il ne sera plus possible de les faire valoir suite à une faillite, en raison de l'interdiction d'événements ou d'une activité lucrative restreinte ou parce que la prise en charge des enfants n'est pas assurée.

Mais certains groupes pourront encore en bénéficier jusqu'au 30 juin 2022: notamment, les personnes actives dans le domaine événementiel et dont le revenu est largement restreint à cause des mesures anti-coronavirus.

Une exception est aussi prévue jusqu'à fin mars pour les personnes qui ont dû interrompre leur activité pour se protéger. Globalement, la rapide levée des mesures doit permettre une réduction des dépenses de l'ordre de plusieurs centaines de millions de francs par rapport aux montants budgétés.

>> Les précisions d'Alain Berset:

Alain Berset détaille la fin des indemnités pour pertes de gain [RTS]
Alain Berset détaille la fin des indemnités pour pertes de gain / Conférences de presse de la Confédération / 50 sec. / le 16 février 2022

14h05

Toujours des certificats Covid émis pour les voyages

Les Suisses pourront toujours voyager dans les pays exigeant un certificat Covid. Les autorités continueront à émettre de tels sésames.

Dès jeudi, les clients n'auront plus besoin de dégainer leur certificat pour se rendre au théâtre, manger dans un restaurant ou aller à la piscine. Les certificats valables uniquement en Suisse n'ont donc plus lieu d'être.

Les autorités continueront en revanche à établir des certificats, reconnus par l'Union européenne, pour les voyageurs. Certains pays pourraient encore demander le sésame pour entrer sur leur territoire ou se rendre dans des lieux fermés, explique mercredi le gouvernement dans un communiqué. Les conditions d'obtention d'un tel passe sanitaire varient d'un Etat à l'autre.

Les mesures sanitaires pour entrer en Suisse seront elles levées. Plus besoin de remplir un formulaire d'entrée ou d'apporter la preuve d'une vaccination, d'une guérison ou d'un test négatif pour traverser la frontière.

>> Les précisions d'Alain Berset:

Alain Berset s'exprime sur les certificats Covid pour voyager [RTS]
Alain Berset s'exprime sur les certificats Covid pour voyager / Conférences de presse de la Confédération / 1 min. / le 16 février 2022

14h00

La Suisse retourne à la quasi-normalité

Dès jeudi, les Suisses et les Suissesses vont retrouver une vie normale. Le Conseil fédéral a annoncé ce mercredi la fin de la quasi-totalité des mesures de lutte contre le coronavirus, dont le certificat Covid. Seuls l'obligation de porter un masque dans les transports publics et les établissements de santé ainsi que l'isolement seront maintenus jusqu'à fin mars.

L'accès aux magasins, aux restaurants, aux établissements culturels, aux établissements ouverts au public et aux manifestations est à nouveau possible sans masque ni certificat Covid (fin des règles dites des 3G, 2G et 2G+).

La recommandation de travailler à domicile tombe aussi immédiatement. Les organisateurs de grandes manifestations ne doivent plus demander d'autorisation spéciale. Les rencontres privées ou familiales ne sont plus limitées. Le nombre de personnes admises dans les magasins ou les remontées mécaniques n'est plus restreint non plus.

Selon le Conseil fédéral, la situation épidémiologique continue d’évoluer de manière positive et permet de franchir ce pas. Grâce à l’immunité élevée de la population, une surcharge du système de santé est improbable, et ce malgré une circulation toujours importante du virus. Les conditions d’une normalisation rapide de la vie sociale et économique sont donc remplies.

13h50

Les masques jetables, un risque réel pour l’environnement

Face au littering massif des masques FFP2 et chirurgicaux en ville et dans la nature, l'association internationale de protection des animaux sous influence humaine Quatre Pattes donne l'alerte en appelant à la responsabilité individuelle de tout le monde.

Chaque jour dans le monde, 3,5 milliards de masques jetables sont utilisés, soit 3 millions de masques utilisés chaque minute. Un article paru dans le National Geographic en avril 2021 était déjà très alarmant: les scientifiques ont retrouvé des masques chirurgicaux dispersés dans le monde entier, y compris sur des îles désertes comme celles de Soko Islands au large de Hong-Kong. Constitués avant tout de plastique (polypropylène), ces masques chirurgicaux mettraient environ 450 ans à se désagréger complètement. La Suisse n'échappe pas à ce phénomène de littering massif.

Responsabilité individuelle

Livie Kundert, responsable de campagne de l’association Quatre Pattes, lance un appel aux habitants et habitantes de la Suisse: "Le masque est maintenant partout, dans la rue et dans la nature. Il a un impact négatif pour l’environnement et pour les animaux comme les poissons, les oiseaux et les hérissons qui se retrouvent piégés par leurs élastiques. Quant aux animaux de rente comme les vaches, les cochons et les chevaux, ils ingèrent des particules de plastique car les masques se retrouvent broyés avec leur nourriture." Pour pallier le problème, Livie Kundert fait appel à la responsabilité individuelle de chacun. Elle recommande de veiller à jeter les masques à la poubelle et à en couper les élastiques lorsqu'ils risquent de s'en envoler.

>> Ecouter le sujet de CQFD

Gros plan sur un crabe sur une plage entouré de détritus dont un masque chirurgical. [Paolo_galasso - Depositphotos]Paolo_galasso - Depositphotos
Les masques jetés dans la nature constituent un danger mortel pour les animaux / On en parle / 7 min. / le 16 février 2022

13h45

Plus de 20'000 nouveaux cas et 10 décès supplémentaires en 24 heures

La Suisse compte mercredi 21'032 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures, selon les chiffres de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). On déplore dix décès supplémentaires et 120 malades ont été hospitalisés.

Il y a sept jours, l'OFSP avait annoncé 29'144 cas. Le même jour, il dénombrait 11 décès et 141 hospitalisations supplémentaires. En une semaine, le nombre de nouveaux cas a ainsi reculé de 27,8%. Les hospitalisations ont dans le même temps baissé de 14,9%.

184 personnes se trouvent actuellement aux soins intensifs. Les patients Covid-19 occupent 21,50% des places disponibles en soins intensifs, dont le taux d'occupation est de 73,70%.

Durant les dernières 24 heures, les résultats de 75'611 tests ont été transmis. Le taux de positivité s'élève à 27,8%, contre 33,9% il y a une semaine. Le taux de reproduction, qui a un délai d'une dizaine de jours, est lui de 0,82.

Le variant Omicron représente 98,9% des cas de coronavirus séquencés ou examinés dans les laboratoires sur sept jours, avec un délai de deux semaines environ.

Selon l'OFSP, 70'609 personnes se trouvent actuellement en isolement après avoir été testées positives au coronavirus.

Au total, 68,68% des Suisses ont déjà reçu deux doses de vaccin. Par rapport à la population âgée de plus de 12 ans, la part des personnes entièrement vaccinées se monte à 77,90%, indique l'OFSP. Par ailleurs, 75,52% des personnes âgées de 65 ans et plus et 41,03% de la population totale ont déjà reçu une dose de rappel.

Sur les 28 derniers jours, le nombre total d'infections est de 799'753, soit 9182,69 nouvelles infections pour 100'000 habitants. Depuis le début de la pandémie, 2'627'993 cas de contamination au Covid-19 ont été confirmés en laboratoire sur un total de 4'719'045 tests effectués en Suisse et au Liechtenstein. Le total des décès s'élève à 12'601 et le nombre de personnes hospitalisées atteint 45'342.

13h05

Conférence de presse du Conseil fédéral à 14h

Le président de la Confédération Ignazio Cassis et le conseiller fédéral en charge de la Santé Alain Berset présenteront les dernières décisions relatives au Covid-19 à 14h.

Ils pourraient annoncer la levée de la quasi-totalité des mesures contre le Covid-19. La conférence de presse est à suivre en direct, dès 13h55, sur RTS Un et sur RTSinfo.ch.

13h00

Quel impact aurait la levée des mesures sanitaires par le Conseil fédéral?

La fin des mesures sanitaires est sur la table du Conseil fédéral. Le gouvernement s'est réuni mercredi matin pour décider du calendrier.

Il pourrait décider de lever dès jeudi la quasi-totalité des mesures: fin du certificat Covid; fin du masque obligatoire, sauf dans les transports, les hôpitaux et les EMS; fin des limitations pour les rassemblements.

>> Lire aussi: Alain Berset veut une levée complète des restrictions, sauf pour le masque

Il s'agirait d'un retour à la vie d'avant, sans gestes barrières. Mais quel serait l'impact sanitaire? Faut-il redouter un rebond des infections?

>> Début de réponse dans le 12h30:

Des passantes portant le masque, sur la place de la Riponne à Lausanne. [Laurent Gillieron - Keystone]Laurent Gillieron - Keystone
Quel impact aurait la levée des mesures sanitaires par le Conseil fédéral? / Le 12h30 / 1 min. / le 16 février 2022

12h50

L'appui de l'armée se termine le 19 février

L'armée va terminer son service d'appui au système de santé dans la lutte contre la pandémie de Covid le 19 février. Aucune autre demande cantonale n'a été soumise, annonce le Conseil fédéral mercredi.

A la demande de plusieurs cantons, et pour la troisième fois depuis le début de la pandémie, le Conseil fédéral avait décidé en décembre dernier d'engager l'armée pour assurer un service d'appui. Un effectif maximal de 2500 militaires était prévu jusqu'au 31 mars.

Depuis le début de l'engagement, 25 demandes de soutien ont été menées à bien. Jusqu'à 570 militaires ont été simultanément engagés et l'armée a accompli un total de 20'955 jours de service, indique le gouvernement.

Les soldats ont été actifs pendant la crise du Covid, comme ici à l'EMS Les Charmettes à Neuchâtel.  [Laurent Gillieron - Keystone]Les soldats ont été actifs pendant la crise du Covid, comme ici à l'EMS Les Charmettes à Neuchâtel. [Laurent Gillieron - Keystone]

Les cantons du Jura, du Valais, de Neuchâtel, de Fribourg, d'Argovie, de Nidwald et de Berne ont reçu un appui en faveur de leurs campagnes de vaccination. Jura, Fribourg, le Valais, Lucerne, Genève et Berne ont aussi reçu une aide dans les domaines des soins de base et des soins intensifs dans les hôpitaux. L'armée a également apporté son soutien au niveau matériel (respirateurs et monitorage) et pour transporter des malades contagieux.

La décision du Conseil fédéral prise en décembre doit faire l'objet d'un message qui doit être approuvé par l'Assemblée fédérale, car l'engagement actuel porte sur plus de 2000 militaires et s'étend sur plus de trois semaines. Le gouvernement l'a donc adopté mercredi. Le Parlement se prononcera lors de la session de printemps.

12h45

Un nouveau déficit pour les comptes de la Confédération

La pandémie de Covid-19 plombe une nouvelle fois les comptes de la Confédération. L'exercice 2021 se solde par un déficit de 12,2 milliards de francs, annonce mercredi le Conseil fédéral.

Le déficit est deux fois plus élevé que ce qui était prévu au budget. La Confédération a dépensé 14 milliards de francs pour freiner la pandémie, dont 12,3 à titre de dépenses extraordinaires.

Les recettes ont augmenté de 5,6% par rapport à l’exercice précédent. La TVA a rapporté 1,4 milliard de plus qu'en 2020 et l'impôt fédéral direct 1,2 milliard. Les recettes liées à l'impôt anticipé continuent à reculer. Elles sont inférieures de 300'000 francs par rapport à 2020.

La Banque nationale suisse (BNS) a versé 700'000 francs de plus qu'un an auparavant. Elle a également versé un montant de 1,3 milliard à titre de recette extraordinaire. Ce montant sera consacré à réduire la dette liée au coronavirus.

>> En lire plus: Déficit de 12,2 milliards en 2021 pour la Confédération du fait de la pandémie

Dépenses sanitaires

Les dépenses ont également été plus importantes en 2021 (+0,5%). Elles sont majoritairement liées aux mesures pour endiguer la pandémie, rappelle le Conseil fédéral.

La Confédération a dépensé 4,3 milliards pour les indemnités en cas de réduction de l'horaire de travail. Les aides pour les cas de rigueur ont coûté 4,2 milliards et les allocations pour perte de gain liée au Covid-19 1,8 milliard.

Par rapport à 2020, les dépenses liées à la pandémie ont légèrement reculé (-900'000 francs). Quelque 1,4 milliard de plus a été financé par le budget ordinaire.

12h15

"Pandémie: cette fois, c'est fini?", Infrarouge pose la question

Après exactement deux ans de pandémie, le Conseil fédéral devrait annoncer mercredi la fin de toutes les restrictions sanitaires en vigueur, notamment le certificat Covid.

"Pandémie: cette fois c'est fini?" C'est le débat d'Infrarouge mercredi en direct à 21h05 sur RTS Un, sur Facebook et sur les réseaux sociaux avec #RTSInfrarouge.

08h15

Alain Berset veut une levée complète des restrictions, sauf pour le masque

Alors que le Conseil fédéral doit annoncer mercredi un assouplissement des restrictions contre la pandémie, le conseiller fédéral en charge de la Santé Alain Berset va proposer à ses collègues d'abandonner toutes les mesures d'un seul coup, à commencer par le certificat Covid.

Il faut dire que les statistiques sont plutôt rassurantes: le nombre de nouveaux cas de Covid-19 a diminué de 24% en une semaine et la courbe des hospitalisations suit le même tracé.

>> En lire plus: Alain Berset veut une levée complète des restrictions, sauf pour le masque

Les masques tomberaient également dans les magasins, les salles de spectacles ou encore sur les lieux de travail. Ils resteraient toutefois obligatoires dans les transports publics, les hôpitaux et les établissements médico-sociaux (EMS). L'objectif vise évidemment à protéger les plus vulnérables.

Le Fribourgeois veut également maintenir la possibilité de télétravailler pour les personnes à risque, ainsi que les isolements pour celles qui ont été testées positives au Covid-19.

Reste à voir si le collège gouvernemental suivra ses propositions.

>> Les explications et l'interview de Martin Candinas (Le Centre/GR) dans La Matinale:

Le ministre de l'Intérieur Alain Berset. [Peter Schneider - Keystone]Peter Schneider - Keystone
Alain Berset veut une levée complète des restrictions, sauf pour le masque / La Matinale / 1 min. / le 16 février 2022

08h00

Dans les hôpitaux, la situation n'est pas encore revenue à la normale

"Nous avons 280 patients hospitalisés à cause du Covid-19 ou avec le Covid-19. Nous n'avons plus d'augmentation importante de cas, mais ceci nous empêche toujours de reprendre toute notre activité opératoire", explique le directeur du CHUV à Lausanne Philippe Eckert.

Plus de 900 patients sont dans l'attente d'une intervention au CHUV. "A ce stade, il est important de pouvoir continuer à protéger l'hôpital, en particulier avec le maintien de l'obligation du port du masque dans l'hôpital pour ne pas avoir une augmentation des cas dans notre institution."

A noter aussi que depuis le début du mois, la proportion de patients Covid-19 vaccinés augmente aux soins intensifs du CHUV. Les chiffres sont certes petits, mais l'écart entre le nombre de vaccinés et de non-vaccinés s'amenuise.

>> L'interview intégrale de Philippe Eckert dans La Matinale:

Philippe Eckert, directeur général du CHUV. [Anthony Anex - Keystone]Anthony Anex - Keystone
Dans les hôpitaux, la situation n'est pas encore revenue à la normale / Interview de Philippe Eckert, directeur du CHUV / Le Journal horaire / 1 min. / le 16 février 2022

07h45

Le manque de contacts physiques laisse des traces

Faire la bise, serrer une main ou encore embrasser: le toucher a été au cœur des restrictions contre le Covid-19. Après deux ans de gestes barrières, l'absence du toucher et le manque de contacts corporels a laissé des traces.

Fabienne Martin-Juchat, qui a développé une approche anthropologique de la communication corporelle, dit avoir confiance en l'être humain pour revenir à la situation d'avant la pandémie: se replonger dans des bains sociaux, se relier les uns aux autres, surtout pour les plus jeunes. Et ainsi se sentir vivant.

Mais si des mesures de distanciation devaient perdurer, nous sommes aussi, dit-elle, capable de nous réinventer, de créer une autre façon de se toucher, sans contact physique direct. Mais ce qui est sûr selon elle, c'est que moins l'on vit l'expérience du toucher et plus on a peur de la vivre. Car cela nécessite de prendre le risque de la relation.

>> Les explications dans La Matinale:

Zoom - Les conséquences de la fin des gestes barrières sur le toucher [RTS]
Zoom - Les conséquences de la fin des gestes barrières sur le toucher / La Matinale / 2 min. / le 16 février 2022

07h30

Situation et avenir des masques "made in Switzerland"

Et si le masque était abandonné jeudi, quel serait avenir pour les fabricants suisses? Pour prendre le pouls de cette industrie, la RTS s'est rendue chez Klapp à Genève. L'usine produit des masques depuis l'été dernier.

Le directeur Hervé Zipper reste optimiste, la stratégie de l'entreprise s'inscrit sur le long terme: "On le prend relativement sereinement, car nous n'avons jamais misé sur l''opportunité que pourrait représenter le Covid-19 pour notre activité. Nous nous adressons donc aux gens qui portent le masque au quotidien."

Si Klapp se porte bien, ce n'est pas le cas de l'ensemble de la branche. L'Association des fabricants de masques non-tissés suisse parle de producteurs en souffrance. Certaines entreprises ont d'ailleurs déjà délocalisé leur ligne de production dans les pays de l'Europe de l'Est.

>> Lire aussi: Les masques "made in Switzerland" peinent face à la concurrence chinoise

>> Le reportage de La Matinale:

Des masques FFP2. [Salvatore Di Nolfi - Keystone]Salvatore Di Nolfi - Keystone
Situation et avenir des masques "made in Switzerland" / La Matinale / 2 min. / le 16 février 2022

07h15

Après des mois d'obligation, va-t-on facilement laisser tomber le masque?

Alors que le Conseil fédéral pourrait annoncer mercredi la fin du port du masque dans les magasins, bars ou restaurants, pas facile pour tout le monde de lâcher cet objet qui est devenu le symbole de protection face au virus.

Les restrictions ont modifié nos rapports sociaux et façons de voir le monde. Pour Sandro Cattacin, sociologue à l'Université de Genève, interrogé dans le 19h30, le cerveau doit désormais réapprendre la notion de confiance.

"Se dire que maintenant, le virus est indolore, invisible et ne peut plus nous atteindre, c'est difficile à intégrer cognitivement pour certaines personnes", a aussi expliqué dans le 19h30 Philip Jaffé, psychologue à l'Université de Genève.

>> Les explications dans le 19h30:

Le Conseil fédéral devrait annoncer demain la fin des restrictions. Une liberté qui provoque chez certains de l'anxiété [RTS]
Le Conseil fédéral devrait annoncer demain la fin des restrictions. Une liberté qui provoque chez certains de l'anxiété / 19h30 / 1 min. / le 15 février 2022

07h00

40% de la population infectée par Omicron en 4 semaines

Une très grande majorité des Suisses auront une "certaine immunité" contre le coronavirus à la fin de cet hiver, que ce soit par la vaccination ou après guérison, estime la task force scientifique de la Confédération. Rien que pendant les quatre semaines autour du pic de la vague Omicron, 30 à 40% de la population a été infectée.

Près de 900'000 personnes ont été testées positives au Sras-CoV-2 en l'espace de seulement quatre semaines au cours de l'hiver 2021-2022, estime la Task Force dans son rapport. Si l'on tient compte du nombre de cas non recensés, il faut multiplier ce chiffre par trois, voire quatre.

Au final, jusqu'à 3,6 millions de personnes pourraient avoir été infectées par le coronavirus, la plupart par le variant Omicron. Le nombre d'hospitalisations liées au coronavirus a toutefois continué de diminuer sensiblement depuis le début de l'année, relèvent les experts.

06h45

Le trafic de drogue ne connaît pas la crise

Avec l'assouplissement des mesures sanitaires, les vols ont peu à peu pu reprendre leur rythme en Suisse. Conséquence directe, les saisies de drogue ont repris l'ascenseur dans les aéroports, notamment à Zurich.

Pourtant, la crise du coronavirus n'aura pas fondamentalement bouleversé le trafic de drogue, qui passe essentiellement par voie terrestre et maritime. Une question lancinante au cours de cette pandémie était également de savoir si elle pousserait à une surconsommation.

>> En lire plus: La résilience du trafic de drogue en Suisse pendant la pandémie

En Suisse, l'impact aura été moindre, explique Frank Zebel, directeur-adjoint d'Addiction Suisse: "La grande surprise, c'est qu'à peu près tout est resté la même chose. Ce qui a peut-être diminué, c'est la consommation festive, la consommation sociale, car les gens étaient moins ensemble, ils sortaient moins. Mais la consommation régulière, celle qui fait l'essentiel du marché, a continué et peut-être parfois légèrement augmenté, quand des gens étaient tout seul à la maison en télétravail", précise-t-il dans La Matinale.

>> Réécouter également l'interview intégrale de Frank Zebel dans La Matinale:

La consommation de drogue des Suisses pendant la crise sanitaire: interview de Frank Zobel (vidéo) [RTS]
La consommation de drogue des Suisses pendant la crise sanitaire: interview de Frank Zobel (vidéo) / La Matinale / 8 min. / le 15 février 2022

06h30

Retour sur la journée de mardi

L'Office fédéral de la santé publique a fait état mardi de 20'310 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures, selon les chiffres de l'Office fédéral de la santé publique. On déplore 17 décès supplémentaires et 140 malades ont été hospitalisés.

Il y a sept jours, l'OFSP avait annoncé 26'761 cas. Le même jour, il dénombrait 25 décès et 190 hospitalisations supplémentaires. En une semaine, le nombre de nouveaux cas a ainsi reculé de 24,1%. Les hospitalisations ont dans le même temps baissé de 26,3%.

Au total, 190 personnes atteintes du Covid se trouvent actuellement aux soins intensifs, occupant 22,20% des places disponibles en soins intensifs, dont le taux d'occupation est de 72,20%.

Durant les dernières 24 heures, les résultats de 60'896 tests ont été transmis. Le taux de positivité s'élève à 33,4%, contre 37,2% il y a une semaine. Le taux de reproduction, qui a un délai d'une dizaine de jours, est lui de 0,82.

Le variant Omicron représente 99,2% des cas de coronavirus séquencés ou examinés dans les laboratoires sur sept jours, avec un délai de deux semaines environ. Selon l’OFSP, 96'803 personnes se trouvent actuellement en isolement après avoir été testées positives au coronavirus.

Au total, 68,66% des Suisses ont déjà reçu deux doses de vaccin. Par rapport à la population âgée de plus de 12 ans, la part des personnes entièrement vaccinées se monte à 77,89%, indique l'OFSP. Par ailleurs, 75,46% des personnes âgées de 65 ans et plus et 40,96% de la population totale ont déjà reçu une dose de rappel.

Sur les 28 derniers jours, le nombre total d'infections est de 818'114, soit 9393,51 nouvelles infections pour 100'000 habitants. Depuis le début de la pandémie, 2'606'901 cas de contamination au Covid-19 ont été confirmés en laboratoire sur un total de 4'703'138 tests effectués en Suisse et au Liechtenstein. Le total des décès s'élève à 12'591 et le nombre de personnes hospitalisées atteint 45'220.

>> Retour sur la journée de mardi: Une grande majorité des Suisses auront une "certaine immunité" contre le coronavirus

06h00

Le dossier complet

Retrouvez dans notre dossier toutes les informations, toutes les analyses et toutes les émissions consacrées au Covid-19.

Le dossier consacré à l'épidémie de coronavirus