Publié Modifié

La Suisse compte 12'598 nouveaux cas, un record en 24 heures

- L'Office fédéral de la santé publique a fait état mercredi de 12'598 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures, un record depuis le début de la pandémie. On déplorait 34 décès supplémentaires et 113 malades ont été hospitalisés.

- Le canton du Jura impose le port du masque dans les espaces intérieurs accessibles au public ainsi que pour les manifestations qui réunissent simultanément plus de 300 personnes, même si l’accès est réservé uniquement aux personnes vaccinées et guéries.

- Les bars peuvent combiner et alterner les règles 2G et 3G, par exemple entre la semaine et le week-end, ou entre des locaux ou étages différents. Cette souplesse permet de tenter de réduire les baisses de chiffre d'affaires.

- Face au nombre de contaminations et à la situation dans les hôpitaux, le Conseil fédéral a décidé mardi d'offrir à nouveau l'appui de l’armée aux cantons.

- Depuis ce lundi, le certificat sanitaire est exigé pour toute activité en intérieur et le masque devient obligatoire dans tous les espaces intérieurs ouverts au public. La durée de validité des tests rapides antigéniques pour bénéficier d'un pass sanitaire est réduite à 24 heures, selon les nouvelles mesures prises par le Conseil fédéral vendredi pour lutter contre le coronavirus.

Suivi assuré par RTSinfo

19h45

Le patron de Credit Suisse épinglé pour violation des quarantaines obligatoires

Le président de Credit Suisse António Horta-Osório a contrevenu aux règles de quarantaines mises en place par la Suisse. Selon une enquête du journal alémanique Blick, le nouveau président du conseil d'administration de la banque zurichoise a quitté la Suisse quelques jours à peine après être rentré du Royaume-Uni fin novembre, violant ainsi les règles sanitaires de la Confédération.

Selon le Blick, le Portugais se serait renseigné le 28 novembre sur la possibilité de raccourcir, voire de se faire libérer de la quarantaine. Le canton de Schwyz, où il réside, ainsi que la Confédération ont refusé de donner suite à cette demande. Mais il a tout de même pris un jet privé le 1er décembre pour se rendre dans la péninsule ibérique. Et il a ensuite poursuivi son voyage, se rendant à New York pour une réunion du conseil d'administration.

Credit Suisse et António Horta-Osório ont confirmé ces informations. La banque indique "regretter" la violation de l'obligation de quarantaine par son président. Ce dernier, cité dans le courriel de la banque, dit avoir "commis involontairement une entorse aux règles de quarantaine de la Suisse en quittant le pays le 1er décembre".

"Je regrette profondément cette erreur. Je m'en excuse et veillerai à ce que cela ne se reproduise pas", ajoute-t-il.

19h30

L'obligation vaccinale, une fausse bonne idée pour la Suisse?

Plusieurs pays européens, dont l'Allemagne, l'Autriche ou encore la Grèce, ont franchi le pas de l'obligation vaccinale pour lutter contre la pandémie. En Suisse, le débat a été lancé lundi à Berne par le socialiste zurichois Fabian Molina. Selon lui, l'obligation vaccinale est la "moins pire" des solutions sur le plan éthique, en comparaison avec des restrictions imposées à tous et toutes, ou des restrictions visant uniquement les non-vaccinés.

Mais la Suisse est-elle prête à briser ce véritable tabou, qui avait cristallisé les discussions lors des débats autour de la loi sur les épidémies votée il y a bientôt 10 ans, rappelle la bioéthicienne Samia Hurst-Majno.

"On avait discuté presque que de ça, ça obsédait tout le monde. Et finalement, le texte ne prévoit clairement pas de base légale pour une obligation pour toute la population. En revanche, il y a des possibilités prévues de prononcer des obligations vaccinales pour trois types de population: les personnes plus à risque de mourir, les personnes plus exposées, et les personnes plus à risque de transmettre. Mais même dans ces cas-là, il n'y a aucune sanction prévue. Donc c'est une obligation symbolique", détaille-t-elle.

>> Regarder le grand débat de Forum sur l'obligation vaccinale entre Samia Hurst-Majno, l'infectiologue et médecin aux HUG Anne Iten et le sociologue de la santé de l'Unil Francesco Panese:

Le grand débat - Pourquoi l'obligation vaccinale est-elle tabou? [RTS]
Le grand débat - Pourquoi l'obligation vaccinale est-elle tabou? / Forum / 21 min. / le 8 décembre 2021

16h30

Genève présente son nouveau dispositif de mesures

Le canton de Genève a adapté ses mesures sanitaires aux dernières annonces faites à ce sujet par le Conseil fédéral. L'exigence du certificat Covid et le port du masque sont étendus, a annoncé mercredi le gouvernement.

Dans le milieu professionnel, le port du masque est obligatoire, sauf dans les bureaux individuels. Il est également requis dans les véhicules professionnels ainsi que dans les véhicules privés, à l'exception des groupes familiaux, a précisé le conseiller d'Etat Mauro Poggia.

Dans les écoles, le port du masque devient obligatoire dès l'âge de 8 ans. Il a été constaté que le virus circule beaucoup en milieu scolaire. De nombreux cas y sont dépistés. Il s'agit de protéger essentiellement l'entourage des enfants, car la maladie ne provoque généralement pas de complications chez eux.

Opérations non-urgentes reportées

Pour les manifestations en intérieur, le certificat Covid ainsi que le port du masque sont obligatoires, à moins que l'accès soit réservé aux seules personnes vaccinées ou guéries (2G). Pour les manifestations à l'extérieur, le certificat Covid devient obligatoire au-delà de 300 personnes.

Par ailleurs, le directeur médical des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG), Arnaud Perrier, interrogé par la télévision locale Léman Bleu, a indiqué qu'à partir de lundi prochain, les opérations non-urgentes seront reportées. Des unités ont en effet dû être transformées pour accueillir des patients atteints du Covid-19.

15h20

Des cantons alémaniques également plus stricts en matière sanitaire

Bâle-Ville et la Thurgovie se démarquent dans leurs régions respectives en matière de port du masque. Les deux cantons maintiennent cette obligation pour tous les évènements et dans tous les espaces intérieurs, y compris ceux réservés aux personnes vaccinées ou guéries.

Après les annonces du Conseil fédéral vendredi dernier, plusieurs cantons dont Berne, Bâle-Campagne, Soleure, Argovie et St-Gall ont autorisé des assouplissements des mesures dans les établissements qui pratiqueraient un contrôle "2G".

Lundi, le gouvernement de Bâle-Ville a annoncé qu'il maintenait l'obligation de porter le masque, même dans ces lieux. Il invoque la situation dramatique dans ses hôpitaux, la plupart affichant complet.

Mercredi, le gouvernement thurgovien en a fait de même. Le port du masque y reste généralisé dans tous les espaces intérieurs en raison de la situation épidémiologique tendue dans laquelle se trouve le canton. Le maintien des mesures cantonales est "absolument approprié", a déclaré le ministre de la santé Urs Martin (UDC) face aux députés du Grand Conseil.

14h40

Port du masque allégé dans le canton de Berne

Le port du masque ne sera plus imposé dans les établissements du canton de Berne qui limitent leur accès aux personnes vaccinées ou guéries (2G). Le Conseil-exécutif a modifié l'ordonnance cantonale Covid à la suite des mesures prises la semaine dernière au niveau fédéral.

Le gouvernement a aussi adapté les règles dans le domaine de l'exécution judiciaire à la suite du durcissement des dispositions édictées au niveau fédéral. Elles concernent le port du masque dans les espaces clos, l'obligation de présenter un certificat pour les visites ainsi que les tests au retour des sorties ou des congés.

Le masque reste obligatoire pour les visites dans les hôpitaux, les EMS et les foyers éducatifs, a précisé mercredi le canton de Berne. Ces modifications entrent en vigueur ce jeudi et sont valables jusqu'au 24 janvier 2022.

14h25

Nouveau record du nombre de contaminations

Le nombre de nouveaux cas de Covid-19 reste à des niveaux record en Suisse. Selon les données publiées mercredi, 11'681 personnes ont été testées positives ce lundi. Ce chiffre devrait probablement être légèrement revu à la hausse ces prochains jours en raison des retards dans les déclarations. Il dépasse déjà le précédent record, annoncé une semaine plus tôt, avec 11'491 cas dépistés le lundi 29 novembre.

Il faut remonter au 2 novembre 2020, au pic de la 2e vague, pour trouver un nombre de cas similaire. Ce jour-là, la Suisse avait enregistré 10'517 nouvelles contaminations. La barre des 10'000 infections en un seul jour n'a été franchie qu'à sept reprises, dont cinq fois depuis le 29 novembre.

Les deux périodes restent toutefois difficiles à comparer. Le nombre de tests s'avère beaucoup plus important actuellement, avec près de 60'000 tests par jour, contre environ 30'000 lors du pic de la deuxième vague. Il est donc probable que davantage de cas n'étaient pas détectés à l'époque.

13h50

La Suisse compte 12'598 nouveaux cas et 34 décès en 24 heures

La Suisse compte mercredi 12'598 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures, un record depuis le début de la pandémie, selon les chiffres de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). On déplore 34 décès supplémentaires et 113 malades ont été hospitalisés.

Durant les dernières 24 heures, les résultats de 76'147 tests ont été transmis. Le taux de positivité s'élève à 16,54%.

Le variant Omicron correspond à 3,6% des variants du coronavirus séquencés ou examinés dans les laboratoires ces sept derniers jours. Seule une petite proportion des cas recensés en Suisse fait l’objet d’un séquençage. Il est notamment mené sur les malades du coronavirus provenant d'un pays d'Afrique australe et sur les proches de ces personnes

Sur les quatorze derniers jours, le nombre total d'infections est de 115'106, soit 1321,64 nouvelles infections pour 100'000 habitants. Le taux de reproduction, qui a un délai d'une dizaine de jours, est lui de 1,2. Les patients Covid-19 occupent 30,5% des places disponibles en soins intensifs, dont le taux d'occupation est de 81,7%.

Deux tiers entièrement vaccinés

Par ailleurs, 66,17% de la population du pays est entièrement vaccinée, et 36,58% des personnes âgées de 65 ans et plus ont déjà reçu une dose de rappel.

Depuis le début de la pandémie, 1'090'906 cas de contamination au Covid-19 ont été confirmés en laboratoire sur un total de 13'341'599 tests effectués en Suisse et au Liechtenstein. Le total des décès s'élève à 11'326 et le nombre de personnes hospitalisées atteint 36'404.

Le pays dénombre par ailleurs 56'375 personnes en isolement et 38'919 individus faisant partie de leurs contacts ont été mis en quarantaine.

13h30

Un match réservé aux vaccinés et aux guéris

A la patinoire de La Chaux-de-Fonds mardi soir, sur décision de la direction du club, seules les personnes vaccinées ou guéries ont pu assister au match. Cette nouvelle limitation est soutenue par l'ensemble des clubs de ligue professionnelle.

>> Voir le reportage du 12h45:

À la patinoire de La Chaux-de-Fonds mardi, seules les personnes vaccinées ou guéries ont pu assister au match sur décision de la direction du club [RTS]
À la patinoire de La Chaux-de-Fonds mardi, seules les personnes vaccinées ou guéries ont pu assister au match sur décision de la direction du club / 12h45 / 2 min. / le 8 décembre 2021

13h00

Des parents genevois s'opposent au masque obligatoire à l'école primaire

A Genève, 200 personnes ont manifesté mercredi matin devant l'Hôtel de Ville pour s'opposer à la mesure du Département de l'instruction publique (DIP) imposant le masque aux élèves dès la cinquième primaire.

La pluie et le froid n'ont pas eu raison de leur volonté. Des parents, des enfants et même des grands-parents étaient présents à la mobilisation. "Les enfants ont des droits. Nous avons l'obligation de les défendre", a déclaré un manifestant. Réunie en vieille-ville, la foule a également scandé la démission du ministre de la santé Mauro Poggia.

Une lettre munie de 5500 signatures a par ailleurs été envoyée au Conseil d'Etat par l'association Collectif Parents Suisse. Une délégation du gouvernement genevois a accepté de rencontrer des représentants des manifestants et manifestantes dans l'après-midi.

>> Le suivi de la manifestation dans le 12h30:

Manifestation à Genève contre le port du masque à l’école primaire. [Salvatore Di Nolfi - Keystone]Salvatore Di Nolfi - Keystone
Manifestation à Genève contre le port du masque à l’école primaire / Le 12h30 / 1 min. / le 8 décembre 2021

11h10

Le canton du Jura précise ses mesures

Le Gouvernement jurassien a précisé mardi le dispositif cantonal suite aux annonces de la Confédération de la fin de semaine dernière. Pour l’essentiel, l'exécutif aligne son dispositif sur celui proposé par Berne, a-t-il fait savoir mercredi. Il impose toutefois le port du masque dans les espaces intérieurs accessibles au public ainsi que pour les manifestations qui réunissent simultanément plus de 300 personnes, même si l’accès est réservé uniquement aux personnes vaccinées et guéries.

Les matchs de hockey sur glace du HC Ajoie qui se tiendront à domicile à la patinoire de Porrentruy sont également concernés par la mesure. Les supporters devront donc être masqués même si la Ligue nationale de hockey a décidé mardi de passer au certificat 2G.

Le canton maintient également l’interdiction des réunions privées de plus de 10 personnes sans certificat. Par ailleurs, les tests hebdomadaires répétitifs sont réintroduits à l’école primaire de la 3e à la 8e année Harmos. Les élèves de 7e et 8e années Harmos devront porter un masque lorsqu’un cas positif est confirmé dans une classe. Enfin, le port du masque reste obligatoire dès l’école secondaire.

10h40

Retour de tests partiellement gratuits

Les tests Covid seront à nouveau partiellement gratuits. Le Conseil national s'est tacitement rallié mercredi au compromis proposé par le Conseil des Etats sur leur prise en charge.

Le National voulait à l'origine le retour de la gratuité pour tous les tests. Mais le Conseil des Etats a jugé le coût exagéré, un constat partagé par les députés. Une telle mesure entraînerait une dépense hebdomadaire de quelque 80 millions de francs.

Certains tests restent payants

La solution restrictive du Conseil des Etats permet de diviser par deux ce montant. Les tests PCR individuels et les tests rapides destinés à l'usage personnel, ainsi que les tests sérologiques détectant les anti-corps dans le sang, pourront rester payants. La Confédération règle les modalités en collaboration avec les cantons.

Le Conseil fédéral avait décidé début octobre de cesser de payer les tests, arguant que la collectivité n'avait pas à prendre en charge des coûts élevés. Il avait maintenu plusieurs exceptions sans limite de temps pour les moins de 16 ans, les personnes qui ne peuvent pas se faire vacciner pour des raisons médicales et celles qui ont des symptômes.

09h30

L'efficacité des tests sérologiques est difficile à définir

Les Suisses font de plus en plus appel aux tests sérologiques pour obtenir un certificat Covid. Ces tests permettent de détecter la présence d'anticorps, et potentiellement d'obtenir un pass de 90 jours. Reste à connaître le taux exact de ces anticorps, soit le taux à partir duquel on est protégé face au coronavirus. Mais ce n'est pas évident. Il n'existe pas de seuil officiel, parce que chaque fabricant de tests a sa propre recette pour mesurer les anticorps.

Cela complique l'interprétation des résultats, a expliqué mercredi Gilbert Greub, microbiologiste au CHUV, dans La Matinale. Il n'est pas possible d'uniformiser ces tests, parce que l'immunité reste une notion très compliquée. On a beaucoup d'anticorps différents qui ont des fonctions différentes. Chaque test a donc sa propre formule, et la formule idéale n'existe pas.

>> Le sujet de La Matinale:

Très demandés, les tests sérologiques restent difficiles à interpréter. [Michael Buholzer - KEYSTONE]Michael Buholzer - KEYSTONE
Très demandés, les tests sérologiques restent difficiles à interpréter / La Matinale / 1 min. / le 8 décembre 2021

09h15

Les centres de dépistages sont débordés pour les tests PCR

Raccourcir la durée de validité des tests PCR s'avère impossible. A cause de la Suisse romande, avait affirmé le ministre de la santé Alain Berset la semaine dernière en conférence de presse. Les centres de tests sont en effet trop lents à délivrer leurs résultats, d'où l'impossibilité de réduire leur validité à 48 heures, contre 72 aujourd'hui.

La situation diverge selon les cantons. L'un d'entre eux est en difficulté face à la cinquième vague: le Jura. La région connaît, comme partout, une augmentation de la demande de tests. Et les infrastructures peinent à suivre. Les Jurassiens qui veulent voyager doivent donc trouver d'autres solutions, comme se faire tester à l'aéroport par exemple.

Dans les autres cantons romands, on parle d'une situation sous contrôle, même si les résultats des tests PCR arrivent plus lentement avec l'augmentation de la demande. Dans l'ensemble, les délais sont parfois longs, jusqu'à 48 heures à Fribourg par exemple. Trop long donc pour réduire la durée de validité des tests.

>> Le sujet de La Matinale:

Les centres de dépistages sont débordés pour les tests PCR. [Gaetan Bally - KEYSTONE]Gaetan Bally - KEYSTONE
Les centres de dépistage sont débordés et empêchent de réduire la durée de validité des tests PCR / La Matinale / 1 min. / le 8 décembre 2021

09h00

Les bars peuvent adopter un système mixte 2G/3G

Refuser les non vaccinés un jour, mais les accepter le lendemain: cette souplesse est offerte aux exploitants d'établissement publics, en Suisse. Un bar peut par exemple accueillir tous les clients qui possèdent un certificat Covid, assis et masqués, durant la semaine, avant de restreindre son accès, le week-end, aux seuls vaccinés et guéris, pour leur permettre de rester debout sans masque.

Les bars peuvent changer de conditions d'entrée selon les jours, si c'est clairement affiché et contrôlé. Mais est-ce qu'un établissement peut changer de système, selon les salles: avoir un étage en 2G et un autre en 3G? Les avis divergent: Neuchâtel y est opposé, tandis que Vaud y est favorable, pour autant que les lieux soient séparés et que les groupes ne se mélangent pas.

>> Le sujet de La Matinale:

Les bars ont une certaine marge de manoeuvre dans l'application des règles 2G et 3G. [Enric Fontcuberta - EPA]Enric Fontcuberta - EPA
La règle des 2G offre une certaine souplesse aux établissements publics / La Matinale / 1 min. / le 8 décembre 2021

08h45

Omicron entraîne des nouvelles pénuries d'approvisionnement

Le nouveau variant Omicron sème de nouveaux grains de sable dans les chaînes d'approvisionnement, à cause des nouvelles restrictions partout dans le monde. Elles arrivent à un moment où la situation est déjà difficile depuis des mois: manque de containers, capacités de fret maritime insuffisantes, pénurie de chauffeurs routiers... A tel point que les goulets d'étranglement sont devenus la principale source d'inquiétude des entreprises en Suisse.

>> Le sujet de La Matinale:

Les entreprises suisses s'inquiètent des problèmes d'approvisionnement provoqués par le nouveau variant Omicron. [TANNEN MAURY - EPA]TANNEN MAURY - EPA
Le variant Omicron génère de nouveaux problèmes d'approvisionnement dans les entreprises suisses / La Matinale / 1 min. / le 8 décembre 2021

08h30

Le port du masque dans les écoles variable selon les cantons

Non vaccinés et donc moins immunisés que leurs aînés, les enfants sont nombreux à contracter le Covid-19 lors de cette cinquième vague. Dans le canton de Vaud, les cas ont quadruplé en deux semaines. Et pour freiner les transmissions, le port du masque gagne du terrain.

Mais les cantons romands appliquent une grande diversité de consignes en matière de masque a l'école. Celui-ci est obligatoire dès 8 ans à Genève, dès 10 ans dans le canton de Vaud et à Berne, dès 12 ans à Neuchâtel, dans le Jura et à Fribourg, et pas imposé du tout en Valais.

Pas de panique

Une cacophonie fédéraliste que le directeur de la Conférence latine de l’instruction publique relativise. "Il y a quelques petites différences entre les cantons, c'est vrai, mais elles sont mineures sur le fond", juge  Jean-Pierre Siggen. "Le but premier, c’est de pouvoir donner l’enseignement en présence à l’école", rappelle-t-il.

Le médecin cantonal vaudois se veut également rassurant. Cette hausse des infections ne pose pas de problèmes de santé pour les enfants. Si de jeunes élèves sont contraints de porter un masque ces prochaines semaines, ce n’est pas pour les protéger eux mais bien pour limiter la propagation du virus aux non-vaccinés et aux plus vulnérables.

>> Les explications du 19h30:

Port obligatoire du masque à l’école et dépistage massif ou ciblé: Pourquoi les cantons avancent-ils en ordre dispersé face à la 5e vague de coronavirus? [RTS]
Port obligatoire du masque à l’école et dépistage massif ou ciblé: Pourquoi les cantons avancent-ils en ordre dispersé face à la 5e vague de coronavirus? / 19h30 / 2 min. / le 7 décembre 2021

08h15

La nouvelle politique de tests déroute les adeptes d'escapades touristiques

Le changement des règles d'entrée sur le territoire suisse a surpris beaucoup de monde. La levée des quarantaines obligatoires s'accompagne d'un nouveau régime de tests, imposant un premier test moins de 72h avant le retour, puis un second quelques jours après le retour en Suisse. De quoi décourager les amateurs et amatrices d'escapade touristique, parfois mal informés.

>> Plus de détails: Voyager avec les restrictions Covid en fin d'année: tour d'horizon des conditions

Car cette mesure est applicable pour des villes comme Paris, Berlin ou Barcelone, mais n'entre pas en vigueur pour des villes comme Milan, Lyon ou Munich, qui se situent dans des régions considérées comme frontalières.

L'introduction du double test pour des villes prisées en période de fête a un impact sur les voyageurs, mais aussi pour les compagnies aériennes qui les desservent. Interpellé sur ce point cet après-midi lors de son point presse, l’OFSP n’a pas l’intention d’assouplir la mesure, du moins pour l’instant.

>> Les explications du 19h30:

Les voyageurs suisses qui rentrent de zones non frontalières doivent dorénavant effectuer deux tests Covid, resserrant l’étau de l’économie touristique [RTS]
Les voyageurs suisses qui rentrent de zones non frontalières doivent dorénavant effectuer deux tests Covid, resserrant l’étau de l’économie touristique / 19h30 / 1 min. / le 7 décembre 2021

08h00

Mobilisée à nouveau, l'armée pourra tirer les leçons des premières vagues

Environ 2500 militaires seront déployés pour aider les cantons dans leur campagne de vaccination pour la 3e dose, a décidé mardi le Conseil fédéral. Ces troupes seront à disposition au moins jusqu'à fin mars. Mais pour obtenir cette aide, les cantons devront prouver qu'il n’y a pas d'alternatives.

>> Plus de précisions dans le 19h30 de mardi:

L’armée est rappelée en renfort de la Confédération au vu de la situation sanitaire en Suisse [RTS]
L’armée est rappelée en renfort de la Confédération au vu de la situation sanitaire en Suisse / 19h30 / 1 min. / le 7 décembre 2021

C'est donc la troisième fois que l'armée fournira son aide depuis le début de la pandémie. Et certains enseignements ont déjà pu être tirés, explique le brigardier Raynald Droz, chef d'Etat-major du commandement des opérations.

"Le premier enseignement est lié au genre de troupes qu'on va mettre en service. Il s'agira principalement de volontaires et de soldats en service long, et seulement en dernier recours des troupes qu'il faudrait re-mobiliser", explique-t-il. Le deuxième élément concerne le processus d'engagement, qui permet "une juste adéquation entre les besoins des cantons et l'engagement de l'armée". Maintenir cet équilibre constituera le défi principal, estime le brigadier.

>> L'interview complète de Raynald Droz dans Forum:

L’armée sera mobilisée pour la distribution de la 3e dose du vaccin en Suisse: interview de Raynald Droz [RTS]
L’armée sera mobilisée pour la distribution de la 3e dose du vaccin en Suisse: interview de Raynald Droz / Forum / 4 min. / le 7 décembre 2021

07h45

L'évolution de la pandémie menace les soins de tous les patients

Si l'évolution de l'épidémie n'est pas rapidement freinée, cela aura des répercussions sur tous les patients, indique le vice-président de la "task force" scientifique. Selon Urs Karrer, "nous sommes à un point critique de la pandémie".

Deux groupes de patients doivent actuellement être soignés. D'une part, les personnes non vaccinées âgées de 40 à 70 ans, qui ne sont pas vaccinées malgré des facteurs de risque. D'autre part, les personnes entre 70 et 90 ans qui souffrent de nombreuses maladies et qui n'ont pas encore reçu la troisième dose de vaccin. Ce deuxième groupe est plus grand. D'où l'importance de faire une dose de rappel le plus rapidement possible, selon Urs Karrer.

Le seuil des 400 victimes du coronavirus soignées aux soins intensifs pourrait ainsi être dépassé à la mi-décembre. Il y a un risque que le système de santé et que le personnel travaillant dans les établissements de santé s'épuisent après la mi-décembre, poursuit le scientifique.

Cette tendance peut être inversée, souligne Urs Karrer. L'Autriche et l'Allemagne, qui connaissent un taux de vaccination similaire à celui de la Suisse, y sont parvenues avec une forte diminution du nombre de contacts.

07h30

Seuls les vaccinés et les guéris autorisés dans les patinoires

Dès à présent, seules les personnes vaccinées ou guéries du Covid auront le droit de se rendre dans les patinoires de National et Swiss League. La direction et les clubs l'ont décidé. Les organisations suivent ainsi les mesures décidées par le Conseil fédéral vendredi dernier pour lutter contre la propagation du virus.

La question centrale était de savoir si les clubs allaient accorder l'accès aux stades aux personnes de plus de 16 ans titulaires d'un certificat dit des 3G (guéri, vacciné, testé ou en allemand genesen, geimpft, getestet), comme c'était le cas jusqu'à présent, ou s'il fallait limiter l'accès aux personnes titulaires d'un certificat de vaccination ou de guérison (2G).

Les clubs ont décidé à l'unanimité d'adapter leur concept de protection pour les spectateurs âgés de 16 ans et plus au certificat 2G. Avec cette décision, l'obligation de porter un masque dans les stades de NL et SL est supprimée (mais dépend des directives cantonales) et la consommation restera possible sans restriction, même aux places debout.

>> Les explications dans Forum:

Hockey sur glace: les patinoires passent en 2G [RTS]
Hockey sur glace: les patinoires passent en 2G / Forum / 2 min. / le 7 décembre 2021

07h15

Masque obligatoire pour les élèves dès 10 ans dans le canton de Vaud

Le masque sera obligatoire dès mercredi pour les élèves dès la 7e année (10-11 ans) dans le canton de Vaud. Tous les enseignants devront aussi le porter en tout temps à l'intérieur des bâtiments scolaires. Les spectacles de Noël sont annulés.

Des élèves vaudois masqués. [Laurent Gillieron - Keystone]Des élèves vaudois masqués. [Laurent Gillieron - Keystone]Jusqu'à présent, le masque était imposé aux élèves et aux enseignants à partir de la 9e année (12-13 ans). Mais la détérioration de la situation épidémiologique a poussé le Conseil d'Etat à muscler les mesures dans les écoles, a-t-il annoncé mardi lors d'un point presse.

Le deuxième cycle primaire (5P-8P) est celui où la hausse des contaminations est actuellement la plus marquée, a expliqué la cheffe du Département de la formation, de la jeunesse et de la culture (DFJC), Cesla Amarelle. Pour les 5e et 6e années (8-10 ans), l'obligation de se couvrir le bas du visage pourra être décrétée dans un établissement en cas de foyer de Covid, "pour une durée de dix jours en principe".

Camps et voyages sauvés

Une batterie d'autres mesures complète l'extension du port du masque. A l’école obligatoire, les joutes sportives, soirées d’information pour les parents, spectacles ou exposition à l’intention des parents comme les chantées de Noël ne peuvent pas avoir lieu, ni à l’intérieur ni à l’extérieur. Le partage de nourriture est exclu. Les spectacles destinés aux élèves sont autorisés, en limitant les capacités et sans mélanger les classes.

Le même régime prévaut pour le postobligatoire, où les événements festifs organisés par ou pour les élèves sont aussi prohibés.

Les camps et voyages scolaires sont maintenus en respectant les plans de protection établis. "C'est la dernière chose que nous souhaitons retirer, car nous sommes conscients de leur importance dans la vie des élèves", a déclaré Cesla Amarelle.

>> Le résumé des nouvelles mesures vaudoises dans le 12h30:

Vaud étend le port du masque dans les écoles. [Gaetan Bally - Keystone]Gaetan Bally - Keystone
Le canton de Vaud met en place de nouvelles mesures sanitaires dans les écoles / Le 12h30 / 1 min. / le 7 décembre 2021

07h00

Report de certaines opérations à l'Hôpital du Jura

L'Hôpital du Jura (H-JU) est contraint de reporter certaines opérations programmées ces prochains jours en raison de l'afflux de patients atteints du Covid. La "task force" de l'établissement hospitalier jurassien doit prendre des mesures au jour le jour.

Comme les autres hôpitaux publics en Suisse, l'H-JU doit maintenir autant que possible des interventions importantes et en parallèle assurer la sécurité sanitaire en période de pandémie. Au moins huit interventions seront ajournées cette semaine, a annoncé mardi l'établissement hospitalier.

Les opérations reportées ne sont pas de nature à menacer l'espérance de guérison des patients, a assuré l'H-JU. L'hôpital comptait mardi matin quatre personnes atteintes du Covid aux soins intensifs alors qu'il dispose de six lits dans ce service. La totalité des patients en soins intensifs est non vaccinée.

"Nous payons actuellement un lourd tribut au taux de vaccination relativement peu élevé dans le canton du Jura et à un manque de vigilance ces deux dernières semaines dans l'application des mesures barrières", écrit l'Hôpital du Jura.

06h45

Les cliniques privées mobilisées pour soulager les hôpitaux publics

Face à la cinquième vague de Covid-19, les grands hôpitaux romands sont sous tension et ont besoin de marge de manœuvre, notamment pour soulager leurs soins intensifs. Les cliniques privées ont ainsi un rôle important à jouer dans la gestion de la crise sanitaire.

A Lausanne, la clinique de la Source accueille des patients transférés du Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV) dans son unité de soins intensifs. "On a la possibilité d’accueillir un patient régulièrement. C’est une petite contribution mais c’est toujours ça", a rapporté dans La Matinale son directeur Dimitri Djordjevic.

"Les cliniques n’ont jamais quitté la cellule de crise du canton. On est quotidiennement en contact pour faire l’évaluation des disponibilités dans le canton et, dans la mesure du possible, on va jouer notre rôle, y compris pour accueillir des patients non-Covid", a-t-il précisé.

Pour Dimitri Djordjevic, il est par ailleurs important que le système sanitaire "ayant tiré les leçons du passé, ne retombe pas dans un arrêt total de la prise en charge des patients non-Covid, parce qu’ils ont tout autant le droit d’être soignés que les autres".

>> L’entretien complet avec Dimitri Djordjevic dans La Matinale:

L'invité de La Matinale (vidéo) - Dimitri Djordjevic, directeur général de la clinique La Source [RTS]
L'invité de La Matinale (vidéo) - Dimitri Djordjevic, directeur général de la clinique La Source / La Matinale / 10 min. / le 7 décembre 2021

06h30

Certificat Covid dans les réunions privées de plus de 10 personnes à Neuchâtel

Le canton de Neuchâtel prend des mesures supplémentaires, en lien avec la pandémie, à celles annoncées vendredi par le Conseil fédéral. Il a décidé d'imposer le certificat Covid aux personnes de plus de 16 ans participant à une réunion privée ou familiale de plus de 10 personnes.

Le Conseil d'Etat neuchâtelois maintient aussi les restrictions de capacité en vigueur, levées par la Confédération qui a toutefois précisé que les cantons peuvent prévoir des limitations. "Lorsque l’accès à des installations ou des locaux n’est pas restreint aux personnes disposant d’un certificat Covid-19, l’accès reste limité aux deux tiers de leur capacité maximum", a indiqué mardi le gouvernement.

Dans le domaine scolaire, le masque devra être porté dès la 9H (cycle 3). Pour les 7 et 8H, le masque devient obligatoire dès l'apparition d'un cas. La mesure entre en vigueur mercredi et est prévue jusqu'au 21 janvier.

Les établissements et les installations accessibles au public ainsi que les manifestations doivent indiquer dans leur plan de protection s'ils entendent limiter l'accès aux seules personnes vaccinées ou guéries, ou à toutes les personnes disposant d'un certificat COVID-19. Cette indication devra aussi être affichée de manière visible.

06h15

Retour sur la journée de mardi

La Suisse compte mardi 9571 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures, selon les chiffres de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). On déplore 28 décès supplémentaires et 125 malades ont été hospitalisés.

Durant les dernières 24 heures, les résultats de 59'319 tests ont été transmis. Le taux de positivité s'élève à 16,13%.

Sur les quatorze derniers jours, le nombre total d'infections est de 110'591, soit 1269,8 nouvelles infections pour 100'000 habitants. Le taux de reproduction, qui a un délai d'une dizaine de jours, est lui de 1,2. Les patients Covid-19 occupent 31% des places disponibles en soins intensifs, dont le taux d'occupation est de 80%.

Deux tiers (66,11%) de la population du pays sont entièrement vaccinés, et 36,52% des personnes âgées de 65 ans et plus ont déjà reçu une dose de rappel.

Depuis le début de la pandémie, 1'078'495 cas de contamination au Covid-19 ont été confirmés en laboratoire sur un total de 13'265'137 tests effectués en Suisse et au Liechtenstein. Le total des décès s'élève à 11'288 et le nombre de personnes hospitalisées atteint 36'280.

Le pays dénombre par ailleurs 51'519 personnes en isolement et 36'299 individus faisant partie de leurs contacts ont été mis en quarantaine.

>> Le suivi de la journée de mardi: Berne décide d'engager l'armée pour la vaccination et les soins

06h00

Le dossier complet

Retrouvez dans notre dossier toutes les informations, toutes les analyses et toutes les émissions consacrées au Covid-19.

Le dossier consacré à l'épidémie de coronavirus