Banner du samedi 4 décembre. [Keystone]
Publié Modifié

La règle des 2G (pour personnes vaccinées ou guéries) pourrait s'imposer en Suisse

- La règle dite des 2G, soit l'interdiction faite aux personnes seulement testées d'accéder à certains lieux, pourrait se généraliser pour lutter contre la pandémie. Des experts et des élus veulent changer cette possibilité offerte par le Conseil fédéral en obligation. Le président de la Confédération Guy Parmelin n'exclut pas catégoriquement cette introduction généralisée si les mesures prises vendredi ne produisent pas l'effet escompté. "Il ne reste pas beaucoup de possibilités", a-t-il constaté.

- Les festivités de l'Escalade devaient se dérouler du 10 au 12 décembre dans la Vieille-Ville de Genève, mais elles n'auront finalement pas lieu. L'aggravation de la situation sanitaire liée au Covid-19 ainsi que les dernières annonces du Conseil fédéral pour juguler la pandémie auront eu raison des festivités de l'Escalade.

- Dès lundi, le certificat sanitaire est exigé pour toute activité en intérieur et le masque sera obligatoire dans tous les espaces intérieurs ouverts au public. La durée de validité des tests rapides antigéniques pour bénéficier d'un pass sanitaire est réduite à 24 heures, selon les nouvelles mesures prises par le Conseil fédéral vendredi pour lutter contre le coronavirus.

- Le Conseil fédéral ne rend pas obligatoire le certificat Covid pour les réunions privées de plus de 10 personnes, mais le recommande. Le retour au télétravail est aussi urgemment conseillé.

- L'Office fédéral de la santé publique a fait état vendredi de 9951 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures. On déplore 29 décès supplémentaires et 118 malades ont été hospitalisés.

Suivi assuré par RTSinfo

21h30

Aux Portes du Soleil, les contraintes sanitaires suisses et françaises compliquent la donne

Le pass sanitaire est désormais obligatoire dans les stations de ski en France, ce qui n'est pas le cas en Suisse. Aux Portes du Soleil, il va falloir s'adapter, puisque l'immense domaine skiable s'étend des deux côtés de la frontière.

Ce week-end, la liaison ski entre les deux pays n’était pas encore ouverte, mais tout va se compliquer prochainement. A l’ouverture totale du domaine, il faudra jongler entre les différentes contraintes en matière sanitaire.

>> Le reportage dans le 19h30:

Au domaine skiable des Portes du Soleil, les règles sanitaires en vigueur sont différentes d’un côté ou de l’autre de la frontière helvético-française [RTS]
Au domaine skiable des Portes du Soleil, les règles sanitaires en vigueur sont différentes d’un côté ou de l’autre de la frontière helvético-française / 19h30 / 2 min. / le 5 décembre 2021

20h45

Reportage dans des clubs lausannois, où la règle 2G divise

Au moment où certains politiques se demandent déjà si le certificat sanitaire "2G" - réservé aux seuls vaccinés ou guéris - ne devrait pas être étendu partout en Suisse, les établissements qui le souhaitent pourront le mettre en place dès lundi, s'ils veulent éviter le masque à l'intérieur ou ne pas faire asseoir leur clientèle.

Les boîtes de nuit notamment sont nombreuses à vouloir mettre en place la règle des 2G. Le centre de tests rapides mis en place au pied d'un club lausannois, où s'est rendu le 19h30, vit donc ses dernières heures. La nuit dernière, ce sont une soixantaine de noctambules entre 18 et 25 ans, la tranche d’âge la moins vaccinée de notre pays, qui sont venus chercher le précieux sésame.

>> Le reportage du 19h30 dans les clubs lausannois:

Dès lundi, les boîtes de nuit pourront utiliser la règle des "2G" qui autorise l’accès aux personnes vaccinées et guéries uniquement [RTS]
Dès lundi, les boîtes de nuit pourront utiliser la règle des "2G" qui autorise l’accès aux personnes vaccinées et guéries uniquement / 19h30 / 2 min. / le 5 décembre 2021

20h30

Comment contenir la transmission du Covid-19 dans les écoles?

En pleine 5ème vague de Covid-19, comment contrôler la transmission du virus chez les plus petits?

Genève prend un décision inédite en Suisse romande: masquer les élèves dès 8 ans. Une mesure qui suscite la colère chez les parents et le corps enseignant.

Fribourg de son côté préfère le dépistage massif dans les écoles à chaque apparition de cas dans une classe.

>> Les explications dans le 19h30:

Covid-19: Le port du masque sera obligatoire dès la 5e Harmos à Genève, alors que Fribourg privilégie le dépistage massif pour contrôler la cinquième vague [RTS]
Covid-19: Le port du masque sera obligatoire dès la 5e Harmos à Genève, alors que Fribourg privilégie le dépistage massif pour contrôler la cinquième vague / 19h30 / 2 min. / le 5 décembre 2021

19h40

Malgré un contexte difficile, la bonne humeur a régné à la Course de l'Escalade

La Course de l'Escalade a animé les rues de Genève samedi et dimanche. L'édition 2020 de la plus grande course à pied de Suisse avait été annulée à cause de la pandémie de Covid-19. Cette année, les organisateurs ont dû se plier à un protocole sanitaire strict.

Le port du masque était obligatoire pour les participants jusqu'à la ligne de départ. Les spectateurs devaient aussi se masquer. Cette mesure a été respectée au parc des Bastions, mais elle a été plus difficile à faire appliquer le long du parcours, a admis dimanche Jerry Maspoli, le président du comité d'organisation de la course.

>> Le récit du 19h30:

Annulée l’année dernière, la Course de l’Escalade a attiré ce week-end à Genève 23'000 coureurs professionnels et amateurs [RTS]
Annulée l’année dernière, la Course de l’Escalade a attiré ce week-end à Genève 23'000 coureurs professionnels et amateurs / 19h30 / 2 min. / le 5 décembre 2021

Aucun incident majeur n'a émaillé le week-end. Il y a eu les petits bobos habituels, mais rien de grave, a indiqué le responsable. Ni la situation sanitaire, ni la pluie, tombée en abondance samedi, n'ont entamé la bonne humeur des participants et du public. Les gens étaient contents de se retrouver autour de la course.

En revanche, la météo et le Covid-19 ont découragé certaines personnes qui s'étaient pourtant inscrites à participer à la course. "Nous avons connu un taux de défection record", a souligné Jerry Maspoli. D'habitude ce taux tourne autour de 15%. Or, pour cette édition, il s'est élevé à 24%.

19h20

Rendre le vaccin accessible aux enfants

Les cas d'enfants contaminés au coronavirus se multiplient en Suisse mais, malgré cela, le Conseil fédéral a renoncé vendredi à imposer des tests systématiques de dépistage dans les écoles, face à l'opposition des cantons.

Selon Silvia Stringhini, une épidémiologue de la task force Covid, il faudrait au contraire tester en masse les enfants. Et leur permettre d'avoir accès aux vaccins, comme dans certains pays d'Europe ou aux Etats-Unis.

Pour elle, il est important de ne pas laisser passer certains symptômes qui pourraient passer pour un simple rhume, car c'est souvent une contamination au Covid-19. Si on ne teste pas les mineurs, on laisse ainsi le virus se propager.

>> Ecouter son interview complète dans Forum:

Une enfant se soumettant à un dépistage du Covid-19. [Jean-Christophe Bott - Keystone]Jean-Christophe Bott - Keystone
Comment et quand faut-il dépister les enfants au coronavirus? / Forum / 5 min. / le 5 décembre 2021

>> Lire: "Il est inacceptable que les jeunes enfants n'aient pas accès au vaccin" selon Silvia Stringhini

19h15

Conseil fédéral et Covid, trop de concessions?

Depuis une semaine, les événements se sont accélérés sur le front de la pandémie. Le Conseil fédéral s'était réuni en séance extraordinaire mardi et avait proposé une série de mesures pour freiner l'engorgement des hôpitaux.

Mais vendredi, après la consultation des cantons, le Conseil fédéral est en partie revenu en arrière sur plusieurs mesures. Le Conseil fédéral ferait-il trop de concessions?

>> Ecouter le débat dans Forum:

Forum des médias (vidéo) - Covid et Conseil Fédéral: trop de concessions? [RTS]
Forum des médias (vidéo) - Covid et Conseil Fédéral: trop de concessions? / Forum / 19 min. / le 5 décembre 2021

18h50

"Une situation encore floue" pour les hôteliers

Depuis vendredi, le Conseil fédéral a décidé de supprimer les quarantaines, pour les hôtes anglais et belges notamment. Si cette nouvelle soulage le monde touristique, ce n'est toujours "pas gagné" pour le secteur de l'hôtellerie, comme l'explique Sylvie Carlucci, présidente de l'Hôtel Mirabeau et présidente de l'association des hôteliers de Verbier et de la Vallée de Bagnes.

Ces quarantaines avaient été fortement critiquées, notamment à Verbier, lieu de villégiature prisé des Anglais. "Quand j'ai appris cette nouvelle, j'ai eu un vent de panique (...) parce que 60% de mes clients viennent de la Grande-Bretagne", raconte Sylvie Carlucci. Ces annonces lui ont fait perdre 30'000 francs de bénéfice et ont créé "la peur et l'incertitude" chez ses clients, souligne-t-elle.

Les quarantaines ont été abandonnées mais des tests sont désormais imposés. Les touristes doivent procéder à un test PCR ou antigénique entre le quatrième et septième jour après leur arrivée et c'est aux hôteliers d'effectuer des contrôles. "Au niveau de la gestion, nous sommes perdus. La situation est encore floue", admet Sylvie Carlucci.

>> Ecouter son interview complète dans Forum:

La levée des quarantaine va-t-elle freiner les annulations dans le monde de l’hôtellerie? (vidéo) [RTS]
La levée des quarantaine va-t-elle freiner les annulations dans le monde de l’hôtellerie? (vidéo) / Forum / 5 min. / le 5 décembre 2021

14h00

La vaccination obligatoire, de tabou ultime à mesure envisageable

Ce qui semblait totalement impensable il y a quelques mois n'est aujourd'hui plus un tabou: alors que l'Autriche et l'Allemagne ont rendu la vaccination obligatoire, la Suisse se confronte à ce débat et à cette perspective, évoquée sans détour par Alain Berset.

"Pour le moment, il est clair que nous n'en sommes pas là, je vous le dis franchement", déclarait la semaine dernière le conseiller fédéral en charge de la Santé. "Mais au moment où les pays qui nous entourent l'auront introduit, cela signifie qu'il ne sera plus possible de se rendre dans un pays voisin sans être vacciné ou guéri. C'est aussi cela l'effet de ces mesures."

Contraindre un citoyen ou une citoyenne à une vaccination obligatoire apparaît toutefois hors de question. Certains plaident pour des mesures administratives, comme une amende. Si cette option est possible en théorie, elle pose néanmoins des problèmes légaux.

"En principe, c'est possible. Pour le moment, il n'y a toujours pas de base légale, et la loi sur les épidémies ne le fera pas. Mais le Parlement peut adopter une loi qui rendrait la vaccination obligatoire", explique Andreas Glaser, professeur de droit constitutionnel à l'Université de Zurich.

>> Les précisons dans le 12h45:

Tabou il y a encore quelques mois, le débat sur l’obligation vaccinale est lancé en Suisse, alors qu’elle sera bientôt une réalité en Autriche et Allemagne [RTS]
Tabou il y a encore quelques mois, le débat sur l’obligation vaccinale est lancé en Suisse, alors qu’elle sera bientôt une réalité en Autriche et Allemagne / 12h45 / 1 min. / le 5 décembre 2021

D'un point de vue purement juridique, une vaccination obligatoire imposée par l'Etat serait possible - mais peut-elle aussi se justifier sur le plan éthique?

"Il y a une responsabilité morale à se faire vacciner et à lutter contre la pandémie, mais cette obligation vaccinale pourrait provoquer des tensions: elle est en contradiction avec le droit à disposer de son propre corps", souligne Andrea Büchler, présidente du comité national d'éthique dans le domaine de la médecine humaine.

Le débat ne fait que commencer en Suisse. Selon un sondage paru dans la presse alémanique, une majorité de Suisses serait actuellement favorable à la vaccination obligatoire.

>> L'analyse de Jean-Marc Heuberger dans le 12h45:

La classe politique semble plus favorable à la règle des "2G" qu’à une obligation vaccinale, source possible de tensions. L’analyse de Jean-Marc Heuberger [RTS]
La classe politique semble plus favorable à la règle des "2G" qu’à une obligation vaccinale, source possible de tensions. L’analyse de Jean-Marc Heuberger / 12h45 / 1 min. / le 5 décembre 2021

12h30

Les Suisses se ruent sur les tests sérologiques

De plus en plus de Suisses se tournent vers les tests sérologiques. Les centres et les pharmacies font face à une forte demande, révèle la SonntagsZeitung

Pourquoi? Une sérologie positive qui prouve qu'on a attrapé le Covid par le passé permet d'avoir un certificat Covid. Ce genre de demande devrait encore augmenter puisque dès lundi certains établissements n'accepteront plus que les personnes vaccinées et guéries.

Certaines personnes voient aussi un autre intérêt de faire une sérologie: planifier leur troisième dose. Aujourd'hui, il est conseillé d'attendre 6 mois entre la 2e et la 3e dose. Mais faut-il vraiment attendre ce délai? Ou au contraire peut-on patienter un peu plus? Pour répondre à ces questions, certains veulent connaître l'état de leurs défenses immunitaires. Il s'agit d'un bon réflexe, selon Giuseppe Pantaleo, médecin chef de service d'immunologie au CHUV. A condition d'utiliser le bon test.

Il existe des tests qualitatifs qui indiquent seulement si vous avez des anticorps ou pas et des tests quantitatifs qui mesurent leur taux.

Mais il n'y a pas de seuil officiel d'anticorps minimum. Il est donc difficile d'interpréter le résultat.

>> Tous les détails dans le 12h30:

Un test rapide de dépistage d'anticorps contre le Covid-19. [Salvatore Di Nolfi - Keystone]Salvatore Di Nolfi - Keystone
Les tests d’anticorps connaissent un fort engouement / Le 12h30 / 2 min. / le 5 décembre 2021

11h20

Nombreuses réservations annulées

L'hôtellerie suisse fait face à une vague d'annulation des réservations après la découverte du nouveau variant du coronavirus, Omicron, selon la SonntagsZeitung.

De nombreux clients belges, britanniques ou néerlandais ont déjà annulé leurs vacances de Noël.

Dans l'Oberland bernois par exemple, les hôtels enregistrent jusqu'à 50% d'annulations. En ville également, des événements et les repas de Noël des entreprises sont biffés à tour de bras. "Pour de nombreux hôtels, la situation actuelle est catastrophique", déclare Claude Meier, directeur de l'association faîtière Hotelleriesuisse.

Il appelle le Parlement à prolonger une nouvelle fois la législation sur les cas de rigueur, qui expire à la fin de l'année. Le Conseil des Etats doit en débattre lundi.

10h10

Les prix des vaccins vont augmenter

La Confédération, qui achète et distribue les vaccins contre le Covid-19 en Suisse, va augmenter massivement le prix de ces produits l'année prochaine, rapporte la NZZ am Sonntag.

Chaque dose sera désormais facturée 25 francs, contre 5 francs auparavant. La hausse est due à une erreur d'appréciation de la Confédération, car elle s'était initialement basée sur le prix des vaccins moins chers.

Les associations faîtières des assurances maladie SantéSuisse et curafutura se disent irritées de la hausse des prix, qui pourra être absorbée par les réserves des caisses maladie.

Le Conseil fédéral a décidé vendredi que les Suisses et Suissesses ne paieront pas leur vaccin contre le Covid-19. Les coûts seront pris en charge par l'assurance obligatoire, la Confédération et les cantons.

>> L'interview d'Adrien Kay, responsable communication de Curafutura,qui regroupe les caisses maladie CSS, Helsana, Sanitas et KPT.

Adrien Kay, responsable communication de Curafutura. [RTS]RTS
Le prix des vaccins va augmenter l'année prochaine: interview d'Adrien Kay / La Matinale / 1 min. / le 6 décembre 2021

09h40

Tests répétitifs à l'école difficiles à mettre en oeuvre

Si la majorité des cantons s'est prononcée contre les tests répétitifs dans les écoles lors de la récente consultation du Conseil fédéral sur les mesures visant à lutter contre la 5e vague de coronavirus, ils ne les rejettent pas purement et simplement, déclare la présidente de la Conférence suisse des directeurs cantonaux de l'instruction publique (CDIP), Silvia Steiner, dans le SonntagsBlick.

Au contraire, les tests répétitifs sont pratiqués dans de nombreux cantons, remarque-t-elle. Mais une obligation à l'échelle nationale nécessiterait d'énormes capacités des laboratoires, alors que, dans certaines régions, le système atteint déjà ses limites, ajoute-t-elle. Avec des délais d'attente plus longs, l'objectif de détecter rapidement les cas asymptomatiques ne serait plus atteint, poursuit Silvia Steiner.

08h55

Les hôpitaux doivent commencer à trier les patients

Avec la hausse du nombre de cas de coronavirus, des hôpitaux doivent de plus en plus souvent procéder à un tri des patients, rapporte le SonntagsBlick.

Ainsi, un patient atteint d'un cancer n'a pas été admis aux soins intensifs de la clinique Hirslanden à Aarau, mais a été placé, avec son consentement, dans un service normal, indique le directeur adjoint de l'unité de soins intensifs de l'établissement.

Si le nombre de cas de nouvelles infections au SARS-CoV-2 continue d'augmenter, le tri augmentera également, ajoute-t-il.

Pour l'épidémiologiste genevoise Olivia Keiser, il est clair que les mesures actuelles ne suffisent pas. Les hôpitaux sont surchargés et, pourtant, il ne se passe presque rien, constate-t-elle.

DIMANCHE 5 décembre

L'interdiction d'accès aux non-vaccinés est une option

La règle dite des 2G, soit l'interdiction faite aux personnes seulement testées d'accéder à certains lieux, pourrait se généraliser pour lutter contre la pandémie. Des experts et des élus veulent changer cette possibilité offerte par le Conseil fédéral en obligation.

Le président de la Confédération Guy Parmelin n'exclut pas catégoriquement cette introduction généralisée si les mesures prises vendredi ne produisent pas l'effet escompté. "Il ne reste pas beaucoup de possibilités", a constaté Guy Parmelin samedi sur les ondes de la radio alémanique SRF. "Si nous ne voulons pas rendre la vaccination obligatoire, il ne reste plus que des mesures telles qu'une généralisation de la règle des 2G".

Vendredi, le gouvernement a donné la possibilité aux établissements publics et aux organisateurs d'événements en intérieur ou en extérieur d'introduire la règle des 2G (pour Geimpfte et Genesene en allemand, soit les personnes vaccinées et guéries) et d'interdire l'accès aux personnes seulement testées, a remarqué de son côté le président de la Conférence des directeurs cantonaux de la santé Lukas Engelberger dans un entretien diffusé dimanche par le SonntagsBlick.

Mais si la dynamique actuelle de l'épidémie ne peut pas être maîtrisée, la règle des 2G ne suffira pas, a poursuivi Lukas Engelberger. Il faudra étendre l'obligation de porter un masque sanitaire et introduire des limites de capacité, estime-t-il pour sa part.

Vaccination obligatoire pas envisagée

Pour Guy Parmelin, il n'est cependant pas question de rendre la vaccination obligatoire à l'heure actuelle. "Nous avons toujours dit que nous n'en voulions pas".

En Suisse, se faire vacciner ou non est une décision personnelle, a relevé de son côté le président de la Commission fédérale pour les vaccinations. "Une obligation générale de vaccination violerait ce principe", précise Christoph Berger, interrogé dans la NZZ am Sonntag. Pour la commission, a-t-il précisé, la vaccination obligatoire ne peut être prise en considération que lorsque toutes les autres mesures, allant jusqu'au confinement, se sont révélées inefficaces.

Pour sa part, Lukas Engelberger considère que l'obligation vaccinale ne va pas augmenter sensiblement le taux de vaccination contre le coronavirus. Elle ne ferait que créer une énorme menace qui pourrait mettre en péril la motivation à se faire vacciner. "Pour imposer une vaccination obligatoire, la Suisse devrait utiliser des méthodes si dures que la relation entre les citoyens et l'Etat serait gravement endommagée à long terme".

"Plus rien ne doit être exclu"

La dégradation de la situation sanitaire interpelle aussi le monde politique. Le coprésident du PS Cedric Wermuth (AG) a demandé dans la Sonntagszeitung "un débat ouvert rapide sur des mesures telles que la règle des 2G ou la vaccination obligatoire". Après 20 mois de pandémie, rien ne doit plus être exclu, a-t-il ajouté.

De son côté, le président des Vert'libéraux Jürg Grossen (BE) a indiqué dans la Sonntagszeitung vouloir continuer à miser sur "la responsabilité individuelle et les incitations".

21h15

Faut-il interdire les matchs de hockey aux non vaccinés?

Et si les clubs de hockey interdisaient aux non vaccinés d'assister aux matchs? Le HC Fribourg-Gottéron réfléchit à introduire la règle des 2G (guéris ou vaccinés) dans sa patinoire. Son président Hubert Waeber s'est exprimé en faveur de cette solution dans la presse samedi.

Dans d'autres clubs romands, les avis divergent. La Ligue nationale de hockey de son côté répond qu'elle est en train d'y réfléchir.

>> Les explications dans le 19h30:

Vers la généralisation d’un accès réservé aux seuls vaccinés et guéris dans les enceintes sportives? Le club de hockey sur glace de Fribourg-Gottéron y réfléchit [RTS]
Vers la généralisation d’un accès réservé aux seuls vaccinés et guéris dans les enceintes sportives? Le club de hockey sur glace de Fribourg-Gottéron y réfléchit / 19h30 / 2 min. / le 4 décembre 2021

>> Avec l'analyse de Marc-André Berset dans le 19h30:

Débat autour de la méthode "2G" dans les patinoires de Suisse: les explications de Marc-André Berset. [RTS]
Débat autour de la méthode "2G" dans les patinoires de Suisse: les explications de Marc-André Berset. / 19h30 / 1 min. / le 4 décembre 2021

20h45

La troisième dose de vaccin suscite l’engouement chez les seniors en quête de sécurité

De nombreux Suisses et Suissesses ont profité des centres ouverts ce week-end pour aller faire leur dose de rappel du vaccin contre le Covid-19. Ils ont plus de 65 ans et ont envie de se sentir en sécurité.

>> Le reportage du 19h30 à Genève:

Covid-19: La troisième dose de vaccin suscite l’engouement chez les seniors en quête de sécurité [RTS]
Covid-19: La troisième dose de vaccin suscite l’engouement chez les seniors en quête de sécurité / 19h30 / 2 min. / le 4 décembre 2021

21h00

La course de l'Escalade a tout juste pu se tenir à Genève

Alors que les organisateurs ont annoncé l'annulation des festivités de l'Escalade le week-end prochain, la 43ème Course de l’Escalade a de son côté bel et bien lieu ce week-end à Genève.

Pour la plus grande course à pied du pays, le défi était de taille pour les organisateurs et organisatrices, qui ont dû adapter leurs mesures sanitaires jusqu'à la dernière minute. Le masque a notamment fait son apparition sur la ligne d’arrivée.

>> Les précisions dans le 19h30:

La Course de l’Escalade fait son retour sous la pluie ce week-end à Genève. Une 43e édition marquée par le défi imposé par les contraintes sanitaires [RTS]
La Course de l’Escalade fait son retour sous la pluie ce week-end à Genève. Une 43e édition marquée par le défi imposé par les contraintes sanitaires / 19h30 / 2 min. / le 4 décembre 2021

>> Ecouter aussi le récit dans le 12h30:

Des participants courent, durant la 42ème Course de l'Escalade à Genève, Suisse, le samedi 30 novembre 2019. [Martial Trezzini - Keystone]Martial Trezzini - Keystone
La Course de l’Escalade de Genève passe entre les gouttes des nouvelles restrictions / Le 12h30 / 2 min. / le 4 décembre 2021

20h30

Les Fribourgeois ont pu apercevoir Saint-Nicolas

Saint-Nicolas s'est exprimé devant les Fribourgeois samedi en fin d'après-midi dans la cour du Collège St-Michel. Le lieu n'a pas été annoncé à l'avance pour éviter un trop grand rassemblement, a précisé un porte-parole de la ville de Fribourg à Keystone-ATS.

Les chanceux devaient être munis d'un pass sanitaire pour écouter Saint-Nicolas. Toujours en raison des mesures sanitaires actuelles, le cortège de la Saint-Nicolas comme le marché du Bourg n'ont pas pu se tenir cette année à Fribourg.

>> Le récit dans le 19h30:

Fribourg renoue avec les traditions séculaires de la Saint-Nicolas. La ville a pu célébrer son saint patron tout en évitant les attroupements [RTS]
Fribourg renoue avec les traditions séculaires de la Saint-Nicolas. La ville a pu célébrer son saint patron tout en évitant les attroupements / 19h30 / 2 min. / le 4 décembre 2021

19h15

Les personnes non vaccinées exclues des boîtes de nuit?

Dès lundi, les boîtes de nuit pourront appliquer la fameuse règle des "2G" en Suisse. Cela veut dire que l'accès de ces établissements sera réservé aux seules personnes vaccinées ou guéries (geimpft oder genesen). Les individus munis seulement d'un test étant exclus.

Les boîtes de nuit qui appliquent cette stratégie pourront s'abstenir d'imposer le port du masque et la consommation assise.

Aux établissements de décider

La 2G est laissée au libre choix des patronnes et patrons et n'est pas imposée par le Conseil fédéral. Rappelons qu'auparavant, les autorités voulaient imposer à tous les établissements le masque et la consommation assise: "On est dans la moins pire des solutions!" s'exclame Thierry Wegmüller, patron du D!, un club lausannois, au micro de l'émission Forum.

"Il faut imaginer qu'ouvrir un club – dont la vocation première est la danse – en imaginant que les gens soient assis et dansent masqués est mission impossible. Dans ce cas-là, il aurait fallu plutôt décider de fermer les clubs et les indemniser avec les cas de rigueur. La décision a été prise de passer effectivement à cette 2G. Moralement, c'est une autre discussion – parce qu'on passe vraiment dans une société à deux vitesses – mais disons que, pour les clubs, c'est le seul moyen de pouvoir ouvrir et exister".

Un choix relatif

Thierry Wegmüller préside également l'association La Belle Nuit qui comporte 41 clubs dans le canton de Vaud. Selon un petit sondage qu'il a effectué, la très grande majorité de ces établissements pense appliquer la règle des "2G". Il souligne toutefois: "Ils n'ont pas vraiment le choix. Soit ils ouvrent de cette manière, soit ils sont fermés".

Un agent de sécurité contrôle un certificat Covid à l'entrée d'une boîte de nuit à Lausanne. [Valentin Flauraud - Keystone]Un agent de sécurité contrôle un certificat Covid à l'entrée d'une boîte de nuit à Lausanne. [Valentin Flauraud - Keystone]

Les clubs vont ainsi se couper de leur clientèle non vaccinée, laquelle comporte beaucoup de jeunes. Le manque à gagner pourrait être important: "C'est évident. On l'a même estimé à 30-40, voire 50% selon les cas de figure", avance le patron du D!. Toutefois, il estime que cette solution est tout de même moins chère qu'une fermeture totale. "Cela permet aussi à un certain nombre de clients vaccinés de pouvoir sortir", dit-il.

Il faudra attendre le 13 décembre pour que l'application de vérification du certificat soit mise à jour. En attendant, les clubs contrôleront manuellement si leur clientèle est vaccinée ou guérie.

>> L'interview de Thierry Wegmüller dans Forum:

Les clients du club font la fête au D ! club le premier soir après l'assouplissement des mesures COVID-19 permettant la réouverture des discothèques à pleine capacité et sans masque sur présentation des certificats COVID à Lausanne, Suisse, tôt samedi 26 juin 2021. [Valentin Flauraud - Keystone]Valentin Flauraud - Keystone
Non-vaccinés, exclus des boîtes de nuit? Interview de Thierry Wegmüller / Forum / 3 min. / le 4 décembre 2021

19h10

Swiss suspend provisoirement ses vols pour Hong Kong

La compagnie Swiss suspend provisoirement ses vols pour Hong Kong au départ de Zurich. La raison: "un renforcement des prescriptions de quarantaine pour le personnel de l'équipage" à l'arrivée, en raison de la pandémie du Covid-19.

Les quatre vols de ce samedi sont concernés et la suspension vaut jusqu'au 11 décembre, a précisé une porte-parole de la compagnie d'aviation à l'agence d'information Keystone-ATS. Elle confirmait l'information relayée par plusieurs médias suisses, via le portail Aerotelegraph.

La décision a été prise après une soigneuse pesée d'intérêts, indique-t-on chez Swiss, qui suit la situation et la possible reprise des vols en continu. Swiss contacte les voyageurs concernés.

19h00

Les 12-15 ans de Fribourg devront porter le masque en classe

L'obligation générale du port du masque est réintroduite dans les écoles du canton de Fribourg au secondaire I pour les élèves (12-15 ans) et les enseignant dès lundi et jusqu'aux vacances de Noël. La mesure sera réévaluée en fonction de l'évolution de la situation sanitaire.

Cette décision fait suite aux mesures prises vendredi par le Conseil fédéral, a indiqué le canton de Fribourg dans un communiqué samedi. Avec un taux de vaccination d'environ 75% chez les 16-19 ans, la situation dans les écoles du secondaire II est bonne. Elle est un peu plus compliquée chez les 12-15 ans, où seuls 40% des élèves sont vaccinés.

Les écoliers fribourgeois de 12-15 enfants devront remettre le masque au moins jusqu'à Noël. [Gaetan Bally - Keystone]Les écoliers fribourgeois de 12-15 enfants devront remettre le masque au moins jusqu'à Noël. [Gaetan Bally - Keystone]

Les élèves du secondaire I ont eu accès à des tests préventifs répétés depuis la rentrée scolaire et jusqu'au 19 novembre. L'intérêt à participer aux tests a diminué au fil des semaines, jusqu'à rendre les trois dernières semaines l'exercice moins efficaces. Le port du masque pendant dix jours était déjà la règle à l'apparition d'un cas positif dans une classe et pour toute l'école si un quart des classes étaient concernées.

Au primaire, où les cas de contamination ont fortement augmenté ces trois dernières semaines, la règle existante est maintenue, à savoir l'obligation du port du masque pour les élèves dès la 5H à l'apparition du premier cas positif dans une classe et ce, pour une durée limitée, en principe une dizaine de jours. Les capacités de tests salivaires en cas de flambée ont été renforcées grâce la mise sur pied de quatre nouvelles unités mobiles qui seront opérationnelles dès mardi 7 décembre.

18h45

Face à la 5ème vague, le Conseil fédéral en fait-il assez?

Les mesures annoncées vendredi par le Conseil fédéral ont surpris par leur relative légèreté.

Alors que le pays fait face à la 5ème vague, que les hôpitaux sont en situation de crise, que le variant Omicron menace de d'aggraver la situation, Berne a annoncé un minimum de mesures et un maximum de recommandations.

Au grand dam des experts scientifiques, qui craignent que cela ne soit pas suffisant. La Suisse se montre-t-elle trop frileuse face à la 5ème vague?

>> Le débat dans Forum entre Jean-Luc Addor, conseiller national (UDC/VS), Roger Nordmann, conseiller national (PS/VD) et président du groupe parlementaire aux Chambres fédérales, Philippe Nantermod, conseiller national (PLR/VS) et vice-président du PLR Suisse et Charles Juillard, conseiller aux États (Le Centre/JU), vice-président du parti du Centre:

Des panneaux Tri Covid-19 et Sortie indiquent le chemin du centre de dépistage du Covid-19 sur le site de NOMAD (Neuchâtel Organise le Maintien a Domicile) lors d'un point presse sur l'ouverture de son 5ème centre de dépistage du Covid-19 lors de la 2ème vague de la pandémie de Coronavirus (Covid-19) ce mardi 3 novembre 2020 au Mycorama a Cernier dans le canton de Neuchâtel. [Laurent Gillieron - Keystone]Laurent Gillieron - Keystone
5ème vague: la Suisse trop frileuse? / Forum / 20 min. / le 4 décembre 2021

18h15

Plus de quarantaines systématiques à l'entrée en Suisse

Les règles d'entrée sur le territoire suisse sont également adaptées et assouplies dès samedi. "Les quarantaines actuelles disparaissent, mais cela s'accompagne d'un régime de tests plus strict, avec un test PCR avant d'entrer sur le territoire et un test PCR ou antigénique quatre à sept jours plus tard", a résumé Alain Berset.

Cette obligation de test s'applique aux Suisses comme aux étrangers dès 16 ans qui entrent sur le territoire. Les coûts des tests sont à la charge des personnes conseillées. "Il existe toutefois un débat au Parlement pour rendre l'ensemble des tests gratuits", rappelle Alain Berset. "La situation pourrait donc évoluer."

Des exceptions s'appliquent cependant aux frontaliers et aux personnes qui entrent en Suisse en provenance de zones frontalières. Dans ce cas, il n'est pas nécessaire de remplir un formulaire de contact ni de faire un test. Concernant la France, cela s'applique aux régions Grand Est, Bourgogne-Franche-Comté et Auvergne-Rhône-Alpes.

18h10

Le certificat "2G" autorisé mais pas imposé

Principale nouveauté annoncée par le Conseil fédéral vendredi, tous les établissements publics et les organisateurs d'événements en intérieur ou en extérieur auront la possibilité d'introduire la règle "2G" (guéris ou vaccinés) dès lundi, et donc d'interdire l'accès aux personnes seulement testées. L'obligation du port du masque et de consommer assis sera alors levée.

L'application de contrôle sera adaptée d'ici le 13 décembre. De lundi et jusqu'à cette date, les organisateurs devront vérifier manuellement les certificats.

Le Conseil fédéral rappelle que les personnes guéries ou vaccinées sont nettement moins contagieuses. Et en cas d'infection, la maladie est généralement bénigne et ne nécessite pas d'hospitalisation.

18h05

Le détail des mesures du Conseil fédéral

Au vu de l'évolution de la pandémie, de nouvelles mesures ont été décidées et elles entrent en vigueur dès lundi et jusqu'au 24 janvier, a précisé le Conseil fédérali.

Le pass sanitaire sera désormais exigé lors de toutes les activités sportives et culturelles se déroulant à l'intérieur. Les groupes de 30 participants échappaient jusqu'à présent à cette exigence.

Lors de rencontres familiales ou entre amis de plus de dix personnes, le certificat n'est pas obligatoire, mais il est vivement recommandé. L'expérience a montré que le risque d'infection est particulièrement élevé dans ces cas. Aucune amende ne sera prononcée, mais Alain Berset a lancé vendredi un "appel" à la responsabilité des citoyens et des citoyennes.

A l'extérieur, le certificat sera exigé dès 300 personnes, contre 1000 actuellement.

Durée de validité des tests rapides réduite

Le Conseil fédéral a encore décidé de réduire la validité des tests rapides antigéniques de 48 à 24 heures. Cette mesure augmente la pertinence des résultats du test et réduit la période durant laquelle une personne testée peut être infectieuse. La validité des tests PCR reste fixée à 72 heures.

Après avoir consulté les cantons, le gouvernement a en revanche renoncé à imposer des dépistages répétés aux écoles obligatoires et celles du secondaire 2. Le Conseil fédéral répète toutefois qu'il est convaincu de l'efficacité de tels tests.

Le télétravail urgemment conseillé

Afin de réduire les contacts sur le lieu de travail, le gouvernement conseille urgemment le retour au télétravail. Les employés qui doivent se rendre sur leur lieu de travail devront porter un masque. L'obligation de télétravail a été rejetée par la majorité des cantons et des partenaires sociaux.

Masques et consommation assise dans les bars et lieux culturels

Le masque sera obligatoire dans tous les lieux fermés accessibles au public, même lorsque le certificat Covid est exigé. Dans les restaurants, bars ou discothèques, l'obligation de consommer assis sera réintroduite.

Si le masque ne peut être porté lors des activités sportives et culturelles, les coordonnées des participants devront être relevées, comme c'est déjà le cas pour les discothèques.

Le Conseil fédéral renforce les mesures contre le Covid-19.  [OFFICE FÉDÉRAL DE LA SANTÉ PUBLIQUE ]Le Conseil fédéral renforce les mesures contre le Covid-19. [OFFICE FÉDÉRAL DE LA SANTÉ PUBLIQUE ]

>> Le détail des mesures: Règle des "2G", réunions privées, masque et télétravail - Les nouvelles mesures du Conseil fédéral contre le Covid-19

18h00

Vaccins entièrement gratuits encore en 2022

Les Suissesses et les Suisses ne paieront pas leur vaccin contre le Covid-19. Les coûts seront pris en charge par l'assurance obligatoire, la Confédération et les cantons, a décidé vendredi le Conseil fédéral. L'ordonnance sur les épidémies a été prolongée d'une année en ce sens.

Aucune franchise ne sera prélevée, et les cantons prendront en charge la quote-part, précise le gouvernement.

La Confédération assumera aussi les coûts qui ne sont pas pris en charge par l'assurance. Il s'agit des vaccinations de personnes résidant en Suisse mais non affiliées à l'assurance obligatoire, de Suisses de l'étranger et des membres de leur famille proche, de frontaliers ainsi que des vaccinations effectuées par des pharmaciens.

17h45

Retour sur la journée de vendredi

L'Office fédéral de la santé publique a fait état vendredi de 9951 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures. On déplorait 29 décès supplémentaires et 118 malades ont été hospitalisés. Ces chiffres sont en légère augmentation par rapport à jeudi (9546 cas / 18 décès / 102 hospitalisations).

Durant les dernières 24 heures, les résultats de 65'376 tests ont été transmis, indique l'OFSP. Le taux de positivité s'élève à 15,22%, contre 15,05% la veille.

Sur les quatorze derniers jours, le nombre total d'infections est de 100'289, soit 1151,51 nouvelles infections pour 100'000 habitants. Le taux de reproduction, qui a un délai d'une dizaine de jours, est lui de 1,18. Les patients Covid-19 occupent 27,90% des places disponibles en soins intensifs, dont le taux d'occupation est de 81,20%.

Depuis le début de la pandémie, 1'044'628 cas de contamination au Covid-19 ont été confirmés en laboratoire sur un total de 13'046'527 tests effectués en Suisse et au Liechtenstein. Le total des décès s'élève à 11'218 et le nombre de personnes hospitalisées atteint 35'967.

Le pays dénombrait par ailleurs 45'096 personnes en isolement et 33'730 individus faisant partie de leurs contacts ont été mis en quarantaine.

>> Retour sur la journée de vendredi: "Vacciné ou guéri", la règle des "2G" sera désormais autorisée en Suisse

17h30

Le dossier complet

Retrouvez dans notre dossier toutes les informations, toutes les analyses et toutes les émissions consacrées au Covid-19.

Le dossier consacré à l'épidémie de coronavirus