Banniere 1er decembre [Keystone]
Publié Modifié

Deux cas d'Omicron dans une école à Founex (VD), 2000 personnes en quarantaine

- Deux cas confirmés du variant Omicron ont été annoncés jeudi sur le campus de Founex (VD) de l'Ecole internationale de Genève. L'ensemble des élèves et du personnel du campus - soit quelque 2000 personnes - ont été mis en quarantaine.

- L'Office fédéral de la santé publique a fait état jeudi de 9546 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures. On déplore 18 décès supplémentaires et 102 malades ont été hospitalisés.

- Le Conseil national s'est prononcé jeudi pour un retour à la gratuité des tests Covid, dans le cadre de son débat sur la révision de la loi Covid-19. Le Conseil des Etats doit encore se prononcer.

- Mise en consultation mardi par le Conseil fédéral, l'obligation de présenter son certificat Covid dans les fêtes privées dès dix personnes est accueillie avec scepticisme. La commission de la santé publique du Conseil national propose de recommander cette mesure et non de l'obliger. Les cantons semblent également peu convaincus. Le gouvernement doit annoncer vendredi s'il introduit ou non cette obligation.

Suivi assuré par RTSinfo

21h00

Le volet de la COP15 prévu en janvier repoussé à cause d'Omicron

Le prochain volet de la COP15, la convention de l'ONU sur la biodiversité, qui aurait dû avoir lieu en janvier à Genève, a été repoussé à cause des "incertitudes" liées au variant Omicron du Covid-19, ont annoncé jeudi les organisateurs.

"Les incertitudes créées par le variant Omicron et les restrictions de déplacement que cela a provoquées obligent à repousser les réunions en présentiel", prévues du 12 au 28 janvier à Genève, ont annoncé les organisateurs dans un communiqué, en indiquant que d'autres dates étaient à l'étude en mars.

Sujets cruciaux

Moins connue que la COP26 climat, dont la dernière édition a eu lieu en novembre en Ecosse, la COP15 porte pourtant sur des sujets aussi cruciaux, comme la lutte contre les pollutions et la préservation d'une nature en bonne santé.

Sa tenue a été perturbée cette année par la pandémie de Covid, qui a provoqué plusieurs reports. Cette situation particulière a nécessité l'adoption d'un nouveau format en plusieurs temps.

La première partie a été organisée en Chine en octobre mais s'est tenue en partie en virtuel, une étape intermédiaire devait ensuite avoir lieu à Genève en janvier, et la dernière partie est prévue du 25 avril au 8 mai 2022 en présentiel à Kunming, dans le sud-ouest de la Chine, pour l'ensemble des délégations.

20h30

Les hôpitaux suisses sous haute tension

Le nombre de malades du Covid-19 a triplé en trois semaines. Partout en Suisse, les hôpitaux sonnent l’alarme. Au total, 515 personnes étaient hospitalisées mercredi en Suisse romande. A Genève, le dispositif de crise a été activé et un tiers des opérations ont été annulées en Valais et dans le Chablais.

Le nombre de lits disponibles équipés de ventilateurs est faible. Il reste deux lits de libres en Valais, et un à Fribourg et dans le Jura. Neuchâtel ne compte plus aucun lit de disponible. Aux Hôpitaux universitaires de Genève (HUG), 41 lits ont été ajoutés au secteur Covid. L’établissement repousse des interventions chirurgicales non urgentes depuis des mois, faute de personnel.

>> Le reportage du 19h30 dans des unités romandes de soins intensifs:

Le nombre des cas de Covid augmente rapidement. Les hôpitaux tirent la sonnette d'alarme [RTS]
Le nombre des cas de Covid augmente rapidement. Les hôpitaux tirent la sonnette d'alarme / 19h30 / 2 min. / le 2 décembre 2021

L’arrivée régulière de patients Covid dans les hôpitaux est couplée à "une activité qui n’a pas cessé sur toutes les autres interventions et maladies qui nécessitent les soins intensifs", explique dans le 19h30 Jean-Daniel Chiche, chef des soins intensifs du CHUV et coordinateur de la cellule romande pour les soins intensifs. "Aujourd’hui, le système est intensément sous pression. On n’a pas les mêmes capacités d’extension en termes de nombre de lits que les capacités qui étaient les nôtres l’an dernier", ajoute-t-il.

>> Les explications de Jean-Daniel Chiche dans le 19h30:

Jean-Daniel Chiche «Le nombre d’infections est très élevé… le système est sous pression » [RTS]
Jean-Daniel Chiche «Le nombre d’infections est très élevé… le système est sous pression » / 19h30 / 1 min. / le 2 décembre 2021

En Suisse alémanique, plusieurs cantons ont annoncé que leurs soins intensifs sont complets. Certains hôpitaux ont dû transférer des patients vers d'autres cantons. La situation est plus tendue principalement à l’est et au centre de la Suisse. A Zurich, en Thurgovie et à Saint-Gall, plus de 90% des lits en soins intensifs sont désormais occupés. Dans les cantons de Schaffhouse et de Schwyz, les unités sont complètes.

Pour Jean-Daniel Chiche, la possibilité de devoir trier des patients est toutefois peu probable en raison notamment de la "formidable solidarité entre les hôpitaux" qui permettra le transfert de malades.

>> Voir aussi le reportage du 19h30 en Suisse alémanique:

En Suisse alémanique plusieurs unités de soins intensifs sont complets. Des transferts de patients ont déjà dû se faire [RTS]
En Suisse alémanique plusieurs unités de soins intensifs sont complets. Des transferts de patients ont déjà dû se faire / 19h30 / 1 min. / le 2 décembre 2021

19h40

Le campus de Founex de l'Ecole internationale de Genève mis en quarantaine

Deux cas confirmés du variant Omicron ont été annoncés jeudi sur le campus de Founex (VD) de l'Ecole internationale de Genève. L'ensemble des élèves et du personnel du campus ont été mis en quarantaine.

Environ 2000 personnes sont concernées par cette mesure, dont 1600 enfants, précisent jeudi soir les Départements de la santé genevois et vaudois. Toutes les personnes concernées doivent également effectuer un test PCR. Les autres sites de l'Ecole ne sont pas concernés.

Les parents et la fratrie des élèves concernés doivent aussi faire un test de dépistage afin d'établir au plus tôt la présence éventuelle du variant Omicron. Les deux cas détectés sont en lien étroit intrafamilial avec une personne positive de retour de voyage d'Afrique du Sud, ajoute le communiqué.

Jusqu'à présent, seuls quelques rares cas importés ont été identifiés en Suisse, soulignent les deux cantons. "Nous n'avons encore jamais observé de contamination sur les territoires genevois ou vaudois. Cet élément nous impose aujourd'hui, par principe de précaution, de décider de mesures fortes."

Le risque est considéré comme élevé vu la forte contagiosité probable du nouveau variant et le manque de données sur sa virulence et sa sensibilité aux vaccins existants.

18h50

Les pharmas rejettent la demande de transparence sur les vaccins du National

Alors que la situation s’aggrave dans les hôpitaux suisses, le Conseil national a plaidé jeudi pour plus de transparences sur les vaccins. Il exige que le Conseil fédéral rende publics les contrats conclus avec les industries pharmaceutiques.

Le Conseil des Etats doit encore se prononcer. L’association faîtière suisse Interpharma juge la décision dangereuse. "Cela remettrait en cause la crédibilité et la fiabilité de la Suisse comme partie prenante dans les contrats", a déclaré dans Forum Michèle Sierro, porte-parole d’Interpharma pour la Suisse romande. "Nous souhaitons vivement que le Conseil des Etats rectifie le tir la semaine prochaine."

Michèle Sierro estime que des outils, tels que la commission de gestion, existent déjà pour assurer la transparence et le contrôle de ces contrats. "Nous estimons que la commission de gestion est un élément tout à fait apte à remplir les exigences de transparence", a-t-elle ajouté.

Pour la porte-parole, "la confidentialité des contrats est reconnue et pratiquée internationalement". Changer son application après la conclusion des contrats entraînerait ainsi une perte de confiance des partenaires commerciaux et "pourrait avoir des conséquences sur l’approvisionnement en vaccins".

>> L'interview de Michèle Sierro dans Forum:

Interpharma s'oppose à la transparence concernant les contrats pour les vaccins: interview de Michèle Sierro [RTS]
Interpharma s'oppose à la transparence concernant les contrats pour les vaccins: interview de Michèle Sierro / Forum / 3 min. / le 2 décembre 2021

17h20

Le monde de la santé demande des mesures pour briser la 5e vague

Le monde de la santé tire la sonnette d'alarme. Des mesures plus strictes doivent être prises pour briser la cinquième vague de Covid-19, qui menace le système hospitalier. Le taux d'occupation est à nouveau élevé et critique dans les unités de soins intensifs, avertissent la Société suisse de médecine intensive (SSMI) et l'Académie suisse des sciences médicales (ASSM) jeudi dans un communiqué. Elles soulignent que la Suisse enregistre chaque semaine une hausse de près de 50% des infections, de 40% des hospitalisations et de 20% des traitements aux soins intensifs.

Un soignante à proximité d'un patient Covid au CHUV. [Jean-Christophe Bott - Keystone]Un soignante à proximité d'un patient Covid au CHUV. [Jean-Christophe Bott - Keystone]

Certaines unités sont déjà saturées en Suisse alémanique. Des patients sont transférés au niveau régional, parfois hors de leur canton, soulignent la SSMI et l'ASSM. Le nombre de cas augmente aussi en Suisse romande, indique l'Association suisse des infirmières et infirmiers (ASI) jeudi dans un communiqué séparé.

Il n'est pas encore nécessaire de procéder à un triage, mais cela n'est pas à exclure prochainement si le nombre de nouveaux cas devait continuer à augmenter, mettent en garde la SSMI et l'ASSM. Concrètement, cela signifie que des personnes qui ont besoin d'une place aux soins intensifs ne l'obtiendront pas et risquent de mourir, ajoute l'ASI. Le nouveau variant Omicron provoque une incertitude supplémentaire concernant les capacités hospitalières dans un avenir proche.

Une pénurie de personnel

Les deux organisations soulignent que la situation est aggravée par la pénurie de personnel. Tous les lits ne peuvent ainsi pas être occupés. Il y a trop peu de personnel spécialisé dans les services d'urgence et de soins intensifs, nombre d'infirmières et d'infirmiers ont quitté la profession, réduit leur temps de travail ou sont malades, abonde l'ASI. Et de relever que la situation n'est guère meilleure dans les autres institutions de soins.

Le personnel soignant exige donc une protection accrue. Outre une reconnaissance financière à hauteur de 1000 francs par mois jusqu'à la fin de la pandémie, il demande le respect des temps de repos, la protection des femmes enceintes et des groupes à risques ainsi que l'interdiction de rappeler au travail de manière anticipée des soignants en quarantaine et en isolement.

L'ASI rejette aussi le fait de réquisitionner des soignants ou de les forcer à augmenter leur taux de travail. Et de proposer encore de contacter les personnes qui ont quitté la profession pour pallier la pénurie, en contrepartie d'une rémunération "adéquate".

16h50

Le Valais accélère l'administration de la 3e dose de vaccin

Le Valais a décidé d'ouvrir dès la mi-décembre les inscriptions à la troisième dose de vaccin pour toute la population. Il augmente la capacité des centres de vaccination et met en place des équipes mobile. Il sollicite également un renfort de l’armée pour la création d’un centre supplémentaire.

Si les plus de 65 ans et les personnes avec maladie chronique à haut risque peuvent déjà bénéficier du "booster", l'inscription à la troisième dose sera ouverte à toute la population dès la mi-décembre, annonce le canton jeudi dans un communiqué. Cette troisième dose est conseillée six mois après la vaccination complète.

>> Les précisions dans le 19h30:

Les cantons se préparent à un afflux d'inscriptions pour la 3e dose [RTS]
Les cantons se préparent à un afflux d'inscriptions pour la 3e dose / 19h30 / 2 min. / le 2 décembre 2021

Pour faire face, le canton augmente les capacités de ses centres de vaccination de Brigue, Sion et Collombey. Il sera aussi possible de se faire vacciner à l’Hôpital de Sierre dès le 6 décembre jusqu’à Noël et un nouveau centre ouvrira ses portes à Martigny dès le 9 décembre prochain. Le Valais sollicite également un renfort de l’armée pour la création d’un centre de vaccination supplémentaire.

Des équipes de vaccination mobile seront présentes ponctuellement à Evionnaz, Savièse, Conthey et à Zermatt, précise encore le canton.

15h20

Le nombre de décès a presque doublé en une semaine

Le nombre de décès dus au coronavirus a presque doublé entre le 22 et le 28 novembre par rapport aux sept jours précédents. Il est passé de 64 à 101. L'accélération du nombre d'infections s'est également poursuivie. Le nombre d'hospitalisations a aussi augmenté.

51'440 nouveaux cas ont été signalés à l'OFSP en Suisse et au Liechtenstein lors de la période sous revue, a indiqué l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) jeudi dans son rapport hebdomadaire. C'est à nouveau environ 13'000 de plus que lors des sept jours précédents.

L'OFSP a enregistré dans le même temps 498 hospitalisations, contre 420 lors de la précédente période observée. Quant au nombre moyen de personnes atteintes du coronavirus traitées dans les unités de soins intensifs, il a grimpé de 150 à 195.

Incidence très variable

L'incidence est en hausse dans tous les cantons. Elle continue de varier fortement d'une région à l'autre. Elle était la plus faible au Tessin avec 269 cas confirmés en laboratoire pour 100'000 habitants, et la plus élevée en Appenzell Rhodes Intérieures avec 1036.

Le nombre de tests effectués (354'357) a augmenté de manière significative. Il est en augmentation depuis cinq semaines. La proportion de tests PCR positifs est passée de 17% à 19%, celle des tests rapides d'antigènes positifs de 6,2% à 7,4%.

15h15

Laboratoire de tests Covid-19 ouvert à l'aéroport de Zurich

Un laboratoire de tests Covid-19 a ouvert ses portes à l'aéroport de Zurich. Il peut évaluer un test PCR en moins de trois heures et en traiter environ 15'000 par semaine.

En cas d'urgence, les tests peuvent être analysés et évalués en 45 minutes, ont indiqué jeudi Swissport, Ender Diagnostics et le groupe Dr. Risch. Les passagers peuvent ainsi effectuer les tests sur place avant le départ.

La réalisation de tests PCR avant le départ et après l'arrivée va continuer à s'institutionnaliser dans le trafic aérien. Une augmentation des capacités de test est nécessaire pour faire face au nombre croissant de passagers.

15h10

Un quatrième cas d'Omicron recensé en Suisse

Une quatrième personne infectée par le variant Omicron du coronavirus a été découverte en Suisse. La personne vit dans le canton de Zurich. Quatre personnes ont été placées en quarantaine, ont indiqué jeudi les autorités zurichoises.

La personne infectée est arrivée le 23 novembre depuis l'Afrique du Sud. Les premiers symptômes sont apparus deux jours plus tard et elle est allée se faire tester. Jusqu'à présent, la Suisse recensait trois cas d'infections dus au variant Omicron, dont un dans le canton de Genève.

15h05

Les HUG basculent en mode crise

Les HUG basculent en mode crise pour faire face à la cinquième vague. La capacité d’accueil des personnes atteintes de Covid-19 passe à 132 lits. Ce dispositif sera constamment réajusté. Les effectifs ont été renforcés.

La hausse du nombre de cas de Covid-19 et l’arrivée sur le canton du variant Omicron sont préoccupantes, relèvent les HUG dans un communiqué. En deux semaines, le nombre d’hospitalisations, qui était stable autour de 33 personnes, est monté à 83 jeudi, dont onze aux soins intensifs. S'y rajoutent onze personnes prises en charge dans des établissements privés.

L’âge médian est reparti à la hausse, passant de 67 ans fin octobre à 77 ans un mois plus tard. La coordination entre les acteurs du réseau de santé genevois a été réactivée afin de faire face à l’afflux de malades et d’éviter de devoir reporter des opérations chirurgicales.

Sur les 132 lits attribués aux patients Covid, quinze le sont aux soins intensifs, quinze aux soins intermédiaires, 92 pour les soins aigus, sans oublier dix lits de réadaptation.

Plus de 70 ans

Depuis deux semaines, les HUG constatent que plus de la moitié des personnes hospitalisées sont vaccinées. Cela va de pair avec l’augmentation de l’âge moyen des patients. La plupart des hospitalisés vaccinés sont des personnes de plus de 70 ans, vaccinées au début de la campagne et dont l’immunité a probablement diminué avec le temps.

Ce phénomène est courant chez les personnes âgées et dû aux effets du vieillissement. Elles ont souvent d’autres problèmes de santé qui se surajoutent au Covid-19 et nécessitent l’hospitalisation, expliquent les HUG.

Par ailleurs, 80% des formes sévères ou critiques de Covid-19 à l’hôpital concernent des personnes non vaccinées. Près de la moitié des vaccinés hospitalisés ont des formes d’infections plus légères, détaillent les HUG qui recommandent vivement la dose de rappel de vaccination à toutes les personnes à risque.

>> L'interview dans Forum de Bertrand Levrat, directeur général des HUG:

Les HUG font face à la cinquième vague: interview de Bertrand Levrat [RTS]
Les HUG font face à la cinquième vague: interview de Bertrand Levrat / Forum / 6 min. / le 2 décembre 2021

13h55

Plus de 9500 nouveaux cas et 18 décès supplémentaires en 24 heures

La Suisse compte jeudi 9546 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures, selon les chiffres de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). On déplore 18 décès supplémentaires et 102 malades ont été hospitalisés.

Durant les dernières 24 heures, les résultats de 63'426 tests ont été transmis, indique l'OFSP. Le taux de positivité s'élève à 15,05%.

Sur les quatorze derniers jours, le nombre total d'infections est de 96'479, soit 1101,76 nouvelles infections pour 100'000 habitants. Le taux de reproduction, qui a un délai d'une dizaine de jours, est lui de 1,3. Les patients Covid-19 occupent 26,9% des places disponibles en soins intensifs, dont le taux d'occupation est de 82,1%.

Par rapport à la population âgée de plus de 12 ans (âge minimum pour la vaccination en Suisse), la part des personnes entièrement vaccinées se monte à 74,92%.

Depuis le début de la pandémie, 1'034'66 cas de contamination au Covid-19 ont été confirmés en laboratoire sur un total de 12'981'167 tests effectués en Suisse et au Liechtenstein. Le total des décès s'élève à 11'189 et le nombre de personnes hospitalisées atteint 35'834.

Le pays dénombre par ailleurs 45'137 personnes en isolement et 33'809 individus faisant partie de leurs contacts ont été mis en quarantaine.

13h25

Comment les HUG font face au quotidien à la nouvelle vague

Les signaux d'alerte se multiplient dans les services de réanimation en Suisse. L'hôpital universitaire de Zurich, notamment, est saturé et partout on se prépare à repousser les interventions non urgentes.

Aux Hôpitaux Universitaires de Genève (HUG), dix patients en état critique étaient sous étroite surveillance mercredi aux soins intensifs. "Je suis fatigué en fait", témoigne une infirmière spécialisée dans le 12h45 de la RTS. "On a l'impression qu'on ne va jamais en finir."

Depuis dix jours, les nouvelles arrivées se succèdent et les patients sont en moyenne plus âgés qu'il y a un mois. Proche de la saturation, le secteur Covid des HUG a été élargi, avec 41 lits supplémentaires disponibles dès maintenant.

"Globalement, je pense qu'on est bien armés pour faire face, pour peu que ça ne monte pas trop haut", confie le directeur médical Arnaud Perrier. "Si ça monte beaucoup plus haut, ça va être problématique et ça va obliger d'arrêter un certain nombre d'activités non essentielles de l'hôpital".

>> Voir le reportage aux HUG dans le 12h45:

Le personnel soignant à nouveau au front pour faire face à l'arrivée des patients Covid aux soins intensifs [RTS]
Le personnel soignant à nouveau au front pour faire face à l'arrivée des patients Covid aux soins intensifs / 12h45 / 2 min. / le 2 décembre 2021

12h45

La vaccination obligatoire n'est pas à l'ordre du jour en Suisse

L’idée de rendre obligatoire la vaccination contre le Covid-19 se propage en Europe. La présidente de la Commission européenne Ursula Van der Leyen a ainsi déclaré mercredi que la discussion à ce sujet devait avoir lieu, alors que l’Allemagne songe à l’introduire au printemps prochain.

L’Autriche, elle, a déjà tranché: un projet de loi va être déposé pour une obligation franche et totale dès le 1er février pour tous les adultes, voire peut-être même les adolescents. Le Parlement doit encore valider le projet en janvier.

En Suisse en revanche, la question n’est pas à l’ordre du jour. Il faut dire qu’aucun vaccin n’est obligatoire sur le territoire helvétique, contrairement à la France ou à l’Allemagne.

>> Les précisions du 12h30:

Une infirmière prépare un vaccin à Lisbonne. [AP Photo/Armando Franca - Keystone]AP Photo/Armando Franca - Keystone
La vaccination obligatoire fait débat partout en Europe / Le 12h30 / 1 min. / le 2 décembre 2021

12h25

La mortalité augmente dès 70% d'occupation des soins intensifs

Des mesures de lutte contre le coronavirus devraient être prises bien avant que les soins intensifs n'affichent complet. Une étude bernoise a mis en évidence un effet de seuil: la mortalité y augmente à partir d'une occupation de 70%.

Une équipe de l'Université de Berne a mis en relation les taux de survie dans les unités de soins intensifs lors de la première et de la deuxième vague de la pandémie avec le taux d'occupation des lits.

Résultat: les chances de survie - en moyenne de 81% à 82% - restent relativement stables jusqu'à un taux d'occupation des soins intensifs de 70%, lits certifiés et lits supplémentaires confondus. Si ce dernier chiffre monte à 80%, les chances d'en sortir vivant descendent à 78,2%, selon cette étude non encore publiée dans une revue scientifique, évoquée jeudi par les journaux du groupe Tamedia.

Lors de la deuxième vague, l'occupation des unités de soins intensifs a oscillé entre 52% et 79%. Selon les chercheurs, 137 décès auraient pu être évités si l'on n'avait pas dépassé la barre des 70%. Ce chiffre reste toutefois sujet à caution, avec une fourchette comprise entre 27 et 242 décès théoriquement évitables.

Cette étude a porté sur les données de 22'648 patients hospitalisés entre février 2020 et mars 2021. Des chercheurs britanniques et sud-africains ont également contribué à cette recherche.

12h00

Masque obligatoire dans les lieux publics en Argovie aussi

L'Argovie réintroduit à son tour l'obligation de porter le masque dans les lieux publics et les écoles à partir de la 5e primaire. Il faudra aussi s'asseoir dans les restaurants et les bars pour consommer, ainsi que lors d'évènements en intérieur et en extérieur.

Le personnel des crèches et de l'encadrement parascolaire sera logé à la même enseigne, précise jeudi le département argovien de la santé.

En outre, les employés du domaine de la santé et de la prise en charge doivent disposer d'un certificat Covid. Celles et ceux qui n'en possèdent pas doivent se faire tester une fois par semaine au sein de leur établissement, à la charge de la Confédération. Les nouvelles mesures entrent en vigueur samedi.

Durant la semaine, plusieurs cantons ont suivi l'exemple de Genève, de Berne, de Neuchâtel et du Jura qui ont réintroduit récemment l'obligation de porter le masque dans les bâtiments accessibles au public. Des mesures semblables ont été annoncées ou mises en oeuvre en terres vaudoises, dans les deux Bâles, à Soleure, Zoug, Schwyz, St-Gall, en Thurgovie et dans les deux Appenzell.

11h30

Les tests Covid-19 devraient à nouveau être gratuits

Le Conseil national a adopté par 144 voix contre 43 la proposition de l'UDC et des Verts en faveur d'un retour de la gratuité des tests Covid, contre l'avis du PLR et du Conseil fédéral.

L'UDC avait déjà déposé sans succès cette demande lors de la dernière session d'automne. Seul les Verts s'y étaient ralliés. Depuis, plusieurs partis ont changé de cap, a relevé Albert Rösti (UDC/BE), citant en particulier le PS.

>> Les précisions du 12h30:

Des parlementaires débattent lors de la session d'automne du Parlement suisse, au Conseil national à Berne, jeudi 30 septembre 2021. [Anthony Anex - Keystone]Anthony Anex - Keystone
Le Conseil national dit oui aux tests Covid-19 à nouveau gratuits / Le 12h30 / 1 min. / le 2 décembre 2021

Il faut revenir à la gratuité des tests, d'autant plus que la couverture vaccinale est en train de s'affaiblir, a abondé Léonore Porchet (Verts/VD). L'effet d'encouragement à la vaccination a été épuisé. Il reste un impératif de santé publique auquel les tests gratuits peuvent contribuer.

"Pas d'intérêt public" pour le PLR

Le PLR et le PVL se sont retrouvés seuls contre cette mesure. Philippe Nantermod (PLR/VS) a souligné qu'il n'y a pas d'intérêt public à financer des tests pour des gens qui ne veulent pas se faire vacciner.

Le ministre de la Santé Alain Berset n'en voulait pas non plus, rappelant que les coûts des personnes asymptomatiques n'ont jamais été pris en charge par la Confédération. Cela conduira à des coûts considérables, a-t-il mis en garde.

Le Conseil des Etats doit encore se prononcer.

>> Voir le sujet du 12h45:

Le Conseil national se prononce en faveur des tests Covid gratuits [RTS]
Le Conseil national se prononce en faveur des tests Covid gratuits / 12h45 / 1 min. / le 2 décembre 2021

>> Les précisions du 19h30 sur les tensions entre PS et UDC lors des débats au Parlement:

 

La pandémie échauffe les esprits sous la coupole fédérale où le Conseil national veut à nouveau rendre les tests gratuits [RTS]
La pandémie échauffe les esprits sous la coupole fédérale où le Conseil national veut à nouveau rendre les tests gratuits / 19h30 / 2 min. / le 2 décembre 2021

11h00

Des "anges" patrouilleront sur les pistes de ski valaisannes

En Valais, le projet Covid-Angel est reconduit pour la saison d'hiver 2021-2022. Une centaine de demandeurs d'emploi seront à nouveau engagés sur les pistes de ski pour renforcer la prévention et encourager les visiteurs à respecter les mesures sanitaires en vigueur.

Ce projet, qui a vu le jour l'hiver passé, sert à assurer "le bon déroulement" de la saison 2021-2022, qui "s'annonce délicate pour les sociétés de remontées mécaniques valaisannes", indique jeudi l'Etat du Valais dans un communiqué. Il permet à ces dernières de "garantir le respect et l’application stricts des concepts de prévention sanitaires en vigueur dans le cadre de la lutte contre la pandémie".

Comme l'an dernier, les anges des pistes seront ainsi responsables de la diffusion des messages d’information et de prévention et soutiendront les employés dans l’organisation des diverses files d’attente "pour faire respecter les plans de protection sanitaires adaptés selon l’évolution de la situation sanitaire".

Ces futurs "observateurs-informateurs" seront recrutés parmi les demandeurs d'emploi. Ils se verront offrir un contrat de travail à durée déterminée auprès des différentes sociétés de remontées mécaniques valaisannes. Le budget de 1,45 million de francs est financé à hauteur de 60% par le Fonds de l’emploi du canton et 40% par l’Association des remontées mécaniques du Valais.

10h30

Bâle-Campagne réactive son état-major de crise

Le gouvernement de Bâle-Campagne réactive l'état-major cantonal de crise en raison de l'évolution de la pandémie de Covid-19. La priorité est de mettre à disposition aussi rapidement que possible le vaccin de rappel.

En raison de la forte hausse du nombre de cas et de la charge élevée du système de santé, le gouvernement a rétabli la cellule de crise, a indiqué jeudi l'exécutif de Bâle-Campagne. Outre la mise à disposition aussi rapide que possible du vaccin de rappel, l'état-major de crise doit aussi procéder à des analyses régulières de la situation et faire des propositions sur les mesures à prendre.

Le gouvernement cantonal zurichois a aussi remis en place mercredi un état-major spécial. Ce groupe d'experts doit coordonner la mise en oeuvre des mesures et soutenir le gouvernement dans l'évaluation de la situation.

10h00

Le National soutient aussi la prolongation des aides Covid

Les entreprises doivent à nouveau voler de leurs propres ailes malgré les soubresauts de la pandémie, estime le Conseil fédéral dans le cadre de la révision de la loi Covid. Il ne veut pas prolonger l'ensemble des mesures de soutien mises en place pour faire face aux conséquences économiques.

Mais le Parlement pourrait être plus sensible à la détresse de certaines entreprises. Mercredi déjà, le Conseil des Etats s'est montré plus généreux que le gouvernement lors de la révision de la loi Covid.

Le Conseil national en débat à son tour jeudi et certaines branches de l'économie espèrent que toutes les aides, y compris celles qui concernent les cas de rigueur, soient repêchées par les Chambres fédérales.

>> Les précisions de La Matinale:

Le Conseil national en séance, 30.11.2021. [Alessandro della Valle - Keystone]Alessandro della Valle - Keystone
Le Conseil fédéral ne veut pas prolonger l'ensemble des aides financières instaurées pendant la pandémie / La Matinale / 2 min. / le 2 décembre 2021

09h25

Point de situation avec Manuel Schibler, médecin aux HUG

L'arrivée du variant Omicron pose beaucoup de questions, alors que les contaminations sont déjà très importantes en Suisse.

Manuel Schibler, médecin aux HUG et "monsieur variant aux HUG", explique qu'il est encore trop tôt pour parler d'inquiétude concernant le variant Omicron. Les craintes actuelles se portent surtout sur la vague provoquée par le variant Delta. Et de relever que le vaccin a permis d'éviter une vague plus forte encore.

>> Voir aussi les explications de Manuel Schibler, médecin adjoint du service d'infectiologie des Hôpitaux Universitaires de Genève (HUG), sur le variant Omicron:

09h00

La recherche sur de nouvelles pistes vaccinales bat son plein

Trois groupes de recherche ont mis au jour des approches intéressantes dans le cadre du Programme national de recherche "Covid-19" (PNR 78) du Fonds national suisse, a indiqué celui-ci jeudi dans un communiqué.

Une large gamme de vaccins présente des avantages dans la lutte contre le virus: cela permet notamment d'augmenter la probabilité d'être mieux armé contre les nouveaux variants et d'améliorer l'accès à la vaccination dans le monde entier.

Des méthodes innovantes d'inoculation, par exemple par voie orale ou via des vaporisateurs nasaux, rendent la vaccination encore plus facile.

08h45

La commission de la santé du National rejette l'obligation du certificat Covid dans les fêtes privées

Le certificat Covid doit être recommandé, mais pas imposé pour les rencontres privées dès onze personnes. La commission de la santé publique du National tient à laisser une certaine liberté aux Suisses. Elle soutient pour l'essentiel le reste des mesures mises en consultation mardi par le Conseil fédéral afin d'endiguer la cinquième vague de la pandémie.

La commission salue en particulier l’extension du pass sanitaire à toutes les activités sportives et culturelles en intérieur et la réduction de la durée de validité des certificats obtenus suite à un test, indiquent mercredi les services du Parlement. Les tests PCR seront valables seulement 48h et les tests rapides antigéniques 24h, selon les mesures proposées.

Sur les trois variantes mises en consultation pour le monde professionnel, la commission opte pour la première. Celle-ci prévoit une obligation générale de porter le masque dans les bureaux communs. La commission estime toutefois que la mesure ne devrait pas s'appliquer aux entreprises qui mettent sur pied des tests groupés répétés.

Enfin, la commission juge que des dispositions proportionnées doivent être prises pour les voyageurs et voyageuses arrivant en Suisse. Les règles de quarantaine ne devraient, selon elle, pas être trop strictes pour éviter de porter préjudice au secteur du tourisme.

>> Les explications dans La Matinale:

La salle du Conseil national. [Gaetan Bally - Keystone]Gaetan Bally - Keystone
La commission de la santé du National rejette l'obligation du certificat Covid dans les fêtes privées / La Matinale / 1 min. / le 2 décembre 2021

08h30

La mobilisation de l'armée "prendra du temps", avertit Denis Froidevaux

Alors que certains cantons en ont fait la demande, la mobilisation de l'armée pour aider à la vaccination contre le Covid-19 "prend du temps", selon Denis Froidevaux, chef de l'Etat-major cantonal de conduite vaudois.

"D'autant plus qu'il ne s'agit pas d'une situation d'urgence, de catastrophe naturelle. Il faut faire attention de ne pas tabler sur des moyens hypothétiques ou de changer son fusil d'épaule en arrêtant pour dispositif pour compter sur les moyens de l'armée", explique-t-il jeudi dans La Matinale.

L'interview de Denis Froidevaux dans La Matinale:

Denis Froidevaux, chef de l’Etat-major cantonal de conduite vaudois. [Sandra Hildebrandt - Keystone]Sandra Hildebrandt - Keystone
Pression des cantons pour mobiliser l'armée dans la vaccination / Interview de Denis Froidevaux / La Matinale / 53 sec. / le 2 décembre 2021

08h00

Thierry Wegmüller: "Ce type d'obligations revient à nous dire qu'on ferait mieux de fermer"

Le Conseil fédéral propose de réintroduire l'obligation de consommer assis dans les établissements publics, y compris bars et discothèques. En Suisse romande, le Valais, ainsi que les cantons de Vaud et de Fribourg s'opposent à cette mesure.

Pour GastroSuisse, il ne doit pas y avoir d'autres mesures limitant les capacités dans l'hôtellerie-restauration. Sinon, l'existence de nombreux établissements serait à nouveau menacée, a fait savoir son président Casimir Platzer.

>> Lire aussi: Le port du masque généralisé en intérieur, un coup de massue pour le monde de la nuit?

Thierry Wegmüller, directeur du D! Club à Lausanne et président de l'association La Belle Nuit qui réunit plusieurs clubs de la ville, se dit également atterré par les propositions du Conseil fédéral.

"Pour que le but premier d'un club ou d'une discothèque soit respecté, il faut que les gens puissent danser sans masque, estime-t-il jeudi dans La Matinale. Consommer assis est aussi impossible, car tous les établissements n'ont pas des tables et des chaisses."

Et d'ajouter: "Ce type d'obligations revient à nous dire qu'on ferait mieux de fermer. (...) C'est comme si on demandait aux chauffeurs de taxis de continuer à conduire leurs clients, mais seulement en marche arrière."

>> L'interview de Thierry Wegmüller dans La Matinale:

Un client lave ses mains avec du gel désinfectant devant la discothèque le D! Club, le jeudi 2 juillet 2020 à Lausanne.  [JEAN-CHRISTOPHE BOTT - KEYSTONE]JEAN-CHRISTOPHE BOTT - KEYSTONE
Le port du masque généralisé en intérieur / Interview de Thierry Wegmüller, directeur du D! Club à Lausanne / La Matinale / 58 sec. / le 2 décembre 2021

07h45

Les cantons plutôt contre l'utilisation du certificat Covid dans le cercle familial

Les cantons semblent peu convaincus par l'idée de rendre obligatoire le certificat Covid pour les réunions privées dès 11 personnes. Certains, comme Berne, Soleure et le Tessin, s'opposent à cette mesure proposée mardi par le Conseil fédéral. D'autres veulent l'édulcorer ou la transformer en recommandation.

Pour éviter une combinaison explosive des variants Delta et Omicron, notamment en matière de surcharge hospitalière, le Conseil fédéral a envoyé mardi un paquet de mesures en consultation jusqu'à mercredi soir. Il s'agit notamment d'étendre l'utilisation du certificat et du masque, de rendre les tests obligatoires dans les écoles et de renforcer les mesures sur les lieux de travail.

>> Relire: Pass Covid et masque généralisés: le détail des mesures proposées par le Conseil fédéral

Pas convaincu par les tests obligatoires dans les écoles

La proposition de rendre obligatoire des tests dans les écoles ne convainc pas non plus. Le gouvernement bernois considère que cette mesure n'apporte pas de bénéfice supplémentaire, ainsi que les cantons de Vaud et de Genève. Berne et Fribourg préconisent donc le dépistage en cas de flambées dans les établissements scolaires.

>> Relire aussi: Pierre Alain Schnegg: "Les mesures proposées peuvent être comprises"

Pour le Conseil d'Etat valaisan, les tests réguliers obligatoires dans les écoles sont une "mesure qui n'est tout simplement pas réalisable avec les moyens actuels". Si la Confédération souhaite son introduction, alors elle doit établir une "base légale" permettant au canton de tenir une liste de statut vaccinal.

>> Les explications dans La Matinale:

Dès mardi 16 novembre 2021, un test sérologique positif donne désormais trois mois d'accès au certificat Covid. [Pierre Albouy - Keystone]Pierre Albouy - Keystone
Cantons plutôt contre l'utilisation du certificat Covid dans le cercle familial / La Matinale / 1 min. / le 2 décembre 2021

07h30

Les quarantaines explosent chez les enfants avec la 5e vague

Les enfants sont particulièrement contaminés par la cinquième vague. En Suisse romande, plus de 4000 d'entre eux sont actuellement en quarantaine, rendant la tâche difficile pour les parents.

Dans presque tous les cantons, la proportion d'enfants en isolement est supérieure à 30%. A Fribourg, près de 59% des personnes en quarantaine sont des écoliers et des écolières.

>> Le reportage du 19h30:

Les enfants particulièrement touchés par la cinquième vague [RTS]
Les enfants particulièrement touchés par la cinquième vague / 19h30 / 2 min. / le 1 décembre 2021

07h20

Premier cas du variant Omicron en Suisse romande, détecté à Genève

A Genève, une personne revenant de voyage d'Afrique du Sud il y a une dizaine de jours est porteuse du nouveau variant Omicron. Il s'agit du premier cas en Suisse romande: il fait partie des trois cas d'infection confirmés mercredi par l'OFSP.

Présentant des symptômes, ce voyageur a effectué un test PCR le 24 novembre et le résultat positif a été connu le lendemain, a fait savoir mercredi le Conseil d'Etat genevois en conférence de presse. Ce malade a été placé en isolement, tout comme une personne qui voyageait avec elle et dont le test PCR est lui aussi positif.

>> Le sujet du 19h30:

Premier cas du variant Omicron détecté en Suisse romande, à Genève [RTS]
Premier cas du variant Omicron détecté en Suisse romande, à Genève / 19h30 / 2 min. / le 1 décembre 2021

Le séquençage du premier prélèvement a confirmé dans la nuit de mardi à mercredi la présence d'Omicron. "La présence du nouveau variant du coronavirus est hautement probable chez la deuxième personne, mais son prélèvement était insuffisant pour effectuer un séquençage", a indiqué la médecin cantonale Aglaé Tardin.

Ces deux voyageurs ne sont pas vaccinés. Une enquête d'entourage approfondie a été menée par la direction générale de la santé. Aucun contact étroit nécessitant une mise en quarantaine n'a été identifié.

>> La réaction d'Aglaé Tardin dans le 19h30:

Aglaé Tardin, médecin cantonale genevoise: "Quand la circulation du virus est intense, le masque est une mesure simple" [RTS]
Aglaé Tardin, médecin cantonale genevoise: "Quand la circulation du virus est intense, le masque est une mesure simple" / 19h30 / 2 min. / le 1 décembre 2021

Face à cette nouvelle, le canton a renforcé mercredi ses mesures sanitaires. Le recours au télétravail est favorisé pour les administrations cantonales et le masque est rendu obligatoire sur les marchés en plein air, ainsi que pour le public de la Course de l'Escalade prévue ce week-end. D’autres mesures sont envisagées, comme le retour du masque dans les rues très fréquentées.

Sur le plateau du 19h30, la médecin cantonale genevoise Aglaé Tardin s’est dite "clairement préoccupée" par la situation. "Je pense qu’il faut reprendre les habitudes qu’on a un peu lâchées et qu’on est fatigué d’appliquer. Il est absolument indispensable de le faire avec la plus grande rigueur tout au long de sa journée."

07h00

Pression des cantons pour mobiliser l'armée dans la vaccination

En Suisse romande, les cantons du Jura et du Valais ont réclamé l'aide de la Confédération pour effectuer les injections de la troisième dose. Le Jura a demandé un soutien de l’armée, alors que le Valais s’apprête à faire de même. A Neuchâtel, les autorités y songent également.

Certains cantons romands disent être au maximum de leurs capacités et ne plus avoir de renforts suffisants pour vacciner les personnes qui arrivent au délai de six mois après leur deuxième dose. La décision de déployer ou non l’armée revient au Conseil fédéral et devrait être prise vendredi lors de la prochaine réunion du gouvernement.

"Il faut entendre l’extrême mobilisation des forces civiles" dans la vaccination, a déclaré le conseiller d’Etat neuchâtelois en charge de la santé Laurent Kurth. "On n'arrivera pas à monter en puissance dans la vaccination" de la dose de rappel. Il faut ainsi, selon le Neuchâtelois, mobiliser les troupes sanitaires de l’armée et "aller vite sur cette troisième dose".

A la différence du printemps dernier où la vaccination s’échelonnait sur plusieurs mois et les personnes étaient vaccinées par catégorie, il faut désormais "aller beaucoup plus vite", estime le ministre. Actuellement, la vaccination se fait "dans un moment où les hôpitaux sont saturés et où les équipes de traçage doivent être renforcées en lien avec l’arrivée du variant Omicron. Les tensions sur le système de santé sont extrêmement importantes", a encore souligné Laurent Kurth.

>> Les explications de Laurent Kurth dans Forum sur la mobilisation de l'armée pour la vaccination:

Laurent Kurth, conseiller d'Etat neuchâtelois.
Armée appelée dans plusieurs canton pour effectuer les vaccinations anti-Covid 19: explication de Laurent Kurth / Forum / 4 min. / le 1 décembre 2021

06h50

Des hôpitaux saturés en Suisse alémanique

Alors que près de 10'500 nouveaux cas ont été détectés et 140 nouvelles personnes ont été admises à l’hôpital ces dernières 24 heures en Suisse, le nombre d’hospitalisations est scruté de près. La situation se tend de plus en plus dans certains cantons, notamment à Zurich où les soins intensifs de l’ensemble du canton ont atteint leur limite mardi.

Même son de cloche à Berne, où il ne restait qu’un lit de libre mardi à l’Insel Spital. La situation est d’autant plus préoccupante que les démissions et les arrêts maladie dans le service des soins intensifs s’enchaînent et la marge de manœuvre est très limitée.

Les services de sauvetage et de protection de Berne ont par ailleurs décrété mercredi le "code rouge", ce qui signifie que les services d'urgence des hôpitaux de la ville de Berne sont pleins et que c'est donc la centrale d'appel d'urgence qui détermine où le prochain patient sera conduit, alors que celui-ci peut décider où il veut être soigné en temps normal.

>> Le sujet de Forum:

L'hôpital de Zurich est proche de la saturation face au variant Delta [RTS]
L'hôpital de Zurich est proche de la saturation face au variant Delta / Forum / 1 min. / le 1 décembre 2021

Pour le conseiller d’Etat neuchâtelois en charge de la santé Laurent Kurth, il n’est qu’une question de temps avant que la Suisse romande ne connaisse le même sort. "Progressivement, c’est l’ensemble de la Suisse qui sera saturée", a-t-il déclaré dans Forum, avant de rappeler une nouvelle fois que "l’essentiel des patients qui engorgent aujourd’hui les unités de soins intensifs sont des patients non vaccinés".

Si une marge existe encore concernant l’occupation des lits par rapport à la troisième vague, la situation n’en est pas moins alarmante, estime Laurent Kurth. Neuchâtel voit également une partie de son personnel soignant démissionner ou tomber malade. "Le recrutement est très difficile aujourd’hui. On ne pourra pas augmenter les effectifs au niveau de la deuxième et troisième vague", a-t-il affirmé.

>> L'interview complète de Laurent Kurth dans Forum:

Le variant Delta met l'hôpital de Zurich sous tension: interview de Laurent Kurth [RTS]
Le variant Delta met l'hôpital de Zurich sous tension: interview de Laurent Kurth / Forum / 4 min. / le 1 décembre 2021

En Suisse, les 10'000 contagions quotidiennes n'avaient pas été dépassées depuis onze mois. La situation sanitaire s'approche désormais du pic de la deuxième vague, connu à l'automne passé. Ce cap symbolique est néanmoins à nuancer car moins de tests étaient effectués en 2020 à la même période. Au total, 1400 personnes sont actuellement hospitalisées en Suisse. Ce niveau n'avait plus été atteint depuis février.

>> Voir aussi le décryptage du 19h30 sur la situation sanitaire:

Valérie Demierre décrypte la situation préoccupante due aux nouvelles contaminations au Covid-19 [RTS]
Valérie Demierre décrypte la situation préoccupante due aux nouvelles contaminations au Covid-19 / 19h30 / 1 min. / le 1 décembre 2021

06h40

Vaccinés vs non-vaccinés, notre infographie sur les hospitalisations

Y a-t-il plus de vaccinés hospitalisés que de non vaccinés parmi les cas Covid admis à l'hôpital? Qui est concerné et dans quelles proportions?

Notre infographie, réalisée à partir des données de l'OFSP, fait le point sur les hospitalisations enregistrées en novembre.

06h30

Vaud ouvre la 3e dose aux moins de 65 ans et étend le port du masque

Le Conseil d’Etat vaudois a décidé d’ouvrir au plus vite la troisième dose de vaccination pour toute la population. Il adapte également son dispositif de lutte contre le Covid en étendant notamment le port du masque à l'intérieur dès jeudi.

Si les plus de 65 ans peuvent déjà bénéficier du "booster", dès le 6 décembre la troisième dose sera ouverte aux 50 ans et plus, ainsi qu'au personnel de santé en contact direct avec les patients. A partir du 13 décembre, ce sera au tour des 16 ans révolus et plus, annonce le canton mercredi dans un communiqué.

Quelque 280'000 personnes seront éligibles au 13 décembre 2021 et 384'000 au total au 1er janvier 2022. Le dispositif est conçu de manière à ce que toutes puissent avoir été vaccinées d’ici fin janvier 2022 au plus tard.

Extension du port du masque

Pour le reste, le port du masque devient obligatoire à l’intérieur, dans tous les bâtiments accessibles au public. Cette disposition entrera en vigueur jeudi à 00h01. Elle ne concerne pas les établissements de restauration (restaurants, bars, discothèques) qui relèveront des dispositions fédérales à venir.

Par ailleurs, les visiteurs des EMS, à l’instar des établissements hospitaliers, devront présenter un certificat Covid à partir de lundi. Dès samedi, les agents de sécurité feront leur réapparition à l'entrée des grandes surfaces. Ils vérifieront que tous les clients se désinfectent les mains avec le gel mis à disposition et qu'ils portent le masque.

Le télétravail est par ailleurs recommandé. Dans les espaces clos et les véhicules où se tiennent plus d'une personne, le masque est obligatoire. Enfin, le port du masque est obligatoire dès samedi dans les marchés de Noël et zone à forte fréquentation, même pour les personnes qui ne font que les traverser.

06h15

Retour sur la journée de mercredi

Le nombre de nouveaux cas de Covid-19 atteint des niveaux record en Suisse. Selon les données publiées mercredi, 10'508 personnes ont été testées positives ce lundi. Ce chiffre devrait probablement être légèrement revu à la hausse ces prochains jours en raison des retards dans les déclarations.

Il faut remonter au 2 novembre 2020, au pic de la 2e vague, pour trouver un nombre de cas similaire. Ce jour-là, la Suisse avait enregistré 10'517 nouvelles contaminations. La barre des 10'000 infections en un seul jour n'a été franchie qu'à une seule autre reprise, le 26 octobre 2020.

Les deux périodes restent toutefois difficiles à comparer. Le nombre de tests s'avère beaucoup plus importants actuellement, avec plus de 50'000 tests par jour, contre environ 30'000 lors du pic de la 2e vague. Il est donc probable que davantage de cas n'étaient pas détectés à l'époque.

>> Retour sur la journée de mercredi: Ouverture de la 3e dose aux moins de 65 ans dans le canton de Vaud

06h00

Le dossier complet

Retrouvez dans notre dossier toutes les informations, toutes les analyses et toutes les émissions consacrées au Covid-19.

Le dossier consacré à l'épidémie de coronavirus