Le suivi du 21 octobre [RTS - Keystone]
Publié Modifié

Les cantons et la Confédération attendent la décision de Swissmedic concernant la 3e dose

- La Confédération et les cantons sont suspendus à la décision de Swissmedic de recommander une troisième dose de vaccin. Les personnes de plus de 80 ans pourraient être les premières concernées, a dit jeudi le ministre de la santé Alain Berset.

- La Suisse compte jeudi 1478 cas supplémentaires de Covid-19 en 24 heures, selon les chiffres de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). On déplore sept décès supplémentaires et treize malades ont été hospitalisés.

- Comment la Suisse va-t-elle sortir de la crise? Quand les différentes restrictions liées au Covid-19 seront-elles levées? Ces questions taraudent de nombreux parlementaires. La commission de l'économie et des redevances du Conseil national a communiqué mercredi qu'elle souhaitait des réponses du Conseil fédéral. Le PLR lui demande également plus de perspectives.

- Aucun allègement concernant l'obligation de présenter le pass sanitaire n'est prévu dans l'immédiat, a annoncé le Conseil fédéral mercredi. Il entend toutefois lancer un certificat valable uniquement en Suisse et plus facile d'accès.

- Ce certificat suisse sera notamment accordé aux personnes présentant un test sérologique prouvant la présence d'anticorps (pour 90 jours) et à celles vaccinées à l'étranger avec des vaccins reconnus par l'OMS mais pas par l'UE (pour 30 jours). Les personnes guéries et dont la maladie a été documentée par un test PCR, elles, bénéficieront de ce certificat pendant une année, contre 6 mois jusqu'ici.

Suivi assuré par RTSinfo

17h00

Le Centre neuchâtelois opposé à la loi Covid-19

Contrairement aux délégués et déléguées du Centre qui avaient très largement approuvé la loi Covid-19, la section neuchâteloise recommande de voter non le 28 novembre. Réunis mercredi en assemblée générale, les membres du parti ont rejeté la loi à 52%.

Seuls 23% des membres de la section neuchâteloise du Centre étaient en faveur du oui. Les abstentions se montent également à 23%, a indiqué jeudi le parti dans un communiqué.

16h45

La délégation des finances libère 50 millions pour la vaccination

Le Conseil fédéral pourra engager immédiatement 50 millions de francs pour son offensive nationale en faveur de la vaccination contre le Covid-19. La délégation des finances des Chambres fédérales a libéré jeudi cette enveloppe à caractère urgent.

Ces 50 millions font partie d'un crédit supplémentaire de 96,2 millions que le gouvernement a demandé à au Parlement, qui doit encore l'approuver.

15h15

Cantons et Confédération en attente sur Swissmedic concernant la 3e dose

La Confédération et les cantons sont suspendus à la décision de Swissmedic de recommander une troisième dose de vaccin. Les personnes de plus de 80 ans pourraient être les premières concernées, a dit jeudi le ministre de la santé Alain Berset.

Le ministre de la santé Alain Berset et le conseiller de gouvernement et président de la Conférence des directeurs cantonaux de la santé (CDS) Lukas Engelberger lors d'une conférence de presse, le 21 octobre 2021. [Anthony Anex - KEYSTONE]Le ministre de la santé Alain Berset et le conseiller de gouvernement et président de la Conférence des directeurs cantonaux de la santé (CDS) Lukas Engelberger lors d'une conférence de presse, le 21 octobre 2021. [Anthony Anex - KEYSTONE]"Nous avons des échanges réguliers avec la commission fédérale des vaccinations et les cantons. Nous attendons la décision de Swissmedic", a-t-il indiqué devant les médias à Berne. Il faudra encore déterminer à qui et quand exactement un rappel de la vaccination sera proposé.

Une certaine baisse de l'efficacité du vaccin après quelques mois chez les personnes de plus de 80 ans a été constatée. Les cantons devront donc se préparer aux rappels pour ces personnes.

Actuellement, "il y a encore peu d'évidences sur le bénéfice d'un rappel pour tout le monde", a ajouté Patrick Mathys, chef de la section Gestion de crise et collaboration internationale de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). D'une façon générale, il est important de mettre en oeuvre ces vaccinations là où elles ont du sens.

La pandémie divise la société et non le vaccin, selon les cantons

"Il ne faut pas politiser le vaccin", a avancé jeudi le directeur de la Conférence des directeurs cantonaux de la santé (CDS) Lukas Engelberger. Selon lui, la division de la société est due à la pandémie, et le vaccin est le meilleur moyen d'éviter cette scission. "Nous ne sommes pas encore hors de la zone à risques" malgré une situation plus détendue qu'en août, estime Lukas Engelberger, qui répète que trop de monde n'est pas vacciné contre le Covid-19.

La majorité des personnes hospitalisées ne sont pas vaccinées. Elles représentent un risque pour l'ensemble de la société et de l'économie, a encore souligné le directeur de la CDS.

13h15

Le nombre de tests rapides en forte diminution

Le nombre de tests rapides antigéniques réalisés en Suisse a chuté depuis qu'ils sont devenus payants le 11 octobre. Il a été divisé par deux dans la semaine du 11 au 17 octobre, selon l'Office fédéral de la santé publique (OFSP).

Dans le même temps, le nombre des tests PCR n'a diminué que de 4,9% par rapport à la semaine précédente, précise l'OFSP dans son rapport hebdomadaire publié jeudi. Au total, 164'386 tests ont été réalisés dans la semaine 41 (62% de tests PCR et 38% de tests rapides antigéniques), contre 231'401 une semaine plus tôt.

Le nombre d'hospitalisations est pour l'instant sous contrôle.  [Laurent Gillieron - Keystone]Le nombre d'hospitalisations est pour l'instant sous contrôle. [Laurent Gillieron - Keystone]

Durant la semaine sous revue, 6426 cas confirmés en laboratoire ont été déclarés, contre 6367 une semaine plus tôt. Le maximum a été enregistré chez les trentenaires en termes absolus (1138 cas). Proportionnellement, c'est la classe d'âge des 10-19 ans qui est la plus touchée (117 cas pour 100'000 habitants).

Du 11 au 17 octobre, 114 personnes ont été hospitalisées en Suisse et au Liechtenstein. La semaine précédente au même moment, leur nombre était de 144. Un recul est également observé aux soins intensifs: le nombre de patients Covid admis dans ces unités est passé de 156 à 129, soit une baisse de 17%.

En revanche, les décès affichent une légère hausse: on en dénombre 28 dans douze cantons pour la semaine sous revue, contre 24 au même moment sept jours plus tôt. Des déclarations sont encore attendues.

12h30

Près de 1480 nouvelles contaminations en 24 heures

La Suisse compte jeudi 1478 cas supplémentaires de Covid-19 en 24 heures, selon les chiffres de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). On déplore sept décès supplémentaires et treize malades ont été hospitalisés.

Durant les dernières 24 heures, les résultats de 27'347 tests ont été transmis, indique l'OFSP. Le taux de positivité s'élève à 5,40%.

Sur les quatorze derniers jours, le nombre total d'infections est de 13'232, soit 151,93 nouvelles infections pour 100'000 habitants.

Le taux de reproduction, qui a un délai d'une dizaine de jours, est lui de 1,00. Les patients Covid-19 occupent 13,30% des places disponibles en soins intensifs, dont le taux d'occupation est de 73,60%.

Au total 10'958'467 doses de vaccin ont été administrées et 62,26% des personnes ont déjà reçu deux doses. Par rapport à la population âgée de plus de 12 ans (âge minimum pour la vaccination en Suisse), la part des personnes entièrement vaccinées se monte à 70,84%. La Suisse a reçu jusqu'à présent 13'203'825 doses de vaccins.

Depuis le début de la pandémie, 861'123 cas de contamination au Covid-19 ont été confirmés en laboratoire sur un total de 11'452'601 tests effectués en Suisse et au Liechtenstein. Le total des décès s'élève à 10'809 et le nombre de personnes hospitalisées atteint 33'383.

Le pays dénombre par ailleurs 7027 personnes en isolement et 5057 individus faisant partie de leurs contacts ont été mis en quarantaine.

10h50

Berne budgète un crédit de près de 50 millions pour lutter contre la pandémie

Le canton de Berne estime avoir besoin de 49,86 millions de francs dans sa lutte contre la pandémie de Covid-19 en 2022. Ce crédit couvre la poursuite de la campagne de vaccination, les centres de tests, le traçage des contacts et la communication.

"En ce qui concerne la vaccination, l’accent sera mis sur les fournisseurs de soins de base, tels que les cabinets médicaux et les pharmacies", a indiqué jeudi le Conseil-exécutif. Ceux-ci seront incités à soutenir les activités de vaccination par un complément d’indemnisation. Un montant de 12,5 millions de francs est prévu à cet effet.

Une somme de 3 millions de francs est aussi budgétée pour l’engagement d’équipes mobiles. Pour répondre à la demande de vaccination durant les phases où elle dépasse les capacités des fournisseurs de soins de base et des équipes mobiles, le crédit proposé comprend en outre un montant de 7,2 millions de francs destiné au fonctionnement des centres de vaccination.

Un million de francs est aussi prévu pour le domaine des technologies de l’information, en particulier pour faire évoluer l’application de vaccination "VacMe".

09h00

Pierre-Yves Rodondi: "En tant que médecin, nous avons un devoir d'informer"

Les médecins de famille sont en première ligne pour informer leurs patients sur la vaccination contre le Covid-19. Légalement, ils n'ont pas le droit de déconseiller l'injection à leur patient. Entre devoir d'informer - sous peine de sanction - et liberté de parole, comment le médecin généraliste peut-il naviguer?

"En tant que médecin, nous avons un devoir d'informer nos patients, explique Pierre-Yves Rodondi, directeur de l'Institut de médecine de famille de l'Université de Fribourg, jeudi dans La Matinale. Nous devons donc aller chercher toutes les informations sur les avantages comme sur les risques. C'est notre travail."

Pierre-Yves Rodondi reconnaît qu'il passe son temps à lire des sites internet donnant des informations "plutôt négatives" sur le vaccin pour voir "comment elles sont faites et distillées". Il estime qu'on peut "faire encore mieux" en termes de communication. "Ces sites donnent des chiffres avec des références, par exemple qu'il y a eu 10'000 morts en Europe à cause du vaccin. Sur le site de l'OFSP, en revanche, il y en a très peu. Il n'est donc pas évident de trouver des informations si nous souhaitons démentir ce chiffre."

>> L'interview complète de Pierre-Yves Rodondi dans La Matinale:

L'invité de La Matinale - Pierre-Yves Rodondi, directeur de l’Institut de médecine de famille UNIFR [RTS]
L'invité de La Matinale (vidéo) - Pierre-Yves Rodondi, directeur de l’Institut de médecine de famille UNIFR / La Matinale / 11 min. / le 21 octobre 2021

Les outils nécessitent d'être améliorés, selon lui. "Certains de mes patients ont le sentiment que nous minimisons les risques. Dans ce sens, nous avons besoin de les informer sur les risques comme nous le faisons en permanence."

Avant d'ajouter: "Beaucoup de mes collègues et de mes patients souhaitent avoir plus d'informations, qu'on leur décrypte les informations qu'ils peuvent lire et leur dire pourquoi elles sont erronées dans la matière dont elles sont présentées, ce qui est souvent le cas."

08h50

Quel scénario de sortie de crise? Le Conseil fédéral sous pression

Comment la Suisse va-t-elle sortir de la crise? Quand les différentes restrictions liées au Covid-19 seront-elles levées? Ces questions taraudent de nombreux parlementaires. La commission de l'économie et des redevances du Conseil national a communiqué mercredi qu'elle souhaitait des réponses du Conseil fédéral. Le PLR lui demande également plus de perspectives.

Mais le gouvernement reste prudent. Il ne veut pas non plus prendre tout seul les choses en main. Lors de la conférence de presse mercredi, Alain Berset a d'ailleurs rappelé le rôle joué par les cantons et les professionnels de la santé dans cette pandémie.

Aux côtés de l'UDC qui mène la fronde depuis des mois, des commissions et des partis montrent leur impatience. Pour le Parlement, il s'agit également d'une façon d'exister face au gouvernement aux manettes depuis une année et demie.

>> Les précisions de La Matinale:

Des personnes font un test Covid dans un centre de dépistage au Mont-sur-Lausanne. [Jean-Christophe Bott - Keystone]Jean-Christophe Bott - Keystone
Le Conseil fédéral mis sous pression pour mettre en place une stratégie de sortie de crise / La Matinale / 1 min. / le 21 octobre 2021

08h40

Didier Trono se félicite du certificat Covid temporaire pour les personnes guéries

Les personnes guéries qui présentent un test sérologique positif récent devraient pouvoir obtenir un certificat Covid valable uniquement en Suisse et pour une durée de trois mois, a proposé mercredi le Conseil fédéral.

Cette nouvelle réjouit Didier Trono, virologue à l'EPFL et membre de la task force scientifique de la Confédération. "Sur le fond, c'est une excellente idée puisque la présence d'anticorps peut attester d'une immunité qui est protectrice et équivalente à ce que confère la vaccination ou une infection avérée par test PCR."

"La difficulté va être dans les détails", précise toutefois Didier Trono, notamment concernant l'interprétation des sérologies positives. "A partir de quel niveau une sérologie positive sera-t-elle la garante d'une protection? On ne le sait pas, faute de l'avoir examiné de manière systématique."

>> L'interview de Didier Trono dans La Matinale:

Didier Trono, virologue à l'EPFL, membre de la task force scientifique de la Confédération. [Jean-Christophe Bott - Keystone]Jean-Christophe Bott - Keystone
Le Conseil fédéral propose l'obtention d'un certificat Covid temporaire aux personnes guéries / Interview de Didier Trono / La Matinale / 56 sec. / le 21 octobre 2021

08h30

Céline Amaudruz: "Nous maintenons la pression"

Le ministre de la Santé Alain Berset a annoncé mercredi qu'il n'y aurait pas d'exception pour l'obligation de présenter un certificat Covid dans certains établissements. A ses yeux, les risques sont encore trop grands pour le système de santé.

Une décision que l'UDC déplore. "C'est une déception pour toutes les personnes qui voient leur chiffre d'affaires diminuer", affirme la conseillère nationale genevoise et vice-présidente du parti Céline Amaudruz.

Elle estime la stratégie du gouvernement incompréhensible, alors que les hôpitaux ne sont aujourd'hui "pas remplis". "Nous maintenons la pression: Nous ne voulons pas de ce certificat Covid", a-t-elle encore ajouté.

>> Les propos de Céline Amaudruz dans La Matinale:

Céline Amaudruz, conseillère nationale et vice-présidente de l'UDC. [Salvatore Di Nolfi - KEYSTONE]Salvatore Di Nolfi - KEYSTONE
Le Conseil fédéral maintient l’obligation de présenter le certificat Covid / Interview de Céline Amaudruz / La Matinale / 1 min. / le 21 octobre 2021

08h20

Le vaccin contre la grippe peut se cumuler à celui contre le Covid-19

Une autre vaccination a débuté en Suisse: celle contre la grippe. Quelque 1,7 million de doses de vaccin sont disponibles dans le pays cette année, ce qui permettra de vacciner tous ceux qui le veulent ou qui en ont besoin.

"Pour les personnes âgées de plus de 65 ans, les personnes qui ont des comorbidités, qui sont en obésité ou qui ont des problèmes cardiaques, c'est bien de se faire vacciner", a rappelé dans le 19h30 Daisy Marie Boulanger, infirmière en santé publique.

Et à la question de savoir si on peut cumuler le vaccin contre la grippe à celui contre le Covid-19, les spécialistes répondent que oui. Mais ils précisent que, comme il leur est souvent demandé, le vaccin contre la grippe ne protège pas contre le Covid-19, et vice versa. "Ce sont deux virus différents", insiste Anne Iten, médecin adjointe au service de prévention et contrôle des infections aux HUG.

>> Regarder le sujet du 19h30 mercredi:

Le nouveau vaccin contre la grippe est disponible en Suisse. [RTS]
Le nouveau vaccin contre la grippe est disponible en Suisse. / 19h30 / 2 min. / le 20 octobre 2021

L’an dernier, on craignait le pire. Mais grâce aux gestes barrières, il n’y a eu que quelques cas de grippe très isolés. Cette année, l’OFSP s’attend à une vague normale.

Les cantons et la Confédération appellent en priorité le personnel soignant et les personnes à risque à recevoir leur injection. Une convergence des vagues entre le Covid-19 et la grippe, qui provoquerait une double saturation des hôpitaux liée aux deux virus, est à redouter, selon le directeur de l'Institut de santé globale à l'Université de Genève Antoine Flahault.

Dans le canton de Vaud, l'unité cantonale d'hygiène, prévention et contrôle de l'infection craint toutefois qu'une lassitude autour de la vaccination Covid ne ralentisse celle contre la grippe.

>> Le sujet dans La Matinale sur le vaccin de la grippe:

La formation des professionnels de la santé ne prend pas assez en compte les conseils aux patients en matière de vaccination selon l'OFSP [Anthony Anex  - Keystone ]Anthony Anex - Keystone
Les autorités appellent la popualtion à se faire vacciner aussi contre la grippe saisonnière / La Matinale / 1 min. / le 21 octobre 2021

Les autres virus saisonniers, tels que le rhinovirus, l'adénovirus ou encore le parainfluenza font également leur grand retour. Tous ne se comportent cependant pas de la même manière en présence du Covid-19. La résurgence du virus respiratoire syncitial (RSV) retient particulièrement l'attention des infectiologues.

>> L'éclairage de La Matinale:

L'hiver dernier, le nombre de cas de grippe est resté très modeste et n'a jamais franchi le seuil épidémiologique. [Andreas Gebert - Keystone/DPA]Andreas Gebert - Keystone/DPA
Le grand retour des autres virus / La Matinale / 3 min. / le 21 octobre 2021

08h10

Rebecca Ruiz (PS/VD) satisfaite des propositions du Conseil fédéral

Les propositions du Conseil fédéral concernant notamment un meilleur accès au certificat Covid pour les personnes guéries sont mises en consultation auprès des cantons jusqu’au 26 octobre.

Quoi qu’il en soit, du côté du canton de Vaud, on salue déjà la nouvelle, comme l’a expliqué au 19h30 Rebecca Ruiz, la conseillère d’Etat en charge de la santé.

"Je suis satisfaite de ces propositions qui allient prudence et pragmatisme, surtout dans le domaine des sérologies", s’est-elle réjouie, ajoutant que l'extension du pass aux personnes guéries était une demande du canton de Vaud depuis un certain temps déjà.

Pour la ministre vaudoise, les personnes qui ont été malades mais qui n’ont pas été testées ne seront donc plus discriminées. "Elles pourront enfin accéder à toutes les activités, quand bien même elles n’auraient pas voulu se faire vacciner."

>> Regarder l’interview complète de Rebecca Ruiz dans le 19h30:

Berne décide de mesures d'assouplissement en faveur du certificat Covid. L’avis de la conseillère d’Etat vaudoise Rebecca Ruiz. [RTS]
Berne décide de mesures d'assouplissement en faveur du certificat Covid. L’avis de la conseillère d’Etat vaudoise Rebecca Ruiz. / 19h30 / 2 min. / le 20 octobre 2021

07h55

Jacques Gerber: "La position du Conseil fédéral est raisonnable face au potentiel de développement de la pandémie"

Invité mercredi dans Forum, le ministre jurassien en charge de la Santé Jacques Gerber (PLR) a estimé raisonnable la décision du Conseil fédéral de ne pas alléger l'obligation de présenter le pass sanitaire dans certains endroits.

Pour lui, cette position se justifie au vu du potentiel de développement de la pandémie dans les prochains mois. "Il ne faut pas reproduire les erreurs commises dans d'autres pays", a-t-il insisté. Il a toutefois salué l'extension du certificat à certaines personnes, notamment à celles qui sont guéries et peuvent présenter un test sérologique positif récent.

Concernant un calendrier de sortie de crise qu'une commission du Conseil national ainsi que le PLR demandent, Jacques Gerber reste conscient qu'il est pour l'heure encore difficile d'en établir un.

"C'est bien d'avoir des perspectives de sortie de crise. Mais on voit qu'on a du mal à les respecter, car de nouveaux éléments viennent sans cesse s'ajouter", a-t-il souligné. "Mais bien sûr, il faudra donner des perspectives si on atteint certains indicateurs au niveau pandémique."

>> L'interview complète de Jacques Gerber dans Forum mercredi:

Jacques Gerber, conseiller d'Etat jurassien en charge de la Santé. [Gaël Klein - RTS]Gaël Klein - RTS
Quelle suite pour le certificat Covid en Suisse? Interview de Jacques Gerber / Forum / 5 min. / le 20 octobre 2021

07h40

Une saison de ski sans certificat Covid n'est pas garantie

Si la situation n'empire pas, les stations de ski devraient échapper au pass sanitaire.  [Alessandro Crinari - Keystone]Si la situation n'empire pas, les stations de ski devraient échapper au pass sanitaire. [Alessandro Crinari - Keystone]Le Conseil fédéral juge raisonnable la décision de l'Association des remontées mécaniques de ne pas exiger le certificat sanitaire, à l'instar de ce qui se pratique dans les transports publics. Mais il rappelle qu'il est difficile de garantir que les choses resteront inchangées durant tout l'hiver.

"On verra comment les choses vont évoluer. Mais encore une fois, c'est la vaccination qui nous aidera à aller vers le mieux", a insisté Alain Berset, rappelant que concernant les restaurants sur les pistes, c'est la même règle que partout ailleurs qui prévaudra. "Le pass sanitaire sera exigé à l'intérieur, mais pas sur les terrasses", précise le conseiller fédéral. Les amateurs de ski devront porter des masques dans les cabines et les pièces fermées et garder la distance à l'intérieur des bâtiments.

Si la situation reste stable et qu'on n'assiste pas à une forte aggravation, la solution esquissée pourrait rester en vigueur jusqu'au printemps, a précisé Patrick Mathys, le chef de la section Gestion de crise et collaboration internationale de l'OFSP, tout en insistant sur le fait que ça n'est pas aux stations de ski de décider, mais bien au Conseil fédéral.

"Ce que je voulais dire, c'est que rien n'est gravé dans le marbre", indique-t-il. "En cas d'augmentation des cas, ce que je ne souhaite pas, il faudra revoir les règles dans les stations de ski."

07h30

Alain Berset: situation "stable mais fragile"

Alain Berset lors de la conférence de presse du Conseil fédéral.  [Alessandro della Valle - Keystone]Alain Berset lors de la conférence de presse du Conseil fédéral. [Alessandro della Valle - Keystone]La situation épidémiologique est "stable mais fragile", a estimé mercredi le chef du Département de l'intérieur Alain Berset. Un changement de tendance est toujours possible, raison pour laquelle le Conseil fédéral ne veut pas lever l'obligation de présenter un certificat Covid.

"Lever l'obligation de certificat est prématuré", a-t-il estimé. Les nouvelles sont plutôt bonnes, les chiffres en baisse. Mais, a averti le ministre, l'arrivée des mois plus froids peut changer la donne.

Par ailleurs, il y a toujours trop peu de personnes immunisées. Le groupe de personnes qui peut s'infecter et être hospitalisé est trop important. De plus, presque la majorité des cantons ont un taux de reproduction supérieur à 1. Cette situation "incite à la prudence".

07h20

Le Conseil fédéral veut faciliter l’accès de la Suisse aux touristes

Le Conseil fédéral souhaite continuer à soutenir le tourisme et l'économie. Tous les touristes vaccinés à l'étranger avec un vaccin approuvé par l'Organisation mondiale de la santé devraient ainsi pouvoir obtenir le nouveau "certificat Covid suisse" pour 30 jours. Cela concerne en particulier les vaccins chinois Sinovac et Sinopharm.

Les touristes qui se sont fait inoculer les vaccins approuvés par Swissmedic ou l'Agence européenne des médicaments, eux, reçoivent déjà un certificat valable en Suisse et dans l'Union européenne.

07h10

Un meilleur accès au certificat Covid pour les personnes guéries

Les personnes guéries devraient avoir un accès facilité au pass sanitaire sur le sol national. Le Conseil fédéral a lancé mercredi une consultation sur un "certificat Covid suisse".

Il propose que les personnes pouvant présenter un test sérologique positif récent puissent aussi obtenir le certificat, et non plus uniquement les personnes pouvant prouver leur guérison par un test PCR. Le test serait payant et le pass serait valide 90 jours, uniquement en Suisse. "Cela répond à certaines demandes du Parlement", a déclaré le ministre de la Santé Alain Berset devant les médias à Berne.

Un an de certificat pour les personnes guéries

Par ailleurs, les données actuelles montrent que les personnes guéries bénéficient d'une protection suffisante contre les formes graves de la maladie et les hospitalisations. Les certificats émis jusqu'à présent pour cette catégorie verraient donc leur durée de validité passer de six mois à une année. Cette prolongation ne serait valable qu'en Suisse, car la durée de six mois reste la norme dans l'Union européenne.

Le "certificat Covid suisse" serait aussi émis pour une durée d'un an pour les personnes qui ne peuvent être vaccinées ou testées pour des raisons médicales. Celles-ci ont déjà accès aux établissements, installations et manifestations exigeant la présentation du pass.

>> Regarder le sujet du 19h30 mercredi:

Berne décide de mesures d'assouplissement en faveur du certificat Covid. [RTS]
Berne décide de mesures d'assouplissement en faveur du certificat Covid. / 19h30 / 2 min. / le 20 octobre 2021

07h00

Pas d'allègement du certificat Covid pour l'instant

Aucun assouplissement concernant l'obligation de présenter le pass sanitaire n’est prévu pour le moment, a annoncé le Conseil fédéral mercredi. Il évoque plusieurs paramètres pour justifier le statu quo: la fin des vacances d'automne, le début de la saison froide, la stagnation du nombre de cas, la contagiosité du variant Delta et le nombre de personnes immunisées encore relativement faible.

"Lever maintenant l'obligation du certificat pour les zones intérieures est prématuré", a insisté le ministre de la Santé Alain Berset au début de la conférence de presse du Conseil fédéral.  Cela reviendrait à revenir au respect des distances, à une restriction des capacités, au port du masque ou à l'installation de parois de plexiglas, selon lui. "Surtout que dans une majorité des cantons, les chiffres remontent. Ce qui incite à une certaine prudence."

Risque de nouvelle vague

Le Conseil fédéral indique avoir analysé la situation dans d'autres pays, comme en Israël ou aux Pays-Bas, où le nombre de cas a vite augmenté après les réouvertures, décidées au moment où le taux de vaccination était voisin du taux actuel de la Suisse.

Il réévaluera la situation à la mi-novembre. L'idée est de revoir l'obligation du certificat dès qu'il n'y a plus de risque de surcharge des hôpitaux, indépendamment du taux de couverture vaccinale.

>> Ecouter le sujet de Forum mercredi soir:

Le Conseil fédéral maintient l’obligation de présenter le pass Covid mais veut en faciliter l’accès. [Pierre Albouy - keystone]Pierre Albouy - keystone
Il est trop tôt pour assouplir le certificat Covid, estime le Conseil fédéral / Forum / 2 min. / le 20 octobre 2021

06h45

Effets sur l'aide sociale moins rudes que redouté

Les effets de la crise du Covid-19 sont moins graves que redouté il y a un an dans le domaine de l'aide sociale, relève la Conférence suisse des institutions d'action sociale (CSIAS). Malgré des chiffres stables, il est toutefois trop tôt pour lever l'alerte.

Dix-huit mois après le début de la pandémie, aucune augmentation du nombre de dossiers d'aide sociale n'a encore été observée par rapport au mois moyen de 2019, relève la CSIAS. Celle-ci dénombre même un peu moins de bénéficiaires qu'avant la crise sanitaire.

La CSIAS attribue cette évolution positive aux aides supplémentaires décidées par le Conseil fédéral dans le cadre de la crise du coronavirus. L'économie a aussi moins été touchée que ce que l'on aurait pu craindre. Plusieurs éléments incitent toutefois à la prudence.

>> Le sujet de La Matinale:

Le nombre de bénéficiaires de l'aide sociale a baissé en 2019 en Suisse, selon une statistique de l'OFS. [Christof Schuerpf - Keystone]Christof Schuerpf - Keystone
Les effets de la crise du Covid-19 sont moins graves que redoutés il y a un an dans le domaine de l'aide sociale / La Matinale / 1 min. / le 21 octobre 2021

Soutien aux chômeurs longue durée

Groupe particulièrement vulnérable, les chômeurs longue durée ont ainsi déjà vu leur nombre doubler pendant la crise. Une partie de ces personnes devra compter sur l'aide sociale dans les deux prochaines années. Globalement, les plus grandes pertes ont été subies par les personnes qui vivaient déjà avec de faibles revenus avant la pandémie.

Hausse attendue pour 2023

La CSIAS prévoit pour 2023 une hausse de 14% du nombre de bénéficiaires de l'aide sociale à la charge des cantons et des communes. Elle table aussi sur des coûts supplémentaires de 535 millions de francs par rapport à 2019, indique-t-elle mercredi dans un communiqué.

La nouvelle prévision est nettement inférieure à celles de mai 2020 (+28%) et de janvier 2021 (+21%). L'augmentation prévue reste toutefois encore importante par rapport aux années précédentes, note la CSIAS.

06h30

Retour sur la journée de mercredi

L'Office fédéral de la santé publique a fait état mercredi de 1442 cas supplémentaires de Covid-19 en 24 heures. On déplore cinq décès supplémentaires et 34 malades ont été hospitalisés.

Durant les dernières 24 heures, les résultats de 24'926 tests ont été transmis. Le taux de positivité s'élève à 5,79%.

Sur les 14 derniers jours, le nombre total d'infections est de 12'758, soit 911 par jour. Le taux de reproduction, qui a un délai d'une dizaine de jours, est lui de 1,00. Les patients Covid-19 occupent 12,8% des places disponibles en soins intensifs, dont le taux d'occupation (tous malades confondus) est de 71,6%.

Au total, 10'931'145 doses de vaccin ont été administrées et 62,47% de la population suisse a déjà reçu deux doses. La Suisse a reçu jusqu'à présent 13'203'825 doses de vaccins.

Depuis le début de la pandémie, 859'642 cas de contamination au Covid-19 ont été confirmés en laboratoire sur un total de 11'425'560 tests effectués en Suisse et au Liechtenstein. Le total des décès s'élève à 10'802 et le nombre de personnes hospitalisées atteint 33'367.

06h15

Participez à la nouvelle enquête d'opinion de la SSR sur le Covid

L'institut de recherche sotomo, mandaté par la SSR, mène une grande enquête sur la crise du Covid-19 en Suisse. Huit sondages ont déjà été publiés depuis le début de la pandémie. Le neuvième le sera fin octobre.

La Suisse vit son deuxième automne avec le virus. Y est-elle préparée? Faut-il vacciner les enfants? La fin des tests gratuits est-elle une bonne décision? Etes-vous plutôt optimiste? Quelles sont les conséquences du certificat Covid obligatoire sur votre vie quotidienne? Participez à la 9e enquête de la SSR sur la crise sanitaire.

>> Pour participer à cette enquête, cliquer sur ce lien: sondage sotomo

06h00

Le dossier complet

Retrouvez dans notre dossier toutes les informations, toutes les analyses et toutes les émissions consacrées au Covid-19.

Le dossier consacré à l'épidémie de coronavirus