Le suivi du 23 septembre. [Keystone]
Publié Modifié

Tous les indicateurs clés de l'OFSP sont en recul depuis une semaine

- Le rapport hebdomadaire de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) sur la pandémie de Covid-19 en Suisse montre que tous les indicateurs clés sont en recul. En comparaison hebdomadaire, il y a moins de décès, de patients aux soins intensifs, d'hospitalisations et de résultats positifs.

- Depuis l'extension du certificat Covid, les entreprises sont également autorisées à demander le pass sanitaire à leur personnel. Certaines entreprises doivent répondre à une demande grandissante de leur clientèle, mais toutes ne sont pas disposées à financer les tests de dépistage, qui deviendront payants dès le 1er octobre, à leurs employés.

- Afin de convaincre les personnes que la technologie de l'ARN messager fait hésiter, les autorités sanitaires vont recourir au vaccin de Johnson & Johnson notamment.

- La Suisse compte jeudi 1632 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures, selon les chiffres de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). On déplore cinq décès supplémentaires et 35 malades ont été hospitalisés.

Suivi assuré par RTSinfo

22h30

Manifestation contre les mesures anti-Covid empêchée à Willisau (LU)

A Willisau, dans le canton de Lucerne, la police a empêché la tenue d'une manifestation non autorisée contre les mesures anti-Covid.

La police lucernoise a contrôlé et reconduit une soixantaine de personnes, a-t-elle indiqué sur Twitter. La situation est toutefois restée calme, a constaté un photographe de Keystone-ATS.

20h45

Environ 800 opposants aux mesures de lutte contre le Covid à Berne

La police a à nouveau utilisé des canons à eau et des balles en caoutchouc contre des participants à une manifestation contre les mesures anti-Covid à Berne jeudi soir. Au total, environ 800 personnes ont pris part à la manifestation non autorisée.

>> En lire plus: Des centaines d'opposants aux mesures de lutte contre le Covid manifestent à Berne

Au départ, la police avait toléré un cortège entre la gare et la vieille-ville. Les opposants aux mesures ont défilé dans les rues, dans l'effervescence des ventes du jeudi soir, en scandant "liberté". Beaucoup portaient des fleurs en signe de résistance pacifique.

Des engins pyrotechniques ont cependant été déclenchés et des projectiles lancés sur des agents, à indiqué la police. En réponse, celle-ci a tiré des balles en caoutchouc.

Plusieurs canons à eau et des balles en caoutchouc ont été utilisés après 21h lorsque les manifestants ont tenté de se diriger vers le Palais fédéral, a constaté un journaliste de Keystone-ATS.

Plusieurs personnes ont tenté de franchir une barrière devant le bâtiment avant d'être repoussées, selon la police. Pendant un court instant, des scènes chaotiques ont eu lieu dans les environs de la gare.

Aucune victime n'a été signalée. Plusieurs ambulances ont été déployées dans la soirée.

Les forces de l'ordre étaient présentes en nombre dans la capitale en fin de journée avant l'arrivée des manifestants. La police avait déjà bouclé la Place fédérale en fin d'après-midi. La clôture devant le Palais fédéral a été réinstallée tandis que des grilles mobiles ont été disposées autour de la place.

>> Le reportage du 19h30:

Berne retient son souffle avant de savoir si les manifestants braveront l'interdit. [RTS]
Berne retient son souffle avant de savoir si les manifestants braveront l'interdit. / 19h30 / 2 min. / le 23 septembre 2021

>> Le point sur la situation dans le 19h30 avec Rouven Gueissaz:

Manifestation à Berne: le point sur la situation avec Rouven Gueissaz [RTS]
Manifestation à Berne: le point sur la situation avec Rouven Gueissaz / 19h30 / 1 min. / le 23 septembre 2021

20h30

Le grand retour de la Foire du Valais

La 61e édition de la Foire du Valais se tiendra du 1er au 10 octobre. Près de 400 exposants seront présents, ainsi que quatre hôtes d'honneur et huit Espaces emblématiques.

Après une édition redimensionnée par la pandémie de Covid-19 en 2020, la mouture 2021 sera "le plus grand évènement de Suisse organisé depuis mars 2020", ont souligné ses organisateurs.

En raison de la pandémie, les visiteurs sont invités à présenter un certificat Covid (vacciné, guéri ou testé) avec QR code et une pièce d'identité à l'entrée. Ce sésame permettra d'éviter les restrictions de distanciation, de nombre de visiteurs et de port du masque.

>> Les explications du 19h30:

La foire du Valais se tiendra sans masque, à conditions d'avoir le pass Covid. [RTS]
La foire du Valais se tiendra sans masque, à conditions d'avoir le pass Covid. / 19h30 / 2 min. / le 23 septembre 2021

20h00

Le vaccin contre le Covid-19 ne protège pas de la maladie, mais de ses formes graves

Même après avoir reçu les deux doses de vaccin, il est possible d'être infecté par le Covid-19. Depuis le 27 janvier 2021, 2055 personnes ont contracté le Covid-19 après leur seconde injection.

Ce chiffre est certainement sous-estimé. Car le statut vaccinal n'est pas systématiquement pris en compte lors d'un test et peu de vaccinés se testent actuellement.

Le but initial du vaccin vise surtout à limiter les risques d'hospitalisations et de formes graves. Les chiffres sont probants: aujourd'hui plus de 90% des personnes hospitalisées ne sont pas vaccinées.

>> Voir les explications dans le 19h30:

Le vaccin du Covid ne vous protege pas de la maladie mais de ses formes graves. [RTS]
Le vaccin du Covid ne vous protege pas de la maladie mais de ses formes graves. / 19h30 / 2 min. / le 23 septembre 2021

>> Voir aussi l'interview du conseiller d'Etat bernois en charge de la Santé Pierre Alain Schnegg au 19h30:

Les cas de Covid continuent de baisser en Suisse. Les précisions de Pierre-Alain Schnegg, Conseiller d'État bernois. [RTS]
Les cas de Covid continuent de baisser en Suisse. Les précisions de Pierre-Alain Schnegg, Conseiller d'État bernois. / 19h30 / 3 min. / le 23 septembre 2021

19h45

Les distributions alimentaires ne diminuent pas à Genève

Malgré la reprise économique, annoncée la semaine dernière par le Secrétariat d'Etat à l'économie pour les prochains mois, les distributions de colis alimentaires ne diminuent pas depuis un an et demi.

A Genève, entre 150 et 200 sacs sont préparés et distribués chaque semaine dans chacun des dizaines de centres de la ville de Genève.

>> Voir le reportage à Genève du 19h30:

L'économie suisse repart à la hausse mais à Genève elle laisse de nombreuses victimes sur le carreau. [RTS]
L'économie suisse repart à la hausse mais à Genève elle laisse de nombreuses victimes sur le carreau. / 19h30 / 2 min. / le 23 septembre 2021

19h30

Portrait des sonneurs de cloches "Freiheitstrychler"

Un contremaître schwytzois et un entrepreneur en informatique zurichois se trouvent derrière le groupe des sonneurs de cloches "Freiheitstrychler", qui a notamment fait parler de lui en organisant des manifestations non autorisées contre les mesures de lutte contre la pandémie de Covid-19.

>> Relire: Ueli Maurer a porté le T-shirt des "Freiheitstrychler" par "pur hasard"

Le contremaître indépendant Andreas Benz d'Altendorf (SZ), qui est également le fondateur et porte-parole du groupe, a obtenu les droits de la marque "Freiheitstrychler", rapporte le SonntagsBlick.

L'entrepreneur en informatique Markus Hilfiker de Glattfelden (ZH) est lui responsable de la présence sur le web du groupe de sonneurs de cloches. Le portail patriot.ch ainsi que d'autres sites de la droite alternative sont également enregistrés à son nom.

Mouvement dans les quatre cantons primitifs

A Sarnen, chef-lieu d'Obwald, une trentaine de personnes se réunissent tous les lundis soir pour une promenade de protestation contre la vaccination et le pass sanitaire

"Ici, nous avons tous quelque chose de Guillaume Tell: nous sommes un peu rebelles, mais de façon pacifique. On se bat pour la justice, contre la discrimination des non-vaccinés", explique Lisa Wirz, membre "Obwalden bewegt sich", jeudi au 19h30

>> Le reportage du 19h30:

Portraits des sonneurs de cloches. Ils incarnent une forme de défiance à l'égard de l'état et de mesures jugées liberticides. [RTS]
Portraits des sonneurs de cloches. Ils incarnent une forme de défiance à l'égard de l'état et de mesures jugées liberticides. / 19h30 / 2 min. / le 23 septembre 2021

19h15

La vaccination proposée au secondaire II en Valais

La vaccination dans les établissements scolaires du degré scolaire II en Valais va débuter cette semaine à Brigue. Elle se poursuivra les semaines prochaines dans les collèges à Sierre, Sion, Martigny, Monthey et St-Maurice.

Les étudiants et enseignants intéressés recevront les informations nécessaires directement par la direction de leur établissement scolaire et pourront s'inscrire en ligne, indiquent les autorités cantonales jeudi dans un communiqué.

Une offre similaire est en préparation dans les centres de formation professionnelle. Les mineurs devront obtenir l'accord de leurs parents pour se faire vacciner.

19h10

L'UNIGE rend le certificat Covid obligatoire pour les enseignants

L'Université de Genève (UNIGE) rend le certificat Covid obligatoire pour tout le corps enseignant à partir de lundi. Les étudiants et étudiantes étaient déjà soumis à cette mesure depuis la rentrée académique.

La commission du personnel, consultée au préalable, a recommandé que les enseignants se soumettent aux mêmes exigences que les étudiants, à condition que les tests de dépistage restent gratuits, indique jeudi le recteur dans un message adressé à tous les collaborateurs. Cette information a été révélée par heidi.news.

"La présence dans une même salle de personnes disposant d'un certificat et d'autres ne l'ayant pas a été vécue par beaucoup comme une incohérence à laquelle nous pouvons aujourd'hui mettre un terme", ajoute le recteur.

Le personnel dont les activités ne sont pas directement liées à l'enseignement n'est pas soumis à cette exigence.

19h00

La Place fédérale sous tension avant de potentiels rassemblements

Jeudi en fin d'après-midi, la clôture devant le Palais fédéral a été réinstallée tandis que des grilles mobiles ont été disposées autour de la place. [PETER SCHNEIDER - KEYSTONE]Jeudi en fin d'après-midi, la clôture devant le Palais fédéral a été réinstallée tandis que des grilles mobiles ont été disposées autour de la place. [PETER SCHNEIDER - KEYSTONE]La police terminait de barricader le Palais fédéral jeudi en fin d'après-midi à Berne en vue d'éventuels rassemblements non-autorisés des opposants et opposantes aux mesures anti-Covid.

Les forces des polices municipale et cantonale sont fortement mobilisées dans la capitale fédérale pour faire respecter l'interdiction du rassemblement, alors que des appels ont été lancés sur les réseaux sociaux.

>> En lire plus: La place fédérale sous tension avant des rassemblements anti-mesures Covid

Des négociations sur la tenue d'une manifestation légale à Berne ont échoué au cours de la semaine. Les groupes organisateurs, les "Amis de la Constitution", le groupe "Mass-Voll" et les "Freiheitstrychler", ont donc recommandé officiellement de ne pas se rendre à Berne.

Mais malgré cette annulation, la ville pourrait être confrontée à deux rassemblements illégaux. Des appels circulent sur les réseaux sociaux des sympathisants corona-sceptiques. Par ailleurs, il y a aussi "des appels de la gauche à une contre-manifestation", expliquait mercredi le directeur de la sécurité de la Ville de Berne Reto Nause.

>> Le point sur la situation en début de soirée dans Forum:

Manifestation anti-mesures Covid: importante présence policière à Berne [RTS]
Manifestation anti-mesures Covid: importante présence policière à Berne / Forum / 2 min. / le 23 septembre 2021

18h45

Une "petite partie" de l'économie est "biberonnée au biberon étatique", selon Marius Brülhart

En Suisse, la Banque nationale suisse (BNS) s'attend à ce que le produit intérieur brut (PIB) progresse seulement de 3%, contre +3,5% dans ses précédentes estimations en juin, invoquant un rétablissement moins marqué qu'attendu dans les branches dépendantes de la consommation, telles que le commerce, l'hôtellerie et la restauration.

La croissance doit néanmoins retrouver avant la fin de l'année en cours son niveau d'avant-crise, malgré une sous-utilisation persistante des capacités de production. Le moment est-il donc venu de mettre fin aux aides Covid de l'Etat?

"Je faisais partie des personnes qui réclamaient une aide rapide et généreuse de l'Etat au début de la crise, mais la situation a beaucoup changé", estime Marius Brülhart, professeur d'économie à la Faculté des HEC de l'Université de Lausanne, jeudi dans Forum.

Des secteurs qui "ronronnent"

La plupart des secteurs de l'économie "ronronnent", selon Marius Brülhart: "Les arguments pour une largesse étatique commence à perde du poids."

Et d'ajouter: "Il faut réfléchir si nous voulons maintenir des structures désuètes qui ont été gardées en vie artificiellement durant cette crise ou si nous voulons retourner à un mode plus habituel."

Marius Brülhart juge qu'une "petite partie" des secteurs économiques ("dans le tourisme, l'hôtellerie, la gastronomie et l'événementiel") est "biberonnée au biberon étatique", même s'il estime que l'aide de l'Etat était nécessaire. Mais elle "ne l'est plus forcément" après un an et demi de crise.

"Dans certains secteurs, les faillites sont inférieures par rapport aux années d'avant-crise. Des entreprises sont donc gardées artificiellement en vie", analyse-t-il.

>> Voir l'interview complète de Marius Brülhart dans Forum:

Reprise économique: quand pourra-t-on débrancher les aides Covid étatiques? Interview de Marius Brülhart [RTS]
Reprise économique: quand pourra-t-on débrancher les aides Covid étatiques? Interview de Marius Brülhart / Forum / 5 min. / le 23 septembre 2021

18h30

Faut-il assouplir les mesures de protection dans les classes?

Les pédiatres et la task force Covid de la Confédération ne sont pas d'accord sur la façon de faire face à la pandémie de Covid-19 dans les écoles. Si la task force souhaite des tests, des masques, des filtres à air ou encore des détecteurs de CO2 dans les classes, les pédiatres souhaitent quant à eux un assouplissement des mesures.

Le Groupement des pédiatres vaudois (GPV), par exemple, a diffusé le 17 septembre dernier un manifeste dans lequel il demande une poursuite "sans contrainte" de l'école. Car il s'inquiète des mesures liées au Covid-19 pour les enfants, alors que le virus lui-même est "le plus souvent bénin pour cette tranche de la population".

Et jeudi matin, dans les colonnes du Bund, deux autres associations ont plaidé pour conserver le moins de mesures possibles dans les écoles.

>> Voir le débat entre Claude Bertoncini, président du Groupement des pédiatres vaudois, et Jean-Claude Marguet, chef du Service de l'enseignement obligatoire du canton de Neuchâtel, dans Forum:

Covid à l'école: responsables scolaires ou pédiatres, qui croire? Débat entre Claude Bertoncini et Jean-Claude Marguet [RTS]
Covid à l'école: responsables scolaires ou pédiatres, qui croire? Débat entre Claude Bertoncini et Jean-Claude Marguet / Forum / 9 min. / le 23 septembre 2021

18h20

Manifestation lors du semi-confinement: acquittement quasi général à Genève

Le Tribunal de police de Genève a acquitté jeudi six des sept militants du mouvement #4m2 qui avaient été amendés à la suite d'une action pacifique lors du semi-confinement en mai 2020. Dans son jugement, le Tribunal estime que la police aurait dû agir avec plus de retenue.

Ces activistes avaient manifesté les 6 et 12 mai 2020 devant la gare Cornavin. Ils se tenaient silencieusement dans des carrés de 4m2 dessinés à la craie ou délimités par du scotch au sol afin de respecter les distances sanitaires. Les rassemblements de plus de cinq personnes dans l'espace public étaient alors interdits.

Il ressort des vidéos et des photos que les participants se tenaient en groupes de moins de cinq personnes, a relevé le Tribunal de police. Les militants sont tous acquittés sur le point concernant le rassemblement illégal en période de pandémie. Certains avaient écopé d'une amende de 750 francs qu'ils ont contestée.

Exemption de peine

Le Tribunal retient que cette opération militante était soumise à la Loi sur les manifestations. La police avait ainsi le droit d'agir. Cette action était extrêmement pacifique et calme avant l'intervention de la police, selon le jugement qui souligne que la police aurait ainsi dû intervenir avec plus de retenue.

Au final, seul un des manifestants a été reconnu coupable d'avoir refusé d'obtempérer. Il a continué à parlementer alors qu'il devait circuler. Mais le Tribunal de police l'a exempté de toute peine en raison du peu de gravité de sa faute et de la manière dont la police est intervenue.

14h50

La pandémie continue de peser sur les commerçants suisses

D'après un sondage réalisé par localsearch (Swisscom Directories SA) auprès de plus de 800 propriétaires et directeurs et directrices d'entreprises, 36% d'entre eux affirment que leur entreprise va plus mal aujourd'hui qu'avant la pandémie et un artisan sur cinq craint même pour l'avenir.

Selon les prévisions du Secrétariat d'Etat à l'économie (SECO), l'économie suisse se rétablit et connaît cette année une croissance de 3,6%. Cette perspective positive ne se retrouve toutefois pas encore dans le moral de nombreux commerçants et commerçantes.

Un sur cinq (19%) déclare "être déprimé, frustré et craindre l'avenir à cause de la pandémie de coronavirus", et 23% d'entre eux, moins radicaux, s'identifient au moins partiellement à cette affirmation.

"On a plusieurs retours qui nous disent qu'il y a encore des difficultés et des craintes des clients", confirme Yves Menoud, secrétaire patronal de l'organisation interprofessionnelle genevoise des petits commerçants (NODE).

>> L'interview d'Yves Menoud dans le 12h30:

Yves Menoud. [Martial Trezzini - Keystone]Martial Trezzini - Keystone
La crise sanitaire pèse sur le moral des commerçants: interview d'Yves Menoud / Le 12h30 / 2 min. / le 23 septembre 2021

13h45

Un peu plus de 1600 nouveaux cas

La Suisse compte jeudi 1632 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures, selon les chiffres de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). On déplore cinq décès supplémentaires et 35 malades ont été hospitalisés.

Durant les dernières 24 heures, les résultats de 37'534 tests ont été transmis, indique l'OFSP. Le taux de positivité s'élève à 4,35%.

Moins de 300 nouvelles infections pour 100'000 habitants

Sur les quatorze derniers jours, le nombre total d'infections est de 25'152, soit 290,95 nouvelles infections pour 100'000 habitants. Le taux de reproduction, qui a un délai d'une dizaine de jours, est lui de 0,83. Les patients Covid-19 occupent 27% des places disponibles en soins intensifs, dont le taux d'occupation est de 77,20%.

Au total 10'276'380 doses de vaccin ont été administrées et 54,39% des personnes ont déjà reçu deux doses. La Suisse a reçu jusqu'à présent 11'687'400 doses de vaccins.

Depuis le début de la pandémie, 831'880 cas de contamination au Covid-19 ont été confirmés en laboratoire sur un total de 10'577'644 tests effectués en Suisse et au Liechtenstein. Le total des décès s'élève à 10'650 et le nombre de personnes hospitalisées atteint 32'570.

Le pays dénombre par ailleurs 13'859 personnes en isolement et 14'852 individus faisant partie de leurs contacts ont été mis en quarantaine.

13h15

Tous les indicateurs clés en recul sur une semaine

Le rapport hebdomadaire de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) sur la pandémie de Covid-19 en Suisse montre que tous les indicateurs clés sont en recul. En comparaison hebdomadaire, il y a moins de décès, de patients aux soins intensifs, d'hospitalisations et de résultats positifs.

Au total, 33 personnes ont perdu la vie à cause d'une infection en lien avec le Covid-19, contre 46 la semaine précédente. Jusqu'ici, 272 hospitalisations en lien avec une infection ont été annoncées. La semaine précédente, au même moment, leur nombre était de 299. Malgré les déclarations encore attendues, le nombre d'hospitalisations devrait donc diminuer par rapport à la semaine précédente, estime l'OFSP.

Quelque 16% de ces patients n'avaient aucun antécédent médical. La plupart avaient plus de 30 ans. Trois enfants, cinq jeunes et 15 personnes âgées entre 20 et 29 ans ont néanmoins dû être traités à l'hôpital.

Moins de soins intensifs

En moyenne, 265 patients atteints du Covid-19 se trouvaient dans une unité de soins intensifs (USI), un chiffre inférieur de 8,3% à celui de la semaine précédente (289). La part des malades du Covid-19 parmi les patients en USI se monte à 40%, en léger recul.

En moyenne, 220 patients atteints étaient sous assistance respiratoire, soit une baisse de 10% par rapport à la semaine précédente. Le taux d'occupation global des lits USI durant la semaine était de 77%, soit un taux semblable à ceux de décembre 2020.

La proportion de tests positifs a également diminué: 12'714, soit 30% de moins que la semaine précédente. Chez les jeunes de 10 à 19 ans, le même recul est constaté. Mais ce groupe d'âge reste le plus touché, avec plus de 22% des nouveaux cas.

Davantage de tests ont été effectués la semaine passée: 266'241, soit 12% de plus que la semaine précédente. Le taux de positivité des tests PCR était de 9,4%, soit 3,3% de moins que la semaine précédente. La part de tests antigéniques positifs a aussi reculé, à 1,3%.

2000 vaccinés positifs

Au total, 352 cas concernant des personnes complètement vaccinées ont été déclarés pour la semaine sous revue. Depuis le 27 janvier 2021, ce sont 2055 cas qui ont été signalés chez des personnes complètement vaccinées, dont 246 ont nécessité une hospitalisation et 57 ont abouti à un décès.

Le nombre de cas concernant des personnes complètement vaccinées est extrêmement faible, écrit l'OFSP, même en tenant compte du nombre probablement élevé de cas non signalés.

12h50

Yoobopo rappelle ses masques faute de protection suffisante

Des masques de la marque "myfixmask" N95/FFP2 offrent une protection insuffisante. Comme cela représente un danger pour la santé, l'importateur Yoobopo rappelle le produit, en collaboration avec le Bureau de prévention des accidents (BPA).

Leur effet filtrant n'est pas suffisant. Le fabricant du masque est la société Elis SHPK au Kosovo. Le produit ne doit pas être utilisé car il existe un risque de "dommages irréversibles pour la santé".

Seul est concerné le produit N95 Disposable Respirator / Protective Mask de la marque "myfixmask", fabriqué par Elis SHPK. Ces masques ont été mis en vente sur le site internet www.myfixmask.ch. Ne sont pas concernés des boites/produits, marqués avec "modèle 002", "modèle 003" ou suivants.

Les consommateurs concernés sont priés de ne pas utiliser les masques de la marque "myfixmask" portant le nom "N95 Disposable Respirator/Protective Mask", et de contacter Yoobopo SA pour échanger gratuitement ces masques contre des masques conformes aux normes.

11h45

Le pass sanitaire doit s'appliquer dès 25 ans, selon une association

La limite d'âge pour le certificat Covid devrait être relevée à 25 ans, estime l'Association faîtière suisse pour l'animation socioculturelle enfance et jeunesse (AFAJ). Selon elle, les jeunes et les enfants souffrent déjà assez de la situation de pandémie et des restrictions actuelles.

Les activités et les offres pour les jeunes sont éminemment importantes sur le plan du développement psychologique. Lors de l'extension du certificat obligatoire, il a trop peu été tenu compte de la situation et des besoins des enfants et des jeunes, juge la faîtière.

En raison de la réglementation actuelle, les structures d'animation socioculturelle enfance et jeunesse doivent exclure de leurs offres de nombreux jeunes de 16 ans ou plus, ou proposer leurs activités dans des espaces extérieurs.

Prolongement de la gratuité des tests

Autre revendication de l'association, les tests pour un certificat Covid doivent rester gratuits pour les jeunes de 16 à 25 ans au-delà du 1er octobre, notamment pour des raisons financières.

Les dépistages payants constitueront pour de nombreux jeunes un obstacle à la participation à la vie sociale en dehors de l'école et du travail, regrette l'AFAJ.

La faîtière critique en outre la communication des autorités en matière de jeunesse. Des déclarations contradictoires ont été faites dans un laps de temps parfois très court.

10h00

Situation encore difficile pour Swissport Genève

Nommée nouvelle directrice de Swissport Genève, Eva-Maria Kerner prendra ses fonctions le mois prochain dans un contexte difficile. La société en charge de très nombreux services pour les compagnies aériennes et l'aéroport de Genève a vu sa production être très fortement réduite par la pandémie.

La situation actuelle est toujours à un niveau très bas, comme le confirme Eva-Maria Kerner dans La Matinale. "Pour l'année, nous sommes en dessous de 40% de la production en comparaison à la période d'avant crise", détaille-t-elle.

Sur la RTS, celle qui a officié comme directrice financière explique que durant la pandémie l'entreprise a perdu plus d'un million de francs par mois.

>> Voir l'interview complète d'Eva-Maria Kerner dans La Matinale:

L'invitée de La Matinale (vidéo) - Eva-Maria Kerner, directrice de Swissport Genève [RTS]
L'invitée de La Matinale (vidéo) - Eva-Maria Kerner, directrice de Swissport Genève / La Matinale / 10 min. / le 23 septembre 2021

09h40

Les cantons tentent tant bien que mal de relancer la vaccination

Centres de consultation, camions de vaccination et campagnes d'information pour la population issue de la migration: les cantons se démènent pour faire grimper leur taux de vaccination. Même si les chiffres montent, ils restent deux à trois fois plus bas que ceux de mai et juin.

Depuis les vacances d'été, la vaccination a repris en Suisse. La semaine dernière, environ 220'000 vaccins ont été administrés, soit 17% de plus que la semaine précédente. Mais les chiffres sont encore loin de ceux du début de l'été, lorsque plus de 600'000 personnes se faisaient vacciner chaque semaine.

Equipes mobiles et services sans rendez-vous

Les cantons essaient pourtant de trouver des astuces. De nombreuses équipes mobiles se déplacent ainsi dans les centres commerciaux, les écoles, les universités, les salles communales, les centres culturels ou les entreprises.

Les services sans rendez-vous ont été étendus à toute la Suisse afin que les gens puissent décider de recevoir leur première dose sans prendre rendez-vous. Les vaccinations sont désormais proposées non seulement dans les centres mais aussi dans les pharmacies, chez le médecin de famille ou à domicile.

Pour ce qui est des entreprises, elles ont la possibilité d’obtenir des rendez-vous groupés au centre cantonal de vaccination ou en pharmacie.

08h30

La demande pour le certificat Covid en entreprise se fait de plus en plus forte

Depuis l'extension du certificat Covid obligatoire, les entreprises sont également autorisées à demander le pass sanitaire à leur personnel. Pour l'instant, peu de sociétés ont franchi le pas, mais la situation pourrait changer.

Certaines entreprises doivent répondre à une demande grandissante de leur clientèle. "Qu'on le veuille ou non, on est de plus en plus confronté à des clients et des situations où nos collaborateurs doivent avoir ce pass sanitaire", explique Yaëlle Blanc, directrice adjointe d'une entreprise de nettoyage.

Les associations patronales confirment cette tendance. Toutes les entreprises ne sont toutefois pas prêtes à mettre la main au porte-monnaie pour financer des tests à leur personnel, qui deviendront payants dès le 1er octobre.

Olivia Guyot Unger, directrice du service juridique de la Fédération des entreprises romandes, estime que c'est à l'employé d'assumer les conséquences financières qui découlent du choix de ne pas se faire vacciner. Parmi les juristes, le remboursement des dépistages par les entreprises divise. La justice pourrait être amenée à trancher la question.

>> Voir les explications de La Matinale:

Le remboursement du test de dépistage divise les entreprises (vidéo) [RTS]
Le remboursement du test de dépistage divise les entreprises (vidéo) / La Matinale / 3 min. / le 23 septembre 2021

D'autres solutions sont envisageables, mais elles concernent principalement les grandes sociétés. Celles-ci peuvent organiser des tests groupés et répétitifs dont les analyses continueront à être remboursées par la Confédération.

Les conditions d'application d'une telle mesure sont toutefois peu claires et beaucoup d'employeurs se disent perdus, selon les associations patronales.

08h00

Faut-il davantage indemniser les restaurants qui souffrent du pass Covid?

Depuis l'introduction du certificat obligatoire, GastroSuisse dénonce une diminution du chiffre d'affaires des établissements publics. Celui-ci a baissé de 17% en moyenne sur la première semaine, rapporte le Tages-Anzeiger. La faîtière des restaurateurs demande la prolongation de toutes les aides et des indemnités supplémentaires.

Au Parlement, la question divise. Comme GastroSuisse, la gauche estime que les aides actuelles ne suffisent pas. "Ce sont des entreprises qui ont beaucoup aidé à mettre en place les mesures contre le Covid. Le Conseil fédéral n'est pas très ouvert mais on va essayer de le convaincre qu'il faut soutenir l'économie", affirme le vice-président du PS Samuel Bendahan.

Deux propositions sont émises: augmenter le montant maximal des aides que les restaurants peuvent recevoir et simplifier ou reporter le remboursement des crédits Covid.

>> Le sujet de La Matinale:

Les restaurants peinent à recruter du personnel. [Laurent Gillieron - KEYSTONE]Laurent Gillieron - KEYSTONE
Prolonger les indemnités Covid pour les restaurants: une idée qui divise au Parlement / La Matinale / 1 min. / le 23 septembre 2021

Ces idées ne rencontrent qu'un enthousiasme modéré à droite. "J'espère que d'ici quelques semaines la situation se sera normalisée, que les gens auront pris l'habitude de sortir leur pass sanitaire pour aller au restaurant et qu'il n'y ait pas besoin d'une intervention publique supplémentaire", déclare le vice-président du PLR Philippe Nantermod.

De son côté, le Conseil fédéral envisage de prolonger les simplifications du chômage partiel. Les aides aux cas de rigueur et les allocations perte de gain restent pour l'heure inchangées et devraient s'arrêter au 31 décembre.

07h45

Le patron de Moderna voit la fin de la pandémie dans un an

Le patron de Moderna Stéphane Bancel. [Moderna / Handout - AFP]Le patron de Moderna Stéphane Bancel. [Moderna / Handout - AFP]

La pandémie de Covid-19 sera terminée dans un an, estime le directeur de la société biotechnologique Moderna, Stéphane Bancel. Selon lui, les personnes âgées et à risque ayant été vaccinées contre le coronavirus au début de la crise doivent recevoir un rappel.

A la mi-2022, "il y aura suffisamment de doses pour vacciner tous les habitants de la planète", déclare Stéphane Bancel dans un entretien diffusé mercredi par la Neue Zuercher Zeitung.

Moderna planche sur le développement "d'un rappel annuel qui couvre toutes les maladies respiratoires d'origine virale", précise-t-il dans le quotidien Le Temps.

La technique de l'ARN messager a un potentiel énorme, ajoute-t-il au Blick. Des combinaisons de vaccins contre le coronavirus et les virus de la grippe devraient être possibles, affirme-t-il. "Les patients recevraient une seule injection et seraient vaccinés contre plusieurs virus".

Rappels annuels

La vision de Moderna est de faire "comme avec l'iPhone, un produit aux applications multiples avec des mises à jour annuelles", explique Stéphane Bancel dans Le Temps. "Chaque année, on s'adaptera aux souches de l'année" et "chaque année, on veut ajouter plus de virus comme on ajoute une application à un iPhone".

Les vaccins combinés devraient être sur le marché en 2023, précise le patron de Moderna dans le Blick. L'essai clinique de ces vaccins débutera avant la fin de l'année. L'essai pour la partie du vaccin contre la grippe est déjà en cours, ajoute-t-il.

07h30

Christoph Blocher appelle les opposants au certificat à éviter les manifestations

L'ancien conseiller fédéral Christoph Blocher a appelé les opposants aux mesures prises pour lutter contre le coronavirus à ne pas se rendre aux manifestations non autorisées. La situation actuelle ne justifie pas de recourir à des actes illégaux, estime le membre de l'UDC, dans une interview diffusée sur SRF mercredi.

En cas de manifestation non autorisée, Christoph Blocher considère qu'il faut rester chez soi. Selon lui, certaines situations impliquent de ne pas respecter les interdictions de manifester. Ce n'est pas le cas actuellement.

L'ancien conseiller fédéral exprime par ailleurs sa sympathie aux personnes opposées aux mesures, tels que les "Freiheitstrychler", des "gars de la nature" épris d'un fort "désir de liberté".

07h15

Faut-il acheter l'adhésion des réfractaires à la vaccination?

Alors que le taux de vaccination de la population suisse est parmi les plus bas d'Europe, l'ancien président du Parti socialiste Peter Bodenmann a lancé mercredi une idée surprenante: verser une récompense de 300 francs à celles et ceux qui se font vacciner. Selon l'hôtelier valaisan de 69 ans, "une telle récompense motiverait les personnes qui sont encore hésitantes sans être des opposantes absolues à la vaccination".

Pour Bernard Hirschel, président de la Commission cantonale d'éthique de la recherche du canton de Genève, si une incitation financière devait être nécessaire, "il ne faut pas rechigner", même si la formule et le montant de 300 francs lui paraissent inappropriés. "Il existe une vaste littérature sur des incitations financières à de bons comportements de santé, par exemple pour arrêter de fumer, et une loterie est probablement plus efficace qu'une contribution fixe", explique-t-il.

Mais pour Flavia Wasserfallen, conseillère nationale socialiste et membre de la commission de politique de la santé, il est encore trop tôt pour en arriver à acheter l'adhésion des gens. "On doit encore aller vers les gens, nous confronter à leurs craintes et aller dans un dialogue", dit-elle, soulignant le rôle des acteurs de proximité, notamment des médecins de famille.

>> Le débat dans Forum avec Bernard Hirschel et Flavia Wasserfallen:

Peter Bodenmann, ancien président du Parti socialiste suisse [Laurent Gillieron - Keystone]Laurent Gillieron - Keystone
Peter Bodenmann souhaiterait rémunérer 300 francs chaque nouveau vacciné / Forum / 8 min. / le 22 septembre 2021

07h00

L’OFSP veut proposer des vaccins alternatifs à ceux à ARN messager

En Suisse, 60% des plus de 12 ans sont totalement vaccinés. Afin de convaincre avant l’hiver les personnes que la technologie de l’ARN messager fait hésiter, les autorités sanitaires vont recourir au vaccin de Johnson & Johnson.

"La demande pour des vaccins alternatifs est là, c’est pourquoi la Confédération veut proposer ces vaccins en Suisse, et pas uniquement celui de Johnson & Johnson", a déclaré Patrick Mathys, chef de la section Gestion de crise à l’OFSP.

"Beaucoup de personnes craignent la technologie de l’ARN messager, qui est trop nouvelle, selon elles. Avec Johnson & Johnson, on a plus d’expérience. Cela pourrait convaincre un certain nombre", explique Katrin Zöfel, journaliste scientifique à SRF.

Selon un récent sondage, plus d’un million de Suisses non vaccinés seraient prêts à le faire si la Confédération mettait à disposition un vaccin alternatif. En mars dernier, Berne a approuvé celui du groupe Johnson & Johnson, mais l’OFSP n’a pas encore communiqué la date exacte de livraison.

>> Voir le sujet du 12h45:

La Confédération négocie avec des fabricants de vaccins anti-Covid non basés sur l'ARN messager [RTS]
La Confédération négocie avec des fabricants de vaccins anti-Covid non basés sur l'ARN messager / 12h45 / 2 min. / le 22 septembre 2021

06h45

Pas d'accord entre Berne et les opposants aux mesures anti-Covid

Le Conseil municipal de Berne et les groupements opposés aux mesures de lutte contre le Covid n'ont pas réussi à trouver un accord en vue de la manifestation de jeudi soir. Les autorités pourraient donc être confrontées à deux manifestations non autorisées.

Le directeur de la sécurité de la Ville de Berne Reto Nause a évoqué la situation avec des représentants des Amis de la Constitution, du groupe "Mass-Voll" (la coupe est pleine) et des "Freiheitstrychler". De l'avis de la ville, une solution avait été trouvée lors de ces négociations qui ont duré plus de 4 heures mardi.

Le Conseil municipal avait donné son autorisation au groupement "Freiheitstrychler" à un rassemblement statique jeudi sur la Place fédérale. En contre-partie, les opposants aux mesures sanitaires s'engageaient à respecter le périmètre de protection devant le Palais fédéral et à s'abstenir de lancer des appels à manifester.

Accord rejeté

Un autre volet de l'accord portait sur la campagne en vue de la votation fédérale du 28 novembre sur la loi sur le Covid-19. Une seule nouvelle manifestation aurait été autorisée en Ville de Berne. Mais ces organisations ont rejeté quelques heures plus tard cet accord, a annoncé mercredi le Conseil municipal.

La Ville de Berne pourrait donc avoir à gérer deux rassemblements non-autorisés. Des appels circulent en effet sur les réseaux sociaux pour organiser une contre-manifestation. Les autorités communales l'ont répété mercredi, elles ne toléreront aucune manifestation non autorisée. Cette position de fermeté fait suite aux débordements jeudi dernier devant le Palais fédéral.

>> Lire aussi: Condamnations au plus haut niveau après les incidents de Berne

06h30

Profil plus varié chez les malades du Covid-19 en soins intensifs

En Suisse, les personnes atteintes du Covid-19 occupent actuellement près de 30% (27,9%) des lits en soins intensifs. Leur profil a évolué par rapport aux vagues précédentes, mais il s'agit très majoritairement de personnes non vaccinées.

"Ce sont des patients qui sont plus jeunes, sans facteurs de risques et très malades", remarque Jérôme Pugin, médecin chef des soins intensifs aux Hôpitaux Universitaires de Genève (HUG).

Tous les hôpitaux n'observent cependant pas les mêmes profils. Au Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV), par exemple, les patients Covid admis aux soins intensifs sont majoritairement des personnes ayant des comorbidités.

Plus jeunes, les malades séjournent en outre plus longtemps aux soins intensifs, selon des données récoltées par les experts scientifiques de la Confédération.

La non vaccination, "facteur numéro un"

Aux HUG comme au CHUV, le constat est partagé: actuellement, la très grande majorité des personnes malades du Covid-19 admises en soins intensifs sont non vaccinées. Dans l'hôpital genevois, cette proportion atteint même les 100%.

L'absence de vaccination est sur le point de devenir le "facteur de risques numéro un", souligne le chef du Service de médecine intensive de l'établissement Jean-Daniel Chiche.

>> Le sujet de La Matinale:

Qui sont les patients en soins intensifs actuellement? (vidéo) [RTS]
Qui sont les patients en soins intensifs actuellement? (vidéo) / La Matinale / 3 min. / le 22 septembre 2021

Certaines personnes vaccinées finissent tout de même en soins intensifs. Il s'agit de personnes immunosupprimées, qui ne fabriquent pas correctement d'anticorps et dont la réponse vaccinale est diminuée.

Les patients Covid occupaient jeudi dernier aux HUG plus de la moitié des lits des soins intensifs. Au CHUV, leur nombre a diminué ces dernières semaines et est passé en dessous de dix.

06h15

La journée de mercredi

La Suisse compte mercredi 1894 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures, selon les chiffres de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). On déplore cinq décès supplémentaires et 63 malades ont été hospitalisés.

Durant les dernières 24 heures, les résultats de 39'096 tests ont été transmis, indique l'OFSP. Le taux de positivité s'élève à 4,84%.

Sur les quatorze derniers jours, le nombre total d'infections est de 26'588, soit 307,56 nouvelles infections pour 100'000 habitants. Le taux de reproduction, qui a un délai d'une dizaine de jours, est lui de 0,82. Les patients Covid-19 occupent 26,9% des places disponibles en soins intensifs, dont le taux d'occupation est de 75,70%.

Au total 10'236'498 doses de vaccin ont été administrées et 53,88% des personnes ont déjà reçu deux doses. La Suisse a reçu jusqu'à présent 11'687'400 doses de vaccins.

Depuis le début de la pandémie, 830'251 cas de contamination au Covid-19 ont été confirmés en laboratoire sur un total de 10'540'033 tests effectués en Suisse et au Liechtenstein. Le total des décès s'élève à 10'643 et le nombre de personnes hospitalisées atteint 32'470.

>> Retour sur la journée de mardi: Des vaccins sans la technologie de l'ARN messager devraient arriver en Suisse

06h00

Le dossier complet

Retrouvez dans notre dossier toutes les informations, toutes les analyses et toutes les émissions consacrées au Covid-19.

Le dossier consacré à l'épidémie de coronavirus