Le suivi du 16 septembre. [Keystone]
Publié Modifié

La Ville de Berne ne tolérera plus les manifestations sauvages contre les mesures sanitaires

- La Ville de Berne a annoncé lundi qu'elle ne tolérera plus les manifestations non autorisées contre les mesures prises pour lutter contre le Covid. Le Conseil municipal tire ainsi les conséquences des débordements lors de la manifestation jeudi soir à Berne devant le Palais fédéral.

- Le certificat Covid obligatoire dans plusieurs universités suisses a suscité peu de protestations au début du semestre. A Zurich, Berne et Lucerne, des manifestations modestes ont eu lieu lundi, rassemblant jusqu'à 150 personnes.

- Les vaccinations ont augmenté après l'extension du certificat Covid, mais "on ne peut pas vraiment parler de boom. C'est encore relativement insuffisant", estime la cheffe de la section Contrôle des infections de l'OFSP Virginie Masserey. Mais rendre les tests payants ne la convainc pas: "Je ne crois pas que de tels moyens détournés soient vraiment des bons moyens", a-t-elle estimé.

- Les personnes qui entrent en Suisse sans certificat Covid doivent désormais être en possession d'un test PCR ou antigénique négatif, et en passer un deuxième quatre à sept jours après leur entrée sur le territoire.

- La Suisse compte lundi 4032 cas supplémentaires de coronavirus en 72 heures, selon les chiffres de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). On déplore 15 décès supplémentaires et 102 malades ont été hospitalisés.  Au total, 53,6% de la population est entièrement vaccinée.

Suivi assuré par RTSinfo

20h45

Rentrée particulière à l'université

Les étudiants universitaires ont vécu une rentrée particulière ce lundi. Ils doivent désormais présenter un certificat Covid pour accéder aux cours en présentiel.

Plusieurs manifestations - de faible ampleur - ont eu lieu dans les universités pour protester contre cette mesure. A Fribourg, une quarantaine de personnes ont fait part de leur opposition.

>> Le point sur la situation dans le 19h30:

Pas de retour des étudiants sur les bancs de l'université sans le certificat Covid en poche. La nouvelle ne fait pas l'unanimité [RTS]
Pas de retour des étudiants sur les bancs de l'université sans le certificat Covid en poche. La nouvelle ne fait pas l'unanimité / 19h30 / 1 min. / le 20 septembre 2021

19h00

Alec Von Graffenried: "Nous refusons les manifestations non organisées"

La Ville de Berne a annoncé lundi qu'elle ne tolérera plus les manifestations non autorisées contre les mesures prises pour lutter contre le Covid. Le Conseil municipal tire ainsi les conséquences des débordements lors de la manifestation jeudi soir à Berne devant le Palais fédéral.

Selon le maire Alec Von Graffenried, cette mesure vise à assurer le bon déroulement des manifestations dans la capitale. "C'est une invitation pour les manifestants à s'annoncer. Ils doivent prendre contact avec les autorités pour que nous puissions organiser ensemble ces événements", déclare-t-il lundi dans l'émission Forum.

L'élu bernois précise que la police n'a pas fermé les yeux jusqu'à maintenant, mais que les manifestations étaient très tranquilles avant ces derniers jours. "Nous ne voulons pas supprimer les manifestations. Nous refusons simplement les manifestations non organisées. La police doit pouvoir se préparer pour ce genre de rassemblements", indique Alec Von Graffenried.

Le maire est par ailleurs conscient du rôle de la Berne fédérale. "Il s'agit de manifester devant le Palais fédéral, parce que c'est ici que se trouvent les autorités. On sait que Berne joue un rôle dans le dialogue politique de la Suisse. On veut jouer ce rôle, mais dans un cadre bien organisé et bien réglé."

>> L'interview d'Alec Von Graffenried dans Forum:

La Ville de Berne ne tolèrera plus les manifestations sauvages contre les mesures sanitaires (vidéo) [RTS]
La Ville de Berne ne tolèrera plus les manifestations sauvages contre les mesures sanitaires (vidéo) / Forum / 4 min. / le 20 septembre 2021

18h30

Tests aux frontières: pas de problèmes pour la première journée

La première journée de contrôles des mesures Covid-19 aux frontières suisses s’est déroulée sans problèmes majeurs, selon l'Administration fédérale des douanes (AFD). Les frontaliers n’étant pas concernés par ces nouvelles mesures, leur entrée en Suisse s’est produite comme d’habitude.

Un garde-frontière à Rheinfelden. [Anthony Anex - Keystone]Un garde-frontière à Rheinfelden. [Anthony Anex - Keystone]La circulation routière s’est montrée fluide aux points de franchissement de la frontière, a indiqué lundi à Keystone-ATS Donatella Del Vecchio, porte-parole romande à l'AFD. Les voyageuses et les voyageurs se sont dans l’ensemble montrés compréhensifs face à ces nouvelles mesures sanitaires, un nombre très restreint de personnes n’étant pas au courant du fait qu’il existe désormais de nouvelles dispositions sanitaires pour l’entrée en Suisse.

Dès ce lundi, les personnes non vaccinées et non guéries du Covid-19 ont dû présenter un test négatif pour entrer en Suisse. Et ce quel que soit le moyen de transport ou le pays de provenance. Certaines exceptions sont prévues, notamment pour les frontaliers.

Les tests rapides antigéniques ou PCR sont acceptés. Les autotests ne sont par contre pas valables. Un deuxième test, payant, devra être effectué après quatre à sept jours. Le résultat doit être communiqué au canton de résidence ou de séjour. Là aussi, les autotests ne sont pas valables. Les cantons pourront vérifier de manière aléatoire si ce second test a bien été réalisé grâce à un formulaire de voyage de suivi.

Amendes

Quiconque tentera d'entrer en Suisse sans test encourra une amende de 200 francs. Ces personnes devront se faire dépister rapidement. Le montant de l'amende s'élèvera à 100 francs pour une personne n'ayant pas rempli le formulaire.

Les compagnies aériennes et les entreprises de transport par autobus devront vérifier si leurs passagers ont un formulaire ainsi qu'un certificat Covid ou le résultat d'un test. Des contrôles seront aussi réalisés par des douaniers ou les polices cantonales.

17h30

Certificats pas contrôlés: la police interrompt un tournoi

La police municipale de Schlieren (ZH) a interrompu dimanche une manifestation sportive dans une piscine couverte privée. A l'entrée, des affiches signalaient qu'aucun contrôle de certificat Covid n'est effectué.

Au moment de l'intervention, 44 personnes étaient présentes dans la salle de sport, a indiqué lundi la police de Schlieren. Ni les athlètes ni les spectateurs ne portaient de masques. La police a ordonné la fermeture de la salle et a dénoncé les faits au Ministère public.

16h15

Annulé à cause du Covid en 2020, Art Basel revient

L'édition 2021 d'Art Basel a débuté lundi à Bâle. Après l'annulation de l'édition 2020 à cause de la pandémie de coronavirus, le directeur mondial de la plus importante foire internationale d'art contemporain Marc Spiegler s'attend à un redémarrage réussi.

La crise du coronavirus a eu peu d'effet sur le marché de l'art et sur Art Basel, a indiqué lundi Marc Spiegler.

Le directeur mondial d'Art (Art Basel, Art Miami Beach et Art Hong Kong) s'attend à ce que les collectionneurs soient bien présents à Bâle, même si l'avertissement aux voyageurs émis par les Etats-Unis pour la Suisse pourrait quelque peu freiner l'afflux. Beaucoup des plus importants collectionneurs ont déjà confirmé leur participation.

15h30

Les cantons appelés à soutenir les cabinets médicaux

Les cabinets médicaux qui proposent la vaccination doivent être suffisamment dédommagés. Les cantons sont appelés à compléter le forfait par vaccin qui leur est octroyé afin de garantir le bon maintien de la campagne de vaccination en Suisse.

Les partenaires tarifaires n'étant pas tombés d'accord, le forfait de 24,50 francs par vaccin octroyé depuis le début de l'année aux cabinets médicaux passera à 16,50 dès le 1er octobre. Ce montant ne suffit pas à couvrir les coûts et pourrait inciter de nombreux cabinets médicaux à se retirer de la campagne de vaccination, indique la Conférence des directeurs cantonaux de la santé (CDS) lundi dans un communiqué.

C'est pourquoi elle recommande aux cantons de compléter le nouveau tarif par un supplément de 8 francs. Les cantons, dont plusieurs assurent déjà un tarif plus élevé pour les cabinets médicaux, doivent encore trancher sur cette question.

15h15

Vacciner contre le Covid-19 par le nez

Une équipe française développe un vaccin contre le Covid-19 qui s'administre par voie nasale. Cette méthode semble apporter plus de protection que la voie intramusculaire et moins de diffusion du virus. Un brevet vient d'être développé, même si d'autres évaluations restent à faire.

>> Plus d'informations dans notre article: Des vaccins nasaux en complément des vaccins classiques pour lutter contre le Covid

Pour l’heure, les tests en sont au stade préclinique. Le vaccin a été testé sur des animaux.

"Notre candidat-vaccin devait répondre à deux questions. Est-ce qu'il est capable de protéger vis-à-vis des formes symptomatiques du Covid-19? Cela a été validé en étude préclinique. Et le deuxième point: est-il capable d'enrayer très rapidement la multiplication du virus et d'empêcher la contagiosité? Ce point a également été validé", explique Isabelle Dimier-Poisson, responsable de l'équipe de recherche BioMAP, dans l'émission CQFD.

"Le calendrier vaccinal serait relativement simple. Il ne faudrait que deux instillations à trois semaines d'intervalle. Nous sommes en train de développer un système d'instillation pour l'homme, qui va donc permettre de nébuliser ce vaccin dans les cavités nasales", ajoute la scientifique.

>> Le sujet de CQFD:

La vaccination nasale pourrait s'ajouter à l'injection contre le Covid-19.
Lakshmiprasad
Depositphotos [Lakshmiprasad]Lakshmiprasad
Vacciner contre le Covid par le nez / CQFD / 9 min. / le 20 septembre 2021

14h35

Fin des manifestations anti-mesures Covid à Berne

La Ville de Berne a annoncé lundi qu'elle ne tolérera plus les manifestations non autorisées contre les mesures prises pour lutter contre le Covid. Le Conseil municipal tire ainsi les conséquences des débordements lors de la manifestation jeudi soir à Berne devant le Palais fédéral.

La police cantonale bernoise a reçu l'ordre d'empêcher la tenue des manifestations annoncées pour jeudi prochain, a précisé le Conseil municipal. Ces rassemblements d'opposants aux mesures de lutte contre la pandémie n'ont en effet pas été autorisés.

Un canon à eau a été utilisé devant le Palais fédéral contre les manifestants opposés aux mesures de lutte contre le coronavirus. [Peter Klaunzer - Keystone]Un canon à eau a été utilisé devant le Palais fédéral contre les manifestants opposés aux mesures de lutte contre le coronavirus. [Peter Klaunzer - Keystone]

L'appel à ces nouvelles manifestations a été lancé sur les réseaux sociaux. Dans le même temps, d'autres appellent à mettre sur pied une contre-manifestation. Face à cette situation, l'exécutif a appelé les organisateurs à retirer leurs appels.

Bien qu'il reconnaisse le besoin croissant de s'exprimer sur des questions politiques et sociales par le biais de manifestations, en particulier dans la capitale, le Conseil municipal souligne que les autorités doivent préalablement être consultées. Ce n'est que de cette manière que le droit à la liberté d'expression peut être exercé de manière pacifique, selon lui.

Dans son communiqué, la municipalité a réitéré sa disponibilité au dialogue. Il n'est donc pas exclu que le rassemblement prévu jeudi soit finalement autorisé. Le directeur de la sécurité Reto Nause a précisé à l'agence Keystone-ATS avoir convenu d'une rencontre avec les opposants aux mesures sanitaires.

14h20

Certificat Covid dans l'Arc jurassien

Dans l'Arc jurassien, la Haute école pédagogique des cantons de Berne, du Jura et de Neuchâtel (HEP-BEJUNE) demandera aux étudiantes et étudiants de présenter à partir du 25 octobre un certificat Covid pour suivre les cours sur les sites de Bienne, de Delémont et de La Chaux-de-Fonds.

Afin de permettre au plus grand nombre possible de ces personnes d'acquérir le certificat Covid, la HEP-BEJUNE a indiqué lundi être en mesure de différer l'obligation du pass sanitaire au 25 octobre.

Elle précise que vu la taille de ses effectifs, elle pourra respecter la jauge d'occupation de deux tiers d'ici à cette date.

13h50

Le taux de vaccination dépasse 53%

Du 13 septembre au 19 septembre, 221'886 doses de vaccin contre le Covid-19 ont été administrées en Suisse. Au total, 53,6% de la population est donc entièrement vaccinée, selon les données publiées lundi sur le site de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP).

La semaine dernière, ce taux s'élevait à 52,8%. Depuis le début de la campagne de vaccination, 10'175'832 doses de vaccin ont été administrées. 4'635'699 personnes ont reçu deux doses de sérum et 904'434 jusqu'à présent une seule piqûre.

En moyenne, 31'698 vaccinations ont été effectuées par jour. Comparé à la semaine précédente, le rythme des injections s'est accéléré de 17%.

13h45

Plus de 4000 nouveaux cas pendant le week-end

La Suisse compte lundi 4032 cas supplémentaires de coronavirus en 72 heures, selon les chiffres de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). On déplore 15 décès supplémentaires et 102 malades ont été hospitalisés.

Durant les dernières 72 heures, les résultats de 108'695 tests ont été transmis, indique l'OFSP. Le taux de positivité s'élève à 3,71%.

Sur les quatorze derniers jours, le nombre total d'infections est de 30'518, soit 353,02 nouvelles infections pour 100'000 habitants. Le taux de reproduction, qui a un délai d'une dizaine de jours, est lui de 0,86. Les patients Covid-19 occupent 30,70% des places disponibles en soins intensifs, dont le taux d'occupation est de 77,20%.

Au total 10'175'832 doses de vaccin ont été administrées et 53,62% des personnes ont déjà reçu deux doses. La Suisse a reçu jusqu'à présent 11'687'400 doses de vaccins. Des certificats ont déjà été émis pour 6'013'959 personnes vaccinées.

Depuis le début de la pandémie, 827'107 cas de contamination au Covid-19 ont été confirmés en laboratoire sur un total de 10'468'794 tests effectués en Suisse et au Liechtenstein. Le total des décès s'élève à 10'634 et le nombre de personnes hospitalisées atteint 32'362.

13h25

Des étudiants manifestent face au certificat Covid

L'entrée en vigueur du certificat Covid obligatoire dans plusieurs universités suisses a suscité lundi des protestations d'une ampleur modérée.

  • A Zurich, quelque 150 personnes ont défilé lundi matin en direction de l'université et de l'Ecole polytechnique fédérale de Zurich. Etudiantes, elles portaient des pancartes exigeant un accès à l'éducation sans certificat et scandaient "liberté". Les tracts distribués condamnaient l'exigence du certificat comme une discrimination. Les droits ne dépendent pas d'un code QR et le certificat ne mène qu'à la division, dénonçaient les protestataires.
  • A Lucerne, une centaine d'étudiantes et étudiants se sont également rassemblés pour protester contre le certificat obligatoire. C'est la maturité et non le certificat Covid qui doit permettre d'entrer à l'université, a déclaré un étudiant, réclamant "l'éducation pour tous". Un groupe appelé "gauche libre" a distribué des tracts sur lesquels on pouvait lire: "Aucun être humain n'est certifiable". Des personnes du groupe "Mass-Voll" (la coupe est pleine) étaient également présentes au rassemblement. Le mouvement a également suscité des critiques et provoqué du chahut. Une petite contre-manifestation a accusé les détracteurs des mesures anti-Covid de tolérer la présence d'extrémistes de droite et ne se soucier que de la liberté des privilégiés.
  • A Berne, une bonne trentaine de personnes ont manifesté contre le certificat obligatoire à l'université.
  • En Suisse romande, aucune protestation n'a été signalée à Genève. A Fribourg, une action aura lieu dans l'après-midi. A UniMail, étudiantes et étudiants qui n'avaient pas de pass Covid ont pu se faire tester sur place. Une tente à l'extérieur proposait des tests salivaires. Le dispositif a aussi été renforcé avec des tests antigéniques effectués dans le bâtiment. Tout le monde avait également la possibilité de se faire vacciner sans rendez-vous au troisième étage d'UniMail par le biais de l'unité mobile déployée par le canton. En début de matinée, plus d'une trentaine de jeunes patientaient pour se faire piquer.

13h00

Dispositif transitoire dans l'enseignement vaudois

Dans le canton de Vaud, le dispositif transitoire a été annoncé jeudi par le Conseil d'Etat, avec des tests gratuits hebdomadaires proposés jusqu'au 31 octobre.

La mesure sera mise en œuvre à partir du 4 octobre et s'applique à toutes les hautes écoles publiques ou privées subventionnées du canton, dont l'UNIL, l'EPFL, la HEP, l'ECAL, l'Ecole hôtelière, la HEIG-VD et la HESAV (santé).

Les hautes écoles sont chargées de les organiser, tandis que le canton en assume les coûts.

L'enseignement supérieur est touché par l'extension du pass Covid décidée la semaine passée par le Conseil fédéral. La fin de la gratuité des tests PCR ou antigéniques le 1er octobre pourrait prétériter étudiantes et étudiants qui ont peu de moyens financiers. La mise en place de tests gratuits répond à l'une des revendications des associations estudiantines.

12h45

Tests salivaires dans les HES du Valais

Les étudiantes et étudiants des hautes écoles valaisannes pourront bénéficier de tests salivaires gratuits, pour toute personne ne disposant pas d'un pass Covid. La rentrée académique du canton s'aligne ainsi sur celle de Vaud et Genève.

La mesure, prévue jusqu'au 15 novembre, permettra aux personnes non vaccinées mais testées d'assister au cours en présentiel. Celles et ceux qui le souhaitent pourront se faire vacciner sur site le 28 septembre à Sion, sur le Campus Energypolis, et le 5 octobre à Sierre, précise Xavier Bianco, responsable du service communication et marketing de la HES-SO Valais-Wallis.

Attestation

La rentrée a lieu lundi et les tests seront possibles durant la semaine. Les étudiants non vaccinés et négatifs recevront une attestation les autorisant à suivre l'enseignement en présentiel. Les coûts des tests seront pris en charge par la Confédération et le cas échéant par le canton, a précisé Yves Rey, chef du service valaisan des hautes écoles.

Quant au personnel des hautes écoles, et notamment les personnes enseignantes qui n'ont pas de pass Covid, elles devront continuer à porter le masque et observer les gestes barrières. Des dispositions à distance seront mises en place pour celles et ceux qui ne peuvent pas suivre les cours en présentiel.

>> Le reportage du 12h45

L'obligation du certificat covid divise les étudiants des universités et hautes écoles. [RTS]
L'obligation du certificat covid divise les étudiants des universités et hautes écoles. / 12h45 / 1 min. / le 20 septembre 2021

12h30

Cours en présentiel avec certificat Covid à l'Université de Fribourg

L'Université de Fribourg reprend les cours en mode présentiel avec certificat Covid obligatoire, une situation considérée comme transitoire. Selon une estimation, près de 10'900 étudiantes et étudiants seront inscrits pour le semestre d'automne, un nombre en hausse.

Les personnes qui ne sont ni vaccinées ni considérées comme guéries d'un épisode du Covid-19 peuvent tout de même poursuivre leurs études, précise lundi l'Université de Fribourg lors de sa conférence de presse consacrée à la rentrée académique. Mais elles devront présenter un test négatif pour participer aux cours en présentiel. Un poste de vaccination mobile est mis à disposition sur deux sites de l'Université.

Parallèlement, du matériel pédagogique est fourni pour tous les cours qui ne peuvent être suivis également en ligne. Mais, avertit l'université, la qualité de l'enseignement en ligne ne peut pas être comparée à celle des cours en présentiel.

Impact de l'enseignement à distance

Une enquête en ligne menée en mai par le bureau Uni-Social auprès de personnes étudiant à l'Université de Fribourg à partir du troisième semestre montre que le sentiment d'être livré à soi-même, l'isolement social, la perte de motivation et les difficultés d'apprentissage sont des impacts couramment relayés dans le contexte d'enseignement à distance.

Il ressort des quelque 1500 réponses que 63% du corps estudiantin est satisfait des conditions de l'enseignement à distance.

L'université constate aussi des retours qu'elle juge plus inquiétants chez les étudiantes et étudiants: 27% fait état d'une situation financière assez précaire et 28% a même songé à interrompre ses études.

>> Ecouter le sujet du 12h30:

L'Université de Fribourg. [Gaetan Bally - Keystone]Gaetan Bally - Keystone
Rentrée universitaire sous certificat Covid à Fribourg / Le 12h30 / 2 min. / le 20 septembre 2021

08h45

Regard philosophique sur la contestation anti-passeport sanitaire

Alors que les manifestations contre le certificat sanitaire et la vaccination se multiplient en Suisse, et malgré les débordements, cette contestation interroge des grands principes: les limites de la liberté individuelle, le rôle de l'Etat ou encore le caractère sacré du corps humain.

Pour Anne Meylan, professeure de philosophie à l'Université de Zurich et spécialiste des questions d'éthique, de rationalité et d'irrationalité, il serait inapproprié de parler de "fracture" dans la société. "Cette idée de fracture, elle va avec la notion de fracture sociale, qui désigne le fossé qui est censé exister entre une majorité qui serait intégrée socialement et une minorité qui serait victime de l'exclusion sociale. Et je ne crois pas que dans ce cas-là, on a affaire à ce genre d'exclusion", explique-t-elle.

"Désaccord important" plutôt que fracture sociale

Selon son diagnostic de la situation, il s'agirait simplement d'un "désaccord important" sur une question politique. Et si tel est bien le cas, "je ne suis pas certaine qu'il faille considérer ça comme quelque chose de dramatique", juge la Neuchâteloise, qui estime que c'est là "le propre de la démocratie". En outre, il lui est difficile de classer le mouvement "anti-pass" sur des axes de clivage classiques, qui opposeraient par exemple différentes générations, ou encore des libertariens aux partisans d'une intervention sociale de l'Etat.

Dans son activité à l'université, Anne Meylan dit ne pas avoir observé tant de tensions. "J'ai reçu un ou deux courriers de la part de mes étudiants en colère lorsqu'ils ont appris qu'ils ne pourraient pas participer aux cours en présentiel sans présenter un passeport Covid, mais je dirais que ça reste une petite minorité. La majorité des étudiants témoigne plutôt d'une espèce de réjouissance énorme de retrouver enfin les bancs de l'université", affirme-t-elle.

>> L'interview d'Anne Meylan, professeure de philosophie à l'Université de Zurich:

L'invitée de La Matinale (vidéo) - Anne Meylan, philosophe neuchâteloise [RTS]
L'invitée de La Matinale (vidéo) - Anne Meylan, philosophe / La Matinale / 11 min. / le 20 septembre 2021

07h50

Les vaccinations sont en hausse, mais modérément

Le 8 septembre, le Conseil fédéral annonçait l'extension du certificat Covid, le rendant obligatoire pour, entre autres, entrer dans un restaurant ou fréquenter des lieux de loisirs.

Cette mesure a entraîné dans un premier temps une forte hausse des demandes de vaccination. Du premier mercredi au vendredi, certains cantons comme Neuchâtel ont ainsi enregistré trois fois plus de réservations. Le week-end, la demande a baissé, puis est remontée nettement le lundi. Elle s'est, enfin, stabilisée à un niveau inférieur, mais généralement plus élevé qu'avant le durcissement des mesures.

Entre une fois et demie et deux fois plus de rendez-vous

Mardi dernier, le Valais a par exemple enregistré une fois et demie plus d'inscriptions qu'en temps normal. Dans le canton Vaud, qui intègre à sa statistique les injections sans rendez-vous, c'est même deux fois plus.

Cette hausse ne suffit cependant pas à contenter l'Office fédéral de la santé publique. "On ne peut pas vraiment parler de boom. C'est encore, pour nous, relativement insuffisant", a réagi la cheffe de la section Contrôle des infections de l'OFSP Virginie Masserey dans La Matinale de la RTS. Elle ne pense pas qu'il faille nécessairement en arriver aux tests payants pour voir le taux augmenter encore. "Je ne crois pas que de tels moyens détournés soient vraiment des bons moyens", a-t-elle estimé.

Aujourd'hui, 61% de la population suisse a reçu au moins une dose. C'est deux points de plus qu'avant l'extension du certificat Covid.

>> Ecouter le sujet de La Matinale de la RTS lundi:

L'extension du certificat Covid a entraîné une hausse de la vaccination, mais pas un boom. [Michael Buholzer - Keystone]Michael Buholzer - Keystone
L'extension du certificat Covid a entraîné une hausse des vaccinations, mais pas un véritable boom / La Matinale / 1 min. / le 20 septembre 2021

LUNDI 20 SEPTEMBRE

Depuis ce lundi, il faut montrer patte blanche pour entrer en Suisse

Dès ce lundi, les personnes non vaccinées et non guéries du Covid-19 devront présenter un test négatif pour entrer en Suisse. Et ce quel que soit le moyen de transport ou le pays de provenance. Certaines exceptions sont prévues, notamment pour les frontaliers.

Tests rapides ou PCR

Les tests rapides antigéniques ou PCR sont acceptés. Les autotests ne sont par contre pas valables.

Un deuxième test, payant, devra être effectué après quatre à sept jours. Le résultat doit être communiqué au canton de résidence ou de séjour. Là aussi, les autotests ne sont pas valables. Les cantons pourront vérifier de manière aléatoire si ce second test a bien été réalisé grâce à un formulaire de voyage de suivi.

Formulaire d'entrée

Tout le monde ou presque devra remplir ce formulaire de voyage intitulé "Passenger locator form", les personnes vaccinées et guéries aussi. Les enfants de moins de 16 ans seront exemptés de l'obligation de présenter un test mais pas de celle concernant le formulaire.

Exceptions

Certaines exceptions sont prévues. Les travailleurs frontaliers, les personnes en transit et celles qui transportent des biens ou des personnes dans le cadre de leur activité professionnelle, seront eux exemptés des deux obligations, le test et le formulaire.

Les personnes en provenance de zones frontalières en seront aussi exemptées.

Amendes

Quiconque tentera d'entrer en Suisse sans test encourra une amende de 200 francs. Ces personnes devront se faire dépister rapidement. Le montant de l'amende s'élèvera à 100 francs pour une personne n'ayant pas rempli le formulaire.

>> Lire: Un test Covid négatif pour entrer en Suisse: les mesures en détail

20h50

Rentrée universitaire avec certificat

Les quelque 19'000 étudiantes et étudiants qui reprendront les cours à l'Université de Genève devront présenter un certificat sanitaire dès lundi.

Yves Flückiger, recteur de l'Université de Genève et président de Swissuniversities, la faîtière des hautes écoles suisses, a indiqué dans le 19h30 dimanche qu'il est prévu de "contrôler une douzaine de grands auditoires".

Le recteur compte sur "la responsabilité des étudiants, qui ont déjà fait preuve de beaucoup de résilience depuis le début de la crise sanitaire". Mais les personnes sans certificats devront quitter le cours et en cas d'opposition marquée, des sanctions disciplinaires sont envisageables.

"Notre rôle est de faire en sorte que les étudiants puissent revenir en présentiel. Avec ce système, on peut a priori avoir la totalité des étudiants dans les auditoires et c'est pour moi une grande satisfaction", s'est félicité Yves Flückiger.

>> L'interview d'Yves Flückiger dans le 19h30:

Entretien avec Yves Flückiger, recteur de l’université de Genève et président de Swissuniversities, la faitière des hautes écoles suisses [RTS]
Entretien avec Yves Flückiger, recteur de l’université de Genève et président de Swissuniversities, la faitière des hautes écoles suisses / 19h30 / 6 min. / le 19 septembre 2021

20h40

Premier test pendant le week-end pour le certificat sanitaire

Ce dimanche pluvieux aura fait office de test en ce premier week-end de certificat sanitaire obligatoire.

Si la restauration craint une baisse de fréquentation, à Bienne le Festival du film français d'Helvétie a pu retrouver des salles remplies et même à guichets fermés pour près de la moitié des représentations.

>> Voir le reportage du 19h30:

Des salles de restaurants à celles des festivals, les fortunes étaient variées pour le premier week-end avec le Certificat Covid [RTS]
Des salles de restaurants à celles des festivals, les fortunes étaient variées pour le premier week-end avec le Certificat Covid / 19h30 / 2 min. / le 19 septembre 2021

18h15

Les manifestations contre les mesures Covid se multiplient

Alors que les manifestations contre les mesures Covid se suivent et se musclent, à l'image des confrontations avec la police à Berne jeudi, faut-il s'inquiéter de la tension qui monte?

Pour André Duvillard, délégué au Réseau national de sécurité de la Confédération, interrogé dans Forum, "il y a de quoi être inquiet lorsqu'on voit les images de jeudi soir devant le Palais fédéral. Une petite frange des participants a voulu s'en prendre très concrètement à ce symbole de la démocratie en Suisse avec l'usage de la violence".

"Nous pouvons suspecter un début de radicalisation chez un certain nombre de personnes. Mais il faut faire la distinction entre une grande masse de manifestants qui viennent pour exprimer leur mécontentement et qui le font dans le cadre des règles démocratiques et une petite frange qui vraisemblablement se radicalise et qui est prête à faire usage de la violence comme cela a été démontré jeudi soir", a encore expliqué André Duvillard. "C'est cela qui doit nous interpeller. Il faut être extrêmement attentif à ces signaux pour essayer d'éviter une dérive vers une forme d'extrémisme violent".

>> Son interview complète dans Forum:

Les manifestations contre les mesures Covid se multiplient en Suisse: interview d’André Duvillard [RTS]
Les manifestations contre les mesures Covid se multiplient en Suisse: interview d’André Duvillard / Forum / 5 min. / le 19 septembre 2021

15h40

Qui est à la tête des Freiheitstrychler?

Selon la Sonntagsblick, un chef de chantier et un mystérieux informaticien seraient à la tête du groupe de sonneurs de cloches des Freiheitstrychler, fermement opposés aux mesures Covid et très actifs dans les manifestations.

>> Lire aussi: Ueli Maurer a porté le T-shirt des "Freiheitstrychler" par "pur hasard"

Le premier, un Schwytzois de 47 ans, fondateur et porte-parole du groupe, a obtenu récemment les droits de la marque "Freiheitstrychler" jusqu'en 2031. Discret, il n'a pas souhaité répondre aux questions du Sonntagsblick. Selon le journal dominical, il est aujourd'hui à la tête d'un groupe tout sauf isolé. Son canal Telegram est très actif, avec plus de 4000 abonnements.

Un business aux teintes nationalistes

Le site internet du groupe est géré par le deuxième visage des Freiheitstrychler, un entrepreneur en informatique zurichois d'une cinquantaine d'années très actif sur la toile, puisque plusieurs sites de la droite dite alternative – comme patriot.ch – sont enregistrés à son nom. L'homme s'était retrouvé sous les feux des projecteurs il y a quelques années pour avoir hébergé le site d'extrême droite swissdefenceleague.ch, a constaté le Sonntagsblick.

Le site propose une ribambelle d'articles aux teintes nationalistes, comme des T-shirt à la gloire de Guillaume Tell. Un business que les Freiheistrychler ont bien compris, eux qui vont même jusqu'à utiliser l'image d'Ueli Maurer sur leur site internet pour vendre le désormais polémique et célèbre T-shirt.

>> Le sujet du 12h30 de la RTS:

Des opposants aux mesures anti-Covid se sont réunis à Winterthour. [Michael Buholzer - Keystone]Michael Buholzer - Keystone
Qui retrouve-t-on à la tête des Freiheitstrychler? / Le 12h30 / 1 min. / le 19 septembre 2021

15h30

Augmenter le taux de vaccination pour lever les mesures

Selon des experts, la Suisse pourrait probablement lever les restrictions mises en place pour lutter contre la pandémie lorsque le taux de vaccination atteindra environ 80%.

"Le Danemark pourrait nous servir de modèle", indique Christoph Berger, président de la commission fédérale pour les vaccinations (CFV), dans la NZZ am Sonntag. Dans ce pays, 84% de la population de plus de 12 ans est entièrement vaccinée et il a levé toutes les restrictions.

Le journal indique que, selon l'épidémiologiste Marcel Tanner, un taux de vaccination de 70% à 80% suffit pour créer de nouvelles perspectives pour vivre avec le virus.

15h20

Vaccin alternatif nécessaire?

La Suisse pourrait accélérer la couverture vaccinale de la population en proposant un vaccin alternatif à ceux à ARN messager de Pfizer et Moderna. C'est la conclusion d'une enquête représentative menée par l'institut de recherche Sotomo en juillet, dont la SonntagsZeitung se fait l'écho.

Selon l'enquête, plus d'un million de Suissesses et de Suisses qui n'ont pas encore été vaccinés seraient prêts à le faire si la Confédération mettait à disposition un vaccin alternatif.

Plus de sept personnes non vaccinées sur dix invoquent la crainte des vaccins à ARNm comme raison de leur attente. Seules 31% rejettent la vaccination par principe.

Le principe actif du vaccin de Johnson & Johnson, qui est un vaccin à vecteur, est autorisé en Suisse pour une durée limitée depuis fin mars. Il n'a cependant pas encore été administré en Suisse, car la Confédération n'a pas encore conclu de contrat avec le fabricant. Des négociations sont actuellement en cours avec Johnson & Johnson concernant l'achat d'une petite quantité de doses de vaccins, qui seraient principalement utilisées pour immuniser les personnes qui ne peuvent pas recourir aux vaccins à ARNm pour des raisons médicales.

14h40

Débordements à Berne condamnés par Guy Parmelin

L'opposition aux mesures de lutte contre la pandémie a pris une nouvelle dimension avec la manifestation jeudi soir à Berne. Le président de la Confédération Guy Parmelin et les deux présidents des Chambres fédérales condamnent les violences.

>> Lire aussi: Condamnations au plus haut niveau après les incidents de Berne

Le cortège des personnes s'opposant au certificat et aux mesures anti-Covid, non autorisé, a réuni jeudi soir entre 3000 et 4000 individus. Pour protéger le Palais fédéral des débordements, la police a dû avoir recours à un canon à eau, et elle a fait usage de balles en caoutchouc et de gaz irritant.

"Je condamne sans réserve tous les actes de violence contre les personnes, les biens privés ou publics", a déclaré Guy Parmelin. "Il faut être clair: nous disposons de tous les instruments démocratiques pour faire valoir ses opinions", a-t-il ajouté vendredi devant la presse en réponse à une question d'un journaliste.

>> L'interview de Guy Parmelin à Forum après les incidents de jeudi soir devant le Palais fédéral:

parmelin_violence_forum [RTS]
L'interview de Guy Parmelin à Forum après les incidents de jeudi soir devant le Palais fédéral / L'actu en vidéo / 1 min. / le 17 septembre 2021

14h30

Pas de décisions sur la gratuité des tests

Le Conseil fédéral a mené une nouvelle discussion sur la gratuité des tests Covid, qui doit prendre fin au 1er octobre. "Les différents acteurs consultés au mois d'août avaient estimé que la collectivité ne devait pas assumer sans limites les coûts de ces tests alors que la vaccination est gratuite", a rappelé Alain Berset vendredi.

Il dit toutefois avoir pris note de l'évolution de la discussion, et que la situation peut poser des difficultés à un certain nombre de personnes. "Nous allons étudier des solutions pour les catégories de personnes concernées lors d'une prochaine séance", a-t-il expliqué, ajoutant que le dossier était "de nouveau ouvert pour voir si des adaptations sont nécessaires".

Les tests en entreprises, dans les EMS et dans les écoles continueront dans tous les cas d'être payés par la Confédération, tout comme ceux des personnes ne pouvant se faire vacciner ainsi que des moins de 16 ans.

"Je le rappelle, avec des tests, on ne sort pas de la crise. En revanche, le vaccin est un élément décisif", a-t-il encore martelé.

14h15

Les derniers chiffres disponibles

La Suisse comptait vendredi 2095 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures, selon les chiffres de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). On déplore huit décès supplémentaires et 51 malades ont été hospitalisés.

Durant les dernières 24 heures, les résultats de 44'680 tests ont été transmis, indique l'OFSP. Le taux de positivité s'élève à 4,69%.

Sur les quatorze derniers jours, le nombre total d'infections est de 32'748, soit 378,82 nouvelles infections pour 100'000 personnes. Le taux de reproduction, qui a un délai d'une dizaine de jours, est lui de 0,88. Les malades Covid-19 occupent 31,00% des places disponibles en soins intensifs, dont le taux d'occupation est de 79,00%.

Au total 10'099'981 doses de vaccin ont été administrées et 53,32% des personnes ont déjà reçu deux doses. La Suisse a reçu jusqu'à présent 11'687'400 doses de vaccins. Des certificats ont déjà été émis pour 5'950'882 personnes vaccinées.

>> Retour sur la journée de vendredi: Guy Parmelin: "L'objectif final de toutes ces mesures est de les supprimer"

14h00

Le dossier complet

Retrouvez dans notre dossier toutes les informations, toutes les analyses et toutes les émissions consacrées au Covid-19.

Le dossier consacré à l'épidémie de coronavirus