Le suivi du 14 septembre. [Keystone]
Publié Modifié

Vaccination désormais recommandée pour les femmes enceintes dès la 12e semaine

- Le nombre de personnes vaccinées en Suisse doit être plus nombreux avant de discuter de la levée de toutes les mesures de protection, a estimé mardi l'Office fédéral de la santé publique (OFSP).

- Les données scientifiques sont désormais suffisantes pour recommander la vaccinations aux femmes enceintes. La commission fédérale pour les vaccinations et l'OFSP recommandent donc la vaccination contre le Covid-19 de toutes les femmes enceintes à partir de la 12e semaine de grossesse. Le consentement écrit du médecin n'est plus nécessaire.

- Le taux de couverture vaccinal doit particulièrement augmenter chez les jeunes. L'OFSP a ainsi lancé mardi une campagne à leur intention par le biais de courtes vidéos diffusées sur les réseaux sociaux.

- Une pétition en ligne réclamant le maintien de la gratuité des tests Covid en Suisse a reçu plus de 200'000 signatures en quatre jours.

- Suisses et Suissesses doivent présenter dès lundi un certificat Covid s'ils veulent manger à l'intérieur d'un restaurant, aller au musée ou à la bibliothèque, dans une piscine couverte ou encore participer à un concert. Si la mesure divise toujours la population, le pass a été plutôt bien accueilli par les premiers clients de la semaine, qui ont certes pu profiter de rester en terrasse.

- L'Office fédéral de la santé publique a fait état mardi de 1992 cas supplémentaires en 24 heures. On déplore 11 décès supplémentaires et 65 malades ont été hospitalisés.

Suivi assuré par RTSinfo

20h15

Le recul de l'été permet de vacciner les jeunes sans hésitation

Alors que la population âgée est désormais largement vaccinée, l'OFSP a lancé mardi une campagne pour inciter les plus jeunes à se faire vacciner. Tandis que la progression est désormais lente chez les quinquagénaires et les quadragénaires, elle monte rapidement chez les 12-19 ans, mais le taux de vaccinés et de vaccinées est encore faible.

>> Les explications du 19h30 sur la campagne de l'OFSP:

Offensive sur les réseaux sociaux en faveur de la vaccination des 12-29 ans [RTS]
Offensive sur les réseaux sociaux en faveur de la vaccination des 12-29 ans / 19h30 / 2 min. / le 14 septembre 2021

Pour Géraldine Blanchard-Rohner, médecin adjointe en immuno-vaccinologie pédiatrique aux HUG, si durant l'été on pouvait se permettre d'attendre, on a désormais beaucoup plus de recul.

En juin, la vaccination dès 12 ans avait été autorisée sur base d'une étude sur seulement 1200 enfants, suscitant la prudence des pédiatres, explique-t-elle. Mais désormais, "on a eu tout l'été, il y a eu plus de neuf millions d'adolescents qui ont été vaccinés aux États-Unis", et les vaccins ont "un profil de sécurité vraiment très sûr". Donc "dès 12 ans, on peut y aller", affirme-t-elle.

Elle tient à rassurer les parents qui doivent prendre une décision pour leurs enfants: "Le risque d'avoir des complications suite à l'infection est bien plus élevé que le risque du vaccin", rappelle-t-elle, particulièrement suite à l'apparition du variant Delta.

>> L'interview complète de Géraldine Blanchard-Rohner:

Vaccination des jeunes: l'éclairage de Géraldine Blanchard-Rohner, médecin adjointe en immuno-vaccinologie pédiatrique des HUG [RTS]
Vaccination des jeunes: l'éclairage de Géraldine Blanchard-Rohner, médecin adjointe en immuno-vaccinologie pédiatrique des HUG / 19h30 / 3 min. / le 14 septembre 2021

20h00

Les pays riches "abandonnent" l'Afrique, déplore l'OMS

Seuls deux pays africains ont atteint l'objectif de la vaccination de 40% fixé pour fin décembre par l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Le directeur général de l'institution a déploré mardi à Genève "l'abandon" des autres pays envers cette région, celle où l'immunisation est la moins importante.

"Cela ne nuit pas seulement aux populations africaines, cela nous nuit à tous", a affirmé Tedros Adhanom Ghebreyesus. Le décalage n'est pas dû à l'incapacité de l'Afrique de piloter la vaccination, mais à l'inégalité de l'approvisionnement, dit-il.

Sur les près de 6 milliards de doses administrées jusqu'à présent, seules 2% ont été injectées dans cette région. Au total, parmi 1,3 milliard de personnes, moins de 3,5% sont entièrement vaccinées.

Chaque mois, la pandémie coûte 29 milliards de dollars à l'économie africaine, a dit aussi une responsable de l'ONU. Le G7 avait promis en juin dernier de partager un milliard de vaccins avec les pays en développement. Mais seuls 10% ont été distribués.

18h45

Etudiants divisés sur l'obligation du pass sanitaire dans les universités

Le pass sanitaire deviendra obligatoire dès lundi dans la plupart des universités et des hautes écoles.

Certains étudiants et étudiantes s'en inquiètent et des discussions sont en cours actuellement dans la plupart des associations d'étudiants pour décider de la ligne à adopter.

>> Les précisions de Forum:

Les milieux étudiants divisés à propos du certificat Covid obligatoire dans les universités et hautes écoles [RTS]
Les milieux étudiants divisés à propos du certificat Covid obligatoire dans les universités et hautes écoles / Forum / 1 min. / le 14 septembre 2021

A Genève, par exemple, le syndicat étudiant ne veut pas d'un pass Covid à l'université, alors que le comité exécutif de la Fédération des étudiants neuchâtelois le soutient, mais uniquement pour les cours. Il souhaite notamment différencier les espaces, en permettant un libre-accès à la bibliothèque et dans les lieux de révision.

Malgré leurs divergences, les différentes associations se rejoignent sur plusieurs points: la gratuité des tests et leur accès facilité, une qualité de l'enseignement à distance, ainsi qu'une prolongation du libre accès à l'université, afin de donner un peu plus de temps de se faire vacciner à celles et ceux qui le souhaitent.

>> Ecouter le débat entre Thierry Schiffmann, membre du comité exécutif de la Fédération des étudiants neuchâtelois, et Hugo Molineaux, secrétaire permanent au syndicat étudiant de l'université de Genève:

Les milieux étudiants divisés à propos du certificat Covid obligatoire: débat entre Thierry Schiffmann et Hugo Molineaux [RTS]
Les milieux étudiants divisés à propos du certificat Covid obligatoire: débat entre Thierry Schiffmann et Hugo Molineaux / Forum / 8 min. / le 14 septembre 2021

16h45

Tram de vaccination dans les rues de Zurich

Un tram destiné aux nouveaux candidats à la vaccination contre le Covid-19 circule depuis mardi dans les rues de Zurich. Il peut accueillir jusqu'à 550 personnes par jour. Les injections ont lieu à l'arrêt. La rame ne transporte que le personnel.

Le véhicule aménagé des transports publics VBZ change de quartier d'une demi-journée à l'autre. Ses horaires durent toute la journée jusqu'à 19h30, du lundi au samedi. De cette manière, la ville et le canton entendent rendre la vaccination la plus simple possible. Après l'extension du certificat sanitaire, les nouveaux candidats et nouvelles candidates à la vaccination sont plus impatients que jamais, estime la ministre cantonale de la Santé Natalie Rickli (UDC).

16h15

Négociations accélérées pour obtenir des vaccins à adénovirus

La Confédération intensifie ses négociations pour l'achat d'une petite quantité de vaccin à adénovirus de la société américaine Johnson & Johnson (Janssen), d'après une information originale de Blick.ch. Il doit être utilisé pour les personnes qui, pour des raisons médicales, ne peuvent pas être vaccinées avec des vaccins à ARNm, par exemple en raison d'une allergie grave.

La conclusion du contrat et le nombre de doses seront communiqués en temps voulu, précise l'OFSP, contacté par Keystone-ATS. La Confédération a dès le début visé un portefeuille de vaccins avec différentes technologies, pour offrir une alternative aux personnes souffrant d'intolérances.

Le produit de Janssen, société pharmaceutique du groupe Johnson & Johnson, est un vaccin à vecteur viral, basé sur un adénovirus humain. Il doit être administré par une dose unique, pour les personnes à partir de 18 ans. Les données de l'étude montrent une efficacité moyenne de 66,9% dans les groupes d'âge étudiés. Cette vaccination permet d'éviter les formes graves et critiques de la maladie dans une proportion de près de 85%.

Son principe actif est autorisé en Suisse pour une durée limitée depuis fin mars. Il n'a toutefois pas encore été utilisé, car la Confédération n'a pas encore conclu de contrat avec le fabricant.

15h45

Une virologue juge la Suisse "insouciante" dans sa gestion des écoles

Une virologue genevoise estime que la Suisse se montre trop négligente face à flambée de Covid-19 dans les écoles du pays. Selon elle, les cantons ont manqué l'occasion de préparer les écoles au variant Delta, pourtant annoncé durant tout l'été.

Isabella Eckerle est la responsable du Centre des maladies virales émergentes de l'Université de Genève. Elle estime que le fait que le Covid-19 puisse provoquer chez l'enfant un Covid long et de sévères syndromes inflammatoires a été traité avec trop d'insouciance en Suisse, contrairement à ce qui s'est passé dans beaucoup d'autres pays.

Selon l'état actuel des connaissances, entre 2% et 14% des enfants souffrant de Covid-19 pourraient développer un Covid long. En cas de syndromes inflammatoires, liés à une surréaction de leur système immunitaire, les enfants ont pendant des jours une forte fièvre, accompagnée souvent de diarrhées et de vomissements.

La situation dans les écoles suisses conduit ainsi à beaucoup d'insécurité, critique mardi la professeure dans une interview accordée aux journaux alémaniques de Tamedia.

Il existe pourtant des mesures afin de garantir la tenue des cours et minimiser les risques d'infection. "Les adultes doivent se faire vacciner et les masques devraient être conseillés dans les classes", indique la virologue. En outre, des tests répétés, des filtres à air, des détecteurs de CO2, des classes réduites, des cours à l'extérieur et de bonnes informations devraient aider.

La virologue met également en garde contre les conséquences à long terme de la maladie et ses complications que la médecine ne connaît pas encore.

15h15

Une troisième dose pour les personnes immunodéprimées

Les personnes gravement immunodéprimées reçoivent actuellement en Suisse une troisième dose de vaccin contre le coronavirus. La commission fédérale pour les vaccinations ne recommande pour l'heure pas de troisième vaccination pour le reste de la population, quelque soit l'âge ou les maladies antérieures.

Dans le cas des patients immunodéprimés, on ne sait pas s'ils ont bien réagi à la première ou à la deuxième dose, a relevé le président de la commission fédérale pour les vaccinations Christoph Berger. La vaccination est donc recommandée pour eux. Il s'agit par exemple de patients ayant subi une transplantation rénale, ou de ceux souffrant de certaines pathologies.

15h00

Encore vacciner avant de lever les mesures, martèle l'OFSP

"Le nombre de personnes vaccinées en Suisse doit être plus nombreux avant de discuter de la levée de toutes les mesures de protection", a estimé mardi Patrick Mathys. Le taux de couverture vaccinal doit particulièrement augmenter chez les jeunes.

Le virus circule particulièrement chez les jeunes, a souligné le chef de la section Gestion de crise et collaboration internationale de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). Selon Patrick Mathys, 40% des jeunes de 10 à 19 ans ont déjà reçu une dose.

La demande de vaccinations a augmenté ces derniers jours. En moyenne, 27'000 injections ont eu lieu, a-t-il relevé mardi au cours d'un point de presse des experts de la Confédération.

14h50

Vaccination pour les femmes enceintes

La commission fédérale pour les vaccinations et l'OFSP recommandent désormais la vaccination contre le Covid-19 de toutes les femmes enceintes à partir de la douzième semaine de grossesse. Le consentement écrit du médecin n'est donc plus nécessaire.

Cela s'applique également aux femmes qui allaitent déjà et aux femmes qui envisagent une grossesse, a relevé mardi devant les médias le président de la commission fédérale pour les vaccinations Christoph Berger.

Données suffisantes

Les femmes enceintes ont souvent une évolution plus sévère de la maladie que les autres personnes. Il existe également un risque de fausse couche. La vaccination protège la mère comme l'enfant de ces risques. De plus en plus de données montrent aujourd'hui que les avantages du vaccin l'emportent sur les risques, a souligné Christoph Berger.

Aucune conséquence grave n'a été observée chez les 150'000 femmes enceintes vaccinées aux Etats-Unis. Une telle recommandation de vaccination existe également dans d'autres pays, notamment récemment en Allemagne. Aucun problème de fertilité n'est non plus à craindre.

Ainsi, les données sont désormais suffisantes, dans l'état actuel des études, pour émettre cette recommandation généralisée, a expliqué Christoph Berger.

>> Les explications du 19h30:

Covid-19: la vaccination est recommandée pour les femmes enceintes dès la 12ème semaine [RTS]
Covid-19: la vaccination est recommandée pour les femmes enceintes dès la 12ème semaine / 19h30 / 1 min. / le 14 septembre 2021

Possible aussi avant la 12e semaine

Il a aussi détaillé pourquoi la vaccination n'est recommandée qu'à partir de la 12e semaine de grossesse. "Au cours des premières semaines, des malformations et des avortements peuvent encore se produire, indépendamment de la vaccination", rappelle-t-il. Et les experts veulent simplement exclure un lien avec la vaccination. Mais "si une femme veut se faire vacciner au début de sa grossesse, il n'y a aucune raison de ne pas le faire", a néanmoins poursuivi le spécialiste.

14h45

La situation reste préoccupante "dans une certaine mesure" selon l'OFSP

Même si les chiffres de la pandémie de coronavirus indiquent une certaine stabilisation, la situation reste préoccupante "dans une certaine mesure" en Suisse, a indiqué mardi Patrick Mathys. Aux soins intensifs, elle demeure très tendue.

Patrick Mathys, chef de la section Gestion de crise et collaboration internationale de l'OFSP. [Peter Schneider - Keystone]Patrick Mathys, chef de la section Gestion de crise et collaboration internationale de l'OFSP. [Peter Schneider - Keystone]Le chef de la section Gestion de crise et collaboration internationale de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) a relevé mardi au cours d'un point de presse des experts de la Confédération que des incertitudes entouraient l'évolution de la pandémie, notamment avec le retour des jours froids.

Le nombre de cas quotidien s'est stabilisé entre 2000 et 3000 et le virus circule principalement au sein de la population mobile. Trois quarts des personnes hospitalisées ont plus de 40 ans et 80% des soins intensifs sont occupés, dont un tiers par des personnes infectées par le coronavirus.

"La pandémie n'est pas terminée"

La pandémie n'est pas terminée, a pour sa part déclaré Rudolf Hauri, président de l'Association des médecins cantonaux de Suisse. "La situation est redevenue incertaine et ne peut pas encore être qualifiée de maîtrisée. La recherche des contacts fonctionne à plein régime, mais n'est pas en mesure de contenir suffisamment le virus."

L'infection des adolescents et des jeunes ne peut être évitée. Toutefois, des tests réguliers et le port obligatoire du masque à l'école permettent d'éviter la propagation incontrôlée du virus.

Dans les écoles et les crèches, les règles de quarantaine doivent être traitées de manière différenciée. Plus le taux de vaccination sera élevé, plus vite ces règles pourront être assouplies, a déclaré Rudolf Hauri.

14h30

La pandémie de Covid-19 freine encore l'économie suisse

La pandémie de coronavirus continue d'avoir un impact négatif sur l'économie helvétique, malgré l'avancée de la campagne de vaccination et les nouvelles mesures liées au certificat Covid, ont indiqué mardi les économistes de l'institut BAK Economics.

"Même si les mesures de confinement du virus sont désormais axées sur des outils tels que les vaccinations et les certificats Covid plutôt que sur des mesures plus restrictives en termes de contacts sociaux, des améliorations sont encore possibles", ont souligné les spécialistes bâlois dans leur rapport mensuel.

Selon ces derniers, "le processus de reprise dans de nombreux secteurs liés aux services est confronté à des difficultés croissantes et, dans le même temps, l'économie industrielle mondiale perd de son élan. Malgré une augmentation constante de la demande, les récents goulets d'étranglement de l'offre de biens intermédiaires et de produits de base continueront à limiter la croissance pendant plusieurs mois".

Perspectives de croissance rabotées

Face à ce constat, BAK Economics a une nouvelle fois raboté ses perspectives de croissance pour cette année. En août, ils avaient déjà ramené leurs attentes pour le produit intérieur brut (PIB) à +3,7% cette année, contre +3,9% dans leurs précédentes estimations. Mardi, les économistes ont encore raboté leurs prévisions à +3,5%.

Ils ont par contre relevé leur pronostic pour 2022 à +3,5%, contre +3,3% dans leurs estimations d'août et +3,2% en juin.

14h15

Crédits supplémentaires demandés dans la santé et la culture à Neuchâtel

La commission des finances du Grand Conseil neuchâtelois a accepté à l'unanimité des crédits supplémentaires au budget 2021, en lien avec la crise sanitaire. Pour la santé, le montant se monte à 15,75 millions de francs, dont 5,8 millions sont partiellement compensés.

Un dépassement de 1,25 million de francs est constaté dans le domaine des soins à domicile et nécessite un crédit supplémentaire, peut-on lire dans le rapport publié mardi. Dans le domaine hospitalier, le nombre de cas et leur lourdeur ont été sous-évalués en fin d’année 2020.

Au niveau culturel, un crédit supplémentaire de 5,1 millions de francs est demandé, compensé à hauteur de 1,13 million. Le Conseil d’Etat a expliqué que la Confédération ayant étendu l’aide aux acteurs culturels, une participation cantonale est requise.

Le Grand Conseil devra se prononcer sur ces crédits lors d'une prochaine session.

13h45

Moins de 2000 nouveaux cas

L'Office fédéral de la santé publique a fait état mardi de 1992 cas supplémentaires en 24 heures. On déplore 11 décès supplémentaires et 65 malades ont été hospitalisés.

Durant les dernières 24 heures, les résultats de 34'013 tests ont été transmis. Le taux de positivité s'élève à 5,86%.

Sur les quatorze derniers jours, le nombre total d'infections est de 34'778, soit 402,3 nouvelles infections pour 100'000 habitants. Le taux de reproduction, qui a un délai d'une dizaine de jours, est lui de 1,04. Les patients Covid-19 occupent 32,4% des places disponibles en soins intensifs, dont le taux d'occupation est de 76,3%.

Au total, 9'987'718 doses de vaccin ont été administrées et 52,91% des personnes ont déjà reçu deux doses. La Suisse a reçu jusqu'à présent 11'558'700 doses de vaccins.

Depuis le début de la pandémie, 816'107 cas de contamination au Covid-19 ont été confirmés en laboratoire sur un total de 10'234'565 tests effectués en Suisse et au Liechtenstein. Le total des décès s'élève à 10'598 et le nombre de personnes hospitalisées atteint 31'997.

Le pays dénombre par ailleurs 20'803 personnes en isolement et 22'828 individus faisant partie de leurs contacts ont été mis en quarantaine.

13h25

Tests obligatoires en cas d'expulsion ou de renvoi

Les personnes renvoyées ou expulsées devraient pouvoir être soumises à un test Covid-19, y compris contre leur gré, si leur départ de la Suisse en dépend. Le Conseil national a soutenu ce projet du gouvernement, par 119 voix contre 65.

De nombreux pays d'origine ou Etats de l'espace Dublin exigent un test négatif pour réadmettre les personnes renvoyées de Suisse. Les compagnies aériennes n'acceptent souvent que des passagers testés négatifs.

De plus en plus de personnes refusent ces tests facultatifs pour éviter d'être renvoyées, a expliqué Isabelle Moret (PLR/VD) pour la commission. Cela entraîne une hausse des coûts dans les aides d'urgence et la détention administrative.

Il n'y a pas de base légale pour l'instant pour imposer des tests Covid, a ajouté Marianne Binder-Keller (Centre/AG). Et de souligner une hausse des refus de se soumettre à ces tests pour repousser l'expulsion, 22 en avril contre 126 fin août. On parle d'une multiplication par six, a relevé la conseillère fédérale Karin Keller-Sutter.

Une minorité de gauche a proposé en vain de ne pas entrer en matière. "C'est une atteinte à la liberté personnelle et à l'intégrité corporelle", a avancé Samira Marti (PS/BL). Le principe de proportionnalité n'est pas respecté selon elle.

Le Conseil des Etats empoigne le sujet mercredi.

13h10

Le retour d'une grande manifestation à Palexpo

Le Salon de la haute précision des sous-traitants horlogers (EPHJ) a démarré ce mardi. Cet événement de taille, qui accueille 530 exposants et des milliers de visiteurs, signe le retour des manifestations d'envergure à Palexpo, à Genève.

Depuis l'annulation, début 2020, du salon de l'automobile, les halles de Palexpo n'avaient pas connu de grande manifestation, si ce n'est l'accueil d'un centre de vaccination... La 19e édition de l'EPHJ, qui se tient du 14 au 17 septembre 2021, annonce la renaissance du centre de congrès.

"Absent de la scène des salons professionnels en raison de la pandémie, l'EPHJ est le premier événement de cette ampleur à ouvrir ses portes en Suisse depuis le début de la crise sanitaire", font remarquer les organisateurs mardi dans un communiqué.

>> Interview d’Alexandre Catton, directeur du salon EPHJ, dans le 12h30:

Des robots au grand salon international de la haute-précision à Genève. [Salvatore Di Nolfi - Keystone]Salvatore Di Nolfi - Keystone
Le Salon international de la haute précision ouvre ses portes à Genève: interview d’Alexandre Catton / Le 12h30 / 3 min. / le 14 septembre 2021

>> Lire aussi: Avec le Salon de la haute précision, le retour des manifestations à Palexpo

12h30

Campagne de l'OFSP pour inciter les jeunes à se vacciner

Les adolescents et jeunes adultes ont encore une grande marge de progression en matière de vaccination. L'Office fédéral de la santé publique lance mardi une campagne à leur intention par le biais de courtes vidéos drôles diffusées sur les réseaux sociaux.

Les trois vidéos de "fails" (échecs) ont pour but de montrer aux jeunes de 12 à 29 ans qu'ils doivent aussi oser se faire vacciner, a indiqué l'OFSP lors d'un point de presse en ligne. Les clips, qui mettent en scène des jeunes protagonistes effectuant diverses actions qui tournent mal, mettent l'accent sur l'autodérision. Elles ont pour but d'apaiser les craintes "diffuses" des jeunes par rapport à la vaccination.

>> Un exemple de la vidéo de la campagne de l'OFSP:

Selon Virginie Masserey, cheffe de la section contrôle des infections de l'OFSP, 40,6% des jeunes âgés de 12 à 19 ans ont reçu une dose de vaccin et 27% les deux doses. Ces chiffres montent à respectivement 56% et 46% pour les 20 à 29 ans.

Bénéfices sociaux

La vaccination n'apporte pas que des bénéfices sur le plan de la santé, mais aussi au niveau social, a souligné Adrian Kammer, responsable de la campagne de communication à l'OFSP. La vie quotidienne redevient plus facile, que ce soit pour sortir ou voyager, a-t-il souligné. Les conséquences psychologiques de la pandémie peuvent également être réduites, par exemple en ne devant pas se mettre en quarantaine.

Ces aspects incitent souvent les jeunes à se faire vacciner, d'autant plus depuis l'extension lundi du certificat Covid. Selon l'OFSP, le coût de la campagne s'élève à 230'000 francs, dont 70% sont consacrés aux frais de diffusion sur les réseaux sociaux. La campagne sera également diffusée dans l'espace public par les canaux traditionnels à partir du 5 octobre.

>> Ecouter aussi les explications du 12h30:

Un jeune Tessinois attend sa vaccination à Mendrisio, le 29 juin 2021. [Pablo Gianinazzi - Keystone]Pablo Gianinazzi - Keystone
Une nouvelle campagne de l’OFSP vise à inciter les jeunes à se vacciner / Le 12h30 / 2 min. / le 14 septembre 2021

11h20

Un UDC ne peut pas soutenir le certificat Covid, c'est "incompatible"

Manfred Bühler se positionne clairement contre l'extension du certificat Covid. "Si en tant qu'UDC, on est pour un maximum de libertés dans tous les domaines de la vie, on ne peut pas être pour le pass sanitaire, c'est juste incompatible". "Je n'ai rien contre le vaccin", mais "on ne peut pas restreindre la liberté de choix", a indiqué dans La Matinale le premier président francophone de l'UDC bernoise, élu à ce poste le 6 juillet.

Interrogé sur la photo du conseiller fédéral Ueli Maurer portant un T-shirt des "Freiheitstrychler", un groupe de sonneurs de cloches fermement opposé aux mesures de lutte contre le coronavirus, Manfred Bühler estime qu'il n'y a pas de rupture de collégialité par le simple fait de porter un habit "bien innocent". "A ma connaissance Ueli Maurer n'a pas dit expressément qu'il désapprouvait telle ou telle décision du Conseil fédéral".

Ces clichés pris lors d'une réunion de l'UDC de la commune de Wald (ZH) ont circulé sur les réseaux sociaux.

>> L'interview de Manfred Bühler dans La Matinale

L'invité de La Matinale (vidéo) - Manfred Bühler, nouveau président de UDC Berne [RTS]
L'invité de La Matinale (vidéo) - Manfred Bühler, nouveau président de UDC Berne / L'invité-e de La Matinale / 10 min. / le 14 septembre 2021

>> Lire aussi: Un UDC ne peut pas soutenir le certificat Covid, c'est "incompatible"

10h30

Crainte pour les patients souffrant de maladies cardiaques

Toutes les opérations de chirurgies cardiaques ne peuvent être réalisées à temps en raison de la forte utilisation des soins intensifs provoquée par la pandémie de coronavirus. L'association de chirurgie cardiaque souhaite que les capacités des unités de soins intensifs soient augmentées.

La Société suisse de chirurgie cardiaque et vasculaire thoracique (SSCC) a exprimé ses inquiétudes mardi dans un communiqué, notamment au sujet de "l'utilisation élevée des unités de soins intensifs dans les hôpitaux suisses".

Les listes d'attente ne cessent de s'allonger et le risque que des patients ne soient pas traités augmente. La SSCC met en garde contre des complications potentiellement mortelles telles que les crises cardiaques, les arythmies et l'insuffisance cardiaque.

09h20

Des vaccins nasaux en complément des vaccins classiques sont à l'étude

Alors que la course aux vaccins contre le Covid-19 se poursuit, l'une des pistes explorées donne des résultats encourageants, celle du vaccin par voie nasale. Un spray pourrait être utilisé comme complément aux injections intramusculaires pour stimuler une réponse locale au niveau du nez et de la gorge.

Huit équipes travaillent sur la piste du vaccin nasal à travers le monde, notamment à l'Institut Pasteur en France, à l'Université d'Oxford en Angleterre, mais aussi aux Etats-Unis, où l'entreprise Altimune collabore d'ailleurs avec le groupe Lonza .

L'idée consiste à agir directement sur les muqueuses du nez pour bloquer le plus rapidement possible la propagation du coronavirus.

>> Les précisions de La Matinale:

Un spray nasal testé dans un laboratoire français. [Nicolas Tucat - afp]Nicolas Tucat - afp
La piste du vaccin anti-Covid avec un spray nasal semble encourageante / La Matinale / 1 min. / le 14 septembre 2021

>> Lire aussi: Des vaccins nasaux en complément des vaccins classiques pour lutter contre le Covid

08h40

Plus de 200'000 signatures pour le maintien de la gratuité des tests

Une pétition en ligne réclamant le maintien de la gratuité des tests Covid en Suisse a reçu un soutien sensible en quatre jours. Elle a franchi lundi la barre des 200'000 signatures.

La pétition a été lancée par un particulier sur la plateforme de pétition Campax. Elle exige que les tests restent gratuits pour les personnes asymptomatiques après le 1er octobre.

L'extension de l'obligation du certificat Covid à de nombreux lieux publics et la facturation simultanée des tests entraîneraient une inégalité de traitement pour environ 40% de la population suisse qui ne veut pas se faire vacciner, explique l'initiateur. De nombreuses personnes ne seraient pas en mesure de payer les tests et seraient donc exclues de certaines parties de la vie publique.

"Moduler la décision"

Pour le politologue et professeur à l'Université de Lausanne René Knüsel, interrogé dans La Matinale, il ne faut pas sous-estimer ce type de démarche. "C'est un nombre considérable par rapport à la population. Cette pétition ne va pas directement remettre en question la décision, mais elle pourrait la moduler. Dans ce cas, une partie des personnes concernées pourraient par exemple voir leur test pris en charge."

>> Ecouter l'avis de René Knüsel dans La Matinale:

René Knüsel, politologue et professeur à l'UNIL. [UNIL]UNIL
Pétition pour des tests Covid gratuits: l'interview de René Knusel, politologue et professeur à l'Université de Lausanne / La Matinale / 60 sec. / le 14 septembre 2021

Le Conseil fédéral avait décidé fin août qu'à partir du 1er octobre, les coûts des tests pour l'obtention du certificat Covid ne seraient plus pris en charge par la Confédération. Il n'est plus justifié de faire payer les coûts élevés de ces tests par les contribuables, chaque personne ayant la possibilité de se faire vacciner, avait expliqué le conseiller fédéral en charge de la Santé Alain Berset.

Selon des estimations approximatives de la Confédération, la suppression de la gratuité des tests permettra d'économiser environ 400 millions de francs d'ici l'année prochaine.

08h20

Appel aux entreprises genevoises pour faciliter la vaccination du personnel

A Genève, les partenaires sociaux et l'Etat appellent les entreprises du canton à faciliter l'accès à la vaccination de leur personnel. Syndicats, patronat et autorités sont unis dans une même démarche: ils ont demandé lundi à ce que les employées et employés puissent être libérés pendant leurs heures de travail pour se faire vacciner contre le Covid-19.

Le but: freiner la maladie et maintenir les activités économiques, explique Fabienne Fischer, conseillère d'Etat chargée de l'économie et de l'emploi à Genève. "A ma connaissance, il n'y a pas de foyer de contamination lié à un secteur spécifique. Mais les trajets, les pauses, les repas sont autant de moments où la contamination peut avoir lieu entre collègues. Il s'agit donc d'appeler à la solidarité entre les salariés d'une même entreprise."

>> Ecouter l'interview de Fabienne Fischer dans La Matinale:

Une personne se fait vacciner contre le Covid. [Christian Merz - Keystone]Christian Merz - Keystone
Appel aux entreprises genevoises pour faciliter la vaccination du personnel / La Matinale / 1 min. / le 14 septembre 2021

08h00

Faux chiffres dans les écoles: le canton de Berne se défend

Dimanche, le Blick annonçait que les cas de Covid auprès des élèves bernois étaient bien plus élevés que ce qu’annonçait la Direction de la santé. Selon le journal, l’OFSP a demandé que d’autres laboratoires analysent les échantillons de salive. Ces analyses auraient montré un taux de positivité plus élevé que la moyenne de la semaine présentée par le canton.

Mais pour Pierre Alain Schnegg, conseiller d’Etat bernois en charge de la Santé, il n’y a pas d’erreur de calcul. De plus, l'augmentation constatée par cette deuxième analyse "a aussi engendré une augmentation de plus d'un tiers des pools faux positifs. C'est aussi quelque chose à prendre en compte dans cette tempête dans un tout petit verre d'eau!"

Contrairement à ce qu'affirme le Blick, à savoir que des résultats positifs auraient été transformés en résultats négatifs, "aucun chiffre n'a été modifié par ma direction durant ces douze semaines", se défend encore Pierre Alain Schnegg.

>> Ecouter l'interview de Pierre Alain Schnegg dans La Matinale:

Le conseiller d'Etat bernois Pierre Alain Schnegg. [Gaël Klein - RTS]Gaël Klein - RTS
Les chiffres des tests dans les écoles étaient justes, se défend le canton de Berne / La Matinale / 1 min. / le 14 septembre 2021

07h45

Les lieux culturels doivent s'adapter et espérer

Depuis lundi matin, il faut également montrer patte blanche pour entrer dans les bibliothèques, cinémas ou autres lieux culturels. Certains habitués, mal informés, ont appris la nouvelle sur le tas, dans la journée.

Pour les établissements culturels, il s'agit désormais de mettre en place des stratégies d'adaptation. La médiathèque de Sion (VS), par exemple, a choisi de mettre en place un service de "click&collect" pour les usagers sans certificat. Une mesure insuffisante cependant pour limiter l'impact sur la fréquentation.

Du côté des cinémas, l'inquiétude quant à la fréquentation des salles subsiste. L'expérience française a montré une baisse du nombre des spectateurs. Mais les sorties prochaines de films très attendus, tels que Dune ou le nouveau James Bond, laissent espérer des jours meilleurs.

>> Le reportage du 19h30 en Valais et à Genève:

Musées, cinémas, salles de spectacle, les lieux culturels aussi ont expérimenté le certificat covid aujourd'hui. [RTS]
Musées, cinémas, salles de spectacle, les lieux culturels aussi ont expérimenté le certificat covid aujourd'hui. / 19h30 / 2 min. / le 13 septembre 2021

07h30

Soulagement et inquiétudes dans les cafés vaudois

Si la contrainte du certificat sanitaire est vue par certains comme une privation de libertés, pour d'autres, la levée de toutes les restrictions sanitaires, comme le port du masque, les distanciations physiques ou encore la disparition des plexiglas dans les cafés et restaurants, est vécue comme un véritable soulagement, un petit parfum de retour à la normale.

Mais la satisfaction de la clientèle vaccinée ainsi que des serveurs et serveuses ne suffit pas à apaiser le président de Gastrovaud, qui déplore et dénonce le climat très tendu. "On se fait traiter de collabo, on se fait traiter de nazis", explique-t-il, appelant à respecter les restaurateurs. Il craint notamment que des établissements publics ne deviennent la cible des antivax, comme ce fut le cas d’une auberge dimanche en Thurgovie.

>> Le reportage à Lausanne dans le 19h30:

Entrée en vigueur du certificat covid dans les lieux publics fermés [RTS]
Entrée en vigueur du certificat covid dans les lieux publics fermés / 19h30 / 2 min. / le 13 septembre 2021

07h20

La rupture de collégialité d'Ueli Maurer, opposé au pass sanitaire, fait grincer des dents

Le conseiller fédéral Ueli Maurer est apparu dimanche à une réunion de l'UDC avec un sweat blanc portant les symboles des Freiheitstrychler, un groupe de sonneurs de cloches de Suisse centrale fermement opposé aux mesures sanitaires de lutte contre le coronavirus. Il se fait ainsi porte-étendard de son parti, qui se profile officiellement comme l'opposition principale à la politique sanitaire.

>> Les explications du 19h30:

Au Palais fédéral, pas de certificat covid requis, ça fait polémique [RTS]
Au Palais fédéral, pas de certificat covid requis, ça fait polémique / 19h30 / 2 min. / le 13 septembre 2021

À la veille de l'extension du certificat Covid, ce vêtement a suffi à provoquer la colère d'une partie de la classe politique, qui lui reproche de rompre la collégialité. Or, si la rupture de la collégialité n'est pas forcément dramatique en soi, le faire en pleine crise et dans le climat tendu actuel met en péril l'adhésion à des mesures essentielles pour sortir de la crise, estime par exemple le président des Verts suisses Balthasar Glättli.

Lundi soir dans Forum, le conseiller national UDC valaisan Jean-Luc Addor défend toutefois son ministre. C'est important pour la cohésion nationale de se prononcer contre le pass sanitaire. "Il y a une limite à la collégialité lorsqu'il s’agit de provoquer une terrible fracture sociale" et alors que le Conseil fédéral "traite une partie de la population comme des lépreux".

>> Le débat complet entre Balthasar Glättli et Jean-Luc Addor lundi soir dans Forum:

Ueli Maurer portant un t-shirt des "Freiheitstrychler", un groupe de sonneurs de cloches qui s'opposent aux mesures sanitaires, photographié lors d'une manifestation de l'UDC le 12 septembre 2021 dans l'Oberland zurichois. [Freiheitstrychler - Telegram]Freiheitstrychler - Telegram
Ueli Maurer affiche son désaccord envers le pass sanitaire: débat entre Balthasar Glättli et Jean-Luc Addor / Forum / 9 min. / le 13 septembre 2021

07h10

Faut-il imposer le pass sanitaire dans les remontées mécaniques cet hiver?

Le président de la Conférence des directeurs cantonaux de la santé Lukas Engelberger a fait savoir dans la presse dominicale qu'il souhaitait que le certificat sanitaire soit requis cet hiver pour les remontées mécaniques dans les stations de ski. Dans les milieux concernés, la proposition fait évidemment grincer des dents.

"Les remontées mécaniques sont considérées comme prestataires de transports publics", proteste Sergeï Aschwanden, député PLR vaudois et directeur de l'Association des Portes des Alpes lundi dans Forum. À ce titre, il n'est pas légitime de les traiter différemment des autres transports publics, dans lesquels aucun pass sanitaire n'est demandé.

En outre, "on a eu une excellente expérience l'année dernière durant toute la saison d'hiver, on a pu constater qu'à aucun moment il y a eu développement d'un cluster", rappelle-t-il. Un argument que conteste la médecin et conseillère nationale Brigitte Crottaz (PS/VD). "Les conditions ont changé par rapport à l'année passée. Le variant Delta est arrivé, et même si une partie de la population est vaccinée, le risque pour ceux qui ne le sont pas est désormais plus grand", estime-t-elle.

Une fréquentation en cascade chez d'autres prestataires

De son côté, Sergei Aschwanden note aussi que la fréquentation des remontées mécaniques a un impact sur de nombreux autres prestataires de services, notamment dans la restauration, les magasins de sport ou le tourisme. Précisément, rétorque Brigitte Crottaz, "les gens devront donc de toute façon présenter un certificat pour accéder au restaurant, ils ne le présenteraient donc pas uniquement pour les remontées mécaniques".

Pour la conseillère nationale, l'exigence du pass doit toutefois rester raisonnée. Par exemple, "il n'y a aucune raison de l'exiger pour les activités de loisir en extérieur", dit-elle.

>> Le débat complet entre Sergei Aschwanden et Brigitte Crottaz dans Forum:

Le risque zéro n'existe pas avec les remontées mécaniques. [Arno Balzarini - Keystone]Arno Balzarini - Keystone
Faudra-t-il étendre le pass sanitaire obligatoire aux remontées mécaniques cet hiver? Débat entre Sergeï Aschwanden et Brigitte Crottaz / Forum / 8 min. / le 13 septembre 2021

07h00

Manifestation à Delémont (JU) contre le certificat sanitaire

Après des manifestations à Berne la semaine passée, à Lucerne samedi, la grogne contre l'extension du certificat Covid s'est poursuivie lundi à Delémont. La capitale jurassienne a été le théâtre d'un rassemblement d'environ un millier d'opposants et d'opposantes à cette mesure, qui ont notamment appelé le ministre de la Santé, Jacques Gerber, à démissionner.

Le rassemblement, non-autorisé, a été relayé dans toute la Suisse par la communauté anti-pass via les réseaux sociaux, et notamment par le groupe "Les Amis de la Constitution". Des messages exaltés de soutiens à ces groupes appelaient "toutes les forces" à converger vers Delémont pour "secouer les endormis et bouleverser les médias". Dans la foule, outres les appels à protéger les "libertés individuelles", des messages anti-vaccins, tels que "Touche pas à mon ADN", pouvaient être aperçus sur des pancartes.

Largement encadrée par la police, la manifestation s'est déroulée dans une ambiance relativement bon enfant. D'autres rassemblements du même types sont d'ores et déjà annoncés dans d'autres villes du pays ces prochains jours.

>> Les explications sur place de Gaël Klein dans Forum:

Une manifestation anti-pass sanitaire se déroule à Delémont [RTS]
Une manifestation anti-pass sanitaire se déroule à Delémont / Forum / 2 min. / le 13 septembre 2021

>> Ecouter aussi le compte-rendu dans La Matinale:

Des leaders anti-mesures sanitaires ont pris la parole lundi à Delémont, devant un millier de personnes. [Georgios Kefalas - Keytone]Georgios Kefalas - Keytone
Un millier d'opposants au certificat Covid manifestent à Delémont / La Matinale / 1 min. / le 14 septembre 2021

06h45

La vaccination des jeunes est éthique, à condition de bien les informer

D'un point de vue éthique, rien ne s'oppose à la vaccination des jeunes de 12 à 15 ans. L'important est de garantir des conditions qui leur permet de prendre une décision eux-mêmes, a conclu la Commission nationale d'éthique pour la médecine humaine. Dans sa prise de position lundi, elle juge donc "justifiée" la recommandation en faveur de la vaccination dès 12 ans. Comme pour les adultes, les bénéfices directs et indirects l'emportent sur les faibles risques associés aux vaccins, écrit-elle.

Les jeunes capables de discernement doivent pouvoir décider seuls de se faire vacciner ou pas. La commission nationale précise ainsi que les adolescentes et les adolescents doivent recevoir une information adéquate, claire et suffisante en fonction de leur âge, dans un cadre favorisant l'autodétermination. Idéalement, cela devrait être fait par des personnes formées pour évaluer leur capacité de discernement et le type d'informations nécessaire.

Pour les jeunes qui ne sont pas en mesure de prendre cette décision, c’est aux parents ou aux représentants légaux que celle-ci reviendra. A cet égard, la Commission rappelle que ces derniers doivent se déterminer sur la base de l'intérêt supérieur de l'adolescent, et non en fonction de leurs propres préférences.

La Commission souligne encore dans sa prise de position qu'il faut s'abstenir de vouloir motiver les jeunes à se faire vacciner en utilisant, en guise d'argument, la promesse d'une plus grande liberté ou la menace de nouvelles restrictions.

06h30

Pas de certificat Covid exigé au Parlement lors de la session

Les parlementaires fédéraux ne devront pas montrer leur passe sanitaire pour accéder au Palais fédéral pour l'instant. Il n'existe pas de base légale pour exiger le certificat Covid, estime la délégation administrative de l'Assemblée fédérale. En conséquence, les mesures de protection et gestes barrières continuent de s'appliquer.

Cette obligation pourrait cependant être introduite dans les jours qui viennent. C'est une question d'exemplarité, estiment ses partisans. La commission compétente est chargée de préparer une proposition en ce sens, a déclaré lundi le président du Conseil national Andreas Aebi (UDC/BE). Le bureau du Conseil des Etats se rallie à cette recommandation.

La demande, initiée par le président des Vert'libéraux Jürg Grossen, émanait des présidents de cinq partis sauf l'UDC, qui jugeaient incompréhensible de renoncer à rendre le certificat obligatoire pour entrer dans le Palais.

>> Les explications d'Etienne Kocher dans Forum:

Des collaboratrices désinfectent l'intérieur du Palais fédéral. [Peter Klaunzer - Keystone]Peter Klaunzer - Keystone
Le certificat Covid doit-il être exigé dans le Palais fédéral? / Forum / 2 min. / le 13 septembre 2021

Le 2 septembre, la délégation administrative a déjà estimé qu'il n'y a pas de base légale pour exiger le certificat Covid au Parlement. Les sessions et les séances parlementaires ne sont pas des manifestations, a-t-elle argumenté, et la participation à une session ne saurait se comparer à la participation à un concert ou à une sortie au restaurant. En revanche, le certificat Covid est bel et bien obligatoire dans tous les restaurants du Palais fédéral.

Par ailleurs, pour la première fois depuis l'hiver 2019, les débats de la session d'automne sont à nouveau accessibles à tous les visiteurs.

>> Les explications du 19h30:

Au Palais fédéral, pas de certificat covid requis, ça fait polémique [RTS]
Au Palais fédéral, pas de certificat covid requis, ça fait polémique / 19h30 / 2 min. / le 13 septembre 2021

06h15

Retour sur les chiffres de lundi

L'Office fédéral de la santé publique a fait état lundi de 6060 cas supplémentaires de coronavirus en 72 heures. On déplore dix décès supplémentaires et 77 malades ont été hospitalisés.

Durant les dernières 72 heures, les résultats de 97'098 tests ont été transmis. Le taux de positivité s'élève à 6,24%.

Sur les quatorze derniers jours, le nombre total d'infections est de 36'350, soit 420,48 nouvelles infections pour 100'000 habitants. Le taux de reproduction, qui a un délai d'une dizaine de jours, est lui de 1,07. Les patients Covid-19 occupent 33,60% des places disponibles en soins intensifs, dont le taux d'occupation est de 78,90%.

Au total, 9'953'946 doses de vaccin ont été administrées et 52,81% des personnes ont déjà reçu deux doses. La Suisse a reçu jusqu'à présent 11'558'700 doses de vaccins.

Depuis le début de la pandémie, 814'113 cas de contamination au Covid-19 ont été confirmés en laboratoire sur un total de 10'200'523 tests effectués en Suisse et au Liechtenstein. Le total des décès s'élève à 10'587 et le nombre de personnes hospitalisées atteint 31'931.

>> Retour sur la journée de lundi: Près de 1000 personnes réunies contre le certificat sanitaire à Delémont

06h00

Le dossier complet

Retrouvez dans notre dossier toutes les informations, toutes les analyses et toutes les émissions consacrées au Covid-19.

Le dossier consacré à l'épidémie de coronavirus