Le suivi du 29 octobre. [Keystone]
Publié Modifié

L'EPFL et les universités de Lausanne et Neuchâtel rendent le certificat Covid obligatoire

- L'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL), l’Université de Lausanne et l'Université de Neuchâtel ont annoncé qu'elles rendaient obligatoire le certificat sanitaire dès la rentrée, le lundi 21 septembre. Dans l'enseignement supérieur, la Confédération laisse aux Hautes écoles et aux cantons la liberté de l'exiger ou non.

- Dès lundi prochain, il faudra présenter un certificat Covid à l’entrée des restaurants, des bars, des lieux culturels et de loisirs (cinémas, musées, théâtres, piscines…). Cette mesure concerne les personnes de plus de 16 ans. Les employeurs pourront également utiliser un certificat Covid dans le cadre de leurs mesures de protection.

- "Ce certificat est une solution pour retrouver nos libertés", a déclaré Alain Berset, interviewé dans le 19h30 de la RTS mercredi soir. "On essaie simplement d’éviter une surcharge de nos systèmes hospitaliers", a ajouté le conseiller fédéral, pour qui cette option est meilleure qu'une nouvelle fermeture de certains lieux. Dans La Matinale jeudi, il a également appelé la population à un "sursaut" concernant la vaccination.

- La situation sanitaire se tend dans les écoles suisses, avec plusieurs milliers d'enfants infectés et des quarantaines qui se multiplient. La dernière semaine d'août, plus de 2100 enfants de moins de 10 ans ont été testés positifs, selon l'OFSP. Les critiques se font de plus en plus vives sur les disparités entre les cantons. Jeudi dans La Matinale, le président du Syndicat des enseignants romands Samuel Rohrbach appelle à la généralisation des tests de masse.

- L'Office fédéral de la santé publique a fait état jeudi de 3114 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures. On déplore huit décès supplémentaires et 58 malades ont été hospitalisés.

Suivi assuré par RTSinfo

21h35

Deuxième manifestation consécutive des anti-certificat Covid à Berne

Près de 1000 personnes ont à nouveau défilé jeudi soir vers 20h dans le centre-ville de Berne pour protester contre les mesures anti-Covid prises par le Conseil fédéral. La manifestation, non annoncée, s'est déroulée dans le calme. La police était visible mais ne l'a pas empêchée.

Les opposants à la vaccination et aux mesures critiquent en particulier le certificat Covid, dont l'utilisation sera étendue dès lundi, notamment aux restaurants, théâtres et salles de sport. Ils ont crié "paix, liberté, le peuple est souverain" au milieu de drapeaux et de bannières suisses et cantonaux.

Mercredi soir, quelques milliers de personnes s'étaient déjà rassemblées dans la capitale pour une manifestation spontanée contre l'extension du certificat Covid. Elles dénonçaient l'introduction "par la petite porte" d'une obligation de se faire vacciner (lire notre brève de 07h30).

21h10

Le laboratoire de Boudry (NE) maintenant aussi sous enquête vaudoise

Les autorités vaudoises investiguent à leur tour le laboratoire basé à Boudry (NE), visé par une enquête pénale pour irrégularités dans la certification de tests Covid, a appris la RTS.

Son directeur avait notamment admis avoir certifié des personnes positives sans les avoir testées. Le laboratoire aurait également été arrangeant sur la datation des tests des clients devant voyager.

Plus de détails dans notre article: Le laboratoire neuchâtelois sous enquête est aussi dans le viseur du canton de Vaud

Dans le canton de Vaud, les reproches adressés au laboratoire sont encore flous. Les autorités vaudoises ne souhaitent pas communiquer sur une enquête en cours.

Plusieurs sources ont néanmoins indiqué à la RTS que le laboratoire de Boudry, encore actif pour le canton Neuchâtel, n'a plus le droit d'exercer en dehors du canton depuis le 5 septembre dernier, selon les ordres de Swissmedic. L'information n'a toutefois pas été confirmée par l'institut fédéral, qui reste mutique sur le dossier. Mais il devrait rendre tout prochainement son rapport d'enquête.

>> Ecouter le sujet de Forum:

Un laboratoire privé situé à Boudry (NE) sous le coup de plusieurs enquêtes [RTS]
Un laboratoire privé situé à Boudry (NE) sous le coup de plusieurs enquêtes / Forum / 2 min. / le 9 septembre 2021

20h45

Des gens "mis au ban de la société", estime l'UDC

Les opposants au certificat Covid ont donné de la voix mercredi soir à Berne. Plusieurs milliers de personnes se sont rassemblées devant le Palais fédéral. L'ampleur de la mobilisation a surpris, quelques heures seulement après l'annonce de l'extension de l'usage du certificat Covid.

>> Les images de la manifestation dans le 19h30 de la RTS:

Manifestation à Berne contre l'extension du certificat Covid. [RTS]
Manifestation à Berne contre l'extension du certificat Covid. / 19h30 / 1 min. / le 9 septembre 2021

Invité sur le plateau du 19h30, le conseiller national Michaël Buffat (UDC/VD) a dit comprendre le sentiment de discrimination d'une partie de la population. "Parce qu'elle fait le choix de ne pas se vacciner, ces gens vont se retrouver mis au ban de la société", a-t-il déploré.

Pour lui, tous les moyens ne sont pas bons pour pousser les gens à la vaccination. "Qu'on mette en place des mesures discriminatoires, qu'on prenne en otage les restaurants n'est pas du tout correct", estime Michaël Buffat.

>> Ecouter l'interview de Michaël Buffat:

Michael Buffat, conseiller national UDC vaudois, s'oppose au certificat covid. [RTS]
Michael Buffat, conseiller national UDC vaudois, s'oppose au certificat covid. / 19h30 / 2 min. / le 9 septembre 2021

18h55

Bientôt 80% de la population vaudoise de plus de 16 ans est vaccinée

Lors de la phase de consultation, le canton de Vaud avait signifié au Conseil fédéral qu'à son avis une extension du certificat Covid aux bars, restaurants et lieux de loisirs ne devait être adoptée qu'en ultime recours, si la situation sanitaire se dégradait.

Invitée dans Forum, la conseillère d'Etat Rebecca Ruiz (PS/VD) a néanmoins défendu la décision prise mercredi. "Le Conseil fédéral, qui a une vision de l'ensemble du territoire, a fait une appréciation. On voit qu'il y a une surcharge hospitalière très importante du côté alémanique, ce qui n'était pas le cas dans les vagues précédentes. Il a pris la décision qui s'imposait à lui maintenant", a-t-elle réagi.

Interrogée sur l'effet des annonces du Conseil fédéral sur les vaccinations, la ministre vaudoise a fait état d'une "augmentation importante des inscriptions", tout en soulignant que le pourcentage de la population vaudoise vaccinée était déjà élevé: "D'ici quelques semaines, 80% de notre population entre 16 et 99 ans sera vaccinée ou aura un rendez-vous", a-t-elle précisé.

>> Ecouter l'interview de Rebecca Ruiz:

L'EPFL et l'UNIL rendent le certificat Covid obligatoire: interview de Rebecca Ruiz [RTS]
L'EPFL et l'UNIL rendent le certificat Covid obligatoire: interview de Rebecca Ruiz / Forum / 4 min. / le 9 septembre 2021

18h25

Le président de l'EPFL défend l'obligation du certificat Covid

Invité dans l'émission Forum de la RTS, le président de l'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne Martin Vetterli a défendu l'obligation, pour les étudiants, de présenter un certificat Covid à la rentrée.

"On voulait que le Conseil fédéral nous laisse prendre la bonne décision pour la santé de nos étudiants. On est donc très contents qu'il nous donne cette liberté", a-t-il confié en préambule. La décision d'imposer le certificat Covid a été prise sur la base du constat que "la grande majorité" des étudiants et des enseignants avaient exprimé leur désir de pouvoir revenir suivre les cours sur le campus, a-t-il ensuite expliqué.

>> Ecouter l'interview de Martin Vetterli dans Forum:

L'EPFL et l'UNIL rendent le certificat Covid obligatoire: interview de Martin Vetterli [RTS]
L'EPFL et l'UNIL rendent le certificat Covid obligatoire: interview de Martin Vetterli / Forum / 4 min. / le 9 septembre 2021

"On ne va pas trop loin. L'accès au savoir, à l'éducation continue à être garanti pour tout le monde. Simplement, pour être dans un auditoire avec 250 autres élèves, nous pensons que le pass Covid est nécessaire", a-t-il argumenté, rappelant au passage que tous les cours seraient à la fois diffusés en direct, puis mis à disposition en différé.

Contrôles aléatoires

Pour vérifier que seuls des étudiants vaccinés ou guéris assisteront aux cours, l'EPFL procédera à des contrôles aléatoires, un peu comme dans les trains, "où je ne me fais pas contrôler tous les jours", illustre Martin Vetterli.

Il sera possible de se faire vacciner directement sur le campus, a également révélé le président de l'EPFL. Il n'a en revanche pas fait mention d'une éventuelle infrastructure qui permettrait aux non vaccinés de se faire tester, mais signale que le canton de Vaud est en train de réfléchir au maintien de la gratuité des tests pour les étudiants.

>> Les précisions du 19h30:

Le pass Covid s'étend dans les hautes écoles. [RTS]
Le pass Covid s'étend dans les hautes écoles. / 19h30 / 2 min. / le 9 septembre 2021

17h50

Le Covid a renforcé la soif de liberté

Les mesures de lutte contre le Covid-19 ont mené à un appel de plus en plus grand à davantage de liberté. Presque la moitié (49%) de la population place la liberté avant la sécurité, ce qui représente une augmentation de 4 points de pourcentage par rapport à l'année précédente.

Il reste tout de même 47% de la population qui estime que la sécurité doit primer sur la liberté. Il y a donc une scission au sein de la population sur cette question, constate la quatrième édition du "Moniteur sur la sécurité" de l'Association suisse d'assurances (ASA), publiée jeudi.

Les personnes qui font passer la liberté avant la sécurité sont nombreuses chez les personnes de la droite bourgeoise, ainsi qu'au sein des babyboomers. Les jeunes adultes sont eux plus réticents à prendre des risques.

17h30

Une aide demandée pour le trafic local et touristique

L'Union suisse des transports publics (UTP) demande que l'aide financière liée au Covid-19 soit étendue au trafic local et touristique cette année aussi. Le risque de pertes importantes demeure et touche tous les secteurs.

Les entreprises de transports publics ont fait ce constat à l'occasion de l'assemblée générale de l'UTP à Schaffhouse. Si celle-ci salue le deuxième paquet de mesures prévu la veille par le Conseil fédéral, elle souhaite, contrairement à l'avis du gouvernement, que les aides couvrent aussi le transport local et touristique.

Avec ce deuxième paquet, le Conseil fédéral est prêt à couvrir les déficits des transports publics, locaux et touristiques exceptés. C'est là la tâche des cantons et des communes, selon le Conseil fédéral, qui reprend sa position émise lors du premier paquet de mesures. Une exception à laquelle s'était opposée le Parlement.

Les positions ne devraient pas changer pour 2021. En juin, le National a donné suite à deux motions confirmant que l'aide fédérale ne devait pas se limiter au trafic grandes lignes. Le Conseil des Etats doit encore se prononcer.

Ces compagnies ont dû maintenir leurs horaires malgré la baisse du nombre de passagers. Elles n'ont ainsi pas pu réduire leurs coûts en conséquence, écrit l'UTP dans un communiqué. Tout en se montrant optimiste sur un retour des usagers, l'UTP ne veut pas préjuger du moment auquel le niveau de fréquentation de 2019 sera à nouveau atteint.

16h20

L'Université de Neuchâtel rend à son tour le certificat Covid obligatoire

L'Université de Neuchâtel a annoncé qu'elle allait rendre obligatoire dès la rentrée le 21 septembre et pour tous les étudiants le certificat Covid pour suivre les cours sur place.

Pour l'heure, l'obligation ne s'applique pas aux enseignants, mais "des clarifications sont en cours", indique le rectorat de l'Université dans un message envoyé aux étudiantes et collaborateurs.

L'introduction du certificat Covid permettra de ne pas limiter la capacité des salles et des auditoires. Pour les étudiants qui ne pourront plus venir sur place, les cours seront enregistrés.

Plus tôt dans la journée, l'Université de Lausanne et l'EPFL ont annoncé des mesures similaires.

15h55

Moins d'apprentis hôteliers-restaurateurs

Alors que le nombre total de contrats d'apprentissage signés à fin août 2021 (75'200 contrats) a augmenté par rapport à fin août 2020 (+2400), un recul a été constaté dans certains cantons dans le secteur de l'hôtellerie-restauration, particulièrement touché par les mesures de lutte contre le Covid-19.

A l'inverse, il y a davantage d'apprentis dans les domaines Santé et social ainsi que Logistique, a indiqué jeudi le Secrétariat d'Etat à la formation, à la recherche et à l'innovation.

14h45

Le co-inventeur du vaccin à ARN-m travaille désormais sur l'ensemble des coronavirus

Les années de recherche de Drew Weissman ont contribué à la création des vaccins anti-Covid à ARN messager, injectés dans les bras de millions de personnes. Mais l'immunologue de l'Université de Pennsylvanie, récompensé jeudi du Breakthrough Prize 2022 avec sa collègue de longue date Katalin Kariko, ne compte pas s'arrêter là. Il travaille depuis le printemps dernier sur un nouveau projet: créer un vaccin contre tous les coronavirus. Deux études aux résultats prometteurs ont déjà été publiées.

"Il y a eu trois pandémies ou épidémies [de coronavirus] au cours des 20 dernières années", a-t-il justifié. "Il faut partir du principe qu'il y en aura d'autres. On s'est dit qu'on pouvait soit attendre la prochaine épidémie ou pandémie de coronavirus, et passer un an et demi à créer un vaccin. Soit en créer un maintenant et l'avoir à disposition ou même s'en servir maintenant", détaille le chercheur.

De nombreuses personnes ont désormais été familiarisées au principe des vaccins à ARN messager: ils se concentrent sur une petite partie du virus et visent à injecter dans l'organisme des brins d'instructions génétiques, appelés ARN messager, ordonnant au corps de fabriquer cette partie précise, inoffensive en elle-même, mais qui permettra au système immunitaire de produire des anticorps. Dans le cas du SARS-CoV-2, il s'agit de la fameuse protéine "Spike".

L'objectif de Drew Weissman, Katalin Kariko et consorts est donc désormais d'entraîner nos systèmes immunitaires à réagir à des parties des coronavirus qui ne mutent pas aussi vite que la protéine Spike.

14h00

3114 nouveaux cas en 24 heures

L'Office fédéral de la santé publique a fait état jeudi de 3114 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures. On déplore huit décès supplémentaires et 58 malades ont été hospitalisés.

Durant les dernières 24 heures, les résultats de 36'280 tests ont été transmis, indique l'OFSP. Le taux de positivité s'élève à 8,58%.

Sur les quatorze derniers jours, le nombre total d'infections est de 35'762, soit 413,68 nouvelles infections pour 100'000 habitants. Le taux de reproduction, qui a un délai d'une dizaine de jours, est lui de 1,10. Les patients Covid-19 occupent 33,90% des places disponibles en soins intensifs, dont le taux d'occupation est de 80,50%.

Au total 9'844'834 doses de vaccin ont été administrées et 52,47% des personnes ont déjà reçu deux doses. La Suisse a reçu jusqu'à présent 11'307'900 doses de vaccins.

Depuis le début de la pandémie, 805'157 cas de contamination au Covid-19 ont été confirmés en laboratoire sur un total de 10'065'786 tests effectués en Suisse et au Liechtenstein. Le total des décès s'élève à 10'566 et le nombre de personnes hospitalisées atteint 31'754.

Le pays dénombre par ailleurs 21'115 personnes en isolement et 23'027 individus faisant partie de leurs contacts ont été mis en quarantaine. Il n'y a personne revenant de voyage d'un pays à risque et qui a dû aussi passer par la case de la quarantaine.

13h15

Le nombre de patients Covid en soins intensifs a augmenté de 15% en une semaine

Le nombre de patients atteints du Covid-19 admis aux soins intensifs la semaine dernière a augmenté de 15% par rapport à la précédente, atteignant 280 personnes en moyenne hebdomadaire. Durant ces 15 jours, les hôpitaux suisses ont présenté le taux d'occupation le plus élevé aux soins intensifs depuis le début de la pandémie.

Pendant ces deux semaines, ce taux était de 79%, selon le rapport hebdomadaire publié par l'Office fédéral de la santé publique. Et 41% des patients aux soins intensifs souffraient du Covid-19. A la mi-juillet, ce taux était encore de 3,8%. La semaine dernière, la plupart (225 sur 280) ont dû être ventilés.

Parallèlement, l'OFSP constate une diminution des hospitalisations sans complications. Ainsi 324 malades de ce type étaient hospitalisés la semaine dernière, contre 393 une semaine plus tôt. Cette baisse avait déjà commencé la semaine précédente, celle du 23 au 29 août.

En revanche, le nombre de décès liés au coronavirus est en constante augmentation depuis la semaine du 9 août. L'OFSP a ainsi dénombré 44 décès la semaine dernière, soit dix de plus qu'une semaine plus tôt.

Durant les sept jours sous revue, le nombre de cas de Covid signalés (18'800) a peu évolué par rapport aux semaines précédentes, en hausse de 4,9% en une semaine. Pour 100'000 habitants, le Jura est le seul canton romand au-dessus de la moyenne suisse, à 249 contre 217.

Il est aussi le seul à connaître une véritable hausse. Les chiffres sont quasi stables dans les cantons de Neuchâtel, Vaud, Valais et Berne, tandis qu'ils ont connu une baisse sensible dans ceux de Genève et Fribourg.

Efficacité du vaccin

Les personnes âgées de 10 à 19 ans sont les plus touchées par les nouvelles infections, avec 4280 cas signalés au cours de la semaine dernière, soit 505 cas pour 100'000, près du double de la moyenne suisse.

A l'autre extrémité du spectre se trouve la tranche d'âge des 70 ans et plus, la plus épargnée, à moins de 60 cas pour 100'000. L'âge médian des malades était de 29 ans. Cela signifie que la moitié avait plus de 29 ans, l'autre moitié moins de 29 ans.

A peine 10% des nouveaux cas touchent des personnes qui avaient été doublement vaccinées, ce qui correspond au taux d'efficacité annoncé des vaccins. L'OFSP considère ce nombre de 424 personnes vaccinées et quand même infectées comme "très faible" par rapport au nombre d'infections, d'hospitalisations et de décès.

13h00

Après l'EPFL, l'Unil annonce l'obligation du certificat Covid

Après l'EPFL, c'est au tour de l'Université de Lausanne de communiquer sur l'introduction d'un certificat sanitaire obligatoire dès la rentrée du 21 septembre pour assister aux cours de bachelor et master.

La même obligation s'appliquera dès le lundi 13 septembre pour les différentes manifestations et prestations de l'université, écrit la direction dans un mail d'information. Cela concerne notamment la semaine d'accueil, les bibliothèques ou encore les cafétérias, explique l'université, qui précise que "certains points doivent encore être clarifiés".

12h30

Inquiétude autour de l'accès des jeunes aux espaces socio-culturels

Avec les semi-confinements, fermeture des écoles et des universités ou encore l'arrêt des activités socio-culturelles et des loisirs, les jeunes ont payé un lourd tribut au Covid-19. Et, alors que le relâchement des mesures durant l'été a permis une certaine respiration, la nouvelle contrainte du certificat sanitaire dès lundi pourrait à nouveau les toucher.

Concerts, séances de cinéma et d'autres loisirs nécessiteront de montrer patte blanche. La normalité sera à nouveau mise à mal. Un "retour à janvier 2021" qui inquiète Jean-Paul Stadelmann, secrétaire général du Groupe de liaison des activités de jeunesse du canton de Vaud. "Des jeunes dès 16 ans sans certificats ne pourraient tout simplement pas accéder à des centres d'animation", déplore-t-il.

>> Les précisions dans le journal de 12h30:

Les enfants et les jeunes ont payé un lourd tribut au Covid 19 [halfpoint]halfpoint
La jeunesse, mise à mal par le Covid-19 et les mesures sanitaires: interview de Jean-Paul Stadelmann / Le 12h30 / 2 min. / le 9 septembre 2021

Sur le plan social et familial, certains jeunes pourraient donc avoir à faire face à leurs problèmes tout seul, sans pouvoir bénéficier d'une aide encadrée. Car, selon Jean-Paul Stadelmann, la rupture "abrupte" de l'accès aux différents centres d'animations pourrait empêcher d'avoir accès à une information ou une incitation à se faire vacciner.

11h00

Le masque restera de rigueur à l'intérieur dans les écoles vaudoises

Le port du masque restera obligatoire jusqu'au 1er octobre dans les écoles vaudoises, soit une prolongation de trois semaines décidée par le canton, a-t-il indiqué jeudi. Cette mesure concerne les élèves dès la 9e année, tous les collaborateurs et collaboratrices travaillant sur les lieux de formation et tout adulte pénétrant dans les établissements.

En revanche, au vu des retours du terrain et des chiffres des cas positifs dans les écoles, le port du masque à l'extérieur n'est plus requis pour l'enseignement obligatoire, annoncent les services de la ministre de l'éducation Cesla Amarelle. Cela concerne par exemple les pauses ou le sport pratiqué à l'extérieur.

Enfin, la stratégie de vigilance mise en place continue et permet de ne pas fermer les classes, en isolant les personnes positives. Le canton réitère par ailleurs ses recommandations de vaccination auprès des jeunes de 12 ans et plus.

10h30

"Mu", le nouveau variant dont l'évolution est à suivre

Un nouveau variant du coronavirus, baptisé "Mu", vient d’être classé par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) comme "variant à suivre". Identifié pour la première fois en Colombie en janvier, il est très peu présent en Suisse.

"Mu présente des mutations dans le génome qui pourrait faire craindre qu’il devienne davantage résistant au vaccin", explique dans le Point J Pauline Vetter, médecin infectiologue au centre des maladies virales émergentes des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG). C’est la raison pour laquelle l’OMS suit de près sa progression.

"Les variants du Covid-19 sont classés en fonction de l’inquiétude que l’on peut avoir vis-à-vis d’eux et des conséquences qu’ils entraînent", ajoute la spécialiste. Ainsi, on recense actuellement quatre variants dits "préoccupants": Alpha, Beta, Gamma, et Delta. Ensuite, il y a les variants "d’intérêt", dont maintenant ce variant Mu.

Peu de cas en Suisse

Mu est aujourd’hui présent dans plusieurs pays en Amérique du Sud et en Amérique centrale, où il augmente. En Colombie, il est aujourd’hui prédominant. Selon les autorités sanitaires, ce variant est même responsable de la 3e vague de la pandémie au printemps dernier.

En Suisse, Mu n'a jusqu'ici été identifié qu'à 34 reprises, selon l’Office fédéral de la santé publique (OFSP). "On l’a détecté de temps en temps à des taux extrêmement faibles. Ici, c’est le variant Delta qui est largement majoritaire et qui préoccupe", souligne encore Pauline Vetter.

Qu’est-ce qu’un variant ? Pourquoi y a-t-il des variants ?

>> Écouter l'épisode en entier:

Logo Le point J [RTS]RTS
C’est quoi encore ce nouveau variant Mu? / Le Point J / 8 min. / le 8 septembre 2021

09h50

L'EPFL imposera le certificat sanitaire dès la rentrée

Les annonces du Conseil fédéral de mercredi autorisent désormais les hautes écoles à rendre le certificat Covid obligatoire pour l'accès aux cours et aux activités de recherche.

Or, selon le site d'information scientifique Heidi.news, l'EPFL a décidé de franchir le pas. Dès la rentrée le 21 septembre, les étudiants et étudiantes de l'école polytechnique devront bénéficier du certificat pour tous les cours, à l'exception de ceux de moins de 30 personnes, explique la porte-parole de l'EPFZ Corinne Feuz, citée par Heidi.news. Le port du masque restera quant à lui fortement recommandé lors des cours, et obligatoire lors des déplacements.

>> Plus de détails dans le journal de 12h30:

Le certificat Covid devient obligatoire à l'EPFL dès le 21 septembre 2021. [Laurent Gilliéron - Keystone]Laurent Gilliéron - Keystone
Le certificat Covid devient obligatoire à l'EPFL / Le 12h30 / 1 min. / le 9 septembre 2021

09h00

Libertés individuelles ou santé collective: dilemme moral posé à la société

En restreignant l'accès à certains espaces publics à une partie de la population, le pass sanitaire obligatoire pose des questions d'ordre éthique, imposant un arbitrage entre certaines libertés et le respect de la santé collective.

Pour Christine Clavien, maître d'enseignement à l'Université de Genève et membre de la Commission nationale d'éthique, cette situation met la société face à un dilemme moral. "On est dans une situation où l'on doit choisir entre plusieurs options dont aucune n'est parfaite. Quelle que soit la décision qu'on prend, on va bafouer une valeur morale importante", explique-t-elle.

Toutefois, pour cette spécialiste, toutes les réponses sont mauvaises, mais il y en a des moins mauvaises que d'autres. 

>> Les précisions avec Christine Clavien dans La Matinale:

Bruno et sa pancarte anti-pass sanitaire
L'extension du certificat Covid pose des questions d'ordre éthique / La Matinale / 1 min. / le 9 septembre 2021

08h50

Les grands événements soulagés par la "normalisation" du certificat Covid

Dans les milieux culturels, les manifestations de plus de 1000 personnes étaient déjà soumises à l'obligation du pass sanitaire. Pour Vincent Sager, directeur la société d'événements Opus One, les nouvelles annonces du Conseil fédéral permettront à tous les milieux d'être logés à la même enseigne.

"Notre sentiment, c'est que l'extension du certificat va contribuer à normaliser son utilisation. Pour nous qui étions un peu seuls à devoir exiger des certificats, cela va simplifier les choses", estime-t-il.

Opus One ne prévoit pas d'offrir la possibilité pour le public de se faire tester à l'entrée de ses événements, jugeant ce service trop compliqué à mettre en place sur le plan logistique.

>> L'interview complète de Vincent Sager dans La Matinale:

Vincent Sager, directeur d'Opus One, nous parle des annonces du Conseil fédéral au sujet des manifestations (vidéo) [RTS]RTS
Extension du certificat Covid à partir de lundi / Interview de Vincent Sager / La Matinale / 1 min. / le 9 septembre 2021

08h40

Les situations disparates dans les écoles agacent et interpellent

La situation sanitaire se tend dans les écoles suisses, avec plusieurs milliers d'enfants infectés et des quarantaines qui se multiplient. La dernière semaine d'août, plus de 2100 enfants de moins de 10 ans ont été testés positifs, selon l'OFSP. Ils étaient seulement 200 un mois plus tôt.

Les critiques se font de plus en plus vives, mais le Conseil fédéral ne veut pas légiférer. Il l'a répété mercredi, l'école reste une prérogative des cantons et des communes.

>> Plus d'explications dans La Matinale:

Une classe primaire tessinoise, le 30 août 2021. [Francesca Agosta - Keystone]Francesca Agosta - Keystone
Covid-19, masques et classes en quarantaine, la situation est de plus en plus difficile à gérer / La Matinale / 1 min. / le 9 septembre 2021

Mais cette situation crée des disparités. Alors que certains cantons réintroduisent le masque en classe, d'autres décident de ne plus tester les enfants. D'autres laissent tout simplement chaque établissement décider de ses mesures. Ce patchwork fédéraliste inquiète les enseignants et les enseignantes, mais aussi les scientifiques. D'autant que les classes en quarantaine se multiplient.

Pour le président du Syndicat des enseignants romands Samuel Rohrbach,interrogé jeudi dans La Matinale, l'essentiel reste de "garantir les classes ouvertes et la qualité de l'enseignement, et de prendre les mesures nécessaires au cas par cas". Il rappelle que les quarantaines provoquent des problèmes de suivi et peuvent entraîner des retards. "Donc au niveau pédagogique, on doit individualiser l'enseignement, mais ce n'est pas toujours facile quand on a des classes d'une vingtaine d'élèves", alerte-t-il.

Ainsi, Samuel Rohrbach dit ne pas comprendre la marge de manoeuvre actuellement laissée aux cantons. Selon lui, les tests de masse réguliers, déjà pratiqués par certains cantons, sont efficaces car ils permettent d'isoler rapidement les élèves. "C'est une décision politique à prendre, évidemment que ça a un coût logistique", dit-il, rappelant toutefois que les coûts des tests sont pris en charge au niveau fédéral. "Il y a certaines décisions qu'on ne comprend pas" au niveau de certains cantons, déclare-t-il, estimant que "la Confédération devrait peut-être imposer ces tests de masse dans les classes."

>> L'interview complète de Samuel Rohrbach dans La Matinale:

Samuel Rohrbach, président du syndicat des enseignants romands. [Laurent Gilliéron - Keystone]Laurent Gilliéron - Keystone
Le point sur les écoles avec Samuel Rohrbach, président du Syndicat des enseignants romands / La Matinale / 7 min. / le 9 septembre 2021

Entre les intérêts sanitaires et les enjeux liés à l'éducation ou à la santé psychologique, cette rentrée placée sous le signe du variant Delta semble ainsi presque plus compliquée à gérer que la précédente.

08h30

Les soins intermédiaires du CHUV, une unité sous tension

Le Conseil fédéral justifie sa décision d'étendre l'application du certificat sanitaire par la situation tendue des hôpitaux. Actuellement, un tiers des lits de soins intensifs de Suisse sont occupés par des cas de Covid-19. Cette proportion était de 15 à 20% durant les vagues précédentes.

"On essaie de se serrer les coudes, mais on a beaucoup de personnel en arrêt actuellement", témoigne une infirmière de l'unité des soins intermédiaires du CHUV, à Lausanne, qui compte 16 lits de surveillance continue. "Quand on voit toutes les manifestations contre les mesures Covid dehors, avec la situation que l'on voit dans les hôpitaux, c'est pas toujours facile à gérer pour l'équipe soignante", ajoute une physiothérapeute du service.

>> Le reportage de Julie Rausis au CHUV, dans La Matinale:

Le personnel de santé pourrait manquer d'effectif à l'horizon 2029 [Jean-Christophe Bott - Keystone]Jean-Christophe Bott - Keystone
Reportage aux soins intermédiaires du CHUV à Lausanne / La Matinale / 1 min. / le 9 septembre 2021

Le chef de l'unité évoque quant à lui une situation fluctuante, avec des pics comme la semaine dernière. "On avait sept patients Covid dont l'état se dégradait, et à ce moment-là les soins intensifs n'avaient qu'une seule place de disponible. Ils ont dû transférer rapidement des patients dans d'autres hôpitaux", raconte-t-il. Selon lui, l'extension du certificat Covid est "une décision politique difficile à juger. Mais on voit que tous les patients qui passent par les soins intermédiaires et les soins intensifs sont des patients non-vaccinés". Ainsi, si cette extension pousse les gens à la vaccination, "je pense que c'est quelque chose qui va nous aider", espère-t-il.

08h15

Quels enjeux après l'extension du certificat Covid?

Comme on pouvait s'y attendre, l'extension du certificat sanitaire décrétée mercredi par le Conseil fédéral n'a pas été accueillie partout de la même manière. Les restaurateurs ou exploitants de fitness, par exemple, expriment leur colère. L'Union suisse des arts et métiers (Usam) dénonce cette mesure, tandis que les syndicats réclament des garanties au niveau de la protection des données.

Lors de l'introduction de différentes formes de "pass sanitaire" dans les pays voisins, le ministre de la Santé Alain Berset avait estimé que cette mesure n'avait pas de raison d'être en Suisse. Mais un mois plus tard, face à l'essor du variant Delta, des contaminations chez les jeunes et du taux de vaccination en deçà des attentes, la donne a changé. L'application dans notre pays ne va toutefois pas aussi loin que celles de la France, de l'Allemagne ou encore de l'Italie, où le pass sanitaire est exigé pour prendre les transports publics.

Pour l'heure, le Conseil fédéral évoque la date du 24 janvier 2022 pour mettre fin à l'application de ce certificat. Mais elle pourrait être avancée en fonction de la situation des services de soins intensifs. Tout l'enjeu réside dans le taux de vaccination. Or, au rythme actuel, il faudrait attendre l'année prochaine pour que celui-ci soit suffisant.

Pour les autorités, l'échéance la plus importante reste la date du 28 novembre, à laquelle le principe du certificat Covid sera soumis au peuple par le biais du référendum des "Amis de la Constitution".

>> Les explications détaillées de Muriel Ballaman dans La Matinale:

Alain Berset et Guy Parmelin au moment d'annoncer l'extension du pass Covid, le 8 septembre 2021. [Marcel Bieri - Keystone]Marcel Bieri - Keystone
Le Conseil fédéral saute le pas et étend l'utilisation du certificat Covid / La Matinale / 2 min. / le 9 septembre 2021

08h00

Sentiment de "goutte d’eau" dans l’hôtellerie-restauration

Restaurants, bars, fitness, musées, casinos, bibliothèques. Désormais, pour fréquenter ces lieux, il faudra être en possession d'un certificat sanitaire dès lundi, et a priori jusqu'au 24 janvier.

Cette mesure va mettre à contribution des entreprises déjà usées par la multitude de changements dus à la situation sanitaire. Pour ces sociétés, et notamment celles oeuvrant dans l'hôtellerie-restauration, le certificat Covid est ressenti comme la goutte d'eau qui fait déborder le vase.

>> Le reportage de La Matinale dans un restaurant lausannois:

Une serveuse amène des boissons à une table en portant un masque. [Laurent Gillieron - KEYSTONE]Laurent Gillieron - KEYSTONE
Extension du certificat Covid à partir de lundi / réaction des restaurants / La Matinale / 2 min. / le 9 septembre 2021

Cette obligation intervient alors que l'hôtellerie-restauration est à un tournant. L'hécatombe dans la branche n'a pas eu lieu, du moins pas encore. On dénombre même moins de faillites qu'avant la crise. Mais la donne pourrait changer: aucune aide pour les cas de rigueur ne sera versée au-delà du 31 décembre, et les prêts Covid devront être remboursés à partir de mars prochain.

07h45

Partis satisfaits, sauf l'UDC

A l'exception de l'UDC, les partis accueillent positivement l’extension du certificat Covid annoncée par le Conseil fédéral. Ils voient dans la vaccination l'unique voie pour sortir de la pandémie.

Les mesures prises par le gouvernement doivent permettre d’éviter une surcharge des hôpitaux et du personnel de santé, soulignent le Centre et le PLR. Il s'agit aussi de prévenir de nouvelles mesures restreignant la liberté comme des interdictions ou des fermetures, estime Le Centre, à l'instar du PLR et du Parti socialiste.

Rejet des tests payants

S'ils soutiennent l'extension du pass sanitaire, les Verts rejettent les tests payants: davantage de tests aident à lutter contre les pandémies. Pour le PS, l'accès aux services et biens essentiels doit rester libre de tout certificat.

Seule l'UDC s'oppose à l'extension du certificat Covid. Pour le parti de la droite dure, qui assure que les infections "sont stables", il est "inacceptable que le gouvernement étende cette espèce de harcèlement contre la population en Suisse au lieu de contrôler les frontières et de s’attaquer enfin à la question de la migration". D'après l'UDC, l'extension du pass sanitaire équivaut à une vaccination forcée. Elle affecte en outre à nouveau la gastronomie.

Pour l'ensemble des autres partis, la vaccination, encore trop peu utilisée, est la seule façon de sortir de la pandémie.

>> Regarder le débat entre Manfred Bühler, président de l’UDC bernoise, et Philippe Nantermod, vice-président du PLR, dans Forum mercredi soir:

Extension du certificat Covid: débat entre Manfred Bühler et Philippe Nantermod [RTS]
Extension du certificat Covid: débat entre Manfred Bühler et Philippe Nantermod / Forum / 5 min. / le 8 septembre 2021

07h30

Manifestation à Berne contre l'extension du certificat

Quelques milliers de personnes se sont rassemblées à Berne mercredi soir pour une manifestation spontanée contre l'extension du certificat Covid. Elles ont dénoncé l'introduction "par la petite porte" d'une obligation de se faire vacciner.

Une manifestation spontanée contre l'extension du pass sanitaire s'est déroulée mercredi à Berne. [Marcel Bieri - KEYSTONE]Une manifestation spontanée contre l'extension du pass sanitaire s'est déroulée mercredi à Berne. [Marcel Bieri - KEYSTONE]"Des gens sont exclus s'ils n'ont pas de certificat Covid", pouvait-on lire dans un appel publié sur les médias sociaux. Le rassemblement a été convoqué par plusieurs organisations qui s'opposent depuis longtemps aux mesures anti-Covid prises par les autorités.

La manifestation a débuté vers 19h sur la place de la gare, avant de défiler dans la vieille ville. Les manifestants scandaient notamment "Liberté! Liberté!" Deux voitures de police ouvraient la route. Des policiers vêtus de gilets lumineux suivaient le déroulement du rassemblement. Derrière eux venaient des grenadiers en tenue anti-émeute.

Le cortège s'est achevé peu après 21h sur la Place fédérale, comme prévu, a indiqué le directeur de la sécurité de la ville de Berne Reto Nause. On a voulu protéger le Palais fédéral et une clôture a été montée à l'extrémité de la place, devant le Palais, a-t-il expliqué. La place elle-même est restée accessible.

Les estimations divergent au sujet du nombre de manifestants. Un journaliste de l'ATS sur place a compté un millier de personnes. Un orateur sur la Place fédérale a de son côté évoqué 20'000 personnes, alors que Reto Nause parlait de plusieurs milliers de personnes.

>> Regarder aussi Esther Mamarbachi analyser la colère des anti-vaccin dans le 19h30:

Esther Mamarbachi: "On peut comprendre la colère qui gronde chez ces personnes qui ne veulent toujours pas se faire piquer." [RTS]
Esther Mamarbachi: "On peut comprendre la colère qui gronde chez ces personnes qui ne veulent toujours pas se faire piquer." / 19h30 / 1 min. / le 8 septembre 2021

07h15

Guy Parmelin: "Il est clair que les personnes possédant un certificat bénéficient d'un avantage notable"

Le président de la Confédération Guy Parmelin a ouvert la conférence de presse du Conseil fédéral en annonçant les mesures principales. Selon lui, l'extension du certificat Covid "permettra le retour à plus de normalité".

Le Vaudois a notamment expliqué que "les gérants d'établissements publics pourront lever la plupart des mesures sanitaires, comme par exemple les distances minimales, les séparations entre tables ou le masque dans les locaux".

"Il est clair que les personnes possédant un certificat Covid bénéficient d'un avantage notable par rapport aux personnes non vaccinées", a-t-il concédé.

>> Voir l'intervention de Guy Parmelin:

Sequence [RTS]
L'intervention de Guy Parmelin lors de la conférence de presse sur le Covid du 8 septembre 2021 / L'actu en vidéo / 4 min. / le 8 septembre 2021

07h00

Pass sanitaire ou test Covid négatif obligatoires pour entrer en Suisse

Les vacanciers non vaccinés ou non guéris du Covid-19 qui veulent entrer en Suisse devront présenter patte blanche. Le Conseil fédéral veut introduire dès le 20 septembre l'obligation de présenter un test négatif.

En prévision des vacances d'automne, il veut rapidement identifier et isoler les personnes qui se sont infectées avec le virus. Deux variantes ont été mises en consultation mercredi jusqu'au 14 septembre.

La barre des 50'000 cas de SRAS-CoV-2 a été atteinte en Suisse ce week-end. [Martial Trezzini - Keystone]La barre des 50'000 cas de SRAS-CoV-2 a été atteinte en Suisse ce week-end. [Martial Trezzini - Keystone]

Seuls les frontaliers, les enfants de moins de seize ans, les passagers en transit et au transit de marchandises seront exemptés. Afin de faire respecter les règles, les contrôles seront intensifiés. Des amendes pourront être prononcées.

Certificat étendu

Le Conseil fédéral propose en outre d'étendre l'accès au certificat Covid pour les personnes vaccinées à l'étranger. Celles qui ont été vaccinées avec un produit reconnu par l'Agence européenne des médicaments et qui ont leur domicile en Suisse ou qui veulent entrer en Suisse pourront obtenir un certificat suisse.

Actuellement, seuls les certificats des pays qui ont adhéré au certificat Covid numérique de l'UE sont compatibles avec le système suisse. La consultation dure jusqu'au 14 septembre.

>> Les précisions dans La Matinale:

Des passagers masqués dans l'aéroport de Genève en juillet 2021. [Salvatore Di Nolfi - Keystone]Salvatore Di Nolfi - Keystone
Les vacanciers qui veulent entrer en Suisse devront prouver qu'ils ne sont pas infectés par le Covid / La Matinale / 2 min. / le 9 septembre 2021

06h45

Les nouvelles mesures en image

En image, les annonces du Conseil fédéral du 8 septembre 2021. [Conseil fédéral]En image, les annonces du Conseil fédéral du 8 septembre 2021. [Conseil fédéral]

06h30

Extension du certificat Covid adoptée

Le Conseil fédéral a décrété mercredi l'extension du certificat Covid. Dès lundi 13 septembre, le pass sanitaire deviendra obligatoire partout en Suisse pour entrer dans les lieux de culture, de loisirs et dans les restaurants. En échange, ces établissements pourront lever les autres mesures sanitaires: la distance, les séparations en plexiglas et le masque.

>> Le détail des nouvelles mesures: Il faudra être vacciné ou testé dès lundi pour entrer dans un bar, un restaurant ou un musée

Le gouvernement assure qu'il n'y a pas d'alternative face à l'évolution de l'épidémie. La situation dans les hôpitaux reste en effet trop tendue et l'arrivée de l'automne promet une reprise des contaminations, estime Alain Berset.

>> Voir l'analyse de Forum:

Il faudra présenter un certificat Covid pour se rendre au restaurant ou au musée [RTS]
Il faudra présenter un certificat Covid pour se rendre au restaurant ou au musée / Forum / 3 min. / le 8 septembre 2021

Des exceptions sont toutefois prévues. Les terrasses ne sont pas concernées par ces nouvelles mesures, de même que les manifestations religieuses et politiques de moins de 50 personnes. Pas question non plus d'envisager une extension aux magasins et aux transports publics.

>> Le résumé des mesures dans le 19h30:

Le Conseil fédéral étend l'obligation du certificat Covid [RTS]
Le Conseil fédéral étend l'obligation du certificat Covid / 19h30 / 2 min. / le 8 septembre 2021

06h15

Retour sur la journée de mercredi

La Suisse comptait mercredi 3550 cas supplémentaires de Covid-19 en 24 heures, selon les chiffres de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). On déplore sept décès supplémentaires et 53 malades ont été hospitalisés. Durant les dernières 24 heures, les résultats de 34'828 tests ont été transmis, indique l'OFSP. Le taux de positivité s'élève à 10,19%.

Sur les quatorze derniers jours, le nombre total d'infections est de 35'424, soit 409,77 nouvelles infections pour 100'000 habitants. Le taux de reproduction, qui a un délai d'une dizaine de jours, est lui de 1,10. Les patients Covid-19 occupent 33,3,% des places disponibles en soins intensifs, dont le taux d'occupation est de 78,70%.

Depuis le début de la pandémie, 802'045 cas de contamination au Covid-19 ont été confirmés en laboratoire sur un total de 10'029'506 tests effectués en Suisse et au Liechtenstein. Le total des décès s'élève à 10'558 et le nombre de personnes hospitalisées atteint 31'695.

>> Retour sur la journée de mercredi: Le Conseil fédéral saute le pas et étend l'utilisation du certificat Covid, les réactions pleuvent

06h00

Le dossier complet

Retrouvez dans notre dossier toutes les informations, toutes les analyses et toutes les émissions consacrées au Covid-19.

Le dossier consacré à l'épidémie de coronavirus