Modifié

Genève veut faire renaître le système de consigne pour les contenants en verre

Le canton de Genève innove en matière de réutilisation du verre usagé. Il va lancer un projet-pilote et mettre en place une filière de réemploi des bocaux et des bouteilles en verre. Car réutiliser le verre est en réalité plus écologique que de le recycler.  [NICOLAS GUYONNET - HANS LUCAS VIA AFP]
Le canton de Genève innove en matière de réutilisation du verre usagé / La Matinale / 1 min. / le 20 juillet 2021
Le canton de Genève innove en matière de réutilisation du verre usagé. Il va lancer un projet-pilote et mettre en place une filière de réemploi des bocaux et des bouteilles en verre. Car réutiliser le verre est en réalité plus écologique que de le recycler.

L'idée est simple: au lieu d'acheter des emballages qui seront jetés ou recyclés, les producteurs, par exemple, de lait, de fromage ou de bière achètent des contenants en verre à l'entreprise qui se charge de les livrer, les reprendre, les nettoyer et les ramener.

"Vous pouvez acheter des produits dans différents endroits et vous pouvez ramener vos emballages - pour qu'ils soient nettoyés - dans un point de collecte qui est le plus proche de chez vous", décrit Hervé Le Pezennec, directeur du Réseau Consignes mandaté pour développer le projet genevois, dans La Matinale de mardi.

Cet automne, l'association va mettre son concept à l'épreuve du terrain. Des communes ont déjà manifesté leur intérêt à prendre part à la phase pilote.

Créer des points de collecte

Si aujourd'hui des producteurs utilisent déjà le système de consigne, "vous êtes obligés de ramener les emballages chez eux", note Hervé Le Pezennec. La création de points de collecte de consigne centralisés doit permettre aux consommateurs d'avoir davantage de choix quant au lieu de retour des emballages.

Mais est-ce vraiment rentable de récolter et de laver des milliers de bocaux à l'échelle d'un canton? Sébastien Humbert, expert en bilan écologique chez Quantis, est formel: "Au niveau écologique, il est beaucoup plus intéressant de consigner les verres que de les casser dans une benne de recyclage."

A utiliser dix fois au moins

Par contre, le verre doit être réemployé au moins dix fois et il faut pouvoir déposer le verre "à l'endroit où le consommateur va faire ses courses", estime Sébastien Humbert.

"Comme cela, il n'y a pas de trajets supplémentaires en voiture qui pourraient annuler le bénéfice de la réutilisation du verre." Le bilan peut encore être amélioré si les contenants sont standardisés et peuvent être réutilisés par tous les producteurs.

Céline Fontannaz/vajo

Publié Modifié