Banner du 12 mai 2021. [Keystone]
Publié Modifié

Alain Berset: "Il n'y a pas de raccourcis dans une pandémie pour aller plus vite"

- Les restaurants devraient rouvrir dès le lundi 31 mai et les événements publics pourront accueillir jusqu'à 300 personnes. L'obligation de télétravail devrait se transformer en recommandation. Le Conseil fédéral a annoncé mercredi la mise en consultation de nouveaux assouplissements, qui seront validés ou non le 26 mai.

- Interrogé par la RTS, le conseiller fédéral Alain Berset a martelé que "ce n'est pas fini": "Il n'y a pas de raccourcis dans une pandémie pour aller plus vite. Il faut faire tout le parcours. Avec la vaccination et les tests, on peut se permettre ces ouvertures. Mais on doit garder un peu de prudence."

- La Suisse compte mercredi 1539 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures, selon les chiffres de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). On déplore quatre décès supplémentaires et 50 malades ont été hospitalisés. Durant les dernières 24 heures, les résultats de 37'160 tests ont été transmis, indique l'OFSP. Le taux de positivité s'élève à 4,14%.

- Plusieurs signes indiquent que l'épidémie de Covid-19 est en recul en Suisse, selon la task force de la Confédération. Elle peine toutefois à quantifier l'ampleur du reflux en raison des changements dans le dépistage et la campagne de vaccination.

- L'OFSP recommande toujours de conserver une distance de 1,5 mètre avec les personnes qui ne sont pas du même ménage, de porter un masque dans le cas où cette distance ne peut être maintenue et de respecter les règles d'hygiène.

Suivi assuré par RTSinfo

22h15

Débat sur le certificat Covid-19

L'Office fédéral de la santé publique a retenu la solution de l'Office fédéral de l'informatique et de la télécommunication (OFIT) pour le certificat Covid-19. Le sésame sera disponible d'ici à fin juin. Il est garanti infalsifiable et compatible avec celui de l'Union européenne.

>> Relire: Le certificat Covid sera réalisé par l'administration fédérale d'ici fin juin

Mais le certificat ne fait pas l'unanimité. D'ailleurs, lundi, l'infectiologue à Unisanté et professeure à l'Université de Lausanne Valérie D'Acremont, invitée dans le 19h30, s'est dite "plutôt contre" l'utilisation de ce document à l'intérieur de la Suisse.

Un avis partagé par Léonore Porchet, conseillère nationale (Verte/VD) et membre de la commission de la santé. Elle estime qu'il sera très compliqué à mettre en œuvre.

De son côté, Marianne Maret, conseillère nationale (PDC/VS) et membre de la commission de la culture, souligne que le secteur culturel en a besoin.

>> Le débat entre Léonore Porchet, Marianne Maret, Valérie D'Acremont et Marie Santiago Delefosse, professeure en psychologie de la santé (UNIL), dans Forum:

Le grand débat - Comment retrouver la normalité après la pandémie? [RTS]
Le grand débat - Comment retrouver la normalité après la pandémie? / Forum (vidéo) / 22 min. / le 12 mai 2021

20h45

Malgré la fin de l'obligation du télétravail, la pratique va perdurer

Dès le mois de juin, les pendulaires devraient être plus nombreux sur les routes et dans les trains. Car l'obligation de télétravail se transformera en recommandation. Toutefois, la pandémie de Covid-19 pourrait changer durablement la manière de travailler.

Chez Swisscom, à Fribourg, la majeure partie des bureaux sont vides. En effet, 80% des 17'000 employés de l'entreprise en Suisse travaillent depuis leur domicile. Une situation qui ne devrait pas évoluer dans l'immédiat. Les conditions imposées par le Conseil fédéral (prise de température au quotidien et tests à large échelle) sont des conditions jugées difficiles à mettre en place, voire carrément dissuasives. Le télétravail devrait donc perdurer.

"L'assouplissement permettrait un retour des collègues, sous respect évidemment des mesures sanitaires, mais en fait, il n'y a pas d'urgence, parce que le télétravail a fait ses preuves", explique le porte-parole de Swisscom Christian Neuhaus, interrogé dans le 19h30.

>> Le reportage du 19h30:

Télétravail: L'obligation prend fin mais la pratique reste recommandée [RTS]
Télétravail: L'obligation prend fin mais la pratique reste recommandée / 19h30 / 1 min. / le 12 mai 2021

20h30

Alain Berset: "Il n'y a pas de raccourcis dans une pandémie"

En Suisse, les nouvelles infections, les hospitalisations et les décès reculent. La vaccination, elle, s'accélère. Plus d'un million de personnes ont reçu leurs deux doses, et plus de deux millions en ont reçu une.

"Le pas important que nous avons fait au mois d'avril [réouverture des terrasses, des cinémas et des théâtres, ndlr.] – l'un des premiers loin à la ronde, dans les pays qui nous entourent – n'a pas conduit à une explosion des cas. Cela nous permet d'envisager la prochaine étape de manière sereine", déclare le conseiller fédéral en charge de la Santé Alain Berset, invité dans l'émission Forum et dans le 19h30.

>> L'interview d'Alain Berset dans Forum:

Des assouplissements "pour autant que la situation le permette": interview d’Alain Berset [RTS]
Des assouplissements "pour autant que la situation le permette": interview d’Alain Berset / Forum (vidéo) / 6 min. / le 12 mai 2021

Alain Berset appelle toutefois à la prudence. "Tout cela reste instable. Si cela a bien fonctionné jusqu'ici, on ne le dira jamais assez, c'est parce que dans notre pays les gens font très attention", explique-t-il.

Il faut être prudent! Nous sommes dans une situation où le virus continue de circuler à un niveau relativement haut

Le conseiller fédéral Alain Berset, en charge de la santé, lors de la conférence de presse du 21 avril 2021. [PETER KLAUNZER - KEYSTONE]
Alain Berset

D'ailleurs, c'est la raison pour laquelle le Conseil fédéral n'a pas assoupli les règles concernant les réunions privées. "Il faut être prudent! Nous sommes dans une situation où le virus continue de circuler à un niveau relativement haut. Nous avons actuellement une incidence qui est entre 250 et 300. On considérait, il y a moins d'une année, que dès qu'elle dépassait 60, c'était une catastrophe."

Le conseiller fédéral a martelé que "ce n'est pas fini": "Il n'y a pas de raccourcis dans une pandémie pour aller plus vite. Il faut faire tout le parcours. Avec la vaccination et les tests, on peut se permettre ces ouvertures. Mais on doit garder un peu de prudence."

Et d'ajouter: "Dans cette phase où beaucoup de personnes sont vaccinées, attendent la première ou la deuxième dose, ce n'est pas le moment de tomber malade. Celui qui tombe malade maintenant, on ne peut pas le vacciner."

>> L'interview d'Alain Berset dans le 19h30:

Entretien avec le conseiller fédéral Alain Berset. [RTS]
Entretien avec le conseiller fédéral Alain Berset. / 19h30 / 3 min. / le 12 mai 2021

19h15

La progression de la vaccination est trop lente à Fribourg

Il est possible de se faire vacciner contre le Covid-19 dès seize ans depuis cinq jours à Fribourg. Toutefois, les moins de 50 ans qui ont reçu leurs piqûres sont encore rares. Trop rares, même: "On aurait attendu naturellement que tout le monde, au moins 60% de la population, soit vacciné au mois de juin", s'impatiente Jean-Daniel Schumacher, médecin et député fribourgeois, mercredi au 19h30. "On est bientôt à la mi-mai et on est loin du compte. C'est le moment de mettre les gaz!"

Avec Zurich, Fribourg affiche la plus mauvaise moyenne du pays avec 33 doses administrées pour 100 personnes. Le canton est l'un des plus jeunes de Suisse et a par conséquent reçu moins de vaccins qu'ailleurs en début d'année.

Des stocks de sécurité

Comme les cantons de Berne et du Valais, Fribourg préfère garder des stocks plutôt que de les écouler, afin de garantir les secondes injections dans les délais prescrits: "On s'est retrouvé des soirs avec des situations où il restait vraiment très peu de vaccins et, si la livraison du lendemain n'arrivait pas, on se serait retrouvé en difficulté", remarque Anne-Claude Demierre, directrice de la Santé fribourgeoise: "Je pense que c'est important d'avoir une certaine prudence, notamment aussi pour les personnes qui doivent avoir leur deuxième injection".

Une prudence qui n'est plus appliquée par les cantons de Genève et de Neuchâtel – les têtes d'affiche de Suisse romande en matière de vaccination avec 43 et 41 doses administrées pour 100 habitants. "On a fait ça au début. Maintenant la Confédération nous dit qu'on n'a plus besoin de prendre ces doses tampons de sécurité et que les livraisons vont suivre", note Claude-François Robert, médecin cantonal neuchâtelois.

Pour rattraper son retard, le canton de Fribourg a pu obtenir 10'000 doses compensatoires; la Confédération devrait les livrer dans les prochaines semaines.

>> Les explications dans le 19h30:

Vaccination: Fribourg fait figure de mauvais élève en Suisse romande [RTS]
Vaccination: Fribourg fait figure de mauvais élève en Suisse romande / 19h30 / 1 min. / le 12 mai 2021

18h45

Un robot de nettoyage Swissmade fonctionnant aux UV

L'industrie du voyage redémarre doucement: les avions et les trains vont se remplir à nouveau, mais la pandémie ne va pas disparaître d'un seul coup, d'où l'importance de désinfecter le plus efficacement possible ces espaces clos.

Le robot de nettoyage Uveya fonctionne avec des ultraviolets, une longueur d'onde lumineuse qui "désactive" les virus. [uveya.com]Le robot de nettoyage Uveya fonctionne avec des ultraviolets, une longueur d'onde lumineuse qui "désactive" les virus. [uveya.com]

Jodoc Elmiger est un designer industriel et entrepreneur basé à Lausanne. Il est l'un des créateurs d'un système baptisé Uveya: un robot de nettoyage qui fonctionne avec des ultraviolets, une longueur d'onde lumineuse qui "désactive" les virus. Avec cette solution, pas besoin non plus d'utiliser de produits chimiques.

Le module va être utilisé par Dnata, un des géants du nettoyage, actif notamment à l'aéroport de Genève. L'équipe d'Uveya est aussi en pourparlers pour que cet outil soit utilisé dans le Shinkansen, le train super rapide du Japon.

>> Voir le Forum des idées:

Forum des idées - COViD, un robot swiss-made pour désinfecter trains et avions [RTS]
Forum des idées - COViD, un robot swiss-made pour désinfecter trains et avions / Forum (vidéo) / 5 min. / le 12 mai 2021

18h30

Nouvel assouplissement prudent des mesures sanitaires

Les restaurants et les centres thermaux devraient rouvrir dès le lundi 31 mai. Les événements publics accueillir jusqu'à 300 personnes. Et l'obligation de télétravail se transformer en recommandation. Le Conseil fédéral a proposé mercredi de nouveaux assouplissements.

>> Lire: Le détail des assouplissements proposés par le Conseil fédéral

"Les dernières ouvertures n'ont pas mené à une explosion des cas", a pointé le ministre de la Santé Alain Berset devant les médias. Les nouvelles infections, les hospitalisations et les décès reculent. La vaccination elle s'accélère. Plus d'un million de personnes ont reçu leurs deux doses, et plus de deux millions en ont reçu une. Les enfants devraient également bientôt pouvoir se faire vacciner.

>> Voir les explications dans Forum:

Le Conseil fédéral envisage prudemment un nouvel assouplissement des mesures sanitaires [RTS]
Le Conseil fédéral envisage prudemment un nouvel assouplissement des mesures sanitaires / Forum (vidéo) / 2 min. / le 12 mai 2021

>> Voir aussi les explications dans le 19h30:

Le 31 mai, le Conseil fédéral permettra notamment la réouverture des restaurants. [RTS]
Le 31 mai, le Conseil fédéral permettra notamment la réouverture des restaurants. / 19h30 / 2 min. / le 12 mai 2021

18h20

Accès mondial aux vaccins

Les avis divergent dans la commission des finances du National sur le supplément de 300 millions de francs pour soutenir l'initiative mondiale visant à accélérer l'accès aux outils de lutte contre le Covid-19.

Sur le principe, la contribution pour lutter contre la pandémie dans les pays en développement n'est pas controversée. Au vu de la situation économique, une minorité estime cependant que cette contribution devrait être intégralement compensée dans le budget déjà accordé au Département fédéral des affaires étrangères.

Une autre minorité souligne qu'aucune dose de vaccin n'a encore pu être inoculée dans plus de cent pays. Elle propose par conséquent de tripler le montant du crédit demandé pour le porter à 900 millions.

18h15

Une commission approuve un supplément de 2,6 milliards de francs

La stratégie de dépistage du coronavirus nécessite des fonds supplémentaires. La commission des finances du National accepte le premier supplément au budget 2021 de 2,6 milliards de francs, essentiellement destiné à ce pilier de la lutte contre la pandémie.

Avec le supplément, le Conseil fédéral sollicite onze nouveaux crédits. L'extension de la stratégie de test nécessite environ 1,1 milliard supplémentaire. Le Parlement avait déjà approuvé un montant d'environ 1,3 milliard pour financer les dépistages. L'enveloppe totale sollicitée s'élève ainsi à plus de 2,4 milliards. Elle doit être nouvellement approuvée en raison du frein à l'endettement.

Quelque 600 millions de francs devraient être consacrés aux dépenses extraordinaires en vue de la lutte contre la pandémie. Le financement de thérapies et de médicaments prometteurs contre le coronavirus devrait coûter 150 millions. Sur cette enveloppe, une avance de 90 millions a déjà été approuvée par la Délégation des finances.

17h50

Dépistage volontaire dans les services de la Ville de Genève

Afin de contrer le plus possible la pandémie de Covid-19, la Ville de Genève propose aux volontaires de se soumettre à un test de dépistage chaque semaine. Seuls les services les plus exposés, notamment parce qu'ils sont en contact avec la population, sont concernés.

L'essai va durer au moins quatre semaines, a annoncé mercredi la Ville de Genève. Afin de montrer l'exemple, les cinq membres du Conseil administratif se sont fait tester dans la matinée: "Les résultats sont tous négatifs", a indiqué Philippe d'Espine, chargé de l'information de l'exécutif.

Les services les plus exposés

Sur les quelque 4000 collaboratrices et collaborateurs de la Ville de Genève, seulement celles et ceux qui travaillent dans les services les plus exposés peuvent, sur une base volontaire, se soumettre à ce test hebdomadaire. Il s'agit de l'équipe rapprochée du Conseil administratif, du personnel du Grand Théâtre – où cinq cas de Covid-19 avaient été détectés début avril – de la voirie et de la police municipale.

"On sait, par expérience, que ce genre de dépistage permet de diminuer le risque de contagion", a souligné Philippe d'Espine, précisant que le personnel de bureau est encore en télétravail une partie de la semaine. Les tests sont réalisés par une société spécialisée mandatée par la Ville. Le résultat est immédiatement connu.

17h30

Le National veut plus de temps pour éponger la dette du Covid

Le délai pour compenser les dettes de la Confédération générées par la crise du coronavirus devrait être allongé. La commission des finances du Conseil national propose au Conseil fédéral de le faire passer de 6 ans à au moins 15 ans.

Le découvert se montait à 9,8 milliards de francs à la fin de l'année dernière. Pour 2021, le Parlement a d’ores et déjà débloqué plus de 20 milliards de francs au titre de dépenses extraordinaires en lien avec le coronavirus.

Le Conseil fédéral veut éviter qu'une réduction rapide de la dette ne provoque des restrictions budgétaires massives et empêche la reprise économique. Il envisage de modifier la loi et de mettre son projet en consultation cet été. La commission prend les devants et lui adresse déjà ses propositions, indiquent les services du Parlement. Elle a adopté ce projet par 19 voix sans opposition.

17h15

Casimir Platzer: "Nous sommes extrêmement soulagés"

GastroSuisse a salué une étape très importante pour l'hôtellerie-restauration. Son président, Casimir Platzer, s'est dit convaincu que les cantons soutiendront cette ouverture prévue le 31 mai.

"Nous sommes extrêmement soulagés", a indiqué Casimir Platzer, président de GastroSuisse, en réaction aux annonces du Conseil fédéral. "Nous pouvons enfin espérer une ouverture complète des restaurants".

Une prolongation de la fermeture des espaces intérieurs des restaurants n'est plus défendable, selon GastroSuisse. Outre le nombre décroissant de cas, une expertise de droit commandée par la faîtière conclut que les décisions du gouvernement fondées sur le modèle d'ouverture en trois phases sont illégales et inconstitutionnelles.

Elles ne prennent en compte que des valeurs indicatives épidémiologiques. Or selon la loi Covid, il faudrait prévoir également des valeurs qui reflètent les aspects économiques et sociaux. "L'ouverture des zones intérieures tiendrait enfin compte de ces aspects", souligne Casimir Platzer.

Les restaurants espèrent donc pouvoir accueillir leur clientèle à l'intérieur dans quelques semaines. La plupart qui ont pu ouvrir des terrasses n'ont réalisé qu'un faible chiffre d'affaires, selon GastroSuisse. Les frais courants n'ont pas pu être couverts. L'incertitude de la planification liée à la météo est également un problème majeur.

16h30

La Suisse maintient sa position sur les brevets

Le Conseil fédéral maintient sa position sur la proposition américaine de lever les brevets sur les vaccins, a indiqué le président de la Confédération Guy Parmelin. La Suisse participera toutefois aux discussions.

La semaine dernière, les Etats-Unis ont affirmé leur soutien à une levée des brevets sur les vaccins anti-Covid-19 afin d'en accélérer la production et la distribution aux pays pauvres.

La Suisse s'est elle dit convaincue qu'une suspension de la propriété intellectuelle sur les vaccins ne constitue pas la bonne solution, mais elle est prête à évaluer la proposition américaine.

>> Lire aussi: Pression sur la Suisse pour suspendre les brevets sur les vaccins anti-Covid

16h15

Miser davantage sur la stratégie de vaccination estiment les partis

Le PLR salue les décisions du Conseil fédéral, dont celle de libérer de la quarantaine les personnes vaccinées et guéries. Mais il estime que des assouplissements pourraient avoir lieu plus vite, dès que les groupes à risque auront été vaccinés, car "chaque jour, cette attente porte particulièrement atteinte au secteur de la restauration".

"La vaccination reste la seule option pour permettre un retour à la normale le plus vite possible", selon le PLR, qui demande d'étendre encore les capacités de vaccination, pour que tous les adultes qui le souhaitent soient vaccinés d'ici l'été. Et de demander que soit respecté le délai de mise en place d'un certificat Covid reconnu à l'international d'ici fin juin, en termes de gestion informatique notamment.

Le Parti socialiste insiste aussi sur la vaccination, qui doit notamment permettre de définir les prochaines étapes d'ouverture intérieure. Le parti demande plus d'équité dans ce domaine, au niveau de l'accès à des moyens informatiques par exemple: "Tout le monde doit avoir les mêmes chances d'accès au vaccin".

Balthasar Glättli, le président des Verts, estime lui les mesures "prudentes" d'ouverture "compréhensibles". Pour lui, le respect des distances, le port du masque, les tests et la prudence restent centraux, outre la vaccination. "Sinon, les assouplissements connaîtront un effet boomerang", écrit-il sur Twitter. Il faut continuer à contribuer à réduire le nombre de cas car le risque d'infection est aussi élevé qu'à l'automne chez les plus jeunes, selon le Zurichois.

Egalement sur Twitter, le Centre parle aussi de prudence. "Restons solidaires. Prenons nos responsabilités. Maintenons la cohésion de la Suisse", écrit le parti, demandant aux internautes s'ils ont déjà réservé une date pour se faire vacciner.

L'UDC se montre plus impatiente et virulente à l'encontre du gouvernement. "Il est incompréhensible que le Conseil fédéral n'aille pas de l'avant", déclare son président Marco Chiesa.

Pointant du doigt "tous les scénarios d'horreur que l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) et la task force voulaient nous faire croire", l'UDC exige que les restrictions soient levées et que "les gens puissent à nouveau travailler et vivre aussi librement que possible avec des concepts de protection". Le fait que le gouvernement attende encore trois semaines pour davantage d'ouvertures n'est que "pure tracasserie", pour le parti.

16h00

Les cantons pour une réouverture mesurée

La Conférence des gouvernements cantonaux de la santé (CDS) soutient les nouveaux assouplissements prévus par le Conseil fédéral. Mais elle appelle à ne pas aller trop vite dans les réouvertures. Des modifications constantes rendent plus difficile le respect des règles par la population et les branches concernées.

Les organisateurs d'évènements, les écoles, les établissements de restauration, les institutions culturelles, les clubs sportifs, mais aussi les clients et les participants ne peuvent pas s'adapter toutes les deux ou trois semaines. Avec des étapes d'ouverture moins nombreuses, mais plus claires, il est possible d'éviter une micro-gestion difficilement surmontable dans la mise en oeuvre des mesures, écrit la CDS.

Harmoniser les mesures

Le Comité directeur de la CDS souhaite qu'un délai suffisamment important soit prévu dans toutes les phases pour évaluer la situation après les ouvertures ou les durcissements, et ainsi pouvoir observer les conséquences sur le taux de nouvelles infections.

La CDS est d'avis que les mesures indicatives doivent être harmonisées entre les différents domaines et faciles à retenir pour la population. Il convient de choisir des mesures indicatives qui ont déjà été utilisées au cours des précédentes phases de la pandémie.

Coordination entre les domaines

Dans un souci d'égalité de traitement, une certaine coordination devrait être assurée entre les différents domaines d'activités (sport, culture, lieu de travail, transports publics, etc.). Il serait peu compréhensible pour la population que les grandes manifestations soient autorisées dès le mois de juin, alors que d'autres activités sont soumises à des concepts de protection et des restrictions importantes.

La levée des restrictions ne peut être menée à bien que si différentes conditions sont données. Les cantons comptent sur le certificat Covid disponible d'ici un mois. Ils maintiendront le rythme de la vaccination, à condition de recevoir les quantités de vaccins promises.

15h40

"La meilleure situation que l'on pouvait espérer", selon Alain Berset

Le conseiller fédéral Alain Berset a présenté la situation épidémiologique en conférence de presse. Selon le Fribourgeois, elle est "assez encourageante", ce qui permet d'envisager de nouvelles ouvertures.

"C'est la meilleure situation que l'on pouvait espérer", a même déclaré le ministre de la santé, précisant toutefois que "ce n'était pas une invitation à tout relâcher et à précipiter la sortie".

Assez de vaccins pour 2021

Alain Berset est également revenu sur l'approvisionnement en vaccins. Selon lui, "il y a assez de doses pour cette année" et la Suisse est bien positionnée en vue de 2022 avec plusieurs commandes de sérum à ARN messager effectuées notamment auprès de Moderna en vue de rappels ou de nouveaux variants.

Une partie des vaccins commandés à AstraZeneca pourrait être mise à disposition de l'initiative Covax. Ainsi 3 millions des 5,4 millions de doses commandées pourraient être affectés au programme international de vaccination, a indiqué le ministre de la santé. La Suisse pourrait ainsi contribuer à atténuer la pandémie au niveau mondial, mais aucune décision n'a encore été prise en ce sens.

Quarantaine

Parmi les mesures annoncées par le Conseil fédéral, les personnes vaccinées et les personnes guéries ne seront plus soumises à la quarantaine pour les personnes-contacts et à la quarantaine pour les voyageurs dès fin mai. Elles ne devraient plus être contagieuses.

La durée de cette exception et les vaccins concernés doivent encore être définis. Dans la perspective des vacances d'été, il est en outre déconseillé de voyager dans les régions où circulent de nouveaux variants du virus.

>> Les propos d'Alain Berset pendant la conférence de presse:

L'intervention d'Alain Berset en conférence de presse, le 12 mai 2021. [RTS]
L'intervention d'Alain Berset en conférence de presse, le 12 mai 2021. / Conférences de presse de la Confédération / 10 min. / le 12 mai 2021

15h35

Nouvelle prolongation des indemnités en cas de chômage partiel

La durée maximale de l'indemnité en cas de réduction de l'horaire de travail (RHT) passe de 18 à 24 mois, a décidé le Conseil fédéral. Il répond ainsi aux demandes du Parlement et des milieux économiques.

Compte tenu de la situation financière précaire de nombreuses entreprises, plusieurs associations et la commission économique du National ont plaidé pour une telle prolongation.

"Avec cette décision, les entreprises n'auront pas besoin de prévoir de licenciement pour la fin août", a commenté le président de la Confédération Guy Parmelin.

La durée de validité de la procédure sommaire de décompte de l'indemnité en cas de chômage partiel sera aussi prolongée de trois mois supplémentaires, soit jusqu'à la fin septembre 2021. Les autres mesures de l'ordonnance limitées à fin juin, seront elles réévaluées ces prochaines semaines.

Le pays entre dans une phase de transition qui doit se faire dans les meilleures conditions possibles, a ajouté le Vaudois. Les secteurs les plus touchés, comme la gastronomie, le tourisme ou encore l'événementiel, auront besoin de temps et doivent être accompagnés dans cette phase.

Le soutien de la Confédération va toutefois graduellement diminué et prendra fin un jour à mesure que la situation reviendra à la normale, a-t-il prévenu. "Ce retour à la responsabilité des entreprises est nécessaire pour notre prospérité future."

>> L'intervention de Guy Parmelin en conférence de presse:

L'intervention de Guy Parmelin en conférence de presse le 12 mai 2021. [RTS]
L'intervention de Guy Parmelin en conférence de presse le 12 mai 2021. / Conférences de presse de la Confédération / 3 min. / le 12 mai 2021

15h30

Télétravail, d'obligatoire à recommandé

A partir du 31 mai, le télétravail ne serait plus obligatoire pour les entreprises qui proposent des dépistages réguliers à leurs employés. Et la Confédération prendra en charge les coûts des tests groupés pour faciliter leur utilisation.

Plan de dépistage pour les hautes écoles

Dans les hautes écoles, la limite de 50 étudiants par cours est levée. Un plan de dépistage doit toutefois être mis sur pied et les salles remplies à la moitié de leur capacité.

15h25

Limites pour les événements relevées

Les limites pour les événements publics pourraient être relevées. Cent personnes pourraient être accueillies en intérieur, et trois cents en extérieur. Les salles devraient être limitées à la moitié de leur capacité. Ces limites valent aussi pour les compétitions sportives.

Dans le domaine amateur, les matchs de football pourraient avoir lieu en extérieur. Le public serait restreint à 50 personnes. De même que celui des spectacles et des répétitions.

Les réunions d'associations et les visites guidées seraient elles restreintes à 30 personnes, en intérieur comme en extérieur. La limite vaut également pour le sport et la culture amateurs. A l'intérieur, elle reste à quinze. Les sports de contact, comme le judo, ne peuvent eux être effectués qu'à quatre au maximum.

Pas de changement en revanche pour les réunions privées. Le seuil reste à dix personnes en intérieur et quinze en extérieur. Le risque de transmission est plus élevé dans ces situations, justifie le gouvernement. Les soirées dansantes restent interdites.

15h20

Les restaurants et centres thermaux devraient pouvoir rouvrir

La mesure la plus délicate est la réouverture complète des restaurants, prévient le gouvernement. Elle ne sera possible que si les chiffres continuent à baisser ou au moins se stabilisent.

Un plan de protection devra être mis sur pied. Les clientes et clients devront être servis à table, n'ôter leur masque que pour manger et laisser leurs coordonnées. Les tables seront limitées à quatre convives. Et elles devront être espacées ou séparées par une paroi. L'obligation de porter le masque sera en revanche levée sur les terrasses.

Les centres thermaux et de bien-être pourraient également rouvrir. Les clients devront disposer de quinze mètres carrés chacun. Ils seront exemptés de l'obligation de porter un masque, mais devront respecter les distances.

>> La réaction des restaurateurs vaudois dans le 19h30:

VD: les restaurateurs accueillent avec soulagement l'annonce du Conseil fédéral. [RTS]
VD: les restaurateurs accueillent avec soulagement l'annonce du Conseil fédéral. / 19h30 / 2 min. / le 12 mai 2021

15h15

Nouveaux assouplissements proposés par le Conseil fédéral

Les restaurants et les centres thermaux devraient rouvrir dès le lundi 31 mai. Les événements publics pourraient accueillir jusqu'à 300 personnes et l'obligation de télétravail se transformer en recommandation.

Les assouplissements d'avril n'ont pas eu d'effet négatif sur l'évolution de l'épidémie, note le Conseil fédéral lors de son point presse mercredi. Les nouvelles infections et les hospitalisations diminuent, et les soins intensifs ne sont pas surchargés. La situation épidémiologique se détend et elle devrait poursuivre dans cette voie.

Le Conseil fédéral estime par conséquent de nouveaux assouplissements possibles. Il a mis un paquet de mesures en consultation auprès des cantons, des commissions parlementaires compétentes et des partenaires sociaux. La décision définitive tombera le 26 mai.

La première phase, dite phase de protection, doit durer jusqu'à ce que toutes les personnes vulnérables qui le souhaitent soient complètement vaccinées, soit vers la fin du mois de mai. La phase de stabilisation viendra ensuite. Elle se terminera lorsque toutes les personnes adultes qui le souhaitent auront été complètement vaccinées, soit environ à fin juillet.

Durant cette phase, qui selon le plan mis en consultation démarre le 31 mai, la vie sociale, culturelle et sportive pourra reprendre. Si 40% à 50% de la population adulte est vaccinée, un accès sélectif à certains lieux sera mis en place en faveur des personnes vaccinées, testées négatives ou guéries.

14h05

170 élèves de primaire de Fleurier (NE) en quarantaine

Les 170 élèves de l'un des trois collèges primaires de Fleurier (NE) ont été placés en quarantaine après la découverte de plusieurs cas positifs au Covid-19. Afin de prévenir toute flambée épidémique, les autorités sanitaires cantonales ont effectué mercredi un dépistage salivaire de tous les élèves de ce bâtiment.

Le test n'est effectué que si les parents ont donné leur accord. Un second test de dépistage sera organisé mardi prochain afin de permettre de lever la quarantaine en cas de résultat négatif, a annoncé mercredi le canton de Neuchâtel.

Le dépistage réalisé au collège des Parcs à Neuchâtel la semaine dernière a permis de détecter 10 élèves positifs. Ces cas s'ajoutent aux 18 autres décelés avant cette opération de dépistage. Au total, près de 400 élèves et une cinquantaine d'adultes ont été soumis à un test PCR salivaire.

13h40

Un peu plus de 1500 cas supplémentaires en 24 heures

La Suisse compte mercredi 1539 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures, selon les chiffres de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). On déplore quatre décès supplémentaires et 50 malades ont été hospitalisés.

Durant les dernières 24 heures, les résultats de 37'160 tests ont été transmis, indique l'OFSP. Le taux de positivité s'élève à 4,14%.

Sur les quatorze derniers jours, le nombre total d'infections est de 20'321, soit 235,07 nouvelles infections pour 100'000 habitants. Le taux de reproduction, qui a un délai d'une dizaine de jours, est lui de 0,90. Les patients Covid-19 occupent 21,20% des places disponibles en soins intensifs, dont le taux d'occupation est de 71,20%.

Près de 3'250'000 doses de vaccin déjà administrées

Au total 3'242'772 doses de vaccin ont été administrées et 1'077'581 personnes ont déjà reçu deux doses. La Suisse a reçu jusqu'à présent 3'837'075 doses de vaccins

Quant aux variants du coronavirus, 43'122 cas ont été détectés en Suisse jusqu'à ce jour, dont 17'446 cas ont été attribués au variant britannique (B.1.1.7), 246 au variant sud-africain (B.1.351) et 17 au variant brésilien (P.1). Dans 25'413 cas, une mutation était présente, mais la lignée n'était pas claire.

Depuis le début de la pandémie, 677'210 cas de contamination au Covid-19 ont été confirmés en laboratoire sur un total de 7'216'520 tests effectués en Suisse et au Liechtenstein. Le total des décès s'élève à 10'137 et le nombre de personnes hospitalisées atteint 28'043.

Le pays dénombre par ailleurs 12'184 personnes en isolement et 20'136 individus faisant partie de leurs contacts ont été mis en quarantaine. S'y ajoutent 3816 autres personnes revenant de voyage d'un pays à risque et qui ont dû aussi passer par la case de la quarantaine.

13h20

Prolongation des aides pour les indépendants et les clubs sportifs

Les indépendants et les personnes ayant dû réduire leurs activités devraient voir leurs aides prolongées. Tout comme les clubs sportifs. Le Conseil fédéral a adopté mercredi une nouvelle modification de la loi Covid-19.

La plupart des mesures visant à atténuer les conséquences économiques de la pandémie de Covid-19 sont limitées à la fin de l'année 2021. Il existe toutefois deux exceptions: le versement des allocations pour perte de gain et les contributions pour les clubs sportifs professionnels et semi-professionnels. Deux mesures limitées jusqu'à fin juin.

Malgré les assouplissements progressifs, des interruptions d'activités dues à des restrictions ordonnées par les autorités ne sont pas à exclure, note le Conseil fédéral. Par précaution, il souhaite donc prolonger jusqu'au 31 décembre 2021 le versement des allocations pour perte de gain aux indépendants et aux personnes ayant dû interrompre ou limiter de manière significative leur activité lucrative.

Plafond insuffisant

La révision de la loi prévoit également de supprimer le plafond de 115 millions de francs pour les contributions aux clubs sportifs. Le montant avait été fixé de manière à couvrir la saison 2020/2021.

Toutefois, il ne peut pas être exclu que certaines restrictions concernant notamment le nombre de spectateurs pouvant assister aux matchs doivent encore être appliquées au cours du second semestre de 2021, souligne le Conseil fédéral. Dans ce cas, le plafond fixé par la loi pourrait s'avérer insuffisant. C'est pourquoi son abrogation est proposée.

13h15

La situation épidémiologique s'améliore

Alors que le gouvernement devra décider mercredi s'il entend permettre de nouvelles ouvertures, plusieurs signes indiquent que la situation épidémiologique s'améliore en Suisse.

Le nombre d'infections est en baisse constante et la courbe des hospitalisations montre également des signes positifs, une tendance désormais perceptible dans toutes les classes d'âge. Enfin, le taux de reproduction sur sept jours est désormais passé sous la barre du 1.

Si ce reflux bienvenu est surtout dû aux avancées de la campagne de vaccination, le retour du beau temps semble aussi jouer un rôle significatif.

>> Le reportage du 12h45:

Situation épidémiologique : le Covid-19 recule en Suisse [RTS]
Situation épidémiologique : le Covid-19 recule en Suisse / 12h45 / 56 sec. / le 12 mai 2021

>> Les précisions de Thierry Clémence avant la conférence de presse du Conseil fédéral:

Selon le journaliste RTS Thierry, le Conseiller fédéral Alain Berset pourrait annoncer des réouvertures pour fin mai. [RTS]
Selon le journaliste RTS Thierry, le Conseiller fédéral Alain Berset pourrait annoncer des réouvertures pour fin mai. / 12h45 / 1 min. / le 12 mai 2021

12h55

Scission chez les jeunes à propos du vaccin

Alors que les plus jeunes peuvent désormais s'inscrire et se faire vacciner dans la plupart des cantons romands, une scission apparaît clairement entre les plus et les moins de 16 ans.

Pour les premiers, le vaccin est avant tout vu comme la possibilité de regagner certains privilèges, comme les sorties, les voyages ou plus simplement la santé.

Moins de hâte chez les moins de 16 ans

En revanche, pour les moins de 16 ans, la vaccination apparaît moins primordiale. Pour Marjory Winkler, directrice du site d'informations et de conseil pour jeunes Ciao.ch, au moins deux raisons peuvent expliquer cette position.

"Depuis le début de la pandémie, on leur a répété qu'ils n'étaient pas à risque, que s'ils tombent malades, il n'y aura que peu de conséquences et qu'ils ne sont pas propagateurs du virus, ou bien très peu (....) Dans ces circonstances, leur réaction paraît assez rationnelle", explique-t-elle dans le 12h30.

Et d'ajouter: "L'autre élément, c'est peut-être le sentiment d'invulnérabilité, très propre à la jeunesse. C'est très présent dans la littérature scientifique et on le retrouve en discutant avec eux."

>> Le reportage du 12h30:

Les experts favorables à la vaccination des enfants. [Gaetan Bally - Keystone]Gaetan Bally - Keystone
Que pensent les jeunes de la vaccination? / Le 12h30 / 2 min. / le 12 mai 2021

12h25

Une politique de quarantaines mal ajustée

Depuis fin octobre, Berne considère comme "présentant un risque élevé d'infection au coronavirus" tout Etat dont l'incidence de nouveaux cas sur 14 jours dépasse de 60 celle de la Suisse. Les voyageurs de retour de ces régions se voient imposer une quarantaine.

>> Lire l'enquête de la RTS : Quarantaines injustifiées ou épargnées, la liste suisse des "pays à risque" défaillante

Mais les délais d'analyse et d'implémentation des autorités faussent le résultat final et rendent l'outil peu représentatif. Résultat: des pays en crise sanitaire échappent à la liste durant des semaines, alors que d'autres Etats y sont injustement maintenus, bien que l'épidémie y soit mieux maîtrisée qu'en Suisse.

>> Les explications dans le 12h30:

Les quarantaines au retour de pays à risque pourraient être raccourcies en Suisse. [Ennio Leanza - Keystone]Ennio Leanza - Keystone
La liste des pays à risque de l'OFSP, un outil incohérent et peu représentatif / Le 12h30 / 2 min. / le 12 mai 2021

Ainsi, l'inscription de la Grèce, de la Croatie ou du Portugal comme "pays à risque" n'était pas justifiée par la situation sanitaire durant près d'un jour sur deux depuis l'automne. A l'opposé, pendant près d'un mois où l'avancée locale de l'épidémie aurait pu le justifier au sens de la loi, les voyageurs de retour de ces destinations ont été épargnés de quarantaine.

Dans le cas du Portugal, l'instrument a particulièrement failli et n'a pas permis de réagir rapidement lors de l'explosion de cas début janvier. Durant un mois de phase épidémique aiguë, aucune quarantaine n'a été demandée au retour en Suisse, avant d'être imposée tardivement, lorsque le pire était déjà passé.

11h00

La police cantonale valaisanne vaccinée avant l'été

La majorité des 552 membres de la police cantonale valaisanne sera vaccinée avant l’été. Ces vaccinations, non obligatoires, auront lieu dans les centres de Brigue, Sion et Martigny, indiquent les forces de l'ordre dans un communiqué.

Par ailleurs, entre le 12 avril et le 12 mai, la police souligne qu'elle a participé à un test-pilote de détection de masse durant lequel, chaque semaine, ses collaboratrices et collaborateurs ont procédé à des auto-prélèvements salivaires. Sur les 2020 analyses effectuées, "seuls cinq résultats se sont révélés positifs au Covid-19".

Ce test a permis d'isoler les asymptomatiques et d'éviter de devoir mettre en quarantaine plusieurs personnes, a réagi le commandant de la police cantonale Christian Varone. "Cela montre aussi que les mesures sanitaires prises au sein des bureaux portent leurs fruits", s'est-il réjoui.

10h05

Vaccination du Conseil d'Etat neuchâtelois pour montrer l'exemple

Les membres éligibles du Conseil d'Etat neuchâtelois sortant se sont fait vacciner contre le Covid-19 mercredi à Neuchâtel. Leur démarche vise à encourager la population du canton à pratiquer de la sorte le plus largement possible.

Les conseillers d'Etat Laurent Favre, Laurent Kurth, Alain Ribaux et Jean-Nathanaël Karakash, ce dernier étant sur le départ, avaient rendez-vous mercredi au centre de vaccination de la Maladière. Quant à la présidente Monika Maire-Hefti, qui accomplit aussi ses derniers jours, elle était présente, mais avait déjà reçu sa première dose.

A Neuchâtel, toute personne de plus de 16 ans peut se faire vacciner depuis lundi. Laurent Kurth, en charge de la santé, s'est réjoui du bon déroulement du processus. "L'objectif reste de permettre à tous ceux qui souhaitent recevoir leurs deux doses d'y parvenir d'ici à fin juin", a-t-il dit peu après sa piqûre.

>> Le sujet du 19h30 sur le phénomène des personnes vaccinées qui s'affichent sur les réseaux sociaux:

Phénomène mondial: les personnes vaccinées s'affichent sur les réseaux sociaux. [RTS]
Phénomène mondial: les personnes vaccinées s'affichent sur les réseaux sociaux. / 19h30 / 2 min. / le 12 mai 2021

09h25

Vers une réouverture des restaurants et salles de spectacle ?

Le Conseil fédéral doit débattre mercredi des allègements dans le dispositif anti-Covid.

L'ouverture des salles de restaurants et de spectacles et la fin du télétravail obligatoire pourraient être envisagées dès la fin du mois de mai, selon des informations recueillies par la RTS.

Les concepts de protection seraient alors toujours en vigueur avec, dans les restaurants, une limite de 4 personnes par table, un port du masque obligatoire lorsqu'on quitte sa place et un système de traçage. De leur côté, les salles de spectacles pourraient vendre jusqu'à 100 billets ou au maximum la moitié de leur capacité.

Concernant le télétravail obligatoire, enfin, les entreprises qui voudraient y renoncer devraient mettre en place un système de tests pour leurs employés.

Le résultat des discussions du Conseil fédéral devra ensuite être débattu pendant deux semaines par les acteurs concernés, avant une décision finale le 26 mai.

>> Les explications dans La Matinale:

La salle de spectacles de l'Alhambra, à Genève. [Martial Trezzini - Keystone]Martial Trezzini - Keystone
Les décisions attendues du Conseil fédéral / La Matinale / 1 min. / le 12 mai 2021

09h10

Journée des soins infirmiers

Le personnel en soins infirmiers est en première ligne pour lutter contre le Covid-19. Sous pression, il quitte souvent la profession. La journée internationale des infirmières mercredi est l'occasion de demander une revalorisation du métier, y compris en Suisse.

C'est la deuxième année consécutive que cette Journée internationale se déroule dans le sillage de la pandémie de Covid. Aujourd'hui, le personnel montre des signes d'épuisement, selon le Conseil international des infirmières (CII). La fédération craint que 3 millions d'infirmières ne quittent la profession.

>> L'interview dans le 12h30 de Sophie Ley, présidente de l'Association suisse des infirmiers et infirmières:

Sophie Ley, présidente de l’Association suisse des infirmières et des infirmiers. [RTS]RTS
Journée internationale des soins infirmiers: interview de Sophie Ley / Le 12h30 / 3 min. / le 12 mai 2021

Burnout, dépression, troubles du sommeil: 80% des associations nationales d'infirmières font état de problèmes de santé chez les infirmiers et infirmières. Outre la surcharge de travail, nombre d'employés de ce secteur sont décédés du virus.

La fédération a recensé 2700 décès prouvés d'infirmières, mais le nombre réel de victimes est probablement beaucoup plus élevé. Or ces travailleurs souffrent déjà d'un stress élevé, d'une faible rémunération et d'une faible reconnaissance en temps normal.

Alain Berset remercie le personnel soignant

La fédération met en garde contre un exode massif des infirmières de la profession. La Suisse n'échappe pas à cette menace. Même avant la pandémie, près de la moitié des infirmières formées avaient tourné le dos à la profession, souvent avant leur 35e anniversaire, rappelle l'Association suisse des infirmières et infirmiers (ASI).

Dans un tweet, le ministre de la santé Alain Berset a d'ailleurs tenu à saluer mercredi le "travail admirable" accompli par les infirmières et infirmiers. "Dans les hôpitaux, les EMS, les soins à domicile. Depuis toujours – et plus encore depuis un an. Ils s’engagent pour toute la société et méritent notre gratitude".

>> Les précisions de Guillaume Rey dans le 12h30:

Le personnel infirmier d'une unité de soins intensifs du CHUV en réunion. [Jean-Christophe Bott - KEYSTONE]Jean-Christophe Bott - KEYSTONE
Journée internationale des soins infirmiers après plus d'un an de pandémie / Le 12h30 / 1 min. / le 12 mai 2021

08h55

Possible levée des quarantaines pour certains voyageurs

Le Conseil fédéral pourrait bientôt lever les quarantaines pour les voyageurs suisses et étrangers vaccinés ou guéris du Covid-19. Selon les informations de la RTS, le ministre de la Santé Alain Berset a proposé leur abandon dès la fin du mois de mai – sous réserve d'un feu vert du Conseil fédéral.

>> Lire: Le secteur du tourisme suisse attend la levée des quarantaines pour les voyageurs

"Décision "excessivement" importante

L'annonce est très attendue par les voyagistes et les hôteliers suisses, en prévision des vacances estivales. Il s'agit pour eux de "sauver l'été". HotellerieSuisse veut absolument pouvoir accueillir les touristes étrangers au bénéfice d'un certificat Covid-19. "En Suisse, 59% des hôtes en été sont étrangers. Il est donc excessivement important que nous puissions les accueillir", a souligné le responsable politique de la faîtière Christophe Hans dans La Matinale.

Les voyagistes suisses réclament aussi une levée de quarantaine pour les personnes présentant un test PCR négatif. Mais il faudra patienter, car les discussions entre les autorités et les compagnies aériennes sont toujours en cours.

>> Les précisions de Fabrice Gaudiano dans La Matinale:

Le Conseil fédéral pourrait bientôt lever les quarantaines pour les voyageurs suisses vaccinés ou guéris du Covid-19. Selon les informations de la RTS, le ministre de la Santé Alain Berset a proposé leurs abandons.  [ELIA BIANCHI - KEYSTONE]ELIA BIANCHI - KEYSTONE
Le secteur du tourisme suisse attend la levée des quarantaines pour les voyageurs / La Matinale / 1 min. / le 12 mai 2021

08h30

Une dose de vaccin et moins de chance de transmission

Une dose de vaccin suffit-elle déjà à diminuer la chance de transmettre le Covid-19 ? Cette question, les experts se la posent depuis de longues semaines.

>> En lire plus: La première dose de vaccin a déjà un impact sur la transmission du Covid-19

Une étude en Grande-Bretagne a récemment apporté des réponses qui sont plutôt encourageantes. Entre deux à trois semaines après la première injection du vaccin, la transmission du virus serait déjà réduite de 40 à 50%.

>> Les explications dans La Matinale:

Des seringues contenant un vaccin contre le Covid-19 attendent d'être injectées. Berne, le 10 mai 2021. [Peter Klaunzer - Keystone]Peter Klaunzer - Keystone
Une première dose de vaccin limite déjà les risques de transmission du virus / La Matinale / 1 min. / le 12 mai 2021

08h10

Certificat Covid: désaccord entre hôteliers et restaurateurs

Alors que la Confédération est en train d'élaborer un certificat Covid-19, le concept divise déjà le secteur de l'hôtellerie-restauration.

Pour les restaurateurs, cette attestation serait trop compliquée et inéquitable, comme le résume Casimir Platzer, patron de GastroSuisse: "Le certificat Covid pour les grands événements, ça a du sens, mais pour aller boire un café ou un verre de vin, c'est exagéré". Pour la branche, la crainte serait de créer "une société à deux vitesses".

De leur côté, les hôteliers sont plus mitigés. Déjà habitués à contrôler des passeports et des pièces d'identité lors de l'arrivée de leurs clients, la contrainte apparaît moins importante pour eux.

>> Le reportage de La Matinale:

Une chambre vide dans un hôtel à Lausanne. [Jean-Christophe Bott - Keystone]Jean-Christophe Bott - Keystone
Hôteliers et restaurateurs en désaccord sur le certificat Covid / La Matinale / 1 min. / le 12 mai 2021

08h00

Le blues des restaurateurs

Le Conseil fédéral est en train de réfléchir à lever certaines restrictions sanitaires.

Il en discute mercredi et devrait mettre en consultation les prochaines étapes de réouverture, notamment celles concernant le secteur de la restauration.

Chez les cafetiers et les restaurateurs, on espère une levée de certaines restrictions. L'ouverture des terrasses n'a en effet pas suffi pour beaucoup d'entre eux et la météo n'a pas toujours été de leur côté au cours des dernières semaines.

>> Le reportage de La Matinale:

Un café fermé à Fribourg. [Jean-Christophe Bott - Keystone]Jean-Christophe Bott - Keystone
Les restaurateurs impatients de possibles nouvelles levées de restrictions / La Matinale / 1 min. / le 12 mai 2021

07h45

"Ce qui manque aux étudiants, c'est la vie sur le campus"

Pionnier des "edtech" (technologies de l'éducation), Pierre Dillenbourg était l'un des tout premiers à s'intéresser à l'informatique au service de la pédagogie dans les années 1980. Depuis le début de la pandémie, il est au front à l'EPFL en tant que vice-président associé pour l'éducation.

Invité de La Matinale de la RTS, il note que "les choses sont en place" désormais au sein de la grande école, tout en soulignant la difficulté de s'adapter à chaque fois que le Conseil fédéral change ses mesures. "L'EPFL, c'est 9000 étudiants, plus 2000 doctorants, 700 enseignants. On doit chaque fois adapter la machine, c'est sport", souligne-t-il.

Depuis l'augmentation de la jauge à 3000 étudiants sur le site, il n'y a pas de retour massif, "juste quelques pour cent en plus", constate Pierre Dillenbourg. "Certains sont rentrés chez leurs parents, d'autres se sont organisés en petits groupes dans leur appartement (…) Mais cela reste un peu compliqué. Je pense que le retour massif, on l'aura en septembre".

"Un cauchemar" pour les étudiants

Mais aujourd'hui, après plus d'une année de pandémie, les étudiants sont fatigués, épuisés, stressés. Pour eux "c'est un cauchemar", témoigne le vice-président de l'EPFL.

"Le moral des troupes est mauvais. Ils ne se plaignent pas tellement des cours online eux-mêmes (…) Ce qui leur manque, c'est la vie, être sur le campus, surtout les étudiants de première année. Eux n'ont jamais eu cette vie".

>> L'interview de Pierre Dillenbourg dans La Matinale:

L'invité de La Matinale (vidéo) - Pierre Dillenbourg, professeur et vice-président de l’EPFL [RTS]
L'invité de La Matinale (vidéo) - Pierre Dillenbourg, professeur et vice-président de l’EPFL / L'invité-e de La Matinale (en vidéo) / 10 min. / le 12 mai 2021

07h30

Des recettes de cuisine contournant la perte d'odorat et de goût

Beaucoup de personnes atteintes par le Covid-19 connaissent une perte de l'odorat et, par conséquent, du goût, les deux sens étant très liés.

D'où l'idée de faire un livre gratuit de recettes exprès pour les personnes touchées par ce problème: il a été mis au point par Life Kitchen, une organisation britannique à but non lucratif qui travaille déjà avec des personnes qui ont des troubles du goût liés à des cancers.

>> En lire plus: Des recettes de cuisine contournant la perte d'odorat et de goût

Les recettes évitent plusieurs aliments comme les œufs, l'ail, les oignons ou la viande rôtie, des nourritures apparemment souvent assez repoussantes pour les personnes atteintes par une anosmie ou une parosmie – une distorsion de l'odorat – liée au SARS-CoV-2.

Ces personnes peuvent en revanche encore sentir les goûts de base, tout comme les sensations – comme la brûlure du piment, la fraîcheur de la menthe, ou le picotement du wasabi – qui passent par le trijumeau, un nerf crânien.

>> Les explications dans Forum:

Des recettes pour les personnes qui ont perdu le goût et l'odorat à cause du Covid-19 [RTS]
Des recettes pour les personnes qui ont perdu le goût et l'odorat à cause du Covid-19 / Forum (vidéo) / 2 min. / le 11 mai 2021

07h15

Nouveaux assouplissements en vue pour les restaurants

Les salles intérieures des restaurants pourraient rouvrir à la fin du mois de mai, à condition que la situation sanitaire reste stable. Selon la presse alémanique, le Département fédéral de l'intérieur proposera en effet mercredi au Gouvernement de franchir le pas.

Toutefois, cet assouplissement s'accompagnerait de conditions: une limite de quatre personnes par table, le masque obligatoire pour les clients dès qu'ils quittent leur place et le traçage des personnes.

"Un bon pas en avant"

Invité mardi dans Forum, Daniel Savary, propriétaire de deux établissements à Fribourg et à Bulle, estime qu'il s'agirait d'"un bon pas en avant": "Finalement, nous avons déjà testé ces conditions l'an dernier pendant un mois."

Si ces conditions sont validées, il craint que "ces demi-mesures perdurent, car ce n'est pas un fonctionnement complet pour un établissement public". Il attend donc "de voir combien de temps elles seraient maintenues".

Des assouplissements pour la culture

D'autres réouvertures sont également envisagées. Le Conseil fédéral se prononcera, par exemple, sur une augmentation de la capacité des salles de spectacles jusqu'à 100 personnes ou au maximum jusqu'à la moitié de la capacité des salles. Par contre, la réouverture des bars et des discothèques n'est pas encore à l'ordre du jour.

Le résultat des discussions du Conseil fédéral sera à son tour mis en consultation pendant deux semaines à destination des acteurs concernés. Quant à la décision finale du Gouvernement, elle est attendue le 26 mai.

>> Les explications et l'interview de Daniel Savary dans Forum:

L'impatience des restaurateurs face aux nouveaux assouplissements en vue: interview de Daniel Savary [RTS]
L'impatience des restaurateurs face aux nouveaux assouplissements en vue: interview de Daniel Savary / Forum (vidéo) / 7 min. / le 11 mai 2021

07h00

Les liaisons ferroviaires internationales reprennent vers les pays voisins

Les voyageurs suisses pourront de nouveau se rendre en train dans les pays voisins d'ici fin mai.

Après une interruption due au coronavirus, les CFF remettent en place les liaisons internationales vers la France et l'Italie, ainsi que les trains de nuit à destination de l'Autriche, de l'Allemagne et de l'Europe de l'Est.

>> Lire aussi: En attendant le pass sanitaire européen, les pays touristiques s'organisent

Au niveau du trafic franco-suisse, le TGV Lyria reprendra du service à partir de mercredi déjà. Quatre liaisons seront proposées au départ et à destination de Genève, deux de Lausanne et trois de Zurich, a indiqué mardi à Keystone-ATS Martin Meier, porte-parole des CFF, complétant une information du Blick.

L'offre au départ et à destination de l'Italie sera disponible à partir du 31 mai. Les détails seront définis et communiqués prochainement, assure le porte-parole.

Les offres de trains de nuit Nightjet, en collaboration avec les ÖBB, l'homologue autrichien des CFF, reprendront elles les 24 et 25 mai et seront pareilles à celles de décembre 2020.

06h45

L'épidémie de Covid-19 est en recul selon la task force

Plusieurs signes indiquent que l'épidémie de Covid-19 est en recul en Suisse, selon la task force de la Confédération. Elle peine toutefois à quantifier l'ampleur du reflux en raison des changements dans le dépistage et la campagne de vaccination.

La moyenne sur sept jours du taux de reproduction est de 0,89, un chiffre qui reflète l'incidence de l'infection du 24 au 30 avril, écrit le groupe de travail dans le rapport de situation de mardi. Les analyses des eaux usées confirment cette tendance à la baisse. Selon les données, les nouvelles infections ont diminué de 15%, les hospitalisations de 29% et les décès de 26%.

Effets de la vaccination

L'effet de la campagne de vaccination est surtout visible dans le groupe d'âge des plus de 75 ans. Alors que ces personnes représentaient environ 50% des hospitalisations lors de la deuxième vague, elles ne sont plus que 20 à 25 % en avril.

En revanche, les hospitalisations des moins de 65 ans sont passées de moins de 30% en octobre dernier à plus de 60% en avril. Mais la tendance est désormais à la diminution dans toutes les classes d'âge. Le nombre de cas confirmés au cours des 14 derniers jours est de 263 pour 100'000 habitants. Le taux de positivité est de 6,7%.

06h30

Retour sur la journée de mardi

La Suisse comptait mardi 1375 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures, selon les chiffres de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). On déplorait quatre décès supplémentaires et 73 malades ont été hospitalisés.

Durant les dernières 24 heures, les résultats de 24'701 tests ont été transmis, indique l'OFSP. Le taux de positivité s'élève à 5,57%.

Sur les quatorze derniers jours, le nombre total d'infections est de 20'835, soit 241,01 nouvelles infections pour 100'000 habitants. Le taux de reproduction, qui a un délai d'une dizaine de jours, est lui de 0,90.

Au total, 3'242'772 doses de vaccin ont été administrées et 1'077'581 personnes ont déjà reçu deux doses. La Suisse a reçu jusqu'à présent 3'837'075 doses de vaccins.

>> Retour sur la journée de mardi: L'épidémie de Covid-19 est en recul en Suisse, selon la task force

06h15

Le point sur l'âge minimal pour la vaccination, canton par canton

Dans les cantons romands, l'âge requis pour la vaccination (hors personnes souffrant de pathologies qui les classent dans les groupes à risque) est actuellement le suivant:

Vaud: Dès 18 ans.

Genève: Dès 45 ans. Pas d'ouverture à la vaccination à tous pour l'instant.

Fribourg: Dès 16 ans (depuis le 8 mai).

Valais:Dès 16 ans (depuis la mi-mai).

Neuchâtel: Dès 16 ans (depuis le 10 mai)

Jura: Dès 16 ans (depuis le 6 mai).

Berne: Dès 18 ans (dès le 5 mai)

Le site de l'Office fédéral de la santé publique tient à jour une page renvoyant vers les possibilités de se faire vacciner dans tous les cantons.

06h00

Le dossier complet

Retrouvez dans notre dossier toutes les informations, toutes les analyses et toutes les émissions consacrées au coronavirus.

Le dossier consacré à l'épidémie de coronavirus