Banniere3mai [Keystone]
Publié Modifié

La Confédération en recherche de spécialistes pour aider Lonza à produire son vaccin

- Alors que l'entreprise de biotechnologie Lonza a pour mission de doubler la fabrication des doses de vaccins Moderna contre le Covid-19 sur son site à Viège (VS), la Confédération recrute activement dans ses effectifs proches pour aider l'entreprise à pallier le manque de personnel qualifié. Le conseiller fédéral Guy Parmelin a expliqué la démarche dans l'émission Forum.

- Les cantons de Neuchâtel et de Fribourg ont annoncé lundi ouvrir à leur tour la vaccination à toute la population dès l'âge de 16 ans, dès le 10 mai pour le premier et dès le 8 mai pour le second.

- Ailleurs en Suisse, certains cantons ont déjà commencé à ouvrir la vaccination aux jeunes adultes et tous devraient suivre avant le début de l'été. Et la semaine dernière, l'Office fédéral de la santé publique a même déjà évoqué l'étape suivante, avec la possibilité de vacciner les 12-16 ans d'ici le mois de juillet.

- Un comité interpartis a défendu la loi Covid, soumise au peuple le 13 juin, estimant que refuser ce "paquet de sauvetage" serait "irresponsable". Sans elle, entreprises, indépendants et salariés verront leurs aides se tarir, a-t-il estimé.

- L'Office fédéral de la santé publique a fait état lundi de 3978 cas supplémentaires de coronavirus en 72 heures. On déplore 16 décès supplémentaires et 119 malades ont été hospitalisés.

- L'OFSP recommande toujours de conserver une distance de 1,5 mètre avec les personnes qui ne sont pas du même ménage, de porter un masque dans le cas où cette distance ne peut être maintenue et de respecter les règles d'hygiène.

20h50

Avec la pandémie, les maisons d'édition croulent sous les manuscripts

N'envoyez plus vos manuscrits: tel est le message qui s'affiche sur le site de la prestigieuse maison d'édition française Gallimard.

En France comme en Suisse, les éditeurs sont submergés de manuscrits depuis le début de la pandémie de Covid-19. A Lausanne, les éditions Favre recevaient un ou deux manuscrits par jour, aujourd'hui, c'est 4 ou 5.

"On n'a pas une collection de romans très importante, donc d'habitude on en reçoit très peu", explique la directrice Sophie Rossier. "Là, on en a reçu beaucoup plus, je pense que c'est le type de publications qui a été favorisé par le Covid. Des gens qui se sentent désoeuvrés, qui avaient envie d'écrire depuis longtemps et s'y mettent."

>> Le récit dans le 19h30:

Avec la pandémie les maisons d'édition croulent sous les manuscrits [RTS]
Avec la pandémie les maisons d'édition croulent sous les manuscrits / 19h30 / 2 min. / le 3 mai 2021

Ecrire pour réaliser un rêve, être publié, mais aussi pour s'évader durant cette période de confinement.

"Ecrire, c'est aussi se raccrocher, avoir un lien et puis se projeter avec son lectorat. Je pense que c'est quelque chose aussi qui a beaucoup aidé, et même si beaucoup de ces livres ne seront pas publiés, ils ont été utiles à leurs auteurs."

Parmi ces centaines de propositions reçues, seules deux ou trois seront publiées. C'est d'autant plus difficile que les éditeurs ont dû repousser la parution de nombreux livres à cause de la fermeture des librairies et de l'annulation des salons. Conséquence, les apprentis écrivains doivent aujourd'hui s'armer de patience.

20h40

La confusion règne dans le domaine des passeports vaccinaux

Un pays, deux systèmes, pourrait-on résumer. Ainsi, les Suisses et les Suissesses pourraient avoir à choisir entre deux passeports vaccinaux. Les médecins et les pharmaciens ne veulent pas attendre le projet de la Confédération, et lancent leur propre solution. Au risque de soulever une nouvelle controverse.

>> Les explications dans le 19h30:

Certificat vaccinal: un pays, deux systèmes [RTS]
Certificat vaccinal: un pays, deux systèmes / 19h30 / 2 min. / le 3 mai 2021

Ce certificat de PharmaSuisse et de la FMH devrait permettre de voyager, d’assister à un match de foot ou encore d’aller au concert. Apparemment simple, efficace, infalsifiable… mais pas labellisé. L’Office fédéral de la santé publique ne l’a en effet pas retenu.

L’OFSP n’a toujours pas tranché, mais devrait le faire d’ici la mi-mai, avec mise à disposition du public cet été au plus tôt. Deux solutions sont encore en concurrence: le certificat présenté par la société SICPA et celui de l’Office fédéral de l’informatique et de la télécommunication. Ajoutez celui de la FMH et PharmaSuisse, recalé dans le processus d’évaluation, on nage en pleine confusion. Assisterait-on à une guerre des certificats?

>> L'interview de Martine Ruggli, présidente de PharmaSuisse:

Martine Ruggli L'important c'est que les gens puissent avoir le certificat" [RTS]
Martine Ruggli L'important c'est que les gens puissent avoir le certificat" / 19h30 / 2 min. / le 3 mai 2021

>> Lire aussi: PharmaSuisse et la FMH lancent leur propre certificat Covid-19

18h30

La Confédération appuie Lonza en recherchant des spécialistes

La Confédération offre son soutien à l'entreprise Lonza, qui produit le principe actif du vaccin de Moderna. La société de biotechnologie doit doubler ses capacités de production sur son site de Viège (VS) mais pour l'instant, elle essaye désespérément de trouver de la main-d'oeuvre qualifiée.

Le Département fédéral de l'intérieur (DFI) a créé une task force pour essayer de lui fournir des spécialistes. Car produire un nouveau vaccin, avec une nouvelle technologie est aussi une belle occasion d'asseoir sa place de spécialiste au niveau mondial.

>> Lire: Accord entre Moderna et Lonza pour doubler la production à Viège

"A la demande de Lonza, nous avons rapidement regardé au niveau de la Confédération, du DFI et d'autres secteurs où nous pouvions appuyer", a fait savoir à Forum Guy Parmelin, conseiller fédéral à la tête du Département fédéral de l'économie, de la formation et de la recherche. "Nous avons des chercheurs des Ecoles polytechniques fédérales, de l'Agroscope et des spécialistes bien profilés qui pourraient aider à passer le cap difficile du pic de production massive de 3 à 6 mois. Nous sommes en train de chercher ces profils", a indiqué le ministre.

>> Les précisions dans Forum:

Le logo de Lonza à Viège. [Jean-Christophe Bott - Keystone]Jean-Christophe Bott - Keystone
La Confédération apporte son soutien à Lonza / Forum / 3 min. / le 3 mai 2021

Une donnée importante dans l'équation est toutefois l'urgence de la situation. Les vaccins doivent être produits le plus rapidement possible. Et si la Suisse devait à terme choisir entre investir dans la formation ou favoriser l’immigration de personnel qualifié?

"A situation exceptionnel, mesures exceptionnelles", note Guy Parmelin. "Mais sur le long terme - et nous n'avons pas attendu cette situation - nous investissons tous les quatre ans plusieurs dizaines de milliards de francs dans le cadre de programmes de formation Recherche et Innovation de la Confédération", souligne le conseiller fédéral. Une grande partie de cette manne va aux écoles polytechniques fédérales, à la formation au sein des universités, "dont les cantons vont aussi bénéficier".

Un défi pour le Valais

Mais vu l'urgence de la situation, on devra peut-être chercher des forces de travail ailleurs. "On peut aussi trouver du personnel à l'étranger, mais pour l'instant les permis à disposition n'ont pas été entièrement utilisés", rappelle Guy Parmelin. "Le problème, c'est un manque global de personnel au niveau mondial."

D'ici l'an prochain, Lonza va doubler ses capacités de production. A la clé: au moins 1200 nouveaux postes, et donc des centaines de personnes en plus dans la région. Ecoles, logements, mobilité: le défi d'accueillir cette population reviendra cette fois-ci en priorité au canton du Valais.

>> Lire aussi: Lonza et son vaccin anti-Covid vont faire profondément muter Viège

16h00

On peut louer une salle de cinéma pour une projection privée

Avec une pandémie qui dure depuis plus d'un an, les propriétaires de salles de cinéma cherchent une parade. La chaîne de cinéma Pathé propose de louer ses salles de projection pour des événements privés.

Il est désormais possible de louer des salles à Genève à Pathé Balexert et en Suisse alémanique à Bâle, Berne et Dietlikon (ZH), a indiqué la chaîne de cinéma Pathé dans un communiqué lundi. Cette nouvelle formule a été testée depuis l'été dernier à Ebikon (LU) et Spreitenbach (AG).

"La demande de location de salles était telle que nous étendons maintenant le test", a déclaré le porte-parole de Pathé, Torsten Wagner, à Keystone-ATS. Les femmes semblent particulièrement friandes de cette offre: elles sont à l'origine de près de 80% des réservations pour offrir un événement cinéma à leur famille ou à leurs amis. Les salles sont aussi sollicitées pour des événements liés à des jeux en ligne comme "Nintendo Super Mario sur grand écran", poursuit Torsten Wagner.

Films en VO

Dans ce contexte, la chaîne de cinéma mène un autre projet-pilote en proposant des films en langue originale pour répondre à la demande "d'expatriés, de personnes d'origine étrangère et de cinéphiles". Un film russe a par exemple été projeté à Genève le week-end dernier pour la communauté russe sur place, a relevé le porte-parole.

La chaîne de cinéma, présente dans sept villes en Suisse, souhaite qu'à l'avenir la moitié de ses salles puisse offrir cette prestation.

15h50

Fribourg ouvre la vaccination dès 16 ans à partir du 8 mai

Après Neuchâtel, Fribourg a également annoncé lundi ouvrir à son tour la vaccination à toute la population dès l'âge de 16 ans. Les rendez-vous de vaccination dans les centres commenceront à être libérés pour les personnes de 16 ans et plus à partir du 8 mai.

On relève à Fribourg que les personnes les plus à risques se sont fait vacciner en nombre. Plus de 18'000 personnes à haut risque ont été vaccinées et plus de 84% des personnes âgées de plus de 75 ans ont reçu les deux injections.

Les rendez-vous seront attribués selon l'ordre d'inscription, sauf pour les personnes de plus de 65 ans, a précisé lundi la Direction de la santé et des affaires sociales. Les moins de 18 ans bénéficient de lignes de vaccination spécifiques. Ils ne peuvent en effet recevoir que le vaccin Pfizer.

15h30

Une cinquantaine d'amendes pour une fête illégale dans une forêt st-galloise

La police a mis fin à une fête privée illégale qui violait les mesures contre le coronavirus samedi après-midi dans une forêt près de St-Gall. Au total, 51 personnes ont reçu une amende de 100 francs chacune.

L'organisateur a dû payer 200 francs d'amende et il a été dénoncé au Ministère public.

La police a été informée samedi peu après 16h00 qu'une fête avait été organisée dans une forêt près de la ville. Arrivés sur place, les agents ont trouvé un groupe rassemblé dans les bois.

Les personnes présentes écoutaient de la musique diffusée avec un système d'amplification et une tente avait été dressée, a indiqué lundi la police municipale st-galloise.

15h00

Le Covid-19 a eu des effets divers sur la consommation d'alcool

Le Groupement romand d'études des addictions (GREA) et plusieurs organisations proposent une semaine de dialogue et de prévention avec les professionnels, les personnes concernées et le public. En Suisse, 250'000 personnes y sont dépendantes, selon Addiction suisse.

>> Lire aussi: La pandémie a eu des effets divers sur la consommation d'alcool

Invitée lundi dans le 12h45, la chargée de projet au GREA Marie Cornut estime que le problème actuel est qu'on se retrouve dans une contexte de "prohibition de la fête": "Cela complexifie notre travail puisque, habituellement, les professionnels de la prévention se retrouvent sur les milieux festifs pour mettre en place des mesures de prévention, de réduction des risques."

Consommation chez les jeunes

Dans le 12h30, la directrice du site d'informations et de conseils pour les jeunes Ciao.ch Marjory Winkler explique que "plusieurs jeunes nous expliquent avoir commencé à consommer avec leurs parents au lieu des copains (...) comme les sorties étaient limitées. Il est difficile de prévoir s'il y aura un impact plus tard."

Et d'ajouter: "Il y a des études en Europe qui montrent que si le sujet de l'alcool est discuté en famille, il ne sera pas banalisé et les jeunes n'en consommeront pas plus. Par contre, s'il devient tabou ou un automatisme, les conséquences pourraient être plus graves."

>> Ecouter l'interview de Marie Cornut dans le 12h45:

La pandémie et ses effets sur la consommation d'alcool. Regard sur la semaine de prévention avec Marie Cornut. [RTS]
La pandémie et ses effets sur la consommation d'alcool. Regard sur la semaine de prévention avec Marie Cornut. / 12h45 / 2 min. / le 3 mai 2021

>> Ecouter aussi l'interview de Marjory Winkler dans le 12h30:

Les ivresses ponctuelles répétées chez les jeunes favorisent une dépendance ultérieure. [Urs Flueeler - Keystone]Urs Flueeler - Keystone
Incertitudes autour de la consommation d'alcool chez les jeunes durant la pandémie: interview de Marjory Winkler / Le 12h30 / 5 min. / le 3 mai 2021

14h20

Près de 4000 cas et 16 décès en 3 jours

L'Office fédéral de la santé publique a fait état lundi de 3978 cas supplémentaires de coronavirus en 72 heures. On déplore 16 décès supplémentaires et 119 malades ont été hospitalisés.

Durant les dernières 72 heures, les résultats de 67'212 tests ont été transmis, indique l'OFSP. Le taux de positivité s'élève à 5,92%.

Sur les quatorze derniers jours, le nombre total d'infections est de 26'138, soit 302,36 nouvelles infections pour 100'000 habitants. Le taux de reproduction, qui a un délai d'une dizaine de jours, est lui de 0,93. Les patients Covid-19 occupent 28% des places disponibles en soins intensifs, dont le taux d'occupation est de 75,50%.

Depuis le début de la pandémie, 663'952 cas de contamination au Covid-19 ont été confirmés en laboratoire sur un total de 6'978'583 tests effectués en Suisse et au Liechtenstein. Le total des décès s'élève à 10'043 et le nombre de personnes hospitalisées atteint 27'527.

Le pays dénombre par ailleurs 25'671 personnes en isolement et 27'703 individus faisant partie de leurs contacts ont été mis en quarantaine. S'y ajoutent 4971 autres personnes revenant de voyage d'un pays à risque et qui ont dû aussi passer par la case de la quarantaine.

Au total, 2'642'062 doses de vaccin ont été administrées et 930'199 personnes ont déjà reçu deux doses. La Suisse a reçu jusqu'à présent 3'217'725 doses de vaccins.

13h20

L'intérêt à devenir propriétaire s'est renforcé à Neuchâtel

L’intérêt pour l’accès à la propriété s’est renforcé avec la pandémie dans le canton de Neuchâtel, selon une étude de la Banque cantonale neuchâteloise. Le confinement partiel et les restrictions sanitaires ont renforcé le souhait de nombreux ménages d’améliorer la qualité de leur logement.

"Si les prix des villas sont restés stables sur les neuf premiers mois de 2020, ils sont repartis à la hausse dès le 4e trimestre de l’année dernière. Une progression qui se confirme en ce début 2021 (+2,2% sur les trois premiers mois de l’année)", indique la BCN.

Une maison standard de référence s’est échangée au prix de 1’058’000 francs sur le canton de Neuchâtel, les prix variant de 807’000 au Locle à 1’227’000 francs sur le Littoral. Les PPE sont également plus recherchées et les prix ont augmenté de 2,9% en 2020.

"La hausse reste toutefois modérée en comparaison suisse (+5,1%) et peut en partie s’expliquer par la dynamique démographique peu favorable". Un ménage devait dépenser 746’000 francs en moyenne pour un appartement-type, encore loin des prix helvétiques (1’015’000 francs). "Le marché cantonal reste donc particulièrement abordable", conclut la BCN.

13h00

Baisse des transplantations

Compte-tenu des chiffres du premier trimestre, les activités de transplantation risquent d'enregistrer une baisse de 20% cette année en Suisse. L'organisation s'en inquiète, d'autant que la pandémie n'a rien arrangé.

Les dons d'organes continuent de reculer en 2021, s'est alarmé Swisstransplant, Or l'année 2020 a déjà été marquée par un faible nombre de transplantations.

"C'est essentiellement lié au fait que les ressources aux soins intensifs étaient très limitées et peut-être que les entretiens avec des proches étaient plus difficiles à gérer", a expliqué le directeur médical de Swisstransplant dans le 12h30 de la RTS. "Mais c'est une tendance qui a déjà commencé avant la pandémie actuelle", précise le docteur Franz Immer.

>> Lire aussi: Les listes d'attente pour obtenir une transplantation d'organe s'allongent

12h40

Un comité défend la loi Covid

Sans la loi Covid-19, entreprises, indépendants et salariés verront leurs aides se tarir. Un comité interpartis a défendu ce "paquet de sauvetage", soumis au peuple le 13 juin.

"La loi Covid-19 est un élément central de la lutte contre les conséquences de la crise du coronavirus. Elle garantit que les entreprises, les indépendants et les salariés qui, sans faute de leur part, sont confrontés à une situation de détresse économique obtiennent une aide aussi rapide et efficace que possible", a lancé Gerhard Pfister (Centre/ZG) devant les médias.

"Sans cette loi, plus d’aides pour les cas de rigueur et plus d’indemnités en cas de réduction de l’horaire de travail", a poursuivi le Zougois. Et de rappeler que 10 milliards de francs ont été débloqués à cette fin.

Jusqu'au 20 avril, plus de 25'000 entreprises ont fait une demande pour une aide pour cas de rigueur, a relevé Beat Walti (PLR/ZH). Et plus d'un million de personnes étaient encore au chômage partiel. "Les aides de soutien, basées sur la loi Covid-19, sont utilisées de manière intensive." Refuser le texte serait irresponsable.

"Ces mesures visent à éviter les faillites, préserver les places de travail et assurer les existences", a encore argumenté Mattea Meyer (PS/ZH). Indépendants, restaurants, commerces et de nombreuses autres PME ont dû fermer leurs portes ou réduire leurs prestations depuis plus d'un an, a complété Regula Rytz (Verts/BE). Ils ont puisé dans leurs réserves et se sont endettés pour survivre et sauver des places de travail.

>> Les précisions dans le 12h30:

Le comité interpartis pour la loi Covid-19 devant la presse à Berne, 03.05.2021. [Peter Klaunzer - Keystone]Peter Klaunzer - Keystone
Une large alliance interpartis présente ses arguments en faveur de la loi Covid-19 / Le 12h30 / 1 min. / le 3 mai 2021

>> Lire aussi: Les partisans de la loi Covid-19 défendent une nécessité économique

11h55

Stress psychologique "considérable" chez les enfants et les adolescents

Le semi-confinement de mars à avril 2020 a provoqué un stress psychologique "considérable" chez de nombreuses personnes en Suisse. Un tiers des enfants et des adolescents ont eu des problèmes de santé mentale, selon une étude représentative.

Les parents et les jeunes adultes ont également subi un stress important, avec des facteurs différents de ceux rencontrés par les plus jeunes. C'est ce que montre une étude réalisée par l'Université de Zurich et la Haute Ecole de la Santé La Source (HES-SO) menée auprès de 1627 jeunes adultes de 19 à 24 ans, de 1146 enfants et adolescents de 12 à 17 ans et de leurs parents.

"Enormes" incertitudes

"Les incertitudes de cette période ont été énormes et ont eu un impact négatif sur la psyché", indique Meichun Mohler-Kuo, directrice de l'étude et professeure à la clinique universitaire de Zurich et à La Source.

Les enfants et les adolescents se sentaient stressés par le fait qu'ils devaient modifier, reporter ou annuler des plans ou des événements importants. De plus, ils ne pouvaient pas participer à des activités sociales dans le cadre des loisirs et à l'école. Pour les adultes, il était particulièrement difficile de ne pas savoir quand la pandémie de Covid-19 prendra fin, d'être socialement limité et de devoir réorganiser leur famille et leur travail.

Chez les jeunes adultes, plus de la moitié des femmes (54%) et 38% des jeunes hommes ont rapporté des symptômes dépressifs légers à sévères pendant le premier semi-confinement. Près de la moitié des jeunes femmes (47%) et un tiers des jeunes hommes (33%) ont eu des anxiétés légères à sévères.

11h15

Un test fiable pour détecter les anticorps dans une goutte de sang

Un groupe de scientifiques de l'EPFL, de l'Université de Genève et des HUG a développé un test fiable et bon marché pour détecter des anticorps Covid-19. Ce test permet d'analyser plus d'un millier d'échantillons à la fois et ne nécessite qu'une petite goutte de sang, comme celle que l'on obtient à partir d'une simple piqûre au bout du doigt.

Les tests d'anticorps utilisent des réactifs coûteux et nécessitent une prise de sang dans la veine, qui ne peut être faite que par du personnel soignant formé. Avec le test des chercheurs lémaniques, il est possible de faire beaucoup de tests à la fois avec un minimum de réactifs. On peut même demander aux gens de prélever leurs propres échantillons de sang à la maison, expliquent les partenaires.

Lueur fluorescente

Leurs travaux ont fait l'objet d'une étude parue dans la revue PNAS. Concrètement, les scientifiques ont réorganisé une plateforme diagnostique qui peut analyser jusqu'à 1024 échantillons à la fois. Cette plateforme consiste en un réseau complexe de très petits tubes taillés dans une puce en plastique de la taille d'une clé USB environ.

Pour effectuer le test, les chercheurs introduisent des échantillons de sang et des réactifs dans les canaux de cette puce. Si des anticorps contre le SARS-CoV-2 sont présents, une molécule génère un signal qui peut être détecté au microscope sous forme de lueur fluorescente.

Méthode peu coûteuse

L'équipe a utilisé des échantillons de sang de 155 personnes infectées. Le test a détecté des anticorps dirigés contre le virus dans 98% des cas. Et jamais il n'a détecté d'anticorps chez des sujets qui n'avaient pas été touchés par la maladie.

La méthode est fiable et peu coûteuse. Une seule personne peut réaliser un grand nombre de tests sur la plateforme. En tenant compte de tout, y compris des coûts des salaires et des réactifs, cela revient à environ 0,5 franc suisse par test, évaluent les chercheurs, selon "un calcul approximatif".

10h45

Ouverture le 10 mai de la vaccination dès 16 ans à Neuchâtel

Neuchâtel ouvre à son tour la vaccination à toute la population dès l'âge de 16 ans, à compter du 10 mai. Le canton a pour objectif de vacciner 90'000 personnes d'ici à la fin du mois de juillet.

Les prises de rendez-vous sont possibles dès lundi sur la plateforme en ligne, a indiqué le canton de Neuchâtel. Les jeunes de 16 et 17 ans doivent s'inscrire par téléphone car ils peuvent uniquement bénéficier du vaccin Pfizer.

Groupes cibles "atteints"

"Les quatre mois de vaccination ont eu un impact important sur les groupes à risque, ont soulagé les hôpitaux et ont permis de réduire les décès", a déclaré Claude-François Robert, médecin cantonal neuchâtelois. Les cas dans les EMS s'élèvent à trois (des résidents non vaccinés), contre 155 le 3 décembre 2020. Les décès se montent à un par semaine, contre 36 à fin novembre.

Comme les objectifs pour les groupes cibles "ont été atteints", on peut désormais étendre la vaccination à l'ensemble de la population, a expliqué le médecin cantonal. "Il y a toutefois encore du chemin. L'objectif est que 50% à 60% de la population soit couverte" par les vaccins, a-t-il ajouté.

Plus de 13% de la population déjà vaccinée

A ce jour, 24,8% de la population neuchâteloise (43'530 personnes) a reçu une première injection et 13,4% est complètement vaccinée. Plus de 93% des personnes hautement vulnérables ont été vaccinées et la majorité des personnes vulnérables qui le souhaitaient l'ont été également.

Outre les trois centres de vaccination, les équipes mobiles et les pharmacies et cabinets médicaux du Val-de-Travers, le dispositif cantonal de vaccination sera renforcé progressivement. Il comptera 17 cabinets médicaux, 38 pharmacies et des cliniques privées dès le 26 mai. Il permettra de vacciner 17'000 personnes par semaine.

Le canton de Neuchâtel est confiant d'être suffisamment livré en vaccins. "Pour avoir une marge de sécurité par rapport à un retard de livraison, on a pris la décision d'avoir dix jours de décalage" entre le jour du vaccin et l'arrivée de ce dernier dans le canton, a expliqué Julie Reynaud, cheffe de projet vaccination.

>> Les précisions de Théo Jeannet dans le 12h45:

Neuchâtel autorise à son tour la vaccination aux jeunes dès 16 ans. Eclairage Théo Jeannet. [RTS]
Neuchâtel autorise à son tour la vaccination aux jeunes dès 16 ans. Eclairage Théo Jeannet. / 12h45 / 1 min. / le 3 mai 2021

10h10

Echanger des employés pour éviter la pénurie

Alors que la pénurie de main d'oeuvre qualifiée s'est avérée un réel problème pour Lonza, le secteur des biotechs a mis en place un procédé original pour éviter que certaines entreprises ne mettent à l'arrêt leurs installations: une plateforme d'échange d'employés.

La fondation Inartis, qui promeut l’innovation et s’adresse aux quelque mille entreprises actives dans les sciences de la vie en Suisse romande, a mis en place cette plateforme dès le premier confinement.

Mais elle permet encore aujourd'hui de dépanner certaines entreprises qui ont des employés en isolement ou en quarantaine. Grâce à elle, des employés qui ont des compétences particulières dans un domaine peuvent les afficher et les firmes qui cherchent ces compétences peuvent faire appel à eux. Ils sont alors déplacés momentanément d'une entreprise à l'autre pour remplacer les personnes absentes.

>> Les précisions de La Matinale:

Le campus biotech à Genève. [Salvatore Di Nolfi - Keystone]Salvatore Di Nolfi - Keystone
Une plateforme d’échange d’employés pour assurer des remplacements / La Matinale / 1 min. / le 3 mai 2021

>> En lire plus: Une plateforme d'échange d'employés mise en place face aux pénuries

09h45

Les perspectives du marché du travail s'améliorent en Suisse

Pour la première fois depuis le début de la crise du coronavirus, les entreprises qui prévoient d'embaucher au cours des trois prochains mois sont plus nombreuses que celles qui prévoient de réduire leurs effectifs, selon l'institut KOF.

L'indicateur de l'emploi a augmenté en avril à -1,8 point, contre -6,3 points (révisé de -8,2 points) au premier trimestre 2021, indique le Centre de recherche conjoncturelles (KOF) de l'Ecole polytechnique fédérale de Zurich.

L'indicateur a ainsi rattrapé une grande partie de la baisse subie il y a un an en raison de la crise du Covid-19. Il n'est "plus que légèrement inférieur à sa moyenne à long terme. Les perspectives du marché du travail suisse se sont donc nettement améliorées par rapport aux derniers mois". Au premier trimestre 2020, il s'établissait à 3,4 points, avant de chuter au deuxième à -20,6 points.

>> Lire aussi: Les perspectives du marché du travail s’améliorent en Suisse

09h30

Les cantons se préparent à des examens en présentiel

Organiser les examens de maturité ou d'autres diplômes en présentiel et avec un minimum d'étudiants malades ou en quarantaine, tel est l'objectif affiché par tous les cantons. A environ un mois des premières échéances, les directions d'instruction publique affinent leurs dispositifs anti-Covid-19.

Ainsi, tous les cantons prévoient des examens écrits en petits groupes d'élèves, quitte à donner congé aux volées plus jeunes afin de libérer des classes. Quant aux oraux, ils ne posent aucun problème.

Pour limiter la casse en amont, certains cantons comme Fribourg ont même décidé d'organiser dès le mois de mai des tests hebdomadaires massifs dans les classes pour dépister les cas asymptomatiques. Le but est d'éviter les quarantaines susceptibles de gâcher la préparation et la passation des examens.

"Contenir l'infection" dans les classes

"Avoir des possibilités de tests à large échelle pour les jeunes qui sont en année d'examens va pouvoir contenir l'infection le mieux possible", explique Jean-Pierre Siggen, conseiller d'Etat fribourgeois en charge de l'instruction publique, au micro de La Matinale.

A noter que tous les cantons ont prévu des examens de rattrapage pendant l'été, si nécessaire. Mais pour l'éviter, des solutions innovantes sont à l'étude comme en Valais. "En accord avec l'unité du médecin cantonal, nous élaborons un scénario pour permettre aux élèves en quarantaine, mais qui ne sont pas malades, de se réunir pour passer leurs examens en petits groupes", décrit Jean-Philippe Lonfat, chef du Service valaisan de l'enseignement.

>> Les précisions dans La Matinale:

Les cantons se préparent aux examens de fin d'année.  [LAURENT GILLIERON - KEYSTONE]LAURENT GILLIERON - KEYSTONE
Les cantons se préparent aux examens de fin d'année / La Matinale / 1 min. / le 3 mai 2021

09h15

Coup d'envoi des tests dans les écoles du canton de Berne

Les tests à grande échelle dans les écoles bernoises pour lutter contre le Covid-19 ont débuté lundi. Au total, 219 communes sur les 256 qui accueillent un établissement scolaire ont donné leur feu vert à cette opération. Quelque 95% des élèves du canton de Berne auront accès à ces tests sur une base volontaire.

Les tests PCR d'échantillons salivaires auront lieu une fois par semaine le matin durant les heures de cours, a rappelé lundi le canton de Berne. Le personnel des établissements scolaires peut également se faire tester sur une base volontaire. Les personnes testées positives sont immédiatement placées en isolation.

08h45

Les nouveaux salariés de Lonza vont transformer Viège

Viège et le Haut-Valais sont en pleine effervescence depuis que Lonza, qui produit pour Moderna le principe actif du vaccin contre le Covid-19, a annoncé la création de milliers de postes de travail. Mais qui dit nouveaux employés - Lonza en évoque 1200 - dit nouveaux habitants dans une cité qui en compte aujourd'hui 8000 environ.

La concurrence étant vive sur le marché des biotechnologies, l'offre devra être de qualité pour convaincre ce personnel spécialisé de mettre le cap sur le Haut-Valais. Pour Viège, l'objectif est aussi d'impliquer la population indigène, d'adapter l'offre de formation et d'encourager les jeunes à se tourner davantage vers des métiers techniques.

>> En lire plus: Lonza et son vaccin anti-Covid vont faire profondément muter Viège

Plus gros que l'ensemble des remontées mécaniques

"Le Valais est surtout connu comme une région touristique, mais beaucoup moins comme région où il fait bon vivre, étudier et travailler. Renforcer le Valais comme lieu de vie et travail est devenu une priorité", a confié lundi le directeur de Valais - Wallis promotion Damian Constantin dans La Matinale de la RTS. Aujourd'hui, le poids économique de Lonza est déjà considérable, pointe-t-il du doigt. Avec ses 4000 postes de travail, "sa masse salariale dépasse largement le chiffre d'affaires des remontées mécaniques en Valais".

Mais un bon millier d'habitants en plus dans une ville excentrée, qui en compte pour l'heure moins de 10'000 et souffre déjà de bouchons, est-ce vraiment viable? Pour Damian Constantin, la région est prête. Et Viège et le Haut-Valais sont moins enclavés et périphériques qu'on veut bien le dire, surtout depuis l'ouverture du tunnel de base du Lötschberg en 2007, qui a mis la ville à 1h de Berne et 2h de Milan.

Pas tous les employés à Viège

"Si vous habitez à Berne et que vous venez travailler à Viège, ça vous prend une heure. Pour des employés qui viennent de l'international, se déplacer une heure, ça n'est pas vraiment une distance", constate-t-il. Les nouveaux employés ne vont pas forcément tous s'installer directement à Viège.

>> L'interview de Damian Constantin dans La Matinale:

Damian Constantin évoque l’essor économique de Viège et de sa région grâce à Lonza (vidéo) [RTS]
Damian Constantin évoque l’essor économique de Viège et de sa région grâce à Lonza (vidéo) / La Matinale / 8 min. / le 3 mai 2021

08h30

L'Université de Genève propose des repas à 3 francs

Dès lundi et jusqu'au 30 juin, manger à la cafétéria de l'Université de Genève coûtera 3 francs pour les étudiantes et les étudiants. L'offre est réservée aux élèves de l'institution. Le rectorat accède ainsi à une demande du syndicat universitaire CUAE.

"Depuis presque un an et demi, ils sont à distance. Nous savons que c'est difficile économiquement pour une partie d'entre eux. La cafétéria peut être un lieu de retrouvailles, ce à quoi ils aspirent beaucoup ces temps", explique la vice-rectrice de l'Université de Genève Micheline Louis-Courvoisier, interrogée dans La Matinale.

Et d'ajouter: "Nous avons décidé d'être très rapide pour que les étudiants puissent en bénéficier tout de suite. S'il avait fallu sélectionner les étudiants qui pouvaient y avoir droit, cela nous aurait pris beaucoup de temps."

>> Les explications dans La Matinale:

La façade d'entrée du bâtiment de l'UNI Bastions, l'Université de Genève.  [SALVATORE DI NOLFI - KEYSTONE]SALVATORE DI NOLFI - KEYSTONE
L'Université de Genève proposera ses repas aux étudiants pour 3 francs jusqu'à la fin du semestre / La Matinale / 1 min. / le 3 mai 2021

08h00

Viège (VS) se réjouit des investissements prévus par Lonza pour le vaccin de Moderna

Lonza et Moderna ont annoncé un accord pour la mise en place de trois nouvelles lignes de production à Viège (VS). Objectif: doubler la fabrication du produit actif pour le vaccin contre le Covid-19.

"Dans les trois ou quatre dernières années, il y a eu beaucoup de nouveaux investissements de Lonza à Viège. C'est une très bonne nouvelle, non seulement pour la commune, mais aussi pour tout le Haut-Valais et même l'ensemble du canton", a réagi le président de la commune de Viège Niklaus Furger dans La Matinale.

Il évoque un "défi" auquel la ville haut-valaisanne s'est préparé en réalisant des études pour planifier les futures intrastructures nécessaires, notamment au niveau des écoles.

>> Ecouter son interview dans La Matinale:

Le logo de Lonza à Viège. [Jean-Christophe Bott - Keystone]Jean-Christophe Bott - Keystone
Viège se réjouit de la décision de Moderna et de Lonza d'accélérer la production des vaccins en Valais / La Matinale / 1 min. / le 30 avril 2021

07h45

Une "forte adhésion" à la vaccination en Valais

Matthias Reynard a pris ce week-end ses nouvelles fonctions de conseiller d'Etat valaisan en charge de la Santé et de la Culture. À 33 ans, le socialiste fait face au défi de la sortie de crise.

Le jeune conseiller d'Etat aura donc la lourde tâche de gérer la sortie de son canton de la crise sanitaire, ainsi que celle de répondre aux attentes des milieux culturels. Dans ce cadre, la vaccination jouera un rôle majeur.

Alors que les cantons de Vaud et du Jura ouvrent la vaccination aux jeunes dès 16 ans dès jeudi, et que celui de Neuchâtel devrait faire la même annonce lundi, en Valais, seules les personnes de 50 ans et plus peuvent actuellement être vaccinées.

"Les inscriptions pour les jeunes de 16 ans sont déjà ouvertes, mais aujourd'hui la priorité est donnée aux personnes les plus à risque", explique Matthias Reynard dimanche sur le plateau du 19h30, "parce qu'il s'agit avant tout de sauver des vies et d'éviter les cas les plus complexes".

Une "forte adhésion" à la vaccination

Toutefois, malgré cette ouverture restreinte de la vaccination, le Valais est placé dans la moyenne nationale en termes de taux de sa population totale vaccinée. Car la demande est très importante chez les personnes âgées. Actuellement, "85% des plus de 75 ans sont déjà vaccinés, et environ deux tiers des 65-75 ans", détaille Matthias Reynard. "C'est très positif, car ça montre que même si on n'est pas favorable à une obligation, il y a une forte adhésion de la population", estime-t-il.

>> Son interview au 19h30:

Le conseiller d'État valaisan Mathias Reynard sur la vaccination aux plus jeunes. [RTS]
Le conseiller d'État valaisan Mathias Reynard sur la vaccination aux plus jeunes. / 19h30 / 4 min. / le 2 mai 2021

07h30

Les faîtières des patients et des restaurateurs appellent à créer un seul certificat Covid-19

Dans La Matinale, le président de la Fédération suisse des patients et conseiller national neuchâtelois Baptiste Hurni estime qu'il ne faut pas multiplier les solutions pour le certificat Covid-19. "Pour les patients, ce qui est important, c'est qu'il y ait un seul certificat Covid-19, qui soit généralisé, infalsifiable et gratuit. (…) Les gens ne peuvent pas avoir quinze passeports Covid-19", estime le socialiste.

>> Son interview complète dans La Matinale:

Le conseiller national socialiste neuchâtelois Baptiste Hurni. [Gaëtan Bally - Keystone]Gaëtan Bally - Keystone
Interview du président de la Fédération suisse des patients Baptiste Hurni sur le certificat Covid-19 / La Matinale / 1 min. / le 3 mai 2021

Un avis partagé par le patron de GastroSuisse Casimir Platzer. "L'Office fédéral de la santé publique n'a pas fait son travail. S'il faut créer une solution suisse, il y a une possibilité avec un QR code qui serait le même pour toute la Suisse. Si on commence à avoir des solutions différentes pour chaque canton... On ne peut pas travailler comme cela."

De son côté, l'OFSP relève que "les efforts de chaque partie pour trouver une solution doivent être salués". La Confédération reste en contact avec ces deux partenaires importants du système de santé. Leur expertise, ainsi que celle des autres acteurs, continueront d'être intégrées et prises en compte dans les procédures fédérales en cours".

>> Son interview complète dans La Matinale:

Casimir Platzer annonce l’initiative populaire "une indemnisation adéquate en cas de pandémie". [Alessandro della Valle - Keystone]Alessandro della Valle - Keystone
Interview du président de GastroSuisse Casimir Platzer sur le certificat Covid-19 / La Matinale / 1 min. / le 3 mai 2021

07h15

Les enfants bientôt vaccinés contre le Covid-19?

En Suisse, certains cantons ont commencé à ouvrir la vaccination aux jeunes adultes et tous devraient suivre avant le début de l'été.

La semaine dernière, l'Office fédéral de la santé publique a même déjà évoqué l'étape suivante, avec la possibilité de vacciner les 12-16 ans d'ici le mois de juillet.

>> Le reportage du 19h30 sur les réactions des jeunes à la possibilité de se faire vacciner:

Vaccination: les jeunes entre impatience et résignation [RTS]
Vaccination: les jeunes entre impatience et résignation / 19h30 / 2 min. / le 2 mai 2021

La maladie est moins grave chez les jeunes, mais elle n'a pas qu'une phase aiguë et elle peut aussi être chronique, avec des symptômes qui peuvent durer des mois, rappelle dans Forum Allessandro Diana, infectiologue et pédiatre pour expliquer les avantages à se faire vacciner pour cette tranche d'âge.

La question se pose encore sur la vaccination chez les enfants de moins de 12 ans, voire même à partir de 6 mois et des études sont en cours à ce propos.

>> Réécouter l'interview dans Forum d'Alessandro Diana, infectiologue et pédiatre, qui revient sur la possibilité de vacciner des enfants:

Alessandro Diana. [avisdexperts.ch/RTS]avisdexperts.ch/RTS
Les enfants bientôt vaccinés contre le Covid-19? Interview d'Alessandro Diana / Forum / 5 min. / le 1 mai 2021

07h00

PharmaSuisse et la FMH lancent leur propre certificat Covid-19

La Fédération des médecins suisses (FMH) et PharmaSuisse veulent lancer leur propre certificat Covid-19. Pourtant la Confédération a déjà sélectionné deux autres solutions, dont le choix est attendu pour la mi-mai.

Le temps joue un grand rôle et Martine Ruggli-Ducrot, la présidente de PharmaSuisse, citée dans la NZZ am Sonntag et interviewée dans le 12h30, considère que la faîtière des pharmaciens et la FMH peuvent offrir une solution fin mai, soit un mois plus vite que Berne: "attendre la Confédération risque d'être très coûteux pour tout le monde".

A partir de juin, les personnes vaccinées, guéries ou testées négatives au Covid 19 pourraient être privilégiées, avait annoncé récemment le Conseil fédéral. Mais la FMH et PharmaSuisse craignent des retards avec ce projet émanant de l'administration fédérale.

Bien placées pour créer ce certificat - ce sont les médecins et les pharmaciens qui injectent les vaccins, font les tests, documentent les résultats -, on peut se demander pourquoi la FMH et PharmaSuisse n'ont pas été tout de suite en première ligne pour le faire. "Nous avons fait une offre à la Confédération, qu'elle n'a pas retenue", a précisé Martine Ruggli-Ducrot.

>> Le sujet de Forum:

Les médecins et pharmaciens lancent leur certificat Covid-19 (vidéo) [RTS]
Les médecins et pharmaciens lancent leur certificat Covid-19 (vidéo) / Forum / 2 min. / le 2 mai 2021

>> Lire aussi: PharmaSuisse et la FMH lancent leur propre certificat Covid-19

06h45

Ouvertures des piscines sur fond de restrictions

De nombreuses piscines ont ouvert leurs portes le 1er mai, malgré une météo maussade.

Côté protocole sanitaire, les règles sont strictes. L'affluence maximum est réduite de moitié et le masque est obligatoire dans les vestiaires. Mais c’est surtout la règle des dix mètres carrés d’eau par nageur, imposée pour respecter les distances dans le bassin, qui semble un peu compliqué à mettre en place.

De nombreuses piscines rouvraient aujourd'hui en Suisse. [RTS]
De nombreuses piscines rouvraient aujourd'hui en Suisse. / 19h30 / 1 min. / le 1 mai 2021

06h30

Les cantons jugent le plan de sortie un peu trop rapide

Le plan de sortie de crise en trois phases présenté par le Conseil fédéral la semaine dernière est bien accueilli par les cantons. Mais ceux-ci le trouvent un peu trop rapide à leur goût. Ils l'ont fait savoir dans leur prise de position publiée vendredi soir.

Le plan du gouvernement prévoit d'abord une phase de protection, jusqu'à fin mai, une deuxième de stabilisation, vraisemblablement jusqu'à fin juillet, et une troisième dite de normalisation, qui devrait permettre de lever graduellement les restrictions encore en vigueur.

Pour les cantons, "le passage à la phase 3 ainsi que les étapes concrètes des ouvertures des phases 2 et 3 doivent mieux prendre en considération la volonté de se faire vacciner et, de fait, les taux de vaccination".

Une partie non négligeable de la population n'est pas encore vaccinée et constitue ainsi un risque, écrit la Conférence des directeurs cantonaux de la santé (CDS).

Tenir compte des indicateurs

Les cantons demandent de tenir compte des indicateurs qui fixent les valeurs à ne pas dépasser, à savoir les nouvelles infections, les hospitalisations, l'occupation en soins intensifs et le taux de reproduction.

Si une grande partie de ces critères ne sont pas remplis, il ne doit pas y avoir d'ouvertures. Sinon, ces indicateurs perdront leur pertinence tout comme le modèle dans son ensemble.

Les cantons demandent de prévoir assez de temps pour observer de manière adéquate les conséquences des ouvertures ou des restrictions sur les infections. Et le Conseil fédéral doit communiquer clairement que l'apparition de mutations du virus peut mener à renoncer aux étapes d'ouverture si la situation épidémiologique l'exige.

Le plan de sortie du Conseil fédéral est soumis en consultation jusqu'au milieu de la semaine prochaine.

06h15

Les pharmacies entrent dans la course à la vaccination

La course à la vaccination s'intensifie en Suisse. Après les cabinets médicaux et les centres de vaccination, c'est autour des pharmacies de commencer à vacciner.

En Valais, la pharmacie de Chalais est l'un des cinq établissements à participer à un projet pilote. D'ici mi-mai, une majorité des pharmacies du canton devraient pouvoir vacciner ceux et celles qui le souhaitent.

>> Le reportage du 19h30:

La course à la vaccination s'intensifie en Suisse. Dorénavant on vaccine aussi dans les pharmacies en Valais [RTS]
La course à la vaccination s'intensifie en Suisse. Dorénavant on vaccine aussi dans les pharmacies en Valais / 19h30 / 2 min. / le 30 avril 2021

Mais avec les retards de livraison du vaccin Moderna, la pharmacie doit pour l'instant se contenter du sérum de Pfizer, moins pratique à conserver. Le nombre de vaccins livrés chaque semaine est incertain. Dans ces conditions, il est difficile de s'organiser.

Les cantons de Vaud, de Neuchâtel et du Jura ont aussi commencé à vacciner en pharmacie. Le reste de la Suisse romande devrait suivre pour permettre d'intensifier le rythme des vaccinations.

Vaccins pour tout le monde dès fin mai à Genève

Genève fait toutefois exception. "On ne voit pas la nécessité de vacciner en pharmacie", a fait savoir le conseiller d'Etat en charge de la Santé Mauro Poggia dans le 19h30."Tous les centres de vaccination sont facilement accessibles, nous avons voulu privilégier pour des raisons d'efficacité la concentration des doses dans des centres dédiés à la vaccination", a-t-il expliqué.

Interrogé sur l'ouverture de la vaccination aux personnes dès 16 ou 18 ans dans certains cantons (VD, VS et JU), le ministre a expliqué que si les inscriptions étaient déjà ouvertes à tous et toutes dans le canton, ce dernier a choisi de privilégier un sens de l'âge décroissant, "afin de ne pas vacciner des plus jeunes avant des plus âgés."

Sauf mauvaise surprise sur la livraison des vaccins, le canton devrait néanmoins pouvoir ouvrir la vaccination à tout le monde dès la fin du mois de mai, a encore fait savoir Mauro Poggia.

>> L'interview de Mauro Poggia dans le 19h30:

Mauro Poggia "A Genève on ne voit pas la nécessité de vacciner en pharmacie. On privilégie la vaccination dans les centres." [RTS]
Mauro Poggia "A Genève on ne voit pas la nécessité de vacciner en pharmacie. On privilégie la vaccination dans les centres." / 19h30 / 2 min. / le 30 avril 2021

06h00

Le dossier complet

Retrouvez dans notre dossier toutes les informations, toutes les analyses et toutes les émissions consacrées au coronavirus.

Le dossier consacré à l'épidémie de coronavirus