Banner du 13 avril [Keystone]
Publié Modifié

Les effets de la vaccination sont visibles et la situation n'est pas "explosive", assure l'OFSP

- Le nombre de nouvelles infections au coronavirus continue d'augmenter, mais légèrement. La situation est gérable et contenue, grâce aux mesures prises, a estimé mardi Virginie Masserey, de l'OFSP, devant la presse. "Avec 2000 à 2500 cas par jour, la situation n'est pas explosive."

- L'Office fédéral de la santé publique a fait état de 2241 nouveaux cas en 24 heures, ainsi que de dix décès supplémentaires et 82 hospitalisations. Le taux de positivité s'élève à 8,81%.

- Les effets de la campagne de vaccination sur les plus de 75 ans fonctionnent. Ce groupe prioritaire est moins touché par le Covid-19 et ce devrait bientôt également être le cas pour la population plus jeune. La fréquence de vaccination s’accroît également: pour la première fois, plus de 200'000 doses de vaccin ont été administrées en une semaine.

- Dans ce contexte, la conférence de presse du Conseil fédéral ce mercredi sera très attendue. Le gouvernement devrait décider d'un assouplissement ou non des mesures, alors que la pression s'accroît pour demander une réouverture rapide des restaurants et des structures actives dans les domaines de la culture, du sport et des loisirs.

- Parmi les assouplissements attendus, l'ouverture des terrasses est plébiscitée. Certains acteurs de la branche jugent toutefois cette mesure peu rentable économiquement et inégalitaire. Quatre des cinq critères fixés par le Conseil fédéral pour assouplir les mesures de lutte contre le Covid-19 ne sont pas remplis, a toutefois indiqué l'OFSP.

- Le Valais ouvre la vaccination aux personnes de 65 ans et plus. Les autorités sanitaires ont pris cette décision après avoir estimé que près de 90% des personnes âgées de 75 ans et plus ainsi que celles avec une maladie chronique à haut risque ont reçu au moins une dose. Genève a de son côté ouvert la vaccination aux 45 ans et plus ce lundi.

- L'OFSP recommande toujours de conserver une distance de 1,5 mètre avec les personnes qui ne sont pas du même ménage, de porter un masque dans le cas où cette distance ne peut être maintenue et de respecter les règles d'hygiène.

20h35

L'OFSP n'a rien dévoilé des plans du Conseil fédéral

Lors de leur conférence de presse ce mardi, les experts de l'OFSP ont rempli leur mission du jour: ne rien dévoiler de ce que le Conseil fédéral pourrait annoncer demain. "Le Conseil fédéral ne nous donne pas l'occasion de chuchoter à ses oreilles", a ainsi répondu la cheffe de la section contrôle des infections de l'OFSP Virginie Masserey à la question d'un journaliste.

Depuis quelques jours, la pression monte à nouveau. La puissante commission de l’économie a réclamé lundi à l’unanimité des perspectives d’ouverture. A droite, du côté de l’Union suisse des arts et métiers, on exige de lâcher les freins.

Le Conseil fédéral ne nous donne pas l'occasion de chuchoter à ses oreilles

Le premier vaccin devrait être homologué en Suisse d'ici janvier, a indiqué Virginie Masserey. [Anthony Anex - Keystone]
Virginie Masserey, cheffe de la section contrôle des infections de l'OFSP

Ouverture minime attendue

Selon les observateurs, il est probable que le Conseil fédéral fasse un geste mercredi, même minime, en proposant par exemple de rouvrir les terrasses. Les chiffres ne sont pourtant pas des plus favorables, avec plus de 2200 nouveaux cas en 24 heures. Si l’on prend les cinq critères sanitaires de référence, un seul est respecté à ce jour, l’occupation des lits en soins intensifs: les patients Covid y occupent en effet 22,7% des places disponibles.

Selon les critères établis, le nombre de nouvelles hospitalisations (entre 60 et 70 par jour, en hausse légère), le taux de reproduction du virus (autour de 1,1, stable depuis mi-février), le nombre de nouvelles contaminations (environ 2000 par jour, soit deux fois plus qu'à mi-février) ou encore les décès (entre 7 et 11 par jour en moyenne depuis mi-février, stables) sont encore trop élevés pour garantir une ouverture plus large.

>> Le sujet du 19h30 sur la position des experts de l'OFSP:

La pression monte sur le Conseil fédéral, cet après-midi c'était au tour des experts de l'OFSP de commenter la situation. [RTS]
La pression monte sur le Conseil fédéral, cet après-midi c'était au tour des experts de l'OFSP de commenter la situation. / 19h30 / 2 min. / le 13 avril 2021

19h40

Le variant brésilien inquiète l'Europe, pas encore la Suisse

Alors que la France a suspendu mardi tous ses vols en provenance et à destination du Brésil en raison des inquiétudes suscitées par le variant brésilien du SRAS-CoV-2, la Suisse, elle, maintient pour l'heure ses propres liaisons aériennes.

>> Lire aussi: La France suspend "jusqu'à nouvel ordre" tous les vols avec le Brésil - Le suivi du Covid dans le monde

On ne dénombre aujourd'hui en Suisse que 13 cas de ce variant qui pourrait être plus virulent et peut-être plus résistant aux vaccins. Il est aujourd'hui majoritaire dans de nombreux pays latino-américains et s'est déjà implanté aux USA, au Canada et en Europe. Aux Pays-Bas, par exemple, il croît de 60% chaque semaine, ce qui pousse certaines voix à demander une vraie coordination européenne pour limiter son arrivée.

>> Regarder le reportage du 19h30:

Covid : le variant brésilien très contagieux inquiète les autorités européennes. Peu présent en Suisse, il est surveillé de près [RTS]
Covid : le variant brésilien très contagieux inquiète les autorités européennes. Peu présent en Suisse, il est surveillé de près / 19h30 / 2 min. / le 13 avril 2021

>> Lire aussi: La Suisse maintient ses liaisons aériennes avec le Brésil, malgré le variant

18h45

Les tests PCR périmés de la Confédération étaient mal adaptés aux labos suisses

La Confédération va devoir se débarrasser de 740'000 tests PCR périmés, a révélé dimanche la NZZ am Sonntag. Une importante réserve d'un million de tests, achetée pour près de 17 millions de francs, est en effet restée en grande partie inutilisée et a désormais atteint sa date de péremption.

Or, cette mauvaise évaluation des besoins est liée au type de tests choisis par l’OFSP, a découvert la RTS mardi. Lors de la panique provoquée par la première vague, les responsables fédéraux ont estimé qu'il fallait frapper fort et ont passé commande d’un million de kits auprès d'un fournisseur américain.

Le hic: ces tests n'étaient pas vraiment adaptés au marché suisse des laboratoires. "Choisir cette technologie n'était pas une bonne option, c'est vrai. Il est dommage que nous n'ayons pas été consultés en amont, parce que nos connaissances dans les laboratoires de diagnostics sont différentes de celles des chercheurs ou des gens qui travaillent dans l'épidémiologie", a ainsi confirmé dans Forum le directeur du laboratoire du CHUV Gilbert Greub.

>> Ecouter l'enquête de Forum:

700'000 tests PCR périmés: que s'est-il passé? [RTS]
700'000 tests PCR périmés: que s'est-il passé? / Forum / 3 min. / le 13 avril 2021

>> Lire aussi: La réserve fédérale de tests PCR était mal adaptée aux besoins des labos

17h50

La ministre des Finances jurassienne Rosalie Beuret Siess positive au Covid-19

La ministre des Finances du canton du Jura Rosalie Beuret Siess a été testée positive au Covid-19, a annoncé le Gouvernement jurassien. A la suite de l’apparition de maux de gorge, la socialiste a procédé à un test rapide ce mardi, qui s’est révélé positif.

Pour l'heure, l'élue souffre uniquement de légers symptômes et poursuit ses tâches en télétravail pendant son isolement de 10 jours. Comme le Gouvernement siège par vidéoconférence, le fonctionnement de l'exécutif n’est pas impacté, précise le canton.

16h55

Le point sur l'age minimal pour la vaccination, canton par canton

Dans les cantons romands, l'âge requis pour la vaccination (hors personnes souffrant de pathologies qui les classent dans les groupes à risque) est actuellement le suivant:

Berne: Dès 65 ans (depuis le 1er avril). La vaccination est pratiquement terminée pour les groupes A (personnes à partir de 75 ans) et B (personnes vulnérables).

Fribourg: Dès 65 ans.

Genève: Dès 45 ans (depuis le 12 avril).

Jura: Dès 75 ans. Les proches des personnes vulnérables peuvent aussi se faire vacciner.

Neuchâtel: Dès 55 ans. Sous réserve des doses disponibles, le canton compte ouvrir la vaccination à la population âgée de 16 ans et plus dès le mois de mai.

Valais: Dès 65 ans (dès ce mardi).

Vaud: Dès 65 ans (depuis le 29 mars). Vaccination possible également pour les proches aidants de personnes vulnérables.

16h35

Dure entrée sur le marché du travail pour les jeunes diplômés de la formation commerciale

La pandémie a rendu plus difficile l'entrée sur le marché du travail pour les jeunes diplômés de la formation commerciale en 2020, relève une étude de la Société des employés de commerce. Ils sont moins nombreux qu'il y a un an à avoir trouvé un emploi et les postes temporaires sont en augmentation.

En novembre 2020, 9,1% des jeunes ayant effectué un apprentissage commercial l'an dernier étaient encore à la recherche d'un emploi, soit une hausse de 3%. Par ailleurs, 64,8% seulement indiquaient exercer une activité lucrative (-5 points sur un an).

Cela marque une rupture brutale avec la tendance positive qui avait caractérisé les dernières années, indique l'étude. L'organisation qualifie également de "préoccupante" la hausse du nombre de jeunes travaillant dans des conditions précaires. En 2020, le nombre de diplômés travaillant de manière temporaire a augmenté de 5 points. Un quart des personnes travaillant dans ces conditions indiquent qu'elles auraient préféré un emploi permanent, mais n’en ont pas trouvé. Les postes à temps partiel ont aussi augmenté.

15h55

Travail.Suisse exige une sortie "prudente" de la crise

L'organisation syndicale Travail.Suisse s'est dite surprise par les demandes patronales et enjoint le Conseil fédéral de poursuivre avec sa stratégie de sortie prudente de la crise.

Pour le syndicat, 20'000 à 30'000 infections par jour n'est pas un objectif pour sortir de la crise. Il fait référence à des propos du président de l'Union patronale suisse Valentin Vogt, qui avait qualifié vendredi ce chiffre de supportable.

"Le président des employeurs veut finalement sacrifier la santé des salariés aux intérêts économiques des entreprises. Je n'ai jamais entendu une déclaration aussi hostile aux salariés au cours de l'année écoulée", s'est indigné le président de Travail.Suisse Adrian Wüthrich. Il faut continuer de soutenir financièrement les salariés qui sont fortement touchés par les mesures, relève le syndicat.

15h35

Quatre des cinq critères pour l'assouplissement ne sont pas remplis

Quatre des cinq critères fixés par le Conseil fédéral pour assouplir les mesures de lutte contre le Covid-19 ne sont pas remplis. Il ne s'agit toutefois que de valeurs indicatives, a précisé mardi la cheffe de la section contrôle des infections de l'OFSP Virginie Masserey.

"L'occupation des soins intensifs doit être inférieure à 250. C'est le cas", a-t-elle expliqué. En revanche, "l'incidence sur 14 jours devrait être inférieure à 220. Elle est à 296". La moyenne sur sept jours des nouvelles hospitalisations est, elle, supérieure à 45/jour. Celle des décès est de 7,8/jour (alors qu'elle devrait être inférieure à 6,3) et le taux de reproduction (1,14) est aussi supérieur à la limite fixée à 1.

15h20

Les mesures de protection prolongées dans le domaine de l'asile

Les mesures de protection temporaires contre le coronavirus dans le domaine de l’asile doivent être prolongées jusqu'au 31 décembre, estime le Département fédéral de justice et police. Il a ouvert une procédure de consultation qui durera jusqu'au 27 avril.

Les mesures de protection adoptées par le Conseil fédéral en avril dernier, plusieurs fois prolongées depuis, concernent notamment les auditions de requérants d'asile, la garantie de capacités d'hébergement suffisantes dans les centres de la Confédération et la prolongation des délais de départ dans la procédure d'asile et de renvoi, indique le DFJP.

Ce dernier souligne que ces mesures ont fait leurs preuves en pratique. Le nombre d'infections est resté relativement faible dans les logements collectifs de la Confédération destinés aux requérants d’asile. Aucun mort n'est à déplorer.

15h00

Le Valais ouvre la vaccination aux personnes dès 65 ans

Le Valais a annoncé ouvrir la vaccination contre le Covid-19 aux personnes âgées de 65 ans et plus. Les autorités sanitaires ont pris cette décision après avoir estimé que près de 90% des personnes âgées de 75 ans et plus ainsi que celles avec une maladie chronique à haut risque ont reçu au moins une dose de vaccin.

Les résidentes et résidents du canton qui ont vu le jour en 1956 et avant peuvent dès ce mardi prendre rendez-vous pour se faire vacciner, indique le Département valaisan de la santé. L'inscription par téléphone ou internet auprès d'un médecin traitant participant à la vaccination contre le Covid-19 ou dans un centre prévu à cet effet reste obligatoire.

Le personnel de santé en première ligne, soit dans les soins intensifs et en anesthésie, a "déjà été vacciné", indique le canton. La vaccination de celles et ceux travaillant dans les unités Covid-19 et les services d’urgence des hôpitaux est en cours.

Dès le 19 avril, elle sera élargie au personnel des établissements médico-sociaux et des services de secours, puis progressivement à l'ensemble des professionnels de la santé et du personnel d'encadrement des personnes vulnérables dès la fin de ce mois, détaille le département. A ce jour, environ 8,5% de la population valaisanne a reçu deux doses de vaccin, ce qui place le Valais dans la moyenne suisse (7,5%).

14h40

La vaccination commence à faire ses effets

Les effets de la campagne de vaccination sur les plus de 75 ans fonctionnent. Ce groupe prioritaire est moins touché par le Covid-19 et ça devrait bientôt également être le cas pour la population plus jeune, a déclaré Rudolf Hauri, président de l'Association des médecins cantonaux, mardi devant les médias à Berne.

"Cette évolution donne la perspective d'une baisse durable du nombre de contaminations", a ajouté le médecin cantonal de Zoug. Il est toutefois nécessaire de rester prudent. Le risque d'une hausse rapide de contaminations n'est pas à exclure.

Tout n'est par ailleurs pas encore optimal en ce qui concerne la vaccination. Le nombre de doses est encore insuffisant et les capacités de vaccination doivent être adaptées. Des personnes ayant droit de se faire vacciner en ce moment ne se sont en outre toujours pas inscrites, constate Rudolf Hauri.

Il faudra probablement attendre jusqu'à l'automne pour que toutes les personnes qui le souhaitent soient vaccinées.

14h25

La population privilégie les vaccins avec ARN-messager

Du côté des types de vaccin utilisés, la population a une nette préférence pour la technologie ARN-messager, qu'on retrouve dans les vaccins Pfizer/BioNTech et Moderna actuellement sur le marché. Et la plupart des sondés aimeraient pouvoir choisir eux-mêmes la sorte de vaccin à employer, révèle une étude de l'institut Sotomo publiée.

Dans le même temps, une majorité estime que le type de vaccin n'est pas décisif, du moment qu'il a été avalisé par les autorités. Cette double majorité, contradictoire en apparence, est probablement due au fait que les autorités ont jusqu'à maintenant été réticentes à valider des vaccins et que seuls des vaccins ARN-messager ont été approuvés, selon Sotomo.

Environ la moitié des personnes interrogées ont reçu au moins occasionnellement des informations liées au vaccin qui les ont irritées, effrayées ou déconcertées, indique encore le sondage. Et près de deux tiers d'entre elles ont vu au moins une fois par semaine des publicités avec le slogan "Je vais me faire vacciner", par ailleurs jugé clair et compréhensible.

14h20

Les Romands plus sceptiques face à la vaccination

Pourtant généralement plus ouverts dans le domaine, les Romands sont les plus sceptiques vis-à-vis de la vaccination contre le Covid-19. Le taux de vaccino-sceptiques est deux fois plus élevé chez eux qu'ailleurs en Suisse, indique un sondage Sotomo.

Près de 20% des Romands se sont dits opposés à la vaccination, contre plus ou moins 10% dans le reste du pays. Les Romands sont particulièrement sceptiques quant aux effets secondaires et à l'efficacité du vaccin.

Dans l'ensemble du pays, le taux de personnes voulant se faire vacciner a lui légèrement augmenté par rapport à la dernière enquête cet hiver. En janvier, 41% des personnes interrogées avaient indiqué vouloir se faire vacciner. Ce taux est désormais passé à 44% et 9% des sondés ont déjà reçu au moins une dose. Le nombre de vaccino-sceptiques reste lui stable à 23%.

>> Plus de détails: Les Romands sont plus sceptiques face à la vaccination, selon un sondage

14h20

Légère croissance, mais situation "pas explosive", selon l'OFSP

Le nombre de nouvelle infections continue d'augmenter, mais légèrement. La situation est gérable et contenue, grâce aux mesures prises, a estimé mardi Virginie Masserey, cheffe de la section contrôle des infections de l'Office fédéral de la santé publique, devant les médias. "Avec 2000 à 2500 cas par jour, la situation n'est pas explosive".

La vaccination progresse, a souligné la spécialiste. La semaine passée, on procédait à environ 30'000 vaccinations par jour. C'est 25% de plus que la semaine précédente, qui avait toutefois été marquée par un ralentissement du rythme des injections.

Pour la première fois en Suisse, plus de 200'000 doses de vaccin ont été administrées en une semaine, à savoir 210'279 doses du 5 au 11 avril. Quelque 70% des plus de 75 ans ont déjà reçu une première dose. Au niveau suisse, 8% de la population a été entièrement vaccinée, et au moins 13% ont reçu une dose, a précisé Virginie Masserey.

Au total, 484'008 doses de vaccin ont été livrées aux cantons, mais n'ont pas encore été employées. Par ailleurs, 91'200 doses sont stockées par la Confédération, et environ 8 millions de doses supplémentaires seront disponibles ces prochains mois.

14h10

La Suisse compte 2241 cas supplémentaires en 24 heures

La Suisse compte 2241 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures, selon les chiffres de l'Office fédéral de la santé publique. On déplore dix décès supplémentaires et 82 malades ont été hospitalisés.

Durant les dernières 24 heures, les résultats de 25'447 tests ont été transmis, indique l'OFSP. Le taux de positivité s'élève à 8,81%.

Sur les quatorze derniers jours, le nombre total d'infections est de 25'673, soit 296,98 nouvelles infections pour 100'000 habitants. Le taux de reproduction, qui a un délai d'une dizaine de jours, est lui de 1,14. Les patients Covid-19 occupent 22,7% des places disponibles en soins intensifs, dont le taux d'occupation est de 68,4%.

Au total 689'178 personnes ont déjà reçu deux doses de vaccins et 1'815'117 une dose. La Suisse a reçu jusqu'à présent 2'390'325 doses de vaccins.

Le variant britannique dominant

Quant aux variants du coronavirus, 41'910 cas ont été détectés en Suisse jusqu'à ce jour, dont 16'468 cas ont été attribués au variant britannique (B.1.1.7), 245 au variant sud-africain (B.1.351) et 13 au variant brésilien (P.1). Dans 25'184 cas, une mutation était présente, mais la lignée n'était pas claire.

Depuis le début de la pandémie, 625'367 cas de contamination au Covid-19 ont été confirmés en laboratoire sur un total de 6'437'818 tests effectués en Suisse et au Liechtenstein. Le total des décès s'élève à 9830 et le nombre de personnes hospitalisées atteint 26'085.

Le pays dénombre par ailleurs 14'785 personnes en isolement et 23'953 individus faisant partie de leurs contacts ont été mis en quarantaine. S'y ajoutent 3358 autres personnes revenant de voyage d'un pays à risque et qui ont dû aussi passer par la case de la quarantaine.

13h55

Genève mène un projet d'immersion pour des jeunes en difficulté

Le canton de Genève mène, en collaboration avec la Fédération des entreprises romandes, un projet "d'immersion en entreprises" destiné aux jeunes en difficulté. Il s'adresse aux 15-18 ans et dix entreprises y participent déjà, avec des immersions qui ont débuté en mars. Elles durent entre une semaine et dix mois.

Le Département de l’instruction publique mène un processus de recrutement strict pour sélectionner des jeunes motivés, a expliqué mardi la conseillère d'Etat Anne Emery-Torracinta dans le 12h30. Pour des jeunes en décrochage scolaire, pouvoir effectuer un stage en entreprise et avoir un rapport de stage leur donne toutes les chances de décrocher une place d'apprentissage, souligne la magistrate socialiste.

>> L’interview d’Anne Emery-Torracinta dans le 12h30:

La présidente du Conseil d'Etat genevois Anne Emery-Torracinta. [Martial Trezzini - KEYSTONE]Martial Trezzini - KEYSTONE
Le canton de Genève va proposer des stages aux jeunes en difficulté: interview d'Anne Emery-Torracinta / Le 12h30 / 3 min. / le 13 avril 2021

13h00

Les foyers de contamination de l’OSR et du Grand Théâtre de Genève intriguent et inquiètent

C'est à la suite des répétitions pour l'opéra Parsifal de Wagner que le chef et une quinzaine de musiciens de l'Orchestre de la Suisse romande (OSR) ont été contaminés par le Covid.

L'OSR a annoncé mardi qu'il suspendait toute activité musicale jusqu'à fin juin. Et ce matin, le Grand Théâtre de Genève annonce de son côté que quatre choristes ainsi qu'un employé administratif sont également malades.

Plan de protection validé

Cette affaire de foyer tombe mal, à la veille de décisions du Conseil fédéral, alors que tous les milieux culturels réclament la réouverture. Une telle contamination n'encourage pas à lever les restrictions sanitaires.

Mais comment comprendre l'arrivée de ces contaminations, alors que toutes les répétitions se déroulent selon un plan de protection dûment validé par les services de la médecin cantonale?

>> Les explications dans le 12h30:

Orchestre de Suisse Romande au Victoria Hall [Marie Ernst - OSR - DR]Marie Ernst - OSR - DR
L'Orchestre de la Suisse romande est durement frappé par le coronavirus / Le 12h30 / 2 min. / le 13 avril 2021

12h50

A quoi ressemblera le Tour de Romandie cette année?

Le sport aussi doit faire face à la pandémie de coronavirus qui dure, et qui demande aux organisateurs de compétitions de s’adapter quelque peu.

En cyclisme, le Tour de Romandie se prépare ainsi à vivre une 74ème édition quelque peu inhabituelle du 27 avril au 2 mai prochains. Annulée en 2020, la compétition dont le départ sera donné dans exactement deux semaines à Oron (VD) se déroulera sans public.

>> Les précisions dans le 12h30:

La 74e édition du Tour de Romandie doit débuter le 27 avril. [Jean-Christophe Bott - Keystone]Jean-Christophe Bott - Keystone
A quoi va ressembler le Tour de Romandie? / Le 12h30 / 2 min. / le 13 avril 2021

Mais pour contrebalancer les restrictions sanitaires liées au Covid-19, les organisateurs ont fait savoir ce mardi matin que l’épreuve de l’UCI WorldTour augmentera sa visibilité sur tous les canaux. Ainsi, le direct à la télévision passera de 1h30 à 2h par jour, la RTS proposant deux émissions supplémentaires en direct.

A noter également que les réseaux sociaux permettront aux fans de cyclisme et grand public de suivre les coulisses de la manifestation en continu, et notamment sur Twitter où sera notamment proposé un live tweet.

12h30

Covid oblige, les ados s'informent davantage à travers la TV

Les ados ont redécouvert la TV comme canal d'informations lors de la première vague de coronavirus. Une étude sur la consommation des médias le révèle. Elle conclut aussi que les élèves d'origine modeste ou étrangère souffrent le plus de l'enseignement à distance.

Dans sa dernière enquête JAMESfocus commandée par Swisscom, la Haute école zurichoise des sciences appliquées (ZHAW) a interrogé, au printemps dernier, 1000 jeunes de 12 à 19 ans vivant dans les différentes régions linguistiques du pays, indique-t-elle mardi. Le sondage a été réalisé en ligne en raison du semi-confinement lié à la pandémie.

Pour 61% des adolescents, la télévision a fait partie des principales sources d'information sur le Covid-19. Avant la pandémie, ce média n'était cité à ce titre que par 33% des jeunes, dans le cadre de la précédente étude JAMES, en 2018. Les personnes interrogées au printemps dernier accordent une crédibilité particulièrement élevée à la télévision de service public.

Angoisses

Selon l'étude, la consommation de médias élevée s'inscrivait en corrélation avec d'importantes angoisses liées à la pandémie. Ce lien s'explique soit par la surexposition des personnes concernées à ce sujet, soit par le fait que des adolescents au naturel angoissé présentaient un important besoin d'information, indique la ZHAW.

Pour plus de la moitié des adolescents, la principale peur concernait une éventuelle infection d'un proche au Covid-19. Seuls 17% étaient angoissés à l'idée de tomber, eux-mêmes, malades. Les filles ont davantage fait part de leurs inquiétudes que les garçons, les Latins davantage que les Alémaniques. En outre, 40% des jeunes interrogés n'avaient jamais échangé avec leurs proches en visioconférence avant de s'y résoudre au printemps dernier.

12h20

L'aide pour les cas de rigueur versée à près de 20'000 entreprises

Environ 1,6 milliard de francs à fonds perdu ont été versés pour les cas de rigueur en Suisse jusqu'à début d'avril. Ces aides ont profité à près de 20'000 entreprises, a annoncé mardi le Secrétariat d'Etat à l'économie (Seco) sur Twitter.

Près de la moitié (47,3%) des entreprises qui ont reçu des aides à fonds perdu de la Confédération et des cantons sont dans le secteur de la restauration. Elles ont reçu 667 millions de francs. Suivent ensuite, avec 13,7 %, le commerce de détail (154 millions) et les établissements d'hébergement avec 6,4 % (196 millions).

Près de 25 % des 19'571 entreprises soutenues viennent du canton de Zurich. La Confédération et les cantons ont par ailleurs aidé 12,3 % des entreprises du canton du Valais et 8,7% dans le canton de Genève, qui arrive en troisième position.

Prêts à 1700 entreprises

En plus de l'aide financière sans obligation de remboursement, la Confédération et les cantons ont également accordé des prêts, des cautions et des garanties pour un montant de 137,3 millions de francs à quelque 1700 entreprises. Environ 60 % d'entre elles sont basées dans le canton de Zurich et ont reçu près de 50 % des fonds accordés par l'Etat.

Ces nouveaux chiffres montrent que l'aide parvient désormais plus rapidement aux entreprises, estime le Seco. Entre le 26 septembre 2020 et le 28 février de cette année, les cantons n'avaient versé que 492 millions de francs de contributions à fonds perdu à 7207 entreprises. Au total, dix milliards de francs sont disponibles pour les cas de rigueur afin d'atténuer les effets des mesures de lutte contre le coronavirus.

12h15

Des rencontres par Zoom pour les personnes sourdaveugles

Les mesures de lutte contre le coronavirus sont particulièrement difficiles pour les personnes sourdaveugles qui font face à un risque augmenté d'isolement social. Ces personnes peuvent échanger lors de rencontres en ligne sur Zoom proposées par l'Union centrale suisse pour le bien des aveugles (UCBA).

Avant la pandémie, l'UCBA organisait des activités adaptées aux personnes concernées, avec un accompagnement bénévole individuel, précise l'organisation dans un communiqué mardi. Or, depuis de longs mois, ces activités sont suspendues et le risque d'isolement social des personnes sourdaveugles s'accroît.

L'UCBA propose donc depuis février des rencontres hebdomadaires sur Zoom. De telles réunions peuvent être un défi technique et il a donc fallu trouver des solutions adaptées. Une interprétation en langue des signes via Zoom est notamment prévue. D'autres peuvent entendre par le biais de leurs appareils auditifs, mais ne peuvent parfois ne plus rien voir du tout et n'ont ainsi pas besoin de la vidéo, indique le communiqué.

12h10

La pandémie a coûté plus de 500 millions de francs à l'assureur Mobilière

Le groupe Mobilière indique mardi avoir réglé sur l'entier de 2020 pour 530 millions de prestations en lien avec la pandémie de Covid-19, contre encore 340 millions recensés mi-septembre. La dissolution d'une réserve pour catastrophes de 200 millions a néanmoins atténué l'impact sur un résultat technique du segment non-vie amoindri d'un bon cinquième à 267,8 millions. Le bénéfice net s'est érodé d'un dixième à 437,8 millions.

Au moment de l'éclatement de la crise sanitaire, Mobilière avait indiqué ne pas faire de distinction entre épidémie et pandémie et précisé que ce genre de couverture avait été souscrite par environ un client sur vingt.

En termes de croissance, l'assureur bernois a franchi en 2020 le cap des 4 milliards de francs de primes encaissées, engrangeant 4,1 milliards au gré d'une progression de 3,6%. Le volume de primes s'est enrobé de 3,3% à 3,29 milliards dans le segment non-vie et de 5,2% à 802,3 millions dans l'activité vie, détaille le compte-rendu diffusé mardi.

10h30

L'activité économique suisse proche de son niveau d'avant-crise

Le niveau d'activité économique en Suisse d'avant la crise du Covid-19 a été brièvement atteint en mars, note le Secrétariat d'Etat à l'économie (SECO) dans son indice de l'activité économique hebdomadaire (AEH), lequel mesure l'évolution de cette dernière par rapport à la même semaine de l'année précédente.

Pour les économistes du SECO, c'est le quatrième trimestre 2019 qui fait référence. Dans la 13e semaine de ce début d'année "l'AEH s'est située encore à près de 1% en dessous du niveau d'avant la crise", précise le communiqué paru mardi.

Le SECO constate que l'activité économique s'est fortement redressée en mars, ce qui pourrait en partie s'expliquer par des effets de rattrapage dans la consommation privée, avec la réouverture des commerces. Mais l'embellie n'a été que de courte durée, déplore le SECO: ces deux dernières semaines, l'AEH a replongé, s'éloignant sérieusement du niveau précédent la crise.

09h20

La vaccination est compatible avec le jeûne du ramadan

La pandémie suscite des interrogations au sein des communautés musulmanes un peu partout dans le monde, y compris en Suisse. Pour y répondre, de nombreuses autorités religieuses ont lancé un appel: le jeûne du ramadan, qui débute mardi, ne doit pas empêcher ses pratiquants de se faire vacciner, alors que de nombreux fidèles s'interrogent sur le caractère licite ou non de la vaccination.

Pendant le Ramadan, de nombreux musulmans parmi les quelque 500'000 fidèles que compte la Suisse s'abstiennent notamment de manger et de boire pendant la journée. S'abstenir "de tout ce qui entre dans le corps" entre le lever et le coucher du soleil. D'où l'interrogation autour de l'injection d'un vaccin contre le Covid-19 qui pourrait invalider leur jeûne. Mais les autorités religieuses de l’islam ont tenu à rassurer leurs fidèles: la vaccination n'est pas considérée comme "nutritive" et ne change donc rien au ramadan.

>> Le sujet de La Matinale:

Vaccin et jeûne du ramadan sont compatibles. [Sigi Tischler - KEYSTONE]Sigi Tischler - KEYSTONE
La vaccination est compatible avec le jeûne du ramadan. / Le Journal horaire / 1 min. / le 13 avril 2021

09h05

La pandémie dope les inscriptions dans les jeunesses de partis

La pandémie a dopé le nombre de nouveaux membres au sein des jeunesses de partis. La tendance s'observe à gauche comme à droite, selon des données publiées mardi par les journaux alémaniques de Tamedia. Les jeunes socialistes, UDC, PLR et du Centre ont tous enregistré ces derniers mois une augmentation significative du nombre de nouveaux membres.

La Jeunesse socialiste a accueilli 750 nouveaux membres l'année dernière, ce qui représente une augmentation de 10%. Les jeunes du Centre ont, eux, gagné 530 membres, soit le double de l'année passée. Du côté du PLR, les sections jeunes ont enregistré 300 nouvelles inscriptions depuis le début de l'année, soit autant que lors d'une année entière habituellement. Les jeunes UDC ont indiqué avoir accueilli des centaines de nouveaux membres.

Les jeunesses des partis écologistes n'ont pas pu tout à fait maintenir la croissance enregistrée en 2019. Les Jeunes Verts ont compté 737 nouveaux membres l'année dernière, contre 913 l'année précédente. Les jeunes Vert'libéraux ont eux accueilli 673 nouveaux venus contre 1173 en 2019.

08h10

Une réouverture des terrasses ne convainc pas la branche

La pression est maximale sur le Conseil fédéral: il doit décider demain d'alléger, ou non, certaines mesures sanitaires. Les milieux économiques, appuyés notamment par l'UDC, appellent à une réouverture totale. D'autres ne vont pas aussi loin mais verraient d'un bon oeil la réouverture des terrasses. Certains cantons, l'Union des villes suisses et quelques acteurs de la santé soutiennent cette idée, qui laisse toutefois la branche sceptique.

Cette démarche serait peu intéressante pour le secteur de la restauration, explique Casimir Platzer, le président de GastroSuisse, car, d'une part, de nombreux établissements n'ont pas de terrasse, et d'autre part, les conditions météorologiques sont très instables à cette saison, ce qui rend la planification difficile.

>> Le sujet de La Matinale:

Une réouverture des terrasses ne convainc pas la branche. [Anthony Anex - KEYSTONE]Anthony Anex - KEYSTONE
La décision sur une éventuelle réouverture des terrasses est très attendue. / La Matinale / 1 min. / le 13 avril 2021

08h00

Le risque de contamination est nettement moins élevé à l'extérieur

Avec la question de l'ouverture des terrasses se pose aussi celle des transmissions à l'extérieur. Du côté des scientifiques, un consensus semble se dessiner: dehors, le virus se transmettrait 18 à 19  fois moins que dans un espace fermé.

Le docteur Simon Regard, qui dirige le secteur maladies transmissibles du service du médecin cantonal à Genève, explique que les particules virales se dissolvent beaucoup plus rapidement à l'extérieur que dans un local mal ventilé, par exemple.

>> L'interview de Simon Regard dans La Matinale:

Le coronavirus se transmet nettement moins à l'extérieur que dans un espace fermé. [Jean-Christophe Bott - KEYSTONE]Jean-Christophe Bott - KEYSTONE
Le virus se transmet nettement moins à l'extérieur. / La Matinale / 47 sec. / le 13 avril 2021

07h50

Double bulle sanitaire pour les play-off de hockey sur glace

Les affaires sérieuses commencent mardi soir en hockey sur glace pour les équipes qualifiées pour le tour final. Ces play-off  verront entre autres Fribourg Gottéron défier Genève-Servette et Lausanne affronter Zurich.

Les séries finales se dérouleront dans un cadre sanitaire plus strict que lors de la saison régulière. Les joueurs seront ainsi soumis à une double bulle, dans le cadre du club et dans celui de leur famille. Le but est d'éviter que plusieurs équipes se retrouvent en quarantaine.

>> Le sujet de La Matinale:

En hockey sur glace, les play-off se jouent dans un cadre sanitaire plus strict. [Alexandra Wey - KEYSTONE]Alexandra Wey - KEYSTONE
En hockey sur glace, les play-off se jouent dans un cadre sanitaire plus strict. / La Matinale / 1 min. / le 13 avril 2021

07h40

La pratique des tests dans les écoles varie d'un canton à l'autre

Tester une fois par semaine tous les élèves du primaire: c'est la stratégie retenue par le canton de Berne, au retour des vacances scolaires. Ce canton fait presque figure d'exception, car aucun autre canton romand ne mènera de dépistages massifs et systématiques à l'école. Et ce, même si avant Pâques, des classes jurassiennes, valaisannes ou neuchâteloises ont été touchées et mises en quarantaine.

Claude-François Robert, médecin cantonal neuchâtelois, explique ce choix par le fait que certains cantons misent sur des tests plus ciblés, avec des mises en quarantaine possibles.

>> L'interview de Claude-François Robert dans La Matinale:

La pratique des tests dans les écoles varie d'un canton à l'autre. [Laurent Gillieron - KEYSTONE]Laurent Gillieron - KEYSTONE
La pratique des tests dans les écoles varie d'un canton à l'autre. / La Matinale / 1 min. / le 13 avril 2021

07h30

Une commission parlementaire veut des perspectives

La commission de l'économie du Conseil national demande au gouvernement de présenter, dès sa prochaine séance mercredi, des scénarios détaillés de réouverture pour les entreprises et établissements fermés en raison du Covid-19.

Les acteurs concernés doivent pouvoir savoir quand et à quelles conditions ils pourront reprendre leurs activités, a expliqué le président de la commission Christian Lüscher (PLR/GE). Une recommandation en ce sens a été adoptée par 18 voix sans opposition.

La situation actuelle devient "invivable" et crée "beaucoup de ressentiment" pour les acteurs de l'économie, de la culture et du sport, a souligné le Genevois.

>> Regarder le reportage du 19h30:

Malgré la troisième vague, la droite et l'économie appellent à l'ouverture des cafés restaurants [RTS]
Malgré la troisième vague, la droite et l'économie appellent à l'ouverture des cafés restaurants / 19h30 / 2 min. / le 12 avril 2021

Interrogé dans le 19h30 sur ces pressions politiques, le ministre jurassien de la Santé Jacques Gerber, qui a lui-même interpellé le Conseil fédéral dimanche au sujet de l'impact réel des rassemblements en extérieur, estime que différents indices plaident en faveur d'une réouverture prudente.

>> Lire: Le Jura va demander à l'OFSP d'étudier le "miracle de Moutier"

L'élu jurassien relève notamment "une certaine souplesse" dans les mesures prises en Suisse, qui a peut-être conduit à une situation dans laquelle "nous avons toujours un taux d'incidence assez élevé en Suisse". Et d'ajouter: "Par contre, nous avons système sanitaire relativement résilient qui montre que l'on peut se permettre quelques ouvertures, et prendre peut-être plus de risques que ce que nous avons fait jusqu'à présent."

>> L'interview de Jacques Gerber dans le 19h30:

Le ministre jurassien de la santé Jacques Gerber sur la situation romande face au coronavirus. [RTS]
Le ministre jurassien de la santé Jacques Gerber sur la situation romande face au coronavirus. / 19h30 / 3 min. / le 12 avril 2021

07h15

Plusieurs cas à l'OSR, les répétitions suspendues

L'Orchestre de la Suisse romande, plus grand ensemble classique de la région, est frappé par le Covid-19. Lors des répétitions de Parsifal au Grand Théâtre de Genève, un foyer a très fortement touché les musiciennes et musiciens, et notamment le chef Jonathan Nott.

Ces répétitions se sont pourtant déroulées dans le respect d’un plan de protection validé par le service du médecin cantonal, précise l'OSR dans un communiqué. Du coup, la Fondation de l'OSR a décidé de suspendre toutes les activités musicales de l'orchestre jusqu'au 30 juin prochain.

07h00

Alain Berset: "En cas de non à la loi Covid, les aides économiques vont tomber"

"C'est la pièce maîtresse des efforts de notre communauté". C'est avec ces mots que deux conseillers fédéraux, Guy Parmelin et Alain Berset, ont ouvert leur campagne en faveur de la loi Covid-19.

Mais cette loi fait figure de fourre-tout, selon ses opposants, notamment en raison de sa genèse chaotique. Le coeur du texte réside dans les aides financières accordées aux entreprises et aux autres secteurs touchés par la crise.

>> Les précisions du 19h30 sur la campagne du Conseil fédéral:

Le Conseil fédéral lance la campagne du 13 juin en faveur de la loi COVID, combattue par référendum [RTS]
Le Conseil fédéral lance la campagne du 13 juin en faveur de la loi COVID, combattue par référendum / 19h30 / 1 min. / le 12 avril 2021

>> Lire: Le Conseil fédéral lance la campagne en faveur de la loi Covid-19

Interrogé dans Forum sur la possibilité que le peuple "sanctionne" les restrictions actuelles en refusant le texte, Alain Berset estime que cela serait hors de propos: "Ce n'est pas un vote sur la situation actuelle, ni sur la gestion du Conseil fédéral. C'est un vote sur le soutien économique aux entreprises, sur la prise en charge du coût des tests par la Confédération, et sur la possibilité d'établir un 'certificat Covid' pour les personnes vaccinées. En cas de non, tout ça va tomber."

Le ministre relève notamment l'importance de l'approbation du passeport vaccinal: "Si nous n'avons pas cette possibilité, nous serons comme une île en Europe, car tous les autres pays l'auront."

Alain Berset concède que la situation, qui exige de voter rétroactivement sur des mesures déjà en place, est "très spéciale". "On n'avait jamais imaginé pouvoir se retrouver dans une telle situation", dit-il.

>> Écouter l'intervention complète d'Alain Berset:

Le Conseil fédéral lance la campagne en faveur de la loi Covid-19: interview d'Alain Berset [RTS]
Le Conseil fédéral lance la campagne en faveur de la loi Covid-19: interview d'Alain Berset / Forum / 10 min. / le 12 avril 2021

06h45

Genève ouvre la vaccination dès 45 ans

Le canton de Genève a annoncé qu'il élargit sa campagne de vaccination. Les personnes dès 45 ans pourront désormais se faire vacciner contre le Covid-19. Les autorités sanitaires ont pris cette décision après avoir constaté que très peu de personnes entre 55 et 64 ans se trouvaient dans les listes d'attente.

>> Les explications de la pharmacienne cantonale genevoise Nathalie Vernaz-Hegi dans Forum:

Genève ouvre la vaccination aux plus de 45 ans: interview de Nathalie Vernaz-Hegi [RTS]
Genève ouvre la vaccination aux plus de 45 ans: interview de Nathalie Vernaz-Hegi / Forum / 3 min. / le 12 avril 2021

Le canton entend adapter la cadence des injections au stock de doses disponibles, et ainsi éviter de se retrouver avec davantage de doses que de candidats et candidates à la vaccination.

Genève fait ainsi office de canton le plus pro-actif en Suisse romande. Cette décision a pour but d'accélérer la vaccination générale. Pourtant, on observe déjà une certaine frilosité des personnes de 65 à 74 ans à se faire vacciner: seules 52% d'entre elles sont vaccinées, contre 77% des plus de 75 ans.

>> Le sujet du 19h30:

Genève abaisse dàs aujourd'hui à 45 ans le seuil d'âge donnant accès à la vaccination contre le COVID [RTS]
Genève abaisse dès aujourd'hui à 45 ans le seuil d'âge donnant accès à la vaccination contre le COVID / 19h30 / 2 min. / le 12 avril 2021

Pour le ministre jurassien de la Santé Jacques Gerber, il serait toutefois prématuré pour les autres cantons de se précipiter pour imiter la décision genevoise. Dans le Jura, par exemple, "il y a encore plus de 8000 personnes inscrites sur les listes de vaccinations, dont environ 3000 considérées comme vulnérables", explique-t-il dans le 19h30. "Pour l'instant, nous n'avons donc pas besoin de descendre à 45 ans dans le canton."

Le ministre précise en outre qu'il est impossible d'avoir des informations solides sur les intentions de se faire vacciner des différentes catégories d'âge de la population.

>> L'interview de Jacques Gerber dans le 19h30:

Le ministre jurassien de la santé Jacques Gerber sur les âges minimum de vaccination selon les cantons [RTS]
Le ministre jurassien de la santé Jacques Gerber sur les âges minimum de vaccination selon les cantons / 19h30 / 1 min. / le 12 avril 2021

06h30

Les hommes âgés avec une pathologie cardiaque sont les plus à risques

En mars 2020, Roberto, 57 ans, ressent une douleur à la poitrine. Un infarctus et le Covid-19 lui sont alors diagnostiqués aux HUG. "Deux jours après le semi-confinement, j'ai eu de la toux toute la nuit. Je ne comprenais pas ce que j’avais… A 4h, j'ai ressenti une brûlure au niveau du thorax", témoigne-t-il lundi dans le 19h30.

Si Roberto, opéré du cœur en 1996, est sorti de l'hôpital, après seulement quelques jours, tous ne s'en sortent pas aussi bien. Car une pathologie cardiaque est un vrai facteur aggravant face au Covid-19.

D'après une étude parue lundi dans la revue médicale britannique du "British medical journal", et réalisée sur plus de 800 patients des HUG, les hommes de plus de 67 ans avec des problèmes cardio-vasculaires ont le plus de probabilités de développer une forme grave de Covid-19 et d'en mourir.

"Quelqu'un qui a fait un infarctus, qui a déjà bénéficié d'une chirurgie ou qui a une bronchite chronique, est un patient à risque qu'il faut surveiller", explique François Mach, médecin chef du Service de cardiologie des HUG.

>> Les précisions dans le 19h30:

Les hommes âgés atteints de maladies cardio-vasculaires sont les plus vulnérables au COVID-19, selon une étude des HUG [RTS]
Les hommes âgés atteints de maladies cardio-vasculaires sont les plus vulnérables au COVID-19, selon une étude des HUG / 19h30 / 2 min. / le 12 avril 2021

>> Lire aussi: Les hommes âgés avec une pathologie cardiaque sont plus à risques face au Covid-19

06h15

Retour sur la journée de lundi

L'Office fédéral de la santé publique a fait état lundi de 5583 cas supplémentaires de coronavirus en 72 heures. Un total de 16 décès et 146 hospitalisations ont été constatés.

Durant les dernières 72 heures, les résultats de 72'975 tests ont été transmis, indique l'OFSP. Le taux de positivité s'élève à 7,65%.

Sur les quatorze derniers jours, le nombre total d'infections est de 25'967, soit 300,38 nouvelles infections pour 100'000 habitants. Le taux de reproduction, qui a un délai d'une dizaine de jours, est lui de 1,14. Les patients Covid-19 occupent 22,20% des places disponibles en soins intensifs, dont le taux d'occupation est de 65,50%.

>> Lire aussi: La Suisse compte 5583 nouveaux cas de Covid en 72 heures

06h00

Le dossier complet

Retrouvez dans notre dossier toutes les informations, toutes les analyses et toutes les émissions consacrées au coronavirus.

Le dossier consacré à l'épidémie de coronavirus