Banner du 3 février. [Keystone]
Publié Modifié

Les mesures ne devraient pas être allégées fin février, annonce le Conseil fédéral

- La situation épidémiologique s'améliore au niveau des chiffres, mais l'évolution des cas du variant plus contagieux est inquiétante, a déclaré mercredi le ministre de la Santé Alain Berset. Le Conseil fédéral n'envisage pas d'assouplissements pour l'instant.

- La Suisse a conclu trois nouveaux contrats pour des vaccins, a indiqué mercredi l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). Avec Curevac, pour 5 millions de doses, et Novavax, pour 6 millions de doses, mais aussi avec Moderna, pour 6 millions de doses supplémentaires.

- En revanche, Swissmedic n'autorise pas pour l'heure l'utilisation du vaccin contre le coronavirus développé par AstraZeneca. L'Institut des produits thérapeutiques ne dispose pas encore de suffisamment de données pour prendre cette décision.

- L'OFSP a fait état mercredi de 1796 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures. Un total de 42 décès supplémentaires sont à déplorer tandis que 74 malades ont été hospitalisés. Durant les dernières 24 heures, le taux de positivité s'élève à 5,77%. Le taux de reproduction, qui a un délai d'une dizaine de jours, est lui légèrement remonté, à 1,01.

- L'OFSP recommande toujours de conserver une distance de 1,5 mètre avec les personnes qui ne sont pas du même ménage, de porter un masque dans le cas où cette distance ne peut être maintenue et de respecter les règles d'hygiène.

Suivi assuré par RTSinfo

22h30

Des voix s'élèvent contre les vaccinations confiées au secteur privé

De Thurgovie à Bâle en passant par Zurich, plusieurs cantons ont chargé des acteurs privés de créer et gérer des centres de vaccination. Hirslanden, le plus grand groupe de cliniques privées en Suisse, fait partie des entreprises retenues. Le groupe a même lancé un "bateau-vaccin" sur le lac de Constance.

Ce rôle soulève des questions et suscite des polémiques, à l'instar de celle qui a entouré la vaccination du milliardaire Johann Rupert, co-propriétaire d'Hirslanden: ce dernier a reçu une première dose alors qu'il ne figure pas dans un groupe à risque. Depuis, la deuxième dose vient de lui être refusée (lire notre brève de 11h30).

"Le médecin de famille est beaucoup plus rapide"

A Genève, le canton a confié 600 injections par jour au groupe M3 Sanitrade, qui gère le centre de vaccination des Eaux-Vives. Ces partenariats public-privé sont critiqués par les médecins de famille, qui se sentent mis sur la touche.

"Le médecin de famille est beaucoup plus rapide. Il connaît exactement les gens qu'il doit vacciner. Il n'y a pas besoin de passer par des inscriptions compliquées, des téléphones qui ne répondent jamais ou des programmes qui se trompent", a estimé le médecin et député PDC Betrand Buchs au micro du 19h30 de la RTS.

"Il ne serait pas rationnel de travailler en dispersant les vaccins"

Les cantons, de leur côté, se défendent en mettant en avant la flexibilité et l'efficacité des acteurs privés. "Nous avons entendu la volonté des médecins d'intervenir. Dans un second temps, lorsque nous aurons suffisamment de vaccins, nous travaillerons avec eux. Mais aujourd'hui, il ne serait pas rationnel de travailler en dispersant les vaccins chez l'ensemble des médecins locaux", a réagi le conseiller d'Etat genevois en charge de la Santé Mauro Poggia (MCG).

Comme les autres prestataires privés, les cliniques Hirslanden assurent, elles, que le but n'est pas de gagner de l'argent avec les vaccins, mais de contribuer à une maîtrise rapide de la pandémie.

>> Regarder le sujet du 19h30:

Le recours à des groupes privés pour la vaccination contre le Covid-19 fait polémique. [RTS]
Le recours à des groupes privés pour la vaccination contre le Covid-19 fait polémique. / 19h30 / 2 min. / le 3 février 2021

18h25

Le Conseil fédéral a lancé un appel à la patience

Le Conseil fédéral n'a pas annoncé de décisions majeures ce mercredi lors de sa conférence de presse, mais a lancé un appel à la patience et à la lucidité.

L'annonce de la probable prolongation du semi-confinement au-delà du mois de février constitue une douche froide pour celles et ceux qui espéraient voir le bout du tunnel à la fin du mois. Malgré les mesures en vigueur, le nouveau variant anglais, plus contagieux, inquiète toujours le gouvernement.

Pas de scénarios pour la suite avant le 17 février

La prochaine réunion du gouvernement est prévue dans deux semaines, le 17 février. D'ici là, Alain Berset se refuse à faire des prévisions ou à dessiner des scénarios. Mais une chose est claire: s'il y a des assouplissements début mars, ils seront prudents et modérés.

La principale nouvelle concerne les vaccins: la Confédération a signé de nouveaux accords avec deux fabricants, Curevac et Novavax, dont les préparations sont encore en phase III de test. En outre, de nouvelles doses ont été commandées à Moderna.

>> Ecouter l'analyse d'Etienne Kocher dans l'émission Forum:

Coronavirus: le Conseil fédéral pessimiste [RTS]
Coronavirus: le Conseil fédéral pessimiste / Forum / 3 min. / le 3 février 2021

17h30

Le WEF repoussé en août

La réunion physique du Forum économique mondial (WEF) est à nouveau modifiée. Elle aura bien lieu à Singapour mais sera décalée de mai à fin août, a annoncé mercredi à Genève l'organisation.

En raison de la pandémie, le WEF avait décidé de déplacer sa réunion de Davos (GR) à ce pays asiatique, moins exposé désormais par les contaminations, mais a aussi organisé une rencontre en ligne la semaine dernière qui a rassemblé notamment plusieurs dirigeants mondiaux. L'institution et le gouvernement restent "confiants" sur le dispositif pour garantir des discussions "sûres et efficaces".

Ce nouveau décalage est lié aux défis internationaux pour faire face à la pandémie. Les restrictions actuelles ont rendu la planification d'une réunion physique difficile jusqu'à fin juin, selon le WEF. De même, les quarantaines et les réglementations aériennes ainsi que les délais requis pour pouvoir rassembler les participants, ajoute l'organisation.

17h15

Pas de doses Covax avant juillet

La Suisse ne recevra pas de vaccin de Covax avant juillet. Elle ne figure pas dans le plan de près de 340 millions de doses pour plus de 130 pays d'ici fin juin, dévoilé mercredi à Genève. L'ONU a annoncé aussi un accord à long terme pour 1,1 milliard de doses.

Cette répartition du dispositif Covax contre le coronavirus va permettre aux Etats "de planifier et préparer" l'utilisation de ces vaccins pour les plus vulnérables et le personnel de santé, a dit à la presse une responsable de l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Notamment l'encadrement de ceux qui devront garantir que les doses sont conservées aux températures requises, a affirmé la directrice exécutive du Fonds des Nations unies pour l'enfance (UNICEF).

Si les dernières autorisations sont obtenues, la livraison doit démarrer fin février auprès de plus de 130 Etats, dont 92 pays pauvres et aux revenus intermédiaires. Plus de 60 pays riches, dont la Suisse, attendront plus tard avant de recevoir leurs doses dans le cadre de cet accélérateur lancé par plusieurs acteurs dont l'ONU.

16h45

Des tests salivaires dans les écoles zougoises

Elèves et enseignants zougois devront bientôt se soumettre, deux fois par semaine, à un test salivaire de coronavirus à l'école secondaire et dans les lycées. La mesure entre en vigueur le 22 février, après les vacances de février.

Ces tests doivent contribuer à protéger les personnes travaillant en milieu scolaire et leur entourage, indique mercredi le département zougois de l'éducation. Ils doivent aussi permettre d'empêcher la fermeture des établissements scolaires en raison de la pandémie.

Si les effets de ces tests à large échelle se révèlent favorables, la mesure pourrait être étendue aux écoles professionnelles dans un second temps. En revanche, la mesure ne concerne pas l'école enfantine et le niveau primaire, les enfants n'étant pas des vecteurs de la pandémie. Les coûts des tests massifs en milieu scolaire seront couverts par la Confédération.

Jusqu'à présent, seul le canton des Grisons a mené des tests de Covid-19 à large échelle, sur une base volontaire toutefois, notamment dans certaines écoles. Mardi, Bâle-Campagne a annoncé le lancement d'une campagne de tests salivaires hebdomadaires pour les personnes qui le souhaitent dans des écoles, des entreprises, des établissements sanitaires et des services de l'administration publique.

16h30

L'EPFL prolonge l'enseignement en ligne jusqu'à l'été

L'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) maintient ses cours en ligne jusqu'à la fin du semestre de printemps, soit au début du mois de juin. L'Université de Lausanne (UNIL) explique qu'elle n'a pas d'autre choix, vu la situation sanitaire, que de poursuivre pour l'heure l'enseignement à distance.

Sur son site internet, l'EPFL annonce qu'elle maintient tous ses cours et exercices en ligne, y compris en première année de Bachelor, jusqu'à la fin du semestre de printemps. Seules exceptions: les enseignements qui nécessitent une présence physique sur le campus, comme les travaux pratiques, les ateliers ou les projets.

Les réactions de découragement sur les réseaux sociaux ont immédiatement afflué. "C'est un cauchemar. Toute une génération d'étudiants qu'on laisse tomber", écrit une intervenante. Certains étudiants annoncent abandonner leurs études, d'autres craignent pour leur santé mentale.

La position de l'Université de Lausanne (UNIL) est moins tranchée. Les cours reprendront en ligne pour le deuxième semestre, à partir du 22 février. Impossible de faire autrement, vu la situation sanitaire actuelle, observe la porte-parole Géraldine Falbriard.

Mais elle ne ferme pas totalement la porte à un assouplissement. "On ne sait pas quelle sera la situation dans trois mois", ajoute-t-elle.

15h45

Aide aux entreprises jurassiennes en manque de liquidités

Le Gouvernement jurassien renforce son soutien aux cas de rigueur. Il a annoncé mercredi avoir mis en place un système d'avances pour permettre aux entreprises concernées d'obtenir plus rapidement des liquidités en cas de besoin.

Toute entreprise qui le souhaite peut obtenir une avance de 20% de son chiffre d'affaires mensuel, la référence étant prise sur 2018 et 2019. Si elle remplit les critères fixés, l'avance sera transformée en une aide à fonds perdu. Dans le cas contraire, l'avance sera transformée en prêt sans intérêts, remboursable sur cinq ans.

Le Gouvernement jurassien constate qu'il est parfois difficile pour les entreprises de fournir leur comptabilité de l'exercice écoulé pour pouvoir obtenir les aides en question alors que dans le même temps des besoins en liquidités se font sentir avec les fermetures. Des entreprises n'ont pas encore obtenu de moyens financiers.

Depuis l'entrée en vigueur dans le canton du Jura de l'aide pour les cas de rigueur à la mi-décembre, une quarantaine d'entreprises ont déjà fait des demandes et de nombreux contacts ont eu lieu entre le Service de l'économie et les entreprises concernées, a précisé le canton du Jura.

15h20

Alain Berset: "Il ne devrait pas y avoir d'assouplissement fin février"

Le conseiller fédéral Alain Berset a annoncé mercredi qu'un assouplissement des mesures de lutte contre le coronavirus n'est pas encore envisageable.

"Nous sommes confrontés à un vrai dilemme. D'un côté, on voit des chiffres globaux qui s'améliorent, avec un taux de positivité plus faible et la diminution des nouvelles infections par jour. Mais, de l'autre côté, on voit que nous avons vraiment affaire à une pandémie dans la pandémie avec la multiplication de cas liés aux nouvelles variantes du virus", a expliqué le ministre de la Santé devant la presse.

Celui-ci a reconnu que les mutations du coronavirus posent des difficultés au Conseil fédéral. "Ces variantes sont plus contagieuses. En réalité, si on ne considère que cette partie-là, on est à peu près dans la même situation que le pays connaissait au début du mois d'octobre. C'est comparable en termes de cas et d'évolution. Et on sait ce qu'il s'est passé ensuite."

Le gouvernement a discuté mercredi matin des prochaines décisions à prendre. "Nous ne sommes pas en mesure de dire exactement dans quelle direction on va aller. Il est encore trop tôt. Les mesures en vigueur valent jusqu'à la fin du mois de février. Avec ces conditions, il n'est pas réaliste d'imaginer un assouplissement majeur à ce moment-là", a indiqué Alain Berset, qui a précisé que le Conseil fédéral en reparlerait lors de sa séance du 17 février.

15h10

Le vaccin devient gratuit pour les soignants frontaliers et les diplomates

La vaccination contre le Covid-19 sera gratuite pour les diplomates et les frontaliers travaillant dans les soins. Le Conseil fédéral a décidé mercredi de prendre en charge les coûts de la vaccination des personnes qui ne sont pas assurées en Suisse.

La Confédération couvrira les frais de toutes les personnes qui sont domiciliées en Suisse, mais qui ne sont pas couvertes par l'assurance maladie obligatoire. Cette mesure concerne en particulier les diplomates et les personnes travaillant dans des organisations internationales.

La prise en charge s'appliquera aussi aux frontaliers travaillant dans le domaine de la santé et qui ne sont pas assurés en Suisse, mais dans leur pays. Selon les estimations, environ 150'000 personnes bénéficieront de l'élargissement de la prise en charge des coûts de vaccination.

Une facturation individuelle de la vaccination représenterait des coûts administratifs plus élevés que la vaccination elle-même, indique le Conseil fédéral. Les coûts supplémentaires de cette nouvelle réglementation, qui entre en vigueur avec effet rétroactif au 4 janvier 2021, sont estimés à 3,5 millions de francs. Plusieurs Etats voisins appliquent une mesure similaire.

15h05

Swissmedic a besoin de plus de données pour autoriser le vaccin d'AstraZeneca

Swissmedic n'autorise pas pour l'heure l'utilisation du vaccin contre le coronavirus développé par AstraZeneca. L'Institut des produits thérapeutiques ne dispose pas encore de suffisamment de données pour prendre cette décision.

Pour permettre une évaluation définitive, le laboratoire suédo-britannique doit fournir des données supplémentaires. De nouvelles études sont requises pour évaluer plus avant la sécurité, l’efficacité et la qualité, ajoute l'institut.

Swissmedic examine une autre demande d’autorisation de mise sur le marché déposée par le fabricant Johnson & Johnson.

15h00

Trois nouveaux contrats pour des vaccins

La Suisse a conclu trois nouveaux contrats pour des vaccins, a indiqué mercredi l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). Avec Curevac, pour 5 millions de doses, et Novavax, pour 6 millions de doses, mais aussi avec Moderna, pour 6 millions de doses supplémentaires.

"La population suisse aura donc accès à deux vaccins supplémentaires à condition que les phases de tests cliniques se déroulent avec succès et que Swissmedic accorde son autorisation", indique le communiqué. Ces trois contrats portent donc au total sur 17 millions de doses, qui s'ajoutent aux 13 millions de doses déjà assurées.

La conclusion de nouveaux contrats pour des vaccins est une bonne nouvelle, a souligné mercredi le ministre de la Santé Alain Berset devant la presse. Les doses supplémentaires permettront à la Suisse de poursuivre sa campagne de vaccination.

14h15

Port du masque au primaire dans les écoles bernoises

Dans sa lutte contre la propagation des nouveaux variants du coronavirus, le gouvernement bernois a étendu l'obligation de porter le masque aux élèves de 7e et 8e Harmos. La mesure entrera en vigueur le 10 février.

L'objectif est d'éviter autant que possible la fermeture temporaire de classes ou d'établissements, et de maintenir l'enseignement en présentiel, explique mercredi le canton.

Les écoles et le transport scolaire du canton ont été touchées ces dernières semaines par les variants. Plusieurs d'entre elles ont dû imposer une large quarantaine et organiser des tests à grande échelle.

D'autres cantons alémaniques ont déjà introduit l'obligation du port du masque à l'école primaire. Il est ainsi obligatoire pour les écoliers dès la 6H année dans le canton de Zurich, et dès la 7H à Soleure.

14h00

Taux de reproduction à nouveau au-dessus de 1

La Suisse compte mercredi 1796 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures, selon les chiffres de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP), en légère augmentation par rapport à la veille. En outre, 42 décès supplémentaires sont à déplorer, tandis que 74 malades ont été hospitalisés.

Durant les dernières 24 heures, les résultats de 31'147 tests ont été transmis, indique l'OFSP. Le taux de positivité s'élève à 5,77%. Sur les quatorze derniers jours, le nombre total d'infections est de 22'843. Sur les deux dernières semaines, le pays compte ainsi 264,24 nouvelles infections pour 100'000 habitants. Le taux de reproduction, qui a un délai d'une dizaine de jours, est lui de 1,01 (contre 0,99 mardi)

Au total, 517'625 doses de vaccin ont été livrées aux cantons, dont 315'033 ont été administrées. Depuis le début de la pandémie, 528'524 cas de contamination au Covid-19 ont été confirmés en laboratoire sur un total de 4'415'288 tests effectués en Suisse et au Liechtenstein. Le total des décès s'élève à 8813 et le nombre de personnes hospitalisées atteint 22'064.

Le pays dénombre par ailleurs 13'978 personnes en isolement et 25'570 individus faisant partie de leurs contacts ont été mis en quarantaine. S'y ajoutent 2752 autres personnes revenant de voyage d'un pays à risque et qui ont dû aussi passer par la case de la quarantaine.

13h30

La station de ski de la Dôle pourra ouvrir en février

Les remontées mécaniques suisses de Télé-Dôle, sur les hauteurs de Nyon dans le Jura vaudois, pourront ouvrir en février, suite à la suspension de l'arrêté préfectoral français interdisant l'utilisation du parking des Dappes. Les pistes seront damées dès que la météo le permettra.

Si l'accès sera libre pour les personnes vivant dans un rayon de 30 km, les autres devront présenter un test PCR négatif datant de 72 heures.

"Nous espérons que les conditions d’enneigement de cette fin de saison permettent encore une ouverture après ces 40 jours perdus", indique le président de la compagnie dans un communiqué. Les dates exactes d’ouverture au public seront annoncées par le domaine transfrontalier "Jura sur Léman" via ses canaux de communication.

13h00

Les besoins de sang restent importants

Malgré les opérations repoussées, les hôpitaux ont toujours autant besoin de sang. Les centres de transfusion ont donc dû s'adapter à la réalité de la pandémie, l'organisation et le stockage sont plus compliqués qu'auparavant.

>> Voir le reportage de Daniel Bachmann et Benoît Grandclément:

Le coronavirus complique la gestion des dons de sang [RTS]
Le coronavirus complique la gestion des dons de sang / 12h45 / 1 min. / le 3 février 2021

12h45

Sort varié pour les camps de ski

Dans ce contexte de pandémie et de recommandations sanitaires, difficile d'organiser les traditionnels camps de ski cet hiver. Seuls Berne et le Valais les autorisent en Suisse romande, alors que Genève va jusqu'à interdire les journées de neige.

La grande majorité des autorités ont légiféré entre deux: les camps en résidence de plusieurs jours, c'est non ; les journées de ski, c'est oui.

>> Les précisions de Dominique Choffat dans le 12h30:

Le camp de ski. [Gaëtan Bally - Keystone]Gaëtan Bally - Keystone
Rares sont les cantons qui autorisent l’organisation des traditionnels camps de ski / Le 12h30 / 1 min. / le 3 février 2021

12h30

Les nouveaux variants progressent, confirme l'OFSP

Les nouveaux variants gagnent du terrain en Suisse, avec environ 2850 cas déjà repérés, un nombre qui double pratiquement chaque semaine, selon l'OFSP. Ils devraient ainsi, à terme, remplacer "l’ancienne version" du virus.

De lundi à mardi, près de 300 cas ont été détectés. L'OFSP précise mercredi que 1140 cas appartenaient au variant britannique (B.1.1.7) et 57 au variant sud-africain (B.1.351). Dans les 1650 cas restants, l'attribution n'était pas possible, mais une mutation a bel et bien été détectée.

En termes d'immunité, pour l'heure, il est impossible de savoir si une infection naturelle - consécutive à une première infection à la souche d'origine du SARS-CoV-2 - procure une immunité contre les variants. Interrogé dans le 12h30, Giuseppe Pantaleo, chef du Service d’immunologie et allergie du CHUV, explique que des études sont menées en ce moment, et évoque une réponse qui pourrait survenir "dans les prochaines semaines".

Dans ce contexte, quel pourra être l'impact de ces mutations sur l'immunité individuelle et collective ? Pour le spécialiste, l'immunité collective reste un objectif, mais elle doit être le fait des vaccins, et non des infections naturelles, trop imprédictibles.

Selon lui, des entreprises comme Moderna et Pfizer sont déjà en train de développer des vaccins capables d'intégrer des souches mutantes. Il n'exclut donc pas que la vaccination pourrait potentiellement prendre une forme annuelle, à l'instar de la grippe.

>> Les explications de Giuseppe Pantaleo dans le 12h30:

Les vaccins : quels risques et quelle efficacité? [RTS]RTS
Le nombre de cas des nouveaux variants du coronavirus double chaque semaine: interview de Giuseppe Pantaleo / Le 12h30 / 3 min. / le 3 février 2021

12h00

Pas de marche républicaine à Neuchâtel

Il n'y aura pas de Marche du 1er Mars cette année dans le canton de Neuchâtel. En raison de l'incertitude sur l'évolution de la situation sanitaire, le comité d'organisation a annoncé mercredi que l'édition 2021 de cette traditionnelle marche commémorative de la Révolution neuchâteloise était annulée.

Les organisateurs demandent donc "instamment" aux Neuchâteloises et aux Neuchâtelois d'éviter de se rassembler ce jour-là, et de préférer un autre jour pour parcourir l'itinéraire.

Le comité se dit cependant convaincu que l'esprit républicain véhiculé par la manifestation mérite d'être tout particulièrement cultivé durant cette période. "C'est bien la force du collectif qui nous permettra de venir à bout de la pandémie", a-t-il écrit sur son site Internet.

11h30

Tollé autour du privilège d'un actionnaire des cliniques Hirslanden

Un milliardaire sud-africain établi à Genève ne recevra sans doute pas sa seconde dose de vaccin contre le coronavirus en Thurgovie. Sa première vaccination à Münsterlingen (TG) avait fait scandale.

Actionnaire des cliniques Hirslanden, Johann Rupert avait fait partie des "cobayes" d'un centre de vaccination thurgovien exploité par le groupe, avant son ouverture officielle. Or, il n'est pas domicilié en Thurgovie et ne fait pas partie de la catégorie d'âge actuellement ciblée dans le canton par la campagne de vaccination.

La révélation de sa première vaccination a suscité un tollé dans le canton. Dans une lettre adressée à la population thurgovienne, le patron de Hirslanden Daniel Liedtke a présenté ses excuses pour le "manque de sensibilité" de ce choix.

Johann Rupert devrait toutefois bel et bien recevoir une seconde injection. "Nous partons du principe qu'une solution sera trouvée dans un autre canton", a déclaré le ministre thurgovien de la santé Urs Martin (UDC) à Blick TV.

11h00

Le vaccin d'AstraZeneca réduirait la transmission

Le vaccin d'AstraZeneca et de l'Université d'Oxford pourrait réduire de 67% la transmission du virus dès la première dose, selon une analyse des essais cliniques en cours de revue. L'étude, publiée par l'Université d'Oxford elle-même, doit encore être examinée par des pairs avant d'être publiée.

Si elle devait être validée, ses résultats indiquent que non seulement les personnes vaccinées sont donc protégées de la maladie, mais qu'elles sont moins à même de la transmettre.

Contre les infections, le vaccin démontrerait une efficacité de 76% sur trois mois après une première dose. Celle-ci grimperait à 82% après une deuxième dose, pour une durée encore incertaine.

Ces résultats préliminaires confortent la stratégie vaccinale du gouvernement britannique. Cependant, le chef du projet Andrew Pollard a expliqué à la BBC mercredi que ces tests avaient été réalisés avant l'apparition des variants. Or, "ce virus essaye à tout prix de trouver des façons de continuer à se transmettre", a-t-il dit.

10h30

Records pour le commerce de détail en 2020

Le commerce de détail suisse a terminé l'exercice 2020 à un niveau positif "record" sur plusieurs décennies, avec une hausse de 7,8% sur un an. Les entreprises actives dans le segment alimentaire ont vu leurs ventes bondir de plus de 10,9%, tandis que le secteur non alimentaire, en baisse ces dernières années, a également enregistré une hausse des recettes (+2,6%), selon l'indicateur du marché de Gfk.

Ces résultats ont été atteints malgré les fermetures de magasins lors du semi-confinement mis en place au printemps et en fin d'année. Certaines activités comme l'électronique de maison et les produits pour le bricolage ont signé une performance exceptionnelle, alors que d'autres ont aussi su tirer leur épingle du jeu, comme les meubles ou les habits.

09h45

La BCV fait un geste pour les PME

Alors que certaines entreprises sont prises à la gorge par la crise, la Banque cantonale vaudoise (BCV) a décidé à nouveau de suspendre l'amortissement de crédits pour les PME vaudoises entre le 31 mars et le 30 juin.

Cette suspension permettra de laisser plus de 40 millions de francs de liquidités à disposition de certaines sociétés du canton, indique l'établissement mercredi. En 2020 déjà, la BCV avait déjà pris ce genre de disposition à deux reprises.

Pour les prêts aux PME, le report des amortissements sera automatique, le client recevra un avis, précise le communiqué. Pour les autres type de crédits (comptes courants ou prêts équipements) une demande spécifique devra être adressée à la BCV, qui invoque des "raisons techniques".

La banque souligne enfin que la mesure ne concerne pas les prêts hypothécaires des particuliers et les portefeuilles immobiliers.

08h30

Le taux de reproduction inquiète les experts

Les tendances de l’épidémie sont à la baisse en Suisse, qu'il s'agisse des nouveaux cas enregistrés ou des hospitalisations et décès. En revanche, le taux de reproduction (R) remonte au fur et à mesure que les nouveaux variants, plus transmissibles, gagnent du terrain. Pour les experts scientifiques de la Confédération, ces chiffres ne parlent pas en faveur d'un déconfinement.

Ce taux R, qui est désormais à 0,98 au niveau fédéral, inquiète les scientifiques de la Confédération. Dans neuf cantons, il dépasse le seuil de 1, au-delà duquel l'expansion du nombre de cas devient exponentielle.

L'autre point d'inquiétude réside dans la progression des nouveaux variants, dont quelque 2722 cas ont désormais été repérés en Suisse. Selon les estimations, ils pourraient désormais représenter 20% des cas. À Genève, qui pratique un échantillonnage différent, cette proportion monte à 40%.

Ces perspectives empêchent pour l'instant d'envisager un assouplissement des mesures avant fin février, estiment les experts. Il n'est même pas exclu qu'il faille les prolonger, voire les renforcer, a expliqué mardi en conférence de le chef de la gestion de crise à l'OFSP, Patrick Mathys. Pour contenir les variants, il faudrait diviser le nombre de cas quotidiens par deux.

>> Écouter les explications de La Matinale:

Le taux de reproduction d'un virus, une variable importante en période de pandémie.
DmitriyDemidovich
Depositphotos [DmitriyDemidovich - Depositphotos]DmitriyDemidovich - Depositphotos
Le taux de reproduction R reste préoccupant en Suisse / La Matinale / 1 min. / le 3 février 2021

08h00

Dépistages gratuits à Bienne pour l'inauguration d'un camion de test

Le canton de Berne a inauguré mardi à Bienne un nouveau camion de dépistage qui doit lui permettre d'intervenir très vite à chaque fois qu'un foyer se déclarera quelque part dans le canton. Mais mardi, lors de son inauguration, l'entrée pour se faire tester gratuitement était libre à toutes et tous, y compris les asymptomatiques.

Pour le chef de la communication de la direction bernoise de la santé Gundekar Giebel, si cette opération ne dure que deux jours, la gratuité du dépistage pour tout le monde pourrait être un "prochain pas" à envisager.

>> Le reportage de La Matinale:

Des tests COVID-19 étendus peuvent être effectués rapidement dans ce camion de dépistage. [ldd/Canton de Berne]ldd/Canton de Berne
Inauguration d'un camion de dépistage anti-Covid-19 à Bienne / La Matinale / 1 min. / le 3 février 2021

07h45

Un centre de vaccination sur le lac de Constance

Le canton de Thurgovie a ouvert en présence d'Alain Berset un centre de vaccination installé sur un bateau dans le port de Romanshorn (TG). Le navire se déplacera aussi à Kreuzlingen (TG) et à Arbon (TG).

Le conseiller fédéral a visité le centre de vaccination flottant en compagnie d'Urs Martin, chef du département de la santé du canton de Thurgovie. Le centre a été installé sur le navire "MS Thurgau".

La campagne de vaccination en Thurgovie a mis plus de temps à se mettre en place que dans d'autres cantons. Ce canton figurait en queue de liste d'un classement établi par l'Office fédéral de la santé publique. Le centre de vaccination sur le "MS Thurgau" devrait contribuer à améliorer la situation, selon Urs Martin.

>> Les explications de La Matinale mercredi:

Un centre de vaccination a été installé sur un bateau dans le port de Romanshorn (TG). [Gian Ehrenzeller - Keystone]Gian Ehrenzeller - Keystone
Un centre de vaccination installé sur un bateau en Thurgovie / La Matinale / 1 min. / le 3 février 2021

07h30

Les cantons se sont mis d'accord pour les échanges de vaccins

Berne et Lucerne ont convenu de céder une partie des vaccins qui leur reviennent à huit cantons bientôt à court de stock. L'objectif est de leur permettre d'injecter à temps la deuxième dose aux personnes à risque qui ont déjà reçu la première.

L'OFSP et la Commission fédérale pour les vaccinations recommandent que la deuxième dose soit administrée dans un intervalle de trois à six semaines au maximum. Or, les retards de livraison de Pfizer/BioNTech compromettent l'injection de cette deuxième dose au Tessin, à Appenzell Rhodes-Extérieures, Glaris, Nidwald, Obwald, Schaffhouse, Soleure et Zoug.

Le contingent cédé par Berne et Lucerne suffira à couvrir les besoins des cantons dont le stock est pratiquement épuisé, a indiqué mardi la Conférence des directeurs cantonaux de la santé (CDS). Il ne sera donc pas nécessaire de faire appel au canton de Fribourg, qui a lui aussi proposé ses services.

>> Plus de détails dans notre article: Les cantons se sont mis d'accord pour les échanges de vaccins

"C'est une bonne chose d'arriver à trouver des systèmes qui soient suffisamment souples pour qu'on puisse faire les choses correctement. Il est toujours inquiétant de vouloir jouer les uns contre les autres", a réagi la directrice du Centre de vaccinologie des HUG Claire-Anne Siegrist dans Forum.

>> Ecouter son interview dans Forum:

Les cantons se sont mis d’accord sur la répartition des doses de vaccin : réaction de Claire-Anne Siegrist [RTS]
Les cantons se sont mis d’accord sur la répartition des doses de vaccin : réaction de Claire-Anne Siegrist / Forum / 5 min. / le 2 février 2021

07h15

Le télétravail dope la chirurgie esthétique en Suisse

Liftings, rhinoplasties ou chirurgie des paupières, les Suisses ont été plus nombreux à recourir aux soins esthétiques en 2020. Selon les professionnels de la santé, les interventions de ce genre auraient augmenté de 20 à 30% par rapport à l’année 2019.

Ce phénomène serait dû au télétravail et à l’image déformée des visages que renvoient des plateformes telles que Zoom ou Skype. Les visioconférences ont tellement dopé la demande que les chirurgiens ont trouvé un nom à ce phénomène social: " le Zoom Boom".

>> Les précisions du 19h30:

Le télétravail et les visioconférences ont provoqué un boom de la chirurgie esthétique [RTS]
Le télétravail et les visioconférences ont provoqué un boom de la chirurgie esthétique / 19h30 / 3 min. / le 2 février 2021

>> Lire aussi: Le télétravail dope la chirurgie esthétique en Suisse

07h00

Quand la vaccination devient politique à Genève

A Genève, la candidate des Verts à l'élection partielle du Conseil d'Etat se retrouve au coeur d'une polémique à environ un mois de l'élection. Dans un entretien au journal Le Temps, Fabienne Fischer a fait part de son scepticisme quant à la vaccination contre le Covid-19. Une situation cocasse lorsque l'on sait que le gouvernement genevois ne cesse de recommander la vaccination et demande plus de doses.

Ces déclarations ont suscité un flot impressionnant de commentaires négatifs à son égard sur les réseaux sociaux. La candidate écologiste a tenté un rétropédalage, affirmant qu'elle se ferait vacciner: "Il nous faut apporter de la confiance et de la cohérence en cette période troublée", a-t-elle précisé.

Cet impair pourrait coûter cher à celle qui était perçue comme la grande favorite dans la course à la succession de Pierre Maudet.

>> Ecouter le sujet de Forum:

Un centre de vaccination à Genève. [Martial Trezzini - Keystone]Martial Trezzini - Keystone
Genève: Quand la vaccination devient politique / Forum / 3 min. / le 2 février 2021

>> Voir aussi le sujet du 19h30:

Le vaccin est-il devenu un passage obligé dans une campagne politique? Exemple de la Verte Fabienne Fischer à Genève [RTS]
Le vaccin est-il devenu un passage obligé dans une campagne politique? Exemple de la Verte Fabienne Fischer à Genève / 19h30 / 2 min. / le 2 février 2021

>> Ecouter la réaction de Bertrand Kiefer, rédacteur en chef de la Revue médicale suisse:

Bertrand Kiefer: "Ce qui me gêne c'est la réticence face au vaccin" [RTS]
Bertrand Kiefer: "Ce qui me gêne c'est la réticence face au vaccin" / 19h30 / 1 min. / le 2 février 2021

>> Lire aussi: A Genève, les doutes de Fabienne Fischer sur la vaccination font polémique

06h45

Début des Sommets Musicaux de Gstaad...en ligne

Renaud Capuçon et Martha Argerich, c'est l'affiche rêvée de cette première soirée des Sommets Musicaux de Gstaad. Les concerts ont lieu dans l'atmosphère irréelle d'une salle vide, sans public. Les concerts seront diffusés gratuitement sur internet.

>> Voir le sujet du 19h30:

Les "Sommets Musicaux de Gstaad" ont lieu cette année en ligne [RTS]
Les "Sommets Musicaux de Gstaad" ont lieu cette année en ligne / 19h30 / 2 min. / le 2 février 2021

06h30

Le testing de masse étendu aux entreprises grisonnes

Le canton des Grisons a été le premier à instaurer la pratique des tests à grande échelle, préconisée par le Conseil fédéral. Après les écoles, les EMS et l'administration, la mesure a été étendue cette semaine à toutes les entreprises volontaires. Près de 300 sociétés grisonnes ont choisi de participer au programme.

Dans la pratique, les employés récupèrent un kit d'examen sur leur lieu de travail. Ils prélèvent un peu de salive dans une éprouvette, avant de remettre le test à leur employeur, qui le transmet ensuite à un laboratoire.

La méthode grisonne se veut préventive pour dépister les porteurs asymptomatiques et ainsi casser au plus tôt les chaînes de transmission.

>> Voir le sujet du 19h30:

Depuis décembre 2020, les Grisons testent à grande échelle leur population [RTS]
Depuis décembre 2020, les Grisons testent à grande échelle leur population / 19h30 / 2 min. / le 2 février 2021

06h15

Retour sur la journée de mardi

L'Office fédéral de la santé publique a fait état mardi de 1633 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures. Un total de 46 décès supplémentaires sont à déplorer tandis que 90 malades ont été hospitalisés.

Durant les dernières 24 heures, les résultats de 25'279 tests ont été transmis, indique l'OFSP. Le taux de positivité s'élève à 6,46%. Sur les quatorze derniers jours, le nombre total d'infections est de 23'391. Sur les deux dernières semaines, le pays compte ainsi 270,58 nouvelles infections pour 100'000 habitants. Le taux de reproduction, qui a un délai d'une dizaine de jours, est lui de 0,99.

>> Retour sur la journée de mardi: La situation est encourageante, mais il ne faut pas relâcher les efforts, estime l'OFSP

06h00

Le dossier complet

Retrouvez dans notre dossier toutes les informations, toutes les analyses et toutes les émissions consacrées au coronavirus.

Le dossier consacré à l'épidémie de coronavirus