Le banner du 13 janvier [Keystone]
Publié Modifié

Fermeture d'une partie des magasins, rassemblements limités à 5 personnes, télétravail: le Conseil fédéral serre la vis

- Fermeture dès lundi des magasins ne vendant pas des produits de consommation courante, télétravail obligatoire, réunions privées restreintes: le Conseil fédéral a adopté mercredi une série de nouvelles mesures pour lutter contre le coronavirus. La Suisse reprend ainsi la route du semi-confinement.

- La situation épidémiologique reste extrêmement tendue, souligne le gouvernement. Le Conseil fédéral a donc également décidé de prolonger jusqu'à fin février les mesures prises en décembre, notamment la fermeture des restaurants, des centres sportifs, de loisirs et de culture.

- Le Conseil fédéral a aussi annoncé l'extension des aides financières, notamment avec l'élargissement de la définition des cas de rigueur. Et les versements à fonds perdus pourront atteindre jusqu'a 20% du chiffre d'affaires.

- L'Office fédéral de la santé publique a fait état mercredi de 3001 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures, avec un taux de positivité de 10,32%. 58 décès supplémentaires sont à déplorer, tandis que 147 malades ont été hospitalisés. L'incidence (nombre de nouveaux cas en 14 jours pour 100'000 habitants), elle, est 477,5.

- L'OFSP recommande toujours de conserver une distance de 1,5 mètre avec les personnes qui ne sont pas du même ménage, de porter un masque dans le cas où cette distance ne peut être maintenue et de respecter les règles d'hygiène.

Suivi assuré par RTSinfo

21h00

De nouvelles aides économiques

Le Conseil fédéral a aussi annoncé l'extension des aides financières, notamment avec l'élargissement de la définition des cas de rigueur. Et les versements à fonds perdus pourront atteindre jusqu'à 20% du chiffre d'affaires.

>> Revoir le détail des annonces dans le 19h30:

Le Conseil fédéral va élargir l'aide aux cas de rigueur. Moins de conditions et de plus gros montants. [RTS]
Le Conseil fédéral va élargir l'aide aux cas de rigueur. Moins de conditions et de plus gros montants. / 19h30 / 1 min. / mercredi à 19:30

Les restaurateurs sont parmi les premiers concernés par ces aides financières. La faîtière GastroSuisse salue l'extension du plan de soutien, mais sur le terrain, les perspectives restent sombres.

>> Voir le reportage du 19h30 dans le canton de Vaud:

Le Conseil fédéral va élargir l'aide aux cas de rigueur. Moins de conditions et de plus gros montants. [RTS]
Le Conseil fédéral va élargir l'aide aux cas de rigueur. Moins de conditions et de plus gros montants. / 19h30 / 1 min. / mercredi à 19:30

Mais ces aides sont-elles trop maigres? Regula Ritz, conseillère nationale (Les Verts/BE), Jacqueline de Quattro, conseillère nationale (PLR/VD), Gilles Meystre, président de Gastrovaud, et José Lara, cofondateur et gérant de CrossFit Lausanne, en ont débattu dans Forum.

>> Voir le débat de Forum:

Le grand débat - Les aides financières allouées par le Conseil fédéral sont-elles trop maigres? [RTS]
Le grand débat - Les aides financières allouées par le Conseil fédéral sont-elles trop maigres? / Forum (vidéo) / 16 min. / mercredi à 18:00

>> Voir aussi un tour d'horizon des réactions dans le 19h30:

Réactions critiques des politiques et du monde économique. [RTS]
Réactions critiques des politiques et du monde économique. / 19h30 / 1 min. / mercredi à 19:30

20h45

Des réactions fatalistes dans les commerces

L'année 2021 portait l'espoir d'un renouveau après une année marquée par la pandemie. Mais cette fermeture des commerces, une première depuis le mois de mars dernier, porte un coup au secteur. Les commerçants accueillent la décision avec un certain fatalisme.

>> Voir le sujet du 19h30:

Réactions contrastées à l'annonce de la nouvelle fermeture des commerces non essentiels. [RTS]
Réactions contrastées à l'annonce de la nouvelle fermeture des commerces non essentiels. / 19h30 / 1 min. / mercredi à 19:30

Pour le vice-président du PLR Philippe Nantermod, interrogé mercredi soir dans le 19h30, ces "décisions sont difficiles à comprendre. Il y a un certain arbitraire entre ceux qui subissent les mesures et ceux qui ne les subissent pas".

"On attend surtout maintenant un plan de sortie de cette crise, et ce plan existe, il s'appelle le vaccin. Or, le Conseil fédéral n'en a pas du tout parlé aujourd'hui", regrette le conseiller national valaisan.

>> Voir son interview dans le 19h30:

Philippe Nantermod « Ces décisions sont difficiles à comprendre. Il y a un certain arbitraire » [RTS]
Philippe Nantermod « Ces décisions sont difficiles à comprendre. Il y a un certain arbitraire » / 19h30 / 2 min. / mercredi à 19:30

>> Lire aussi en détail: Réactions contrastées aux nouvelles mesures anti-Covid du Conseil fédéral

20h30

"On nous reprocherait de n'avoir pas agi", indique Alain Berset

Le Conseil fédéral a renforcé les mesures sanitaires alors que le nombre de nouveaux cas quotidiens est pourtant plus faible qu'il y a quelques semaines. "Mais on remarque que le nombre de contaminations dues à la nouvelle variante anglaise du coronavirus double chaque semaine. On est dans la situation du Royaume-Uni début décembre, donc il est important de prendre des mesures rapidement", précise le conseiller fédéral Alain Berset dans le 19h30.

"On a l'avantage, par rapport à la première vague du mois de mars, d'être informés de la situation avec l'exemple britannique. Donc on nous reprocherait de n'avoir pas agi si la situation devenait catastrophique dans 4 à 6 semaines", ajoute-t-il.

>> Voir son interview intégrale dans le 19h30:

Alain Berset "Avec la variante anglaise du virus, beaucoup plus contagieuse, on doit prendre des mesures tout de suite" [RTS]
Alain Berset "Avec la variante anglaise du virus, beaucoup plus contagieuse, on doit prendre des mesures tout de suite" / 19h30 / 3 min. / mercredi à 19:30

>> Voir aussi le sujet du 19h30 qui revient sur les nouvelles mesures:

Le Conseil fédéral annonce un nouveau semi-confinement. [RTS]
Le Conseil fédéral annonce un nouveau semi-confinement. / 19h30 / 2 min. / mercredi à 19:30

>> Voir aussi l'analyse de Pierre Nebel dans le 19h30:

Analyse de Pierre Nebel des décisions du Conseil fédéral du jour. [RTS]
Analyse de Pierre Nebel des décisions du Conseil fédéral du jour. / 19h30 / 1 min. / mercredi à 19:30

20h15

Revirement à propos des femmes enceintes face au Covid

Alors que les spécialistes se montraient plutôt rassurants au printemps passé, les nouvelles données sont plus inquiétantes: une femme enceinte infectée par le coronavirus a deux à trois fois plus de risques de se retrouver aux soins intensifs. Un risque encore plus élevé pour celles qui présentent d’autres morbidités, telles que l’obésité ou l’hypertension.

>> Ecouter l'interview d'Anne-Caroline Benski, médecin-cheffe de clinique au Service d’obstétrique des Hôpitaux Universitaires de Genève, dans CQFD:

Une femme enceinte infectée par le coronavirus a deux à trois fois plus de risques de se retrouver aux soins intensifs. 
nicoletaionescu
Depositphotos [nicoletaionescu - Depositphotos]nicoletaionescu - Depositphotos
Revirement à propos des femmes enceintes face au Covid / CQFD / 9 min. / mercredi à 10:04

20h00

Des musiciens répartis dans toute la Suisse pour un même concert

Un concert insolite et décentralisé, réunissant des musiciens sur différents sites, s'est déroulé mercredi soir en Suisse. Les artistes, dont la chanteuse fribourgeoise Flavie Léa au château de Chillon (VD), ont interprété la nouvelle chanson "Denkmal" du groupe Blay.

Les différents musiciens sur un écran partagé. [Laurent Gillieron - Keystone]Les différents musiciens sur un écran partagé. [Laurent Gillieron - Keystone]Outre Chillon, les musiciens étaient installés à Bellinzone, Berne, Klosters (GR), Volketswil (ZH) et Zurich. Intitulée "Switzerland Connected" - la Suisse connectée -, l'opération a été organisée par Swisscom qui a réuni les voix et instruments sur son réseau. Il s'agit de "la première expérience de musique live décentralisée de Suisse", a affirmé le géant bleu dans un communiqué.

19h30

Premier cas détecté du nouveau variant du Covid-19 à Neuchâtel

Le canton de Neuchâtel a identifié un premier cas du variant britannique du coronavirus suite à une analyse rétrospective. La personne concernée avait été testée positive le 1er janvier, précise le canton mercredi dans un communiqué.

Alerté début janvier par l’OFSP de la présence en Suisse d’un nouveau variant de Sars-Cov-2, le canton de Neuchâtel a mis en place des mesures de surveillance accrue. Une analyse rétrospective de 163 tests PCR positifs depuis le 31 décembre a ainsi permis de confirmer mercredi, par séquençage, un premier cas du variant britannique.

Ce nouveau variant, plus contagieux, peut entraîner une augmentation exponentielle du nombre de cas. Les autorités sanitaires neuchâteloises appellent donc la population à respecter scrupuleusement les mesures de sécurité et les gestes barrières.

19h00

Un prêt de 30 millions de francs pour Palexpo SA

Le Conseil d'Etat genevois veut soutenir financièrement Palexpo SA dont les activités ont été interrompues par la crise sanitaire. Il a approuvé mercredi un projet de loi pour l'octroi d'un prêt de 30 millions de francs. Le Grand Conseil doit encore se prononcer.

"Du jour au lendemain, la société s'est retrouvée privée d'importantes ressources financières, tout en devant assumer certaines dépenses incompressibles", indique mercredi le Conseil d'Etat. Et l'interdiction de l'organisation de manifestation est maintenue pour le début 2021.

Le prêt de 30 millions de francs est destiné à couvrir le scénario le plus pessimiste des besoins de financement pour l'année 2021, a relevé la cheffe du Département des finances Nathalie Fontanet. Ce prêt est en pratique une ligne de crédit et Palexpo SA n'empruntera que les montants nécessaires pour assurer la poursuite de ses activités.

18h30

Le commerce de détail "catastrophé"

Le Conseil fédéral a annoncé la fermeture dès lundi des magasins ne vendant pas des produits de consommation courante.

>> Voir le rappel des mesures dans Forum:

Le détail des nouvelles mesures sanitaires annoncées par le Conseil fédéral [RTS]
Le détail des nouvelles mesures sanitaires annoncées par le Conseil fédéral / Forum (vidéo) / 3 min. / mercredi à 18:00

"On est catastrophés, même si on s'y attendait et que je pense que c'est une sage décision sur le plan sanitaire", réagit dans Forum mercredi Cécile Hussain-Khan présidente de la Fédération Vaudoise du Commerce de Détail.

"La première vague a déjà fauché pas mal de monde, et là ça recommence. Il y avait déjà les hôtels et les restaurants, et maintenant le commerce de détail", soupire-t-elle.

"Les aides étaient compliquées à obtenir, je suis donc contente de savoir que ça va être simplifié", ajoute-t-elle encore.

>> Voir son interview dans Forum:

Fermeture des commerces non essentiels: réaction de Cécile Hussain-Khan [RTS]
Fermeture des commerces non essentiels: réaction de Cécile Hussain-Khan / Forum (vidéo) / 4 min. / mercredi à 18:00

18h15

Le Conseil d'Etat genevois très fâché par les décisions fédérales

Le Conseil d'Etat genevois a exprimé mercredi sa colère suite aux annonces du Conseil fédéral. Le canton demandait des aides fédérales supplémentaires pour compenser les fermetures des commerces, mais en l'état rien n'est prévu.

"Cette nouvelle est catastrophique pour le canton", a indiqué mercredi devant la presse Nathalie Fontanet, cheffe du Département des finances qui se dit choquée et stupéfaite. L'enveloppe de 80 millions de francs prévue pour le canton n'a à ce jour pas bougé, relève-t-elle. Le canton se battra pour faire augmenter cette aide.

Selon elle, Genève qui avait fermé les commerces et des restaurants en novembre a déjà commencé à indemniser. Avec l'assouplissement des conditions d'accès aux aides annoncé mercredi par le Conseil fédéral, 4000 entreprises pourraient être concernées à Genève, ce qui correspond environ à 340 millions de francs pour les six premiers mois de 2021.

Le canton est fâché par le manque d'indemnisation supplémentaire, en revanche il salue l'assouplissement des conditions d'accès aux aides pour les entreprises. "On assouplit, mais aucun franc supplémentaire n'a été octroyé", a regretté Anne Emery-Torracinta, président du Conseil d'Etat.

18h00

"Il n'y pas d'alternative", estime Guy Parmelin

Invité dans Forum, le président de la Confédération appelle la population à faire "encore un effort": "Je comprends la lassitude. C'est extrêmement difficile de continuer à avoir des restrictions pareilles, particulièrement pour la jeune génération."

Il estime qu'il "n'y a pas d'alternative": "Si on veut limiter les dégâts sur la société, l'économie et permettre de retrouver le plus rapidement, une fois que la vaccination aura pu s'effectuer et sera montée en puissance, une vie "normale"..."

>> Voir un extrait des propos de Guy Parmelin dans Forum:

parmelin_mesures_forum [RTS]
"Il n'y pas d'alternative", estime Guy Parmelin / L'actu en vidéo / 1 min. / mercredi à 17:31

>> Voir aussi son interview complète:

Renforcement des mesures sanitaires: interview de Guy Parmelin [RTS]
Renforcement des mesures sanitaires: interview de Guy Parmelin / Forum (vidéo) / 8 min. / mercredi à 18:00

17h30

L'USS veut de l'aide pour les personnes au chômage

L'Union syndicale suisse (USS) salue les assouplissements annoncés pour les cas de rigueur. Elle exige toutefois également de l'aide pour les personnes qui ont perdu leur emploi en raison de la pandémie.

Afin d'éviter les fins de droits, il faut, comme lors de la première vague, prolonger la durée pendant laquelle les personnes concernées ont eu droit aux indemnités journalières et les délais-cadre. Les personnes qui ont perdu leur emploi auront désormais encore plus de mal à en trouver un nouveau. Cela vaut en particulier pour les chômeurs âgés, écrit l'USS.

Elle est satisfaite de la mise en oeuvre de la protection des personnes particulièrement vulnérables au travail, mais elle trouve incompréhensible que les employés qui travaillent à domicile ne soient pas indemnisés pour certains frais que le télétravail engendre.

"Inacceptable" aussi que les employés des EMS ont contracté le coronavirus doivent encore travailler. Pour lui, il est incompréhensible que le Conseil fédéral n'ait pas édicté de directives. Pour l'USS, il faut mettre en place des concepts de protection et prévoir une indemnisation appropriée pour les employés.

17h15

Economiesuisse critique la fermeture des commerces

Economiesuisse soutient la décision du Conseil fédéral de prolonger jusqu'à fin février les mesures de protection déjà en vigueur. La situation épidémiologique toujours tendue ne lui laisse pas d'autre choix, souligne-t-elle.

Toutefois, l'organisation faîtière formule de gros points d’interrogation quant au durcissement significatif des restrictions. La fermeture supplémentaire de nombreux magasins en dépit de concepts de protection efficaces pose des problèmes majeurs, selon elle. L'obligation de travailler à domicile n'est pas non plus proportionnée.

Les fermetures représentent un "défi majeur" pour les secteurs concernés. C'est pourquoi il était capital que le gouvernement assouplisse les réglementations concernant les cas de rigueur, note Economiesuisse. Il s'agit de verser les sommes prévues rapidement et sans bureaucratie.

L'existence de nombreuses entreprises, surtout petites, est menacée de manière aiguë, conclut l'organisation faîtière.

16h45

Les pharmaciens vaudois demandent à pouvoir vacciner

Les pharmaciens vaudois demandent à être rapidement inclus dans les dispositifs de vaccination contre le coronavirus. Ils déplorent que l'OFSP et les cantons aient pour l'heure choisi de les tenir à l'écart.

"Ils sont formés à la théorie, aux techniques d'injection et de prélèvements sanguins ainsi qu'aux urgences", explique mercredi la Société vaudoise de pharmacie (SVPh) dans un communiqué.

La faîtière a fait une proposition au canton, qui peut être mise en place en une semaine. Soit le déploiement de plus de 100 pharmacies prêtes à vacciner 10 patients par jour, cinq jours sur sept. Voire davantage en fonction de leurs capacités.

Le seul frein à un déploiement rapide est la logistique de livraison qui doit être organisée dans l'entier du canton, relève la faîtière. En effet, ces vaccins ne peuvent pas être délivrés par les grossistes habituels des pharmacies. La SVPh estime qu'il "est possible de mettre en place rapidement une telle logistique, pour autant que cela soit politiquement souhaité", écrit-elle.

16h30

"Coup dur" pour le commerce de détail

La fermeture des commerces vendant des biens non essentiels est un coup dur, estime la fédération des commerces de détail Swiss Retail. Cette mesure menace la survie de nombreux commerces, déplore l'organisation.

Swiss Retail reconnaît que la situation épidémiologique est critique. En consultation, elle demandait de prolonger le "lockdown light" jusqu'au 28 février, au lieu de fermer tous les commerces non essentiels dès lundi prochain, au détriment du plus grand employeur de Suisse, avec ses 310'000 emplois.

Alors qu'il s'est montré jusqu'ici exemplaire, flexible et proactif, le secteur est puni par une fermeture disproportionnée, estime Swiss Retail. Le commerce de détail n'est pas un foyer de contamination, rappelle la fédération.

Pour les collaborateurs, la perspective d'horaires réduits en raison de magasins fermés est très pesante et elle conduit à une grande incertitude. Cette nouvelle fermeture implique une perte de 3,2 milliards de francs par mois au niveau national.

L'aide destinée aux cas de rigueur est nettement trop modeste pour les commerçants de détail. C'est pourquoi Swiss Retail exige de la Confédération une participation "modérée" aux coûts fixes.

16h20

Evolution des cas de rigueur saluée par les directeurs de l’économie

La Conférence des chefs des départements cantonaux de l'économie publique (CDEP) se réjouit des adaptations du programme pour les cas de rigueur. La solution retenue est la plus optimale, a estimé Christoph Brutschin, le président de la CDEP et conseiller d'Etat de Bâle-Ville, mercredi devant la presse à Berne.

La CDEP approuve le fait que les entreprises fermées durant plus de 40 jours sur décision des autorités soient considérées comme des cas de rigueur. Elle se réjouit aussi des moyens financiers supplémentaires.

"Nous souhaitons que les fonds arrivent le plus rapidement possible dans la poche de ceux qui en ont besoin", a déclaré Christoph Brutschin. "La crise touche tout le monde."

Face au reproche que les cantons ne sont pas assez réactifs, il a répondu que ces derniers "font ce qu'ils peuvent". Il a souligné que certains cantons, comme le sien, avaient eu le privilège de disposer de la base juridique nécessaire. Mais que d'autres cantons, comme celui de Zurich, avaient d'abord dû créer les bases légales et respecter les délais référendaires relatifs.

16h10

Durcissement "compréhensible", estiment les directeurs de la santé

Le durcissement des mesures annoncé par le Conseil fédéral est compréhensible au vu de la situation épidémiologique, estime la Conférence des directeurs cantonaux de la santé (CDS). Le nombre de cas stagne à un niveau trop élevé et les nouvelles variantes du virus plus contagieuses laissent craindre une nouvelle hausse des infections.

Lors de la consultation, la majorité des cantons ont approuvé une prolongation des mesures, a annoncé la CDS dans un communiqué. Ils se sont également déclarés favorables à l’élargissement de l’obligation du port du masque sur le lieu de travail et à une protection renforcée des personnes vulnérables.

La plupart des cantons se sont par contre prononcés contre le télétravail obligatoire et la fermeture des magasins et marchés ne vendant pas des biens de consommation courante.

Mesures économiques additionnelles

Une large majorité des cantons a aussi demandé des mesures additionnelles visant à atténuer les conséquences économiques. La décision prise par le Conseil fédéral de faciliter l’accès aux aides pour les cas de rigueur est donc la bienvenue. En fonction de la durée et de l’ampleur des mesures de lutte contre la pandémie, de nouvelles aides financières s’imposent néanmoins pour les branches qui sont directement et indirectement concernées.

La CDS salue encore le fait que le gouvernement ait approuvé la convention tarifaire concernant la vaccination contre le Covid-19, négociée entre la CDS et les assureurs.

16h00

Réserve de 750 millions distribuée aux cantons

Le Conseil fédéral a décidé que la "réserve du Conseil fédéral" d’un montant de 750 millions sera aussi consacrée au financement des mesures cantonales pour les cas de rigueur et complétera par conséquent les trois premières tranches d'aide.

La répartition de ce montant entre les cantons sera toutefois fixée à une date ultérieure.

15h55

Cas de rigueur : 100'000 entreprises concernées

Le Parlement a approuvé en décembre dernier une enveloppe de 2,5 milliards de francs pour les cas de rigueur, dont 1,9 milliard à la charge de la Confédération.

Le Conseil fédéral s'est montré mercredi conscient du défi. On s'attendait à 50'000 demandes des entreprises concernées, mais ce chiffre pourrait atteindre 100'000, a déclaré devant la presse à Berne le chef du Département fédéral des finances, Ueli Maurer.

"C'est un véritable défi logistique pour les cantons", a-t-il ajouté. En temps normal, le traitement des demandes prendrait 3 à 4 ans, alors que nous n'avons que quelques semaines devant nous, a relevé Ernst Stocker, président de la Conférence des directeurs cantonaux des finances.

Ueli Maurer a cependant d'ores et déjà averti que les 2,5 milliards de francs pour les cas de rigueur ne suffiront probablement pas. Après concertation avec les cantons, il soumettra une demande de crédit supplémentaire à la session de printemps.

15h45

Assouplissement des conditions pour les cas de rigueur

Le Conseil fédéral a choisi mercredi d'opter pour des solutions non bureaucratiques pour les aides au titre de cas de rigueur. Les entreprises fermées devront présenter moins de justificatifs que les cas dits "ordinaires".

Elles ne seront plus obligées d'établir la preuve du recul de 40% du chiffre d'affaires. Celles qui sont fermées par les autorités pendant au moins 40 jours civils depuis le 1er novembre 2020 seront dorénavant considérées automatiquement comme des cas de rigueur. Cela concerne notamment les restaurants, les bars, les discothèques ainsi que les établissements de loisirs et de divertissement.

Les entreprises qui auront subi un recul de leur chiffre d'affaires entre janvier 2021 et juin 2021 en lien avec les mesures prises par les autorités dans le cadre du Covid pourront calculer leurs pertes en se fondant sur le chiffre d'affaires réalisé au cours des douze derniers mois et non plus sur le chiffre d'affaires de l'année 2020. Cela permettra aux régions de montagne de bénéficier également des aides en cas de mauvaise saison d'hiver.

Les plafonds applicables aux contributions à fonds perdus sont relevés. Les cantons pourront octroyer à toutes les entreprises des contributions s'élevant au plus à 20% du chiffre d'affaires annuel (contre 10 % jusqu'ici) et à 750'000 francs par entreprise (contre 500'000 francs).

>> Voir les explications d'Ueli Maurer lors de la conférence de presse:

130121_Maurer [RTS]
130121_Maurer / Conférences de presse de la Confédération / 8 min. / mercredi à 15:00

15h40

Guy Parmelin évoque un "moment crucial"

"Ce n'était pas une décision facile", a insisté le président de la Confédération Guy Parmelin mercredi lors d'un point de presse. "Mais avec des mesures plus strictes, nous avons la possibilité de limiter la propagation."

Il a parlé de "moment crucial dans notre combat contre la pandémie" et a appelé à faire des efforts supplémentaires pour respecter les mesures, notamment dans le cadre privé et familial. Cela afin de maintenir notre économie et retrouver notre prospérité dans le futur, a-t-il souligné.

Il a reconnu que "la souffrance est partout", chez les malades, les familles qui ont perdu un être cher mais aussi chez les artistes, les entrepreneurs, les indépendants, les hôteliers ou les restaurateurs, "qui ont vu l'effort de toute une vie dévoré par la pandémie". La souffrance amène la colère, mais s'il y a un moment où il faut garder la tête froide, c'est bien maintenant, a déclaré Guy Parmelin.

Il a encore relevé que les vaccins sont un motif d'optimisme, mais que "nous ne savons pas encore quel est le degré et la durée de l'immunité individuelle, et à quel moment l'efficacité collective est suffisante pour endiguer la pandémie."

"Il faut vivre les uns pour les autres et non les uns contre les autres", a-t-il encore déclaré. Et d'appeler à suivre cette maxime "pour laisser cette période extrêmement difficile derrière nous".

15h30

"Mesures très dures", reconnaît Alain Berset

En Suisse, les cas liés aux nouvelles souches du coronaivrus doublent toutes les semaines, a souligné mercredi le ministre de la Santé Alain Berset devant la presse. Pour freiner leur propagation et éviter une troisième vague, de nouvelles mesures ont dû être prises.

La Suisse se trouve actuellement dans la même situation que le Royaume-Uni au début du mois de décembre, a précisé le conseiller fédéral. "Il n'y a aucune raison de penser que le virus ne va pas se répandre de la même manière chez nous, avec une explosion des cas et une saturation des hôpitaux."

"La question n'est pas s'il faut prendre des mesures, mais quand elles doivent être prises", a poursuivi Alain Berset, parlant de choix cornélien. "Soit nous prenons des mesures maintenant et nous minimisons les conséquences négatives sociales, économiques et sanitaires. Soit nous attendons et devrons prendre des mesures plus dures dans cinq à six semaines avec des conséquences plus graves."

Le Conseil fédéral a opté pour la première option. "Même si les mesures sont très dures", a reconnu le conseiller fédéral. Elles visent à éviter une troisième vague, des mesures ultérieures plus coûteuses et de mettre en danger la vaccination qui a débuté. Les personnes avec symptômes ne peuvent pas se faire vacciner, a-t-il d'ailleurs rappelé.

15h20

Réunions privées limitées à cinq personnes

Les contacts doivent être réduits afin de freiner la propagation du virus, selon le Conseil fédéral.

Il a donc décidé de restreindre les réunions privées à cinq personnes, adultes ou mineures, que ce soit à l'intérieur ou à l'extérieur.

15h15

"Situation extrêmement tendue"

Ces décisions sont justifiées aux yeux du Conseil fédéral, parce que "la situation épidémiologique demeure extrêmement tendue: le nombre d'infections, d'hospitalisations et de décès ainsi que la charge pesant sur le personnel de santé restent très élevés".

Qui plus est, les nouveaux variants hautement contagieux "augmentent le risque d'une nouvelle recrudescence des cas, laquelle serait difficilement contrôlable", souligne le communiqué.

Dans plusieurs pays où les nouveaux variants se sont largement propagés, le nombre de cas a fortement augmenté ces dernières semaines, notent les autorités suisses.

"Le Conseil fédéral ne dispose d'aucun élément permettant d'affirmer que la situation évoluera différemment en Suisse. Selon les premières estimations, les nouvelles variantes sont 50 à 70% plus contagieuses", souligne le communiqué.

Le taux de positivité reste très élevé, à quelque 16,4%, et la pandémie fait en moyenne une centaine de morts par jour depuis des semaines. Au total, l'épidémie a coûté la vie à un peu moins de 8000 personnes, dans un pays qui compte 8,6 millions d'habitants.

15h10

Le télétravail devient obligatoire

Plusieurs mesures ont également été prises concernant le travail. Le télétravail sera obligatoire partout où c'est possible sans efforts disproportionnés. L'entreprise ne sera tenue à aucune indemnisation pour les frais d'électricité ou de loyer, la situation étant seulement temporaire.

Les employés devant malgré tout se rendre sur place devront porter un masque s'ils sont plusieurs dans un même bureau. La distance minimale entre les postes de travail ne suffit plus. Un employé ne sera dispensé de cette obligation que s'il dispose d'une attestation délivrée par un médecin ou un psychothérapeute.

Les personnes à risque devront quant à elles être mieux protégées. Le droit au télétravail ou à une protection équivalente sur le lieu de travail ou encore à un congé est introduit. Si les employés à risque ne peuvent pas être suffisamment bien protégés, ils pourront rester chez eux et recevoir la totalité de leur salaire.

15h05

Fermeture des commerces non essentiels

A partir de lundi 18 janvier, les commerces et les marchés vendant des biens non essentiels fermeront leurs portes. Les marchandises pourront toutefois être commandées à l'avance et récupérées sur place.

Les restrictions d'horaires et dominicales pour les magasins vendant des biens de consommation courante, les stations d'essence et les kiosques sont en revanche levées.

Les restaurants, établissements culturels, installations de sport et de loisirs, qui sont fermés déjà depuis le 22 décembre, le resteront jusqu'à fin février. Ce sont 5 semaines de plus que ce qui était initialement prévu.

15h00

La Suisse renoue avec le semi-confinement

Mercredi, le Conseil fédéral a décidé de serrer drastiquement la vis. Commerces non essentiels fermés, télétravail obligatoire, réunions privées restreintes: le gouvernement a adopté une série de nouvelles mesures pour lutter contre le coronavirus. Elles entreront en vigueur lundi.

La situation épidémiologique reste extrêmement tendue, souligne le gouvernement dans un communiqué. Le nombre d'infections, d'hospitalisations et de décès stagne à un très haut niveau. Et l'apparition de nouveaux variants du coronavirus, beaucoup plus contagieux, laisse craindre une nouvelle recrudescence des cas qui serait difficilement contrôlable.

Le Conseil fédéral a donc décidé de prolonger jusqu'à fin février les mesures prises en décembre, notamment la fermeture des restaurants, des centres sportifs, de loisirs et de culture.

>> Voir la déclaration d'Alain Berset lors de la conférence de presse:

130121_Berset_Extrait [RTS]
130121_Berset_Extrait / Conférences de presse de la Confédération / 5 min. / mercredi à 15:00

>> Lire également: Le détail des nouvelles mesures annoncées par le Conseil fédéral

14h30

La gratuité de la vaccination entérinée par une convention tarifaire

Le Conseil fédéral a approuvé mercredi la convention tarifaire conclue entre la Confédération, les cantons et les assureurs pour le remboursement par l'assurance-maladie de la vaccination contre le Covid-19, entièrement gratuite pour tous les assurés. Elle fixe un forfait de 14,50 francs pour les prestations liées à chaque vaccination et un montant de 5 fr. par dose de vaccin.

En supposant un taux de couverture vaccinale de 60% de la population suisse et deux doses de vaccin par personne, le volume des coûts à la charge de l’assurance obligatoire des soins s'élèvera donc à environ 201 millions de francs en 2021.

Le prix effectif du vaccin est confidentiel et la Confédération prendra à sa charge le montant dépassant les 5 fr. par dose de vaccin, conformément à la loi sur les épidémies. Aucune franchise ne sera prélevée et les cantons prendront en charge les coûts de la quote-part. L’objectif du Conseil fédéral est de vacciner toutes les personnes qui le souhaitent d’ici le courant de l’été 2021.

13h45

3000 nouveaux cas en 24 heures

La Suisse compte mercredi 3001 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures, selon les chiffres de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). Et 58 décès supplémentaires sont à déplorer tandis que 147 malades ont été hospitalisés.

Durant les dernières 24 heures, les résultats de 29'068 tests ont été transmis, indique l'OFSP. Le taux de positivité s'élève à 10,32%, le plus bas enregistré depuis le 9 octobre dernier, au début de la deuxième vague. Sur les quatorze derniers jours, le nombre total d'infections est de 41'280, soit 2949 par jour en moyenne. Le nombre de nouvelles infections sur 14 jours pour 100'000 habitants, lui, est repassé sous la barre des 500 (477,51), tandis que le taux de reproduction est toujours fixé à 1,00.

Depuis le début de la pandémie, 490'358 cas de contamination au Covid-19 ont été confirmés en laboratoire sur un total de 3'929'129 tests effectués en Suisse et au Liechtenstein. Le total des décès s'élève à 7851 et le nombre de personnes hospitalisées atteint 20'330.

Le pays dénombre par ailleurs 25'052 personnes en isolement et 34'723 individus faisant partie de leurs contacts ont été mis en quarantaine. S'y ajoutent 5804 autres personnes revenant de voyage d'un pays à risque et qui ont dû aussi passer par la case de la quarantaine.

13h15

Suppression d'emplois aux Freiburger Nachrichten

Les Freiburger Nachrichten (FN), le quotidien de langue allemande du canton de Fribourg, doivent réduire la voilure dans le contexte de baisse persistante des recettes publicitaires. La société supprime l'équivalent de 5,5 postes en équivalent plein temps.

Depuis de la crise du coronavirus en mars dernier, les recettes publicitaires ont chuté de 20%, ont écrit le directeur général Gilbert Bühler et le rédacteur en chef Christoph Nussbaumer dans l'édition de mercredi du journal. Sur les 5,5 postes, quatre consistent en des départs naturels, retraites et préretraites.

Le solde représente 1,5 poste supprimé via licenciements dans l'administration et l'imprimerie. A noter qu'un poste vacant dans la rédaction ne sera pas repourvu. Et les dirigeants de préciser qu'ils n'entrevoient aucune éclaircie à court terme. L'entreprise a recouru au chômage partiel pour passer le cap de la crise.

Le projet de numérisation du quotidien, FN2021, n'est pas remis en question par la restructuration en cours.

12h15

Le durcissement des mesures voulu par le Conseil fédéral ne convainc pas le National

Le Conseil fédéral doit annoncer ce mercredi à 15h00 la mise à jour des mesures anti-Covid-19 et devrait prolonger les règles actuelles de cinq semaines. Mais un nouveau durcissement général du plan sanitaire est aussi en discussion. La fermeture des magasins non-essentiels, l'obligation de télétravailler ou une limitation plus drastique du nombre de participants aux réunions privées ont notamment été évoquées.

Ces propositions du chef du Département de la santé Alain Berset ont cependant de la peine à convaincre et des tensions se font sentir. Au Parlement, la commission de l'économie du National a ainsi dit mardi qu'elle ne voulait pas de ce durcissement. Pour elle, tout renforcement des mesures doit dépendre de la situation épidémiologique effective et non être ordonné de manière préventive. Or, la tendance du nombre de nouveaux cas est à la baisse, ce qui renforce l'opinion de ceux qui ne veulent pas de plan sanitaire plus strict, voire demandent un assouplissement des mesures actuelles, à l'instar de l'UDC.

Les experts de la Confédération ont toutefois rappelé hier que le niveau d'infection était toujours élevé et les hôpitaux sous pression, sans compter l'arrivée du variant plus contagieux du SRAS-CoV-2. Selon la presse alémanique, le Département de l'intérieur aurait même envoyé spécialement un mail aux autres départements pour tenter de les alarmer.

>> Ecouter le 12h30 revenir sur le climat politique à Berne avant la conférence de presse:

La Suisse est suspendue aux lèvres du Conseil fédéral.  [Anthony Anex - Keystone]Anthony Anex - Keystone
Tensions politiques autour des propositions de mesures sanitaires du Conseil fédéral / Le 12h30 / 1 min. / mercredi à 12:31

>> Voir aussi l'analyse de Pierre Nebel dans le 12h45:

De nouvelles mesures sanitaires du Conseil fédéral très attendues. Le point avec Pierre Nebel, en direct de Berne [RTS]
De nouvelles mesures sanitaires du Conseil fédéral très attendues. Le point avec Pierre Nebel, en direct de Berne / 12h45 / 2 min. / mercredi à 12:45

12h05

Déduction fiscale pour les pertes dès 2020 prolongée de 7 à 10 ans pour les entreprises

Les entreprises devraient pouvoir déduire fiscalement plus longtemps leurs pertes survenues à partir de 2020. La commission de l'économie et des redevances du National a déposé une motion visant à faire passer le délai de sept à dix ans, par 15 voix contre 8 et deux abstentions.

Il s'agit d'une harmonisation avec le délai maximal applicable au remboursement des crédits de cautionnement Covid-19, précise mercredi la commission. Pour bon nombre d'entreprises et de secteurs, la reprise des activités pourrait prendre plus de temps que prévu.

Une extension du délai pourrait aider beaucoup d'entre elles à reconstruire leurs activités lorsqu'elles auront renoué avec les bénéfices. La commission mentionne notamment les entreprises qui ont renoncé à recourir à un crédit de cautionnement ou qui ne sont pas considérées comme cas de rigueur.

11h55

Quatre cas de Covid-19 au FC Lucerne

Le FC Lucerne est touché par quatre cas de Covid-19, a indiqué le club de football mercredi. Lucas Alves, Stefan Knezevic, Silvan Sidler et Louis Schaub sont touchés.

Le défenseur Lucas Alves s'était plaint en premier lundi soir de légers symptômes de la maladie. Le test passé le lendemain s'est révélé positif. A la suite de ce résultat, le club a diligenté mardi après-midi une série de tests pour tous les membres de la première équipe. Ils ont abouti à trois cas supplémentaires.

Suite à une discussion avec le médecin cantonal, aucune autre mesure ne sera prise contre la première équipe et l'entraînement pourra être mené comme d'habitude. Toutefois, le match amical prévu ce mercredi contre Grasshopper a été annulé.

11h00

L'organisation d'élections communales en temps de Covid, "un défi pour la démocratie"

Les élections communales fribourgeoises du 7 mars constituent un "défi pour la démocratie", a estimé mercredi le conseiller d'Etat PLR Didier Castella, en charge des institutions.

"Formellement, les rassemblements politiques peuvent avoir lieu", relève Didier Castella dans une interview parue mercredi dans le quotidien La Liberté. "Mais effectivement, il ne va pas y en avoir beaucoup. Candidats et partis auront peur que cela ne crée un dégât d’image en raison de la pandémie", note le magistrat. Et comme il n’y a pas de manifestations, "il est difficile de mener campagne sur le terrain".

La situation suscite de nombreuses interrogations, reconnaît le conseiller d'Etat fribourgeois. "Mais la pratique démocratique ne peut pas s’arrêter, elle doit se poursuivre". Selon le Gruérien, il est important que les communes puissent renouveler leurs autorités. "C’est pourquoi nous en appelons à la créativité des candidats".

10h55

Deux-roues et camping-cars boostés par le Covid-19

Les ventes de deux-roues motorisés ont connu une hausse très nette l'année dernière en Suisse, manquant de peu le record historique de l'an 2000. Sur l'ensemble de 2020, 49'783 véhicules ont été écoulés, ce qui représente un bond de 17,3% au regard de l'année précédente.

Les ventes du secteur sont portées par le décollage des motos, à 29'450 unités (+21,6%), alors que les scooters ont progressé de 11,2% à 18'129, précise l'association des importateurs Motosuisse mercredi. Cet engouement s'explique en partie par la réticence d'une partie de la population à utiliser les transports publics en ces temps de pandémie.

Déjà très tendance ces dernières années, les camping-cars ont fait mieux encore que les deux-roues, avec une hausse de 26% en 2020. Les 6005 camping-cars immatriculés battent ainsi nettement le record précédent, qui remontait à 2019.

10h40

La pharma espère redorer son blason grâce à ses efforts pendant la pandémie

L'industrie pharmaceutique, qui a développé plusieurs vaccins en un temps record pour lutter contre le Covid-19, pourrait bien se servir de la crise pour redorer son blason auprès du grand public.

"Les efforts des entreprises pharmaceutiques ont probablement fait prendre conscience que cette industrie est importante pour le bon fonctionnement du système de santé", estime ainsi l'expert du secteur Thomas Heimann, de HBM Partners. "Ces dernières années, on a trop mis l'accent sur les coûts" des médicaments mis au point par l'industrie, soutient l'analyste.

"De nombreuses entreprises ont lancé des projets simultanément, et souvent en collaboration, d'une manière que je n'avais jamais vue auparavant", se réjouit quant à lui le patron de la société d'investissement BB Biotec Daniel Koller dans une interview accordée à AWP. La collaboration entre l'allemand BioNTech et l'américain Pfizer dans la recherche d'un vaccin est l'un des exemples de cette nouvelle tendance à la coopération au sein de l'industrie.

09h15

Le canton de Berne envoie une équipe de dépistage mobile à Wengen

Le canton de Berne a mis en service mercredi un centre de dépistage mobile dans la station de ski de Wengen, sous une tente initialement dressée au coeur du village pour accueillir les équipes des courses de la Coupe du monde de ski du Lauberhorn.

Une soixantaine de cas de Covid-19 ont en effet été recensés depuis la mi-décembre à Wengen, dont une trentaine dans le même hôtel. Un touriste venu de Grande Bretagne serait à l'origine de la propagation, notamment en ne respectant pas la quarantaine qui lui était imposée.

Le canton appelle résidents et touristes à se faire tester gratuitement, avec ou sans symptômes. Il leur demande aussi de réduire au minimum les contacts interpersonnels et de ne pas sortir de chez eux, même si les pistes sont, elles, toujours ouvertes.

>> Ecouter La Matinale revenir mercredi sur la situation à Wengen:

Le canton de Berne a envoyé une équipe de dépistage mobile à Wengen. [Jean-Christophe Bott - Keystone]Jean-Christophe Bott - Keystone
Le canton de Berne envoie une équipe de dépistage mobile à Wengen / La Matinale / 1 min. / mercredi à 06:00

09h00

Les médecins généralistes fâchés qu'on sous-estime leur importance dans la pandémie

Au Tessin, les médecins généralistes étaient appelés mardi à suspendre une blouse blanche à leur fenêtre, et ceux en milieu hospitalier à débrayer de leur travail pendant une minute; des actions symboliques en signe de protestation.

Les médecins de famille estiment ne pas être suffisamment entendus par le monde politique alors qu'ils sont en première ligne et regrettent le manque de mesures strictes pour lutter contre la pandédmie. Ils souhaiteraient également pouvoir vacciner dans leurs cabinets, comme c'est le cas en Valais par exemple.

Rôle décisif dans la vaccination

"Lors de la mise en place de la task force Covid-19, il n'y avait pas de médecin de proximité. On en a rajouté un neuf mois après. Cela montre à quel point nous avons été ignorés depuis le début de cette crise", a expliqué mercredi dans La Matinale de la RTS Pierre-Yves Rodondi, médecin généraliste vaudois.

Il souligne que la situation était plus difficile au printemps. "Ça reste compliqué, mais il y a d'autres secteurs pour qui la situation est plus difficile", concède-t-il.

Pourtant, le rôle du médecin généraliste a rarement été aussi important, alors que la campagne de vaccination a débuté depuis quelques semaines en Suisse. Pierre-Yves Rodondi estime qu'il est important que les médecins de famille puissent vacciner dans leur cabinet: "J'ai cette demande des patients qui, tant que je ne vaccine pas, refusent de le faire dans des centres, par peur d'attraper le Covid. On connaît l'histoire de vie de nos patients et cela nous permet de bien les conseiller, de comprendre quelles sont leurs inquiétudes, de décrypter aussi avec eux les informations qui circulent sur les réseaux sociaux".

"Les personnes décédées n'allaient pas toutes mourir dans les 6 mois, comme certains l'ont dit"

La Suisse a enregistré un nombre de décès exceptionnel en 2020. Étroitement liée au Covid-19, cette surmortalité a surtout frappé les seniors. Nous sommes-nous accommodés de cette situation?

"C'est un sentiment que j'ai, et que je trouve insupportable. Je trouve très difficile à accepter d'avoir autant de morts. Chaque décès est un décès de trop. Et chaque personne qui est décédée n'allait pas mourir dans les six mois qui suivaient, comme l'ont prétendu parfois certains au cours de cette pandémie", regrette Pierre-Yves Rodondi.

>> Ecouter l'interview complète du généraliste vaudois Pierre-Yves Rodondi:

Le mécontentement des généralistes romands et tessinois : interview de Pierre-Yves Rodondi (vidéo) [RTS]
Le mécontentement des généralistes romands et tessinois : interview de Pierre-Yves Rodondi (vidéo) / L'invité-e d'actualité / 8 min. / mercredi à 07:17

08h45

Enseignants et élèves peu emballés par la perspective d'une deuxième fermeture des écoles

Pour enrayer la progression de la pandémie, des experts réclament la fermeture des écoles obligatoires. Mais qu'en pensent enseignants et élèves? La RTS s'est rendue mardi à l'école du Platy de Villars-sur-Glâne pour recueillir leurs avis.

"Lors du premier confinement, on a constaté qu'en moyenne, trois élèves par classe avaient clairement décroché", a constaté le directeur de l'école du Platy Stéphane Jenny dans La Matinale mercredi. "Si on nous annonce une nouvelle fermeture, ça va être catastrophique pour ces élèves, clairement", témoigne-t-il.

"Refaire l'école à la maison, ce serait très embêtant", conviennent d'ailleurs un grand nombre d'élèves interrogés dans la classe. Agés de 9 à 10 ans, ils ont passé "un moment pas vraiment sympa" lors du premier confinement.

>> Ecouter le reportage de La Matinale à Villars-sur-Glâne: 

Certaines voix s'élèvent pour que les écoles ferment à nouveau. [Laurent Gillieron - Keystone]Laurent Gillieron - Keystone
Que pensent enseignants et élèves d'une éventuelle fermeture des écoles? / La Matinale / 2 min. / mercredi à 06:00

08h20

Grosse commande américaine pour un traitement fourni par Roche

Roche, par le biais de son partenaire Regeneron, a confirmé mercredi que le gouvernement américain avait passé une commande supplémentaire pour 1,25 million de doses de la combinaison casirivimab et imdevimab afin de traiter les patients atteints de Covid-19. Cette commande porte à plus de 1,5 million le nombre d'unités qui seront livrées outre-Atlantique.

Ce cocktail d'anticorps a été autorisé aux Etats-Unis dans le cadre d'une procédure d'urgence pour les patients Covid-19 récemment diagnostiqués, à haut risque mais pas hospitalisés, précise mercredi le géant pharmaceutique bâlois. "Le casirivimab et l'imdevimab seront d'une importance capitale pour aider à lutter contre la pandémie s'ils sont approuvés", avance le directeur général de Roche Pharmaceuticals Bill Anderson.

L'efficacité et la sécurité du casirivimab et de l'imdevimab continuent à être évaluées dans le cadre d'essais cliniques pour le traitement du Covid-19 chez certains patients hospitalisés et non hospitalisés. À ce jour, près de 15'000 personnes ont participé à ces essais cliniques.

08h05

Injections plus faciles dans les petites structures grâce au vaccin de Moderna

La livraison du vaccin de Moderna, tout juste homologué par Swissmedic, commence ce mercredi matin déjà en Suisse. Une première fournée de 200'000 doses est attendue.

Son arrivée change la donne en matière de logistique et devrait faciliter les choses pour les petites structures de vaccination, car sa conservation est bien moins exigeante que celle du vaccin de Pfizer/BioNTech. Alors que ce dernier doit être maintenu constamment au-dessous des -70°, celui de Moderna se conserve à -20°, une température atteinte par les congélateurs classiques. Il peut aussi être utilisé jusqu'à 30 jours après décongélation.

Mieux adapté pour les petites quantités de patients

"Le vaccin de Pfizer est gardé à -80° à Lausanne et on nous livre chaque jour le nombre de doses que l'on a commandé. On doit donc être précis dans la commande. Avec les doses de Moderna, on aura une plus grande flexibilité", a confirmé mercredi dans La Matinale le directeur médical des Hopitaux du Nord Vaudois à Yverdon Julien Ombelli.

D'où l'idée de réserver en priorité le vaccin de Moderna aux petites structures. A terme, les cabinets médicaux pourraient eux aussi être prioritaires pour administrer ce vaccin, plus adapté aux petites quantités de patients.

>> Ecouter le sujet dans La Matinale de la RTS:

Le vaccin de Moderna est plus facile à conserver, ce qui facilite le travail des médecins et des petits centres de vaccination. [Alessandro Crinari - Keystone/Ti-Press]Alessandro Crinari - Keystone/Ti-Press
La conservation moins exigeante du vaccin Moderna devrait faciliter la logistique dans les petits centres de vaccination / La Matinale / 1 min. / mercredi à 06:00

07h50

Les employés des pompes funèbres en première ligne face aux familles endeuillées

Les employés des pompes funèbres sont en première ligne face aux familles endeuillées, qui sont souvent tenues à l'écart de leurs proches pour éviter les risques de contamination.

"Au début, on n'avait aucune idée de la contagion d'un corps et de comment on devait se protéger. Tout le matériel de protection classique a été réquisitionné par les hôpitaux. Nous, on s'est un peu retrouvés en bout de chaîne. Chacun s'est débrouillé, par exemple j'ai acheté des combinaisons chez Jumbo parce qu'on n'avait pas d'autre canal de distribution", a raconté mercredi dans La Matinale de la RTS Adrien Borioli, 30 ans, qui travaille à son compte depuis 4 ans à Colombier (NE).

"Ces familles avaient vraiment besoin de pouvoir revoir leur défunt dans les meilleures conditions. Par chance, on a pu leur offrir cela avec quelques gestes barrières assez simples", décrit-il.

>> Ecouter le reportage de La Matinale:

Les employés des pompes funèbres sont au plus près les familles endeuillées pendant la crise sanitaire. [Martial Trezzini - Keystone]Martial Trezzini - Keystone
Les entreprises de pompes funèbres ont côtoyé au plus près les familles endeuillées pendant la crise sanitaire / La Matinale / 1 min. / mercredi à 06:00

07h30

Une conférence de presse du Conseil fédéral très attendue

Restaurants, musées et fitness resteront-ils fermés jusqu'à la fin du mois de février? C'est du moins la proposition du Conseil fédéral en consultation auprès des cantons. Le gouvernement doit prendre une décision définitive dans la journée et la communiquer devant la presse dans l'après-midi.

Si le Conseil fédéral devrait adopter les mesures annoncées il y a une semaine, la discussion pourrait être plus compliquée concernant un possible renforcement des mesures: fermeture des magasins non-essentiels, télétravail rendu obligatoire, nouvelles restrictions pour les réunions privées. Plusieurs de ces propositions suscitent des résistance.

Fortes attentes

Après la consultation, le mot de la fin revient au Conseil fédéral. Il pourrait se retrouver dans une situation délicate: devoir annoncer un prolongement des mesures, voire un nouveau paquet, alors que le nombre de cas diminue légèrement.

La situation sanitaire reste en effet préoccupante. Et si la tendance est légèrement à la baisse, le nombre total de personnes infectées reste élevé et le système hospitalier est toujours sous pression. Sans compter les nouveaux variants du virus plus contagieux.

Autre question d'importance, le Conseil fédéral va-t-il enfin annoncer de nouvelles mesures de soutien financier? Les attentes sont immenses. La branche de la restauration, les indépendants, les syndicats et les faîtières économiques elles-mêmes s'alarment un peu plus chaque jour des risques de faillites.

>> Les précisions de La Matinale:

Les décisions du Conseil fédéral sont très attendues par les cafetiers-restaurateurs. [Martial Trezzini - Keystone]Martial Trezzini - Keystone
Que faut-il attendre de la séance du Conseil fédéral de ce mercredi? / La Matinale / 2 min. / mercredi à 06:00

07h15

La mortalité a atteint en 2020 des niveaux inédits depuis 100 ans

Un nombre de décès exceptionnel a été enregistré en 2020 en Suisse. Étroitement liée au Covid-19, cette surmortalité a surtout frappé les seniors et certains cantons, dont Genève et Fribourg. Des chiffres qui interrogent aussi sur le bilan officiel de la pandémie.

>> Les précisions du 19h30:

La Suisse enregistre une surmortalité en 2020: plus de 10% de décès par rapport 2019. [RTS]
La Suisse enregistre une surmortalité en 2020: plus de 10% de décès par rapport 2019. / 19h30 / 2 min. / mardi à 19:30

En 2020, l'OFS prévoyait environ 68'400 décès, toutes causes confondues, pour la période allant du 30 décembre 2019 au 3 janvier 2021. Finalement, submergée par le Covid-19, la Suisse en a enregistré plus de 75'900, soit 7500 disparitions de plus qu'attendu (+11%).

Un élément souligne le caractère inédit de cette année: il faut remonter à la grippe espagnole de 1918 pour trouver un nombre de décès aussi élevé.

Plus récemment, le dernier épisode de surmortalité remonte à 2015. Une violente grippe suivie d'une canicule avaient provoqué un excès déjà inhabituel d'environ 2500 décès. En 2020, la surmortalité s'avère donc trois fois plus importante, et ce malgré les mesures exceptionnelles mises en oeuvre pour limiter l'impact de la pandémie.

Pics marqués dès 70 ans

Cette surmortalité ne touche toutefois pas toute la population. Pour les moins de 65 ans, le bilan annuel reste proche des prévisions de l'OFS (+3%).

A l'image des victimes du Covid-19, l'excès de décès concerne surtout les seniors. Il se monte à environ 7200 chez les plus de 65 ans.

S'agit-il uniquement de personnes déjà en fin de vie? Non. Les données détaillées par tranches d'âges montrent une nette hausse de la mortalité dès 70 ans, quand l'espérance de vie est encore de 17 ans à cet âge.

>> Le grand débat de Forum sur la surmortalité:

Le Grand débat – Mortalité : sommes-nous devenus fatalistes [RTS]
Le Grand débat – Mortalité : sommes-nous devenus fatalistes / Forum (vidéo) / 21 min. / mardi à 19:45

>> Tous les chiffres dans notre article: La mortalité a atteint en 2020 des niveaux inédits depuis 100 ans

07h00

Le vaccin de Moderna autorisé par Swissmedic

Swissmedic a autorisé mardi le vaccin développé par Moderna, le deuxième à recevoir le feu vert après celui de Pfizer/BioNTech. Quelque 200'000 doses seront livrées à la Suisse d'ici mercredi, a annoncé le ministre de la santé Alain Berset sur Twitter.

La Confédération a commandé au total 7,5 millions de doses du vaccin Moderna, contre 3 millions pour celui de Pfizer/BioNTech et 5,4 millions pour celui d'AstraZeneca, qui n'est pas encore autorisé.

L'arrivée du vaccin Moderna ne change rien à l'ordre des priorités concernant les groupes de personnes à vacciner, a déclaré mardi Christoph Berger, de la commission fédérale pour les vaccinations, qui a aussi demandé à ceux qui n'appartiennent pas aux groupes de personnes à risques de se montrer "patients" par "respect".

>> Les précisions du 19h30:

Le vaccin Moderna a été validé par Swissmedic. [RTS]
Le vaccin Moderna a été validé par Swissmedic. / 19h30 / 1 min. / mardi à 19:30

Moderna Therapeutics va faire fabriquer de grandes quantités de son vaccin contre le coronavirus en Suisse. L'entreprise pharmaceutique Lonza prévoit de produire jusqu'à 300 millions de doses du vaccin par an dans son usine à Viège VS.

Blaise Genton, médecin-chef à Unisanté et responsable médical de la campagne de vaccination dans le canton de Vaud, s'est réjoui, dans Forum, de cette nouvelle étape franchie. Pour lui, les 7,5 millions de doses commandées vont permettre de faire décoller la campagne de vaccination en Suisse et sont une "excellente nouvelle, car nous comptons sur ces doses dans tout le dispositif qui a été mis en place dans les cantons".

Selon Blaise Genton, les personnes qui se feront vacciner ne pourront probablement pas choisir la marque du vaccin. En revanche, on tiendra compte de certaines indications, par exemple en cas de risques d'allergies sévères, pour choisir le type utilisé.

>> L'interview de Blaise Genton dans Forum:

Blaise Genton. [Martine Galland - RTS]Martine Galland - RTS
Le vaccin anti-coronavirus de Moderna a été homologué : interview de Blaise Genton / Forum / 6 min. / mardi à 18:02

>> Lire aussi: Qui se cache derrière le succès de Moderna?

06h45

Certains indépendants se retrouvent sans indemnités

Face aux mesures sanitaires, des lacunes dans les plans de soutien de l'Etat entraînent parfois des situations personnelles dramatiques. Beaucoup passent entre les mailles du filet, comme le montrent deux témoignages recueillis dans le 19h30.

>> Le sujet du 19h30:

Avant des annonces très attendues du Conseil fédéral, la pression s'accroît sur la question des indemnités pour les indépendants - hôteliers ou restaurateurs par exemple - fortement touchés par les mesures sanitaires.

Ces derniers jours, la grogne de ces petits ou moyens entrepreneurs s’est faite de plus en plus vive. En particulier à Zurich, où le secteur s’estime moins aidé que dans les autres cantons. Les conditions y sont notamment plus strictes: alors que la Confédération a fixé un seuil de 40% de perte de chiffre d'affaires, il est de 50% dans le canton de Zurich.

>> Le sujet du 19h30:

La grogne des petits et moyens entrepreneurs se fait de plus en plus vive, notamment à Zurich. [RTS]
La grogne des petits et moyens entrepreneurs se fait de plus en plus vive, notamment à Zurich. / 19h30 / 1 min. / mardi à 19:30

06h30

La pression augmente sur la Banque nationale suisse

Le conseiller national Christian Lüscher (PLR/GE) en a surpris plus d'un, lundi soir, en appelant la Banque nationale suisse (BNS) à verser 4 milliards de francs supplémentaires aux cantons et à la Confédération cette année - en plus des 4 milliards qu'elle versera de toute façon -, et 2 milliards supplémentaires ces quatre à cinq prochaines années.

Cédric Wermuth, co-président du Parti socialiste, a applaudi mardi cette proposition inorthodoxe de la part d'un politicien de droite. "Nous sommes complètement d'accord avec lui. La BNS devra apporter sa contribution pour relancer l'économie", a-t-il dit au 19h30.

La BNS elle-même n'y est pas favorable. Elle estime qu'"une distribution très importante aujourd'hui se ferait au détriment de la réserve pour distributions futures et donc au détriment des distributions de demain".

>> Le sujet du 19h30:

Proposition de Christian Lüscher: La BNS devrait doubler le montant du bénéfice reversé aux cantons, soit 8 milliards de francs. [RTS]
Proposition de Christian Lüscher: La BNS devrait doubler le montant du bénéfice reversé aux cantons, soit 8 milliards de francs. / 19h30 / 2 min. / mardi à 19:30

06h15

Retour sur la journée de mardi

L'Office fédéral de la santé publique a fait état mardi de 2851 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures. Et 98 décès supplémentaires sont à déplorer tandis que 147 malades ont été hospitalisés.

Durant les dernières 24 heures, les résultats de 22'699 tests ont été transmis, indique l'OFSP. Le taux de positivité s'élève à 12,56%. Sur les quatorze derniers jours, le nombre total d'infections est de 42'782. Sur les deux dernières semaines, le pays compte ainsi 494,89 nouvelles infections pour 100'000 habitants. Le taux de reproduction, qui a un délai d'une dizaine de jours, est lui de 1,00.

>> Lire aussi: Swissmedic approuve le vaccin de Moderna, qui sera produit à Viège (VS)

06h00

Le dossier complet

Retrouvez dans notre dossier toutes les informations, toutes les analyses et toutes les émissions consacrées au coronavirus.

Le dossier consacré à l'épidémie de coronavirus