Le banner du 11 janvier. [Keystone]
Publié Modifié

La nouvelle variante de coronavirus, présente en Suisse depuis mi-décembre, inquiète

- Le conseiller fédéral Alain Berset s'est dit inquiet lundi de la propagation rapide du virus mutant, en provenance du Royaume-Unis ou d'Afrique du Sud. Il a plaidé pour des mesures plus strictes en Suisse, car cette variante se répand également sur notre territoire et il n'y a "pas de raison pour qu'elle se répande moins vite qu'ailleurs".

- Les chercheurs de Zurich et de Lausanne ont détecté ce variant britannique dans des échantillons d'eaux usées à Lausanne et dans une zone de sports d'hiver non spécifiée. Il était présent en Suisse au moins deux semaines avant les premières découvertes cliniques, soit depuis mi-décembre.

- Le Conseil fédéral annoncera mercredi de nouvelles mesures. Selon son projet mis en consultation auprès des cantons la semaine dernière, le gouvernement souhaite que les restaurants, lieux culturels, de loisirs ou sportifs ne rouvrent pas avant fin février.

- 6523 cas supplémentaires de Covid-19 ont été détectés lors des dernières 72 heures, et 112 décès de plus ont été enregistrés. En moyenne sur les 14 derniers jours, le nombre de décès est à la baisse (51 par jour), mais le nombre de nouveaux cas, lui, baisse peu (3215 par jour).

- L'OFSP recommande toujours de conserver une distance de 1,5 mètre avec les personnes qui ne sont pas du même ménage, de porter un masque dans le cas où cette distance ne peut être maintenue et de respecter les règles d'hygiène.

Suivi assuré par RTSinfo

21h10

Les autorités redoutent une explosion de la variante britannique

La pandémie s'est stabilisée en Suisse, mais à un niveau élevé. Et le Conseil fédéral redoute une explosion du nombre de cas de ce qu'on a appelé la variante britannique du virus. Ce nouveau variant du virus plane sur la Suisse comme une menace invisible, difficilement détectable.

Il circulait déjà dans le pays bien avant les Fêtes. Le variant britannique a été détecté dans des échantillons d'eaux usagées lausannoises prélevées le 9 décembre et analysées par les deux Ecoles polytechniques fédérales (EPFL et EPFZ), soit près de deux semaines avant les premières découvertes cliniques.

Des traces ont également été décelées dans un échantillon du 21 décembre provenant d'une station de sport d'hiver, dont l'identité n'a pas été révélée par les chercheurs.

>> Le sujet du 19h30:

La Suisse redoute une explosion du nombre de cas de la variante anglaise du virus. Un variant beaucoup plus contagieux [RTS]
La Suisse redoute une explosion du nombre de cas de la variante anglaise du virus. Un variant beaucoup plus contagieux / 19h30 / 2 min. / le 11 janvier 2021

21h05

Le temps s’est comme arrêté à Wengen

En raison de la propagation rapide du virus dans la station, les autorités bernoises ont décidé d'annuler les épreuves de ski alpin du Lauberhorn qui devaient se tenir ce week-end. La population est, pour sa part, appelée à rester chez elle et les remontées mécaniques fermeront dès demain. Reportage dans une station à l'arrêt.

>> Le reportage du 19h30:

Les courses du Lauberhorn à Wengen ont été annulées pour cause de coronavirus. [RTS]
Les courses du Lauberhorn à Wengen ont été annulées pour cause de coronavirus. / 19h30 / 2 min. / le 11 janvier 2021

21h00

Aide aux restaurateurs différente selon les pays

En Suisse, travailler coûte parfois plus cher que de rester fermer. La vente à l’emporter a fait par exemple perdre à un restaurateur 500 francs chaque jour durant près d’un mois. De quoi épuiser un peu plus ses réserves financières. Et pour lui, les aides reçues ne sont pas à la hauteur, explique-t-il dans le 19h30.

En France également, les restaurateurs tirent la langue. En Allemagne, en revanche, ils sont plus confiants, car la formule de l'Etat est généreuse: des versements allant jusqu’à 75% du chiffre d’affaires. Contrairement à la Suisse, l’Etat assume le paiement des charges sociales et propose des prêts garantis.

Sans soutien supplémentaire, GastroSuisse estime que la moitié des restaurants du pays pourrait faire faillite d’ici fin mars.

>> Le sujet du 19h30:

Les aides divergent entre les restaurateurs suisses et leurs collègues européens. GastroSuisse tire la sonnette d'alarme. [RTS]
Les aides divergent entre les restaurateurs suisses et leurs collègues européens. GastroSuisse tire la sonnette d'alarme. / 19h30 / 2 min. / le 11 janvier 2021

Le conseiller national Christian Lüscher (PLR/GE) s'est montré optimiste par rapport à de nouvelles aides à fonds perdus qui devraient être annoncées mercredi par le Conseil fédéral et qui devraient parvenir rapidement à leurs destinataires.

Le président de la commission de l'économie et des redevances du National a aussi appelé la Banque nationale suisse à verser 4 milliards de francs supplémentaires aux cantons et à la Confédération cette année - en plus des 4 milliards qu'elle versera de toute façon -, et 2 milliards supplémentaires ces quatre à cinq prochaines années.

>> L'interview de Christian Lüscher:

Le conseiller national Christian Lüscher sur la situation des restaurateurs et bistrotiers suisses. [RTS]
Le conseiller national Christian Lüscher sur la situation des restaurateurs et bistrotiers suisses. / 19h30 / 3 min. / le 11 janvier 2021

18h10

Alain Berset se dit inquiet face à la nouvelle souche

En visite sur le site de Lonza à Viège (VS), qui produit le principe actif du vaccin contre le Covid-19 de Moderna, le conseiller fédéral Alain Berset a salué le professionnalisme de la firme. Il s'est aussi dit inquiet de la propagation rapide du virus mutant.

Christophe Darbelley, Alain Berset et Esther Waeber-Kalbermatten sur le site de Lonza. [Alessandro della Valle - Keystone]Christophe Darbelley, Alain Berset et Esther Waeber-Kalbermatten sur le site de Lonza. [Alessandro della Valle - Keystone]Comme la mutation en provenance du Royaume-Unis ou d'Afrique du Sud est beaucoup plus contagieuse, il est probable que les infections soient plus nombreuses, même avec les mesures existantes. Au Royaume-Uni, la situation épidémiologique est "alarmante", a encore insisté le ministre de la Santé Alain Berset lors d'un point de presse.

Il a dans la foulée plaidé pour des mesures plus strictes en Suisse. Car cette variante se répand également sur notre territoire et il n'y a "pas de raison pour qu'elle se répande moins vite qu'ailleurs", a ajouté le conseiller fédéral.

Les chiffres actuels de contamination en Suisse restent bien trop élevés, a aussi souligné Alain Berset. L'arrivée des vaccins est une bonne nouvelle, mais il faudra du temps pour que tous les gens qui le souhaitent soient vaccinés, a-t-il dit. "Il faut se montrer patient", a-t-il ajouté, se refusant à donner tout calendrier pour une éventuelle sortie des mesures sanitaires.

17h45

Le Ghost Festival pour soutenir les musiciens

Un festival avec près de 300 groupes et musiciens des quatre régions de Suisse est prévu les 27 et 28 février. Il n'aura pas lieu, mais on peut acheter des billets dès lundi. Le Ghost Festival est en réalité une action de soutien aux musiciens.

Avant Noël, des affiches noires, sans texte et traversées d'une bande blanche, sont apparues sur les murs de 15 villes en Suisse; on retrouve le même motif sur les médias sociaux. On sait depuis lundi qu'il s'agit du Ghost Festival - un festival fantôme -, une action en faveur des musiciens, qui ne peuvent plus se produire depuis des mois en raison de la pandémie.

La billetterie a été ouverte lundi matin. Un billet pour ce festival qui n'aura pas lieu - c'est son concept - coûte 20 francs pour la carte journalière, 50 francs pour deux jours ou 100 francs pour un laisser-passer VIP. En contrepartie, on reçoit un bracelet de festivalier, mais rien de plus.

Parmi les têtes d'affiche, on trouve Stephan Eicher, la rappeuse valaisanne KT Gorique, la Bernoise Steffe La Cheffe ou encore Züri West, Patent Ochsner ou Michael von der Heide. L'argent reçu sera redistribué équitablement aux musiciens, peu importe qu'ils soient plus ou moins connus.

16h35

Reka a souffert de la crise, mais moins que le reste de la branche

La Caisse suisse de voyages (Reka) n'est pas parvenue à maintenir ses recettes à niveau en raison de la crise du coronavirus en 2020. Le recul s'est cependant maintenu largement en deçà de la moyenne des acteurs de la branche en Suisse.

Les revenus bruts ont décliné de 12% à 80,6 millions de francs, a indiqué la coopérative bernoise lundi dans un communiqué. Curieusement, les activités liées aux moyens de paiement (chèques Reka) ont plus souffert que celles des logements de vacances.

Dans ce segment, le recul n'a été que de 10% par rapport à l'exercice précédent, à la faveur notamment des restrictions de voyage, qui ont incité, voire obligé, nombre de vacanciers à passer l'été en Suisse, ce qui a permis de compenser le manque à gagner occasionné par le semi-confinement au printemps.

16h20

Les Fribourgeois peuvent s'inscrire dès mercredi pour la vaccination

Les Fribourgeois faisant partie des personnes prioritaires pourront s'inscrire dès mercredi pour être vaccinés contre le Covid-19. Les centres de vaccination ouvriront dans une semaine à Forum Fribourg et Espace Gruyère.

"Les centres de vaccination traiteront jusqu’à 1800 personnes par jour. A ce jour 1500 personnes ont été vaccinées dans 18 EMS", a indiqué lundi l'Etat de Fribourg. Le canton dispose d’une quantité limitée de doses de vaccins durant le mois de janvier, à l'instar d'autres cantons suisses.

Des équipes mobiles seront déployées progressivement dans d’autres endroits qu’en EMS, par exemple dans des résidences ou appartements pour personnes âgées. A partir du mois de mars, le dispositif pourra probablement être complété par les médecins et pharmaciens.

Les personnes habitant dans la Broye pourront aussi s’adresser au centre de vaccination du HIB (Payerne), qui ouvrira le 25 janvier.

15h30

Les courses de ski du Lauberhorn finalement annulées, reprises par Kitzbühel

Les courses de la Coupe du monde messieurs du Lauberhorn prévues ce week-end à Wengen ont été annulées pour des raisons de sécurité sanitaire.

Le canton de Berne, puis la Fédération internationale de ski (FIS) avaient pourtant donné leur feu vert ce week-end. Lundi matin, cependant, la FIS avait averti précipitamment les équipes ne pas voyager en direction de la station bernoise dans l'attente d'une nouvelle décision imminente.

La célèbre "Tête de chien" de la descente du Lauberhorn, à Wengen, ne verra pas passer les coureurs cette année. [Marcel Bieri - Keystone]La célèbre "Tête de chien" de la descente du Lauberhorn, à Wengen, ne verra pas passer les coureurs cette année. [Marcel Bieri - Keystone]

La FIS n'a pas tardé à trouver une solution: les courses annulées à Wengen seront disputées à Kitzbühel, sur deux week-ends. La station autrichienne organisera tout d'abord deux slaloms, samedi et dimanche prochains. Elle sera ensuite le théâtre de deux descentes, le vendredi 22 et le samedi 23 janvier, avant d'accueillir un super-G le dimanche 24.

La FIS précise que la deuxième descente prévue initialement à Wengen sera reprogrammée dans les meilleurs délais.

15h10

Le prix Nobel de chimie Jacques Dubochet vacciné à Morges

Le lauréat du prix Nobel de chimie 2017 Jacques Dubochet a été vacciné contre le Covid-19 lundi à Morges. Il estime qu'il ne faut pas avoir peur du vaccin. "C'est la maladie qui doit faire peur. Le virus a tout ce qu'il faut pour être une machine de guerre contre vous", dit-il.

"Toutes les années, je me fais vacciner contre la grippe. Cela ne paraît pas différent. Et pourtant, derrière cette petite seringue, qu'est-ce qu'il y a de travail, de service public pour faire crever ce virus", a réagi le biophysicien de 78 ans.

"Tout le monde est menacé. Ce virus se nourrit des personnes qu'il arrive à attraper. Un vacciné, c'est une personne de moins qui le nourrit. S'il y a assez de personnes qui ne le nourrissent pas, il en crève. Mais il faut faire vite, car il mute et trouve d'autres solutions", a-t-il poursuivi. Il se réjouit de pouvoir reprendre très vite sa "profession" nouvelle de grand-papa d'un petit bébé.

Jacques Dubochet s'est fait vacciner contre le Covid-19 lundi. [Laurent Gillieron - Keystone]Jacques Dubochet s'est fait vacciner contre le Covid-19 lundi. [Laurent Gillieron - Keystone]

13h45

6523 cas supplémentaires de Covid-19 au cours des trois derniers jours

La Suisse compte 6523 cas supplémentaires de Covid-19 au cours des trois derniers jours, selon les chiffres de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). 55'026 tests ayant été effectués en trois jours, le taux de positivité se monte à 11,85%.

Au cours des deux dernières semaines, le nombre total d'infections atteint 45'004 (3215 par jour). Le pays compte ainsi 521 nouvelles infections pour 100'000 habitants. Le taux de reproduction, qui a un délai d'une dizaine de jours, est lui de 1,00.

Le nombre de personnes décédées a grimpé de 112 depuis vendredi dernier. Au cours des deux dernières semaines, 714 personnes sont décédées, soit 51 par jour, un chiffe en baisse. Sur le plan hospitalier, 249 nouveaux malades du Covid-19 ont été admis lors des dernières 72 heures.

Le pays dénombre par ailleurs 26'169 personnes en isolement et 33'530 individus faisant partie de leurs contacts ont été mis en quarantaine. S'y ajoutent 5883 autres personnes revenant de voyage d'un pays à risque et qui ont également dû passer par la case de la quarantaine.

13h20

Le variant anglais déjà en Suisse début décembre, montre une étude

Une équipe de chercheurs de l'EPFL, de l'EPFZ et de l'Institut de recherche sur l'eau Eawag ont détecté le variant britannique du SRAS-CoV-2 ("B.1.1.7") dans des échantillons d'eaux usées prélevés à Lausanne et dans une zone de sports d'hiver non spécifiée.

Repéré pour la première fois en Grande-Bretagne, le variant britannique du SRAS-CoV-2 ("B.1.1.7"), caractérisée par 17 mutations, et qui se propagerait à une vitesse jusqu'à 50% plus élevée, était présent en Suisse au moins deux semaines avant les premières découvertes cliniques, révèle leur étude.

Déjà là début décembre

Les chercheurs ont séquencé des fragments du coronavirus responsable de la pandémie actuelle à partir de 48 échantillons d'eaux usée. Dans cinq échantillons, dont un daté du 9 décembre, les chercheurs ont détecté les empreintes de jusqu'à trois mutations simultanées, caractéristiques de la variante britannique. Cette signature n'avait jusqu'ici été détectée dans aucun échantillon clinique avant le 24 décembre.

"Cette annonce n'entraîne pas de mesures de notre part, mais nous l'avons transmise à l'Etat-major cantonal de conduite", relève le municipal des eaux lausannois Pierre-Antoine Hildbrand. "La question de la vitesse de la propagation se pose avec le variant anglais déjà présent le 9 décembre. D'après les chiffres dont nous disposons, aucune explosion des cas n'a été constatée", a-t-il souligné.

13h00

Ouverture des centres de vaccination vaudois

Le canton de Vaud a ouvert ce matin 4 centres de vaccination contre le COVID 19.

Un au CHUV, un à Morges dans l'Ensemble hospitalier de la Côte, le troisième à Yverdon au sein des Etablissements hospitaliers du Nord vaudois et le quatrième à Gland, à la Clinique La Lignière.

Les personnes de plus de 75 ans qui ne vivent pas en institution et les personnes vulnérables sont les premières concernées. Et parmi ces personnes vulnérables, celles qui souffrent d'une insuffisance cardiaque ou respiratoire, d'une hypertension artérielle sévère, d'un cancer, d'obésité importante ou d'une faiblesse immunitaire.

>> Voir le 12h45:

Un an après l'apparition de la pandémie, les cantons romands commencent à vacciner en masse. Reportage au CHUV [RTS]
Un an après l'apparition de la pandémie, les cantons romands commencent à vacciner en masse. Reportage au CHUV / 12h45 / 1 min. / le 11 janvier 2021

Après les premières vaccinations entamées le 30 décembre dernier dans des EMS du canton par des équipes mobiles, c'est une étape importante qui est franchie ce lundi: quelque mille personnes pourront être vaccinées chaque jour dans ces quatre centres, 3000 d'ici 3 semaines et normalement 100'000 d'ici fin février.

>> Les précisions du 12h30:

Lundi 11 janvier: Lausanne présente son centre de vaccination contre le Covid au CHUV. [Laurent Gillieron - Keystone]Laurent Gillieron - Keystone
Le Canton de Vaud présente son centre de vaccination de Lausanne / Le 12h30 / 1 min. / le 11 janvier 2021

12h45

Arrivée des équipes de ski stoppée à Wengen

Il y a visiblement encore un problème lié au coronavirus pour les courses du Lauberhorn. La Fédération internationale de ski (FIS) a informé les équipes lundi matin de ne pas voyager en direction de la station bernoise suite à l'évaluation des chiffres des autorités sanitaires.

La Task Force de la FIS examine la situation et donnera de plus amples informations aussitôt que possible. Swiss-Ski devrait prendre une décision dans l'après-midi.

La FIS avait pourtant confirmé dimanche la tenue des courses du Lauberhorn. Les équipes devaient se rendre dans l'Oberland ce lundi.

>> Les précisions de Joël Robert dans le 12h30:

L'incertitude plane sur la tenue des courses du Lauberhorn. [Marcel Bieri - Keystone]Marcel Bieri - Keystone
Ski: les courses du Lauberhorn finalement annulées? / Le 12h30 / 4 min. / le 11 janvier 2021

12h35

Plus de 300 commerçants bravent l'interdiction

Plus de 300 commerçants, principalement en Suisse alémanique, rassemblés sous la bannière "Restons ouverts", ont levé lundi la devanture de leurs boutiques et restaurants malgré l'interdiction. Ils ont suivi l'appel d'un groupe anonyme.

Parmi les commerces qui ont décidé d'ouvrir, les restaurants (76), cafés (25), bars (24) et les studios de fitness (30) sont les plus nombreux à avoir fait fi des mesures adoptées par le Conseil fédéral pour lutter contre la pandémie, peut-on voir sur ce site. Celle-ci connaît un regain après les Fêtes de fin d'année et l'arrivée du virus mutant d'Angleterre et d'Afrique du Sud.

GastroSuisse prend ses distances

En ville de Berne, 27 commerces ont participé à cette action. Ils sont 25 à Zurich, 19 à Aarau, 13 à Bâle, 10 à Coire, 8 à Fribourg, 5 à Genève, 2 à Lausanne ainsi que 1 à Neuchâtel, Sion et Lugano. L'association professionnelle Gastrosuisse a pris ses distances avec l'action il y a trois jours.

Depuis la semaine dernière, un groupe appelle à la désobéissance civile dans tous les pays. L'initiative "Restons ouverts" agit de manière anonyme. Elle communique via son site web et Telegram.

L'idée initiale vient de penseurs alternatifs allemands. II existe désormais des ramifications en Pologne, aux Pays-Bas, en Autriche et en Suisse.

12h25

"Aucun enregistrement d'images des examens en ligne"

La 3ème session d'examens placée sous l'égide du Covid-19 commence lundi pour les étudiants des Universités et des Hautes écoles de Suisse romande avec des épreuves uniquement en ligne.

A cette occasion, les Universités de Genève et de Neuchâtel ont décidé d'utiliser la vidéosurveillance pour éviter les fraudes et les tricheries. A Fribourg, une seule faculté a recours de manière "systématique" à la vidéosurveillance.

Invitée dans La Matinale, la rectrice de l'Université de Fribourg Astrid Epiney l'a détaillée: "La vidéosurveillance se fait comme de la surveillance en présentiel. Il n'y a pas d'enregistrements d'images ou de sons, mais il y a une sorte de contrôle sur écran". Elle estime qu'il y a aussi des risques de triches "lors d'examens classiques dans une grande salle".

Astrid Epiney comprend "parfaitement" les craintes des étudiants liées à la protection des données. Une méthode qui consisterait à enregistrer des images "ne serait pas compatible avec notre législation sur la protection des données", rassure-t-elle.

>> Ecouter l’intégralité de son interview dans La Matinale:

Astrid Epiney à propos des sessions d’examens qui débutent cette semaine en Suisse romande (vidéo) [RTS]
Astrid Epiney à propos des sessions d’examens qui débutent cette semaine en Suisse romande (vidéo) / La Matinale / 8 min. / le 11 janvier 2021

>> Lire également: "Aucune image enregistrée" lors des examens en ligne, assure la rectrice de l'Université de Fribourg

12h20

Le Laténium se délocalise dans les classes neuchâteloises

Fermé à cause de la pandémie, le Laténium a décidé de faire vivre l'archéologie au-delà de ses murs en allant à la rencontre des élèves des écoles neuchâteloises. Des ateliers didactiques ou créatifs sont proposés en classe.

"L’offre de médiation culturelle du musée est en partie construite pour répondre au plan d’études romand et propose des thématiques pertinentes en adéquation avec les enseignements", a expliqué lundi le Laténium, basé à Hauterive (NE). Depuis le début de la crise sanitaire, les activités extra-scolaires sont rendues difficiles – voire impossibles – par les mesures nécessaires prises pour lutter contre le Covid-19.

Le Laténium a proposé au Service de l’enseignement obligatoire des rencontres avec les élèves de 6 à 15 ans, soit les élèves de la 3e à la 11e année, dans leur école. Des ateliers didactiques et créatifs, habituellement proposés au Laténium, ont été adaptés pour être animés en classe par des guides du musée.

11h20

Non-respect du port du masque: sanctions toujours disparates

En cas de non-respect du port du masque, les cantons adoptent des postures différentes. Certains misent encore sur la prévention, tandis que d'autres punissent sans avertissement.

Les infractions en raison de non-port du masque restent ainsi rares dans les cantons du Jura (4 condamnations), du Valais (4 condamnations également) et de Neuchâtel (5 condamnations). A Genève, en revanche, la police inflige des amendes sans avertissement. Selon Alexandre Brahier, porte-parole de la police genevoise, les lieux où le plus de violations de la règle ont été observées sont les zones de grande fréquentation (à l'extérieur) et les véhicules, car le port du masque est obligatoire dans les voitures si les occupants n'appartiennent pas au même ménage.

La contravention se monte à 250 francs à Genève (tout comme à Neuchâtel et en Valais), soit la peine recommandée par la Conférence des procureurs de Suisse. Et elle augmente de façon exponentielle en cas de récidive. L'amende est moins salée dans le canton du Jura (100 francs), mais la première récidive dans les 6 mois porte l'amende à 150 francs et la deuxième à 200 francs.

Le Valais mise sur la prévention

En Valais, la police avertit une première fois la personne qui ne respecte pas les mesures de protection sanitaire. Si celle-ci n'obtempère pas et refuse de mettre son masque, les forces de l'ordre la dénoncent au Ministère public, détaille le porte-parole de la police cantonale valaisanne, pour qui cette stratégie en deux temps - prévention et dénonciation - "porte ses fruits".

Dans le canton de Vaud, le port du masque est "globalement bien respecté" au sein de la population, indique la porte-parole de la police cantonale Florence Maillard. La police doit toutefois intervenir "ponctuellement" pour rappeler les règles en vigueur ou dénoncer des personnes aux préfectures. Ces dénonciations ne sont pas comptabilisées individuellement, mais répertoriées parmi l'ensemble des infractions liées au Covid-19, soit 148 en décembre. "Le port du masque n'est pas un point plus problématique que les autres", note Florence Maillard.

A Fribourg, dans la plupart des cas la police cantonale avertit aussi les non-porteurs de masque. "Il s'agit souvent d'un oubli" relève Roger Seydoux, porte-parole de la police cantonale fribourgeoise. "Compte tenu de la situation, nous avons relativement peu de dénonciations", ajoute-t-il.Fribourg compte depuis le 1er novembre 43 dénonciations adressées au Ministère public. Il arrive aussi que des particuliers transmettent des informations concernant le non-respect de la mesure. Ces dernières sont ensuite contrôlées par la police.

10h30

Demande de réévaluation salariale à l''Hôpital fribourgeois

Les infirmières et infirmiers experts en anesthésie, soins intensifs et urgences de l'Hôpital fribourgeois (HFR) demandent une réévaluation salariale sans délai. Un courrier cosigné par 112 personnes travaillant dans ces trois services a été transmis lundi matin au Conseil d'Etat fribourgeois

"En pleine pandémie, pensez bien que nous avons perdu beaucoup d'énergie. Des collègues tombent d'épuisement, d'autres songent à démissionner. Mais nous trouvons encore la force de prendre notre plume pour vous exprimer notre profond désarroi et notre sentiment d'être oubliés par l'Etat", a écrit le collectif, rappelant que le personnel soignant est au front depuis plusieurs mois dans le cadre de la crise du Covid-19.

Les signataires expliquent que cela fait trois ans et demi que la demande de réévaluation des fonctions salariales a été faite par le Syndicat des services publics (SSP) et deux ans et demi que le dossier de demande définitive a été bouclé. Pourtant, ils déplorent "n'avoir toujours pas reçu de réponse".

09h55

La vente à l'emporter insuffisante pour éponger les pertes des restaurateurs

Touchés de plein fouet par la crise sanitaire, les restaurateurs tentent de s'en sortir en proposant leurs plats à l'emporter. Mais une prise de température à Genève montre que les rentrées par ce biais restent limitées.

"C'est surtout pour être actif et pour ne pas rester à ne rien faire à la maison. Les ventes à l'emporter ne représentent que 10% du chiffre d'affaires que j'ai quand je suis ouvert à 100%. C'est dérisoire mais ça passe le temps et cela me fait voir du monde", a confié à La Matinale de la RTS  le patron du "Va & Vient", un restaurant situé au centre-ville de Genève.

>> Plus de détails dans notre article: La vente à l'emporter insuffisante pour éponger les pertes des restaurateurs

Selon une estimation de Laurent Terlinchamp, président de la société des Cafetiers-Restaurateurs et Hôteliers de Genève, 30 à 40% des établissements genevois proposeraient désormais de la vente à l'emporter. Mais "en aucun cas cela remplace une ouverture classique des établissements", constate-t-il.

>> Ecouter le sujet de La Matinale:

La vente à l'emporter est insuffisante pour éponger les pertes des restaurateurs. [Alessandro Crinari - Keystone/Ti-Press]Alessandro Crinari - Keystone/Ti-Press
La vente à l'emporter insuffisante pour éponger les pertes des restaurateurs / La Matinale / 1 min. / le 11 janvier 2021

09h20

Avec le début de la vaccination à Berne, le coup d'envoi a été donné dans tous les cantons

Le canton de Berne est le dernier à lancer, lundi, sa campagne de vaccination contre le Covid-19. Il le fait simultanément dans cinq grands centres de vaccination et avec des équipes mobiles qui se rendront dans les EMS.

"On a demandé aux EMS de nous présenter toutes les personnes qui veulent se faire vacciner, les résidents autant que le personnel. Les retours sont très positifs. On atteint les 70% de résidents prêts à se faire vacciner. On est très contents", a confié lundi à La Matinale de la RTS le chef de la communication à la direction bernoise de la Santé Gundekar Giebel.

Le dispositif bernois vise à pouvoir vacciner, dans les trois mois, la moitié de la population du canton.

>> Ecouter le sujet de La Matinale:

Le vaccin de Pfizer/BioNTech doit être conservé à -80°. [Marcel Bieri - Keystone]Marcel Bieri - Keystone
Le début de la vaccination contre le Covid-19 dans le canton de Berne / La Matinale / 1 min. / le 11 janvier 2021

08h55

Le futur vaccin de Moderna, un soulagement et un défi pour les cantons

Les cantons attendent avec impatience le feu vert de Swissmedic au vaccin de Moderna. Avant de donner son aval, l'autorité de surveillance des médicaments a encore besoin des dernières données que doit lui fournir le fabricant.

Pour les cantons, son arrivée prochaine constitue à la fois un soulagement et un défi. Soulagement, car la Confédération a commandé sept millions de doses à Moderna, contre trois à Pfizer/BioNTech. Autrement dit, fini la pénurie de vaccins.

Défi aussi, car il faudra sensiblement accélérer la cadence de vaccination. Et la logistique ne suit pas toujours: la semaine dernière, les cantons ont ainsi été accusés de lenteur. "Mais une telle campagne ne se gère pas avec une feuille Excel", s'est défendu le conseiller d'Etat Pierre Alain Schnegg (UDC/BE) dans La Matinale de la RTS. "A Berne, nous aurons neuf centres de vaccination, des équipes mobiles et la possibilité de travailler avec les médecins de famille et certaines cliniques."

>> Ecouter le sujet de La Matinale lundi:

L'arrivée du vaccin de Moderna va changer la donne pour les cantons. [Kevin Hagen - Reuters]Kevin Hagen - Reuters
L'arrivée prochaine en Suisse du vaccin de Moderna est à la fois un défi et un soulagement pour les cantons / La Matinale / 1 min. / le 11 janvier 2021

07h50

Faut-il fermer les écoles?

La question de la fermeture des écoles se pose également. Si les autorités n'y sont pour l'heure pas favorables, une étude de l’école polytechnique de Zurich montre que c'est une des mesures les plus efficaces pour lutter contre la propagation du virus.

>> Plus de détails: La fermeture des écoles, au printemps, a permis de réduire les infections, selon l'EPFZ

Selon cette étude, qui n'a pas encore fait l'objet d'un examen par les pairs, le nombre d'infections a été considérablement réduit au printemps grâce à la fermeture des écoles. Pour arriver à cette conclusion, les scientifiques se sont basés sur des données anonymes provenant des opérateurs de téléphonie mobile helvétiques.

Ils ont utilisé ces données pour évaluer l'impact des différentes mesures sur la mobilité. Résultat: la fermeture des écoles à la mi-mars a permis de réduire la mobilité de 21,6% au cours de la période observée. C'est donc l'une des mesures les plus efficaces après l’interdiction des rassemblements de plus de cinq personnes (-24,9%) et la fermeture des restaurants, bars et magasins (-22,3%).

>> Les précisions du 19h30:

Une étude de l'École polytechnique de Zurich montre que la fermeture des écoles enraie la propagation du virus [RTS]
Une étude de l'École polytechnique de Zurich montre que la fermeture des écoles enraie la propagation du virus / 19h30 / 2 min. / le 10 janvier 2021

Interrogée dans le 19h30, la bioéthicienne et membre de la task-force de la Confédération Samia Hurst a tempéré les résultats de cette étude. Fermer les écoles pour réduire la mobilité, "c'est clair, on sait que ça marche, ça tombe sous le sens", mais "il y a un vrai conflit de valeurs", estime la spécialiste.

"D'un part, on sait que le enfants attrapent le Covid-19 et qu'ils peuvent le transmettre, même si on sait pas encore précisément à quel point. Mais d'autre part, il y a un droit fondamental à l'éducation, et celui-ci est mal réalisé lorsque les écoles fonctionnent à distance" rappelle-t-elle, ajoutant que cela accentue également les inégalités sociales.

>> La réaction de Samia Hurst sur le plateau du 19h30:

Le commentaire de Samia Hurst, vice-présidente de la Task Force Covid [RTS]
Le commentaire de Samia Hurst, vice-présidente de la Task Force Covid / 19h30 / 1 min. / le 10 janvier 2021

>> Ecouter aussi le sujet de La Matinale lundi:

La fermeture des écoles lors de la première vague a fortement freiné l'épidémie, montre une étude de l'EPFZ. [Marcel Bieri - Keystone]Marcel Bieri - Keystone
Selon une étude, fermer les écoles est l'un des outils les plus efficaces pour freiner la pandémie / La Matinale / 1 min. / le 11 janvier 2021

07h30

Pour Christophe Darbellay, le Conseil fédéral aurait dû garder la main

Invité dans l'émission Mise au Point de la RTS dimanche, le président du gouvernement valaisan Christophe Darbellay a plaidé pour une totale reprise en charge de la gestion de crise du Covid-19 par le Conseil fédéral. D'après lui, celle-ci n'aurait même jamais dû être confiée aux cantons après la première vague.

"Dans une situation de crise pareille, dans une situation de pandémie et dans un pays de 8 millions d'habitants, le Conseil fédéral n'aurait jamais dû lâcher le dossier", a-t-il lancé. Il s'est également dit en faveur de la prolongation des fermetures (bars et restaurants, culture et loisirs, magasins le dimanche) jusqu’à fin février.

L'ancien président du PDC avait pourtant émis des critiques virulentes à l'encontre du Conseil fédéral au mois de novembre dernier. Son intervention de dimanche signale un véritable changement de ton.

>> Ecouter son interview dans Mise au Point:

Invité: Christophe Darbellay [RTS]
Invité: Christophe Darbellay / Mise au point / 8 min. / le 10 janvier 2021

07h15

Les tensions augmentent entre scientifiques et politiques

L'entente entre le monde scientifique et le monde politique vacille ces derniers jours avec la crise du Covid-19. Dernier exemple en date, l'épidémiologiste Christian Althaus a annoncé samedi son retrait de la task force scientifique de la Confédération, sans cacher un certain ras-le-bol.

Le groupe de travail fédéral est en effet soumis à de fortes pressions et à des critiques de plus en plus vives. Il y a par exemple eu la polémique sur le calcul du taux de reproduction du virus ou alors les réactions courroucées de certains politiques et des milieux économiques quand le nouveau président de ce groupe a demandé un retour à un semi-confinement.

>> Les précisions de Forum:

Les tensions grandissent entre scientifiques et politiques à cause de la pandémie [RTS]
Les tensions grandissent entre scientifiques et politiques à cause de la pandémie / Forum (vidéo) / 7 min. / le 10 janvier 2021

Cette tension a peut-être déjà joué un rôle dans le retrait de l’ancien président de la task force Matthias Egger en juillet. Un mois plus tôt, il critiquait un relâchement trop rapide des mesures par le Conseil fédéral.

Reste qu'il demeure difficile d'affirmer que les scientifiques sont méprisés ou ignorés par les décideurs. Ceux-ci les écoutent même s'ils ne suivent pas toujours leurs recommandations. Et finalement, c'est normal, murmure-t-on au sein de la task force: chacun son métier.

>> Le point dans le 19h30:

L'épidémiologiste Christian Althaus démissionne de la Task Force Covid: le Conseil fédéral ne serait pas assez à l'écoute [RTS]
L'épidémiologiste Christian Althaus démissionne de la Task Force Covid: le Conseil fédéral ne serait pas assez à l'écoute / 19h30 / 2 min. / le 10 janvier 2021

07h00

Un premier bilan de la saison de ski

Alors que les stations de ski ont été plutôt bien fréquentées durant ce week-end ensoleillé, il est déjà possible de tirer un premier bilan d'une saison hivernale en demi-teinte, plombée par la pandémie.

Au final, la saison a plutôt bien démarré dans certaines petites stations familiales, alors que pour les plus grands domaines, qui misent d'ordinaire sur la clientèle étrangère, le bilan est nettement moins bon, malgré des skieurs suisses au rendez-vous.

"On perd 30%, mais en comparaison avec une année quasiment parfaite, l’an dernier, c’est autre chose cette année avec le virus, la météo instable et l'enneigement moins bon. On sauve 70%, donc on est content", a confié Gianluca Lepori, directeur de Téléovronnaz, dimanche dans le 19h30.

En station, les magasins de sport vivent un début de saison difficile avec l'absence des grandes familles belges, britanniques ou hollandaises à équiper entièrement. Avec à la clé un recul de l'ordre de 35% du chiffre d'affaires.

>> Le reportage du 19h30 à Ovronnaz:

Vacances de Noël: un bilan en demi-teinte pour les stations romandes [RTS]
Vacances de Noël: un bilan en demi-teinte pour les stations romandes / 19h30 / 2 min. / le 10 janvier 2021

>> Voir aussi l'interview de Berno Stoffel, directeur des Remontées mécaniques suisses, dans le 19h30:

Les explications de Berno Stoffel, directeur des Remontées mécaniques suisses [RTS]
Les explications de Berno Stoffel, directeur des Remontées mécaniques suisses / 19h30 / 3 min. / le 10 janvier 2021

06h45

La Suisse parmi les pays les plus radins avec les PME

La Suisse est la lanterne rouge des aides versées aux entreprises en difficulté à cause du Covid-19. Quasiment aucun pays ne paie si peu les PME frappées par une fermeture, selon les derniers chiffres du Fonds monétaire international relayés par la SonntagsZeitung.

Les chiffres indiquent qu'à la mi-septembre, la Suisse a accordé une aide d'urgence liée au coronavirus s'élevant à 4,8% de son produit intérieur brut, contre 8,3% en Allemagne, 9,2% en Grande-Bretagne et même plus de 11% au Japon et aux Etats-Unis.

>> Plus de détails: La Suisse parmi les pays les plus radins avec les PME, révèle le FMI

La Suisse, pays parmi les plus riches au monde, serait donc radine avec ses patrons? Pour Cédric Tille, professeur d'économie à l'IHEID de Genève, elle a plutôt un côté frugal, proche de ses sous et apeurée par la dette.

Interrogé dans le 12h30, Rafael Lalive, professeur d'économie politique à HEC Lausanne, estime que la grande différence provient du fait que la Suisse a privilégié d'assurer le pouvoir d'achat: "On a étendu l'assurance chômage et facilité l'accès aux RHT, ce qui a pour conséquence que les personnes touchant un salaire peuvent consommer."

>> Le débat entre Marco Taddeï, responsable romand de l'Union patronale suisse, et Pierre-Yves Maillard, président de l'Union syndicale suisse, dans Forum:

La Suisse radine envers les PME frappées par le Covid-19: débat entre Pierre-Yves Maillard et Marco Taddeï [RTS]
La Suisse radine envers les PME frappées par le Covid-19: débat entre Pierre-Yves Maillard et Marco Taddeï / Forum (vidéo) / 10 min. / le 10 janvier 2021

>> Ecouter aussi le sujet de La Matinale lundi:

La Suisse figure parmi les pays les plus radins avec ses PME. [Salvatore Di Nolfi - Keystone]Salvatore Di Nolfi - Keystone
La Suisse parmi les pays les plus radins avec les PME, révèle le FMI / La Matinale / 1 min. / le 11 janvier 2021

06h30

Grogne dans la restauration

L'inquiétude ne faiblit pas dans la restauration, alors que la fermeture des établissements devrait être prolongée jusqu'à fin février. Samedi, entre 500 et 600 personnes ont manifesté à Neuchâtel pour soutenir la branche. Ils ont exprimé leur ire à l'encontre de la gestion de la crise sanitaire par les autorités.

>> Le reportage du 19h30 dimanche:

Covid: plus de 500 restaurateurs neuchâtelois sont descendus dans la rue. Ils se sentent abandonnés par les pouvoirs publics [RTS]
Covid: plus de 500 restaurateurs neuchâtelois sont descendus dans la rue. Ils se sentent abandonnés par les pouvoirs publics / 19h30 / 1 min. / le 9 janvier 2021

>> Lire aussi: Plus de 500 personnes manifestent pour les restaurateurs à Neuchâtel

Dimanche, Gastrosuisse a estimé que la moitié de tous les établissements de l'hôtellerie-restauration feront faillite d'ici la fin mars s'ils ne reçoivent pas dès maintenant une indemnisation financière. La faîtière indique que 98% de ses membres ont besoin de soutien.

Presque 60% de tous les établissements qui ont procédé à des licenciements au cours de l'année ont dû à nouveau se séparer d'employés fin 2020. En octobre, GastroSuisse avait indiqué que 100'000 emplois étaient en péril.

>> Lire aussi: Pour GastroSuisse, 50% des établissements sont menacés d'ici fin mars

>> Les explications du 19h30 sur les difficultés des restaurateurs:

Pascal Jeannerat: "Des commerçants sont prêts à ouvrir leurs bistrots. Cela montre le désespoir" [RTS]
Pascal Jeannerat: "Des commerçants sont prêts à ouvrir leurs bistrots. Cela montre le désespoir" / 19h30 / 2 min. / le 9 janvier 2021

06h15

Une semaine importante

La semaine qui débute est à nouveau importante sur le front du coronavirus, avec l'annonce de nouveaux chiffres après le week-end et avec mercredi la confirmation des nouvelles mesures prises par le Conseil fédéral.

Selon son projet mis en consultation auprès des cantons la semaine dernière, le gouvernement souhaite que les restaurants, lieux culturels, de loisirs ou sportifs ne rouvrent pas avant fin février. Il va également se prononcer sur des mesures économiques supplémentaires.

>> Lire aussi: Le détail des mesures actuelles et des propositions du Conseil fédéral

La conférence des directeurs cantonaux de la santé ne s'est pas encore prononcée sur ces mesures. Les partis sont eux plutôt divisés. L'UDC se montre le plus fortement opposée à de nouvelles restrictions. Le PLR est aussi critique. La gauche et le centre soutiennent eux plutôt le gouvernement.

>> Lire aussi: Les partis divisés sur les nouvelles mesures prônées par le Conseil fédéral

06h00

Le dossier complet

Retrouvez dans notre dossier toutes les informations, toutes les analyses et toutes les émissions consacrées au coronavirus.

Le dossier consacré à l'épidémie de coronavirus