Banniere 4janvier [Keystone]
Publié Modifié

La vaccination a désormais débuté dans la plupart des cantons

- Lundi, la plus grande campagne de vaccination de l'histoire suisse a été lancée dans la majorité des cantons. Ce 4 janvier, le Jura, le Tessin et les Grisons, par exemple, ont vacciné leurs premiers patients contre le Covid-19, emboîtant le pas de Neuchâtel, Genève, Fribourg, Valais, Vaud et de plusieurs cantons alémaniques comme Zurich ou les deux Bâle.

- Mais la politique de vaccination soulève quelques critiques. La conseillère d'Etat vaudoise Rebecca Ruiz a relevé que la Confédération a refusé d'accorder l'aide de l'armée, tandis que le conseiller national Philippe Nantermod (PLR/VS) parle de "fiasco". De son côté, Samuel Rohrbach, président du syndicat des enseignants romands (SER), propose que les enseignants fassent aussi partie des populations prioritaires.

- La Suisse compte lundi 9665 cas supplémentaires de coronavirus en quatre jours, selon les chiffres de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). 189 décès supplémentaires sont à déplorer et 367 malades ont été hospitalisés.

- Si les chiffres de contamination au coronavirus continuent de monter, il faudra parler d'une fermeture des écoles, estime le président de la Conférence des directeurs cantonaux de la santé Lukas Engelberger.

- Le régime d'exception a pris fin dimanche dans les cantons de Neuchâtel, Vaud et du Valais. En raison de la forte diffusion du virus, les mesures sanitaires pour lutter contre le coronavirus seront alignées sur les conditions définies par la Confédération.

Suivi assuré par RTSinfo

20h35

Deuxième arrivage du vaccin de Pfizer/Biontech en Suisse

Une deuxième livraison du vaccin de Pfizer/Biontech est arrivé en Suisse lundi. Selon l'Office fédéral de la santé publique (OFSP), 126'000 doses ont été livrées.

La Suisse avait déjà reçu une première livraison de 107'000 doses de vaccin le 22 décembre, distribuées aux cantons par la pharmacie de l'armée. Le pays attend maintenant l'approbation d'un second vaccin, celui de Moderna, qui devrait être homologué prochainement.

19h00

Les partis pas d'accord sur les nouvelles mesures anti-Covid-19 à prendre

Alors que le Conseil fédéral doit se réunir mercredi pour décider de la suite à donner à la gestion de la pandémie, les demandes des partis arrivent de toutes parts, soit pour davantage de fermetures, soit au contraire pour un assouplissement des mesures.

"Est-ce qu'on veut continuer dans cet espèce de 'moyen-mou' assez inefficient, qui est mauvais pour la santé et pour l'économie?", a ainsi interrogé la conseillère nationale verte vaudoise Léonore Porchet dans Forum lundi soir. Elle prône, à l'instar de son parti, la prise de "mesures plus fortes sur une période plus courte".

"Accélérer le processus de vaccination"

La semaine dernière, l'UDC réclamait l'inverse, soit notamment la réouverture des restaurants, une position qu'a maintenue lundi le conseiller national valaisan Jean-Luc Addor. "On n'a pas d'indicateur que des mesures plus fortes sont nécessaires. Un élément essentiel, c'est la surcharge ou non du système hospitalier. En la matière, la situation n'est pas si catastrophique que ça", a-t-il réagi.

Le conseiller aux Etats PDC jurassien Charles Juillard, lui, préfère attendre les chiffres qui arriveront d'ici mercredi avant de réclamer davantage de mesures. Pour lui, il faut avant tout accélérer le processus de vaccination. "C'est le meilleur moyen qu'on connaisse aujourd'hui pour lutter contre la propagation du virus. Et de ce côté-là, j'ai le sentiment qu'on est en retard, qu'on n'avance pas au même rythme que les pays qui nous entourent, ce qui est un comble pour un pays qui vit très largement sur la pharma et l'industrie chimique".

>> Le débat entre Léonore Porchet, Jean-Luc Addor et Charles Juillard dans Forum:

Qu'attendre du Conseil fédéral sur le Covid-19? Débat entre Léonore Porchet, Jean-Luc Addor et Charles Juillard [RTS]
Qu'attendre du Conseil fédéral sur le Covid-19? Débat entre Léonore Porchet, Jean-Luc Addor et Charles Juillard / Forum / 13 min. / le 4 janvier 2021

>> Regarder aussi le 19h30 faire le point sur la position des différents partis:

Les partis politiques suisses divisés face à d'éventuelles mesures supplémentaires pour lutter contre le coronavirus [RTS]
Les partis politiques suisses divisés face à d'éventuelles mesures supplémentaires pour lutter contre le coronavirus / 19h30 / 1 min. / le 4 janvier 2021

18h35

Pourquoi le télétravail a-t-il diminué par rapport à la première vague?

C'est l'une des différences entre la première et la deuxième vague de la pandémie de Covid-19: aux horaires des pendulaires, les trains sont désormais remplis et les autoroutes chargées. De nombreuses personnes se rendent à nouveau physiquement sur leur lieu de travail.

Or, le télétravail est une mesure très efficace contre la pandémie. Dès lors, pourquoi a-t-il moins de succès qu'en mars dernier? Va-t-il tout de même s'installer durablement?

>> Ecouter le grand débat de Forum avec Judith Bellaïche, directrice de SWICO, Patrick Mock, responsable au Centre patronal et Koorosh Massoudi, chercheur en psychologie:

Le grand débat - Pourquoi le télétravail a-t-il diminué? [RTS]
Le grand débat - Pourquoi le télétravail a-t-il diminué? / Forum / 19 min. / le 4 janvier 2021

18h20

Les volumes d'échange à la Bourse suisse ont atteint des records en 2020

Les volumes d'échange à la Bourse suisse ont atteint un niveau historique en raison des incertitudes liées à la pandémie de Covid-19. La volatilité sur les marchés financiers les a propulsés à 1753,3 milliards de francs l'an dernier, en hausse de 18,7% sur un an. Avec 99'389'614 échanges, le nombre de transactions a frôlé les 100 millions, ce qui représente un bond de plus de la moitié (+55%), a révélé lundi l'opérateur boursier SIX.

Un record mensuel absolu a été battu en mars, au plus fort de la crise, avec un volume de 293,3 milliards de francs et quelque 17,4 millions de transactions. Des plafonds journaliers ont été atteints le 20 mars pour les volumes, à 18,8 milliards, et le 12 mars pour les contrats, au nombre d'environ 1,3 million.

Le bon de jouissance Roche a généré le chiffre d'affaires le plus important, soit 181,1 milliards. C'est davantage que le "champion" de 2019, Nestlé, qui avait enregistré un volume de 134,8 milliards. Le géant pharmaceutique arrive également en tête du nombre d'échanges, à quelque 6,1 millions, un niveau nettement supérieur à celui de Novartis en 2019 (3,5 millions).

SIX a pu absorber "sans problème" cette envolée des volumes malgré l'astreinte au télétravail pour les employés, a avancé son directeur général Jos Dijsselhof.

18h00

Noël ne semble pas avoir provoqué de recrudescence des cas de Covid

Dix jours après la période de Noël, soit le temps qu'il faut pour juger si un événement a provoqué un changement dans la progression de la pandémie, le nombre de nouvelles contaminations ne semble pas reparti à la hausse.

Lundi, l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) a annoncé avoir enregistré un peu moins de 10'000 nouveaux cas sur les quatre derniers jours, un chiffre inférieur à la moyenne sur 14 jours. Il faut toutefois prendre ce résultat avec des pincettes, puisqu'il s'agissait d'un long week-end férié, période pendant laquelle la population s'est nettement moins faite tester.

Le fait que le nombre d'hospitalisations n'a pas non plus bondi ‒ il est même en légère baisse ‒ permet d'être "raisonnablement optimistes", estime l'OFSP.

"Rester stable n'est pas une réussite"

Du côté de l'épidémiologiste à l'Université de Berne Julien Riou, l'optimisme est nettement plus mesuré. Il rappelle que rester stable ou même descendre lentement alors qu'on est à un aussi haut niveau de contamination n'est pas une réussite. Dans certains cantons, romands notamment, le nombre de cas est même légèrement reparti à la hausse. Et le nombre de décès enregistré chaque jour en Suisse, lui, frôle toujours la barre des 80, soit à peine moins que lors du pic de la 2ème vague début décembre (103).

Enfin, l'effet de la deuxième moitié des vacances de Noël et des célébrations de Nouvel An n'est pas encore observable et pourrait changer la donne.

>> L'analyse de Lucia Silig dans l'émission Forum de RTS-La 1ère lundi soir:

La Suisse recense 9665 nouveaux cas de Covid-19 en quatre jours [RTS]
La Suisse recense 9665 nouveaux cas de Covid-19 en quatre jours / Forum / 1 min. / le 4 janvier 2021

16h30

Le Covid-19 a pesé négativement sur la vente de voitures neuves

En Suisse, la crise sanitaire s'est traduite par le plus mauvais résultat du marché automobile depuis plus de 40 ans. Ainsi, 236'828 voitures de tourisme neuves ont été mises en circulation en 2020. Un chiffre aussi faible n'avait plus été enregistré depuis la crise pétrolière du milieu des années 1970. Le recul par rapport à 2019 s'élève à 74'638 unités (-24%).

A l'instar de 2019, décembre a de nouveau été le meilleur mois de l'année. Les immatriculations se sont toutefois situées à un niveau inférieur de 15,4 % à celui du même mois de l'année précédente. Un record a été réalisé par les propulsions alternatives, qui ont atteint une part de marché de 28,2 % sur l'ensemble de l'année, contre 13,1% en 2019.

Les perspectives pour 2021 sont mitigées: "Nous attendons environ 270'000 immatriculations. Toutefois, cette estimation s'appuie sur l'hypothèse que les effets négatifs du Covid-19 seront bientôt atténués", a détaillé le porte-parole d'auto-suisse Christoph Wolnik.

15h40

Le Jura a administré ses premiers vaccins

Les premières vaccinations ont débuté lundi, comme prévu, dans le canton du Jura. Les résidents et le personnel de la Résidence Claire-Fontaine à Bassecourt ont été les premiers à en bénéficier. Environ 70 personnes ont décidé de se faire vacciner.

La campagne de vaccination se poursuivra ces prochains jours dans les institutions pour personnes âgées du canton, dans un premier temps au rythme de 40 vaccinations environ par demi-journée. L’équipe mobile espère pouvoir se rendre dans toutes les institutions du domaine de la santé et du social dans les premières semaines de l’année. A ce jour, le canton a reçu quelque 1000 doses de vaccin.

Le 18 janvier 2021, un centre cantonal de vaccination entrera en fonction entre Delémont et Courtételle, localisé dans l’ancienne usine Simon & Membrez. La vaccination sera d'abord proposée aux personnes vulnérables vivant à domicile, aux personnes partageant leur domicile ainsi qu'au personnel de santé hors institutions. Le reste de la population jurassienne de plus de 16 ans pourra se faire vacciner dans un troisième temps, soit au centre de vaccination, soit chez son médecin ou soit encore dans les pharmacies autorisées.

>> Regarder le 19h30 revenir lundi sur l'accélération de la campagne suisse de vaccination:

La campagne de vaccinations contre le coronavirus s'accélère en Suisse [RTS]
La campagne de vaccinations contre le coronavirus s'accélère en Suisse / 19h30 / 1 min. / le 4 janvier 2021

14h40

Le vaccin de Moderna attendu de pied ferme par les généralistes suisses

Le vaccin actuellement approuvé de Pfizer/Biontech contre le coronavirus représente un défi majeur pour les médecins généralistes en Suisse, car il nécessite l'administration de mille doses rapidement pour cause de réfrigération. Le vaccin de Moderna, que les médecins attendent avec impatience, permet des lots plus petits.

"Nous attendons l'approbation du deuxième vaccin par le fabricant Moderna, cela ira alors mieux", a déclaré lundi Philipp Luchsinger, président des Médecins de famille et de l'enfance Suisse (MFE), à la radio alémanique SRF.

Il s'agirait alors de lots de 100 et ce vaccin peut être conservé au réfrigérateur pendant une semaine. "Cent vaccinations en une semaine ne posent aucun problème, même pour un petit cabinet de groupe", a poursuivi le médecin. Et de demander d'être patient en attendant cette approbation.

14h30

Charlemagne Hernandez raconte l'élan de solidarité avec les démunis à Genève

Charlemagne Hernandez, vice-président de la Caravane de la solidarité, a organisé depuis le tout début de la crise des distributions de nourriture, dont celle, très marquante, des Vernets, dont les images ont fait le tour du monde et qui ont commencé dans l'illégalité.

Depuis, Charlemagne Hernandez n’a pas arrêté. Avec la Caravane de la solidarité, mais aussi avec les Colis du cœur: 4500 colis par semaine distribué à Genève, et plus de 5000 la semaine de Noël, distribués à celles et ceux qu'on appelle les invisibles, les victimes silencieuses.

>> Voir l'interview de Charlemagne Hernandez dans la nouvelle chronique Reliefs du 12h45:

Reliefs, nouveau rendez-vous au 12h45: Charlemagne Hernandez vient parler de sa lutte contre la précarité [RTS]
Reliefs, nouveau rendez-vous au 12h45: Charlemagne Hernandez vient parler de sa lutte contre la précarité / 12h45 / 3 min. / le 4 janvier 2021

14h15

Plus de 20'000 appels reçus à Genève pour se faire vacciner

Le canton de Genève s'apprête à vacciner contre le Covid-19 la population âgée de plus de 75 ans qui ne se trouve pas dans des institutions ou à l'hôpital. Environ 40'000 courriers ont été adressés à ce groupe de personnes. Lundi, plus de 20'000 appels avaient déjà été reçus, a indiqué le porte-parole du Département de la santé Laurent Paoliello.

Genève est le premier canton à tester le programme informatique de la Confédération permettant de gérer la vaccination contre le Covid-19, d'assurer la traçabilité des doses et de prendre rendez-vous. "Nous avons obtenu ce programme lundi et avons décidé de nous jeter à l'eau immédiatement", a expliqué Laurent Paoliello.

Préinscriptions

Selon le porte-parole, le fait de recevoir rapidement 20'000 appels est encourageant. Un tel engouement montre que les gens sont prêts à se faire vacciner. Certains appels émanaient de personnes n'entrant pas dans la catégorie des plus de 75 ans. Ces femmes et ces hommes demandaient à pouvoir se préinscrire.

Genève dispose pour l'instant de 6000 doses de vaccin, et attend la livraison de 6000 doses supplémentaires dans le courant de la semaine, puis d'un même volume d'ici à une quinzaine de jours. Dès mardi, le canton pourra procéder à 400 vaccinations par jour, puis passer à 800 vaccinations quotidiennes dans une semaine.

14h00

Les faillites d'entreprises ont fortement reculé en 2020

Les faillites d'entreprises ont fortement reculé l'année dernière en Suisse, malgré les affres de la pandémie de coronavirus. Les aides publiques octroyées pendant la crise pourraient expliquer ce phénomène. Mais l'émergence d'entreprises dites "zombies" - qui survivent grâce à l'injection de crédits - pourrait à terme inverser la tendance, avertissent les spécialistes.

Quelque 3811 sociétés se sont déclarées en faillite en 2020, 19% de moins que l'année précédente, selon le relevé du cabinet de recouvrement Bisnode publié lundi. Les reculs les plus importants ont été enregistrés chez les artisans (-174 faillites), la restauration (-124) et le commerce de détail (-68). Parallèlement, les créations d'entreprises ont accéléré de 5% à 46'779.

Sociétés "zombies"

"En raison de la crise du coronavirus, on s'attendait à une forte hausse des faillites d'entreprises. Mais les mesures de soutien public ont provoqué l'effet inverse", ont estimé les spécialistes de Bisnode. Selon ces derniers, "il semblerait que les aides publiques ont créé de nombreuses sociétés 'zombies'". Mais il arrivera un moment où ces entreprises vont se retrouver à court de liquidités et ne pourront pas éviter de déposer la clé sous le paillasson, a ajouté le spécialiste du recouvrement.

Le nombre de sociétés insolvables a reculé un peu partout en Suisse: dans l'Espace Mittelland (-25%), en Suisse romande (-22%) et orientale (-20%), ainsi qu'au Tessin (-23%) et à Zurich (-18%).

13h50

La Suisse compte 9665 nouveaux cas de coronavirus en quatre jours

La Suisse compte lundi 9665 cas supplémentaires de coronavirus en quatre jours, selon les chiffres de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). Au total, 189 décès supplémentaires sont à déplorer et 367 malades ont été hospitalisés.

Durant les quatre derniers jours, les résultats de 63'665 tests ont été transmis, indique l'OFSP. Le taux de positivité s'élève à 15,18%. Sur les quatorze derniers jours, le nombre total d'infections est de 46'703. Sur les deux dernières semaines, le pays compte ainsi 540,25 nouvelles infections pour 100'000 habitants. Le taux de reproduction, qui a un délai d'une dizaine de jours, est lui de 0,89.

Depuis le début de la pandémie, 461'961 cas de contamination au Covid-19 ont été confirmés en laboratoire sur un total de 3'709'321 tests effectués en Suisse et au Liechtenstein. Le total des décès s'élève à 7271 et le nombre de personnes hospitalisées atteint 18'997.

Le pays dénombre par ailleurs 21'067 personnes en isolement et 35'551 individus faisant partie de leurs contacts ont été mis en quarantaine. S'y ajoutent 2172 autres personnes revenant de voyage d'un pays à risque et qui ont dû aussi passer par la case de la quarantaine.

13h00

Les musées vaudois et neuchâtelois sont contraints de fermer à nouveau

Maigre consolation pour les musées vaudois et neuchâtelois qui sont contraints à refermer leurs portes dès ce lundi: la plupart d'entre eux évoquent une bonne fréquentation en décembre, et notamment durant les Fêtes.

>> Ecouter le sujet du 12h30:

Le directeur du Laténium songe à transformer tout le musée en boutique. [Charles Sigel - RTS]Charles Sigel - RTS
Les musées vaudois et neuchâtelois referment leurs portes, après une bonne fréquentation ces dernières semaines / Le 12h30 / 1 min. / le 4 janvier 2021

Le Musée cantonal des Beaux-Arts a accueilli par exemple 750 visiteurs à Lausanne samedi dernier et 850 dimanche. C'est un peu moins que les 1000 entrées journalières enregistrées l'an dernier à la même période. Le Musée Jenish de Vevey a accueilli, quant à lui, en décembre 1500 personnes contre 1600 en 2019. Une fin d'année qui a été un peu plus calme aussi du côté du Laténium, à Hauterive (NE). Entre 70 et 100 visiteurs ont été enregistrés chaque jour en moyenne, au lieu des 150 habituels.

Mais cela n'aura été qu'une brève respiration pour ces institutions qui expriment toutes leur déception face à leur fermeture à nouveau imposée. Car la vie des musées est intimement liée aux expositions temporaires qui n'auront, pour certaines, quasiment pas vécu. Comme celle consacrée à l'artiste américaine Kiki Smith au Musée cantonal des Beaux-Arts de Lausanne, qui n'a été visible qu'un mois au lieu de trois.

Une situation qui exaspère aussi Marc Atallah, le directeur de la Maison d'Ailleurs à Yverdon-les-Bains. "Cela commence à devenir très lourd pour nous. Pourtant, on essaie de s'adapter en cherchant des solutions pour continuer à offrir de la culture aux gens".

Pour lui, les musées ne sont pas des lieux où il y a des contaminations élevées prouvées. "Pourtant, on subit la même chose que tout le monde", explique-t-il. "Surtout qu'on ne sait pas où on va et combien de temps cela va durer."

>> Ecouter son interview complète dans le 12h30:

Marc Atallah. [Jean-Christophe Bott - Keystone]Jean-Christophe Bott - Keystone
Marc Atallah à propos de la nouvelle fermeture des musées et du rôle de la culture / Le 12h30 / 3 min. / le 4 janvier 2021

12h45

"Un renfort sera nécessaire en juin, au moment du pic de livraison des vaccins"

Certains cantons manquent de personnel et de ressources logistiques pour vacciner. C’est pourquoi ils auraient voulu que l’armée leur vienne en aide. Une demande que la Confédération a toutefois refusé.

L'armée se contentera de stocker et de livrer les petites fioles congelées et le matériel pour faire la piqûre. Pour le reste, les cantons se devront se débrouiller.

La décision a été prise en haut lieu. La réponse est signée par deux conseillers fédéraux, Alain Berset et Viola Amherd. Ils estiment notamment que les cantons devraient être en mesure de mobiliser les ressources adéquates.

>> Pourquoi l’armée ne vient pas en renfort pour vacciner la population ?

Du matériel d'injection et des doses de vaccin de la firme Pfizer Biontech. [Alexandra Wey - Keystone]Alexandra Wey - Keystone
Pourquoi l’armée ne vient pas en renfort pour vacciner la population / Le 12h30 / 1 min. / le 4 janvier 2021

Quoi qu’il en soit, les campagnes de vaccination ont débuté la semaine dernière dans les cantons romands. A Neuchâtel, par exemple, 214 personnes ont été vaccinées la semaine dernière, et 400 le seront cette semaine.

Toutefois, si l’on veut atteindre les objectifs futurs qui oscillent entre 6000 et 18'000 doses par mois, un besoin de renfort sera nécessaire, comme le soulève le médecin cantonal neuchâtelois, Claude-François Robert, au micro du 12h30. "Les besoins vont être accrus dans le courant du mois de juin, notamment, quand on aura le pic de livraison de doses de vaccin", explique-t-il.

"Et je me pose la question si on aura la capacité de répondre à ces besoins avec toutes les ressources sanitaires qui seront déjà fortement sollicitées à ce moment-là. Je peux imaginer que, dans ce pic, il y ait un appui de l’armée." Selon lui, il faudra donc inévitablement se reposer la question en avril, mai et juin.

>> Son interview complète dans le 12h30:

Le médecin cantonal neuchâtelois Claude-François Robert sur le début de la vaccination contre le covid-19 en Suisse. [RTS]RTS
Claude-François Robert à propos du refus du Conseil fédéral d’envoyer l’armée en renfort pour les vaccinations / Le 12h30 / 4 min. / le 4 janvier 2021

11h00

Succès pour la deuxième action en faveur du commerce local à Fribourg

La deuxième promotion de bons Kariyon dans le canton de Fribourg a permis d'injecter 15 millions de francs dans l'économie de proximité, touchée par la crise sanitaire. Du 24 novembre au 31 décembre, elle offrait un rabais de 10% financé par l'Etat.

La mesure, dotée de 2 millions d'argent public, fait partie du plan de relance cantonal 2020. Les Fribourgeois ont ainsi acquis des bons pour un montant de 15 millions de francs, marquant de la sorte leur attachement aux producteurs et aux commerces locaux, s'est réjoui lundi l'Etat de Fribourg.

32 millions de francs injectés

Les bons pouvaient être achetés auprès de la plateforme kariyon.ch, rappelle le communiqué. Plus de la moitié des bons ont été utilisés, le solde étant valable jusqu’au 30 juin auprès des 1900 commerces, restaurants et entreprises de services de proximité référencés.

Les deux opérations menées l'an dernier avec l'Etat de Fribourg ont permis d’injecter au total 32 millions de francs dans l’économie de proximité. Au vu du succès, le canton envisage de poursuivre son partenariat avec la jeune entreprise Local Impact Sàrl qui gère la plateforme.

10h30

L'industrie helvétique fait le plein de confiance à l'orée de 2021

Le secteur industriel helvétique aborde l'année 2021 avec un niveau de confiance inédit, malgré le déferlement d'une seconde vague de Covid-19 et l'adoption de nouvelles mesures sanitaires pour y faire face. Les services par contre connaissent un accès de pessimisme.

L'indice PMI des directeurs d'achats dans l'industrie compilé par Credit Suisse et le cabinet procure.ch s'est établi en décembre à 58,0 points, en hausse de 2,7 points sur un mois et largement au-dessus du seuil de croissance de 50 points. Les économistes consultés par AWP articulaient une fourchette de 54,0 à 57,3 points.

Chaînes d'approvisionnement sauves

Pareil niveau n'avait plus été constaté depuis septembre 2018, souligne le rapport publié lundi. Le rétablissement observé en continu depuis le mois d'août a ainsi largement comblé le creux de la vague observé en avril dernier, à 40,7 points.

Les auteurs de l'étude périodique attribuent le regain d'optimisme au fait que, contrairement au printemps dernier, les chaînes d'approvisionnement ne sont pas perturbées par les aléas sanitaires mondiaux. Les moteurs économiques asiatiques que constituent la Chine, le Japon et la Corée du Sud semblent par ailleurs avoir pris le contrôle de la pandémie, ce qui doit profiter aux exportations helvétiques.

09h45

Le canton de Berne lance sa procédure d'aide pour les entreprises les plus touchées

Le canton de Berne lance sa procédure d'aide en faveur des entreprises ayant "beaucoup" souffert de l'impact de la pandémie de Covid-19. Il leur faut présenter un chiffre d'affaires en recul de plus de 40% l'an passé.

L’aide aux cas de rigueur démarre en premier lieu avec le dispositif de soutien immédiat, a indiqué lundi la Direction de l'économie. Les entreprises qui réalisent un chiffre d’affaires annuel de 100'000 francs au moins peuvent obtenir un soutien rapide sous forme de contribution à fonds perdu.

Les entreprises qui peuvent prétendre à la contribution disposent d'un délai au 31 mars pour déposer leur requête.

09h30

Les PME, touchées par la deuxième vague, pessimistes pour 2021

Les petites et moyennes entreprises suisses se montrent pessimistes pour l'avenir, alors que le PIB suisse a certainement reculé au quatrième trimestre 2020. Elles craignent particulièrement une troisième vague de la pandémie. L'année 2021 s'annonce encore difficile, malgré l'espoir suscité par les vaccins.

Dans le détail, les sociétés interrogées ont fait état en décembre d'une baisse de la production encore plus importante qu'en novembre (40,2 contre 43,5 points). Le recul est particulièrement net en matière d'emploi, cette sous-composante chutant à 41,4 points après 47,0. Le volume des commandes est resté stable mais à un niveau faible, à 40,5 points, plaidant contre une reprise rapide des affaires dans les mois à venir.

A noter que ce sont les PME actives dans les prestations de services qui sont plus touchées par la deuxième vague de la pandémie que leurs homologues industrielles.

09h00

Le taux de reproduction du virus remonte en flèche dans les cantons romands

C'est la fin des régimes d’exception dans les cantons de Neuchâtel, Vaud et du Valais. Dans ces trois cantons romands, musées, bibliothèques ou salles de sports doivent désormais fermer leurs portes.

Leur taux de reproduction du virus est en effet remonté en-dessus de 1. Mais ce chiffre reflète la situation entre le 17 et le 20 décembre. Depuis il y a eu les fêtes et ce taux pourrait bien être aujourd'hui plus élevé encore, comme le rappelle Didier Trono virologue à l'EPFL, membre de la task force scientifique de la Confédération.

"Avec un taux de reproduction supérieur à 1, on frôle le danger, surtout avec l'apparition, ces derniers temps, de souches plus infectieuses du virus", témoigne-t-il dans La Matinale.

>> Son interview complète dans La Matinale:

Didier Trono, virologue à l'EPFL, membre de la task force scientifique de la Confédération. [Jean-Christophe Bott - Keystone]Jean-Christophe Bott - Keystone
Quelles perspectives pour le taux de reproduction (R) après les Fêtes? / La Matinale / 1 min. / le 4 janvier 2021

08h45

Le coronavirus n'a pas empêché les skieurs français de venir en Suisse

Le coronavirus n'a pas empêché les skieurs français de fréquenter les stations suisses durant les Fêtes. Ni les douanes françaises d'infliger des mises en quarantaine à quelques dizaines d'entre eux.

Plusieurs fans de glisse français se sont par exemple rendus ce week-end aux Bugnenets-les Savagnières, plus grande station de l'Arc jurassien, entre les cantons de Neuchâtel et Berne. Si Neuchâtel figure sur la liste des zones soumises à quarantaine par la France, le canton de Berne ne l'est pas. Une situation un peu particulière qui peut amener à quelques tours de passe-passe.

Serge Rohrer, membre du conseil d'administration de la station des Bugnenets-Savagnières, conseille d'ailleurs aux skieurs venus de France de parquer leur voiture dans le canton de Berne, plutôt que dans celui de Neuchâtel. "S’ils passent sur territoire neuchâtelois, il est décrété qu’ils devraient se mettre en quarantaine, mais ils ont peut-être intérêt de dire qu’ils ont skié dans le canton de Berne". 

"Ce n’est pas très solidaire de venir skier en Suisse", conçoit un père de famille français venu avec ses enfants. "Mais après, il y a des centaines voire des milliers de Français qui sont allés en Bretagne faire la fête pour le Nouvel an. On va essayer de ne pas se blesser".

>> Ecouter le reportage dans la station des Bugnenets-Savagnières, dans La Matinale:

Le coronavirus n'a pas empêché les skieurs français de fréquenter les pistes suisses.  [Jean-Christophe Bott - Keystone]Jean-Christophe Bott - Keystone
Le coronavirus n'a pas empêché les skieurs français de fréquenter les pistes suisses, reportage aux Bugnenets-Savagnière / La Matinale / 1 min. / le 4 janvier 2021

08h40

Le vaccin aussi pour les ex-malades du Covid?

En Suisse, les campagnes de vaccination se poursuivent, avec le premier objectif de protéger les personnes vulnérables, afin de réduire le nombre de cas graves et de décès. Dans la phase suivante, la vaccination sera ouverte à tous les adultes qui le souhaitent. Mais faut-il mettre des priorités à ce moment-là également? Est-ce que les personnes qui ont déjà eu le Covid-19, et ont donc produit des anticorps, devraient reporter la vaccination?

Pour Valérie D’Acremont, infectiologue à Unisanté, cela aurait du sens pour construire une immunité collective. "Si le but est d'avoir une immunité 'de troupeau' le plus rapidement possible pour freiner l'épidémie, il faut surtout vacciner les personnes qui n'ont pas eu le Covid, afin que la vaccination leur ajoute une protection", indique-t-elle dans La Matinale lundi.

Chacun sera donc libre de décider. Même avec des anticorps préexistants, un patient adulte pourra se faire vacciner. Mais le canton de Vaud par exemple prévoit quand même un agenda, avec un questionnaire "coronavax" mis en ligne lundi, et cette question y figure également.

"En pratique, il est indiqué que si vous avez déjà eu un Covid confirmé ou que vous avez un test d'anticorps positif, pour l'instant il n'est pas nécessaire de se faire vacciner", précise Valérie D'Acremont. Pour les personnes qui ne savent pas si elles ont eu la maladie ou non, il faut y aller un peu à l'intuition, préconise la spécialiste. "On sait souvent assez bien si on pense l'avoir eu pendant la première vague. Et là, on peut choisir de se faire vacciner quand même, ou alors faire un test d'anticorps chez son médecin, et si l'on a des anticorps, décider qu'on ne le fait pas pour l'instant."

Ces recommandations auront toutefois le temps de mûrir encore, puisqu’il faudra du temps pour terminer la vaccination des groupes prioritaires. D’ici là, on aura davantage de recul et de données à disposition, notamment sur la question de l'immunité.

>> Les précisions dans La Matinale:

Du matériel d'injection et des doses de vaccin de la firme Pfizer Biontech. [Alexandra Wey - Keystone]Alexandra Wey - Keystone
Qui vacciner en priorité? La question agite en Suisse / La Matinale / 1 min. / le 4 janvier 2021

08h30

Vaccination lancée dans la majorité des cantons

Lundi, la plus grande campagne de vaccination de l'histoire suisse est lancée dans la majorité des cantons. Ce 4 janvier, le Jura, le Tessin et les Grisons, par exemple, vaccineront leurs premiers patients contre le Covid-19, emboîtant le pas de Neuchâtel, Genève, Fribourg, Valais, Vaud et de plusieurs cantons alémaniques comme Zurich ou les deux Bâle.

Après la première inoculation dans un établissement médico-social (EMS) lucernois le 23 décembre, puis dans quatre autres cantons outre-Sarine (ZG, SZ, NW, AI) le même jour, la majorité des cantons romands, les deux Bâle et Zurich ont lancé leur campagne le 28.

Vaud a suivi le 30 décembre, avançant le début de sa campagne de vaccination initialement prévu le 11 janvier. C'est à cette date que Berne commencera à vacciner ses premiers citoyens dans des centres régionaux, puis dans les EMS à partir de mi-janvier. Moment où la campagne devrait battre son plein en Suisse.

Alors que les premières piqûres ont commencé fin décembre, des voix s'élèvent pour dénoncer la lenteur du processus.  Et si des représentants politiques et économiques redoutent que notre pays prenne du retard, d'autres se montrent plus confiants. L'objectif est d'avoir vacciné cinq millions et demi à six millions de personnes d'ici l'été.

>> La question de la vaccination agite en Suisse, écouter le sujet de La Matinale:

Qui vacciner en priorité? La question agite en Suisse [Jean-Christophe Bott - Keystone]Jean-Christophe Bott - Keystone
La Suisse parviendra-t-elle à vacciner assez de monde et assez rapidement? / La Matinale / 1 min. / le 4 janvier 2021

08h15

Une fermeture des écoles à nouveau évoquée

Le président de la Conférence des directeurs cantonaux de la santé Lukas Engelberger n'est pas très optimiste pour l'avenir. Si les chiffres de contamination au coronavirus continuent de monter, il faudra parler d'une fermeture des écoles, selon lui.

"On ne pourra pas éviter un renforcement des mesures si nous avons à nouveau ces prochaines semaines des chiffres élevés avec une tendance à la hausse", a déclaré le ministre bâlois dans une interview diffusée dimanche soir par la télévision alémanique SRF.

Il reste toutefois peu de possibilités, au-delà de l'enseignement. "Nous avons jusqu'ici essayé d'épargner autant que possible les écoles et la vie professionnelle", a souligné Lukas Engelberger. Cette marge de manoeuvre est maintenant épuisée. S'il fallait encore réduire les contacts, il faudrait alors prendre des mesures dans le domaine du travail, "voire à l'école".

>> Lire aussi: La fermeture des écoles pourrait devenir une option

Pour Lukas Engelberger, l'école "donne le rythme" de la vie quotidienne. Si les élèves suivaient un enseignement à distance, les parents resteraient eux aussi plus à la maison, a-t-il expliqué. Mais il s'agit là d'une solution de "dernier recours".

Pour Cesla Amarelle, la ministre vaudoise en charge de la formation, un report de la rentrée scolaire n'était pas nécessaire à ce stade. Selon elle, il n'est pas utile de modifier le régime en cours. "Mais si la situation empire, nous verrons si de nouvelles mesures seront nécessaires à ce moment-là", explique-t-elle dans La Matinale, ce lundi.

>> L'interview de Cesla Amarelle, dans la Matinale:

Cesla Amarelle [Jean-Christophe Bott - Keystone]Jean-Christophe Bott - Keystone
La fermeture des écoles est-elle une option? L'interview de Cesla Amarelle / La Matinale / 1 min. / le 4 janvier 2021

08h00

"Les cantons latins ont demandé en vain l'appui de l'armée pour les vaccinations"

Interrogée dimanche dans le 19h30 sur la relative lenteur des vaccinations contre le Covid-19 en Suisse, la ministre vaudoise de la Santé Rebecca Ruiz a rappelé la complexité du système fédéral, où chaque canton mène sa propre campagne. Elle a aussi précisé que les cantons latins auraient souhaité avoir l'appui de l'armée.

"En Suisse, l'armée livre les médicaments mais ne participe pas à cette vaccination. Les cantons latins ont fait une demande à la Confédération afin d'obtenir un appui de la part de l'armée, notamment pour avoir à disposition des bataillons pour faire la vaccination dans les EMS et pour mettre en place toute cette vaccination mobile. Cela a été refusé par la Confédération. On a pris acte de ce refus et on a mis en place des systèmes pour vacciner les gens avec les moyens qui sont les nôtres."

>> L'interview de Rebecca Ruiz dans le 19h30

Vaccination: les cantons latins ont demandé en vain l'aide de l'armée [RTS]
Vaccination: les cantons latins ont demandé en vain l'aide de l'armée / L'actu en vidéo / 2 min. / le 3 janvier 2021

07h45

Vaccination prioritaire pour les enseignants?

Concernant la vaccination, "on devrait pouvoir faire passer les enseignants, mais aussi tout le personnel scolaire, en priorité après les personnes vulnérables et les soignants", a indiqué dans Forum dimanche Samuel Rohrbach, président du syndicat des enseignants romands (SER).

Les enseignants peuvent en effet côtoyer plusieurs centaines de personnes en une seule journée, justifie Samuel Rohrbach, qui ne veut toutefois pas d'une vaccination obligatoire.

Le retour à l'enseignement à distance pour l'école obligatoire n'est "pas la solution, sauf pour une courte période pour bloquer la propagation du virus. Mais actuellement on n'est pas encore prêts pour continuer comme on l'avait fait au printemps", estime par ailleurs le président du SER. L'enseignement par demi-classes peut aussi être une alternative en cas de difficultés, selon lui.

>> L'interview de Samuel Rohrbach dans Forum:

Faut-il vacciner les enseignants en priorité? Interview de Samuel Rohrbach [RTS]
Faut-il vacciner les enseignants en priorité? Interview de Samuel Rohrbach / Forum / 3 min. / le 3 janvier 2021

De son côté, Cesla Amarelle, ministre vaudoise en charge de la formation, ne souhaite pas particulièrement prioriser les enseignants. "L'objectif maintenant est de maintenir le cadre strict dans les écoles et gymnases pour garder les classes ouvertes. Et accompagner aussi rapidement que possible les vaccinations au sein de l'ensemble de la population".

>> L'interview de Cesla Amarelle, dans La Matinale:

La conseillère d'Etat vaudoise Cesla Amarelle. [Jean-Christophe Bott - Keystone]Jean-Christophe Bott - Keystone
Cesla Amarelle ne veut pas prioriser les enseignants / La Matinale / 28 sec. / le 4 janvier 2021

07h30

La campagne de vaccination serait un "fiasco"

Le conseiller national Philippe Nantermod (PLR/VS) n'hésite pas à qualifier la campagne de vaccination suisse de "fiasco qui coûte chaque jour des vies et détruira encore pendant des mois notre économie."

Dans un débat dans Forum sur la vitesse des vaccinations en Suisse, l'élu PLR a estimé que la Suisse aurait dû mieux se préparer: "On est clairement en retard, il est temps de faire ce constat objectif, par rapport à certains pays de la même taille que la Suisse où ça se passe beaucoup mieux, comme par exemple Israël, qui a vacciné 13% de sa population en quelques semaines, qui s'est organisé pour obtenir des doses. On a des moyens en Suisse pour acheter rapidement des doses de vaccin."

>> Le débat dans Forum entre Laurent Kurth et Philippe Nantermod:

Le programme de vaccination de la Suisse est-il trop lent? Débat entre Laurent Kurth et Philippe Nantermod [RTS]
Le programme de vaccination de la Suisse est-il trop lent? Débat entre Laurent Kurth et Philippe Nantermod / Forum / 8 min. / le 3 janvier 2021

>> Voir aussi le reportage du 19h30 sur le programme de vaccination en Israël:

Israël fait partie des pays qui vaccinent le plus vite. 2 millions de personnes seront vaccinés d'ici un mois. [RTS]
Israël fait partie des pays qui vaccinent le plus vite. 2 millions de personnes seront vaccinés d'ici un mois. / 19h30 / 2 min. / le 3 janvier 2021

07h15

Vaud, Valais et Neuchâtel: fin du régime d'exception

Les cantons de Neuchâtel, Vaud et du Valais ont chacun annoncé dimanche qu'ils mettaient fin au régime d'exception, dès 19h00 pour le premier et dès minuit pour les deux autres. Leur taux de reproduction du virus est remonté au-dessus de 1 pendant plus de trois jours. Pour contenir la propagation du virus, le taux devrait être inférieur à ce seuil.

>> Lire aussi: Le taux de reproduction du virus R augmente légèrement en Suisse

Ce nouveau régime sera en principe appliqué jusqu'au 22 janvier, conformément à ce que prévoit l'ordonnance fédérale. Concrètement, dans ces trois cantons, les musées, les bibliothèques (Vaud précise que seules les salles de lecture sont fermées sous certaines conditions), les fitness, les installations sportives, les zoos et parcs animaliers devront fermer, ont-ils tous indiqué dans des communiqués séparés.

>> L'interview de Philippe Leuba, ministre vaudois de l'économie, dans la Matinale:

Le ministre de l'économie vaudoise, Philippe Leuba [Jean-Christophe Bott - Keystone]Jean-Christophe Bott - Keystone
Fin du régime d'exception pour Vaud, le Valais et Fribourg: interview de Philippe Leuba / La Matinale / 1 min. / le 4 janvier 2021

Les commerces, dont ceux dans les gares, des shops de station-service et des kiosques, fermeront le dimanche et dès 19h00 les autres jours, à l'exception des boulangeries et des pharmacies qui peuvent rester ouvertes aussi le dimanche. Cinémas, théâtres, salles de concert, bars et discothèques restent toujours fermés.

Les restaurants et buvettes sur les pistes de ski fermeront également. Les installations de remontées mécaniques et donc les domaines skiables restent en revanche pour l'instant ouverts, sous réserve d'une nouvelle appréciation du Conseil fédéral.

>> Les précisions de Forum:

Coronavirus: Vaud, Neuchâtel et le Valais mettent fin à leur régime d'exception [RTS]
Coronavirus: Vaud, Neuchâtel et le Valais mettent fin à leur régime d'exception / Forum / 3 min. / le 3 janvier 2021

07h00

Le risque d'infection augmente avec la précarité

Le risque d'infection augmente avec la précarité. C'est ce que démontre une nouvelle étude menée à Genève. Le risque de contagion est plus marqué dans les zones d'habitation les moins favorisées.

À l'origine de ces différences, le niveau de densité de population dans les immeubles et la promiscuité dans les appartements. Des logements plus petits compliquent l'application des mesures d'isolement par exemple.

Une étude menée par des chercheurs suisses pointe une contamination accrue dans les quartiers les plus précaires. [RTS]
Une étude menée par des chercheurs suisses pointe une contamination accrue dans les quartiers les plus précaires. / 19h30 / 2 min. / le 3 janvier 2021

06h45

"J'ai bon espoir que la pandémie soit derrière nous fin 2021" 

L'ancien "Monsieur Coronavirus de la Confédération" a été désigné "Suisse de l'année" par le quotidien alémanique Blick. Interrogé samedi dans Forum, cet ancien haut-fonctionnaire s'est dit "très honoré, même si le problème n'est pas encore terminé."

Daniel Koch se montre toutefois très confiant sur l'évolution de la pandémie lors de l'année à venir: "Les prochains trois mois seront encore très durs, mais après au printemps et au début de l'été, avec plus de vaccins et avec les tests rapides, ce sera plus facile. Et je suis très optimiste sur le fait qu'à la fin de l'année 2021 le coronavirus soit derrière nous."

>> Ecouter l'interview de Daniel Koch

Daniel Koch. [Ennio Leanza - Keystone]Ennio Leanza - Keystone
Daniel Koch désigné Suisse de l'année par le quotidien alémanique Blick / Forum / 5 min. / le 2 janvier 2021

>> Lire aussi: Daniel Koch: "J'ai bon espoir que la pandémie soit derrière nous fin 2021"

06h30

Une fête illégale avec 200 à 300 jeunes pour le Nouvel An

Coronavirus oblige, la Suisse a passé dans la nuit de jeudi à vendredi le cap de la nouvelle année sans grand rassemblement. Mais une centaine de policiers ont dû mettre fin à une fête rassemblant 200 à 300 jeunes à Villeneuve (VD).

>> Ecouter le sujet du 12h30

Deux gendarmes vaudois devant leur voiture de patrouille. [Laurent Gilliéron - Keystone]Laurent Gilliéron - Keystone
Bilan du Nouvel An en Suisse : une fête illégale avec 200 participants interrompue à Villeneuve / Le 12h30 / 2 min. / le 1 janvier 2021

Dans le canton de Vaud, la nuit du Nouvel An était globalement calme en termes de manifestations, mais soutenue pour police-secours. La police est intervenue pour une "rave party" à Villeneuve, dans l'ancienne halle désaffectée et dangereuse du FunPlanet, a-t-elle indiqué vendredi matin.

Entre 200 et 300 jeunes ont investi les lieux dans le but d'y faire la fête jusqu'au petit matin. Plus d'une centaine de policiers ont évacué les fêtards sans incident. L'organiseur de cette soirée, un Suisse âgé de 29 ans, a été interpellé ainsi que trois autres personnes.

>> Voir aussi le reportage du 19h30 sur la police lausannoise lors du réveillon:

Immersion avec la police lausannoise chargée de faire respecter les mesures sanitaires pendant la nuit du réveillon. [RTS]
Immersion avec la police lausannoise chargée de faire respecter les mesures sanitaires pendant la nuit du réveillon. / 19h30 / 2 min. / le 1 janvier 2021

06h00

Le dossier complet

Retrouvez dans notre dossier toutes les informations, toutes les analyses et toutes les émissions consacrées au coronavirus.

Le dossier consacré à l'épidémie de coronavirus