Le banner du 27 octobre. [Keystone]
Publié Modifié

Les cliniques privées vaudoises fâchées de ne pas être sollicitées

- L'Office fédéral de la santé publique (OFSP) a annoncé mardi 5949 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures. Seize décès supplémentaires sont à déplorer et 167 malades ont été hospitalisés. Le taux de positivité s'élève à 28,73%, contre 21,26% lundi et le week-end.

- Le canton de Vaud est passé mardi au niveau de crise sanitaire 3. Le CHUV va donc concentrer ses moyens sur les soins intensifs et réduire l'offre dans les autres secteurs non urgents. Contrairement aux cantons voisins comme Genève, l'établissement ne sollicite pas pour l'instant le soutien des cliniques privées. Ce qui ne manque pas de faire grincer des dents.

- L'OSFP a par ailleurs annoncé que la Confédération cherche à diversifier les sources éventuelles de vaccin contre le Covid-19. Ainsi, outre les deux contrats déjà signés avec Moderna et AstraZeneca, elle est en contact avec d'autres fabricants.

- Le secteur du tourisme en Suisse va payer un lourd tribut à la crise sanitaire causée par le Covid-19 cette année. Sur l'ensemble de l'exercice, la branche devrait essuyer une perte de plus de 10 milliards de francs, prévient le KOF mardi. Le nombre de touristes européens en Suisse devrait lui baisser d'au moins un tiers durant la saison d'hiver.

- L'OFSP recommande toujours de conserver une distance de 1,5 mètre avec les personnes qui ne sont pas du même ménage, de porter un masque dans le cas où cette distance ne peut être maintenue et de respecter les règles d'hygiène.

21h00

Les cliniques privées vaudoises fâchées de ne pas être sollicitées

Le canton de Vaud est passé mardi au niveau de crise sanitaire 3. Le CHUV va donc concentrer ses moyens sur les soins intensifs et réduire l'offre dans les autres secteurs non urgents. Contrairement aux cantons voisins comme Genève, l'établissement ne sollicite pas pour l'instant le soutien des cliniques privées. Ce qui ne manque pas de faire grincer des dents.

Rebecca Ruiz, conseillère d’Etat vaudoise en charge de la santé, explique que la stratégie adoptée par le canton est de d’abord fermer des salles d’opération du CHUV pour permettre de dégager des places, en particulier aux soins intensifs, pour les patients Covid. "Dans un 2ème temps, si c’est nécessaire, les hôpitaux présents sur l’entier du territoire vaudois devront en faire de même. Et en dernier recours, nous ferons appel aux cliniques privées, si nous avons encore besoin de place", explique la ministre.

Tensions lors de la première vague

"Nous disposons de 800 lits, et c’est franchement dommage qu’on ne les utilise pas, en particulier pour les transferts d’opérations", réagit Jérôme Simon-Vermot, secrétaire général de l'Association Vaud Cliniques. "Parce qu’on pourrait – et on doit - continuer à soigner les patients."

"Chacun travaille de son côté en ignorant l’autre, ce qui n’est jamais une bonne solution", regrette Philippe Glasson, vice-président du conseil d'administration Swiss Medical Network."Il y a des centaines de lits à disposition qui n’ont pas été mobilisés et qui ne sont pas inclus dans le fonctionnement de la deuxième vague, ce qui semble un peu étrange", argue-t-il.

Sous-jacent au malaise actuel, des tensions passées autour des dédommagements de l’Etat pour la première vague. Les cliniques privées réclamaient en effet les mêmes aides que le public pour compenser le manque à gagner.

>> Revoir le reportage du 19h30:

Dans le canton de Vaud, les cliniques privées ne sont pas sollicitées pour traiter les patients Covid-19 [RTS]
Dans le canton de Vaud, les cliniques privées ne sont pas sollicitées pour traiter les patients Covid-19 / 19h30 / 2 min. / le 27 octobre 2020

20h30

Le cri d’alarme des milieux économiques avant de nouvelles mesures

Les demandes d'aides des milieux économiques se multiplient à la veille de la conférence de presse du Conseil fédéral. Domaine de la construction, industrie du voyage, tourisme et restauration, tous ces secteurs présentent des demandes diverses, avec toutefois un important point commun: éviter à tout prix un nouveau confinement.

>> Les précisions dans le 19h30:

Les demandes d'aides des milieux économiques se multiplient. Ils veulent éviter à tout prix un nouveau confinement [RTS]
Les demandes d'aides des milieux économiques se multiplient. Ils veulent éviter à tout prix un nouveau confinement / 19h30 / 2 min. / le 27 octobre 2020

>> Et les explications de Valérie Demierre:

Valérie Demierre explique les modalités déjà prévues dans la loi Covid pour une aide directe [RTS]
Valérie Demierre explique les modalités déjà prévues dans la loi Covid pour une aide directe / 19h30 / 1 min. / le 27 octobre 2020

20h00

Longtemps épargné, Appenzell Rhodes-Extérieures touché de plein fouet

Le port du masque étendu à certains espaces extérieurs et aux entreprises: après le Tessin, le canton d'Appenzell Rhodes-Extérieures a également pris cette mesure. Longtemps épargné, il est désormais touché de plein fouet par le coronavirus.

>> Le récit du 19h30:

Longtemps épargné, le canton d'Appenzell est désormais touché de plein fouet par le Covid. Des mesures drastiques ont été prises [RTS]
Longtemps épargné, le canton d'Appenzell est désormais touché de plein fouet par le Covid. Des mesures drastiques ont été prises / 19h30 / 2 min. / le 27 octobre 2020

19h30

Le personnel soignant, héros sacrifié?

Au printemps, on les a applaudis chaque soir, à nos fenêtres et à nos balcons. Pour leur dévouement et leur sens du sacrifice. En automne, on les ignore.

Nombre d'infirmières et infirmiers, aides-soignantes et aides-soignants, urgentistes et autres spécialistes se sentent abandonnés. Fatigués et frustrés, les héros de la première vague abordent la deuxième la boule au ventre.

Raison pour laquelle ils mènent depuis lundi une semaine d'action dans toute la Suisse, pour crier leur ras-le-bol et réclamer de meilleures conditions de travail.

>> Retrouvez le débat dans Forum entre Carmen Catalioto Cuche, coprésidente de la section vaudoise de l’ASI, Anne-Geneviève Bütikofer, directrice de l’association H+, Pierre-Yves Maillard, président de l'Union syndicale suisse, et Philippe Nantermod, membre de la Commission de la sécurité sociale et de la santé publique du Conseil national:

Le débat - Personnel soignant: héros sacrifié? [RTS]
Le débat - Personnel soignant: héros sacrifié? / Forum (vidéo) / 20 min. / le 27 octobre 2020

19h15

L'assemblée des délégués du PLR se fera en ligne

Le PLR tiendra son assemblée des délégués samedi prochaine à Lucerne, mais sans délégués, qui participeront en ligne. Le climat d’incertitude actuel est trop important pour maintenir assemblée en présentiel, annonce le parti dans un communiqué mardi.

Face à la situation actuelle, le PLR a décidé de ne pas réunir ses délégués sur place, malgré un concept de protection globale. Les débats, ainsi que les votes, se feront en ligne, ce qui doit permettre de "contribuer à endiguer la pandémie" précise le parti.

L'ordre du jour de l'assemblée reste inchangé. Les délégués se prononceront sur l'initiative populaire "entreprises responsables – pour protéger l’être humain et l’environnement", la loi fédérale sur les services d'identification électronique et la loi fédérale sur la réduction des émissions de CO2. Les conseillers fédéraux Karin Keller-Sutter et Ignazio Cassis s'adresseront aux délégués.

18h30

Un tiers de touristes européens en moins attendus cet hiver

Le nombre de touristes européens en Suisse devrait baisser d'au moins un tiers durant la saison d'hiver, selon des projections publiées mardi, augurant d'une nouvelle année difficile pour le secteur du tourisme.

Avec la hausse du nombre de contaminations et les mesures de quarantaine à l'entrée en Suisse, la relance de la demande étrangère se trouve nettement freinée, a indiqué l'institut du KOF dans un communiqué, à l'approche de cette saison clé pour les recettes touristiques du pays alpin, où les vacanciers européens sont habituellement nombreux à venir dévaler les pistes.

Comme pendant la saison estivale, le secteur du tourisme en Suisse va devoir compter sur la clientèle locale pour amortir le choc, a estimé cet institut zurichois, soulignant toutefois que la hausse du nombre des nuitées réalisées auprès des vacanciers suisses ne suffira pas à combler le manque à gagner.

>> Les explications de Sebastien Travelletti, membre de la coopérative qui gère le Magic Pass, dans Forum:

Les ambitions du Magic Pass pour la saison de ski: interview de Sebastien Travelletti [RTS]
Les ambitions du Magic Pass pour la saison de ski: interview de Sebastien Travelletti / Forum (vidéo) / 4 min. / le 27 octobre 2020

Nuitées en baisse

Le nombre de nuitées réalisées auprès de la clientèle suisse devrait augmenter de 8% durant la saison d'hiver par rapport à la période d'avant-crise.

Mais le nombre total de nuitées réalisées auprès de l'ensemble des touristes devrait, lui, se contracter d'au moins 30%. Si la pandémie devait s'aggraver, la demande pourrait même régresser de plus de 50%.

>> A quoi ressemblera la saison touristique d'hiver? Le point dans le 12h30:

Un skieur portant un masque, le 25 octobre à Davos. [Gian Ehrenzeller - Keystone]Gian Ehrenzeller - Keystone
A quoi ressemblera la saison touristique d'hiver? / Le 12h30 / 2 min. / le 27 octobre 2020

Dans son ensemble, le secteur du tourisme en Suisse va payer un lourd tribut à la crise sanitaire causée par le Covid-19 cette année. Sur l'ensemble de l'exercice, la branche devrait essuyer une perte de plus de 10 milliards de francs, prévient le KOF mardi.

18h15

Vaud augmente les capacités de soins intensifs dans les hôpitaux

En raison de l'augmentation rapide des admissions dans les hôpitaux vaudois de patients positifs au Covid-19, le canton prend des mesures immédiates pour augmenter les capacités de soins intensifs dans tous ses hôpitaux. Les interventions électives non urgentes sont repoussées, tant au CHUV que dans les hôpitaux de la Fédération des hôpitaux vaudois (FHV).

"A l'instar des cantons voisins, la situation dans les hôpitaux vaudois est préoccupante", affirme mardi le Département de la santé et de l'action sociale (DSAS). Le canton comptait mardi matin 34 patients Covid aux soins intensifs. Les hospitalisations s'accélèrent et les évaluations actuelles tablent sur 80 patients aux soins intensifs à la fin de la semaine, avec un potentiel doublement à la fin de la semaine prochaine, selon le DSAS.

"Afin de faire face à cette situation et permettre d'ouvrir des lits de soins intensifs supplémentaires, les interventions électives non urgentes sont repoussées tant au CHUV que dans les hôpitaux de la FHV. Le CHUV a déjà diminué ses interventions non urgentes de 30% depuis lundi 26 octobre et va au-delà dès mardi, annoncent les services de Rebecca Ruiz.

Ce report permet de libérer le personnel et les espaces nécessaires à la prise en charge des patients Covid et des urgences non Covid. Car tous les types d'urgences continuent à être pris en charge dans tout le canton, insiste le DSAS.

Cellules de crise régionales réactivées

Les cliniques privées ne sont pas concernées par ces mesures pour l'instant. En fonction de l'évolution de la situation, elles pourraient être sollicitées, relève le canton.

Vaud augmente ainsi d’un cran son plan de montée en puissance du dispositif sociosanitaire en réactivant également les cellules de crise régionales dans le domaine de la santé communautaire.

Les cellules de crise régionales dans le domaine de la santé communautaire (Unisanté pour la région Centre, Hôpital Riviera-Chablais pour la région Est, Fondation La Côte pour la région Ouest et Réseau Santé Nord-Broye pour la Région Nord et la Broye) sont par ailleurs réactivées dès ce mardi, indique le DSAS.

18h00

La faible réponse de la Suisse au défi du dépistage du Covid-19

Au sortir de la première vague, le consensus scientifique était clair: pour maîtriser la suite de l’épidémie, le dépistage massif serait une des clés. Pourtant, les autorités fédérales et cantonales se sont montrées peu volontaristes en la matière. Par rapport à nombre de nations européennes, la Suisse teste peu.

>> Revoir le reportage du 19h30:

La Suisse reléguée en queue de classement concernant le nombre de tests Covid [RTS]
La Suisse reléguée en queue de classement concernant le nombre de tests Covid / 19h30 / 2 min. / le 27 octobre 2020

Ce constat était déjà valable avant l’automne, comme la RTS en avait déjà rendu compte. Étonnamment, cette tendance s’est poursuivie en septembre et octobre, alors que la pandémie refait souffler un vent d'inquiétude sur les hôpitaux du pays, durement touchés par la deuxième vague.

>> Lire aussi: La faible réponse de la Suisse au défi du dépistage du Covid-19

La RTS a comparé le nombre de prélèvements réalisés par plusieurs pays depuis qu’ils ont approché une incidence de 60 (voir méthodologie en encadré). La Suisse fait partie des pays qui ont effectué le moins de tests par habitant, tout en présentant une incidence très élevée.

>> La réaction de Claude-François Robert, médecin cantonal neuchâtelois, dans Forum:

Pourquoi la Suisse dépiste moins que les autres pays européens? Interview de Claude-François Robert [RTS]
Pourquoi la Suisse dépiste moins que les autres pays européens? Interview de Claude-François Robert / Forum (vidéo) / 6 min. / le 27 octobre 2020

17h15

Les médecins urgentistes demandent des mesures uniformes

Au vu de l'explosion des cas de Covid-19, la Société suisse de médecine d'urgence et de sauvetage demande au Conseil fédéral d'établir des directives uniformes. Les mesures de protection différentes et "parfois insuffisantes" prises par les cantons inquiéteraient la population.

Celle-ci "ne comprend pas pourquoi des réglementations plus strictes ne devraient s'appliquer que dans certains cantons", écrit l'association dans un communiqué mardi. Par conséquent, l'appel à la responsabilité personnelle et aux restrictions personnelles ne prend pas effet.

La Société suisse de médecine d'urgence et de sauvetage exige donc que la Confédération détermine des mesures aussi efficaces que possible contre la propagation du virus et en assure la coordination dès à présent. Elles doivent être uniformes dans toute la Suisse.

Les organes de direction de la société ne comprennent pas non plus pourquoi les propositions de la task force scientifique Covid-19 n'ont été jusqu'à présent "que timidement ou pas du tout prises en compte". Et d'ajouter que "nous ne pouvons pas nous permettre de prendre des mesures timides pour nous rendre compte dès la deuxième semaine qu'elles n'ont servi à rien."

17h00

Coup de pouce du Grand Conseil vaudois aux étudiants précarisés

Le Grand Conseil vaudois a voté mardi en premier débat une aide d'urgence pour les étudiants que la pandémie plonge dans la précarité. Les députés ont prolongé jusqu'à la fin de l'année académique ce soutien ponctuel.

"Les retours des services sociaux des Hautes Ecoles sont clairs: il y a urgence. Sans soutien, des étudiants risquent d'abandonner leurs études", a averti la conseillère d'Etat Cesla Amarelle.

Un tel abandon serait "un immense gâchis", a relevé Olivier Gfeller (PS) qui a plaidé en faveur de ce "dispositif temporaire", "une aide de dernier recours". Ces montants ne visent pas les bénéficiaires d'une bourse d'études, a-t-il précisé. "Ils sont destinés à ceux qui se prenaient en charge jusqu'ici et qui ont perdu leur petit boulot".

Le principe de cette aide n'a pas été contesté, mais les députés étaient divisés sur sa durée et sur sa forme. Le décret du Conseil d'Etat, préparé avant l'été, portait jusqu'à la fin de l'année 2020. Les députés l'ont prolongé jusqu'à la fin de l'année académique, en juillet 2021. "Les difficultés ne vont pas disparaître au 31 décembre 2020", a relevé Hadrien Buclin (Ensemble à Gauche et POP).

16h45

Gianni Infantino testé positif au Covid-19

Le Covid-19 n'épargne pas le football. C'est au tour de Gianni Infantino, président de la FIFA, d'avoir été testé positif au virus.

Le dirigeant valaisan, âgé de 50 ans, s'est placé à l'isolement pour une période de dix jours au moins. Gianni Infantino présente de légers symptômes, a indiqué l'instance qui chapeaute le football mondial.

Toutes les personnes qui ont été en contact avec lui ces derniers jours ont été informées. Elles ont été priées de prendre les mesures nécessaires.

16h30

Swiss paie les bonus de ses cadres pour l'année 2019

La compagnie aérienne Swiss va procéder au paiement des bonus dus à ses cadres au titre de l'exercice 2019 à la fin du mois d'octobre, a indiqué à AWP un porte-parole de l'entreprise, confirmant ainsi un article publié par les journaux du groupe de presse Tamedia.

Ce paiement avait dans un premier temps été suspendu afin d'assurer les liquidités nécessaires au fonctionnement de la compagnie devant faire face à la chute des passagers dans un contexte marqué par la pandémie de coronavirus. Cette condition a été remplie avec la signature d'un contrat de crédit, garanti par la Confédération, avec un consortium de banques mi-août, a complété le porte-parole.

L'exercice 2019 ayant été une bonne année pour la société, ces bonus, une composante variable du salaire, avaient été liés à des performances qui ont été atteintes, a expliqué Swiss.

Pour l'année en cours, les cadres ont accepté de renoncer à la composante variable de leur salaire et à l'augmentation de ce dernier.

16h15

St-Gall s'oppose aux mesures que la Confédération propose aux cantons

St-Gall s'oppose aux mesures supplémentaires que le Conseil fédéral propose aux cantons pour faire face à la deuxième vague de coronavirus. Son exécutif demande au gouvernement d'y renoncer ou de déclarer la situation extraordinaire afin que les coûts économiques des mesures soient couverts par la Confédération.

Selon le Conseil d'Etat st-gallois, un nouveau et important durcissement des mesures de protection contre le Covid-19, restreignant la vie publique et privée, ne se justifie pas actuellement. Il n'est pas encore possible d'évaluer suffisamment l'efficacité des mesures entrées en vigueur la semaine dernière, souligne-t-il mardi dans un communiqué.

Et d'ajouter que de nouvelles mesures risquent d'entraîner un "survirement" aux conséquences fatales pour la société et l'économie. L'exécutif st-gallois rappelle qu'il a ordonné une augmentation des capacités hospitalières et des restrictions en matière des visites dans les EMS sur son territoire. La protection des personnes à risque a en outre été renforcée.

"Droits outrepassés"

Par ailleurs, le Conseil d'Etat st-gallois estime que les mesures envisagées par le Conseil fédéral dépassent le cadre de la loi sur les épidémies dans une situation dite "particulière". Les cantons qui ne partagent pas le diagnostic de l'exécutif fédéral seraient, en effet, contraints de s'en montrer solidaires en participant aux coûts que les mesures engendrent, critique le gouvernement cantonal.

Le Conseil fédéral doit donc déclarer la situation "extraordinaire" s'il décide mercredi de mesures contraignantes supplémentaires, estime l'exécutif st-gallois. De cette manière, la Confédération prendrait ses responsabilités sociales et économiques. Elle serait amenée ainsi à contribuer aux coûts de l'impact des mesures.

16h00

Le Parlement jurassien se délocalise

Les députés jurassiens vont à nouveau quitter l'Hôtel du Parlement en raison de la situation sanitaire pour siéger mercredi à la Halle des expositions, également située à Delémont. Un plan de protection a été mis en place pour éviter toute propagation du Covid-19.

Le masque est obligatoire dès l'entrée dans le bâtiment et y compris à sa place durant toute la séance et même si la distance physique de 1,5 mètre peut être respectée entre chaque personne. Il ne peut être enlevé que lors d'une prise de parole qui se fait de sa place ou pour boire rapidement.

Les masques en tissu ne sont pas admis et tous les participants doivent porter un masque chirurgical remis par le secrétariat du Parlement. Aucune pause n'est prévue durant cette séance qui se déroulera en l'absence du public.

Toutes les autres sessions du Parlement seront délocalisées à la Halle des expositions jusqu'à la fin de l'année. Après un passage dans la salle de gymnastique de Courroux, les députés jurassiens avaient fait leur retour masqué dans leur salle habituelle.

15h30

Analyse sur l'aide à apporter aux entreprises très touchées

Le sujet des entreprises particulièrement touchées par la pandémie de coronavirus préoccupe au plus haut point la Confédération, a assuré mardi devant les médias à Berne Boris Zürcher, chef de la division Travail au Secrétariat d'Etat à l'économie (Seco). La règle des cas de rigueur fait l'objet d'une intense analyse.

Le secteur de l'événementiel, les forains, les prestataires du secteur des voyages et les entreprises touristiques font partie des secteurs les plus touchés, a indiqué Boris Zürcher, revenant sur l'article 12 de la loi COVID-19 qui prévoit les mesures financières pour les cas de rigueur destinées aux entreprises. Selon cet article, les cantons participent pour moitié au financement.

Depuis le retour à la situation de crise, le Conseil fédéral doit les consulter, ainsi que les partenaires sociaux, a-t-il poursuivi. "Nous travaillons actuellement d'arrache-pied pour définir une mise en oeuvre concrète", mais la question est très complexe et nécessite un certain temps de réflexion.

"D'une manière générale, nous pouvons nous attendre à ce que l'activité économique demeure limitée et ralentie", a poursuivi M. Zürcher. L'objectif du Conseil fédéral de garantir la main-d'œuvre et les emplois reste pour sa part inchangé. Le niveau de soutien sera maintenu en ce qui concerne les allocations pour perte de gain COVID-19 ainsi que le chômage partiel.

15h15

La Suisse est en discussion avec plusieurs fabricants de vaccins

La Confédération veut diversifier les sources éventuelles de vaccin contre le Covid-19. Outre les deux contrats déjà signés avec Moderna et AstraZeneca, elle est donc en contact avec d'autres fabricants.

Le but est d'obtenir une bonne diversification des disponibilités, a expliqué Virginie Masserey, cheffe de la section contrôle de l'infection de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP).

Concernant les vaccins contre la grippe, la Suisse fait face à des retards de livraison. Même les vaccins normalement prévus pour le marché suisse, à savoir 1,25 million de doses, accusent des retards de livraison, a indiqué Virginie Masserey.

Quant aux doses supplémentaires commandées en raison de la pandémie de coronavirus, elles seront livrées en novembre et décembre, a-t-elle précisé. La saison de vaccination sera plus longue.

15h00

Prestations liées aux APG valables jusqu'à fin juin

Les différentes prestations et allocations pour perte de gain liées au Covid-19 resteront valables jusqu'au 30 juin 2021, comme l'a indiqué mardi Stéphane Rossini, directeur de l'Office fédéral des assurances sociales (OFAS).

Les personnes concernées par la fermeture d'établissements privés ou publics sur ordre des autorités cantonales ou fédérales ou touchées par l'interdiction des manifestations pourront en outre profiter des mesures mises en oeuvre avec effet rétroactif au 17 septembre. Il en va de même pour les patrons salariés de leur propre entreprise, a précisé le directeur de l'OFAS.

Dans certains cantons, les centres de contact tracing étant surchargés, il devient difficile de recevoir des attestations de quarantaine. L'OFAS va donc informer les caisses de compensation sur une simplification du système, a indiqué Stéphane Rossini. Les employés pourront accéder aux prestations de quarantaine jusqu'à fin décembre. Les auto-déclarations et celles venant des employeurs seront prises en compte.

14h45

Un mini-confinement non souhaité par les milieux économiques

Un nouveau confinement, même court, serait une mauvaise nouvelle pour les milieux économiques suisses, comme l’a indiqué Jan-Egbert Sturm, chef du groupe économie au sein de la Task Force, lors de la conférence de presse de l’OFSP de ce mardi.

"Il y aurait un vrai danger de tout arrêter", insiste-t-il. Pour lui, un nouveau confinement engendrerait en effet un "effet yoyo" non-souhaitable qui "ne garantirait pas la stabilité dont nous avons maintenant besoin".

Le chef du groupe économie pense qu’il est tout à fait possible de minimiser ses contacts tout en maintenant ses activités. "C’est une phase pénible", reconnaît-il, lançant encore un appel au travail à domicile, à la réduction de la mobilité, aux rencontres virtuelles et aux achats en ligne afin de réduire le plus possible les contacts physiques.

40 milliards de pertes

Pour lui, il n'y a pas d' autres alternatives. Les intérêts de l'économie vont de paire avec la lutte contre la pandémie. Sans mesures, la situation serait encore pire pour l'économie, a-t-il ajouté.

Comme il le souligne, la Suisse fait face à une perte de recette d'environ 40 milliards de francs à cause du coronavirus, selon les prévisions du Centre de recherches conjoncturelles (KOF).

14h20

"Niveau des cas comparable à celui de mars"

Lors de la conférence de presse de l’OFSP ce mardi en début d’après-midi, Virginie Masserey, la cheffe de la section de contrôle des infections à l’Office fédéral de la santé publique (OFSP), a commencé par indiquer que la situation actuelle sur le front du coronavirus est comparable à celle de mi-mars.

Selon une analyse de la cellule data de la RTS, ce constat est imprécis. Les chiffres d'hospitalisations en cours et des personnes placées en soins intensifs se rapprochent davantage de la situation de la fin du mois de mars, soit deux semaines après le début du semi-confinement.

Mis à jour: L'OFSP a précisé durant la soirée que Virginie Masserey "faisait référence, tout comme la courbe présentée lors du point de presse, au nombre de nouvelles hospitalisations quotidiennes déclarées à l’OFSP. Soit, les admissions à l’hôpital et non les séjours".

Durant sa prise de parole, Virginie Masserey a souligné importance de diminuer le nombre d’infections dans les semaines à venir, en limitant ses contacts. "On compte environ 15 décès par jour", a-t-elle ajouté.

Concrètement, le nombre de cas d'infection est plus élevé que lors de la première vague en raison de la hausse des tests. Mais tant le nombre de nouveaux cas que celui des hospitalisations et des décès augmentent à une vitesse comparable à celle du début de la pandémie.

"L'affaire de tous"

L'augmentation des cas touche toutes les tranches d'âge mais surtout les jeunes adultes. Chez les moins de 19 ans en revanche, la hausse est moins marquée. Les enfants s'infectent moins souvent. En revanche, les personnes âgées sont particulièrement touchées ce qui explique le nombre des hospitalisations.

"C’est l’affaire de tous ", a souligné Virginie Masserey, rappelant que le port du masque et le maintien des distances demeurent primordiaux pour juguler la pandémie.

"Les hôpitaux sont sous pression, de même que les équipes de traçage", a-t-elle indiqué. D’où l’importance aussi, pour les gens testés positifs, de s’isoler et de commencer de leur côté à prévenir leurs contacts sans attendre.

Les Suisses pas encore conscients de la situation

Les habitants ne sont pas encore conscients de la situation actuelle, selon Martin Ackermann, chef de la Task Force de la Confédération. En octobre, il faut, selon lui, réduire de moitié le nombre d'infections et rester à la maison autant que possible. Même en augmentant les capacités des hôpitaux, le problème ne serait pas réglé, explique-t-il.

14h15

Le HC Bienne en quarantaine

Après Lugano et Fribourg-Gottéron en National League, c'est au tour du HC Bienne de se retrouver en quarantaine suite à l'infection au Covid-19 de son défenseur Petteri Lindbohm.

Cette fois-ci, le médecin cantonal a ordonné la mise en quarantaine de l'ensemble de l'équipe, ce qui n'avait pas été le cas lors de l'infection de Timo Kessler il y a quelques jours.

Les quatre prochains matchs du HC Bienne sont renvoyés. Prévu ce mardi soir, le match opposant le HC Bienne aux Rapperswil-Jona Lakers n’aura donc pas lieu.

14h00

Bilan contrasté de l'enseignement à distance dans le canton de Vaud

Le canton de Vaud a tiré un bilan contrasté de l'enseignement à distance vécu ce printemps durant le coronavirus. Trois études détaillent le ressenti des élèves, des enseignements et des parents. Principale conclusion: les inégalités entre élèves se sont creusées.

Les situations vécues ont été différentes d'un élève à l'autre, suivant les degrés, les cursus, les enseignants et les conditions familiales, notamment socio-économiques.

Corollaire de cette "forte disparité", les inégalités entre élèves se sont malheureusement creusées même si le taux de décrochage a pu être limité à une moyenne de moins de 5%, surtout au gymnase et au secondaire I.

Ces enquêtes ont été présentées mardi au Gymnase lausannois de la Cité par la cheffe du Département de la formation, de la jeunesse et de la culture (DFJC) Cesla Amarelle. Leurs bilans ont servi de base à de nouvelles mesures "plus efficaces" développées pour mieux faire face à la deuxième vague de la pandémie et un éventuel nouveau semi-confinement. "L'école vaudoise est prête pour un enseignement à distance à large échelle", a-t-elle déclaré.

"Il s'agit désormais de progresser sur les objectifs fondamentaux du programme et pas seulement de consolider les acquis. Cette mesure doit permettre d'éviter le risque d'une année perdue, mais également de renforcer la motivation des élèves à poursuivre le travail à distance sur une période relativement longue", a-t-elle expliqué.

>> Les explications dans le 12h30:

Une enseignante d'école primaire donne sa classe par vidéoconférence. [Christian Beutler - Keystone]Christian Beutler - Keystone
Le canton de Vaud dresse le bilan de l'école à distance auprès des enfants, parents et enseignants / Le 12h30 / 1 min. / le 27 octobre 2020

12h30

Uri ne veut pas du masque à l'extérieur

Le canton d'Uri ne veut pas d'une obligation généralisée de porter le masque dans l'espace public, comme le propose le Conseil fédéral pour lutter contre la deuxième vague de coronavirus. Ce qui est pertinent en milieu urbain est disproportionné et inadapté dans les régions rurales, estime le gouvernement uranais.

Cette "mesure contraignante" doit être décidée par chaque canton qui la juge nécessaire, estime l'exécutif uranais dans un communiqué publié mardi. L'obligation généralisée du port du masque dans l'espace public extérieur fait partie des mesures mises en consultation par le Conseil fédéral auprès des cantons. Berne doit décider mercredi lesquelles il veut imposer durant l'hiver.

Le Conseil d'Etat uranais appelle en outre l'exécutif fédéral à limiter ses mesures jusqu'à la fin novembre, par égard pour le commerce de la période de Noël. Il l'enjoint aussi à protéger les employés contre les licenciements et les entreprises contre la faillite en cas de mesures contraignantes pour l'économie.

12h00

Près de 6000 nouveaux cas

La Suisse compte mardi 5949 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures, selon les chiffres de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). Seize décès supplémentaires sont à déplorer et 167 malades ont été hospitalisés.

Durant les dernières 24 heures, les résultats de 20'709 tests conventionnels ont été transmis, indique l'OFSP. Le taux de positivité s'élève à 28,73%. Sur les sept derniers jours, le nombre total d'infections est de 37'158. Sur les deux dernières semaines, le pays compte 693,4 nouvelles infections pour 100'000 habitants.

Depuis le début de la pandémie, 127'042 cas de contamination au Covid-19 ont été confirmés en laboratoire sur un total de 1'829'173 tests effectués en Suisse et au Liechtenstein. Le total des décès s'élève à 1930 et le nombre de personnes hospitalisées atteint 6264.

Le pays dénombre par ailleurs 18'497 personnes en isolement et 19'867 individus faisant partie de leurs contacts ont été mis en quarantaine. S'y ajoutent 15'799 autres personnes revenant de voyage d'un pays à risque et qui ont dû aussi passer par la case de la quarantaine.

10h45

Jusqu'à 100'000 emplois menacés dans la restauration

Le secteur de la restauration en Suisse vit des moments dramatiques. Avec la multiplication des restrictions imposées pour raisons sanitaires, les recettes se sont effondrées et nombre d'établissements ont dû mettre la clé sous la porte.

Si rien n'est fait, le secteur pourrait perdre jusqu'à 100'000 emplois à brève échéance, a averti mardi en conférence de presse le président de Gastrosuisse, Casimir Platzer.

"En raison de la communication très unilatérale et négative, comme celle d'un membre de la task force qui a déclaré publiquement et sans fondement qu'elle éviterait d'aller au restaurant pour le moment", la fréquentation est en chute libre, s'est irrité le dirigeant.

Il dénonce par ailleurs des mesures "incompréhensibles" et discriminatoires pour la branche, rappelant que la plupart des contaminations n'adviennent pas dans les restaurants, qui ont mis en place des concepts de sécurité conformément aux directives des autorités sanitaires.

"Si des hôtes se retrouvent pour manger, cela n'a finalement aucune importance s'ils quittent la table à 21h00, 22h00 ou 23h00", a illustré le dirigeant, critiquant également la limitation à quatre personnes par tablée, alors que dans le cadre privé, on peut sans autres réunir une dizaine, voire une quinzaine d'invités.

10h30

Soins intensifs: le nombre de patients double en une semaine

De plus en plus de malades du Covid-19 rejoignent les soins intensifs en Suisse. Leur nombre, qui a atteint lundi environ 200, a doublé en une semaine, d'après les données mises à jour mardi matin par des chercheurs de l'EPFZ.

Cette augmentation témoigne de la rapidité de la deuxième vague, même si elle n'a pas modifié le taux d'occupation des lits à l'échelle du pays, qui reste à 65%.

La hausse a pour l'instant été compensée par le report d'autres opérations pour libérer des places. Le nombre de personnes aux soins intensifs pour d'autres pathologies a fortement diminué, comme le montre le graphique ci-dessous.

Les chiffres au niveau suisse ne reflètent pas toujours la réalité du terrain. Dans certains cantons, la situation est déjà tendue. Neuchâtel, Valais et Fribourg affichent des taux d'occupation très élevés.

Le Centre hospitalier du Valais Romand (CHVR) est passé lundi en état d'alerte maximal. Des patients pourront être envoyés dans d'autres établissements.

Tous les chiffres sur les soins intensifs sont à retrouver ici: Soins intensifs, lits et respirateurs: où en sont les hôpitaux suisses

10h15

"Chaque personne doit être responsable"

Esther Waeber-Kalbermatten, conseillère d'Etat valaisanne en charge de la Santé, ne peut que constater l'omniprésence du coronavirus: "Nous avons beaucoup de foyers en Valais: des petits foyers en plaine, mais aussi dans les vallées latérales. Nous n'avons pas d'autres explications; maintenant, nous devons gérer cette situation".

>> Lire également: "Beaucoup de gens ont négligé les mesures de distance et d'hygiène"

Elle en appelle à la responsabilité de chacun: "Ainsi, nous pourrons tenir le coup", dit-elle au micro de La Matinale.

Pour elle, il est possible qu'il y ait eu un relâchement général: "Nous avons pensé pendant l'été que tout se passait bien. Beaucoup de gens ont négligé les mesures de distance et d'hygiène. Actuellement, nous avons une situation tendue, mais sous contrôle. Mais chaque personne doit être responsable de son propre comportement".

>> L'interview d'Esther Waeber-Kalbermatten:

La situation sanitaire en Valais se dégrade: interview d’Esther Waeber-Kalbermatten (vidéo) [RTS]
La situation sanitaire en Valais se dégrade: interview d’Esther Waeber-Kalbermatten (vidéo) / L'invité-e d'actualité / 8 min. / le 27 octobre 2020

10h00

Les chocolatiers suisses frappés par la crise

La pandémie a eu un impact sur les chocolatiers suisses. Ceux-ci ont vu leurs recettes diminuer de 14,3% sur un an entre janvier et août. Les ventes sur le marché intérieur (-15%) comme les exportations (-14%) ont causé cette chute.

Les producteurs helvétiques ont souffert tout particulièrement durant la période mai-août, où les revenus ont reculé de 21,5%, indique mardi la faîtière Chocosuisse, qui ne précise cependant pas les chiffres absolus. Durant ces quatre mois, les ventes en Suisse ont plongé de plus de 23%, les exportations s'étant contractées de 20,5%.

Une grande majorité - soit 70% - de la production de chocolat suisse est destinée à l'exportation, rappelle Chocosuisse. Les livraisons à l'étranger ont reculé "très fortement" durant l'été, en raison de la fermeture des boutiques hors-taxes dans les aéroports ainsi que des difficultés rencontrées par l'hôtellerie-restauration. La faîtière ne s'attend pas à une reprise de sitôt pour ces deux secteurs.

En Suisse, l'absence des touristes étrangers a pesé sur les chiffres d'affaires des chocolatiers suisses. Parallèlement, les volumes de chocolat importés ont augmenté de 2,2% sur les neuf premiers mois de l'année (+8,7% pour mai-août), déplore l'association.

09h30

L'inquiétude ronge les clubs de hockey

L'inquiétude est vive dans le monde du hockey sur glace suisse. Les mesures de lutte contre le coronavirus menacent de plus en plus la saison.

Les présidents des clubs de National League (NL) ont ainsi publié une lettre ouverte à l'adresse des autorités nationales et cantonales. Ce document arrive peu avant l'annonce du Conseil fédéral sur de nouvelles mesures de lutte contre la pandémie.

En substance, les présidents des douze clubs de NL réaffirment leur volonté de tout mettre en oeuvre pour finir la saison. Ils soulignent aussi que le hockey sur glace, tout comme le football, prend une immense importance dans le pays, tant sur le plan social qu'économique. Il est à leurs yeux essentiel que le sport soit pratiqué même en temps de crise. "Nous ne devons pas accorder la permission au coronavirus de nous dicter et d'interdire nos vies", écrivent-ils.

Les présidents affirment devoir, vouloir et pouvoir prendre des mesures appropriées pour organiser des matches de hockey devant un public en temps de pandémie. Les clubs relèvent avoir élaboré des concepts de protection pour la saison qui ont été jugés exemplaires et qui ont passé avec succès les tests pratiques.

>> Les explications dans La Matinale:

Tous les spectateurs portent un masque lors du match du championnat suisse de hockey sur glace de National League, NL, entre HC Fribourg-Gottéron, et SC Rapperswil-Jona Lakers, le 1er octobre 2020  à Fribourg. [Cyril Zingaro - Keystone]Cyril Zingaro - Keystone
Les présidents des clubs hockey publient une lettre ouverte / La Matinale / 1 min. / le 27 octobre 2020

09h00

Patronat et syndicats mettent la pression sur le Conseil fédéral

Les entreprises les plus touchées par la crise doivent bénéficier de soutiens à fonds perdus au plus vite, selon l'Union patronale suisse (UPS), l'Union suisse des arts et métiers (USAM) et les syndicats. Ils ont adressé une lettre en ce sens au Conseil fédéral.

Le Parlement a pourtant validé récemment des aides "pour cas de rigueur", destinées aux entreprises directement touchées par les conséquences du Covid-19.

Mais ce mécanisme, mis en place avec les cantons, ne sera prêt qu'en février. Beaucoup trop tard, estime Pierre-Yves Maillard, président de l'Union syndicale suisse (USS). Il craint des faillites.

"Cela peut concerner des restaurants, des bars, des théâtres, des entreprises culturelles, des cinémas, des structures qui organisent des concerts ou des festivals. Tout ça doit subsister, doit passer à travers cette crise. Ce pays a les moyens de le faire. Et surtout, il a décidé de le faire pour la première moitié de cette crise, il ne peut pas arrêter en cours de route. Sinon c'est purement et simplement du gaspillage", lance le Vaudois dans La Matinale.

"On demande donc que le Conseil fédéral promulgue l'ordonnance d'application rapidement, il peut le faire. Il n'y a pas besoin de mettre une consultation pendant des semaines. Et on demande que les cantons s'abstiennent de faire des lois avec des délais référendaires et des passages devant les parlements, mais fasse là aussi des ordonnances. Ils sont capables d'interdire des pans entiers d'activités par une simple décision prise par les gouvernements. Ils doivent pouvoir faire des ordonnances d'application de ce fonds pour cas de rigueur avec la même rapidité, sinon on va vers de grosses tensions", ajoute l'ancien conseiller d'Etat.

>> Les explications dans La Matinale:

"Le temps du service public est revenu", estime Pierre-Yves Maillard, président de l'USS. [Marcel Bieri - KEYSTONE]Marcel Bieri - KEYSTONE
Le Conseil fédéral sous pression pour traiter les cas de rigueur / La Matinale / 1 min. / le 27 octobre 2020

08h30

Les collégiens vaudois sont masqués

Depuis lundi, les collégiens vaudois doivent porter un masque pour suivre les cours. Les élèves se montrent disciplinés, mais pas toujours ravis de ce qui apparaît comme une nouvelle contrainte.

Selon eux, porter un masque en cours est loin d'être idéal. Mais de l'avis même des élèves et des enseignants, mieux vaut cela que de fermer les écoles.

>> Le reportage de La Matinale:

Les collégiens vaudois doivent désormais porter un masque (image d'illustration). [Salvatore Di Nolfi - Keystone]Salvatore Di Nolfi - Keystone
Les collégiens vaudois doivent désormais porter un masque / La Matinale / 1 min. / le 27 octobre 2020

08h00

L'armée est prête à intervenir et attend les demandes

L'armée est prête à intervenir, en cas de nouvelle urgence sanitaire liée à la pandémie de Covid-19. Dans certains cantons comme à Fribourg, les hôpitaux commencent à être débordés. Et les autorités vont demander des renforts militaires dans les prochains jours.

L'armée déclare n'avoir reçu pour l'instant aucune demande formelle d'intervention. Mais cela ne saurait tarder. "La Confédération n'a pas encore mobilisé la troupe comme au printemps, mais chaque canton peut, à titre subsidiaire, déposer sa propre demande. C'est une demande que nous examinons actuellement au sein du Conseil d'Etat et que nous devrions adresser au Département de la défense", explique Maurice Ropraz, conseiller d'Etat fribourgeois.

>> Ecouter les précisions de Fabrice Gaudiano dans La Matinale:

Les soldats ont été actifs pendant la crise du Covid, comme ici à l'EMS Les Charmettes à Neuchâtel.  [Laurent Gillieron - Keystone]Laurent Gillieron - Keystone
L'armée suisse se tient prête à intervenir pour contenir la deuxième vague / La Matinale / 1 min. / le 27 octobre 2020

07h45

La courbe des hospitalisations liées au coronavirus inquiète

Alors que la Suisse enregistrait lundi 17'440 nouveaux cas supplémentaires sur 3 jours, soit le double d'il y a une semaine, les hôpitaux universitaires de Genève ont fait le point sur l'évolution du nombre de patients Covid, montrant des similitudes avec la courbe de la première vague en mars.

Si on superpose les deux courbes, celle de la première et de la seconde vague qui vient à peine de commencer, on réalise que la progression des hospitalisations se fait quasiment au même rythme.

>> Lire aussi: La courbe des hospitalisations liées au coronavirus inquiète les autorités sanitaires

07h30

Bientôt le port du masque à l'extérieur

Le Conseil fédéral doit se prononcer mercredi sur de nouvelles mesures face à la reprise en force de la pandémie de Covid-19. Parmi les pistes étudiées, on trouve l'extension du masque obligatoire, y compris à l'extérieur, une mesure qui vient justement d'être décrétée par le canton du Tessin.

Cette mesure figure dans un projet comprenant une liste de variantes que la Confédération a fait circuler ce week-end auprès des cantons. La mesure du masque obligatoire viserait les "zones peuplées", à l’intérieur comme à l’extérieur - arrêts de bus, marchés, files d'attentes. Le masque pourrait aussi devenir la règle dans les entreprises.

>> Les précisions dans Forum:

Le port du masque obligatoire pourrait être étendu à l’extérieur [RTS]
Le port du masque obligatoire pourrait être étendu à l’extérieur / Forum (vidéo) / 2 min. / le 26 octobre 2020

"La Task force a toujours exprimé l'opinion scientifique que si l’on n’arrive pas à maintenir la distance de base, même en extérieur, le masque est la règle de base", souligne Marcel Tanner, membre du groupe d’experts mandatés par le Conseil fédéral, dans Forum. "Surtout dans des endroits très peuplés, sur les marchés, aux heures de pointe, précise-t-il. Nous l’avons dit depuis le début de la crise."

"Chaque jour compte"

Il s'agit dès lors d'agir très rapidement - "chaque jour compte"- , et de ne pas ajouter mesure sur mesure, préconise l'expert. "Il faut maintenant ajouter un paquet aux mesures de base pour couper la transmission."

Laurent Kurth, ministre neuchâtelois de la Santé et président de la Conférence latine des Affaires sanitaires et sociales, pointe de son côté le degré d’acceptabilité des mesures envisagées. "On a besoin de porter le masque quand il y a beaucoup de monde. Or, qui peut dire quand il y a beaucoup de monde? La règle qui dit 'espace public' est peut-être un peu schématique, mais elle a le mérite de la clarté. Et on a vraiment besoin de mesures supplémentaires dans les jours qui viennent."

>> Les interview de Marcel Tanner et Laurent Kurth dans Forum:

Va-t-on devoir porter le masque dans la rue? Interview de Marcel Tanner et Laurent Kurth [RTS]
Va-t-on devoir porter le masque dans la rue? Interview de Marcel Tanner et Laurent Kurth / Forum (vidéo) / 7 min. / le 26 octobre 2020

07h15

Les hôpitaux obligés de se réorganiser

Le Centre hospitalier du Valais Romand (CHVR), qui n'arrive donc plus à faire face à l'arrivée de nouveaux patients Covid, est passé lundi en état d'alerte maximal, de 4 sur 4, un niveau d'urgence maximale jamais atteinte, même au printemps. Le CHVR devra demander de l'aide aux hôpitaux voisins, d'abord dans le Haut-Valais et auprès de cliniques privées, puis auprès des autres cantons romands.

>> Les précisions dans le 19h30:

L'Hôpital du Valais est en alerte maximale. La solidarité avec les autres hôpitaux s'organise. [RTS]
L'Hôpital du Valais est en alerte maximale. La solidarité avec les autres hôpitaux s'organise. / 19h30 / 2 min. / le 26 octobre 2020

Mais la situation est préoccupante également dans les autres cantons romands, avec un nombre d'hospitalisations multiplié par deux cette dernière semaine en Suisse.

A Genève, il y a actuellement 331 patients Covid hospitalisés. A Fribourg, il ne restait lundi soir que 4 lits aux soins intensifs. Dans le Jura, il n'y en aura plus à la fin de la semaine. Et 150 hospitalisations en Valais, c'était le niveau atteint lors de la première vague alors que tout le pays était semi-confiné depuis une semaine.

"Même situation que le 23 mars"

"Nous sommes dans la même situation que le 23 mars. Mais les mesures cantonales, et non pas nationales, ont été prises il y a 4 jours seulement, c'est cela qui nous préoccupe. Tout nous laisse croire que nous allons vers une augmentation des cas plus importante qu'au mois de mars", indique Eric Bonvin, directeur du CHVR.

A Genève, des mesures sont prises pour libérer des lits, en diminuant voire arrêtant la chirurgie élective et en créant des réseaux avec des cliniques privées, "afin qu'un maximum de patients puissent être pris en charge, qu'ils soient Covid ou non", explique Bertrand Levrat, directeur des HUG.

>> Les précisions de Bertrand Levrat dans le 19h30:

Bertrand Levrat:"Personne ne comprend pourquoi la deuxième vague est aussi forte et aussi haute, car le virus est le même." [RTS]
Bertrand Levrat:"Personne ne comprend pourquoi la deuxième vague est aussi forte et aussi haute, car le virus est le même." / 19h30 / 2 min. / le 26 octobre 2020

>> Lire: Les hôpitaux, solidaires, "créent" des lits pour soigner coûte que coûte

07h00

Polémique après une fête en Suisse alémanique

Près de Zurich, une fête organisée samedi en l'honneur des cinquante ans d'un centre commercial fait polémique.

La manifestation a réuni des milliers de participants, au mépris des mesures sanitaires. Certains veulent y voir une différence de sensibilité dans cette région qui n'a pas connu de la même manière les affres de la première vague de la pandémie.

>> Le reportage du 19h30:

Suisse romande et Suisse alémanique, deux réalités face au Covid-19. [RTS]
Suisse romande et Suisse alémanique, deux réalités face au Covid-19. / 19h30 / 2 min. / le 26 octobre 2020

06h45

Mobilisation du personnel soignant

Le personnel soignant, déjà très sollicité pendant la première vague de Covid-19 et durant tout l’été pour rattraper les opérations qui n’avaient pas pu être effectuées durant le confinement, ont laissé entendre leur ras-le-bol lundi à Neuchâtel et en Valais.

Par une semaine d’actions, les syndicats entendent dénoncer "l’inaction des autorités". Le conseiller fédéral Alain Berset s’est justement exprimé lundi au sujet de la reconnaissance du personnel soignant lors d’une visite au CHUV. "Il faut être très clair, les efforts faits aujourd’hui sur le plan fédéral ne porteront leurs fruits qu’après le Covid. La question se pose aujourd’hui essentiellement sur les institutions elles-mêmes", a-t-il fait savoir.

>> Le reportage du 19h30 en Valais et à Neuchâtel:

Neuchâtel: coup d'envoi d'une semaine de mobilisation du personnel soignant. [RTS]
Neuchâtel: coup d'envoi d'une semaine de mobilisation du personnel soignant. / 19h30 / 2 min. / le 26 octobre 2020

Sauf restriction sanitaire, cette semaine de mobilisation devrait se clore samedi avec une manifestation sur la place fédérale à Berne.

Le directeur de HUG Bertrand Levrat, invité du 19h30, a rendu hommage "à tout le personnel soignant, qui fait un travail extraordinaire. Coup de chapeau à eux tous".

Le reconnaissance passant aussi par une valorisation salariale, le responsable annonce avoir été entendu par le Conseil d'Etat genevois pour revalorisation des assistants en soins communautaires, une petite victoire, "sectorielle", mais une victoire quand même.

>> L'interview de Bertrand Levrat dans le 19h30:

Bertrand Levrat:"Je veux rendre hommage à tout le personnel. La reconnaissance passe aussi par une revalorisation salariale." [RTS]
Bertrand Levrat:"Je veux rendre hommage à tout le personnel. La reconnaissance passe aussi par une revalorisation salariale." / 19h30 / 1 min. / le 26 octobre 2020

06h30

Alain Berset en visite au CHUV

Le conseiller fédéral Alain Berset s'est rendu lundi sur le site du Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV) à Lausanne. Le ministre de la Santé a rencontré les dirigeants de l'établissement et la conseillère d'Etat vaudoise Rebecca Ruiz. Il s'est notamment rendu au centre de traçage.

"Impressionné par l'organisation et les solutions trouvées, malgré la pression. Ne rien lâcher!", a écrit Alain Berset sur Twitter.

Lors d'un point presse, Alain Berset n'a pas dévoilé la teneur des prochaines mesures que prendra la Confédération, indiquant toutefois qu'elles seraient "complémentaires" à celles déjà prises ces derniers jours dans les cantons.

Le conseiller fédéral a toutefois reconnu qu'il était urgent d'édicter "un fond de mesures valables pour tout le pays" au vu d'une situation jugée "critique". Il a rappelé qu'en moins d'un mois, la Suisse était passée d'un Etat relativement épargné à "l'un des endroits les moins enviables sur le continent européen" en matière d'infections au Covid-19.

"La situation est grave et elle empire chaque jour. Il faut une réaction forte", a-t-il déclaré.

>> Lire: En visite au CHUV, Alain Berset prépare le terrain à de nouvelles mesures

06h15

Retour sur la journée de lundi

L'Office fédéral de la santé publique a annoncé lundi 17'440 cas supplémentaires en 72 heures, soit le double d'il y a une semaine,. Trente-sept décès supplémentaires sont à déplorer et 259 malades ont été hospitalisés.

Durant les dernières 72 heures, les résultats de 82'026 tests conventionnels ont été transmis, indique l'OFSP. Le taux de positivité s'élève à 21,26% (contre 26,47% vendredi). Sur les deux dernières semaines, le pays compte 654 nouvelles infections pour 100'000 habitants.

>> Lire aussi: La Suisse enregistre plus de 17'000 nouveaux cas en 72 heures, le double d'il y a une semaine

06h00

Le dossier complet

Retrouvez dans notre dossier toutes les informations, toutes les analyses et toutes les émissions consacrées au coronavirus.

Le dossier consacré à l'épidémie de coronavirus