Banner du 7 octobre [Keystone]
Publié Modifié

Alain Berset: "Le Valais a pris des mesures drastiques, c'est le bon chemin"

- En conférence de presse, le ministre de la santé Alain Berset a encouragé les cantons à prendre les mesures nécessaires pour faire face à la deuxième vague de Covid-19 sur leur territoire, citant l'exemple des mesures déjà instaurées en Valais.

- Plusieurs cantons, notamment Neuchâtel, pourraient suivre l'exemple du Valais, qui a pris des mesures radicales pour faire face à l'explosion des cas dans la région. Le Conseil d'Etat interdit les rassemblements publics et privés de plus de 10 personnes et imposé le port du masque sur les lieux de travail clos.

- L'Allemagne recommande de son côté d'éviter les séjours non essentiels en Suisse, a fait savoir l'Institut Robert Koch pour les maladies infectieuses, et place ainsi le pays sur sa liste des zones à risque

- L'Office fédéral de la santé publique a fait état jeudi de 5256 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures. Onze décès sont à déplorer et 106 malades ont été hospitalisés. Le taux de positivité est de 19,80%, contre 19,75% mercredi.

- L'OFSP recommande toujours de conserver une distance de 1,5 mètre avec les personnes qui ne sont pas du même ménage, de porter un masque dans le cas où cette distance ne peut être maintenue et de respecter les règles d'hygiène.

Suivi assuré par RTSinfo

21h25

Les projets d'année sabbatique de nombreux jeunes sont tombés à l'eau

Plus de la moitié des jeunes Suisses entre 18 et 20 ans ont généralement pour projet de partir à l'étranger après leur CFC ou leur maturité. Ils prennent alors une année sabbatique, un rite de passage important. En cette année de pandémie, toutefois, les projets de nombre d'entre eux sont chamboulés.

Tant pis pour les contrées lointaines: les jeunes se rabattent souvent sur les séjours linguistiques en Europe, comme l'a observé Education First, l'un des leaders de la branche. Parmi les destinations prisées figurent l'Angleterre et l'Allemagne, "avec, respectivement, 25 et 15% d'augmentation", a détaillé dans le 19h30 de la RTS le patron de la section Suisse romande de l'entreprise, Fred Pralong.

Mais ce changement de destination ne convient pas à tout le monde. Chez Education First, 20% des départs de septembre ont été reportés et 20% annulés. Certains jeunes ont remis leurs projets d'évasion à plus tard et décidé d'entrer directement à l'université ou dans une haute école. Ces institutions enregistrent ainsi une hausse proche de 5% de leurs inscriptions.

>> Regarder le reportage du 19h30:

Partir à l’étranger, c’est un objectif pour 53% des Suisses entre 18 et 20 ans. La pandémie a bousculé leurs plans. [RTS]
Partir à l’étranger, c’est un objectif pour 53% des Suisses entre 18 et 20 ans. La pandémie a bousculé leurs plans. / 19h30 / 2 min. / le 22 octobre 2020

21h05

A nouveau interdites dans plusieurs EMS, les visites manquent profondément aux résidents

Les visites sont désormais interdites dans les EMS de plusieurs cantons afin de protéger les pensionnaires d'une contamination au Covid-19. De nombreux résidents le vivent comme une nouvelle "mise sous cloche".

"Je le vis moins bien que la première fois. On avait repris certaines habitudes, on pouvait de nouveau aller passer une journée dans sa famille, et ça c’était vraiment du pain béni. Mais c'est déjà fini", a confié au 19h30 de la RTS l'une des pensionnaires d'un EMS neuchâtelois, pour qui c'est la deuxième fois que les portes de la maison de retraite se ferment. Les appels vidéo sont à nouveau le dernier lien, ténu, avec la famille.

Santé morale et physique en berne

Du côté du personnel soignant, cette seconde suppression des visites inquiète. "On observe une tristesse, un lâcher prise aussi. Un manque d'élan. On a vu des gens qui sont bien descendus dans leur santé. Non seulement leur santé morale, mais aussi physique", témoigne un infirmier du Home des Charmettes à Neuchâtel.

En Valais, la situation est déjà critique, avec 151 résidents positifs en date du 22 octobre. Depuis jeudi, le canton interdit toute visite sauf cas de rigueur, et d’autres cantons s'apprêtent à lui emboîter le pas.

>> Regarder le reportage du 19h30:

En Valais, les visites sont interdites dans les EMS pour protéger les résidents. [RTS]
En Valais, les visites sont interdites dans les EMS pour protéger les résidents. / 19h30 / 2 min. / le 22 octobre 2020

20h10

Les mesures anti-Covid ne sont plus forcément bien ciblées

Le Valais a pris mercredi des mesures drastiques pour enrayer la progression du Covid-19: fermeture des musées, des cinémas et des boîtes de nuit, ou encore couvre-feu à 22 heures pour les restaurants. D’autres cantons devraient suivre la même voie.

Mais les lieux ciblés sont-ils vraiment ceux où se transmet le virus? Autrement dit, ces mesures ont-elles du sens d’un point de vue épidémiologique? C'est difficile à dire: en effet, dans plus de 70% des cas, la source des contaminations actuelles n’est pas connue. C’est ce qui ressort des statistiques de l’OFSP pour les deux dernières semaines.

>> Lire aussi: En famille, entre amis, au travail ou en voyage: où attrape-t-on le Covid-19?

Moins d'un tiers des contaminations élucidées

On entend souvent que les contaminations ont majoritairement lieu dans la famille, dans 30% des cas selon ces derniers chiffres. Au travail, c'est 13%. Mais ces pourcentages ne se rapportent, on l'a vu, qu'au petit tiers de cas où l'on est parvenu à identifier la source de la contamination, une base devenue si petite que ces proportions n’ont plus vraiment de sens aujourd’hui. D'autant plus que le médecin cantonal valaisan l'a confié mercredi: quand trois personnes sont positives dans une famille, on coche la case famille, mais sans savoir qui a été contaminé en premier, et où il a attrapé le virus.

Dans ce contexte, les cantons avancent un peu à l’aveugle, car ils ont en partie perdu le contrôle du traçage. Cibler les mesures de manière pertinente devient difficile, et certaines d'entre elles, comme fermer les cinémas, peuvent paraître arbitraires faute de données précises.

>> Ecouter l'analyse d'Alexandra Richard dans Forum jeudi soir:

Les mesures anti-COVID ciblent-elles vraiment les foyers d'infection? [RTS]
Les mesures anti-COVID ciblent-elles vraiment les foyers d'infection? / Forum (vidéo) / 3 min. / le 22 octobre 2020

>> Regarder aussi le 19h30 analyser les statistiques des lieux de contamination:

Où ont lieu les contaminations? "Dès qu'il n'y a plus de protection" répond la Confédération mais la réalité est plus nuancée. [RTS]
Où ont lieu les contaminations? "Dès qu'il n'y a plus de protection" répond la Confédération mais la réalité est plus nuancée. / 19h30 / 2 min. / le 22 octobre 2020

19h05

Des fitness valaisans recourent contre la décision de fermeture prise par le canton

Des fitness indépendants du Valais romand contestent la décision du Conseil d'Etat de fermer leurs salles et vont déposer un recours de droit administratif auprès du tribunal cantonal. Comme tous les autres lieux de divertissement, culturels ou sportifs, ils ont reçu l'ordre de fermer à partir de ce jeudi.

"Je n'ai pas honte de le dire, j'ai pleuré de rage. On dit que nous sommes un loisir, mais non! Nous faisons partie du domaine de la santé", s'est ému sur les ondes de la radio Rhône FM Ermino Pirali, propriétaire d'un fitness à Monthey. Lui et d'autres fitness du canton ont fait appel à l'avocat Jean-Luc Addor pour défendre leurs droits.

Ce dernier a prévu de déposer vendredi un recours de droit administratif et compte aussi demander la restitution de l'effet suspensif, qui a été retiré par le Conseil d'Etat pour des motifs de santé publique. "Le tribunal cantonal devra se demander si on peut arriver à protéger la santé de la population par des mesures moins incisives, en adaptant, par exemple, le nombre de clients au nombre de m2 disponibles dans les salles", explique Jean-Luc Addor, qui précise que ses clients "ne remettent pas en cause fondamentalement les mesures sanitaires".

>> Regarder aussi le 19h30 revenir sur les conséquences économiques des mesures anti-Covid valaisannes:

Des pans entiers de l'économie valaisanne mis l'arrêt pour tenter de freiner la propagation du Covid-19 [RTS]
Des pans entiers de l'économie valaisanne mis l'arrêt pour tenter de freiner la propagation du Covid-19 / 19h30 / 2 min. / le 22 octobre 2020

18h50

Laurent Kurth: "Il est illusoire d'imaginer que tous les cantons vont prendre les mêmes décisions"

La Confédération l'a répété jeudi à travers la voix d'Alain Berset: les cantons doivent serrer la vis face à la dégradation de la situation épidémiologique. Les mesures prises par le Valais vont-elles se généraliser à toute la Suisse? "C'est en tout cas ce type de mesures qui sont discutées depuis quelques jours entre ministres cantonaux de la Santé" en Suisse romande, a confirmé le ministre neuchâtelois de la Santé Laurent Kurth dans l'émission Forum de la RTS jeudi soir.

"Ces derniers jours ont permis une prise de conscience à tous les niveaux de l'extrême urgence et de l'absolue nécessité d'agir pour mettre un frein à cette croissance explosive de la maladie dans notre pays", a alerté celui qui est également président de la Conférence latine des Affaires sanitaires et sociales, la CLASS.

Les règles ne seront pas strictement les mêmes partout pour autant: "Il est vraiment illusoire d'imaginer que tous les cantons vont prendre une seule et même décision, même à l'échelle de la Suisse romande. Mais on a une base commune", a dévoilé Laurent Kurth. Pour lui, il était essentiel que les cantons "donnent le signal qu'ils assument leurs responsabilités, contrairement à ce que certains ont pu dire ou laisser entendre ici ou là".

>> Son interview dans Forum:

Les cantons serrent la vis face à la dégradation épidémiologique: interview de Laurent Kurth [RTS]
Les cantons serrent la vis face à la dégradation épidémiologique: interview de Laurent Kurth / Forum (vidéo) / 2 min. / le 22 octobre 2020

17h55

Entreprises et syndicats veulent éviter un nouveau confinement

Le conseiller fédéral en charge de l'économie Guy Parmelin a tenu jeudi une vidéoconférence avec le ministres cantonaux de l'économie et les principaux acteurs économiques du pays: organisations patronales, syndicales et associations faîtières. Il en est ressorti que, bien qu'inquiets de la recrudescence des cas de Covid-19, tous estiment nécessaire d'éviter à tout prix un reconfinement.

Les acteurs économiques appellent aussi à un strict respect des plans de protection et à la mise en place de solutions de dépistage rapide, mais ne veulent pas de mesures restreignant les rassemblements dans l'espace public et privé tant que la situation sanitaire ne l'exige pas absolument.

Préserver les salaires

Le PS a lui appelé dans la matinée à garantir les salaires, les places de travail et le pouvoir d'achat. Toutes les décisions prises pour lutter contre la pandémie doivent s'accompagner de mesures pour préserver les salaires, estime également l'Union syndicale suisse.

Guy Parmelin a pris acte de ces requêtes, tout comme il a pris acte de celles issues des milieux de la santé. Elles seront analysées par le Conseil fédéral d'ici mercredi prochain, journée au cours de laquelle le gouvernement pourrait présenter de nouvelles mesures.

>> Regarder le 19h30 revenir sur la rencontre entre Guy Parmelin et les acteurs économiques:

Guy Parmelin a réuni virtuellement les représentants de l'économie et les syndicats pour parler des conséquences de la pandémie. [RTS]
Guy Parmelin a réuni virtuellement les représentants de l'économie et les syndicats pour parler des conséquences de la pandémie. / 19h30 / 2 min. / le 22 octobre 2020

>> Voir aussi l'interview du président de GastroSuisse dans Forum:

Rencontre entre Guy Parmelin et les entreprises face à la situation sanitaire [RTS]
Rencontre entre Guy Parmelin et les entreprises face à la situation sanitaire / Forum (vidéo) / 4 min. / le 22 octobre 2020

17h20

La Chaîne du Bonheur a déjà récolté plus d'un million pour les victimes du Covid dans le monde

Plus de 1,3 million de francs avaient déjà été récoltés jeudi à 17 heures dans le cadre de la journée de solidarité de la Chaîne du Bonheur avec les personnes touchées par la pandémie de Covid-19 dans le monde. "Dans les pays particulièrement fragiles, cette crise a souvent des conséquences dramatiques en accroissant les inégalités sociales et la pauvreté", avait déclaré la présidente de la Confédération Simonetta Sommaruga en lançant cette collecte. Citée dans un communiqué de l'organisation, elle a rappelé que la Suisse a coutume de regarder au-delà de ses frontières, même dans des périodes difficiles.

La Chaîne du Bonheur a sélectionné 15 pays particulièrement fragiles dans lesquels elle financera des projets en priorité, comme l'Afghanistan, le Honduras ou le Liban. Elle indique que, si les fonds collectés le permettent, elle financera également des projets dans d’autres régions du monde, notamment dans des camps de réfugiés, des bidonvilles ou encore des zones de guerre. Les dons peuvent être faits en ligne sur son site internet ou par virement bancaire avec la mention "Coronavirus International". Le numéro de téléphone gratuit est ouvert jusqu'à 23h.

>> Les détails: Journée nationale de solidarité de la Chaîne du Bonheur face au Covid-19

La campagne menée depuis ce printemps en faveur de l'aide en Suisse, elle, a déjà permis de récolter plus de 42 millions de francs. Plus de 150 projets menés par 114 organisations ont ainsi pu être menés en faveur de personnes particulièrement touchées par la pandémie en Suisse, comme des colis alimentaires ou une aide financière. D'autres projets sont en cours d'étude.

>> Le point sur la collecte à 18h dans l'émission Forum:

Journée de solidarité internationale organisée par la Chaîne du Bonheur [RTS]
Journée de solidarité internationale organisée par la Chaîne du Bonheur / Forum (vidéo) / 1 min. / le 22 octobre 2020

17h00

La durée du service de protection civile prolongée de 2 ans

En raison de la pandémie de Covid-19, le Conseil fédéral a prolongé la durée du service obligatoire pour les membres de la protection civile de 12 à 14 ans. Il s'agit de garantir des effectifs suffisants.

Cette prolongation a été décidée en étroite concertation avec les cantons, a déclaré jeudi Christoph Flury, vice-directeur de l'Office fédéral de la protection civile, sur les ondes de la radio SRF. Cette décision a été prise dans la perspective d'une éventuelle nouvelle vague de coronavirus.

Cela devrait permettre à la protection civile de disposer de suffisamment de personnel pour l'année prochaine. Dans certains cantons, les astreints sont par exemple déployés pour le traçage des contacts. Les chiffres de recrutement étant en baisse depuis des années, les cantons craignent toutefois que le personnel soit bientôt trop peu nombreux.

Durée réduite dans la révision de la loi

Lors de la révision de la loi sur la protection civile, qui entrera en vigueur en 2021, la durée du service avait été réduite de 20 à 12 ans. Mais la Confédération a donc maintenant de nouveau prolongé de deux ans la durée du service obligatoire. Par mesure de précaution, le Parlement avait inclus cette possibilité dans la nouvelle loi.

L'Office fédéral de la protection civile estime qu'environ 6000 personnes par an sont nécessaires pour maintenir l'effectif prévu de 72'000 personnes. Avec l'extension de la durée du service, 10'000 personnes supplémentaires seront à disposition l'année prochaine. Beaucoup devront peut-être être réintégrées, même si elles étaient censées avoir rempli leurs obligations.

16h50

Opérations non urgentes repoussées à Neuchâtel et dans le Jura

Le Réseau hospitalier neuchâtelois (RHNe) va repousser dès lundi les interventions chirurgicales non urgentes pour une durée de sept jours au moins. Une éventuelle prolongation de la mesure, dictée par le besoin croissant en personnel et en lits, sera évaluée en fonction de l'évolution de la situation sanitaire, a indiqué jeudi l'établissement. Les patients concernés par ces reports seront informés ces prochains jours par téléphone, et une nouvelle date leur sera transmise lorsque la situation en lien avec le Covid-19 permettra de les prendre en charge.

S'il se dit conscient de l'impact de cette décision, le RHNe note que face à l'augmentation continue des hospitalisations de malades du Covid-19, la priorité est de pouvoir les soigner dans les meilleures conditions possibles. La montée en puissance du dispositif continuera ces prochaines semaines en fonction de l'évolution de la pandémie.

Chirurgie stationnaire reportée dans le Jura

La forte augmentation du nombre de cas positifs se poursuit, note par ailleurs le RHNe. Jeudi après-midi à 15 heures, il recensait 51 personnes hospitalisées en soins aigus et en réadaptation, dont cinq aux soins intensifs. Le réseau hospitalier compte en outre 15 cas suspects. Ces dernières 24 heures, douze cas positifs et sept cas suspects ont été hospitalisés.

De son côté, l'Hôpital du Jura annonce qu'une grande partie de l’activité chirurgicale stationnaire sera reportée dès la semaine prochaine, sauf les cas urgents ou essentiels. Il maintient en revanche pour l’instant l'activité chirurgicale ambulatoire ainsi que les consultations, les soins et les traitements thérapeutiques.

>> Le point sur le taux d'occupation des hôpitaux en Suisse: Soins intensifs, lits et respirateurs: où en sont les hôpitaux suisses

16h00

Beaucoup d'hospitalisations pour peu de cas, le Covid-19 frappe les seniors

Principales victimes du Covid-19, les seniors représentent la majorité des hospitalisations en ce début de deuxième vague, d'après une analyse de la RTS. La Confédération n'envisage toutefois pas de mesures différenciées par classes d'âges.

Le Covid-19 circule en majorité chez les jeunes. Pourtant, ce sont surtout les seniors qui finissent à l'hôpital. C'est ce que montre une analyse de la RTS à partir de données de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP).

Proportions inverses

Environ 60% des personnes hospitalisées la semaine dernière ont plus de 70 ans, alors qu'ils ne représentent que 10% des nouveaux cas positifs. A l'inverse, la tranche 20-40 ans concentre 40% des nouveaux cas pour seulement 5% des hospitalisations.

Plutôt épargnées cet été quand les cas graves se faisaient rares, les personnes âgées sont à nouveau les plus durement touchées par le virus. La proportion de seniors hospitalisés à cause du Covid-19 s'est accentuée ces dernières semaines, au fur et à mesure que l'épidémie gagnait du terrain.

>> Les statistiques dans le détail: Beaucoup d'hospitalisations pour peu de cas, le Covid-19 frappe les seniors

15h55

La National League de hockey continue au moins jusqu'au 2 novembre

La National League (plus haute division du championnat suisse de hockey sur glace) continuera jusqu'au 2 novembre, soit jusqu'à la pause prévue pour l'équipe nationale, indépendamment du nombre de spectateurs autorisés dans les patinoires, a annoncé jeudi la ligue dans un communiqué.

Elle dit attendre les décisions du Conseil fédéral de mercredi prochain pour prendre d'éventuelles mesures. D'autres décisions pourraient être prises durant la pause de l'équipe nationale, qui doit durer du 2 au 9 novembre.

Pour rappel, l'équipe de Suisse devait aller à Krefeld pour y disputer la Deutschland Cup, mais elle a préféré renoncer à ce tournoi en raison de la situation épidémiologique en Europe. Les clubs étaient en outre peu enclins à libérer leurs joueurs et à les voir se mélanger au sein des sélections nationales.

15h30

Masque obligatoire dans les écoles secondaires à Bâle-Ville et Lucerne

Elèves et enseignants de l'école secondaire devront porter dès lundi prochain un masque durant les cours dans le canton de Bâle-Ville. Les autorités étendent cette mesure déjà valable pour les gymnases/collèges, les écoles professionnelles et les hautes écoles. Le canton de Lucerne avait pris la même décision mercredi. Seuls les élèves des écoles primaires sont épargnés.

Avec l'arrivée de la deuxième vague rapide et aiguë du Covid-19, des premiers cas d'infections liés directement à des contacts en milieu scolaire ont été signalés, invoque le département. En renforçant l'obligation de porter le masque, les autorités veulent éviter d'avoir à fermer les écoles et garantir une bonne protection.

Le département de l'éducation a également annoncé d'autres mesures. Ainsi, aucun camp ne sera organisé jusqu'à la fin de l'année et aucun sport de contact physique ne sera pratiqué durant les cours de gymnastique jusqu'à nouvel avis.

14h35

Lukas Engelberger: "Il faut prendre des mesures immédiatement"

Lors du point de presse du jour, le président de la Conférence des directeurs cantonaux (CDS) de la santé Lukas Engelberger a rappelé la gravité de la situation.

"Il faut prendre des mesures immédiatement", a-t-il lancé, évoquant notamment le port du masque au travail, la limitation des rassemblements et des activités de loisirs. "Le canton du Valais a dû agir et d'autres cantons vont suivre."

"Nous pouvons éviter un confinement mais nous devons ralentir la propagation, le nombre de contacts doit être réduit et nous devons les rendre plus sûrs", a ajouté Lukas Engelberger. L'économie, l'éducation et la vie sociale élémentaire doivent se poursuivre. Mais "nous devons être prêts à renoncer à certains contacts."

Le conseiller d'Etat bâlois a par ailleurs salué l'excellente collaboration avec la Confédération dans la lutte contre la pandémie.

>> Regarder le 19h30 revenir sur la rencontre entre cantons et Confédération jeudi:

Slowdown pour éviter un 2e lockdown. Cantons et Confédération se sont mis d'accord sur des mesures communes contre la pandémie [RTS]
Slowdown pour éviter un 2e lockdown. Cantons et Confédération se sont mis d'accord sur des mesures communes contre la pandémie / 19h30 / 1 min. / le 22 octobre 2020

>> L'analyse de Rouven Gueissaz:

Rouven Gueissaz:"L'ambiance ici à Berne ressemble fortement à celle qu'on a connu en mars." [RTS]
Rouven Gueissaz:"L'ambiance ici à Berne ressemble fortement à celle qu'on a connu en mars." / 19h30 / 1 min. / le 22 octobre 2020

14h30

Alain Berset: "Le Valais a pris le bon chemin"

Le conseiller fédéral Alain Berset a refait un point sur la situation sanitaire en Suisse après avoir rencontré les ministres cantonaux de la santé. "Nous partageons l'analyse qui dit que la situation est sérieuse. Naturellement, cela appelle l'ensemble des acteurs à se poser des questions et apporter des réponses. Les cantons ont déjà beaucoup fait de choses", a-t-il déclaré.

Le ministre est notamment revenu sur le durcissement des mesures en Valais. "Le Valais, canton le plus touché actuellement, a pris des mesures drastiques. Je crois que c'est le bon chemin, c'est ce qu'il faut faire. Ce sont certes des mesures drastiques, mais qui sont très loin de celles du printemps."

D'autres mesures seront toutefois nécessaires, a averti le conseiller fédéral. Le gouvernement consultera au cours des prochains jours les cantons, ce qui doit lui permettre de se pencher sur la situation mercredi prochain.

"Les cantons prennent des mesures dans le domaine qui les concerne, pour leur propre territoire. Ensuite, la Confédération se prépare à prendre elle des mesures pour harmoniser un fond de mesures qui soient les mêmes sur l'ensemble du territoire", a indiqué Alain Berset.

>> Retour sur la deuxième conférence de presse d'Alain Berset en deux jours dans Forum:

Rencontre entre Alain Berset et les cantons pour renforcer les mesures contre le Coronavirus [RTS]
Rencontre entre Alain Berset et les cantons pour renforcer les mesures contre le Coronavirus / Forum (vidéo) / 2 min. / le 22 octobre 2020

13h50

Les assureurs ne couvrent plus les pertes

Les assurances battent en retraite. Après avoir déboursé 760 millions de francs durant le semi-confinement au printemps, les quatre principaux assureurs du pays ont retiré le coronavirus de leur couverture. Le milieu de la gastronomie s'en inquiète alors que de nouvelles restrictions pointent à l'horizon.

>> Le reportage du 12h45:

Les 4 principaux assureurs ont retiré le coronavirus de la couverture d'assurance. Les restaurateurs s'en inquiètent. [RTS]
Les 4 principaux assureurs ont retiré le coronavirus de la couverture d'assurance. Les restaurateurs s'en inquiètent. / 12h45 / 2 min. / le 22 octobre 2020

13h40

Coup dur pour la culture

En Valais, le secteur des loisirs et de la culture a pris un coup de massue avec les nouvelles annonces du Conseil d'Etat. Depuis jeudi, théâtres, cinémas, musées sont fermés, et ce jusqu'à fin novembre.

La cheffe du Service valaisan de la culture Anne-Catherine Sutermeister réagit dans le 12h30.

>> L'interview d'Anne-Catherine Sutermeister:

Interview de Anne-Catherine Sutermeister, cheffe du Service valaisan de la culture. [Editions d'en-bas]Editions d'en-bas
Fermeture de tous les musées en Valais: interview de Anne-Catherine Sutermeister / Le 12h30 / 3 min. / le 22 octobre 2020

13h30

Le KOF anticipe toujours une chute du PIB suisse

Le produit intérieur brut (PIB) devrait se contracter en Suisse de 3,6% en 2020 avant d'enregistrer une croissance de 3,2% l'année prochaine, estime le Centre de recherche conjoncturelles (KOF), si la pandémie de coronavirus ne venait pas à s'aggraver de manière substantielle.

Cependant si la crise sanitaire s'accompagne de nouvelles mesures de restrictions telles que des confinements partiels et des fermetures d'entreprises dans certains secteur, le repli du PIB pourrait s'avérer plus important, avertissent les auteurs de l'étude.

Dans ce scénario, le KOF prévoit pour 2020 une forte chute de 4,9% du PIB et une croissance uniquement de 1,5% l'an prochain

>> Plus d'informations dans notre article: Le PIB suisse devrait chuter au minimum de 3,6% en 2020, selon le KOF

13h00

La présidente schwytzoise, par ailleurs ministre de la santé, en quarantaine

La ministre de la santé et présidente du gouvernement schwytzois se trouve en quarantaine. Petra Steimen-Rickenbacher (PLR) officie désormais en télétravail après qu'un membre de sa famille a été testé positif au coronavirus. Aucun symptôme n'indique pour l'instant que la conseillère d'Etat a été infectée.

La présidente de l'exécutif restera en quarantaine jusqu'au 28 octobre, indique jeudi la Chancellerie d'Etat schwyzoise. Son canton est l'un des plus touchés par la deuxième vague de Covid-19.

12h30

Manifestation illégale contre le port du masque à Lucerne

La police lucernoise a dispersé une manifestation non autorisée devant une école à Ebikon. Une cinquantaine d'adultes protestaient contre la décision du gouvernement cantonal d'élargir l'obligation de porter le masque aux élèves de l'école secondaire. Ils ont violé la nouvelle interdiction de rassemblement spontané réunissant plus de 15 personnes.

Les premiers manifestants sont arrivés sur place à 7h45 et ils étaient au final une cinquantaine, alors que l'ordonnance du Conseil fédéral, valable depuis lundi, limite à 15 le nombre de personnes réunies sans autorisation. Après avoir rappelé cette règle aux manifestants et les avoir appelés à deux reprises à quitter les lieux, la police a dissous le rassemblement vers 9h30.

Les policiers ont contrôlé l'identité des manifestants et les ont dénoncés au Ministère public. Ils ont en outre interpellé une personne pour "rétablir l'ordre et la sécurité publics".

12h15

5256 nouveaux cas

L'Office fédéral de la santé publique a fait état jeudi de 5256 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures. Onze décès sont à déplorer et 106 malades ont été hospitalisés.

Le taux de positivité est de 19,80%, contre 19,75% mercredi. Durant les dernières 24 heures, les résultats de 26'537 tests conventionnels ont été transmis, indique l'OFSP. Sur les deux dernières semaines, le pays compte 434,8 nouvelles infections pour 100'000 habitants.

Depuis le début de la pandémie, 97'019 cas de contamination au Covid-19 ont été confirmés en laboratoire sur un total de 1'701'377 tests effectués en Suisse et au Liechtenstein. Le total des décès s'élève à 1867 et le nombre de personnes hospitalisées atteint 5721.

Le pays dénombre par ailleurs 13'513 personnes en isolement et 17'479 individus faisant partie de leurs contacts ont été mis en quarantaine. S'y ajoutent 15'826 autres personnes revenant de voyage d'un pays à risque et qui ont dû aussi passer par la case de la quarantaine.

12h00

Les cantons latins demandent un durcissement des mesures

Les cantons latins plaident pour un durcissement et une harmonisation des mesures anti-Covid. Ils l'ont fait savoir jeudi matin dans un communiqué avant leur rencontre avec Alain Berset.

Concrètement, les ministres cantonaux de la santé recommandent l’adoption à très brève échéance de toute une série de restrictions supplémentaires dans l’espoir de pouvoir éviter le confinement, notamment l'interdiction des manifestations et des rassemblements publics et privés au-delà de 10 personnes.

Les cantons recommandent par ailleurs la fermeture des établissements publics à 23h00 et la limitation du nombre de personnes par table. Ils plaident aussi pour l’interdiction des sports de contact amateurs et des danses de salon, tout comme pour l’obligation du port du masque dans les chorales. Ils suggèrent enfin de limiter à 1000 spectateurs la tenue des compétitions sportives professionnelles.

>> Ecouter le sujet du 12h30:

 

Le conseiller fédéral Alain Berset. [Peter Schneider - Keystone]Peter Schneider - Keystone
Covid-19: les ministres cantonaux latins de la santé veulent durcir les mesures / Le 12h30 / 3 min. / le 22 octobre 2020

Ces mesures se rapprochent de celles décidées mercredi par le Valais et s'inspirent de celles déjà prises par Berne. Par ailleurs, les ministres cantonaux latins préconisent aussi une limitation et un encadrement strict des visites dans les EMS et les hôpitaux, mais pas d'interdiction.

Il est aussi suggéré de rendre obligatoire le port du masque lors de marchés et de foires, tout comme la consommation assise et le traçage de la clientèle. Les cantons appellent encore les milieux de l'éducation à renforcer leurs plans de protection.

>> Autant de mesures qui seront soumises ce jeudi à Alain Berset, qui donnera une conférence de presse à 13h45, à suivre en direct sur RTS Deux et sur cette page.

11h45

L'Hôpital fribourgeois renforce son dispositif

L’Hôpital fribourgeois (HFR) se prépare à faire face à la recrudescence des hospitalisations en lien avec le Covid-19. Le personnel des soins intensifs et de médecine interne a été renforcé.

"Le nombre de personnes contaminées prises en charge à l’HFR est passé de 13 à 60, en l’espace de dix jours", a indiqué jeudi l'institution. Les soins intensifs accueillent cinq patients Covid dont trois ventilés, contre un il y a dix jours.

A l’heure actuelle, six lits sont encore disponibles dans ce service et la gestion des lits libres en médecine interne reste tendue étant donné que l’hôpital poursuit son activité normale. "Une situation d’autant plus délicate que l’hôpital se trouve également confronté à une augmentation des absences pour cause de maladie ou de quarantaine au sein du personnel", a-t-il précisé.

>> Ecouter le sujet du 12h30:

L’hôpital fribourgeois va répartir les patients du coronavirus vers d’autres sites. [Anthony Anex - Keystone]Anthony Anex - Keystone
L'Hôpital fribourgeois prend des mesures face à la deuxième vague / Le 12h30 / 1 min. / le 22 octobre 2020

Face à cette évolution, le personnel des soins intensifs et de médecine interne a été renforcé d’une trentaine de personnes, permettant ainsi d’augmenter de 26 le nombre de lits (médecine interne et soins intensifs). De plus, le pool de remplacement pour le personnel soignant a été doublé pour faire face à la deuxième vague. Une campagne de recrutement de personnel soignant est actuellement en cours.

L’HFR a également fait une demande pour bénéficier du soutien de la protection civile, notamment pour l’aide aux soins et le transport des patients.

>> Les explications de Marc Devaud, directeur général de l'Hôpital fribourgeois, dans le 12h45:

Marc Devaud, directeur général de l'Hôpital fribourgeois, tire la sonnette d'alarme. [RTS]
Marc Devaud, directeur général de l'Hôpital fribourgeois, tire la sonnette d'alarme. / 12h45 / 2 min. / le 22 octobre 2020

11h30

L'automatisation du travail s'accélère

La pandémie de Covid-19 a accéléré les mutations du monde du travail déjà à l'oeuvre, selon un rapport publié mercredi par le Forum économique mondial (WEF). D'ici cinq ans, le temps de travail sera réparti à part égale entre machines et êtres humains.

"Des projets qui, peut-être, étaient planifiés pour 2021-2022 ont été anticipés", explique l'un des participants à cette étude, Antonio Russo, jeudi dans La Matinale. "Nous voyons également une accélération de projets digitaux", constate cet associé du cabinet Deloitte. "Par exemple dans l'industrie pharmaceutique, les représentants de vente ont beaucoup plus de difficultés à rencontrer certains médecins et hôpitaux. Donc ils s'appuient sur des technologies digitales pour avoir les interactions qu'ils avaient dans le passé de manière personnelle."

>> Plus d'informations: L'automatisation du travail s'accélère sous l'effet de la pandémie

11h00

"Si on nous annonce un vaccin, le domaine des loisirs va repartir à vitesse grand V"

Outre les bistrots qui doivent fermer dès 22 heures en Valais, les boîtes de nuit, les piscines, les fitness mais encore les musées, cinémas et théâtres sont désormais contraints de cesser leurs activités au moins jusqu’au 30 novembre prochain.

C'est un nouveau coup dur pour le domaine des loisirs dans son ensemble, explique dans La Matinale Olivier Di Natale, fondateur et patron de GénéralMédia qui édite du contenu multimédia dans le milieu des loisirs, et qui travaille avec de nombreux clients valaisans.

"Nous avons par exemple des campagnes publicitaires sur le site loisirs.ch qui sont en train de tourner. Dans la demi-heure qui a suivi cette annonce, nous avons eu une dizaine de personnes qui nous ont téléphoné pour les annuler. Cela a été instantané", déplore-t-il, regrettant que le domaine des loisirs ne possède pas de faîtières à Berne pour défendre ses intérêts.

Pour lui, le secteur qui souffre le plus, et qui souffrira encore de cette situation dans les prochains mois, reste les loisirs indoor qui peinent le plus à se réinventer, à l’instar des cinémas. "Le public est là, mais il n’y a pas les films ou blockbusters qui drainent les gens vers les cinémas."

Quoi qu'il en soit, pour lui, l’humain veut retrouver ses loisirs. Pour ce faire, seule la piste de la mise au point rapide d’un vaccin serait la solution. "Si on nous annonce un vaccin, tout va repartir à vitesse grand V. Les gens veulent vivre."

>> Regarder l'interview complète de Olivier Di Natale:

Olivier Di Natale, fondateur et patron de Generalmedia revient sur les décisions du canton du Valais (vidéo) [RTS]
Olivier Di Natale, fondateur et patron de Generalmedia revient sur les décisions du canton du Valais (vidéo) / L'invité-e d'actualité / 8 min. / le 22 octobre 2020

10h50

L'Allemagne déconseille de se rendre en Suisse

L'Allemagne recommande d'éviter les séjours non essentiels en Suisse et a placé le pays sur sa liste des zones à risque. L'Irlande, la Pologne, presque toute l'Autriche et une grande partie de l'Italie sont aussi concernées par ces avis aux voyageurs, qui seront valables à partir de samedi. Toute personne entrant en Allemagne depuis la Suisse sera mise en quarantaine à partir de samedi prochain.

Plusieurs cantons avaient déjà été placés sur la liste des zones à risque. Vaud et Genève avaient été les premiers le 9 septembre dernier. La semaine passée, elle comptait au total dix cantons: Genève, Vaud, Fribourg, Jura, Neuchâtel, Nidwald, Uri, Schwyz, Zoug et Zurich.

Cette classification comme zone à risque et les conseils aux voyageurs du ministère fédéral des Affaires étrangères n'impliquent pas une interdiction de voyager, mais ils sont destinés à avoir un effet dissuasif maximal sur les touristes.

Le regain de l'épidémie de Covid-19 en Allemagne rend la situation "très grave", a averti jeudi l'autorité sanitaire de référence. Le pays a enregistré un nouveau record de nouvelles infections, avec 11'287 cas supplémentaires en 24 heures, selon des chiffres publiés jeudi.

>> Pour en savoir plus sur la situation internationale: Strasbourg renonce à son marché de Noël - Le suivi du Covid-19 dans le monde

10h40

Simonetta Sommaruga: "Il faut agir maintenant"

Malgré des mesures drastiques prises dans certains cantons pour endiguer la propagation du coronavirus, il n'est pas exclu que de nouvelles décisions au niveau fédéral soient prises prochainement, a expliqué Simonetta Sommaruga dans La Matinale.

>> Plus d'informations dans notre article: "Si on veut éviter que la situation ne s'aggrave, il faut agir maintenant"

La présidente de la Confédération en est consciente: les Suisses sont fatigués de la pandémie et des nouvelles mesures récemment imposées. Que ce soit par leurs cantons respectifs ou par la Confédération. "On espérait tous pouvoir rentrer dans l’hiver sans cette nouvelle augmentation du nombre de cas. Je comprends que la population n’en ait pas envie", compatit-elle.

Mais Simonetta Sommaruga le clame haut et fort: il ne faut surtout pas lâcher. "Si on veut éviter que la situation ne s'aggrave, il faut agir maintenant."

>> L'interview de Simonetta Sommaruga dans La Matinale:

L'invitée de La Matinale (vidéo) - Simonetta Sommaruga, présidente de la Confédération [RTS]
L'invitée de La Matinale (vidéo) - Simonetta Sommaruga, présidente de la Confédération / L'invité-e de La Matinale (en vidéo) / 12 min. / le 22 octobre 2020

10h00

S'appuyer sur les épidémies du passé

La pandémie de coronavirus s’étend à nouveau, après la première vague du printemps dernier. Comment et pourquoi des vagues plus ou moins hautes se succèdent? Pour le savoir, des scientifiques se sont penchés sur des épidémies passées.

En l'occurrence, les chercheurs se sont intéressés aux successives vagues de peste entre le 14e et le 17e siècle. Le premier pic a été atteint en 1348. On estime qu’un tiers de la population européenne a alors disparu. Le second pic est survenu 300 ans plus tard, en 1665.

Pour se faciliter les choses, les scientifiques, issus de l'Université canadienne McAster, se sont contentés d'analyser le cas de Londres, la plus grande ville du monde à l'époque et aussi la plus touchée par ces deux vagues de peste. Au 14e siècle, le nombre de personnes infectées doublait tous les 43 jours. Au 17e siècle, il doublait tous les 11 jours.

>> La chronique scientifique de Silvio Dolzan:

La chronique scientifique (vidéo) - Les épidémies du passé [RTS]
La chronique scientifique (vidéo) - Les épidémies du passé / La chronique scientifique / 3 min. / le 22 octobre 2020

09h45

Les clubs valaisans touchés de plein fouet

Le FC Sion, le HC Sierre et le HC Viège sont impactés de plein fouet par le serrage de vis du gouvernement valaisan. Désormais, les trois clubs professionnels ne pourront plus accueillir de public lors de leurs rencontres à domicile.

Alors que la situation sanitaire se dégrade jour après jour, la question de la poursuite de la saison se pose. Le directeur du HC Viège, Sébastien Pico, regrette l'absence totale de dialogue avec les autorités au moment où de telles décisions sont prises.

"Le mot d'ordre aujourd'hui, c'est de pouvoir tenir le plus longtemps possible. Le HC Viège sera solidaire pour maintenir le championnat tout en sachant qu'il est en danger précaire par rapport aux conséquences économiques. On joue tout simplement la survie", déclare-t-il.

Le HC Sierre et le FC Sion en quarantaine

Le HC Sierre est désormais en quarantaine. Plusieurs cas positifs au Covid-19 ont été découverts mercredi, annonce "Le Nouvelliste". Dès lors, le médecin cantonal n'a pas eu d'autre choix que d'ordonner la mise en quarantaine de toute l'équipe jusqu'au 30 octobre.

De son côté, le FC Sion est aussi touché par l'épidémie. L'ensemble de l'équipe a été placée en quarantaine par le médecin cantonal à la lecture des résultats des tests effectués mardi.

>> Les réactions dans La Matinale:

Le HC Sierre est en quarantaine jusqu'au 30 octobre. [Cyril Zingaro - Keystone]Cyril Zingaro - Keystone
Les mesures prises par le canton du Valais ont un impact direct sur le sport / La Matinale / 2 min. / le 22 octobre 2020

09h30

L'origine des contaminations souvent inconnue

Où et quand les contaminations au coronavirus ont-elles lieu? Selon Didier Trono, chef du laboratoire de virologie et génétique de l'EFPL, "80% des sources d'infection sont inconnues", a-t-il déclaré mardi dans Forum.

Les cantons qui s’occupent du traçage des contacts font le même constat. Une grande proportion des personnes qu'ils appellent ne savent pas où et quand elles ont été infectées, soit 30% à 40% dans le canton de Berne et 25% à 50% à Neuchâtel.

Vaud, qui ne donne pas de chiffres, parle aussi de statistiques lacunaires actuellement, parce qu'il est difficile de remonter à la source, surtout pour les cas individuels dispersés.

En ce moment, les sources de contamination peuvent être multiples. "La probabilité de rencontrer le virus devient énorme. On a presque un tiers de nos tests qui sont positifs. Il y a un effet qui est lié aux caractéristiques de l'épidémie exponentielle", explique Claude-François Robert, médecin cantonal neuchâtelois.

>> Les explications dans La Matinale:

Un patient testé dans un hôpital de Bâle-Campagne, le 16 mars 2020. [Ennio Leanza - Keystone]Ennio Leanza - Keystone
L'origine des contaminations au coronavirus souvent inconnue / La Matinale / 1 min. / le 22 octobre 2020

09h00

Port du masque obligatoire dans les entreprises valaisannes

Le port du masque est désormais obligatoire dans les entreprises valaisannes. Face à la progression du virus dans le canton, les autorités ont décidé mercredi d'imposer son utilisation en permanence sur les lieux de travail clos. Cela concerne les administrations publiques, mais aussi les entreprises privées. Les personnes travaillant seules ne sont pas concernées.

Hubert Gattlen dirige la section valaisanne de la Fédération des entreprises romande. Vu la situation sanitaire en Valais, il comprend cette décision.

"Notre réaction est d'abord une réaction de surprise et de regret. Mais aussi avec une certaine résignation, cette mesure est à mettre en parallèle avec le personnel de vente de nos magasins qui eux ont déjà cette contrainte de porter un masque toute la journée", indique-t-il.

>> Les explications dans La Matinale:

Le masque sera obligatoire dans tous les espaces publics clos. [Jean-Christophe Bott - Keystone]Jean-Christophe Bott - Keystone
Le port du masque obligatoire dans les entreprises valaisannes / La Matinale / 1 min. / le 22 octobre 2020

08h25

Genève temporise

Le gouvernement genevois temporise face au Covid-19. Si plusieurs représentants du Conseil d'Etat se sont présentés face à la presse mercredi, qualifiant la situation d'inquiétante dans le canton, ils n'ont rien annoncé de nouveau au niveau sanitare.

Le conseiller d'Etat Mauro Poggia a expliqué vouloir attendre une séance prévue jeudi avec le comité de la conférence des directrices et directeurs cantonaux de la santé, dont il fait partie, une séance en présence du conseiller fédéral Alain Berset.

Cette posture a toutefois surpris certains élus cantonaux, à l'image du député et médecin PDC Bertrand Buchs: "Tout le monde s'attendait à des décisions assez fortes (...) alors que les hôpitaux nous disent que c'est la catastrophe. Je ne comprends pas."

Pour lui, il s'agit soit d'un désaccord au sein du Conseil d'Etat sur les décisions à prendre, soit d'une décision d'attendre les mesures de la Confédération. Et d'exiger des décisions rapides et pas une remise à la semaine prochaine.

>> L'interview de Bertrand Buchs dans La Matinale:

Le député Bertrand Buchs, membre de la commission de gestion et l'auteur de ce nouveau rapport. [Anthony Anex - Keystone]Anthony Anex - Keystone
Les autorités genevoises n'ont annoncé aucune nouvelle mesure / La Matinale / 1 min. / le 22 octobre 2020

Au final, des mesures pourraient être annoncées prochainement à Genève, et peut-être déjà cette fin de semaine.

08h10

Journée de collecte de la Chaîne du Bonheur

Face aux conséquences sociales de cette crise sanitaire qui s'étale sur la durée, les Suisses font preuve de générosité. Depuis le début de la pandémie en mars dernier, la Chaîne du Bonheur a déjà récolté 42 millions de francs en faveur des personnes touchées par la précarité en Suisse. Quelque 85% de cette somme ont déjà été redistribués et plus d’une centaine d’organisations ont déjà bénéficié de ce soutien.

Jeudi, la Chaîne du Bonheur lance une nouvelle opération d’entraide, destinée cette fois aux pays les plus touchés par la pandémie.

>> Lire aussi: Journée nationale de solidarité de la Chaîne du Bonheur face au Covid-19

>> Voir le reportage du 19h30:

La Chaîne du Bonheur a déjà récolté 42 millions de francs en faveur des personnes précarisées par la crise du Covid-19 en Suisse. [RTS]
La Chaîne du Bonheur a déjà récolté 42 millions de francs en faveur des personnes précarisées par la crise du Covid-19 en Suisse. / 19h30 / 2 min. / le 21 octobre 2020

Les dons peuvent être faits en ligne sur le site internet de la Chaîne du Bonheur ou par virement bancaire sur le compte postal 10-15000-6 avec la mention "Coronavirus International". De plus, un numéro de téléphone gratuit (0800 87 07 07) est ouvert pour recueillir les promesses de dons.

08h00

Neuchâtel étudie des mesures proches de celles prises par le Valais

Invité sur le plateau de l'émission Infrarouge mercredi soir, le conseiller d'Etat socialiste Laurent Kurth, en charge du Département des finances et de la santé neuchâtelois, a laissé entrevoir que le canton pourrait prendre rapidement des mesures similaires à celles prises en Valais.

Des mesures similaires à celles du Valais étudiées à Neuchâtel [RTS]
Des mesures similaires à celles du Valais étudiées à Neuchâtel / L'actu en vidéo / 2 min. / le 21 octobre 2020

"Des mesures du type de celles qu'a annoncées le Valais sont à l'étude. Je ne vous aurais pas annoncé ça il y a deux jours. Les choses vont très vite. On a mangé en une journée la moitié de nos réserves sur le plan de la capacité hospitalière", a-t-il confié, ajoutant que, comme les autres, Neuchâtel "cherche une altitude de vol à laquelle il n'y a pas trop de turbulences".

Selon des données compilées par la RTS mercredi, le canton compte 10 lits de soins intensifs. Neuf sont déjà occupés, dont quatre par des malades du Covid-19.

>> Les chiffres de la RTS sur le taux d'occupation des hôpitaux: Soins intensifs, lits et respirateurs: où en sont les hôpitaux suisses

07h45

Les hôpitaux se préparent

A Genève comme dans d'autres cantons romands, on se réorganise face à l'augmentation des cas de coronavirus. Les HUG cesseront les opérations non urgentes dès demain ou après-demain pour libérer des ressources humaines et des lits.

>> Voir le reportage du 19h30

Les hôpitaux romands s'organisent face à la deuxième vague de Covid-19. [RTS]
Les hôpitaux romands s'organisent face à la deuxième vague de Covid-19. / 19h30 / 2 min. / le 21 octobre 2020

07h30

Le point sur l'utilisation des soins intensifs

Après les contaminations, les hospitalisations ont pris l'ascenseur. Mercredi, plus de 950 malades du coronavirus étaient hospitalisés en Suisse. Les hôpitaux arrivent-ils à gérer l'afflux de patients? Y a-t-il suffisamment de lits? Vont-ils être débordés?

Pour répondre à ces questions, une équipe de chercheurs de l'Ecole polytechnique fédérale de Zurich (ETHZ) a développé un système de surveillance. Celui-ci se concentre sur les unités de soins intensifs, dont les lits sont moins nombreux et demandent davantage de personnel et matériel. Le but: prévoir l'évolution du nombre de patients grâce aux données collectés par l'armée suisse et, si nécessaire, déplacer de nouveaux malades vers d'autres hôpitaux.

Mercredi, une centaine de patients Covid-19 étaient pris en charge aux soins intensifs. Avec les quelque 600 personnes présentes pour d'autres pathologies, le taux d'occupation se montait à 66%.

Bien qu'il ait doublé début octobre, le nombre de malades aux soins intensifs pour cause de Covid-19 reste encore loin des chiffres atteints lors de la première vague. A noter que les patients dont la santé se dégrade sont admis aux soins intensifs en général après 5 à 10 jours d'hospitalisation.

Pour plus de détails: Soins intensifs, lits et respirateurs: où en sont les hôpitaux suisses

07h15

L'éventuel reconfinement pourrait être partiel et mieux planifié

Interrogé par un journaliste sur l'instauration d'un nouveau semi-confinement pour endiguer la propagation du coronavirus, Alain Berset a indiqué que la mesure est "une partie du scénario qui existe".

"On cherche le bon chemin. On n'est pas encore dans la situation où on doit envisager cette mesure, mais cela peut changer très vite. Cela dépendra de ce qui va se passer dans les prochains jours. Si rien ne se passe dans l'intervalle, c'est évidemment le point suivant qui arrive. Mercredi prochain, le Conseil fédéral va se pencher sur cette question", a ajouté le conseiller fédéral.

>> L'interview d'Alain Berset dans le 19h30:

Alain Berset : "Nous sommes prêts à prendre d'autres mesures" [RTS]
Alain Berset : "Nous sommes prêts à prendre d'autres mesures" / 19h30 / 3 min. / le 21 octobre 2020

Si un confinement était décidé, il pourrait s'agir d'un confinement partiel, par secteurs et défini dans le temps. Mieux planifié, il aurait l'avantage d'être moins ruineux pour la vie économique.

"L'avantage, si on peut planifier et annoncer à l'avance, c'est que tout le monde peut se préparer. Par exemple, les restaurateurs peuvent reporter leurs commandes", a expliqué Aymo Brunetti, économiste à l'Université de Berne et membre de la task force Covid, dans le 19h30.

Mais avant d'instaurer ce "lockdown" partiel, le Conseil fédéral pourrait prendre d'autres mesures: "Limiter les grandes manifestations, l'ouverture des boîtes de nuit et des bars, peut-être introduire l'enseignement à distance dans les hautes écoles et les  écoles secondaires. Ces choses-là touchent fortement certains secteurs, certes, mais pas beaucoup l'économie dans son ensemble. Ce n'est qu'ensuite qu'il pourrait falloir recourir au confinement partiel", estime Aymo Brunetti.

Le Conseil fédéral pourrait annoncer de nouvelles mesures le 28 octobre, a indiqué ce mercredi Alain Berset.

>> Son interview dans le 19h30:

Face à l'ampleur de la deuxième vague, l'idée d'un confinement partiel fait son chemin. [RTS]
Face à l'ampleur de la deuxième vague, l'idée d'un confinement partiel fait son chemin. / 19h30 / 1 min. / le 21 octobre 2020

07h00

Mesures drastiques en Valais et renforcement dans plusieurs cantons

Plusieurs cantons ont annoncé mercredi de nouvelles mesures pour stopper la deuxième vague de la pandémie de Covid-19. C'est le Valais, canton le plus touché par les nouvelles infections au cours des 14 derniers jours, qui a pris les mesures les plus sévères. Elles entreront en vigueur dès jeudi et doivent perdurer jusqu'au 30 novembre.

Les rassemblements privés et publics de plus de 10 personnes sont désormais interdits. La mesure concerne tant les fêtes d'anniversaire à domicile que les matchs de football, qui auront donc lieu à huis clos. Tous les lieux de divertissements devront, eux, fermer leur porte, des musées aux salles de sport en passant par les cinémas et autres bibliothèques. Quant aux restaurants et bars, ils pourront rester ouverts mais devront tirer le rideau à 22 heures. Le port du masque est en outre obligatoire en permanence sur les lieux de travail clos.

>> Voir le sujet du 19h30:

Face à l'explosion des cas de Covid-19, le Valais annonce de nouvelles mesures. [RTS]
Face à l'explosion des cas de Covid-19, le Valais annonce de nouvelles mesures. / 19h30 / 1 min. / le 21 octobre 2020

>> Explications et interview du conseiller d'Etat Frédéric Favre dans Forum:

Covid-19 : Le Valais prend des mesures drastiques [RTS]
Covid-19 : Le Valais prend des mesures drastiques / Forum (vidéo) / 5 min. / le 21 octobre 2020

>> Les précisions d'Anne-Catherine Sutermeister, dans le 12h30:

Interview de Anne-Catherine Sutermeister, cheffe du Service valaisan de la culture. [Editions d'en-bas]Editions d'en-bas
Fermeture de tous les musées en Valais: interview de Anne-Catherine Sutermeister / Le 12h30 / 3 min. / le 22 octobre 2020

Parmi les autres cantons ayant annoncé des mesures qui vont au-delà de celles prises dimanche par la Confédération figure notamment Bâle-Ville, qui emboîte le pas au canton de Berne et interdit les événements rassemblant plus de 1000 personnes (matchs de foot et hockey compris).

A Soleure, les bars et boîtes de nuit devront fermer à 1h du matin. Les employés de la Ville de Zurich et du canton du Tessin, eux, devront porter un masque sur leur lieu de travail.

Genève, enfin, envisage de renforcer ses mesures la semaine prochaine. Les HUG, comme au printemps, se transforment en hôpital dédié au Covid. Seules les opérations chirurgicales urgentes sont maintenues. Les interventions non essentielles sont suspendues.

>> Plus de détails dans notre article: Canton par canton, la liste des nouvelles mesures anti-Covid-19

>> Le point sur la situation dans les cantons dans Forum:

Pas de nouvelles mesures dans les autres cantons romands [RTS]
Pas de nouvelles mesures dans les autres cantons romands / Forum (vidéo) / 2 min. / le 21 octobre 2020

06h45

Alain Berset: "Il est probable que nous prenions d'autres mesures mercredi prochain"

Le conseiller fédéral Alain Berset a fait le point sur l'épidémie de coronavirus en Suisse lors d'une conférence de presse.

"La situation se dégrade vite, plus vite que l'on pouvait l'imaginer. Selon la task force scientifique, les cas doublent chaque semaine. Et pas seulement les cas positifs aux tests, mais aussi les hospitalisations. C'est ce qui nous préoccupe le plus. Si ce chiffre double chaque semaine, ça peut devenir extrêmement problématique", a indiqué le ministre de la santé.

>> Un extrait de l'intervention du ministre de la santé:

Le conseiller fédéral Alain Berset. [Peter Schneider - Keystone]
Alain Berset: "nous avons une situation qui se dégrade rapidement" / L'actu en vidéo / 1 min. / le 21 octobre 2020

Ce dernier a ajouté que la situation en Suisse s'est aggravée très rapidement. "Il y a trois semaines, nous avions une situation qui était l'une des meilleures sur le continent européen. Trois semaines plus tard, nous avons une des plus mauvaises. Rien que cela doit nous interpeller", a-t-il déclaré.

Alain Berset a annoncé que de nouvelles mesures pourraient être prises prochainement au niveau fédéral. "Si les mesures annoncées dimanche et surtout toutes les mesures prises par les cantons ne montrent pas clairement une inflexion de ces chiffres la semaine prochaine, nous nous préparons à prendre mercredi prochain toute une série de mesures complémentaires, dans les domaines des établissements publics, des rassemblements de personnes, des manifestations privées ou publiques. Il est donc tout à fait possible, c'est même un chemin qui m'a l'air assez probable ou vraisemblable, que mercredi prochain le Conseil fédéral prenne d'autres mesures."

06h30

La Suisse compte 5596 cas supplémentaires

La Suisse compte mercredi 5596 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures, selon les chiffres de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). Onze décès supplémentaires sont à déplorer et 115 malades ont été hospitalisés.

Durant les dernières 24 heures, les résultats de 28'328 tests conventionnels - un record - ont été transmis, indique l'OFSP. Le taux de positivité s'élève à 19,75%.

Sur les deux dernières semaines, le pays compte 389,6 nouvelles infections pour 100'000 habitants.

Depuis le début de la pandémie, 91'763 cas de contamination au Covid-19 ont été confirmés en laboratoire sur un total de 1'674'840 tests effectués en Suisse et au Liechtenstein. Le total des décès s'élève à 1856 et le nombre de personnes hospitalisées atteint 5615.

06h15

Retour sur la journée de mercredi

Le conseiller fédéral Alain Berset a annoncé que Berne pourrait prendre de nouvelles mesures dès mercredi prochain pour endiguer la propagation du coronavirus. "La situation se dégrade plus vite que l'on pouvait l'imaginer", a-t-il déclaré.

Le canton du Valais a pris des mesures fortes et d'autres pourraient suivre son exemple ces prochains jours.

>> Lire aussi: Alain Berset: "Il est probable que nous prenions d'autres mesures mercredi prochain"

06h00

Le dossier complet

Retrouvez dans notre dossier toutes les informations, toutes les analyses et toutes les émissions consacrées au coronavirus.

Le dossier consacré à l'épidémie de coronavirus