Bannière 27 septembre [Keystone]
Publié Modifié

Les avions de combat acceptés d'un cheveu, la loi sur la chasse et l'initiative de limitation rejetées

- Le crédit pour de nouveaux avions de combat a été accepté d'un cheveu lors des votations fédérales de dimanche. Le oui atteint au final 50,1%, soit une avance de seulement 8000 voix. Si des cantons comme Genève, Vaud, Neuchâtel, le Jura, Fribourg, Bâle et le Tessin ont rejeté le texte, c'est en revanche oui en Valais, à Berne, à Zurich, à Lucerne ou dans les Grisons.

- Les Suisses ont rejeté l'initiative de limitation de l'UDC à la majorité des cantons et à 61,7% des voix. Tous les cantons ont dit non, Romands en tête, à l'exception du Tessin, de Schwyz, de Glaris et d'Appenzell Rhodes-Intérieures.

- Concernant le congé paternité, c'est un oui à 60,3% qui est sorti des urnes, avec une nette adhésion dans tous les cantons romands, ainsi que Bâle, Zurich et le Tessin et des rejets en Suisse centrale et orientale.

- C'est en revanche non pour la loi sur la chasse, finalement rejetée par 51,9% des voix. L'acceptation est massive en Valais et dans les Grisons, alors que Fribourg dit oui du bout des lèvres. Genève, Vaud, Neuchâtel, le Jura, Berne, Zurich et Bâle ont notamment rejeté le texte.

- Les votants ont enfin refusé à 63,2% la modification de la loi fédérale sur l'impôt direct pour les déductions des frais de garde. Tous les cantons ont dit non à l'exception de Genève, d'un cheveu, et du Tessin.

- La participation s'est élevée à 59%, un résultat au-dessus de la moyenne.

- Au niveau cantonal, les Genevois ont dit oui au salaire minimum et à la suppression de 4000 places de parc.

- Au niveau communal, les citoyens de Montreux ont décidé de sauver le Centre de congrès et ceux d'Echallens ont accepté la création d'un gymnase, alors que le projet du Parc des sports est refusé à Morges.

Suivi assuré par Katharina Kubicek, Guillaume Martinez et Frédéric Boillat

21h50

Un long suspense pour les avions

Le suspense a tenu jusqu’au bout de l’après-midi pour les avions de combat avec finalement un oui du bout des lèvres pour cet achat à 6 milliards.

Par rapport au rejet du Gripen il y 6 ans, trois cantons basculent dans le camp du oui: Valais, Berne et Zurich. Le reste de la Suisse romande, les deux Bâles et le Tessin disent toujours non.

>> Les réactions des gagnants et des perdants dans le 19h30:

Long suspens dans l'attente des résultats pour l'acquisition des nouveaux avions de combat. [RTS]
Long suspens dans l'attente des résultats pour l'acquisition des nouveaux avions de combat. / 19h30 / 2 min. / le 27 septembre 2020

Ce résultat est aussi une victoire personnelle pour la ministre valaisanne Viola Amherd.

>> Le point dans le 19h30:

Nouveaux avions de combat: victoire sur le fil de la conseillère fédérale Viola Amherd. [RTS]
Nouveaux avions de combat: victoire sur le fil de la conseillère fédérale Viola Amherd. / 19h30 / 2 min. / le 27 septembre 2020

21h30

La loi sur la chasse a cristallisé les tensions en Valais

En Valais plus qu’ailleurs, les débats ont fait rage concernant la loi sur la chasse et les tensions ne vont pas s'apaiser en ce dimanche soir.

>> Le reportage en Valais dans le 19h30:

La loi sur la chasse ne sera pas modifiée. [RTS]
La loi sur la chasse ne sera pas modifiée. / 19h30 / 2 min. / le 27 septembre 2020

Pour les chasseurs, ce résultat démontre clairement une incompréhension entre zones urbaines et zones de montagne.

Quant aux vainqueurs, la prochaine cible est d'élaborer une nouvelle loi qui protégerait toutes les espèces menacées.

>> L'interview de Christophe Clivaz (Verts/VS) dans le 19h30:

Christophe Clivaz "Les questions climatiques et de la biodiversité ont été très présentes dans ce scrutin" [RTS]
Christophe Clivaz "Les questions climatiques et de la biodiversité ont été très présentes dans ce scrutin" / 19h30 / 1 min. / le 27 septembre 2020

21h00

L'UDC désavouée

Le rejet de l'initiative UDC de limitation est aussi une victoire pour les milieux économiques et la gauche. C'est le succès d'une vaste alliance contre l’UDC.

>> Leurs réactions dans le 19h30:

Non à l'initiative de limitation: une victoire des milieux économiques et de la gauche. [RTS]
Non à l'initiative de limitation: une victoire des milieux économiques et de la gauche. / 19h30 / 1 min. / le 27 septembre 2020

Le Conseil fédéral se félicite également de ce résultat. "Ce verdict est celui de la continuité de la voie bilatérale, de la stabilité des relations avec l'Union européenne et en faveur de la prospérité et des places de travail en Suisse", a commenté la ministre Karin Keller-Sutter dans le 19h30.

>> L'interview de Karin Keller-Sutter dans le 19h30:

Karin Keller-Suter "Ce verdict du peuple suisse est aussi un verdict pour la continuation de la voie bilatérale" [RTS]
Karin Keller-Suter "Ce verdict du peuple suisse est aussi un verdict pour la continuation de la voie bilatérale" / 19h30 / 3 min. / le 27 septembre 2020

Mais ce verdict est aussi et avant tout une défaite pour l'UDC, partie seule au combat dans cette votation. Selon les élus du parti, une campagne difficile par temps de Covid, seuls contre tous, peut expliquer ce revers.

>> Les précisions du 19h30 sur la défaite de l'UDC:

Initiative de limitation: l'UDC désavouée [RTS]
Initiative de limitation: l'UDC désavouée / 19h30 / 1 min. / le 27 septembre 2020

20h00

L'exécutif biennois conserve sa majorité rose-verte

La Ville de Bienne conserve sa majorité rose-verte à l'exécutif avec deux socialistes, une écologiste, une PLR et un UDC. Il y a désormais une majorité de femmes au Conseil municipal. Les francophones, qui représentent 43% de la population, gardent deux élus sur cinq. Le législatif bascule à gauche.

Il n'y a pas eu de surprises lors de la proclamation des résultats en début de soirée devant une assistance masquée en raison des mesures de prévention. Cette élection a débouché sur un statu quo au niveau de la couleur politique et de la représentation des conseillers municipaux francophones.

Le socialiste Erich Fehr, qui a été confirmé à la mairie, a obtenu 6670 voix. Il devance sa collègue de parti Glenda Gonzalez Bassi avec 6165 voix. L'écologiste Lena Frank obtient 6043 voix, l'UDC Beat Feurer 5236 voix et la PLR Silvia Steidle 3709.

>> Les explications du 19h30:

Décryptage des élections communales de Bienne. [RTS]
Décryptage des élections communales de Bienne. / 19h30 / 1 min. / le 27 septembre 2020

>> Lire aussi: L'exécutif biennois conserve sa majorité rose-verte et se féminise

19h30

Poussée écologiste à Schaffhouse

Une vague verte a déferlé sur Schaffhouse. Les partis écologistes ont réalisé les poussées les plus importantes lors de l'élection du Parlement cantonal. UDC, PS et PLR sont les perdants du scrutin.

Grands vainqueurs de cette élection, les Vert'libéraux et les Verts obtiennent chacun 5 sièges et peuvent désormais former des groupes parlementaires. L'UDC, le PS et le PLR perdent chacun un fauteuil. Le PEV gagne également un mandat.

Quinze partis sont représentés au nouveau parlement cantonal, qui compte 60 sièges. Sa couleur est la suivante: UDC 16 (17 jusqu'ici), PS 12 (13), PLR 8 (9), Gauche alternative 4 (4), PVL 5 (4), Verts 3 (2), Jeunes verts 2 (0), UDF 2 (2), PDC 2 (2), PEV 2 (1), UDC Agro 1 (1), Jeunes UDC 1 (1), UDC des petites et moyennes entreprises 1 (1) Jeunes libéraux radicaux 0 (1), UDC Seniors 1 (1).

19h10

Ueli Maurer: "Aux Chambres de reprendre en main" le dossier des déductions fiscales

Le "non" aux déductions fiscales pour la garde des enfants n'étonne pas le ministre des Finances Ueli Maurer. Les Chambres avaient revu de fond en comble le projet du Conseil fédéral, a-t-il souligné à l'issue du scrutin. A elles de reprendre le dossier en main.

Les Chambres fédérales vont pouvoir empoigner une nouvelle fois le dossier. Une initiative parlementaire a été déposée afin de reprendre le projet initial du gouvernement et pour donner une nouvelle chance à la réforme, a souligné Ueli Maurer.

Pour rappel, l'objet comportait deux volets. Il prévoyait une déduction fiscale plus élevée aux familles qui font garder leurs enfants dans une crèche. Le deuxième volet, controversé par la gauche et ajouté au dernier moment par le Parlement, prévoyait une augmentation de la déduction générale pour les enfants de 6500 à 10'000 francs sur le revenu imposable.

19h00

Simonetta Sommaruga: "Aucune région ne doit être laissée de côté" sur la chasse

Aucune région ne doit être laissée de côté, a déclaré Simonetta Sommaruga en commentant dimanche le rejet de la révision de la loi sur la chasse. Selon la présidente de la Confédération, les discussions devraient se poursuivre au Parlement.

Le projet n'a pas convaincu. Le résultat de la votation montre l'importance pour la population de la protection de la nature, a souligné la ministre de l'environnement. La révision de la loi sur la chasse a été rejetée non seulement dans les cantons urbains mais aussi dans le Jura ou en Argovie.

La majorité ne veut pas changer la loi. Il n'y aura pas de tirs préventifs contre les loups et la Confédération continuera d'avoir le dernier mot s'il faut abattre un de ces canidés.

"Villes et campagnes doivent se comprendre"

Simonetta Sommaruga a toutefois dit comprendre la déception des régions alpines, où la population est concernée par la propagation du loup. "Ce non ne se dirige pas contre eux. Il ne vise pas les éleveurs de moutons et les exploitants d'alpages".

Selon la présidente de la Confédération, villes et campagnes doivent se comprendre. Un équilibre doit être trouvé. "Aucune région ne doit être laissée de côté". Et la Bernoise de citer les efforts faits en matière de service public et d'infrastructures envers les régions périphériques.

Pas question en revanche à ce stade de s'exprimer sur les suites législatives du rejet de la révision de loi. Le Conseil fédéral veut d'abord procéder à une analyse et voir ce qui n'a pas convaincu. Les opposants ont dit qu'ils feraient des propositions. Simonetta Sommaruga peut s'imaginer que la discussion continue au Parlement.

18h45

Les réactions sur la loi sur la chasse refusée

Raphaël Arlettaz, professeur de biologie de la conservation à l'Université de Berne, a salué un résultat sur la loi sur la chasse (refusée à 51,9%): "Il n'y a pas de perdants: les gagnants sont la grande faune, notamment les carnivores, qui ont une place dans notre écosystème", a-t-il estimé dans l'émission Forum de la RTS.

"Avec cette loi on aurait créé un délit d'existence: si vous êtes un prédateur, on a le droit de vous tirer dessus,même avant que vous n'ayez fait des dommages. La loi actuelle permet la régulation. Les tirs ne règlent pas le problème, il faut aider les éleveurs qui en ont besoin et augmenter les aides", a-t-il argumenté.

Le conseiller national Benjamin Roduit (PDC/VS) évoque de son côté une "déception". "Mais nous n'avons que des perdants, car le vrai sujet qu'est celui de la régulation des grands prédateurs n'a pas été mis au centre des débats", regrette-t-il. "L'opposition entre éleveurs et grands prédateurs est une réalité. Pour les chasseurs, cette loi n'était pas absolument fondamentale", souligne-t-il.

 >> Retrouvez les analyses et réactions dans l'émission Forum:

La nouvelle loi sur la chasse refusée: réactions et décryptage [RTS]
La nouvelle loi sur la chasse refusée: réactions et décryptage / Forum (vidéo) / 9 min. / le 27 septembre 2020

18h40

Alain Berset: "Une bonne nouvelle pour les familles et les PME"

Le congé paternité, largement accepté dimanche par le peuple suisse, entrera en vigueur le 1er janvier 2021, a annoncé le conseiller fédéral Alain Berset en conférence de presse. Selon lui, ce congé est une bonne nouvelle pour toutes les familles.

Un ou deux jours de congé ne sont plus suffisants actuellement, a souligné le ministre. Les deux semaines permettront de mieux concilier vie de famille et vie professionnelle. "Le peuple a répondu à un besoin actuel des familles et permis de combler une lacune", a-t-il indiqué.

Selon le socialiste, c'est aussi une bonne nouvelle pour les PME. "Elles pourront offrir un congé paternité et augmenter leur attractivité face aux grandes entreprises."

Le congé paternité nécessite une "très petite hausse" des cotisations APG, a ajouté Alain Berset. Celle-ci sera effective dès janvier, a-t-il précisé.

18h35

Ursula von der Leyen: "Un signal positif" pour la relation Suisse-UE

La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen a salué comme un "signal positif" le rejet par les Suisses d'une limitation de l'immigration des ressortissants de l'Union européenne.

"Leur vote valide un des piliers centraux de notre relation: la liberté mutuelle de bouger, de vivre et de travailler en Suisse et dans l'Union européenne. Je salue ce résultat. J'y vois un signal positif pour continuer à consolider et approfondir notre relation", a-t-elle déclaré dans un message vidéo publié sur Twitter en anglais, français et allemand.

"Je m'attends maintenant à ce que le Conseil fédéral suisse fasse rapidement les pas pour signer et faire ratifier l'accord-cadre institutionnel que nous avons négocié en 2018", a ajouté Ursula von der Leyen.

Charles Michel, le président du Conseil européen, institution représentant les Etats membres de l'UE, s'est également félicité du résultat du référendum.

"Aujourd'hui est un grand jour pour les relations entre l'Union européenne et la Suisse", a-t-il salué sur Twitter. "Les Suisses ont parlé et envoyé un message clair: nous avons un grand avenir devant nous", a-t-il estimé.

18h30

Viola Amherd: le oui aux avions de combat "n'est pas un chèque en blanc"

Bien que de justesse, le "oui" du peuple à l'acquisition de nouveaux avions de combat n'est pas un "chèque en blanc", estime la ministre de la défense Viola Amherd. La transparence continuera à être de mise dans la procédure d'achat de ces appareils, a-t-elle promis dimanche à l'issue de la votation.

Des évaluations sont en cours et quatre modèles sont examinés, a rappelé Viola Amherd. Tous les avions sont encore dans la course. Il s'agit du Rafale du français Dassault, de l'Eurofighter de l'européen Airbus et des deux avions américains, le Super Hornet de Boeing et le F-35A de Lockheed-Martin.

Il faut désormais expliquer mieux et davantage la situation aux Suisses romands qui ont été nombreux à rejeter l'enveloppe de six milliards de francs, a ajouté la conseillère fédérale. En acceptant l'arrêté, le peuple permet à l'armée suisse de continuer à remplir ses tâches et protéger la population contre toute attaque aérienne. C'est un engagement à long terme en faveur de la sécurité de la Suisse, de sa population et de ses infrastructures, selon Viola Amherd.

>> La réaction de Viola Amhed dans Forum:

18h25

Les réactions au non aux déductions fiscales pour les enfants

Devant le refus, à 63,2%, des déductions fiscales pour la garde des enfants, la conseillère aux Etats Marianne Maret (PDC/VS) a estimé que le résultat était "assez mauvais". "On ne s'attendait pas à un score comme ça. Mais ce qui n'a pas été compris, c'est que toutes les familles étaient soutenues, les déductions étaient valables pour chaque enfant, et cela, on n'a pas su le valoriser", a-t-elle expliqué dans Forum.

Ada Marra, conseillère nationale (PS/VD), a réagi en invoquant un projet "mal ficelé". "C'était une arnaque fiscale avec des cadeaux faits aux familles qui n'en avaient pas besoin, alors que les familles de la classe moyenne ne touchaient pratiquement rien. Ce qu’il faut retenir, c’est que les réformes fiscales ne se font pas sans le Parti socialiste", a-t-elle déclaré sur les ondes de Forum.

>> Retrouvez les analyses et réactions dans l'émission Forum:

Les déductions fiscales pour enfants rejetées: décryptage et réactions [RTS]
Les déductions fiscales pour enfants rejetées: décryptage et réactions / Forum (vidéo) / 8 min. / le 27 septembre 2020

>> Le débat dans Forum entre la conseillère aux Etats Céline Vara (Les Verts/NE) et les conseillers nationaux Marie-France Roth Pasquier (FR/PDC) et Yves Nidegger (UDC/GE):

18h21

Le parc éolien de Sonvilier (BE) ne verra pas le jour

Le projet de parc éolien à Sonvilier, dans le Jura bernois, passe à la trappe. Les citoyens l'ont refusé dimanche par 5 voix de différence. A cheval sur les cantons de Berne et de Neuchâtel, le parc baptisé des Quatre Bornes prévoyait sept éoliennes à Sonvilier.

Le plan de quartier qui avait valeur de permis de construire a été refusé par 286 voix contre 281, a annoncé la chancellerie. Les autorités s'étaient engagées en faveur de ce parc éolien.

Turbines neuchâteloises en sursis

Ce projet bicantonal prévoyait l'implantation de sept turbines sur le territoire de Sonvilier et trois sur celui de Val-de-Ruz (NE). Baptisé Quatre Bornes pour illustrer son aspect transfrontalier, ce parc éolien avait été imaginé et porté par des agriculteurs qui avaient confié son développement au groupe E Greenwatt SA.

Les trois mâts prévus dans le canton de Neuchâtel ne dépendent plus des urnes, mais des procédures d'opposition en cours. Les citoyens neuchâtelois avaient accepté en 2014 le principe de sites éoliens sur leur territoire sous forme de plan d'affectation cantonal.

Pour les promoteurs, il faudra maintenant réfléchir si les trois éoliennes neuchâteloises peuvent se construire malgré l'amputation de sept turbines sur dix au projet initial.

18h20

Karin Keller-Sutter: "La voie bilatérale est la bonne voie pour la Suisse"

Après le "non" clair des Suisses à l'initiative dite de limitation, le Conseil fédéral va pouvoir se repencher sur l'accord-cadre avec l'Union européenne. Il devra fixer la position de Berne dans les semaines à venir, avant de reprendre langue avec Bruxelles sur les points encore en suspens, a indiqué dimanche Karin Keller-Sutter.

"Le peuple a confirmé encore une fois sa volonté de poursuivre la voie bilatérale", s'est réjouie la ministre de la justice. Dans la situation actuelle difficile en raison de la pandémie de Covid-19, il est important d'avoir de bonnes relations avec ses voisins et l'Union européenne.

L'économie a besoin de relations stables, de sécurité juridique ainsi que de perspectives économiques, a ajouté Karin Keller-Sutter. "La voie bilatérale est la bonne voie pour la Suisse".

"C'est un signe pour le statu quo, pour la stabilité", a-t-elle encore affirmé au micro de Forum. Mais un non à l'initiative de limitation n'est pas forcément un oui à l'accord cadre, a-t-elle averti, parce qu'il y a encore "des points à clarifier dans l'accord cadre".

>> La réaction de Karin Keller-Sutter dans Forum:

>> Le débat entre Pierre-Yves Maillard, président de l'Union syndicale Suisse, Andrea Gmür, cheffe de groupe du PDC aux chambres fédérales, Christian Lüscher, conseiller national (PLR/GE), et Marco Chiesa, président de l'UDC:

18h15

Forte participation de 59%

Les Suisses se sont mobilisés dimanche pour les premières votations fédérales depuis le début de la pandémie de coronavirus. A la faveur de cinq objets et des thèmes aussi divers que la chasse, le congé paternité, les déductions fiscales pour enfants, la libre circulation des personnes ou l'armée de l'air, la participation s'est élevée à quelque 59%, un résultat au-dessus de la moyenne.

Schaffhouse, où le vote est obligatoire, arrive comme d'habitude en tête. Près de 70% d'électeurs s'y sont rendus aux urnes. Près de deux tiers des citoyens d'Obwald et Nidwald ont participé au scrutin. En Valais, l'appel du loup a réuni 63% de participation. Avec néanmoins un électeur sur deux qui a fait le déplacement, les mauvais élèves se situent à Genève, Neuchâtel ou Glaris.

Les dernières votations fédérales remontent à février, les Suisses s'étaient alors prononcés sur l'extension de la norme pénale antiraciste et l'initiative populaire en faveur de loyers abordables. La participation s'était inscrite à environ 41%.

18h4

Les résultats par commune des déductions fiscales pour enfants

18h12

Les résultats par commune des avions de combat

18h10

Les résultats par commune du congé paternité

18h05

Les résultats par commune de l'initiative de limitation

18h00

Les résultats par commune de la loi sur la chasse

17h55

Les réactions au non à l'initiative de limitation

Réagissant au camouflet essuyé dans les urnes par l'initiative de son parti sur la libre circulation, le conseiller national Michaël Buffat (UDC/VD), a estimé que la Suisse "perdait aujourd'hui une occasion de reprendre la main dans la gestion de son  immigration". "L'immigration reste un sujet qui préoccupe les Suisses, mais dans le contexte actuel et vue l'alliance contre nous, le résultat est assez bon, pour une initiative populaire", met-il en avant.

"C'est une défaite, mais on peut se réjouir du fort taux de participation", souligne-t-il  encore dans l'émission Forum.

Cristina Gaggini, directrice romande d'Economiesuisse, s'est de son côté dite "très satisfaite de la clarté des résultats". "La progression du non est très forte en Suisse romande, et le Tessin a marqué un tournant par rapport à 2014 en disant un petit oui. Cela veut dire que les Suisses ont retenu la leçon de 2014", estime-t-elle.

"Le sujet de l'immigration n'est plus au top des préoccupations des Suisses, car l'immigration nette en provenance de l'Europe a diminué de 50% ces cinq dernières années", a-t-elle encore souligné.

>> Retrouvez les analyses et réactions dans l'émission Forum:

Libre circulation: le peuple refuse de tourner le dos à l'Union européenne. [Alessandro della Valle - Keystone]Alessandro della Valle - Keystone
La Suisse refuse l’initiative de limitation de l’UDC: réactions et décryptage / Forum / 9 min. / le 27 septembre 2020

17h50

Feu vert pour le nouveau stade de football à Zurich

Les Zurichois ont accepté le plan d'aménagement du futur stade de football du Hardturm avec 59,1% de voix favorables. Les citoyens avaient approuvé en novembre 2018 le principe de la construction d'un nouveau stade sur ce site. Ils votaient alors sur la cession à un prix préférentiel de 55'000 m2 à des investisseurs privés dont Credit Suisse pour y bâtir une arène de 18'500 places, des logements abordables et deux tours habitables de plus haut standing.

Un an plus tard, les opposants au projet ont saisi le référendum contre le plan d'aménagement du projet. La communauté d'intérêts "Freiräume Zürich West" dénonçait principalement la disparition des jardins urbains installés sur la friche de l'ancien stade, la perte d'espaces de liberté en ville et la construction de deux tours "surdimensionnées" de 137 mètres.

Nouveaux axes cyclistes adoptés

Les Zurichois ont approuvé encore plus clairement l'aménagement d'un réseau de rues cyclables interdites au trafic motorisé, riverains et fournisseurs exceptés. Ils ont plébiscité à 70,5% l'initiative de gauche "Itinéraires cyclistes sûrs pour Zurich", soutenue aussi par les Vert'libéraux. L'exécutif et le législatif de la ville l'approuvaient également. La participation au scrutin a atteint 62,6%.

La ville doit désormais créer, dans les dix prochaines années, des axes rapides réservés aux cyclistes. Leur réseau de 50 km reliera les quartiers au centre-ville. Il empruntera des rues secondaires préexistantes. Les vélos y auront la priorité dans les croisements. Le réseau comprendra aussi des axes plus périphériques.

17h45

Les réactions au oui aux avions de combat

La conseillère nationale Jacqueline de Quattro (PLR/VD), a réagi au vote sur les avions de combat en invoquant un "vote de confiance". "On a progressé puisqu'on avait perdu sur l’achat des avions Gripen en 2014. C'est un vote de confiance de la population qu'il faut prendre avec reconnaissance parce que la conjoncture est difficile. Le monde est devenu incertain. Six milliards, c'est beaucoup d'argent, il faudra vraiment l'investir à bon escient", estime-t-elle dans l'émission Forum de la RTS. "Ce qui est réjouissant dans ce vote, ce sont les affaires compensatoires. Un milliard échoira à la Suisse romande", a-t-elle encore fait valoir.

Dans le camp des opposants à cet achat, le conseiller national Fabien Fivaz (Les Verts/NE), affirme "ne pas avoir la défaite amère". "Une partie de nos arguments ont fait mouche et une partie de la population n'est pas prête à dépenser 6 milliards", argue-t-il.

"La vraie question, c'est comment on s'intéressera ces prochaines années aux nouvelles menaces qui pèsent sur la Suisse et qui ne sont pas réglées par l'achat de nouveaux avions de combat", avertit encore Fabien Fivaz.

>> Retrouvez les analyses et réactions dans l'émission Forum:

Jacqueline de Quattro et Fabien Fivaz sur les avions de combat. [RTS]RTS
Décryptage et réactions sur la votation pour les avions de combat / Forum / 9 min. / le 27 septembre 2020

17h30

Les avions de combat acceptés d'un cheveu, par 50,1% de oui

L'armée pourra acquérir de nouveaux avions de combat. Sur le fil, par 50,1% des voix, les Suisses ont accepté l'enveloppe maximale de 6 milliards de francs pour cet achat.

A la surprise générale, le verdict a mis du temps à tomber, les projections faisant état d'un score à 50-50 jusqu'en fin d'après-midi. La gauche et les milieux antimilitaires, qui ont lancé le référendum, ont longtemps espéré que la dépense de six milliards de francs qu'ils jugeaient luxueuse serait repousée.

La Suisse romande opposée

Mais les efforts du Conseil fédéral après l'échec du Gripen en 2014 ont payé presque partout. A l'exception du Valais, d'où est originaire la ministre de la Défense Viola Amherd, tous les cantons latins ont dit non à l'acquisition des nouveaux avions.

Comme avec le Gripen, le plus grand rejet à l'acquisition des nouveaux avions est venu du Jura avec 68,6% de refus. Genève vient ensuite avec 62,8% de non, puis Neuchâtel avec 61,6%, Vaud 58,9%, Fribourg 54,3%, le Tessin 52,8%. Les Valaisans ont en revanche accepté l'arrêté par 52% des voix.

17h25

61,7% de non à l'initiative de l'UDC

Les Suisses tiennent à leurs relations avec l'Union européenne et ils l'ont montré dimanche. L'initiative pour une immigration modérée de l'UDC a été rejetée par 61,7% des votants. Le non a principalement été porté par les centres urbains et les cantons romands.

Bâle-Ville (74,6%) a compté le plus d'opposants au texte. Il est suivi des autres cantons frontaliers que sont Neuchâtel (71,1%), Vaud (70,9%), Genève (69%) et le Jura (68,1%). Fribourg (64,6%), le Valais (62%) et Berne (61,3%) ont également déposé un non net dans les urnes.

Quatre cantons disent oui

Seuls quatre cantons, dont le Tessin (53,1%), ont plébiscité le texte. Appenzell Rhodes-Intérieures s'est montré le plus enthousiaste avec 54,3% de "oui". Schwyz (53,4%) et Glaris (50,5%) complètent le quatuor.

Au final, plus de 1,9 million d'électeurs se sont opposés au texte. Et quelque 1,2 million ont glissé un bulletin favorable.

L'UDC désavouée

L'UDC n'a ainsi pas réussi à renouveler la surprise du 9 février 2014. Le peuple avait alors accepté du bout des lèvres son initiative "contre l'immigration de masse". Jugeant la mise en oeuvre du texte insuffisante, le parti conservateur et l'Action pour une Suisse indépendante et neutre avaient remis le couvert.

17h20

Plébiscite à 60,3% de l'introduction d'un congé paternité

Les pères auront droit à dix jours de congé à la naissance de leur enfant. Sans surprise, les Suisses ont soutenu par 60,3% l'introduction d'un congé paternité.

Tous les cantons romands ont soutenu le texte. Les Vaudois ont massivement plébiscité le congé paternité. Ils étaient 81,6% à glisser un oui dans l'urne. A l'inverse, les Valaisans ont été les moins prompts à le soutenir, avec 60,5% de votes en faveur. Mais les communes du Haut-Valais s'y sont majoritairement opposées.

A Genève, le congé s'est imposé par 79,4%. Il passe nettement la rampe dans le Jura avec 74,6%, à Neuchâtel avec 73,6% et à Fribourg avec 67,8%. Le congé paternité a également convaincu Berne (56,9%) et le Tessin (67,3%).

Opposition en Suisse centrale et orientale

Outre-Sarine, les résultats sont plus contrastés. Zurich et Bâle-Ville ont plébiscité le projet. Les Grisons, Lucerne ou Zoug n'ont donné leur accord que du bout des lèvres. Tous les cantons de Suisse orientale et de Suisse centrale s'y sont opposés. L'opposition la plus forte vient d'Appenzell Rhodes-Intérieures (65,3%).

Au total, quelque 1,93 million d'électeurs ont glissé un bulletin favorable. Le camp du non a réuni 1,27 million de votes. La participation s'est élevée à environ 58% des votants.

17h15

Révision de la loi sur la chasse refusée de justesse, à 51,9%

Le loup ne pourra pas être abattu plus facilement. La révision de la loi sur la chasse a été refusée du bout des lèvres, par 51,9% des votants. Elle a été surtout plébiscitée dans l'espace alpin et les petits cantons, mais les centres urbains se sont imposés.

Le suspense a duré tout l'après-midi. L'institut gfs.ch a donné un moment l'avantage à l'acceptation du projet par 51% avant de replacer les deux camps sur un pied d'égalité, puis de donner une courte avance aux opposants. Au final,  quelque 1,654 million de votants ont déposé un non dans l'urne contre plus de 1,53 million de oui.

Les soutiens les plus forts sont venus comme prévu d'Appenzell Rhodes-Intérieures (70,8%), d'Uri (69,6%), du Valais (68,6%) et des Grisons (67,9%). Parmi les cantons qui se sont rangés derrière la révision de la loi figure aussi Fribourg, de justesse (50,7%).

Quinze cantons ont dit "oui"

Au total, quinze cantons ont dit ou". Mais les zones urbaines n'ont pas voulu la peau du loup et ont fait pencher la balance. Comme dans le canton de Berne (53% de non), où les régions de plaine ont eu le dernier mot.

Le rejet le plus net vient de Bâle-Ville (63,9%), suivi de Genève (63,6%), où la chasse est interdite depuis 1974, de Schaffhouse (63,3%) et de Vaud (59,8%). Le non l'a également emporté dans autres cantons, dont Neuchâtel (58%) et Zurich (58,6%). Le Jura a exprimé un petit non (52,1%).

17h10

Non aux déductions fiscales pour enfants à 63,2%

Les parents ne bénéficieront pas de rabais fiscaux. Près de deux tiers (63,2%) des Suisses ont refusé les déductions pour enfants et frais de garde. Le taux de participation s'élève à 58,5%.

Hormis Genève et le Tessin, tous les cantons ont rejeté le texte. Parmi les cantons romands, Genève a finalement voté oui du bout des lèvres avec 50,05%. C'est dans le Jura que le non a été le plus marqué avec 57,5%. Neuchâtel (57,3%) et Fribourg (56%) suivent de près, tandis que les Valaisans (51,8%) et les Vaudois (50,8%) ont rejeté de peu le texte.

Rejet sans appel en Suisse alémanique

Outre Sarine, le rejet a été sans appel. Le canton d'Appenzell Rhodes-Extérieures (71,9%) arrive en tête, suivi d'Appenzell Rhodes-Intérieures (70,7%) et de Berne (70,5%). Le canton de Zurich a nettement rejeté le texte (66,2%). Comme Genève, le Tessin a soutenu ces déductions fiscales, avec 52,1%.

Au total, le camp du non a réuni quelque 2 millions de personnes. Environ 1,16 million de personnes ont glissé un bulletin favorable dans l'urne.

17h05

Les Suisses disent OUI aux avions de combat, NON à la loi sur la chasse

Selon les résultats définitifs, les Suisses ont accepté d'un cheveu, à 50,1%, l'achat de nouveaux avions de combat par l'armée. Ils ont en revanche refusé, également dans un mouchoir de poche, la nouvelle loi sur la chasse, par 51,9% de non.

L'initiative de limitation a été balayée par 61,7% de non, et l'aide fiscale à la garde d'enfants par 63,2% de non. Le congé paternité a en revanche été accueilli chaleureusement par 60,3% des voix.

17h03

Dernier canton, Zurich dit oui aux avions de chasse

A Zurich, l'achat de nouveaux avions de combat est approuvé de justesse, avec 50,3% des voix. Le congé paternité est également accepté (61,7%).

L'initiative de limitation est rejetée (65,7% de non), tout comme la loi sur la chasse (58,6%), les déductions fiscales pour les enfants (66,2%).

17h00

Les résultats d'Argovie, avant-dernier canton

Le canton d’Argovie a rejeté par 57,6% de non l’initiative de l’UDC sur la libre-circulation. Il a également refusé la loi sur la chasse (52,4% de non) et l’aide fiscale pour la garde d’enfants (68,3% de non).

Les citoyens argoviens ont en revanche accepté l’achat de nouveaux avions de combat par 56,9% de oui, tout comme le congé paternité (53,3% de oui).

16h55

Berne en faveur des avions de combat

Le canton de Berne dit oui à l'acquisition de nouveaux avions de combat, avec 51,4% de votes favorables. Le congé paternité est également accepté, avec 56,9% des voix.

Tous les autres objets sont rejetés. La loi sur la chasse (53% de non), l'initiative de limitation (61,4%) et les déductions fiscales pour les enfants (70,5%) ne passent pas la rampe.

16h50

Les communes de Blonay et St-Légier-La-Chiésaz vont fusionner

Les communes vaudoises de Blonay et Saint-Légier-La Chiésaz fusionnent. Les citoyens des deux localités ont accepté dimanche leur mariage, qui donnera naissance le 1er janvier 2022 à une ville de 12'000 habitants.

A Blonay, la fusion est passée pour seulement 54 voix: ils ont été 1478 à la soutenir, contre 1424 à la refuser. La situation a été plus claire à Saint-Légier avec 1388 "oui" et 1151 "non".

La nouvelle commune, qui s'appellera Blonay-Saint Légier, deviendra l'une des quinze villes du canton de Vaud et la quatrième de la Riviera derrière Montreux, Vevey et La Tour-de-Peilz.

16h47

Les réactions face au score serré sur la chasse

"Les résultats me surprennent en bien, on ne voit pas autant la division entre ville et campagne qu'on pouvait attendre. Si la loi est refusée, on pourra trouver une entente", a réagi le vice-président du PLR Philippe Nantermod (PLR/VS) sur les antennes de la RTS:

>> Voir la réaction de Philippe Nantermod:

 

Philippe Nantermod, vice-président du PLR, sur la loi sur la chasse:-"Les résultats me surprennent en bien, on ne voit pas autant la division entre la ville et la campagne qu'on pouvait attendre, si la loi est refusée on pourra trouver une entente" [RTS]
Philippe Nantermod, vice-président du PLR, sur la loi sur la chasse: "Les résultats me surprennent en bien, on ne voit pas autant la division entre la ville et la campagne qu'on pouvait attendre, si la loi est refusée on pourra trouver une entente" / Journée Votations / 2 min. / le 27 septembre 2020

Le clivage ville-campagne, traditionnellement au rendez-vous pour de tels sujets, semble aujourd'hui écarté au profit d'une réflexion sur la thématique, abonde la conseillère aux Etats Adèle Thorens (Les Verts/VD). "C'est un vote qui se passe à la majorité du peuple. Il faut relativiser le clivage ville-campagne puisque les deux Bâle sont du même avis et refusent la loi sur la chasse", souligne-t-elle.

>> Voir la réaction d'Adèle Thorens:

Adèle Thorrens, conseillère aux Etats Les Verts-VD, sur la loi sur la chasse: "C'est un vote qui se passe à la majorité du peuple. Il faut relativiser le clivage ville-campagne puisque les deux Bâle sont du même avis et refusent la loi sur la chasse" [RTS]
Adèle Thorens, conseillère aux Etats Les Verts/VD, sur la loi sur la chasse: "C'est un vote qui se passe à la majorité du peuple. Il faut relativiser le clivage ville-campagne puisque les deux Bâle sont du même avis et refusent la loi sur la chasse" / Journée Votations / 1 min. / le 27 septembre 2020

Le député valaisan Grégory Logean (UDC), dont le canton a plébiscité la nouvelle loi sur la chasse (68,8% de oui), accueille le clivage dans les urnes comme une opportunité de faire entendre la voix des cantons. "C'est un bon signal: la majorité des cantons concernés par la problématique du loup et des dégâts qu'il occasionne s'est mobilisée."

>> Voir la réaction de Grégory Logean:

Grégory Logean député UDC-VS, sur la loi sur la chasse: "C'est un bon signal, la majorité des cantons concernés par la problématique du loup et des dégâts qu'il occasionne s'est mobilisée" [RTS]
Grégory Logean député UDC/VS, sur la loi sur la chasse: "C'est un bon signal, la majorité des cantons concernés par la problématique du loup et des dégâts qu'il occasionne s'est mobilisée" / Journée Votations / 52 sec. / le 27 septembre 2020

"Si on gagne, ce sera une victoire contre les chasseurs qui sont fortement liés au pouvoir politique", espère de son côté la conseillère nationale Regula Rytz (Les Verts/BE), opposée à la nouvelle loi notamment sur la question de la protection de la biodiversité. "C'est aussi un test pour les prochaines votations sur la biodiversité", fait-elle valoir.

16h45

Dernières projection: non à la loi sur la chasse de justesse, ballottage sur les avions

Selon la dernière projection de l'institut gfs.bern, la loi sur la chasse est refusée par 51% de non, et les avions de chasse sont toujours en ballottage total: 50% de oui et 50% de non.

Le congé paternité est accepté par 61,6% des voix, selon la projection, et l'aide fiscale pour la garde d'enfants balayée par 60,1% de non.

16h40

Résultats en Thurgovie, plus que 3 cantons

Nouveaux résultats définitifs en Thurgovie: la loi sur la chasse est acceptée de justesse (50,3%). L'achat de nouveaux avions de combat est également approuvé (55,6%).

Le congé paternité est rejeté de très peu (50,8% de non). Les déductions fiscales pour les enfants (68,9% de non) et l'initiative de limitation (55,7%) sont aussi refusées.

Les résultats de trois cantons sont encore attendus pour mettre fin au suspense concernant la loi sur la chasse et les avions de combat. Argovie, Zurich et Berne manquent encore à l'appel.

16h30

Réactions au suspense autour des avions de chasse

e chef du groupe socialiste au Chambres Roger Nordmann (PS/VD) a réitéré son opposition à l'achat "disproportionné" d'avions "de luxe": "Si les avions de combat passent, il est exclu d'acheter les F-35 américains, qui sont les plus chers", a-t-il fait valoir dans l'émission spéciale de la RTS:

>> Voir la réaction de Roger Nordmann:

Roger Nordmann, "si les avions de combats passent il est exclu d'acheter les F-35  américains qui sont les plus chers" [RTS]
Roger Nordmann, "si les avions de combats passent il est exclu d'acheter les F-35 américains qui sont les plus chers" / Journée Votations / 10 sec. / le 27 septembre 2020

Le résultat serré, 50% de oui et 50% de non à cette acquisition, a également suscité l'étonnement. "On est un peu surpris, car on s'attendait à un 60% de oui et 40% de non", réagit le conseiller national Pierre-Alain Fridez (PS/JU). "Il y aura de la frustration si on échoue", estime-t-il encore.

>> La réaction de Pierre-Alain Fridez:

16h20

Nidwald s'offre l'imposition la plus faible pour les entreprises

Nidwald renforce sa position de paradis fiscal pour les entreprises. Le taux d'impôt sur le bénéfice sera abaissé de 6 à 5,1%, un record suisse, voire mondial. Les citoyens ont approuvé en ce sens un paquet cantonal de mise en oeuvre de la réforme fiscale fédérale.

Les Nidwaldiens ont adopté dimanche à 59,46% la loi révisée d'impôt. La participation au scrutin a atteint 59,57%.

>> Lire: Obligation de déclarer le dernier loyer à Lucerne, baisse d'impôt sur le bénéfice à Nidwald

16h05

Vers un oui assez net au congé paternité

Les pères auront droit à dix jours de congé à la naissance de leur enfant. Selon la projection SSR, les Suisses soutiennent à 60% l'introduction d'un congé paternité.

16h00

Non catégorique des Jurassiens aux avions de combat

Les Jurassiens ne veulent pas des nouveaux avions de combat, rejetés largement à 68,6%. La loi sur la chasse passe à la trappe (51,8% de non), tout comme l'initiative de limitation (68,2%) et les déductions fiscales pour les enfants (57,5%).

Le congé paternité est le seul objet accepté, avec 74,6% de votes favorables.

15h55

Echallens accueillera le premier gymnase du Gros-de-Vaud

Les citoyens d'Echallens (VD) acceptent d'accueillir un gymnase sur leur commune. Ils ont validé à 60,6% la vente au canton d'une parcelle, où environ 1000 étudiants doivent s'installer à partir de 2024.

Au total, 1396 Challensois ont dit "oui" au gymnase, tandis qu'ils ont été 908 à s'y opposer. La commune et le canton avaient déjà donné leur feu vert, mais des citoyens s'y étaient opposés via un référendum. Selon eux, l'arrivée des gymnasiens pourrait engendrer des désagréments pour les riverains et l'établissement primaire voisin.

Le gymnase sera construit sur le site de Court-Champ, à proximité du centre du bourg et près de la gare du LEB. Le premier gymnase du Gros-de-Vaud doit regrouper une quarantaine de classes pour un bon millier d'élèves. L'ouverture partielle de l'établissement pourrait intervenir à la rentrée scolaire de 2024, tandis que l'ouverture complète est prévue pour 2025.

15h50

Genève dit oui au salaire minimum et à la suppression de 4000 places de parc

Le peuple Genevois a décidé d'accepter assez nettement une initiative des syndicats qui s'inspire du système déjà en place à Neuchâtel et dans le Jura. La gauche faisait bloc derrière cette initiative qui avait facilement fait le plein de signatures.

L'initiative populaire "23 frs, c'est un minimum" vise à lutter contre la précarité. Selon les syndicats, il n'est pas possible de vivre dignement à Genève avec un salaire inférieur. Ces 23 francs correspondent à 4'086 francs pour 41 heures de travail hebdomadaire. C'est la troisième fois que les Genevois se prononçaient sur le principe d'un salaire minimum.

"Ce qui a fait la différence par rapport aux deux refus précédents, c'est le principe de solidarité", a réagi Antonio Hodgers, président du gouvernement genevois, dans l'émission Forum de la RTS. "Nous avons vécu à travers cette crise sanitaire des moments vraiment difficiles. Les images des personnes précarisées qui font la queue pour de la nourriture aux Vernets ont marqué et suscité de la solidarité", affirme-t-il.

Antonio Hodgers, président du gouvernement genevois. [RTS]RTS
Genève dit oui au salaire minimum et à la suppression de 4000 places de parc / Forum / 8 min. / le 27 septembre 2020

Un oui à la suppression des places de stationnement.

L'assouplissement des règles relatives à la suppression de 4000 places de stationnement est de son côté largement soutenu. Destinée à créer des voies de bus et pistes cyclables, la mesure est acceptée dimanche par 58,55% de "oui", selon les résultats anticipés.

Proposée par le Conseil d'Etat, la modification de la loi genevoise d'application de la législation fédérale sur la circulation routière a été adoptée par le Parlement mais attaquée par voie référendaire par le TCS et la Nouvelle organisation des entrepreneurs, qui réunit les petits commerçants. Cette révision assouplit l'obligation de remplacer toute place de parc supprimée dans les rues du cœur de l’agglomération.

Plébiscite pour une présidence tournante au Conseil d'Etat

Les Genevois font aussi disparaître la présidence unique du Conseil d'Etat moins de deux législatures après son introduction dans la Constitution de 2013. Ils ont accepté dimanche par 87,87% de "oui" de revenir au système de tournus annuel, selon les résultats anticipés.

L'exécutif cantonal est à l'origine de cette demande de modification constitutionnelle, adoptée par le Grand Conseil en 2019 et obligatoirement soumise au souverain. Conséquence du plébiscite de dimanche, le Département présidentiel est supprimé, et Antonio Hodgers pourra céder sa place en octobre.

Soutien aux soins à domicile

Les Genevois soutiennent aussi le financement de l'Institution de maintien, d'aide et de soins à domicile (IMAD). Ils ont accepté dimanche par 72,76% de "oui" de subventionner les pertes d'exploitation. Le taux de participation s'est élevé à 54,16%.

L'initiative "Zéro pertes" passe de justesse

Les Genevois ont accepté dimanche à une très courte majorité l'initiative constitutionnelle "Zéro pertes: garantir les ressources publiques, les prestations et la création d'emplois". Ce texte vise à réduire la concurrence fiscale intercantonale.

Donnée perdante selon les premiers résultats anticipés, l'initiative a finalement été acceptée par 50,03% des votants, avec un écart de 70 voix. Lancée en 2018 par la gauche et des syndicats dans la foulée du rejet par le peuple de la troisième réforme de la fiscalité des entreprises, l'initiative voulait imposer un cadre constitutionnel à une future réforme.

>> Lire: Genève dit oui à la suppression de 4000 places de parc et au salaire minimum

15h45

Plus de 80% pour le congé paternité dans le canton de Vaud

Selon les résultats définitifs, les Vaudois refusent l'initiative de limitation de l'UDC à une large majorité (70,93% de non). La loi sur la chasse (59,79% de non), l'achat de nouveaux avions de combat (58,94%) et les déductions fiscales pour les enfants (50,85%) sont également rejetés.

Le congé paternité est le seul objet accepté par les Vaudois, avec un résultat impressionnant de 81,64% de scrutins favorables.

15h42

Le Valais dit oui à la loi sur la chasse et aux avions

Les Valaisans disent oui aux nouveaux avions de combat (52%) selon les résultats définitifs. Pour l'heure, il s'agit du seul canton romand ayant accepté cet objet. La loi sur la chasse passe aussi confortablement la rampe (68,6%), tout comme le congé paternité (60,5%).

L'initiative de limitation est en revanche refusée (62,1% de non), les déductions fiscales pour les enfants aussi (51,8%).

15h40

Les réactions au non aux déductions fiscales pour les enfants

Les déductions fiscales pour la garde des enfants sont en passe d'être balayées dans les urnes, avec une projection de 64% de non à l’échelle nationale.

Charles Juillard, vice-président du PDC, estime sur les antennes de la RTS que ce vote est "une claque pour la classe moyenne".

>> Voir la réaction de Charles Juillard:

Charles Juillard, vice-président du PDC, sur les déductions fiscales pour les enfants, "C'est une claque pour la classe moyenne" [RTS]
Charles Juillard, vice-président du PDC, sur les déductions fiscales pour les enfants, "C'est une claque pour la classe moyenne" / Journée Votations / 1 min. / le 27 septembre 2020

Roger Nordmann, chef du groupe socialiste aux Chambres, interprète de son côté ce résultat comme une réponse de la classe moyenne: "Le projet était très mal fichu, parce qu'il donnait de l'argent à ceux qui en avaient le moins besoin", a-t-il fait valoir.

>> Voir la réaction de Roger Nordmann:

Roger Normann, concernant les déductions fiscales pour les enfants, "le projet était très mal foutu parce qu'il donnait de l'argent à ceux qui en avaient le moins besoin". [RTS]
Roger Nordmann, concernant les déductions fiscales pour les enfants, "le projet était très mal foutu parce qu'il donnait de l'argent à ceux qui en avaient le moins besoin". / Journée Votations / 1 min. / le 27 septembre 2020

La conseillère aux Etats Céline Vara (Verts/NE) a abondé dans son sens et livré son analyse: "Les Suisses ont compris que ce n'est pas avec des déductions fiscales qu'on va améliorer la situation des parents", a-t-elle souligné.

>> Voir la réaction de Céline Vara:

Céline Vara (Verts-NE): « Les Suisses ont compris que ce n'est pas avec des déductions fiscales qu'on va améliorer la situation des parent » [RTS]
Céline Vara (Verts/NE): « Les Suisses ont compris que ce n'est pas avec des déductions fiscales qu'on va améliorer la situation des parent » / L'actu en vidéo / 1 min. / le 27 septembre 2020

15h35

Le Tessin favorable à loi sur la chasse, pas aux avions de combat

Alors que le suspense est encore total au niveau national, les Tessinois disent oui à la loi sur la chasse (51,5%) et refusent l'achat de nouveaux avions de combat (52,8% de non).

Le canton italophone fait par ailleurs figure d'exception pour les déductions fiscales pour les enfants: il accepte l'objet à 52,1%. L'initiative de limitation (53,1% de oui) et le congé paternité (67,3%) sont également approuvés.

15h30

Initiative de limitation, rejeté à la majorité des cantons

Initiative de l'UDC dite de limitation a été rejetée à la majorité des cantons.

Selon les projections de l'institut gfs pour la SSR, les Suisses rejettent assez nettement l'initiative dite de limitation, avec 62% de non à cette proposition de l'UDC. La marge d'erreur se situe plus ou moins à 3%.

Lancée par l'UDC et l'Action pour une Suisse indépendante et neutre, l'initiative dite de limitation demandait que la Suisse règle de manière autonome son immigration. Elle voulait notamment en finir avec la libre circulation avec l'UE qui met, selon les initiants, sous pression le marché du travail, les services sociaux ou encore les infrastructures.

15h28

Les Genevois ne veulent pas des avions de combat

D'après les résultats définitifs, les Genevois refusent à l'unisson l'initiative de limitation (69%). Les objets sur la loi sur la chasse (63,1% de non) et l'achat de nouveaux avions de combat (62,8%) sont aussi balayés.

Le congé paternité est en revanche largement plébiscité, avec 79,4% de oui. Enfin, les déductions fiscales pour les enfants passent la rampe pour un cheveu (50% de oui, avec 70'256 voix pour et 70'129 voix contre).

15h25

Fribourg dit oui à la loi sur la chasse et non aux avions de chasse

Les Fribourgeois ont refusé l’initiative de l’UDC sur la libre circulation, par 64,6% de non, selon les résultats définitifs. Ils ont également écarté la proposition de déductions fiscales pour les enfants (56% de non) et l’achat de nouveaux avions de combat (54,4% de non).

Le canton a en revanche largement plébiscité le congé paternité (67,8% de oui), et dit un oui du bout des lèvres (50,7%) à la nouvelle loi sur la chasse.

15h15

Un crédit de 55 millions accepté pour un centre sportif en Gruyère

Les citoyens des communes du district de la Gruyère (FR) ont largement accepté à 71,68% un crédit de 55 millions de francs pour la construction d'un centre sportif intercommunal. Le vote donne un signal positif en faveur du processus de régionalisation.

Le oui l'a emporté dans 24 des 25 communes gruériennes, avec des taux oscillant entre 88,11% au Pâquier ou 77,63% dans le chef-lieu Bulle et 58,62% à Châtel-sur-Montsalvens. Seule la commune de Bellegarde (Jaun) a refusé à hauteur de 53,09%. Localité excentrée, à la frontière bernoise, elle est la seule germanophone du district.

15h10

Bâle-Campagne veut étendre son réseau autoroutier

Le canton de Bâle-Campagne va faire pression sur la Confédération pour qu'elle étende le réseau autoroutier. Ses citoyens ont approuvé une initiative symbolique en ce sens, soutenue par les autorités.

Les votants ont soutenu le texte avec 60,04% des voix. Le taux de participation au scrutin a atteint 53,46%. Le réseau des routes à haut débit est de la compétence exclusive de la Confédération.

15h05

Les Bâlois ne veulent pas de la loi sur la chasse, ni des avions de combat

Selon les résultats définitifs, le canton de Bâle-Ville rejette la loi sur la chasse (63,9% de non) ainsi que l'acquisition de nouveaux avions de combat (63,3%).

L'initiative de limitation (74,6% de non) est balayée, tout comme les déductions fiscales pour les enfants (66,1%). Le congé paternité est le seul objet accepté, avec 71,6% de scrutins favorables.

Bâle-Campagne sur la même ligne

Le canton de Bâle-Campagne se calque sur son voisin. La loi sur la chasse (57,4% de non), les avions de combat (50,3%), l'initiative de limitation (61,4%) et les déductions fiscales pour les enfants (68,6%) sont rejetées.

Le congé paternité est accepté (58,9%).

14h55

Le Centre des congrès de Montreux sera rénové

Le Centre des congrès de Montreux (VD) est sauvé. Les citoyens de la commune ont plébiscité avec 76,7% des voix le projet de rénovation et de sécurisation du bâtiment. Contrairement à un premier projet plus onéreux, refusé par moins de 100 voix début 2019, la seconde mouture a suscité l'adhésion. Ils ont été 6162 à la soutenir, contre 1868 à la refuser. Le taux de participation s'est monté à 49,2%.

Inauguré en 1973, le Centre des congrès (2m2c) a besoin de travaux pour continuer à accueillir de grands événements, comme le Montreux Jazz Festival. Quelque 78 millions de francs, dont 21 millions à charge de la commune, seront investis pour lui offrir un lifting et le mettre aux normes énergétiques, antisismiques et incendies.

Le début des travaux est prévu pour août 2023 après les procédures de mise à l'enquête publique et les adjudications aux entreprises. Le chantier devrait s'étaler jusqu'au printemps 2025.

>> Lire aussi: Montreux accepte la rénovation du 2m2c, Morges refuse le Parc des Sports

14h50

Loi sur la chasse et avions de combat largement acceptés à Uri

Le canton d'Uri accepte largement la loi sur la chasse, avec 69,6% de scrutins favorables. Les avions de combat sont aussi plébiscités (62% de oui).

Les trois autres objets sont refusés par les Uranais: l'initiative de limitation est écartée d'un cheveu, avec 50,4% de non, tout comme le congé paternité (57% de non) et les déductions fiscales pour les enfants (69,7% de non).

14h45

Les Jurassiens refuseraient les avions de combat

La population jurassienne devrait refuser d'acquérir de nouveaux avions de combat, avec 68,2% de non. Selon les résultats intermédiaires, les Jurassiens refusent pour l'heure à 52,1% la révision de la loi sur la chasse. La population rejette aussi massivement l'initiative populaire "Pour une immigration modérée" de l'UDC à 67,8%.

Les résultats intermédiaires montrent aussi que la population jurassienne devrait dire non (57%) également à la modification de la loi sur l'impôt fédéral direct (déductions fiscales pour enfants). Le congé paternité passe nettement la rampe dans le Jura avec 74,6% de oui.

14h37

Les réactions au non sur l'immigration

"C'est la clause guillotine qui a vraiment gagné. Les citoyens ont eu peur", a réagi la conseillère nationale Céline Amaudruz, devant le non qui se dessine à l'échelle nationale à l'initiative de l'UDC sur l'immigration, dans l'émission spéciale de la RTS:

>> Voir la réaction de Céline Amaudruz (UDC/GE):

Céline Amaudruz, vice-présidente de l’UDC : "C'est la clause de guillotine qui a vraiment gagné. Les citoyens ont eu peur" [RTS]
Céline Amaudruz, vice-présidente de l’UDC : "C'est la clause de guillotine qui a vraiment gagné. Les citoyens ont eu peur" / Journée Votations / 2 min. / le 27 septembre 2020

Marco Chiesa, conseiller aux Etats et président de l'UDC, a pris acte de la défaite de la proposition de son parti: "Ce n'est pas une journée très facile, parce que j'aurais voulu un autre résultat, mais on continuera à se battre pour nos valeurs", a-t-il fait savoir.

>> Voir la réaction de Marco Chiesa (UDC/TI):

Marco Chiesa, président de l'UDC: "Ce n'est pas une journée très facile parce que j'aurai voulu un autre résultat, mais on continuera à se battre pour nos valeurs" [RTS]
Marco Chiesa, président de l'UDC: "Ce n'est pas une journée très facile parce que j'aurai voulu un autre résultat, mais on continuera à se battre pour nos valeurs" / Journée Votations / 43 sec. / le 27 septembre 2020

Satisfaction en revanche pour Roger Nordmann, chef de groupe socialiste aux Chambres: "Une grande majorité des Suisses savent qu'on est au milieu de l’Europe. Ils veulent garder une situation qui fonctionne bien depuis 20 ans."

>> Voir la réaction de Roger Nordmann (PS/VD):

Roger Nordmann, chef de groupe socialiste aux chambres : "Une grande majorité des Suisses savent qu'on est au milieu de l’Europe. Ils veulent garder une situation qui fonctionne bien depuis 20 ans" [RTS]
Roger Nordmann, chef de groupe socialiste aux chambres : "Une grande majorité des Suisses savent qu'on est au milieu de l’Europe. Ils veulent garder une situation qui fonctionne bien depuis 20 ans" / Journée Votations / 1 min. / le 27 septembre 2020

"Le peuple suisse dit clairement qu'il veut maintenir la libre circulation des personnes et qu'il veut maintenir la voie bilatérale", relève de son côté Philippe Nantermod, vice-président du PLR. "Ce vote est le plus important de la journée parce qu'il clôt un chapitre qui nous casse les pieds depuis 10 ans", a-t-il asséné.

>> Voir la réaction de Philippe Nantermod (PLR/VS):

Philippe Nantermod, sur l'initiative UDC: "Le peuple suisse dit clairement qu'il veut maintenir la libre circulation des personnes qu'il veut maintenir la voie bilatérale. Ce vote est le plus important de la journée parce qu'il clôt un chapitre qui nous casse les pieds depuis 10 ans" [RTS]
Philippe Nantermod, sur l'initiative UDC: "Le peuple suisse dit clairement qu'il veut maintenir la libre circulation des personnes qu'il veut maintenir la voie bilatérale. Ce vote est le plus important de la journée parce qu'il clôt un chapitre qui nous casse les pieds depuis 10 ans" / Journée Votations / 39 sec. / le 27 septembre 2020

14h35

Lucerne en faveur des avions de combat

Selon des résultats définitifs, les Lucernois disent oui à l'achat de nouveaux avions de combat (54,9%) et à la loi sur la chasse (56%). Le congé paternité est aussi accepté (51,9%).

L'initiative de limitation est en revanche balayée (59,8% de non), tout comme les déductions fiscales pour les enfants (66%).

14h28

Non aux avions et à la chasse à Neuchâtel, oui au congé paternité

La population neuchâteloise refuse d'acquérir de nouveaux avions de combat. Selon les résultats définitifs, les citoyens disent non à 61,6%.

Les Neuchâtelois ne veulent pas non plus de la loi sur la chasse qu'ils refusent à 58%. Ils rejettent aussi l'initiative populaire "Pour une immigration modérée" de l'UDC à 71,1%.

Les Neuchâtelois disent également non à la modification de la loi sur l'impôt fédéral direct (déductions fiscales pour enfants) à 57,3%. Le congé paternité est le seul objet approuvé, largement, avec 73,6% de oui.

14h25

Les réactions à l'acceptation du congé paternité

L’écologiste vaudoise Léonore Porchet se félicite du oui attendu au congé paternité. "C’est un grand soutien pour un petit pas. Ça veut dire qu’on doit aller plus loin", affirme la conseillère nationale.

"Le prochain pas, ce sera l’introduction d’un congé parental", indique de son côté la conseillère nationale Valérie Piller-Carrard (PS/FR). Et la socialiste de faire un appel du pied au PLR, n’excluant pas de relancer le peuple si aucune solution n’est trouvée au Parlement.

La conseillère aux Etats Andrea Gmür (PDC/SG) s'est réjouie du oui au congé paternité, mais exclut de soutenir le congé parental, comme le demande la gauche. "Pour les 10, 20, 30 prochaines années, je pense qu'il n'y aura rien", affirme-t-elle.

Congé paternité: Andrea Gmür (PDC-LU) se réjouit du résultat, mais exclut tout congé parental [RTS]
Congé paternité: Andrea Gmür (PDC/LU) se réjouit du résultat, mais exclut tout congé parental / L'actu en vidéo / 1 min. / le 27 septembre 2020

Le directeur de Pro Familia Philippe Gnaegi s'est lui dit "très heureux" de la nette approbation des Suisses au congé paternité. Il s'agit d'un premier pas vers le congé parental.

"Ce résultat montre que la société a évolué et que l'heure n'est plus à un modèle où la femme doit rester à la maison", souligne le directeur de la faîtière des organisations familiales. Selon lui, il s'agit maintenant de penser à une nouvelle politique familiale.

14h15

Lucerne introduit l'obligation de déclarer le dernier loyer

Les propriétaires lucernois devront à l'avenir informer leurs nouveaux locataires sur le loyer précédent de leur logement en cas de pénurie. Les citoyens du canton ont approuvé de justesse une initiative en ce sens. Lucerne est le 8e canton à introduire ce principe.

Les votants ont dit "oui" à 50,11% au texte de l'association lucernoise des locataires, soutenu par les autorités du chef-lieu, mais combattu par l'exécutif et le législatif du canton. Le taux de participation au scrutin a atteint 59,44%.

Désormais, le nouveau principe prévaut lorsque moins de 1,5% des logements sont libres dans le canton. Actuellement, ce taux est de 1,66%.

Avant Lucerne, sept autres cantons avaient déjà introduit le principe de la déclaration du montant du loyer précédent. Il s'agit de Vaud, Genève, Neuchâtel, Fribourg, Zurich, Zoug et Nidwald. Au niveau fédéral, le Parlement a enterré en 2016 une révision du droit du bail allant dans ce sens.

14h10

Schaffhouse en faveur des avions de combat

Résultats définitifs pour le canton de Schaffhouse: la population accepte l'achat de nouveaux avions de combat à une courte majorité (51,2% de oui). Le congé paternité passe lui aussi la rampe avec 56,3% de scrutins favorables.

En revanche, les Schaffhousois refusent la loi sur la chasse (63,3% de non), l'initiative de limitation (56,6%) et les déductions fiscales pour les enfants (67,5%).

14h05

Appenzell Rh.Int. dit oui à la limitation et à la chasse

Le canton d'Appenzell Rhodes-Intérieures a accepté par 54,3% des voix l'initiative dite de limitation de l'UDC, selon les résultats définitifs. Le canton a également plébiscité la nouvelle loi sur la chasse (70,7% de oui), et accepté l'achat de nouveaux jets de combat (57,6% de oui).

Le canton a en revanche refusé les déductions fiscales pour frais de gardes des enfants (70,7% de non) tout comme le congé paternité par (65,3% de non).

13h50

Glaris dit oui à l'initiative de l'UDC et non au congé paternité

Le canton de Glaris dit non au congé paternité à 56,7%, selon les résultats définitifs. Les déductions fiscales pour les enfants ne passent pas non plus la rampe (68,5% de non).

Les avions de combat sont acceptés (60,3% de oui), tout comme la loi sur la chasse (52,7%) et l'initiative de limitation (50,5%).

13h45

Non au nouveau Parc des Sports à Morges

A une courte majorité (52,8%), les Morgiens refusent le plan partiel d'affectation (PPA) du Parc des Sports. Ce PPA devait offrir une base légale pour développer le secteur situé à l'entrée ouest de la ville, au bord du lac. Il devait notamment permettre la création de nouveaux terrains de sport, d'une nouvelle plage et d'un accès aux rives. Un parking souterrain de 640 places devait également être construit.

"Convaincue que la situation actuelle au Parc des Sports n’est pas porteuse d’avenir, la Municipalité reprendra ses réflexions afin d’apporter une réponse capable de rassembler la population autour d’une planification territoriale qui saura satisfaire une majorité de citoyennes et citoyens", a indiqué la Municipalité de Morges dans un communiqué.

13h40

La loi sur la chasse largement acceptée aux Grisons

Selon des résultats définitifs, le canton des Grisons accepte la nouvelle loi sur la chasse à 67,3%. Les avions de combat sont aussi soutenus (53%), tout comme le congé paternité, à une très courte majorité (51,8%).

L'initiative de limitation est rejetée (59,1% de non), tout comme les déductions fiscales pour enfants (63,6% de non).

13h35

Non aux avions de combat et à l'initiative de limitation à Neuchâtel

La population neuchâteloise devrait refuser d'acquérir de nouveaux avions de combat. Selon les résultats partiels dans 27 communes sur 31, les citoyens disent non à 60,42%.

Les Neuchâtelois ne veulent pas non plus de la loi sur la chasse qu'ils refusent pour l'heure à 56,74 %. Ils rejettent aussi l'initiative populaire "Pour une immigration modérée" de l'UDC à 69,13%.

Les premiers résultats montrent également la population neuchâteloise disant non à la modification de la loi sur l'impôt fédéral direct (déductions fiscales pour enfants) à 57,74%. Le congé paternité devrait être le seul objet approuvé par les citoyens neuchâtelois qui l'acceptent largement avec 72,17% de oui.

13h25

Vers un oui à l'initiative de limitation et un non aux avions au Tessin

Selon le décompte des voix de 90 communes sur 115, le Tessin penche pour le moment pour un petit non de 52,1% aux avions de combat. Il pourrait en revanche dire oui à l'initiative de limitation. Le oui semble acquis pour le congé paternité, la loi sur la chasse et les déductions fiscales pour les enfants.

13h00

Suspense soutenu autour des avions de combat

Rien n'est encore joué pour l'achat de nouveaux avions de combat par l'armée suisse. Le score de l'enveloppe de six milliards de francs soumise au vote dimanche est très serré, selon une projection de la SSR

La projection fait état de 50% de "oui" et 50% de "non", avec un avantage pour le "oui".

Du côté des cantons, Genève aurait refusé par 62,5% des voix après dépouillement de 95% des voix. Vaud dirait "non" à 56% et Bâle-Ville à 63%, selon des résultats partiels. A Zurich, les projections donnent le "oui" gagnant à 52%.

12h55

Oui au congé paternité, selon les premières projections

Les pères auront droit à dix jours de congé à la naissance de leur enfant. Sans surprise, les Suisses soutiennent l'introduction d'un congé paternité à 61 %, selon les projections de la SSR.

Selon les premiers résultats partiels, le "oui" l'emporte. Après le dépouillement de la moitié des communes, les Vaudois auraient accepté le projet à plus de 79%. Genève aurait également accepté le congé paternité par près de 79%. A Zurich, les projections donnent le "oui gagnant" à 58%.

12h50

Fribourg dirait oui à la loi sur la chasse et non à l'initiative de limitation

Après dépouillement dans 64 des 134 communes du canton, Fribourg rejette nettement l'initiative dite de limitation à plus de 60%. Les avions de combat passeraient en revanche tout juste la rampe avec 50,19% de oui.

Concernant les trois autres objets soumis à votation, le oui est devant pour le congé paternité (63,8%) et pour la loi sur la chasse (55%). Par contre, le non l'emporte pour l'heure (55,7%) pour les déductions fiscales pour les enfants.

12h45

Loi sur la chasse et avions de combat soutenus en Valais

Après 65% des bulletins de vote dépouillés, les Valaisans sont en passe d'accepter la nouvelle loi sur la chasse (74,33% de oui). L'achat de nouveaux avions de combat est aussi soutenu (55,78%), tout comme le congé paternité (57,4% de oui).

Les déductions fiscales pour enfants sont en ballottage défavorable (53,82% de non), et l'initiative de l'UDC se dirige vers un net refus (60,74% de non).

12h30

Vers un non aux déductions fiscales pour la garde d'enfants

Les parents ne bénéficieront pas de rabais fiscaux. Selon les premières projections de la SSR, les Suisses refuseraient les déductions pour enfants et frais de garde à 65%. La marge d'erreur se situe plus ou moins à 3%.

Les premiers résultats tendent également vers un "non" clair. A Genève, toutefois, le vote était très serré avec 50% de "oui", après le dépouillement de 95% des bulletins. Les résultats partiels du canton de Zurich donnent un résultat négatif à environ 69,1%.

12h20

Résultats partiels vaudois

Dans le canton de Vaud, les premiers résultats (18% des bulletins dépouillés) tendent vers un refus de l'initiative de limitation de l'UDC (66,54% de non). La loi sur la chasse se dirige elle aussi vers un refus (55,15%), tout comme l'achat de nouveaux avions de combat (54,62% de non).

En revanche, le congé paternité de deux semaines est fortement soutenu, avec 79,55% de oui. Les déductions fiscales pour les enfants sont encore en ballottage (50,43% de oui, 49,57% de non).

12h15

Refus de l’initiative de l’UDC à Genève

Après 95% des bulletins dépouillés (vote par correspondance), l’initiative de limitation de l’UDC est refusée à 68,52% à Genève. La loi sur la chasse ne passe pas la rampe non plus (62,56% de non), tout comme l’achat de nouveaux avions de combat (62,46% de non).

Le congé paternité est pour sa part très bien parti, avec 78,87% de oui.

L’objet sur les déductions fiscales pour les enfants est pour sa part encore très serré (50,03% de oui contre 49,97% de non.

11h15

Les derniers sondages

Selon le deuxième sondage de l'institut gfs.bern pour la SSR publié il y a deux semaines, l'initiative de l'UDC sur la libre circulation serait largement refusée dans les urnes alors que l'achat de nouveaux avions de combat obtient toujours le soutien d'une majorité de la population.

>> Le détail du sondage: Rejet de l'initiative de l'UDC, oui aux avions de combat, selon le 2e sondage SSR

Selon cette enquête d'opinion, la loi sur la chasse et les déductions fiscales pour les enfants se dirigeaient vers un refus, alors que le congé paternité conservait une large avance.

>> Le détail du sondage: Petits "non" à la loi sur la chasse et aux déductions fiscales, selon le 2e sondage SSR

10h50

Initiative de limitation: les enjeux

Les Suisses doivent se prononcer sur l'initiative de l'UDC "pour une immigration modérée", dite de limitation, un texte décisif pour l'avenir des relations bilatérales. L'initiative exige en effet que la Suisse règle de manière autonome l'immigration.

Si le peuple l'accepte, les autorités auront un an pour négocier la fin de l'accord sur la libre circulation avec Bruxelles. Faute de solution dans ce délai, le Conseil fédéral devra dénoncer l'accord dans le mois qui suit. Le texte n'a officiellement pas de soutien hors des milieux proches de l'UDC, mais l'acceptation en 2014 de son initiative sur l'immigration de masse est dans toute les mémoires.

>> Le débat d'Infrarouge sur l'initiative de limitation:

Suisse-Europe, la fin de l'histoire? [RTS]
Suisse-Europe, la fin de l'histoire? / Infrarouge / 62 min. / le 9 septembre 2020

>> Le détail des enjeux: L'UDC seule contre tous pour abolir la libre circulation des personnes

>> Autres éclairages sur le sujet: La libre circulation en cinq points

Quel est l'effet de la libre circulation sur la richesse de la Suisse?

Quel est l'effet de la libre circulation sur l'évolution du chômage en Suisse?

Quel est l'effet de la libre circulation sur l'évolution des salaires en Suisse?

10h40

Avions de combat: les enjeux

Le peuple doit avaliser ou non une enveloppe de 6 milliards de francs pour acheter de nouveaux avions de combat. Le Conseil fédéral et le Parlement veulent remplacer la flotte actuelle d'avions F/A-18 et Tiger. Les citoyens ne se prononceront pas sur le type d'avion, ni sur le nombre de jets - entre 36 et 40 - qui seront achetés d'ici à 2025, mais uniquement sur le crédit. Le Conseil fédéral devrait ensuite choisir le modèle.

Le PS, les Verts et le groupe pour une Suisse sans armée ont lancé un référendum contre cet achat. Ils sont opposés à des avions jugés "luxueux". Durant l'ensemble de leur durée de vie, ces avions coûteraient jusqu'à 24 milliards de francs aux contribuables, selon l'estimation des référendaires (18 milliards, d'après le Département fédéral de la défense).

>> Le débat d'Infrarouge sur les avions de combat:

Avions de combat pour quelle menace? [RTS]
Avions de combat pour quelle menace? / Infrarouge / 60 min. / le 2 septembre 2020

>> Le détail des enjeux: Le peuple tranchera sur un montant de 6 milliards pour les avions de combat

>> Autres éclairages sur le sujet: La Suisse et les avions de combat, une longue histoire de batailles politiques

Suisse et Autriche, deux stratégies en matière de sécurité aérienne

Les avionneurs en mode séduction pour convaincre le Conseil fédéral

10h30

Congé paternité: les enjeux

Les citoyens suisses doivent donner l'avis sur un congé paternité de deux semaines. Financé par les allocations pour perte de gains, ce congé devrait être pris dans les six mois suivant la naissance, pas forcément en bloc. Il garantit 80% du revenu, mais au maximum 196 francs par jour. La charge financière serait de 230 millions de francs par an et nécessiterait un relèvement de 0,05 point des cotisations sociales concernées.

S'il bénéficie d'un large soutien de la plupart des partis politiques et de nombreuses organisations, l'UDC et quelques membres du PLR et du PDC ont lancé un référendum, car ils jugent le congé paternité trop coûteux pour les employés et les employeurs. Selon eux, tout le monde verra son salaire diminuer afin que "quelques personnes" puissent prendre des "vacances payées".

>> Le débat de Forum sur le congé paternité:

Le débat - Congé paternité, luxe ou nécessité? [RTS]
Le débat - Congé paternité, luxe ou nécessité? / Forum (vidéo) / 27 min. / le 25 août 2020

>> Le détail des enjeux: Le congé paternité de deux semaines passe au verdict des urnes

>> Autres éclairages sur le sujet:

Tout savoir sur le congé paternité et le congé parental en Suisse et en Europe

Pour ou contre le congé paternité? Deux pères livrent leur témoignage

10h20

Loi sur la chasse: les enjeux

Les Suisses sont appelés à se prononcer sur le projet de révision de la loi fédérale sur la chasse. Entre les adeptes du tir et les défenseurs de la biodiversité, le débat cristallisé autour de la question du loup est électrique.

Les organisations de protection de la nature contestent la révision de la loi, qui vise à réguler certaines espèces et prévenir les dégâts ou un danger concret pour l'homme. La réforme autorise les tirs individuels ciblés et prévoit un transfert de compétences de la Confédération aux cantons en matière de protection des espèces.

>> Le débat d'Infrarouge sur la loi sur la chasse:

Loi sur la chasse: feu à volonté? [RTS]
Loi sur la chasse: feu à volonté? / Infrarouge / 61 min. / le 16 septembre 2020

>> Les enjeux dans le détail: Le peuple suisse décidera du sort réservé aux grands prédateurs

>> Autres éclairages sur le sujet:

Révision de la loi sur la chasse: testez vos connaissances en 14 questions

Faut-il protéger les grands prédateurs ou s'en méfier? La question divise en Suisse.

10h10

Frais de garde: les enjeux

Les Suisses votent sur l'augmentation des déductions fiscales pour les enfants et les frais de garde. Par ce biais, le gouvernement et le Parlement veulent aider les parents à concilier vie familiale et professionnelle.

Le relèvement de la déduction fédérale pour les frais de garde de 10'100 francs à 25'000 francs n'est pas contestée, mais la gauche s'insurge que les Chambres aient inclus une augmentation de la déduction générale pour les enfants de 6500 à 10'000 francs, un cadeau pour les plus riches à ses yeux.

>> Les précisions du 19h30 sur cet objet

Le 27 septembre prochain , le peuple se prononcera sur le relèvement des déductions fiscales des frais de garde des enfants. [RTS]
Le 27 septembre prochain , le peuple se prononcera sur le relèvement des déductions fiscales des frais de garde des enfants. / 19h30 / 2 min. / le 3 juillet 2020

>> Les enjeux dans le détail: Les déductions fiscales pour les enfants soumises au vote

>> Le calculateur sur les frais de garde: Que gagneriez-vous avec les nouvelles déductions fiscales pour enfants? Notre calculateur

10h00

Le dossier complet

Présentation des objets, interviews, analyses et éclairages sur les cinq objets fédéraux soumis aux Suisse dans notre dossier spécial.

Les votations fédérales du 27 septembre