Le banner du 8 septembre. [Keystone]
Publié Modifié

Avec le Covid, le débat sur les primes maladie monte en puissance

- La Suisse compte mardi 245 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures, selon les chiffres de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). Comme 8835 tests ont été effectués, le ratio de tests positifs s'élève à 2,77%, soit une baisse par rapport aux derniers jours (4,14% lundi, 3,52% dimanche). Six personnes ont nouvellement été hospitalisées et aucun nouveau décès n’est signalé.

- Les critiques se font de plus en plus virulentes contre le port obligatoire du masque, notamment en Suisse alémanique. Des médecins délivrent parfois des dispenses à ceux qui ne veulent plus en porter.

- Depuis le mois de mars, le secteur des voyages en autocar, qui emploie quelque 5000 personnes en Suisse, enregistre une baisse des ventes de 90%. Une situation dramatique pour l’Association suisse des transports routiers (ASTAG) qui demande une aide supplémentaire et ciblée à la Confédération.

- La réduction du temps de travail instaurée dans de nombreuses entreprises et la hausse du chômage réduisent les revenus des ménages suisses. Cette situation devrait avoir des répercussions sur la charge des primes de l'assurance maladie, explique Comparis.

- L'OFSP recommande toujours de conserver une distance de 1,5 mètre avec les personnes qui ne sont pas du même ménage, de porter un masque dans le cas où cette distance ne peut être maintenue et de respecter les règles d'hygiène.

Suivi assuré par la rédaction multimédia de RTSinfo

22h00

Le coût des primes maladie fait particulièrement débat cette année

Le débat sur le niveau des primes maladie prend une ampleur exceptionnelle en cette année de pandémie. La vision des assureurs diverge radicalement de celles des médecins.

"Les coûts de la santé n'ont pas augmenté en 2020 à cause de la crise du Covid, c'est notre bourse qui a payé, c'est la loi sur les épidémies de la Confédération", a expliqué au 19h30 Baptiste Hurni, président de la fédération suisse des patients.

"On ne peut pas calculer des coûts sur une demi-année"

Une vision contestée par Christophe Kaempf, porte-parole de Santésuisse: "Les primes doivent couvrir les coûts de la santé. On ne peut pas décider comme ça de baisser les primes parce qu'on se trouve dans une année difficile."

Invité dans le 19h30, le conseiller national PLR Philippe Nantermod a rappelé la complexité de calcul des primes: "Les primes 2021 ne sont pas calculées sur les coûts 2020. D'après ce que je sais, le calcul des primes est assez savant et se fait sur les deux à trois dernières années. On ne peut pas calculer des coûts sur une demi-année, ce serait un calcul de marchand de tapis."

>> Voir le sujet du 19h30 sur les primes maladie et l'interview de Philippe Nantermod:

Le calcul des primes d'assurance-maladie est chaque année une bataille de chiffres, avec la vision des assureurs et celle des médecins. [RTS]
Le calcul des primes d'assurance-maladie est chaque année une bataille de chiffres, avec la vision des assureurs et celle des médecins / 19h30 / 4 min. / le 8 septembre 2020

21h30

Les élus ont débattu mardi cinq motions sur l’aide aux indépendants

Les députés ont tenu à Berne une session extraordinaire pour venir au secours des indépendants, directement ou indirectement touchés par la crise, notamment les voyagistes. Sur cinq motions débattues, seule celle de l'UDC, qui préconise une prolongation des indemnités pour perte de gain, a été largement soutenue.

>> Lire aussi: Les indemnités pour pertes de gain prolongées par le National

Les socialistes se sont ralliés à l’UDC pour soutenir le texte, contrairement aux partis du centre. "Il y a énormément de petits indépendants qui sont dans des situations précaires. Avec les interdictions ou les effets de la crise, leurs affaires se sont effondrées, et on ne veut pas que ces gens aillent à l’aide sociale", a expliqué au 19h30 Roger Nordmann, conseiller national socialiste.

>> Voir le sujet du 19h30:

Le parlement débat sur les mesures à apporter aux secteurs sinistrés par le Covid-19, à l'instar des voyagistes. [RTS]
Le parlement débat sur les mesures à apporter aux secteurs sinistrés par le Covid-19, à l'instar des voyagistes. / 19h30 / 2 min. / le 8 septembre 2020

>> Les précisions de Pierre Nebel sur la loi Covid-19 actuellement en débat dans les chambres:

La loi sur le Covid-19 est débattue au Parlement. Les précisions de Pierre Nebel, journaliste à la RTS. [RTS]
La loi sur le Covid-19 est débattue au Parlement. Les précisions de Pierre Nebel, journaliste à la RTS. / 19h30 / 1 min. / le 8 septembre 2020

21h00

Certains médecins se disent sceptiques sur l'utilité du masque

Les critiques se font de plus en plus virulentes contre le port obligatoire du masque, notamment en Suisse alémanique. Des médecins délivrent parfois des dispenses à ceux qui ne veulent plus en porter.

C'est le cas de Christian Zürcher, médecin à Morat. Il fait partie d'un réseau qui critique ouvertement les mesures imposées par les autorités. Dans son cabinet, le généraliste reçoit des patients qui demandent une dispense de port du masque. Ce Fribourgeois a déjà délivré 3 certificats de ce genre, selon lui en toute légalité.

"Deux patients avaient des crises de panique, la troisième une infection de la peau. On devrait mieux mesurer le pour et le contre. Pour la plupart des gens le masque ne sert à rien et en plus il met la santé en danger", explique Christian Zürcher dans le 19h30.

>> Voir le sujet du 19h30:

Le port du masque divise profondément en Suisse alémanique où des médecins délivrent des dispensent médicales. Reportage [RTS]
Le port du masque divise profondément en Suisse alémanique où des médecins délivrent des dispensent médicales. Reportage / 19h30 / 3 min. / le 8 septembre 2020

"Lorsqu'on relâche les mesures, le virus repart"

Invité sur le plateau du 19h30, le rédacteur en chef de la Revue médicale suisse Bertrand Kiefer, également médecin et éthicien, voit lui le port du masque comme un devoir citoyen: "La littérature scientifique mondiale est en train de solidifier les savoirs qui soulignent l'importance du masque, notamment dans les milieux fermés. Pas pour se protéger soi-même, mais pour protéger les autres."

Bertrand Kiefer estime aussi que le virus n'a pas perdu en virulence, contrairement à ce que prétendent certains médecins: "Ce virus a de petites mutations, mais aucune d'entre elles n'a modifié sa virulence ou la gravité des maladies qu'il cause. Il n'y a aucune preuve qu'il s'affaiblit. On a très bien agi en Europe, mais lorsqu'on relâche les mesures, le virus repart."

>> Voir l'interview de Bertrand Kiefer dans le 19h30:

Les explications de Bertrand Kiefer, rédacteur en chef de la Revue médicale suisse [RTS]
Les explications de Bertrand Kiefer, rédacteur en chef de la Revue médicale suisse / 19h30 / 1 min. / le 8 septembre 2020

19h30

La Suisse donne près de 3 millions de masques au HCR

La Suisse a fait don de presque trois millions de masques au Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR). Le matériel, remis mardi, doit permettre aux travailleurs humanitaires de continuer à assister les populations dans le besoin.

Le don de la Suisse, d'un montant total de 1,5 million de francs, répond à un appel du Haut commissariat. La conduite de l’opération a été confiée à l’Aide humanitaire de la Direction du développement et de la coopération (DDC), précise le DFAE.

Une première cargaison remise au HCR à Pratteln (BL) a quitté la Suisse pour la République démocratique du Congo (RDC). D’autres livraisons sont prévues pour le Soudan et le Soudan du Sud. Ces masques sont destinés aux travailleurs humanitaires ainsi qu’au personnel soignant de ces trois pays.

19h00

Les quarantaines imposées aux voyageurs ont plombé l'été d'EasyJet

Les vols assurés cet été par EasyJet ont été moins nombreux que prévu en raison de la demande réduite, notamment sous l'effet des mesures de quarantaine. Selon ses calculs du printemps dernier, EasyJet escomptait tourner à 40% de ses capacités entre juillet et septembre. Elle a cependant annoncé mardi dans un communiqué que le chiffre pour cet été serait légèrement moins important.

La reprise plus timide que prévu des vols est à nuancer pour la Suisse, a cependant réagi Jean-Marc Thévenaz, le directeur exécutif de la filiale suisse du groupe anglais, qui exploite 30 des quelque 300 avions du groupe depuis ses bases de Genève et Bâle.

>> Plus de détails dans notre article: Les quarantaines imposées aux voyageurs ont plombé l'été d'Easyjet

"Une vraie envie de voyager"

"La réaction [à la crise] a été plus compliquée dans d'autre pays. En Suisse, ça s'est bien développé. Nous avons réussi à mettre deux tiers de la flotte en opération, avec une réponse assez favorable de nos passagers. On a senti à la fin du confinement qu'il y avait une vraie envie de voyager".

Pour lui, c'est l'instauration imprévisible de quarantaines pour les voyageurs en provenance de certains pays qui pose le plus de problèmes aux compagnies aériennes. "Ces mesures ont évidemment affaibli la demande d'une façon assez forte. C'est dans cette perspective que nous annonçons aujourd'hui que la suite sera plus compliquée que prévu. Pas à cause de cet été, mais surtout parce que nous n'avons aucune visibilité sur ces mesures de quarantaine qui, vraiment, plombent notre industrie", déplore Jean-Marc Thévenaz.

>> Ecouter son interview dans l'émission Forum:

Compagnies low-cost : la fin d’un modèle économique ? [RTS]
Compagnies low-cost : la fin d’un modèle économique ? / Forum (vidéo) / 5 min. / le 8 septembre 2020

18h30

"Une catastrophe économique peut-être pire que celle de 1975" pour Neuchâtel

Les montagnes neuchâteloises tremblent pour leur avenir économique. Lundi, les maisons horlogères Girard-Perregaux et Ulysse Nardin, basées au Locle et à La Chaux-de-Fonds et en mains du groupe français Kering, ont annoncé le licenciement d'une centaine de personnes. Les autorités communales ont fait part de leur inquiétude et appellent à une réflexion menée avec l'Etat.

>> Lire aussi: Girard-Perregaux et Ulysse Nardin biffent un quart de leurs postes

Cédric Dupraz, conseiller communal POP du Locle et député au Grand Conseil neuchâtelois, a exprimé ses inquiétudes dans Forum: "Hormis certaines enseignes horlogères de luxe qui vont bien s'en tirer, le reste de l'horlogerie et de l'activité industrielle est vraisemblablement face à une catastrophe sans précédent tant au niveau économique que social, et je dirais même une catastrophe peut-être pire que celle de 1975."

>> Voir l'interview complète de Cédric Dupraz dans Forum:

Les montagnes neuchâteloises sont durement touchées par le chômage sur fond de crise horlogère [RTS]
Les montagnes neuchâteloises sont durement touchées par le chômage sur fond de crise horlogère / Forum (vidéo) / 5 min. / le 8 septembre 2020

16h55

Vaud songe à une nouvelle opération de relance avec Qoqa

Le Conseil d'Etat vaudois envisage de renouveler le plan de relance post-coronavirus qu'il a conclu cet été avec la société de vente en ligne Qoqa. La plateforme "WelQome" offrait 20% de rabais au client et 10% de plus-value au prestataire. Entre 10 et 12 millions auront ainsi été alloués par le canton entre le 22 juin et le 22 septembre.

"Le Conseil d'Etat m'a chargé de préparer une 2e opération WelQome", a annoncé mardi devant le Grand Conseil le conseiller d'Etat Philippe Leuba en réponse à une question de la députée Céline Baux (UDC). Il s'est félicité du large succès du premier volet de l'opération. Le Grand Conseil sera saisi d'un décret ces prochaines semaines pour une action hivernale.

En juin dernier, le Conseil d'Etat avait annoncé qu'il s'alliait avec QoQa pour lancer une plateforme permettant de valoriser des offres touristiques ou des produits régionaux. Il avait mis sur la table quelque 15 millions de francs, prélevés sur le capital du fonds cantonal de lutte contre le chômage.

14h30

Fin de quarantaine pour 26 requérants à Huttwil (BE)

Les 26 jeunes, hébergés dans le centre pour requérants d’asile mineurs non accompagnés de Huttwil (BE) ont pu être libérés de l’isolement ou de la quarantaine mardi. Ils ne représentent plus de risque d'infection au Covid-19.

"Les jeunes peuvent de nouveau se déplacer librement et, à partir mercredi, retourner à l’école en dehors du centre ou reprendre le travail. Les mesures ont été levées aussi pour les encadrants et les enseignants concernés. Ils sont restés en isolement ou en quarantaine avec les jeunes sur place ou à leur domicile", a indiqué le canton de Berne.

13h40

245 nouveaux cas, selon l'OFSP

La Suisse compte mardi 245 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures, selon les chiffres de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). Comme 8835 tests ont été effectués, le ratio de tests positifs s'élève à 2,77%, soit une baisse par rapport aux derniers jours (4,14% lundi, 3,52% dimanche). Six personnes ont nouvellement été hospitalisées et aucun nouveau décès n’est signalé.

Lundi, 191 personnes avaient été testées positives, tandis que depuis vendredi la barre des 400 était quotidiennement franchie, ce qui représentait une première depuis le printemps dernier.

Depuis le début de la pandémie, le total des décès s'élève désormais à 1734 - 6 sur les 7 derniers jours - et le nombre de personnes hospitalisées atteint 4603 - 29 sur les 7 derniers jours. Au total, 44'837 cas de contamination au Covid-19 ont été confirmés en laboratoire sur 1'111'984 tests effectués en Suisse et au Liechtenstein.

Le pays dénombre 1640 personnes en isolement, et 4845 individus faisant partie de leurs contacts ont été mis en quarantaine. S'y ajoutent 7593 autres personnes revenant de voyage d'un pays à risque et qui ont dû aussi passer par la case de la quarantaine.

12h55

Daniel Brélaz placé en quarantaine car son fils a été testé positif

Daniel Brélaz, conseiller national et ancien syndic de la ville de Lausanne. [Alessandro della Valle - Keystone]Daniel Brélaz, conseiller national et ancien syndic de la ville de Lausanne. [Alessandro della Valle - Keystone]Le conseiller national et ancien syndic de Lausanne a effectué un test dimanche dernier et devait obtenir les résultats ce mardi, a-t-il déclaré dans une interview au 24 heures et à la Tribune de Genève. "Je me suis mis en quarantaine à cause de mon fils avec qui j'ai mangé la semaine dernière", témoigne le politicien qui assure n'avoir aucun symptôme.

Daniel Brélaz dit ne "pas particulièrement" craindre d'être positif au coronavirus. Il a aussi donné des nouvelles rassurantes sur son fils. Le médecin cantonal a fixé la durée de la quarantaine de l'élu vaudois jusqu'à vendredi soir prochain.

12h10

La Swiss Football League (SFL) a revu son concept de protection

La SFL a établi un mémento pour les clubs de Super et Challenge League, qui doit les aider avec les concepts de protection concernant les spectateurs. Parmi les prescriptions à suivre absolument, figurent le port obligatoire du masque dans toutes les parties du stade, la fermeture du secteur visiteurs et le renoncement aux places debout.

La responsabilité du respect de ces consignes de sécurité sanitaire incombe aux clubs. Si ces consignes ne sont pas respectées, il pourrait alors découler des suites disciplinaires pour les clubs concernés.

Dès le 1er octobre, les stades pourront à nouveau accueillir du public jusqu'aux deux tiers des places assises. Pour des concepts individuels, les clubs devront obtenir l'approbation des cantons.

>> A lire aussi: Swiss Football League

11h15

"Aujourd'hui, la Suisse ne teste pas assez. Elle doit se réveiller"

Faut-il diminuer la durée de la quarantaine? La question a été posée lundi au Conseil fédéral par les ministres cantonaux de la santé. Pourquoi pas, estime le médecin Didier Pittet, invité mardi dans La Matinale, mais à condition d'augmenter le nombre de tests effectués.

"On ne pourra pas s'en sortir sans faire des tests, estime-t-il. A Genève, par exemple, on sait que 25% des personnes mises sous quarantaine se révèlent positives. Mais pour réduire la durée, il faut que la décision soit basée sur de l'information, elle-même générée par les pouvoirs publics".

Pour raccourcir la durée de la quarantaine, certains cantons proposent l'obligation du port du masque pour les personnes concernées, notamment celles qui rentrent d'une zone à risque. "C'est une option, mais c'est exagérer la capacité du port du masque pour limiter la transmission", répond l'infectiologue genevois. "Eviter une contamination se fait par la distance sociale et l'hygiène des mains, rappelle-t-il. Malheureusement, le masque est tellement politisé aujourd'hui qu'on oublie que l'essentiel de la transmission se fait par les mains".

>> Lire aussi: "Aujourd'hui, la Suisse ne teste pas assez. Elle doit se réveiller"

>> Voir l'interview complet de Didier Pittet dans La Matinale:

Didier Pittet, chef du service de prévention et contrôle de l’infection (HUG) (vidéo) [RTS]
Didier Pittet, chef du service de prévention et contrôle de l’infection (HUG) (vidéo) / La Matinale / 8 min. / le 8 septembre 2020

10h50

Lausanne prolonge ses mesures pour les terrasses, les vélos et les piétons

La Ville de Lausanne prolonge de cinq mois la période de gratuité de l'occupation du domaine public des terrasses. Cette mesure, qui vise à soutenir les restaurants et bars face au coronavirus, est désormais valable jusqu'au 31 mars prochain.

Depuis avril dernier, 200 demandes de création ou d'extension de terrasse ont été adressées à la municipalité de Lausanne. Elle se réjouit mardi dans un communiqué de ce "franc succès" et propose dorénavant aux établissements concernés de "pérenniser leur terrasse". Un courrier leur sera adressé pour détailler les démarches à effectuer.

Une vue sur la terrasse d'un bar qui a pris place sur des places de parking pour voitures, à Lausanne. [Jean-Christophe Bott - keystone]Une vue sur la terrasse d'un bar qui a pris place sur des places de parking pour voitures, à Lausanne. [Jean-Christophe Bott - keystone]Les autorités lausannoises précisent que les éventuelles autorisations d'utilisation des places de stationnement pour des terrasses seront prolongées par voie de publication dans la Feuille des avis officiels (FAO), parallèlement aux procédures relatives à l'exploitation des terrasses.

Itinéraires cyclables et piétons

Concernant la création des itinéraires cyclables et piétons, là aussi décidés pour accompagner la sortie de la crise sanitaire, "la durée de validité légale de deux mois des premiers aménagements temporaires réalisés par la Ville arrive à échéance", poursuit le communiqué.

Pour pérenniser ces différentes pistes cyclables ou zones de rencontre, deux procédures distinctes seront suivies. Pour les aménagements qui ne sont pas contestés, une procédure de légalisation via une publication dans la FAO sera lancée. Pour ceux qui nécessitent des ajustements techniques ou qui ont font l'objet de discussions, une procédure de prolongation temporaire d'un an sera lancée pour trouver des solutions.

La Ville de Lausanne rappelle qu'elle avait annoncé la création de 7,5 km de nouvelles pistes cyclables en juin. Ce sont déjà 6,5 km qui ont été réalisés. Le reste le sera avant la fin du mois de septembre.

10h25

Coronavirus au menu du National

Les indépendants directement ou indirectement touchés par la crise du coronavirus devraient toucher plus longtemps des indemnités pour pertes de gain. Le Conseil national a soutenu mardi lors de sa session extraordinaire, par 147 voix contre 35, une motion de l'UDC.

L'interdiction des manifestations de plus de 1000 personnes empêche les forains, les marchands ambulants ou le secteur de l'événementiel et du tourisme d'exercer leur activité. Les indemnités doivent donc être prolongées tant que les restrictions seront maintenues.

Chômage partiel

Le National s'est opposé par 97 voix contre 93 et 5 abstentions à une prolongation des indemnités en cas de réduction de travail. Ce texte est déjà presque daté, a rappelé Philippe Nantermod (PLR/VS).

Pour des raisons légales, le Conseil national n'avait pas pu examiner ce texte en juin. Le Conseil fédéral n'a donné sa réponse qu'après la fin de la session. Il a notamment prolongé jusqu'à mi-septembre les indemnités pour pertes de gain pour les indépendants.

Etat d'urgence

Dans la foulée, les députés ont rejeté par 140 voix contre 54, une motion de l'UDC déposée en mai qui demandait de sortir de la situation d'urgence. Les mesures hésitantes du Conseil fédéral sont incompréhensibles et irresponsables, estime le parti. Les risques ont été surestimés.

Le Conseil fédéral a déjà mis un terme à la situation extraordinaire le 19 juin, a rétorqué le conseiller fédéral Alain Berset. De plus, a-t-il rappelé, toutes les décisions gouvernementales étaient basées sur la loi sur les épidémies, sur laquelle le peuple s'est prononcé en 2013.

Formation et recherche

La recherche et la formation devraient recevoir plus de 28 milliards pour les années 2021-2024. Le National a entamé la discussion sur ces crédits. Il devrait y ajouter quelques millions, en plus des 188 millions décidés par le Conseil des Etats.

09h30

Quand les enfants se retrouvent à la maison en quarantaine

Rester à la maison lorsqu'on a des symptômes ne concerne pas que les adultes. De plus en plus, les enfants en crèche ou scolarisés sont renvoyés chez eux, car on appelle les parents à la moindre goutte au nez.

Et en cas de tests positifs au Covid, ce sont des établissements entiers qui doivent fermer momentanément, comme c'est le cas par exemple depuis lundi d'une classe de 11ème année de Renens, ou de plusieurs crèches fermées dans les cantons de Genève, Berne et Neuchâtel.

Cette situation est très compliquée à gérer pour les parents et pour leur employeur.

>> Ecouter l'éclairage dans La Matinale:

Les femmes pourraient tirer avantage de l'après-confinement. [Christian Beutler - KEYSTONE]Christian Beutler - KEYSTONE
Quand les enfants se retrouvent à la maison en quarantaine / La Matinale / 3 min. / le 8 septembre 2020

09h00

Genève veut maintenir ses pistes cyclables aménagées pendant la crise sanitaire

A Genève, le nombre de vélos a grimpé de 22% cet été par rapport à l'an dernier sur les postes de comptage permanents du centre-ville. Il s'agit du chiffre dévoilé ce lundi par le canton de Genève qui, malgré la polémique, veut aller de l'avant avec les pistes cyclables aménagées pendant la crise du Covid-19 pour éviter les transports publics.

>> Ecouter l'interview de Serge dal Busco dans La Matinale:

Une personne circule à vélo en ville de Genève. [Salvatore Di Nolfi - Keystone]Salvatore Di Nolfi - Keystone
Genève veut maintenir ses pistes cyclables. Interview de Serge dal Busco / La Matinale / 1 min. / le 8 septembre 2020

08h30

Le marché du travail temporaire redémarre, mais inquiète les syndicats

Si les travailleurs temporaires sont les premiers collaborateurs auxquels les entreprises renoncent, ils sont aussi les premiers à bénéficier de la reprise. Après le semi-confinement, le marché du travail temporaire repart d’ailleurs encore plus vite qu'après la crise financière de 2008.

La construction figure en bonne place parmi les secteurs qui recrutent à nouveau des temporaires, car il faut rattraper le temps perdu pendant la crise sanitaire. Autres secteurs concernés, celui de la logistique, qui doit faire face à la hausse des achats en ligne, ou encore celui de la pharma.

>> Lire aussi: Le marché du travail temporaire redémarre, mais inquiète les syndicats

>> Ecouter le sujet complet dans La Matinale:

La nouvelle association souligne l'urgence d'agir. [Andrée-Noëlle Pot - Keystone]Andrée-Noëlle Pot - Keystone
Le marché du travail temporaire redémarre mais inquiète les syndicats / La Matinale / 2 min. / le 8 septembre 2020

08h15

Appel à l'aide de la branche des voyages en autocar

Quarantaine à l’étranger, fermeture des frontières, manque de touristes: depuis le mois de mars, le secteur des voyages en autocar, qui emploie quelque 5000 personnes en Suisse, enregistre une baisse des ventes de 90%. Une situation dramatique pour l’Association suisse des transports routiers (ASTAG) qui demande une aide supplémentaire et ciblée à la Confédération pour éviter les faillites.

"C'est une descente aux enfers. On a 160 employés et on a dû en licencier 16. C'est difficile car ça fait plusieurs années qu'ils travaillaient pour nous, ils faisaient partie de la famille", témoigne avec émotion Jean-Albert Buchard, président de Voyages Buchard actif depuis 67 ans dans la branche.

Aujourd’hui, l’ASTAG réclame une aide ciblée. Ils souhaitent notamment que les aides de la Confédération et autres crédits COVID soient considérés comme des fonds propres. Ce qui n'est pas le cas actuellement.

Conséquence: une entreprise qui n'a plus de capital malgré les aides reçues devra déposer le bilan. "L'espoir est que ces crédits permettent à ces entreprises qui étaient saines avant la crise d'assurer leur pérennité jusqu'au retour à la normale qu'on espère vers 2022 ou 2023", indique Pascal Fragnière, responsable suisse romande de l’ASTAG.

En attendant les autocaristes espèrent que les sorties scolaires ou les camps leur permettront de passer l’hiver.

>> Ecouter le sujet de La Matinale:

Le secteur des voyages en autocar, qui emploie quelque 5000 personnes en Suisse, enregistre une baisse des ventes de 90%. [gilles lougassi - fotolia]gilles lougassi - fotolia
Appel à l'aide du secteur des compagnies d'autocar / La Matinale / 1 min. / le 8 septembre 2020

08h00

Les hospitalisations et décès n'augmentent pas, malgré une recrudescence du nombre de cas enregistrés

Avec 191 cas enregistrés ces dernières 24 heures, 444 cas ce dimanche et 425 ce samedi: les nouveaux cas de coronavirus augmentent en Suisse , tout comme dans les pays voisins. Mais les hospitalisations et les décès restent bien moins élevés que ce printemps.

Ce constat rassure le personnel soignant qui redoutait, dans un premier temps, une reprise de l'épidémie. S'il ne baisse pas la garde, il salue une meilleure protection des populations à risque. "Au début, quand on a vu la réapparition des cas, on s'est dit que ça allait nous retomber dessus", explique Jérôme Pugin, médecin-chef du service des soins intensifs aux HUG. "Ce n'est pas le cas, car c'est une autre frange de la population qui s'infecte."

Selon lui, la majorité des cas actuels concernent donc aujourd'hui des patients plus jeunes, en meilleure santé et souvent avec des symptômes moins graves que les malades admis à l'hôpital au printemps dernier. Mais l'augmentation actuelle du nombre de tests positifs dans la population jeune  pourrait très vite rattraper les patients à risque. Car contrairement à ce qu'ont avancé certaines études, le virus ne semble pas être devenu moins mortel en mutant ces derniers mois.

>> Ecouter le sujet dans La Matinale:

Un test de Covid 19 à Lausanne. [Laurent Gillieron - Keystone]Laurent Gillieron - Keystone
Les nouveaux cas de Covid augmentent, mais les hospitalisations et les décès sont moins élevés que ce printemps / La Matinale / 1 min. / le 8 septembre 2020

>> Lire aussi: Les cas de Covid-19 augmentent, mais pas les hospitalisations: pourquoi?

07h40

Le Covid-19 va peser sur la charge de l'assurance maladie

La réduction du temps de travail instaurée dans de nombreuses entreprises et la hausse du chômage réduisent les revenus des ménages suisses, montre une étude de Comparis. Cette situation va avoir des répercussions sur la charge des primes de l'assurance maladie.

"Comme de nombreux ménages disposent de moins d'argent à cause du coronavirus, une augmentation moyenne des primes de l'assurance maladie de l'ordre de 1% l'an prochain conduira à une charge supplémentaire significative", avertit l'expert en assurance-maladie du site de comparaison en ligne.

A noter que les primes de l'assurance maladie représentent en moyenne 6,2% des dépenses des ménages. Avec une réduction de salaire de 20 à 30%, la charge des primes les plus élevées va monter jusqu'à 16% du revenu brut, estime l'étude.

07h30

La durée de la quarantaine toujours en question

Alain Berset a rencontré les directeurs cantonaux de la santé à Berne, dans le cadre de l'échange régulier d'informations concernant le coronavirus. Aucune décision concrète n'a été communiquée après la réunion d'environ deux heures.

La question de la durée de la quarantaine a été abordée, a indiqué Lukas Engelberger, président de la Conférence des directrices et directeurs cantonaux de la santé (CDS) après la réunion. Mais aucune décision n'a encore été prise quant à ce sujet, a-t-il poursuivi.

>> Retour dans le 19h30 sur le débat concernant la durée de la quarantaine:

COVID19: Le nombre de jours de la quarantaine fait débat en Europe [RTS]
COVID19: Le nombre de jours de la quarantaine fait débat en Europe / 19h30 / 1 min. / le 7 septembre 2020

"Eviter que les gens ne respectent plus les quarantaines"

Pour Pierre-Alain Schnegg, conseiller d’Etat bernois en charge de la Santé et donc présent lundi après-midi, il apparaît important d'améliorer la situation, car d'après-lui, de plus en plus de gens n'acceptent plus cette quarantaine.

Interviewé dans Forum, l'élu UDC milite pour une durée de quarantaine plus courte, "5 ou 6 jours" après laquelle un employé testé négatif peut revenir au travail, avec des mesures de protection adéquates, comme le masque.

Et d'ajouter: "La personne de retour chez son employeur pourrait ensuite être testée une seconde fois, afin de sortir complètement de la quarantaine (...) Au final, je pense vraiment que les gens suivraient plus la quarantaine si elle était plus courte et accompagnée de ce genre de mesures."

>> L'interview de Pierre-Alain Schnegg dans Forum:

Faut-il réduire la durée des quarantaines ? L’analyse de Pierre-Alain Schnegg [RTS]
Faut-il réduire la durée des quarantaines ? L’analyse de Pierre-Alain Schnegg / Forum (vidéo) / 4 min. / le 7 septembre 2020

Dans le 19h30, la ministre vaudoise de la Santé Rebecca Ruiz a de son côté déclaré qu'"un certain nombre de cantons" dont le sien ont demandé à la Confédération d'"avoir une approche pragmatique" et de permettre aux personnes concernées de retourner au travail après cinq jours de quarantaine moyennant le port d'un masque.

>> L'interview de Rebecca Ruiz dans le 19h30:

Rebecca Ruiz (VD): "Plusieurs cantons ont demandé à la confédération d’évaluer la situation pour alléger la quarantaine." [RTS]
Rebecca Ruiz (VD): "Plusieurs cantons ont demandé à la confédération d’évaluer la situation pour alléger la quarantaine." / 19h30 / 1 min. / le 7 septembre 2020

Pour rappel, environ 12'000 personnes sont actuellement en quarantaine en Suisse.

07h20

Forum spécial école et Covid - réponses aux auditeurs

La pandémie de coronavirus complique l’accueil des enfants à l’école ou à la crèche. L’organisation familiale et professionnelle peut s’apparenter à un vrai casse-tête. Forum a donné la parole aux auditeurs.

Trois invitées étaient présentes pour répondre à leurs questions: Monika Maire Hefti, conseillère d’Etat neuchâteloise en charge de l’instruction publique, Sandra Asner, responsable de l'Unité d'infectiologie pédiatrique au CHUV, et Nadine Gobet, juriste en droit du travail et directrice de la Fédération Patronale et Economique.

>> Revoir les réponses aux questions des auditeurs:

École et Covid, le casse-tête ? Réponse aux questions des auditeurs [RTS]
École et Covid, le casse-tête ? Réponse aux questions des auditeurs / Forum (vidéo) / 35 min. / le 7 septembre 2020

07h00

Premières décisions à Berne

Dès le premier jour de la session d'automne, les parlementaires ont commencé à examiner diverses mesures liées au Covid-19.

Le Conseil des Etats a ainsi unanimement soutenu une enveloppe de 700 millions de francs destinée aux entreprises de transports publics touchées de plein fouet par le Covid-19.

Le Conseil national a approuvé à l'unanimité une adaptation de loi qui accorde un financement additionnel extraordinaire de 14,2 milliards de francs à l'assurance-chômage en raison du Covid-19.

>> Le suivi de la session des Chambres: De retour à Berne, les parlementaires entament l'examen de diverses mesures liées au Covid-19

06h40

Premières impressions derrière les vitres

Les parlementaires fédéraux sont de retour au Palais fédéral pour la session d'automne. Pour leur permettre de travailler côte à côte durant trois semaines, plusieurs mesures de protection sanitaire ont été mises en place. On trouve notamment de nombreuses affiches rappelant les consignes de base, et des restrictions du nombre de personnes dans certaines salles de réunion.

Les places dans les tribunes des visiteurs ont été limitées. Quant au port du masque, il n'est pas obligatoire mais vivement recommandé lors des déplacements dans le bâtiment.

>> Les premières impressions des parlementaires dans le 19h30:

La rentrée parlementaire derrière le plexiglas [RTS]
La rentrée parlementaire derrière le plexiglas / 19h30 / 2 min. / le 7 septembre 2020

06h20

Retour sur la journée de lundi

La Suisse comptait lundi 191 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures, selon les chiffres de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). Comme 4609 tests ont été effectués, le ratio de tests positifs s'élève à 4,14%, soit une hausse par rapport aux derniers jours (3,52% dimanche, 2,82% samedi et 2,49% vendredi). Deux personnes ont nouvellement été hospitalisées et un nouveau décès est signalé.

>> Retour sur la journée de lundi: La Suisse compte 191 nouveaux cas de Covid-19 pour 4609 tests effectués

06h00

Le dossier complet

Retrouvez dans notre dossier toutes les informations, toutes les analyses et toutes les émissions consacrées au coronavirus.

Le dossier consacré à l'épidémie de coronavirus