Banner du 9 juillet. [Keystone]
Publié Modifié

Des millions de masques rappelés par l'armée suite à une contamination

- La Suisse a enregistré jeudi 88 nouveaux cas de Covid-19, a annoncé l'Office fédéral de la santé publique dans son bilan quotidien. Ce nombre se situe dans la moyenne des cinq derniers jours. Il n'y a pas eu de nouveau décès, tandis que 10 personnes ont été hospitalisées.

- Les cantons de Bâle-Ville, Bâle-Campagne, Soleure et Argovie ont décidé de limiter dès jeudi à 100 le nombre maximal de personnes admises dans les restaurants, bars, boîtes de nuit et autres événements organisés.

- Par mesure de précaution, la Confédération a rappelé 13,5 millions de masques d'hygiène après que des analyses ont montré des traces d'un champignon (Aspergillus fumigatus). Ils seront remplacés gratuitement, indique l'armée jeudi dans un communiqué.

- Un sondage de Comparis montre que plus de la moitié de la population suisse (56%) n'entend pas installer SwissCovid. La majorité des sondés ne croit pas à son utilité.

- L'OFSP recommande toujours de conserver une distance de 1,5 mètre avec les personnes qui ne sont pas du même ménage, de porter un masque dans le cas où cette distance ne peut être maintenue et de respecter les règles d'hygiène.

Suivi assuré par la rédaction multimédia de RTSinfo

22h00

La liste des pays "risqués" ne fait pas l'unanimité

Les voyageurs arrivant sur le sol suisse en provenance de pays considérés comme étant "à risque" de contamination sont encore souvent mal informés, et les contrôles sont difficiles. Il est encore difficile pour les cantons d’identifier les personnes concernées et de vérifier qu’elles respectent la consigne.

Une solution serait d’obliger les compagnies aériennes à transmettre les listes de passagers aux cantons. Mais une telle décision est pour l'heure écartée, car elle pose de nombreux problèmes en termes de protection des données et de logistique.

>> Les précisions du 19h30:

Covid-19: la mise en quarantaine des personnes revenant de l'étranger est difficile à appliquer. [RTS]
Covid-19: la mise en quarantaine des personnes revenant de l'étranger est difficile à appliquer. / 19h30 / 1 min. / le 9 juillet 2020

L’OFSP a promis jeudi de se pencher sur le problème. Et s'il n'a pas encore pris de décision concrète, la pression monte, à l'entame des vacances, pour que l'on donne aux cantons les moyens de faire respecter les directives du Conseil fédéral.

Mais pour Valérie d'Acremont, infectiologue, spécialiste en médecine tropicale et membre de la task force vaudoise sur le Covid-19, c'est l'établissement lui-même d'une liste de pays à risque qui pose problème, car cela ne tient pas compte des disparités régionales. "Ce n'est pas très efficace de clouer certains pays au pilori" estime-t-elle, rappelant que ces recommandations ne sont "pas soutenues du tout par l'OMS".

>> La réaction entière de Valérie d'Acremont:

Valérie D'Acremont à propos de la liste des pays à risque. [RTS]
Valérie D'Acremont à propos de la liste des pays à risque. / 19h30 / 2 min. / le 9 juillet 2020

Elle estime par ailleurs que le plus important reste la responsabilité individuelle et la solidarité de chacun.

20h00

Le point sur la course au vaccin

En vue d'une sortie de crise, beaucoup d'espoirs reposent sur les entreprises pharmaceutiques et l'arrivée d'un vaccin contre le Covid-19. Une centaine d'essais ont été lancés à travers le monde, et environs dix produits sont actuellement testés sur l'être humain.

L'enjeu est tel que, pour être sûrs d'être prêts une fois les essais cliniques validés, certains laboratoires ont décidé de produire des premiers lots de vaccin avant même d'avoir obtenu le feu vert des autorités sanitaires. Une prise de risque qui en dit long sur la pression exercée sur l'industrie pharmaceutique et sur les équipes de recherche.

La Suisse joue également un grand rôle dans cette course, tant au niveau de la recherche que de la production, et les autorités sont actuellement en pourparlers avec des entreprises pharmaceutiques. Elles doivent annoncer prochainement quel laboratoire elles soutiendront dans cette course au vaccin.

Quoi qu'il en soit, un éventuel vaccin ne devrait pas être commercialisé avant plusieurs années.

>> Les précisions de Sophie Iselin dans Forum:

La recherche d'un vaccin contre le coronavirus est en cours dans de nombreux pays. [Gabriele Putzu - Keystone]Gabriele Putzu - Keystone
La course au vaccin pour le coronavirus est toujours en cours / Forum / 3 min. / le 9 juillet 2020

19h15

Du "théâtre pandémique" depuis sa voiture

Deux jeunes comédiens, Alexandre Hoesli et Victor Lafrej, ont lancé un projet de "théâtre pandémique". Ce spectacle de rue gratuit, qui se joue devant les anciens abattoirs de la Chaux-de-Fonds (NE), propose aux spectateurs un système de drive-in. Concrètement, les voitures sont garées en arc de cercle autour d'un grand espace de jeu, et le son est radiodiffusé.

À l'origine de l'idée, une proposition de leur metteur en scène à Paris - où ils ont étudié - d'imaginer le théâtre d'après-Covid. L'envie, aussi, d'expérimenter le théâtre de rue, avec ses contraintes et nombreux paramètres à prendre en compte.

C'est une pièce qui parle du confinement, raconte Victor Lafrej. Dans ce contexte, un personnage écrivain va faire la connaissance de son voisin et lui raconter plusieurs histoires, qui seront jouées par les deux acteurs.

Jouer avec la contrainte des distances physiques, ça représente surtout un gros processus dans l'écriture. "Il faut trouver des excuses, des justifications", explique Alexandre Hoesli. "On a pris du plaisir à jouer avec les règles", ajoute-t-il, "il y a quelque chose de très intéressant dans la distance".

>> Écouter les deux comédiens dans Forum jeudi:

Théâtre pandémique 1 [Capture Youtube - Théâtre Pandémique]Capture Youtube - Théâtre Pandémique
Forum des idées - Le Théâtre pandémique / Forum / 6 min. / le 9 juillet 2020

Le concept rencontre un franc succès et affiche d'ores et déjà complet pour tout l'été, mais des dates supplémentaires devraient être planifiées.

>> Regarder la bande-annonce du projet sur YouTube

18h30

Des millions de masques retirés après une contamination

Par mesure de précaution, la Confédération a rappelé 13,5 millions de masques d'hygiène après que des analyses ont montré des traces d'un champignon (Aspergillus fumigatus). Ils seront remplacés gratuitement, indique l'armée jeudi dans un communiqué.

Ces masques contaminés proviennent d'un ancien stock que la Confédération avait acquis en 2007 dans le cadre de sa préparation à une pandémie et étaient stockés à la pharmacie de l'armée. Au début de la crise du Covid-19, ils ont été remis gratuitement à diverses institutions et aux cantons, principalement dans le domaine de la santé. Les lots qui ont été fournis aux commerces ne sont pas concernés.

Or, des traces d'une contamination microbiologique ont été repérées par le laboratoire des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) sur un échantillon. La présence de ce champignon a été détectée sur certains masques et pas sur d'autres, mais comme il est impossible de tester l'ensemble des masques, tout le lot est rappelé à titre préventif.

Champignon inoffensif dans la majorité des cas

Tous les groupes concernés ont été avertis, et les masques seront remplacés à partir de la semaine prochaine. Aucune contamination de ce type n'avait été détectée lors des tests précédents, précise encore l'armée.

Des traces de contamination ont également été trouvées dans un autre lot de 305'000 masques FFP2. Ils seront eux aussi retirés et vérifiés à titre de précaution. Une analyse est en cours pour déterminer l'origine de ces traces fongiques, qui pourraient provenir du transport ou du lieu de stockage.

Le champignon Aspergillus fumigatus est relativement inoffensif pour la majorité de la population. Mais il peut toutefois s'avérer dangereux chez des personnes dont le système immunitaire est affaibli.

17h40

Traçage renforcé dans les discothèques jurassiennes

Dès ce week-end, les discothèques jurassiennes utiliseront une plateforme en ligne afin de répondre aux exigences cantonales en matière de traçage dans le cadre de la pandémie de Covid-19.

Le Service de l’informatique et le Service de l’économie du canton du Jura ont rencontré ce matin les gérants des discothèques afin de leur présenter cette solution de traçage numérique qui doit permettre d’améliorer la récolte des données tout en diminuant les contraintes pour les exploitants. Nommée "Swiss Night Pass", cette option est déjà utilisée dans le canton de Vaud et permet de respecter la vie privée des fêtards.

Concrètement, dès vendredi, les personnes qui fréquentent les discothèques jurassiennes seront appelées à s’inscrire gratuitement sur la plateforme save-the-night.ch. Ils pourront le faire en amont, ou sur place, à l’entrée de l’établissement. L'inscription leur permettra de recevoir un lien par SMS pour télécharger leur "Swiss Night Pass" sous la forme d’un unique QR Code, qui devra être présenté et scanné à l’entrée des établissements.

Cette solution doit permettre aux discothèques de gagner du temps lors du traçage à l’entrée, mais aussi de pouvoir fournir aux autorités cantonales des listes de clients complètes en cas de demande. Un premier test sera effectué ce week-end dans les trois discothèques du canton. S’il est satisfaisant, le système pourrait être étendu aux bars et aux autres établissements de restauration.  

17h10

Genève veut valoriser ses entreprises locales

La Chambre de commerce, d'industrie et des services de Genève (CCIG) a lancé une campagne destinée à les valoriser les entrepreneurs du canton. Les initiateurs ambitionnent également de faire de la pédagogie et parlent de "vulgarisation économique".

Sous le slogan "Nos entreprises, notre avenir", la campagne se présente sous la forme d'affiches et de vidéos représentant le quotidien de certains membres de la CCIG et décrivant en quoi les activités de leur entreprise sont utiles au canton. Elle a été déjà lancée par des micro-trottoirs diffusés sur Facebook. Dès le 15 juillet, les visuels tapisseront certains véhicules des Transport publics genevois. Le coût de ce projet est devisé à 50'000 francs.

"Dans la société civile et dans le grand public, il y a parfois une connaissance assez limitée (...) des enjeux économique", a affirmé le directeur de la chambre Vincent Subilia, soulignant qu'il ne s'agissait pas d'une critique. Face à ce constat, la CCIG veut rappeler le rôle crucial des entreprises pour l'emploi et dans le financement des infrastructures.

Pour Anne-Sophie Dunand-Blaesi, directrice de l'entreprise Aprotec et participante à la campagne, il s'agit surtout de "mettre en avant les PME de la région" pour montrer "ce que l'on fait de nos mains, avec passion".

16h45

Le far° festival de Nyon revoit sa formule

Face à la crise, le far° festival des arts vivants de Nyon (VD) a entièrement revu son concept et son organisation. Pour sa 36e édition, l'événement abandonne le nom de "festival" pour se muer en "fabrique" des arts vivants, et annonce une nouvelle temporalité et localisation.

Il a dévoilé jeudi son programme sous le titre "Communs singuliers", premier temps fort d'une série qui se déploiera du printemps 2020 à l'été 2021, avec pour objectif de "faire exister les arts vivants différemment". Les organisateurs annoncent ainsi des performances dans l'espace public, des projets radiophoniques, des parcours chorégraphiques en pleine nature, des partages de récits en tête à tête, ou encore des œuvres envoyées à domicile et à activer soi-même.

Les projets se déploieront dans des contextes géographiques différents, partant de la région nyonnaise pour s'entendre jusqu'à La Chaux-de-Fonds et dans le Val d'Anniviers au printemps prochain.

Le premier volet "Communs singuliers #1" se tiendra du 13 au 22 août et accueillera une dizaine d'artistes de Suisse, de France, d'Italie, d'Autriche et de Grande-Bretagne. Les prochains épisodes auront lieu dès l'automne.

16h30

Plus de 5 millions de francs de fraude aux "crédits Covid" à Zurich

Le Ministère public zurichois enquête sur 24 cas avérés de fraudes aux crédits bancaires liés au Covid-19, a annoncé jeudi le Conseil d'Etat zurichois. La somme délictueuse totale s'élève à 5,16 millions de francs dans le canton. Seize autres cas suspects sont par ailleurs sous le radar de la police.

Ces cas concernent exclusivement des crédits garantis par la Confédération. Les crédits garantis par le canton de Zurich n'ont pas fait l'objet de fraudes, ces derniers étant accordés de manière plus contrôlée et moins rapide, indique jeudi le gouvernement zurichois. L'exécutif répondait à une interpellation parlementaire du groupe UDC au Grand Conseil.

15h10

Célèbre palace genevois, le Richemond ferme pour une durée indéterminée

L'hôtel Le Richemond, célèbre palace genevois du bord du lac, ferme ses portes pour une durée indéterminée. Avec le Covid-19, l'appel à rester chez soi, les vols annulés et les touristes absents, l'hôtel n'enregistrait en effet plus de réservations. En avril et mai, le taux d’occupation a atteint péniblement les 10%. Selon la direction, il n'y a pas d'amélioration en vue. Sa fermeture était la seule solution pour "arrêter l'hémorragie", a indiqué à la RTS le directeur de l'hôtel, joint par téléphone.

>> Plus de détails dans notre article: L'hôtel Richemond à Genève annonce sa fermeture, terrassé par la crise du Covid

Cette fermeture implique le licenciements de 130 collaborateurs fixes. Ouvert en 1875, l'hôtel a hébergé des clients comme Charlin Chaplin, Louis Armstrong, Marc Chagall ou encore Sophia Loren. Il est l'un des rares palaces genevois à ne pas faire partie d'un grand groupe international d'hôtels.

>> Ecouter la réaction de Marie Forestier, membre du Comité exécutif d'HotellerieSuisse:

Marie Forestier. [Jean-Christophe Bott - Keystone]Jean-Christophe Bott - Keystone
Fermeture de l’hôtel Richemond à Genève: interview de Marie Forestier / Le 12h30 / 2 min. / le 9 juillet 2020

14h55

Une personne sur quatre a été contaminée à l'étranger

Si un grand nombre de contaminations ont eu lieu dans des boîtes de nuit, certains cas se sont déclarés lors de rassemblements comme des enterrements ou sur les lieux de travail, a détaillé jeudi le nouveau "Monsieur Covid-19" Stefan Kuster lors de la conférence de presse de l'OFSP.

En outre, une personne sur quatre a été contaminée à l'étranger, dans des pays considérés comme à risque, a-t-il révélé. Dès lors, l'information aux personnes qui rentrent de l'étranger va être intensifiée. Il en va néanmoins de la responsabilité de chacun, a précisé Stefan Kuster. Des contrôles systématiques aux frontières ou dans les aéroports ne sont pas prévus, sans quoi il s'agirait alors d'une nouvelle fermeture des frontières.

14h45

La situation semble se stabiliser, informe l'OFSP

Avec 88 nouveaux cas recensés jeudi, la situation semble se stabiliser, a expliqué le chef de la division Maladies transmissibles de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) Stefan Kuster lors du point de presse des experts de la Confédération jeudi à 14h. Un total de 29 personnes se trouvent actuellement aux soins intensifs sous respirateur artificiel dans l'ensemble du pays.

Le taux de reproduction de la maladie se situe actuellement à 1,38. Une personne infectée contamine donc plus d'une personne. L'objectif est de maintenir ce chiffre au-dessous de 1, a-t-il rappelé.

Près de 3000 personnes sont actuellement placées en quarantaine, ce qui représente une grande charge pour les cantons, a reconnu Stefan Kuster. L'application SwissCovid, elle, a enregistré 60 cas positifs depuis son lancement. Son utilisation reste sensée et le taux de téléchargement en Suisse est positif par rapport aux autres pays, estime l'expert de la Confédération.

14h35

A Neuchâtel, un drapeau informe du niveau de gravité de la pandémie

Neuchâtel a décidé de hisser un drapeau sur son Château, siège du gouvernement, pour indiquer le niveau de la pandémie de Covid-19 dans le canton. Actuellement, les cas restent sporadiques et le pavillon est bleu.

Si la situation épidémique change, le drapeau passera au jaune en cas de flambée limitée, puis à l'orange en cas de transmission persistante du virus, puis au rouge en cas de progression exponentielle. Le médecin cantonal Claude-François Robert a expliqué à fin juin qu'il changera aussi la couleur de sa cravate en fonction de l'évolution de la pandémie

S'il y a trois cas par jour pendant trois jours, le niveau d'alerte suivant sera activé, avait précisé le médecin cantonal. A l'inverse, le drapeau passera au vert quand la pandémie ne présentera plus de danger.

Le drapeau est actuellement bleu car le canton n'a enregistré que 26 nouveaux cas en plus de 30 jours. [Laurent Gillieron - Keystone]Le drapeau est actuellement bleu car le canton n'a enregistré que 26 nouveaux cas en plus de 30 jours. [Laurent Gillieron - Keystone]

14h30

CFF Cargo souffre de la crise

CFF Cargo est touché de plein fouet par la crise du Covid-19. L'entreprise de transports ferroviaires a subi une forte baisse du trafic. Par rapport à l'année dernière, sur la même période, la diminution des recettes est de l'ordre de 30 à 60 millions de francs, a indiqué jeudi sa directrice générale Désirée Baer.

La baisse du trafic a fortement varié en fonction des marchandises transportées. Celles destinées aux commerces de détail et les produits pétroliers ont augmenté de 40% dans certains cas, en raison des prix très bas. En revanche, les transports de kérosène et ceux pour le secteur automobile se sont totalement effondrés.

La crise a toutefois montré que CFF Cargo peut répondre avec souplesse à l'évolution des besoins des clients, a estimé la nouvelle directrice générale, en place depuis le 1er mars. Des capacités supplémentaires ont pu être mises en place rapidement pour le commerce de détail. CFF Cargo dispose en outre des liquidités nécessaires grâce au prêt de la Confédération, a ajouté Désirée Baer.

13h55

La gestion des quarantaines fait l'objet de critiques

L'Office fédéral de la santé publique (OFSP) fera le point cet après-midi sur la situation épidémiologique en Suisse. La gestion des quarantaines sera l'une des questions à l'ordre du jour. Elle est au coeur de la stratégie de la Confédération et des cantons, mais fait de plus en plus l'objet de critiques.

Depuis le début de la semaine, plus de 2000 passagers qui revenaient de pays à risques, comme les Etats-Unis, le Brésil ou la Serbie, ont transité par l'aéroport de Zurich. Or, certains d'entre eux n'ont appris leur obligation de quarantaine que grâce aux médias; d'autres n'étaient même pas au courant, a constaté la RTS lundi.

Les médecins cantonaux n'ont pour l'instant pas accès aux listes de voyageurs qui arrivent en Suisse, mais la compagnie Swiss serait disposée à leur transmettre cette information. Des solutions pourraient être évoquées par l'OFSP cet après-midi lors de sa conférence de presse prévue à 14h.

>> Regarder le sujet du 12h45 de la RTS:

Covid 19: la gestion des quarantaines pour les personnes revenant de l'étranger pose problème [RTS]
Covid 19: la gestion des quarantaines pour les personnes revenant de l'étranger pose problème / 12h45 / 1 min. / le 9 juillet 2020

13h45

Quatre cantons alémaniques instaurent une limite à 100 personnes

Les cantons du nord-ouest de la Suisse serrent la vis aux événements et aux établissements qui accueillent un grand nombre de clients. A partir de ce jeudi, les deux Bâle, Soleure et Argovie limitent à 100 le nombre maximal de personnes dans les restaurants, bars, boîtes de nuit et dans les différents événements organisés. A l'instar du Tessin, les 4 cantons du nord-ouest prennent donc des mesures plus restrictives que celles prônées par la Confédération, mais suivent en fait les recommandations de sa taskforce scientifique.

Seuls les établissements ou les événements qui peuvent garantir le respect des distances minimales d’1m50 et imposent le port du masque pourront encore accueillir 300 personnes, de même que les lieux divisés en plusieurs secteurs séparés suffisamment grands pour héberger 100 personnes chacun. Dans tous les cas, les tenanciers de bars et de clubs devront en outre enregistrer et vérifier l’identité de leurs clients, comme c’est déjà le cas à Berne, Zurich, Lucerne et Schaffhouse.

De plus en plus de cantons dévient donc des directives fédérales, par exemple Vaud et le Jura, les premiers à imposer le port du masque dans les magasins.

>> Les explications dans le 12h30:

Certains cantons alémaniques se montrent plus restrictifs que le Conseil fédéral. [Peter Nicholls - Reuters]Peter Nicholls - Reuters
Quatre cantons alémaniques limitent à 100 les clients dans certains établissements et événements / Le 12h30 / 1 min. / le 9 juillet 2020

13h10

La quarantaine de 580 personnes levée à Soleure

La quarantaine de 580 personnes dans le canton de Soleure a pris fin mardi. Elle avait été ordonnée après la découverte de la présence de personnes testées positives dans une boîte de nuit d'Olten et un bar de Granges. Cette affaire a demandé de gros efforts aux services responsables du traçage, a indiqué jeudi la chancellerie du canton de Soleure.

Dans le cas d'Olten, les services de traçage ont identifié 300 personnes qui ont été placées en quarantaine. Aucune n'a été testée positive, a précisé la chancellerie. Dans le cas de Granges, une personne testée positive n'a pas respecté la quarantaine et a participé à deux événements. Cette situation a provoqué la mise en quarantaine de 280 personnes supplémentaires. Parmi elles, une personne a été testée positive.

Une procédure pénale a été ouverte contre la personne qui n'a pas respecté la quarantaine. Selon la loi sur les épidémies, elle risque une amende pouvant aller jusqu'à 10'000 francs.

12h30

Le nombre de nouveaux cas repasse sous la barre des 100

L'Office fédéral de la santé publique (OFSP) a enregistré 88 nouvelles contaminations au SRAS-CoV-2 lors des dernières 24 heures, a-t-il indiqué dans son bilan quotidien. La plupart d'entre elles ont eu lieu entre le 5 et le 8 juillet. Au total, 32'586 personnes ont été testées positives depuis le début de l'épidémie, soit 3,8 habitants sur 1000.

Depuis le 1er juin, 1663 cas ont été enregistrés, soit 44 par jour en moyenne. 24% d'entre eux ont été signalés dans le canton de Zurich (406 cas). Vaud (228), Argovie (160), le Valais (128) et Fribourg (100) suivent. En proportion de la population, c'est cependant le canton de Jura qui a enregistré le plus de nouveaux cas en juin et juillet (5,99 pour 10'000 habitants).

Le nombre de décès demeure à 1686, selon l'OFSP. Le dernier a été enregistré jeudi de la semaine dernière. 10 personnes de plus ont en outre été hospitalisées par rapport au bilan communiqué la veille, pour un total de 4077 hospitalisations depuis le début de la crise.

Selon les chiffres fournis par les cantons, 14 personnes sont décédées du Covid-19 depuis le 1er juin, soit une tous les 2,7 jours en moyenne, pour un total de 1967 décès. 103 personnes sont actuellement soignées à l'hôpital des suites du Covid-19.

>> L'évolution du nombre de cas au jour le jour:

Les nouveaux cas annoncés par l’OFSP se répartissent sur plusieurs jours. Les données des derniers jours sont provisoires et complétées au fur et à mesure que les informations parviennent à l’OFSP

>> Le nombre de personnes en quarantaine par canton:

12h00

Le secteur de l'assurance devrait se remettre rapidement de la crise

Le secteur de l'assurance devrait se remettre rapidement du marasme économique mondial résultant de la crise du Covid-19, selon la dernière étude Sigma du géant de la réassurance Swiss Re. L'impact de la pandémie sur le secteur est considérable, avec une perte estimée à 51,6 milliards de francs. Dans un communiqué, Swiss Re avertit cependant que ce montant est à prendre avec des pincettes en raison des fortes incertitudes actuelles.

Les primes d'assurances mondiales devraient revenir aux niveaux d'avant la crise dès 2021, estime le centre d'études de Swiss Re. Malgré la plus grave récession de l'histoire depuis la Grande Dépression et un recul significatif de la demande en assurance cette année, le secteur devrait néanmoins reprendre plus vite que le reste de l'économie mondiale, rassure-t-il.

11h55

Légère baisse des nouveaux contrats d'apprentissage dans le Jura

En raison des effets de la pandémie, les contrats de formation en mode dual ont reculé dans le canton du Jura. Ils se sont élevés à 397 début juillet, contre 427 à la même période de l'an dernier. En tenant compte de l'ensemble des contrats de formation (y compris ceux à plein temps en écoles des métiers), 513 contrats ont été enregistrés pour la rentrée d'août, contre 501 en 2019.

"Cette situation était attendue suite au ralentissement ou à la fermeture de certaines entreprises en raison du Covid-19", a indiqué le Département de la formation, de la culture et des sports. Le canton a pris plusieurs mesures pour atténuer les effets de la crise. La première est d'octroyer une prime par contrat signé pour août. Début juillet, 136 entreprises avaient sollicité cette aide. Une autre mesure importante est celle qui permet aux entreprises de retarder l’engagement d’apprentis et la signature des contrats de formation jusqu’aux vacances d’automne.

11h40

La branche du bâtiment a le plus bénéficié des crédits Covid spéciaux

Les sociétés de construction, mais aussi le commerce de gros ainsi que l'hôtellerie et la restauration ont été les principaux secteurs à faire appel aux crédits d'urgence débloqués pour faire face à la pandémie de Covid-19, selon une étude d'UBS.

Sur les 2,7 milliards de francs de crédits spéciaux octroyés par UBS, la branche du bâtiment a obtenu 312 millions, mais en a seulement utilisés un peu plus de la moitié (55%). Le commerce de gros a lui reçu 271 millions de francs, mais n'en a effectivement utilisés que 53%. Suivent l'hôtellerie et la restauration avec 214 millions et le commerce de détail (211 millions).

La Banque nationale suisse avait récemment indiqué que presque 130'000 crédits avaient été octroyés et qu'une PME sur cinq avait contracté un tel emprunt pour un montant moyen d'environ 120'000 francs.

11h15

Les campings suisses font le plein cet été

Beaucoup de campings suisses affichent complet ou presque pour ces vacances d'été. C'est un soulagement pour les gérants, qui ont dû fermer au plus fort de la pandémie.

Depuis le 6 juin, ils peuvent à nouveau accueillir les vacanciers. Et ceux-ci sont au rendez-vous: au camping communal de Cudrefin (VD), au bord du lac de Neuchâtel, les gérantes confient qu'elles n'ont jamais vu autant de monde. Elles ont même dû renforcer l'effectif du secrétariat, qui croulait sous les demandes. Au total, elles attendent un peu moins de 2000 personnes sur place en plein coeur de l'été.

Le porte-parole du TCS, lui, annonçait début juin déjà une augmentation 70% des réservations pour l'été par rapport à l'an dernier à la même date dans leurs 29 campings. Les sites au bord des lacs sont les plus convoités.

>> Ecouter le reportage de La Matinale:

Le camping de Cheseaux-Noreaz, près d'Yvonand (VD) [Jean-Christophe Bott - Keystone]Jean-Christophe Bott - Keystone
Ici la Suisse - Les campings suisses font le plein cet été / La Matinale / 6 min. / le 9 juillet 2020

11h00

Incertitudes dans l'horlogerie

Les annonces de suppressions d'emplois se sont succédé ces dernières semaines chez des marques horlogères comme Greubel Forsey ou Corum, signale le syndicat Unia. Les sous-traitants ont aussi réduit la voilure, comme Gilbert Petit-Jean, actif dans l'assemblage de mouvements mécaniques aux Brenets (NE), qui a annoncé le 10 juin 30 licenciements.

"Les situations sont très contrastées d'une entreprise à l'autre. Certaines ont toujours du travail, y compris de toutes petites sociétés, et d'autres n'ont pas vendu une seule pièce depuis deux mois", a analysé jeudi le secrétaire général de la Convention patronale horlogère François Matile.

Dans l'horlogerie, quand la situation économique est mauvaise, les premiers à subir la crise sont les sous-traitants, surtout s'ils ne travaillent que pour ce secteur, comme les fabricants de boîtes, de cadrans ou d'aiguilles. Ceux qui sont actifs dans la galvanoplastie ou le décolletage ont d'autres débouchés, par exemple dans l'automobile, même si ce secteur est aussi en difficulté.

10h15

Berne communique désormais les localités dans lesquelles surviennent les nouveaux cas

Depuis deux semaines, le canton de Berne indique sur son site internet les localités dans lesquelles les nouveaux cas de Covid-19 sont signalés. Les données restent toutefois anonymes et ne peuvent pas être associées à des personnes, explique le canton.

Les chiffres sont actualisés les lundis, mercredis et vendredis. Selon les dernières données disponibles, le canton de Berne comptait 1967 cas depuis le début de la pandémie, dont 226 dans le Jura bernois, 211 en ville de Bienne et 130 dans le Seeland.

En donnant le nom des localités, cela permet à la population de prendre conscience que cela se passe aussi chez elle, a déclaré le directeur de la Santé bernoise Pierre Alain Schnegg au Quotidien Jurassien. Et tant pis si cela peut devenir anxiogène lorsque des cas sont signalés dans des villages relativement peu peuplés, comme à Court, dans le Jura bernois, le 2 juillet dernier, ou encore à Hettiswil, village de la commune de Krauchthal, le 5 juillet.

9h50

Les unis suisses participeront toujours au programme Erasmus

Les universités suisses participeront au programme Erasmus le semestre prochain alors que 20% des institutions étrangères, principalement anglo-saxonnes, y ont renoncé en raison de la pandémie.

"Nous accueillerons tous les étudiants qui veulent venir", a affirmé dans La Matinale Astrid Epiney, rectrice de l'Université de Fribourg.

L'an dernier, le programme suisse avait soutenu plus de 26'000 séjours, dont la moitié en Europe. L'année 2020 s'annonce quant à elle particulière.

"Nous vivons dans une certaine insécurité. Il faut prendre des décisions maintenant pour l'automne. Si la situation change, on pourra toujours modifier. A Fribourg, nous partons de l'idée que beaucoup d'échanges pourront se faire, en tout cas en Europe", espère Astrid Epiney.

>> L’interview d’Astrid Epiney dans La Matinale:

Les échanges Erasmus à l'épreuve du coronavirus. [Martial Trezzini - Keystone]Martial Trezzini - Keystone
Les échanges Erasmus à l'épreuve du coronavirus: interview d'Astrid Epiney / La Matinale / 6 min. / le 9 juillet 2020

9h15

Le déconfinement a fait doubler les ventes de motos

Après avoir plongé de près d'un quart sur un an à fin avril en raison de la crise sanitaire, les ventes de deux-roues motorisés ont connu en Suisse une poussée supérieure aux attentes en mai et en juin, à mesure de l'assouplissement des mesures de confinement.

Sur l'ensemble du premier semestre, les ventes de motos neuves ont ainsi progressé de 7,7% en rythme annuel, à 17'555 unités, "une avancée qui dépasse les expectatives les plus optimistes", indique l'Office suisse moto et scooter (Osms) jeudi dans un communiqué. Le marché des scooters, en revanche, n'est pas parvenu à se remettre entièrement des effets de la crise (-6,2% à 8548 véhicules). L'évolution de la branche dans son ensemble reste toutefois positive (+3,1%).

Après la chute massive de l'activité en mars et avril en raison des sept semaines de fermeture des commerces imposées par les autorités, les ventes ont littéralement explosé à partir de la levée progressive des mesures de verrouillage le 11 mai. Sur le seul mois de juin, elles ont quasiment doublé sur un an. Cette forte poussée pourrait s'expliquer notamment par une certaine réticence de la population à revenir aux transports publics en raison du Covid-19, avance l'Osms.

8h50

La crise sanitaire plombe la rentrée des écoles privées suisses

Baisse des inscriptions, demandes de remboursement... Les complications actuelles en matière de mobilité internationale plombent la prochaine rentrée scolaire des écoles privées suisses. Certains établissements évoquent même un avenir incertain.

"On penche sur une perte d'effectifs lors de la prochaine rentrée. Les parents qui choisissent de mettre leur enfant dans une école privée doivent faire un certain investissement. S'ils n'ont pas une sécurité par rapport à leur propre revenu, ça aura un impact sur les écoles", a témoigné Alexandre Moulin, directeur de l'école privée Ardévaz à Sion, dans La Matinale.

"Nous sommes inquiets par rapport aux décisions sanitaires que pourraient prendre la Suisse ou les autres Etats, puisque 70% de nos élèves viennent de l'étranger", confie pour sa part David Bagnoud, le président de la commune de Lens (VS), qui accueille la Régent International School. Du côté du Cesar Ritz Colleges du Bouveret (VS), la directrice Tanja Florenthal évoque déjà une baisse de 20% des inscriptions pour le nouveau semestre.

>> Ecouter le sujet de La Matinale:

Les inscriptions ont diminué de 20% au Cesar Ritz Colleges en raison de la crise sanitaire [Jean-Christophe Bott - Keystone]Jean-Christophe Bott - Keystone
La crise sanitaire plombe la rentrée des écoles privées suisses / La Matinale / 1 min. / le 9 juillet 2020

8h05

Forte pression attendue sur les logements à bas loyer

Il était déjà difficile de trouver un logement bon marché à Genève, Lausanne ou Zurich, et ça ne va pas s'arranger: selon une étude commandée par l’Office fédéral du logement, la situation risque encore d’empirer dans ces grandes villes en raison de la crise liée au Covid.

Selon l'office, près d’un quart des ménages en Suisse vivent dans un logement insatisfaisant: soit leur loyer pèse trop lourd sur leur budget, soit l'appartement est trop petit ou en mauvais état. Or, avec la crise qui se profile, ils risquent d’être encore plus nombreux.

"Le chômage augmente le risque de se retrouver dans une condition insatisfaisante de 40%. Il y aura sûrement plus de ménages en difficulté, qui devront chercher d’autres possibilités et d’autres logements", détaille Daniel Sager, économiste et co-auteur de l’étude.

Durée de publication des annonces en baisse

Ce sont les logements les moins chers qui seront convoités par ces ménages en difficulté. A Genève, Lausanne et Zurich, la demande s’accélère déjà: "On voit que, dans les grands centres, la durée de publication des annonces pour les appartements bon marché est en train de baisser rapidement par rapport aux autres régions", signale Daniel Sager.

Plusieurs experts de l’immobilier ne partagent pas cette conclusion, qu'ils jugent trop hâtive. Pour eux, si de nombreux ménages ont repris leurs recherches d’appartement après le semi-confinement, on ne peut pas encore conclure qu’ils le font pour des raisons financières.

>> Ecouter le sujet de La Matinale:

Le Covid-19 va précariser des ménages et renforcer la pression sur les logements à bas coût [Salvatore Di Nolfi - Keystone]Salvatore Di Nolfi - Keystone
La crise du Covid-19 va renforcer la demande de logements bon marché, indique une étude / La Matinale / 1 min. / le 9 juillet 2020

7h45

Des masques offerts aux plus démunis dans plusieurs cantons

Le port obligatoire d'un masque de protection dans les transports publics suisses et dans les commerces jurassiens et vaudois génère des dépenses supplémentaires qui pèsent sur le porte-monnaie de nombreux ménages en Suisse, notamment des plus pauvres.

Les autorités de certains cantons ou communes ont donc décidé d’en offrir gratuitement aux personnes les plus démunies, mais pas toutes. Leur geste fait suite à la recommandation, la semaine passée, de la Conférence suisse des institutions d'action sociale de distribuer des masques aux bénéficiaires de l'aide sociale. Le dispositif habituel prévoit un montant de 40 francs par mois à consacrer à la santé, mais l'achat de masques n'est pas inclus. Or, il peut se monter à une centaine de francs par mois pour une famille de quatre personnes.

Stock chez Caritas

De nombreuses communes suivent aujourd'hui cette recommandation, notamment celles des cantons de Zoug, d'Argovie ou de Zürich. D'autres localités ont choisi de verser une contribution pour l’achat de masques, en plus du montant normal de l'aide sociale. En ville de Zurich, le prix des masques est remboursé sur présentation de la facture. Dans le Jura, les 6000 personnes bénéficiant du subside complet à l'assurance maladie vont recevoir une boite de 50 masques.

Dans le canton de Berne, en revanche, point de salut: les bénéficiaires de l'aide sociale doivent payer eux-mêmes leurs masques. Il leur est même recommandé d’opter pour un masque réutilisable ou de le coudre. Les autres personnes touchées par la pauvreté et sans solution peuvent aussi obtenir gratuitement des masques auprès de Caritas, qui dispose d’un stock de 100'000 exemplaires.

>> Ecouter le sujet de La Matinale jeudi:

Certains cantons et communes fournissent gratuitement des masques de protection aux bénéficiaires de l'aide sociale [Ennio Leanza - Keystone]Ennio Leanza - Keystone
Certains cantons ont décidé d'offrir gratuitement des masques de protection aux personnes les plus démunies / La Matinale / 1 min. / le 9 juillet 2020

7h30

L'application SwissCovid ne convainc pas les Suisses

Un sondage de Comparis montre que plus de la moitié de la population en Suisse (56%) n'entend pas installer SwissCovid. La majorité des sondés ne croit pas à son utilité. Ils apprécient d'autres applications pour simplifier leur vie depuis l'arrivée du virus.

Avec 63% de non, la part des réfractaires est la plus importante chez les plus de 60 ans. Mais même chez les moins de 30 ans, plus de 52% refusent l'application de la Confédération. Ceci alors que presque 90% des personnes interrogées utilisent au moins une fois par semaine une application sur leur téléphone portable.

Selon l'expert du comparateur en ligne Jean-Claude Frick, c'est "désastreux", puisqu'il faudrait une participation de la population la plus large possible pour déployer un effet optimal de l'application de traçage. Les experts parlent d'au moins 60%.

Le sondage a été mené à la fin du mois de juin auprès de 1000 personnes de toutes les régions de la Suisse.

>> Les précisions de La Matinale:

L'application SwissCovid peine à convaincre les citoyens. [Pablo Gianinazzi - Ti-Press/Keystone]Pablo Gianinazzi - Ti-Press/Keystone
Une majorité de Suisses réticents à utiliser l'appli de traçage SwissCovid / La Matinale / 2 min. / le 9 juillet 2020

>> Lire aussi: Une majorité de Suisses réticents à utiliser l'appli de traçage SwissCovid

7h20

Le Festival de la Cité s'adapte à la crise

Cette année, pas de festivals tels que nous les connaissons. Coronavirus oblige, il est encore impossible de réunir des foules autour des concerts. Pourtant, une offre culturelle existe en Suisse romande, à l’image du Festival de la Cité à Lausanne, qui a réadapté son offre.

>> Voir le reportage du 19h30:

Certains festivals de l'été se sont adaptés face à la crise sanitaire, à l'image de celui de la Cité à Lausanne. [RTS]
Certains festivals de l'été se sont adaptés face à la crise sanitaire, à l'image de celui de la Cité à Lausanne. / 19h30 / 2 min. / le 8 juillet 2020

>> Voir aussi les explications de notre journaliste, Gilles de Diesbach:

Gilles de Diesbach:"Le mot d'ordre du Festival de la Cité cette année, c'est soyons discrets et contrôlons tout le monde." [RTS]
Gilles de Diesbach:"Le mot d'ordre du Festival de la Cité cette année, c'est soyons discrets et contrôlons tout le monde." / 19h30 / 1 min. / le 8 juillet 2020

7h10

Des inquiétudes dans le secteur des machines

Chez Steiger SA, les machines de hautes technologies destinées à la base à l’industrie du textile tricottent des masques. Une bouée de sauvetage pour l’entreprise du Chablais valaisan. En effet, depuis le mois de mars les commandes sont au point mort et une grande partie des employés sont au chômage technique. C’est précisément grâce à cette mesure que l’entreprise a pu tenir le choc sans licencier.

L’horizon en pointillé du secteur des machines inquiète la branche. La capacité à résister face à la crise dépendra en partie du domaine d’activités. En attendant, les yeux sont fixés sur la reprise du marché européen.

>> Voir le reportage du 19h30:

Dans certaines entreprises, on redoute l'automne et les licenciements si les carnets de commande ne se remplissent pas. [RTS]
Dans certaines entreprises, on redoute l'automne et les licenciements si les carnets de commande ne se remplissent pas. / 19h30 / 2 min. / le 8 juillet 2020

7h00

L'armée planifie une deuxième vague

L'armée se dit prête à affronter une éventuelle deuxième vague de cas de coronavirus. Son chef a ordonné de planifier ce cas de figure, a indiqué le porte-parole de l'armée Stefan Hofer.

L'armée pourrait fournir des militaires si le Conseil fédéral ou la société faisait appel à elle, a-t-il précisé mercredi. Cela peut également exiger une mobilisation. Des compagnies ou des bataillons entiers sont prêts à soutenir les autorités en trois ou quatre jours.

Le principe de subsidiarité s'appliquerait toujours: l'armée ne fournira que les services que la société ne peut pas assurer.

Tous les jours de services des militaires au front lors la vague de coronavirus jusqu'à il y a environ trois semaines ne sont pas comptabilisés. Cette mobilisation comptera pour une semaine de service. L'armée procède ainsi pour disposer de suffisamment de personnel en cas de nouvelle vague ou d'urgence. Les jours supplémentaires seront payés conformément à la loi militaire.

6h50

Un coup de main aux étudiants précaires

La crise du coronavirus a fait disparaître de nombreux petits emplois tout en créant de nouveaux besoins, notamment en termes de matériel informatique et de connectivité pour répondre aux exigences de l'enseignement à distance, estiment l'Université de Genève et la HES-SO Genève.

Les deux hautes écoles veulent aider les étudiants précarisés par la crise du coronavirus à hauteur de 4,6 millions francs en 2020-2021. Ce montant provient d'un partenariat public-privé.

Le nouveau dispositif se déploiera lors de l'année académique 2020-2021. Les étudiants qui en ont besoin pourront percevoir un forfait mensuel garanti de 600 francs au minimum selon leurs revenus. Les demandes devront être faites au début de chaque semestre. Les étudiants qui n'en bénéficieront pas pourront solliciter une aide ponctuelle de 600 à 1000 francs pour couvrir leurs besoins de base.

>> Voir l'interview dans Forum de Jasmine Champenois, directrice de la division de la formation et des étudiants de l'Université de Genève:

La crise du coronavirus précarise de nombreux étudiants: interview de Jasmine Champenois [RTS]
La crise du coronavirus précarise de nombreux étudiants: interview de Jasmine Champenois / Forum (vidéo) / 2 min. / le 8 juillet 2020

>> Voir aussi l'interview de David Raccaud, co-président la Fédération des associations d'étudiants de l'Université de Lausanne:

La crise du coronavirus précarise de nombreux étudiants: interview de David Raccaud [RTS]
La crise du coronavirus précarise de nombreux étudiants: interview de David Raccaud / Forum (vidéo) / 3 min. / le 8 juillet 2020

6h40

Les chiffres des isolements et quarantaines en Suisse

Depuis le lancement de l'application SwissCovid, de plus en plus de personnes peuvent être appelées à se mettre en quarantaine après avoir été en contact avec une personne contaminée au SARS-CoV-2. De plus, depuis le 6 juillet, les personnes entrant en Suisse depuis une zone considérée comme risquée doivent se plier à une quarantaine de 10 jours.

Le nombre de personnes en isolement ou en quarantaine a ainsi rapidement évolué ces dernières semaines.

Les pics atteints dans les canton de Zurich, d'Argovie et de Soleure peuvent également s'expliquer lié au cas de "super-propagation" survenus ces deux derniers week-end dans des clubs à Zurich et Olten (SO), et dans un bar à Spreitenbach (AG).

>> Le sujet sur les quarantaines dans le 19h30 de jeudi:

Forte hausse en Suisse du recours aux quarantaines pour tenter de maîtriser l'épidémie de coronavirus. [RTS]
Forte hausse en Suisse du recours aux quarantaines pour tenter de maîtriser l'épidémie de coronavirus. / 19h30 / 2 min. / le 2 juillet 2020

6h30

Masques obligatoires dans les grands commerces vaudois

Depuis mercredi, le masque est obligatoire dans les commerces vaudois accueillant plus de 10 clients. Le Conseil d’Etat l'a décidé la semaine dernière pour freiner la recrudescence des infections au Covid-19. Mais du côté des commerçants, on craint que cette nouvelle directive ne fasse fuir les clients.

>> Le sujet du 19h30:

Le port du masque est devenu obligatoire dans les magasins vaudois, une mesure relativement bien respectée. [RTS]
Le port du masque est devenu obligatoire dans les magasins vaudois, une mesure relativement bien respectée. / 19h30 / 2 min. / le 8 juillet 2020

6h15

Retour sur la journée de mercredi

La Suisse a enregistré 129 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures, a annoncé mercredi l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). C'est la première fois depuis cinq jours que le nombre de contaminations enregistrées repasse au-dessus de la barre des 100, mais les nouveaux cas annoncés se répartissent sur plusieurs jours. Les données des derniers jours sont provisoires et complétées au fur et à mesure que les informations parviennent à l’OFSP.

L'OFSP a fait état de 54 nouveaux cas mardi, 47 lundi, 70 dimanche et 97 samedi. Au total, la Suisse et la Principauté du Liechtenstein ont dénombré 32'498 cas confirmés depuis le début de la crise, dont 533 ces sept derniers jours. Aucun nouveau décès n'a été annoncé mercredi, le total étant maintenu à 1686.

6h00

Le dossier complet

Retrouvez dans notre dossier toutes les informations, toutes les analyses et toutes les émissions consacrées au coronavirus.

Le dossier consacré à l'épidémie de coronavirus