Banner 27 mai. [Keystone]
Publié Modifié

La limite de rassemblement va passer de 5 à 30 personnes dès samedi

- Les rassemblements allant jusqu'à 30 personnes seront autorisés dès samedi et la réouverture de cinémas, théâtres, zoos, remontées mécaniques, campings, piscines et écoles postobligatoires suivra le 6 juin. À partir de la même date, la limitation des groupes à quatre personnes dans les restaurants sera levée.

- Dès le 8 juin, les manifestations privées et publiques réunissant jusqu'à 300 personnes seront à nouveau permises, avec des plans de protection. Cela concerne les réunions familiales, les salons, les concerts, mais aussi les rassemblements politiques et de la société civile.

- Des manifestations sportives réunissant jusqu'à 300 personnes seront aussi possibles à partir du 6 juin. En prenant cette décision, le Conseil fédéral a donné son feu vert définitif à la reprise de la Swiss Football League.

- Les entreprises suisses pourront recruter dans l'UE, l'AELE et dans les Etats tiers dès le 8 juin. De plus, la libre circulation des personnes sera restaurée d'ici au 6 juillet dans tout l'espace Schengen.

- Pour la deuxième journée consécutive, la Suisse a enregistré 15 cas supplémentaires de Covid-19 en 24 heures, a annoncé mercredi l'Office fédéral de la santé publique. Le nombre de nouvelles contaminations est inférieur à 20 depuis une semaine. Un décès supplémentaires a en outre été enregistré.

Suivi assuré par la rédaction multimédia de RTSinfo

21h30

"On retourne à la normalité"

La conseillère fédérale Karin Keller-Sutter est revenue dans le 19h30 sur les annonces du jour et les larges assouplissements prévus par les autorités.

"C'est un soulagement pour tout le monde. On retourne à la normalité dans toute la Suisse, je crois que c'est un pas vers l'avant", a-t-elle expliqué.

"Il faut toujours rester prudent et appliquer les règles d'hygiène et de distance. Nous ne sommes pas encore au bout, mais nous regagnons nos libertés. Il faut dire un grand merci à la population, car on n'en serait pas là si elle n'avait pas respecté les règles du jeu", a ajouté la ministre.

>> L'interview de Karin Keller-Sutter dans le 19h30:

Karin Keller-Sutter: "C'est un pas que l'on fait. Nous ne sommes pas encore au bout, mais nous regagnons nos libertés." [RTS]
Karin Keller-Sutter: "C'est un pas que l'on fait. Nous ne sommes pas encore au bout, mais nous regagnons nos libertés." / 19h30 / 2 min. / le 27 mai 2020

>> Retour sur les annonces du Conseil fédéral:

Le Conseil fédéral assouplit les dernières grandes restrictions en vigueur face à l'épidémie. [RTS]
Le Conseil fédéral assouplit les dernières grandes restrictions en vigueur face à l'épidémie. / 19h30 / 2 min. / le 27 mai 2020

21h00

Les EMS ont été mis à l'épreuve

Les institutions de vieillesse du pays ont été mises à l'épreuve par la pandémie. Plus de la moitié des victimes romandes du nouveau coronavirus vivaient en EMS. Les syndicats dénoncent d'importants manquements et des responsables reconnaissent certaines lacunes.

Toutes les mesures ont-elles été prises pour préserver ces établissements? Cette population vulnérable est forcément plus à risque. Mais selon le Syndicat des Services Publics, des erreurs et des mesures insuffisantes en début de crise ont facilité la propagation du virus dans les EMS. "Il y a eu un manque de matériel criant dans les EMS", déplore Vanessa Monney, secrétaire syndicale au SSP Vaud.

>> Plus d'informations dans notre article: Les EMS ont-ils tout fait juste par rapport à la pandémie?

20h15

Trafic routier en hausse

Bien moins chargé pendant une longue période, le trafic a repris en Suisse. Les premiers bouchons ont été constatés et la situation pourrait bien empirer.

A Genève, sur le pont du Mont-Blanc, on compte notamment deux fois plus de véhicules qu'il y a un mois, selon les données récoltées par un bureau d'ingénieurs.

>> Les précisions du 19h30:

La reprise du trafic routier est forte depuis le début du déconfinement. [RTS]
La reprise du trafic routier est forte depuis le début du déconfinement. / 19h30 / 2 min. / le 27 mai 2020

19h15

Les réactions politiques

Interrogés dans l'émission Forum, des hommes et femmes politiques suisses se disent globalement satisfaits des nouvelles annonces du Conseil fédéral, même si quelques critiques sont aussi formulées.

"Je me réjouis particulièrement qu'on ait levé l'état d'urgence. C'était quelque chose de fondamental pour l'UDC. Par contre, je vois pour la première fois une certaine forme d'incohérence dans les décisions du Conseil fédéral, notamment avec le sport où les combats de lutte sont par exemple toujours interdits alors que la réouverture des discothèques est autorisée", explique Céline Amaudruz (UDC/GE)

"Je suis ravi. C'est au fond la récompense pour avoir été relativement disciplinés, la population a porté ces mesures. Le Conseil fédéral a pris des mesures un peu plus modérées que dans d'autres pays et le résultat est vraiment là, c'est une grande libération, même s'il faut rester prudents", indique pour sa part Roger Nordmann (PS/VD).

Philippe Nantermod (PLR/VS), lui, émet quelques doutes sur le système de déconfinement progressif. "Il laisse quand même une grande insécurité juridique: les entreprises, les citoyens, ne prévoient pas leur vie à une semaine ou deux. Enormément de manifestations prévues cet été ont été annulées et on voit aujourd'hui que certaines auraient quand même pu avoir lieu avec les nouvelles règles qui seront en vigueur."

>> Les réactions des élus dans Forum:

Crise sanitaire: bilan et perspectives (vidéo) [RTS]
Crise sanitaire: bilan et perspectives (vidéo) / Forum (vidéo) / 14 min. / le 27 mai 2020

18h30

Une deuxième vague? La vérité dans les courbes

Au pic de l'épidémie, fin mars, la Suisse comptait presque 1500 nouveaux cas diagnostiqués de Covid-19 par jour. Au moment du premier assouplissement, le 27 avril, les chiffres tournaient encore autour des 100 cas par jour. Aujourd'hui, les données récoltées sont plutôt de l'ordre de 10 à 15 cas quotidiens, et 20 en moyenne sur les 7 derniers jours.

Si le nombre de diagnostics est à prendre avec des pincettes, puisque certains cas peuvent passer inaperçus, il s'agit tout de même du premier indicateur à réagir si les courbes devaient remonter.

Celles-ci ont en effet une certaine inertie, avec un délai d'une douzaine de jours entre le temps de l'infection et les symptômes, puis le test et l'enregistrement de ce dernier. Il y a aussi l'effet du week-end, où les chiffres sont systématiquement plus bas.

Il a donc fallu attendre ces derniers jours pour se rendre compte que les réouvertures du 11 mai - des écoles notamment - n'ont pas automatiquement fait remonter la courbe.

>> Les précisions dans Forum:

Au-delà des chiffres (vidéo) - Une seconde vague? [RTS]
Au-delà des chiffres (vidéo) - Une seconde vague? / Forum (vidéo) / 6 min. / le 27 mai 2020

18h15

"Tout ce que nous avons appris ne sera pas oublié"

Le Conseil fédéral a présenté mercredi de larges assouplissements dans les mesures visant à lutter contre l'épidémie de coronavirus.

"Nous avons passé un premier cap. Une situation qu'on ne connaissait pas nous est arrivée, nous avons dû nous mettre en ordre de bataille avec le système de santé, nous avons aussi pris des mesures très difficiles. Aujourd'hui nous avons bien maîtrisé cette première étape, nous avons une situation qui est sous contrôle", explique le conseiller fédéral Alain Berset dans Forum.

>> Toutes les informations sur les décisions des autorités dans notre article: Le Conseil fédéral décide un large assouplissement pour le 6 juin: le détail des mesures

Le ministre se montre confiant: "Je crois que la situation est bonne, mais évidemment qu'elle peut évoluer. Je suis certain que tout ce que nous avons appris ensemble durant ces derniers mois ne va pas être oublié de si vite. On sait beaucoup mieux comment se protéger, que de tenir une certaine distance peut aider, que l'hygiène des mains est très importante. Il faudra réussir à mobiliser ces connaissances si cela est nécessaire."

>> L'interview d'Alain Berset dans Forum:

Déconfinement: les nouvelles mesures du Conseil fédéral, l’interview d’Alain Berset (vidéo) [RTS]
Déconfinement: les nouvelles mesures du Conseil fédéral, l’interview d’Alain Berset (vidéo) / Forum (vidéo) / 9 min. / le 27 mai 2020

18h00

Députés vaudois pas indemnisés

Les députés au Grand Conseil vaudois ne seront pas indemnisés pour les séances manquées durant la crise du coronavirus. Ni par le biais d'un décret complémentaire, ni par l'indemnisation du travail informel effectué.

Alors que plusieurs séances parlementaires ont été annulées en raison de la crise sanitaire, le Bureau du Grand Conseil a été interpellé par plusieurs députés pour une éventuelle indemnisation. Celle-ci aurait permis de compenser en partie les annulations qui ont mis certains députés dans une situation financière délicate, écrit-il mercredi.

Le Bureau élargi (où l’ensemble des groupes politiques sont représentés) a été consulté. Il a opté pour la rédaction d’un décret complétant celui actuellement en vigueur sur les indemnités. Il prévoyait d'autoriser le versement d’indemnités partielles dans des situations “exceptionnelles et non prévisibles, telles des pandémies ou des cas de force majeure”.

Mandatée pour analyser le problème, la Commission des finances (COFIN) a refusé cette proposition à une courte majorité. Elle a invité le Bureau du Grand Conseil à examiner une solution alternative, se basant sur l’indemnisation informelle des séances effectuées par les groupes politiques.

17h15

EasyJet revoit ses plans à la hausse à Genève

La compagnie à bas coûts Easyjet va doubler les capacités prévues pour le redémarrage de ses opérations depuis et vers la Suisse le 15 juin. Un avion supplémentaire desservira des destinations au départ de Genève. Le retour des vols depuis l'aéroport de Bâle en revanche n'est toujours pas à l'ordre du jour.

Une semaine après avoir annoncé la reprise de la desserte de Lisbonne, Porto, Nice et Barcelone depuis Genève-Cointrin, Easyjet a revu ses plans à la hausse. "Nous avons ajouté un deuxième avion au départ de Genève, avec des routes supplémentaires", a indiqué mercredi à AWP Thomas Haagensen, directeur des marchés du groupe.

La compagnie orange reprendra donc également ses opérations vers Bordeaux, Nantes et Brindisi, en Italie. "Malheureusement, nous avons dû changer nos plans pour Barcelone", dont la desserte depuis la Suisse a été reportée à une date indéterminée. Le redémarrage des opérations au départ de l'EuroAirport ne figure lui aussi pas encore au calendrier.

16h45

Remerciements à Daniel Koch

A la fin de la conférence de presse du Conseil fédéral, Alain Berset a tenu à remercier Daniel Koch, qui prend sa retraite.

"C'est un peu inhabituel mais je vais saisir cette occasion pour vous dire que cette nouvelle étape est également le synonyme d'un nouveau départ, celui de Daniel Koch, délégué de l'OFSP pour le coronavirus, ancien chef de la division maladie transmissible qui va enfin pouvoir prendre sa retraite. Une retraite qui a été différée par l'arrivée du coronavirus", a expliqué le ministre.

"Je saisis l'occasion pour remercier Daniel Koch, pour cet infatigable engagement, il a participé à toutes les conférences de presse du Conseil fédéral, plus à 21 points de presse techniques... à chaque fois avec une autre cravate!", s'est encore amusé Alain Berset.

"Je salue ses connaissances scientifiques, sa capacité à vulgariser, sa modestie face au virus dont on connaissait peu de choses au début."

Hommage à Daniel Koch [RTS]
Hommage à Daniel Koch / 19h30 / 2 min. / le 27 mai 2020

16h30

L'EPFZ étudie le scénario d'une deuxième vague

Une deuxième vague de Covid-19 avec un taux de reproduction à peine supérieur à 1 pourrait provoquer jusqu'à 5000 nouveaux décès, ont calculé des chercheurs de l'EPFZ. Les scientifiques craignent un relâchement du côté de la population et dans les écoles.

Si une deuxième vague se produit en Suisse, elle sera nettement plus lente que la première, a indiqué mercredi l'Ecole polytechnique fédérale de Zurich (EPFZ) dans un communiqué.

Le nombre des malades augmentera moins rapidement car la population a appris à se protéger et est désormais plus prudente qu'au début de l'épidémie. Même si le taux de reproduction de la maladie (la valeur R0) remonte au-dessus de 1, le système de santé ne devrait pas être débordé, selon les chercheurs.

Pour faire reculer la pandémie, il est important que ce taux descende au-dessous de 1, soit qu'un porteur de la maladie contamine moins d'une personne. Selon l'auteur de l'étude Dirk Mohr, une deuxième vague avec une valeur RO à peine supérieure à 1 serait particulièrement pernicieuse.

16h00

Les cantons saluent la fin de la situation extraordinaire

La Conférence des gouvernements cantonaux (CdC) salue la fin de la situation extraordinaire pour le 19 juin. Les cantons sont capables d'évaluer une éventuelle nécessité d'agir et d'introduire les bonnes mesures localement, selon son président Benedikt Würth.

La situation épidémiologique est actuellement très différente d'une région à l'autre. Le maintien de règles nationales apparaît de plus en plus comme disproportionné et ne correspond plus à la réalité, a indiqué Benedikt Würth.

Les mesures doivent donc émaner de situations concrètes sur place. Il faut utiliser les avantages du système fédéraliste suisse et prendre des mesures là où elles sont nécessaires, ciblées et adaptées aux structures régionales, a-t-il poursuivi.

15h40

"Les grands-parents peuvent s'occuper de leurs petits-enfants"

En conférence de presse, Alain Berset a tenu à rendre hommage aux personnes âgées qui, "de façon très disciplinée", sont restées chez elles pendant très longtemps.

Au vu de la situation épidémiologique qu'il estime "sous contrôle", le ministre de la Santé a expliqué que désormais, ces personnes pourraient revenir dans l'espace public, s'y déplacer, et également s'occuper de leurs petits enfants.

15h25

Fin de l'état de situation extraordinaire

Les cantons vont reprendre un peu d'autonomie. Le Conseil fédéral a décidé mercredi de lever l'état de situation extraordinaire. Dès le 19 juin, la situation sera à nouveau considérée comme particulière.

Lorsque l'état actuel a été décidé mi-mars, la Suisse comptait plus de 1000 infections au Covid-19 par jour. Il y en désormais une dizaine à une vingtaine par jour, s'est réjouie devant la presse la présidente de la Confédération Simonetta Sommaruga.

"C'est réjouissant", a-t-elle commenté. "On peut mettre le virus en échec, en respectant les règles d'hygiène et de distance. La population peut s'adapter à une nouvelle normalité. La question n'est plus de savoir si on peut faire quelque chose, mais comment on peut le faire."

270520_Sommaruga [RTS]
L'intervention de Simonetta Sommaruga lors de la conférence de presse du Conseil fédéral. / RTS Info / 5 min. / le 27 mai 2020

15h22

Ecoles postobligatoires, flexibilité pour les cantons

L’enseignement présentiel dans les écoles postobligatoire est autorisé dès le 6 juin mais ce sont les cantons qui fixeront les modalité.

Ils peuvent organiser l’enseignement de manière flexible et continuer à exploiter l’enseignement à distance.

15h20

Vers la fin des limitations à 4 personnes au restaurant

À partir du 6 juin, la limitation des groupes à quatre personnes dans les restaurants sera levée et les activités telles que billard et autres animations musicales seront de nouveau possibles.

Les établissements devront garantir la possibilité de retracer les contacts en collectant les données d’un client par table pour chaque groupe de plus de quatre personnes.

Les consommations et les repas continueront à être exclusivement pris à table. Les restaurants doivent fermer à minuit, tout comme les discothèques ou les boîtes de nuit, qui doivent en outre tenir des listes de présence et ne pas admettre plus de 300 personnes par soirée.

15h17

Assouplissements pour le sport

Des manifestations sportives réunissant jusqu'à 300 personnes seront à nouveau possibles à partir du 6 juin. En prenant cette décision, le Conseil fédéral a donné son feu vert définitif à la reprise de la Swiss Football League.

Les compétitions de sport impliquant un contact physique étroit et constant, comme la lutte, le judo, la boxe ou la danse de salon devraient rester interdites jusqu’au 6 juillet. Mais les entraînements sont de nouveau autorisés à partir du 6 juin, sans restriction relative à la taille des groupes, y compris pour les sports qui supposent un contact rapproché.

Toutefois, pour ces sports-là, les entraînements doivent avoir lieu dans des équipes fixes et la liste des personnes présentes doit être dressée. Les camps de vacances pour la jeunesse sont possibles dès le 6 juin.

>> Les précisions dans Forum:

Stefan Nellen, vice-président du FC Lausanne-Sport. [Jean-Christophe Bott - Keystone]Jean-Christophe Bott - Keystone
Football: le championnat suisse pourrait reprendre / Forum / 2 min. / le 27 mai 2020

15h15

Les manifestations jusqu’à 300 personnes bientôt autorisées

Dès le 8 juin, les manifestations privées et publiques réunissant jusqu’à 300 personnes sont à nouveau autorisées. Cela concerne les réunions familiales, les salons, les concerts, les représentations théâtrales ou encore les séances de cinéma, mais aussi les rassemblements politiques et de la société civile.

Le 24 juin, le Conseil fédéral décidera ce qu’il en est des manifestations réunissant jusqu’à 1000 personnes et d’autres assouplissements possibles. Quant aux manifestations de plus de 1000 personnes, elles restent interdites jusqu’au 31 août 2020.

15h12

Rassemblement de 30 personnes dès samedi

Les rassemblements spontanés allant jusqu'à 30 personnes seront autorisés dès le samedi 30 mai et la réouverture de cinémas, théâtres, zoos, remontées mécaniques, campings, piscines et écoles postobligatoires suivra le 6 juin.

Le Conseil fédéral avait déjà assoupli les mesures prises pour protéger la population contre le coronavirus les 27 avril et 11 mai. Or, ces deux étapes n’ont pas entraîné de reprise de l'épidémie, d'où le large assouplissement décidé pour le 6 juin.

Tous les établissements et manifestations concernés devront toutefois appliquer des plans de protection. Les règles d’hygiène et de distance restent impératives. Si l'espacement ne peut être respecté, il faut garantir la possibilité de retracer les contacts personnels rapprochés en cas d’infection, par exemple en établissant des listes de présence.

La récolte des signatures sera quant à elle autorisée dès le 1er juin.

270520_Berset [RTS]
270520_Berset / RTS Info / 9 min. / le 27 mai 2020

>> Les précisions dans le 19h30:

Dès le 30 mai, les rassemblements de 30 personnes seront autorisés, et 300 personnes pour les manifestations dès le 6 juin. [RTS]
Dès le 30 mai, les rassemblements de 30 personnes seront autorisés, et 300 personnes pour les manifestations dès le 6 juin. / 19h30 / 2 min. / le 27 mai 2020

15h10

Retour à la libre circulation dès le 6 juillet

Des mesures sanitaires, comme la prise de température, un questionnaire sur l'état de santé ou une mise en quarantaine, pourront être ordonnées à la frontière pour certaines catégories de personnes arrivant d’un Etat à risque. Les vols de voyageurs en provenance de l'étranger vers les aéroports de Zurich, de Genève et de Bâle ne seront plus restreints.

La Suisse juge encore prématuré de lever les contrôles à la frontière avec l'Italie dès le 3 juin. Cette ouverture sera coordonnée avec l'Italie ainsi que les autres pays voisins de l'Italie, précise le Conseil fédéral. Les cantons frontaliers, notamment le Tessin, seront aussi entendus.

Le gouvernement prévoit la liberté de voyager au sein de l'espace Schengen d'ici au 6 juillet au plus tard. Cela concerne aussi les restrictions d'entrée en Suisse et l'accès au marché du travail. La situation épidémiologique en Suisse et dans ces pays doit cependant le permettre. La liste des pays à risque sera progressivement adaptée.

Pour les Etats tiers, la libre circulation des personnes et la liberté de voyager seront décidées en concertation avec les Etats Schengen.

270520_KKS [RTS]
270520_KKS / RTS Info / 8 min. / le 27 mai 2020

>> Les précisions dans Forum:

La libre circulation sera restaurée d'ici au 6 juillet dans tout l'espace Schengen. [Gaël Klein - RTS]Gaël Klein - RTS
Les modalités de l’ouverture des frontières / Forum / 3 min. / le 27 mai 2020

>> Les précisions dans le 19h30:

Les frontières avec les pays limitrophes de la Suisse seront réouvertes le 15 juin. [RTS]
Les frontières avec les pays limitrophes de la Suisse seront réouvertes le 15 juin. / 19h30 / 1 min. / le 27 mai 2020

15h05

Les autorisations de séjour bientôt à nouveau traitées

Dès le 8 juin, les cantons examineront également les demandes d'autorisation de séjour de courte durée déposées afin de conclure un mariage ou un partenariat enregistré avec un citoyen suisse ou un ressortissant étranger titulaire d’une autorisation de séjour ou d’établissement. Les écoliers et les étudiants seront autorisés à entrer sur le territoire, indépendamment de leur nationalité pour commencer, poursuivre ou terminer leur formation ou leur perfectionnement.

Par ailleurs, le regroupement de la famille d’un titulaire d’une autorisation d’établissement, de séjour ou de courte durée ou de la famille d’une personne admise à titre provisoire sera de nouveau possible.

15h00

Recrutement à l'international possible dès le 8 juin

Les entreprises suisses pourront recruter dans l'UE, l'AELE et dans les Etats tiers dès le 8 juin.

L'évolution de la pandémie permet un nouvel assouplissement des restrictions d'entrées sur le territoire helvétique. Cette démarche est coordonnée avec la prochaine étape de l'assouplissement économique. Elle contribuera à atténuer les répercussions négatives de la crise.

Les entreprises pourront recruter des travailleurs étrangers si elles en ont un besoin urgent et qu'elles ne trouvent pas de personnel sur le marché suisse.

Parallèlement, les postes vacants devront à nouveau être obligatoirement annoncés. Cette obligation avait été temporairement suspendue. Les demandeurs d'emploi qui vivent en Suisse en bénéficieront.

13h50

Une situation compliquée pour la Comédie de Genève

Le théâtre de la Comédie de Genève est, comme tous les autres, à l'arrêt depuis de nombreuses semaines. Mais la situation s'avère peut-être encore un peu plus compliqué pour son équipe.

En effet, la troupe devait débuter la saison prochaine dans de nouveaux murs, aux Eaux-Vives. Le chantier était en pleine effervescence et les annonces pour enrichir l'équipe déjà publiées. Jusqu'à l'arrivée innatendue du coronnavirus, qui est venu tout chambouler.

>> Revoir l'interview de Natacha Koutchoumov, co-directrice de la Comédie de Genève: 

Natacha Koutchoumov: "Les normes sanitaires qui nous sont demandées empêchent l’acte créatif pour le spectacle vivant." [RTS]
Natacha Koutchoumov: "Les normes sanitaires qui nous sont demandées empêchent l’acte créatif pour le spectacle vivant." / 12h45 / 4 min. / le 27 mai 2020

13h45

La réouverture des cabanes de montagne

Passer ses vacances en Suisse, de gré ou de force, est désormais le projet de bon nombre de Romands.

Et pourquoi pas une nuit dans une cabane du Club alpin suisse ? Certaines ont rouvert et sont prêtes à débuter la saison, avec les précautions sanitaires qui s'imposent.

>> Revoir le reportage du 12h45:

Les cabanes de montagnes rouvrent leurs portes dans des conditions particulières. [RTS]
Les cabanes de montagnes rouvrent leurs portes dans des conditions particulières. / 12h45 / 2 min. / le 27 mai 2020

13h40

Le parlement jurassien tire son bilan

Ce mercredi, le parlement jurassien a repris ses droits dans une salle de gymnastique aménagée pour l'occasion à Courroux.

Après trois mois d'arrêt, l'épidémie a sans surprise largement occupé les débats. Tous les partis sont ainsi montés à la tribune pour saluer l'action du gouvernement durant la crise.

>> Revoir les explications de Cédric Adrover dans le 12h45:

Cédric Adrover: "Tous les partis sont montés à la tribune pour saluer l’action du gouvernement durant la crise." [RTS]
Cédric Adrover: "Tous les partis sont montés à la tribune pour saluer l’action du gouvernement durant la crise." / 12h45 / 1 min. / le 27 mai 2020

13h30

"On va devoir évoluer comme des explorateurs dans un monde qu'on ne connaît pas bien"

Nous vivons cette crise sanitaire un peu comme si nous étions partis en expédition: telle est l'image utilisée par l'explorateur et directeur de l'Institut de recherche sur l’adaptation humaine Christian Clot, qui a lancé au début du confinement une étude internationale, Covadapt, pour observer le comportement de la population pendant cette crise.

"On est dans une situation extrêmement intéressante où on va devoir évoluer comme des explorateurs, dans un monde qu'on ne connaît pas bien et qui va changer. Il faudra pourtant tisser une carte sur laquelle on pourra se déplacer", a-t-il illustré dans le journal de 12h30 de la RTS mercredi.

Les premiers résultats de son étude ont été publiés aujourd'hui. Pour la moitié des personnes interrogées, le déconfinement s'avère plus stressant que le confinement. Après s'être adaptés, on doit maintenant, encore une fois, imaginer un nouveau système.

>> Ecouter l'interview de Christian Clot dans le 12h30:

L'explorateur et écrivain franco-suisse Christian Clot. [Joel Saget - AFP]Joel Saget - AFP
L'explorateur Christian Clot à la tête d'une étude sur l'adaptation de la population à la situation de crise / Le 12h30 / 2 min. / le 27 mai 2020

13h25

Les EPF cherchent comment convaincre la population d'utiliser l'appli de traçage

Les écoles polytechniques fédérales de Lausanne et Zurich, qui ont développé l’application de traçage des contacts SwissCovid, ont organisé mercredi un séminaire en ligne centré sur la question de l’adhésion de la population à cette application.

Pour que la technologie porte ses fruits, il faudrait que 60% des habitants acceptent de l'utiliser. Selon un sondage mené fin avril, 59% des Suisses étaient déjà prêts à installer Swisscovid, malgré les craintes et les critiques qui persistent. Pour le directeur du laboratoire d'épidémiologie digitale au campus biotech de Genève Marcel Salathé, optimiste, le message va finir par passer et au final, l'adhésion sera forte.

>> Ecouter le sujet dans le journal de 12h30:

L'application de traçage SwissCovid. [Laurent Gillieron - Keystone]Laurent Gillieron - Keystone
L'EPFL et l'EPFZ planchent sur la question de l'adhésion de la population à l'application Swisscovid / Le 12h30 / 1 min. / le 27 mai 2020

Pour convaincre les gens, "il y a un effort didactique et pédagogique qui doit être fait. Pas uniquement pour expliquer le fonctionnement de l'application, mais aussi pour expliquer [son rôle] dans son contexte, soit celui d'une maladie qui a des caractéristiques très spécifiques. Dans une logique de redémarrage, il faut se donner les bons outils", a estimé de son côté le vice-président pour les systèmes d’informations à l'EPFL Edouard Bugnion, l’un des chefs de file du projet Swisscovid.

>> Ecouter son interview:

Le professeur Edouard Bugnion (EPFL) fait partie des noms qui circulent à Berne. [Thinkstock/EPFL]Thinkstock/EPFL
L'application Swisscovid: interview d'Edouard Bugnion, vice-président pour les systèmes d’informations à l’EPFL / Le 12h30 / 4 min. / le 27 mai 2020

13h05

Le sort des travailleurs au noir émeut peu la population, montre une étude

La solidarité des Suisses n'est pas inconditionnelle face à la crise du Covid-19. Une méfiance perdure notamment envers les travailleurs au noir, montre un sondage réalisé par l'Université de Lausanne (UNIL) et le pôle de recherche "nccr - on the move".

Dans cette enquête effectuée sur un échantillon de 1535 personnes entre avril et mai dans toute la Suisse, les sondés devaient donner une note de 1 à 10 à différents types de profils touchés par la crise. Il en est ressorti que les employés au noir récoltaient en moyenne 2,5 points de moins que les travailleurs déclarés.

Cohésion sociale peu renforcée

"Il s'agit de très loin du facteur le plus pénalisant", a indiqué mercredi Giuliano Bonoli, professeur à l'UNIL en charge du sondage. "On aurait pu penser que les gens soient plus tolérants et que la cohésion sociale soit renforcée vu la gravité de la situation, mais ça n'est pas le cas", relève-t-il. Dans une moindre mesure, les Suisses sont également moins enclins à aider les étrangers. "Des stéréotypes perdurent. Les gens continuent de se méfier des profiteurs, qu'ils soient avérés ou imaginaires", indique-t-il.

A l'inverse, parmi les critères suscitant davantage d'empathie, le fait d'avoir des enfants à charge, un conjoint au chômage ou de pratiquer le bénévolat ont eu un bon écho auprès des participants au sondage.

12h45

La France interdit l'hydroxychloroquine contre le Covid-19

Le gouvernement français a abrogé mercredi les dérogations qui autorisaient la prescription d'hydroxychloroquine contre le Covid-19 dans les hôpitaux, à la suite d'un avis défavorable du Haut conseil de la santé publique. Seuls des essais cliniques seront possibles.

Depuis fin mars, outre les divers essais chargés d'en évaluer l'efficacité, l'hydroxychloroquine (médicament dérivé de l'anti-malarien chloroquinine) pouvait être prescrite à titre dérogatoire à l'hôpital et uniquement pour les patients gravement atteints.

Mardi, le Haut conseil de la santé publique (HCSP), saisi par le ministre de la Santé Olivier Véran, avait recommandé de "ne pas utiliser l'hydroxychloroquine dans le traitement du Covid-19" hors essais cliniques, que ce soit seule ou associée à un antibiotique.

>> Plus de détails: L'hydroxychloroquine ne sera plus utilisée en France contre le Covid-19

12h20

Aucun nouveau cas depuis une semaine dans 11 cantons

Quinze nouvelles personnes ont été contaminées par le SRAS-CoV-2 en Suisse ces dernières 24 heures, ce qui porte le total à 30'776 depuis le début de l'épidémie, a annoncé mercredi l'Office fédéral de la santé publique dans son bilan quotidien.

L'augmentation du nombre de cas est identique à celle enregistrée la veille. Elle se situe sous la barre des 20 depuis une semaine. Un malade supplémentaire a succombé à la maladie, portant le total des décès à 1649 selon l'OFSP et à 1917 selon les données des différents cantons.

Au total des sept derniers jours, ce sont les cantons du Tessin (+23), de Zurich (+17), de Vaud (+14) et de Genève (+13) qui ont enregistré le plus de nouveaux cas. A l'inverse, 11 cantons, tous alémaniques, n'ont signalé aucun nouveau malade depuis une semaine.

12h05

Le Jura se félicite de sa gestion de la crise

Après avoir dû annuler les sessions de mars et d'avril, le Parlement jurassien a lui aussi repris mercredi ses travaux. Lors de cette séance largement consacrée à la crise du Covid-19, les députés ont unanimement salué l'action du Gouvernement jurassien. "Il est encore trop tôt pour tirer un bilan, bien sûr, mais le Jura s'en sort bien au regard des situations intercantonales", a souligné le président du Gouvernement Martial Courtet.

Le canton enregistrait lundi 7 décès et 204 cas confirmés liés au Covid-19, soit le taux le plus faible parmi les cantons romands, y compris au prorata de la population. Tous les partis, de la gauche alternative à l'UDC, ont fait l'éloge du Gouvernement dans sa gestion de la crise.

La session n'a pas lieu dans l'Hôtel du Parlement et du Gouvernement à Delémont, mais est exceptionnellement délocalisée dans la halle de gymnastique de Courroux pour respecter les mesures d'hygiène. Le public n'était pas admis et les députés n'ont pas pu voter électroniquement.

11h45

Près de 15 milliards de francs de crédits spéciaux sur 40 ont été attribués

14,9 des 40 milliards de francs de crédits transitoires Covid mis à disposition par la Confédération ont été attribués à ce jour, a révélé le SECO mercredi. Commerces, garages, secteur manufacturier et de production de marchandises, construction et hôtellerie-restauration en ont été friands.

>> Lire à ce sujet notre article d'hier: Les commerçants ont reçu le plus de prêts garantis par la Confédération

Un peu plus de 124'000 crédits transitoires cautionnés par la Confédération ont été octroyés depuis fin mars. Un graphique montre que la demande a surtout été forte durant les premières semaines après le 26 mars, première date pour demander un crédit. Les deux grandes banques UBS et Credit Suisse ont été les principales pourvoyeuses de crédits (39%), avec les banques cantonales (31,5%).

Le délai pour la réception des demandes a été fixé au 31 juillet. Les entreprises intéressées peuvent solliciter auprès de leur banque des crédits de transition à hauteur de 10% maximum de leur chiffre d’affaires annuel, jusqu'à un montant maximum de 20 millions de francs. Elles doivent pour cela répondre à certains critères minimaux, et déclarer notamment qu'elles subissent de substantielles pertes de chiffre d’affaires en raison de la pandémie de Covid-19.

11h35

"Il faut développer le métier d'infirmier et le rendre plus attractif"

Comment revaloriser les professions du domaine des soins aux patients? La crise du coronavirus a donné une visibilité nouvelle aux difficultés de ces métiers très exposés. Beaucoup d'infirmiers et d'infirmières quittent le milieu hospitalier après quelques années de pratique. En cause notamment: l'épuisement, le salaire, mais aussi le manque de perspectives et d'autonomie.

>> Plus de détails dans notre article: "Il faut développer le métier d'infirmier et le rendre plus attractif"

Ancienne directrice du Conseil d'administration de l'Hôpital neuchâtelois, Pauline de Vos Gobay connaît bien la problématique. Selon elle, à niveau d'études équivalent, le personnel infirmier est sous-payé par rapport à d'autres professions.

>> Son interview en intégralité:

Revalorisation des métiers de la santé: interview de Pauline De Vos Bolay, experte en gestion et planification hospitalière (vidéo) [RTS]
Revalorisation des métiers de la santé: interview de Pauline De Vos Bolay, experte en gestion et planification hospitalière (vidéo) / La Matinale / 7 min. / le 27 mai 2020

>> Ecouter aussi la Matinale revenir sur le projet d'une commission des Etats de débloquer 400 millions pour la formation du futur personnel soignant:

Une commission des Etats veut débloquer 400 millions de francs pour la formation des futurs infirmiers [Laurent Darbellay - Keystone]Laurent Darbellay - Keystone
Une commission des Etats veut débloquer 400 millions de francs pour la formation des futurs infirmiers / La Matinale / 1 min. / le 27 mai 2020

11h30

Genève étend aux piétons ses mesures provisoires pro-mobilité douce

Le canton de Genève poursuit sa politique de promotion de la mobilité douce dans le cadre de la reprise progressive des déplacements post-confinement. Après les bandes cyclables sur certains grands axes, de nouveaux aménagements provisoires en faveur des piétons seront mis en place la semaine prochaine, pour une durée de 60 jours.

Une dizaine de rues du centre-ville seront transformées en "zones de rencontre", dans lesquelles les piétons sont prioritaires et la vitesse limitée à 20 km/h. Les places de stationnement, en priorité les blanches avec parcomètres, seront redistribuées et une partie de l'espace routier récupéré pour l'extension des terrasses et des étals.

Ces mesures en faveur de la mobilité douce visent à éviter un report sur la voiture individuelle ou une surcharge des transports publics durant la période de reprise des activités qui avaient été arrêtées à cause de la pandémie de Covid-19.

11h10

Le canton de Fribourg a fait le point sur la crise du Covid-19

Gouvernement et députés fribourgeois se sont réunis mercredi en séance plénière du Grand Conseil pour la première fois depuis trois mois. Ils ont salué la manière dont le canton a traversé la phase initiale de la crise du Covid-19 et abordé l'avenir. Les députés n'avaient plus siégé depuis début février, à une époque où le sujet n'était sur aucune lèvre. Réunis à Forum Fribourg (lire notre brève de 09h20), gouvernement et groupes politiques ont constaté les dégâts et appelé à l'unité. Le rôle du conseiller fédéral fribourgeois Alain Berset a été loué.

La présidente du Conseil d'Etat Anne-Claude Demierre, en charge de la santé, a tiré un bilan intermédiaire. "Sur la base des statistiques du moment, avec un nombre très bas de nouveaux cas, il est permis d'anticiper un été plus calme. Reste que la crise générale crainte il y a trois mois s'est réalisée".

"En apprendre autant qu'en plusieurs années"

La facture devrait atteindre 400 millions de francs pour l'Etat de Fribourg lors de la période 2020-2022, a rappelé la présidente du gouvernement. Le canton a déjà apporté un soutien de 100 millions en faveur de l'économie, à destination des coûts fixes des entreprises, du tourisme, de la culture et des médias notamment.

Au-delà de la souffrance physique et psychique, avec un bilan de 84 morts dans le canton, la crise, qui n'est pas finie, a permis d'apprendre autant qu'en plusieurs années, a précisé Maurice Ropraz, membre de la délégation du Conseil d'Etat pour la gestion de la crise sanitaire.

>> Revoir le sujet du 12h45:

Dans le canton de Fribourg, le programme de relance économique est critiqué autant par la droite que par la gauche. [RTS]
Dans le canton de Fribourg, le programme de relance économique est critiqué autant par la droite que par la gauche. / 12h45 / 1 min. / le 27 mai 2020

11h05

Dépistage gratuit et allocations de perte de gain pour les utilisateurs de l'appli de traçage?

Les utilisateurs de l'application de traçage SwissCovid prévenus d'un contact prolongé avec une personne infectée devraient pouvoir se faire dépister gratuitement au Covid-19, a réclamé mercredi la commission de la santé publique du National. Elle souhaite également que le Conseil fédéral trouve une solution pour la perte de gain subie par les personnes qui, suite aux recommandations de l'application, devraient se placer quarantaine. L’objectif est d’inciter la population à utiliser le nouvel outil.

Comme son homologue des Etats, elle a en outre soutenu par 14 voix contre 3 le projet du Conseil fédéral qui consiste à modifier la loi sur les épidémies afin de permettre à l'Office fédéral de la santé publique d'exploiter un système de traçage de proximité.

La phase pilote de SwissCovid a démarré lundi. L'appli doit permettre d'informer son utilisateur d'une potentielle exposition au coronavirus s'il s'est trouvé de manière prolongée à proximité d'une personne contaminée et elle aussi utilisatrice de l'application.

10h50

Une commission du National veut prolonger les indemnités spéciales

Les indemnités spéciales Covid-19 pour le chômage partiel ou pour la perte de gain devraient continuer à être versées jusqu'à la mi-septembre, car la crise du coronavirus n'est pas terminée, a estimé mercredi la commission de la sécurité sociale du Conseil national. Par 13 voix contre 8 (pour le chômage partiel) et 14 contre 7 (pour la perte de gain), elle a décidé de déposer une motion en ce sens. Il ne serait pas judicieux d'éteindre abruptement le droit à ces prestations malgré l'assouplissement des mesures anti-Covid-19, souligne la commission.

Le Conseil fédéral a mis un terme à l’allocation pour perte de gain le 16 mai, et une grande partie des indemnités supplémentaires en cas de chômage partiel prendront fin le 31 mai.

A l’unanimité, la commission a également soutenu le montant de 14,2 milliards de francs à fonds perdu en faveur de l’assurance-chômage, un crédit qui sera discuté la semaine prochain en session. Elle propose toutefois que cette contribution extraordinaire ne se fonde pas sur une ordonnance de nécessité, mais sur une base légale que le Parlement pourra créer lors de la session d'automne.

10h25

Neuchâtel veut une prime pour le personnel en 1ère ligne face au Covid-19

Les députés neuchâtelois ont accepté mercredi une recommandation qui demande une gratification salariale pour le personnel exposé durant la pandémie de Covid-19. Le groupe POPVertsSol réclamait une prime de 1000 francs pour les soignants. Un amendement du PS l'a élargi à d'autres branches.

La recommandation demande que le Conseil d’Etat agisse auprès des partenaires sociaux afin que le personnel exposé à des conditions de travail extrêmes durant la crise du Covid-19 soit reconnu par une gratification extraordinaire. Outre le personnel soignant, les employés du commerce de détail, de la voirie, de la logistique et du nettoyage, notamment, sont concernés.

10h20

La formation continue des spécialistes en explosifs suspendue jusqu'en 2021

Les spécialistes qui travaillent avec des matières explosives ou certains engins pyrotechniques ne seront pas obligés de suivre de formation continue pour conserver leurs permis pour l'instant. Coronavirus oblige, le Conseil fédéral a décidé mercredi de reporter cette obligation de formation jusqu'au 27 janvier 2021, pour éviter que les permis existants ne perdent leur validité. Environ 500 personnes sont directement concernées par cette modification d'ordonnance.

En Suisse, seuls des experts formés sont autorisés à déclencher des explosions lors de travaux de minage dans la construction de routes et de tunnels, de déclenchement d'avalanches ou de désamorçage de bombes. Ces personnes doivent mettre à jour leurs connaissances et leurs compétences pratiques tous les cinq ans afin de conserver leur permis. A cause du Covid-19, aucune formation n'a pu avoir lieu depuis le 17 mars et l'enseignement à distance n'est pas envisageable.

10h15

Le secteur de la construction a souffert de la crise, mais une embellie se dessine

Le secteur de la construction en Suisse a vu sa performance trimestrielle affectée par la crise sanitaire. Sur les trois premiers mois de l'année, les chiffres d'affaires et les commandes ont baissé de respectivement 2 et 6% en comparaison annuelle, a relevé mercredi la Société suisse des entrepreneurs (SSE) dans son pointage périodique. Les recettes de la branche réalisées entre janvier en mars s'élèvent à environ 4 milliards de francs.

Les mesures de confinement mises en place par la Confédération au cours des deux dernières semaines du trimestre sous revue ont particulièrement affecté la construction non-résidentielle (-13%) ainsi que le logement (-8%).

Un employé sur dix au chômage partiel

Une enquête menée par la faîtière révèle qu'à mi-avril, le chiffre d'affaires du secteur principal de la construction a reculé de 15% et qu'un travailleur sur dix a été au chômage partiel. En Suisse romande, les recettes se sont même effondrées de 40%, alors qu'au Tessin, tous les chantiers ont été complètement suspendus. L'association signale toutefois une embellie à la mi-mai, avec plus que 10% de baisse des recettes et 5% de la main-d'oeuvre au chômage partiel à l'échelle nationale.

Selon l'indice de la construction compilé par Credit Suisse et la SSE, la baisse attendue des revenus pour le trimestre en cours s'élève à environ 7%. Pour atténuer la récession, la faîtière invite les communes, les cantons et la Confédération à "accélérer les processus d'octroi de permis de construire et faire avancer de nouveaux projets de construction".

09h50

Neuchâtel se prépare à reprendre les messes

La Paroisse Notre-Dame de Neuchâtel se prépare à reprendre les messes en public tout en respectant les directives sanitaires. Près d'une quarantaine de bénévoles sont actuellement formés en vue, notamment, de l'accueil, du placement des paroissiens et du nettoyage des bancs.

Pour respecter les distances sanitaires, 75% des places de la basilique de Notre-Dame-de-l'Assomption doivent être supprimées. "Il nous reste 106 places si les personnes viennent seules ou 150 places s'il y a des familles", a précisé mercredi l'abbé Vincent Marville. Or, habituellement, quelque 350 paroissiens assistent à la messe du matin, nombre qui peut monter à 800 lors des fêtes religieuses.

Pas d'inscription nécessaire

"On ne va pas toutefois pas demander aux personnes de s'inscrire pour venir à la messe", ajoute l'abbé. Pour répondre à la demande, la paroisse Notre-Dame a fait passer le nombre de messes par dimanche de deux à trois. "Il y aura même une quatrième messe joker dans une salle de la paroisse, si l'on voit le nombre de personnes affluer".

En ville de Neuchâtel, seules deux églises catholiques sur quatre - outre Notre-Dame, celle de St-Marc, avec essentiellement des messes en italien - vont rouvrir dans un premier temps.

En vue de la reprise prochaine des messes, des fidèles ont participé à une soirée de formation des bénévoles aux nouvelles règles d'hygiène et de protection [Jean-Christophe Bott - Keystone]En vue de la reprise prochaine des messes, des fidèles ont participé à une soirée de formation des bénévoles aux nouvelles règles d'hygiène et de protection [Jean-Christophe Bott - Keystone]

09h40

"Pas sûr que la Suisse ait les capacités de production pour un vaccin"

Il faut un vaccin pour tous équitable et abordable contre le coronavirus: c'est le côté pile du discours, celui de l’OMS et de ses 194 pays membres. Et puis, il y a le côté face: qui produira et qui se procurera en premier un vaccin efficace à large échelle?

Il y a une semaine, la polémique enflait suite à une information concernant Sanofi. Le géant pharmaceutique a déclenché une vague d'indignation en déclarant qu'il distribuerait un éventuel vaccin contre le Covid-19 d'abord aux Etats-Unis, qui ont investi 30 millions de dollars pour soutenir ses recherches.

Nationalisation possible

"Un pays peut tout à fait signer des contrats exclusifs avec des sociétés pharmaceutiques étrangères en échange d'un financement conséquent ou en promettant l'achat massif de doses de vaccins à un prix attractif", explique dans La Matinale Gaëtan de Rassenfosse, économiste à l'EPFL. Mais le chercheur lausannois précise aussi que la situation est plus complexe: "Il faut savoir que les Etats sont souverains et peuvent nationaliser la production du vaccin, de même qu'ils peuvent exproprier les détenteurs d'un brevet d'une partie de leurs droits".

Dans cette course effrénée, la Suisse a-t-elle un avantage dans l'accès à un vaccin? "La Suisse a un tissu pharmaceutique dense et est un pays riche, respectant la propriété intellectuelle. C'est un climat favorable. Néanmoins, la clé du problème réside aussi dans la capacité de production d'un vaccin, et là, ce n'est pas clair si la Suisse a ces capacités", s'interroge Gaëtan de Rassenfosse.

>> Ecouter son interview complète dans La Matinale:

L'invité de la Matinale (vidéo) - Gaétan de Rassenfosse, économiste, professeur au Collège du management de la technologie à l’EPFL [RTS]
L'invité de la Matinale (vidéo) - Gaétan de Rassenfosse, économiste, professeur au Collège du management de la technologie à l’EPFL / La Matinale / 10 min. / le 27 mai 2020

09h20

Le Grand Conseil fribourgeois déménage à nouveau

Le Grand Conseil fribourgeois connaît pour sa session de mai, qui s'est ouverte mercredi, son deuxième déménagement de l'année 2020. Les 110 députés fribourgeois devaient normalement siéger pour deux ans, jusqu'à fin 2021, dans les locaux de la Police cantonale à Granges-Paccot, à côté de Fribourg. Ils y ont bien pris leurs quartiers pour la session de février, mais le Covid-19 a perturbé cette organisation.

Pour la session de mai, les élus siégeront cette fois à quelques centaines de mètres du siège de la Police cantonale, dans une grande salle du site d'exposition Forum Fribourg. Les débats se tiendront dans un espace de 70 mètres de long sur 30 mètres de large, permettant d’éviter les contacts trop étroits entre les députés et les sept conseillers d’Etat.

Au moins pour trois sessions

La salle ressemble à ce qui a été mis en place pour la session extraordinaire des Chambres fédérales de début mai à Bernexpo, avec une table pour chacun des élus. Quatre députés issus des groupes UDC et Vert Centre Gauche participent à la session depuis chez eux, parce qu'ils font partie de la catégorie à risque. Ils pourront participer à distance aux débats et aux votes suite à l'adoption d'une ordonnance en ce sens.

En l'état, il est acquis que les sessions de juin et d'août (la seconde remplaçant celle de mars) se dérouleront à Forum Fribourg. Le déplacement des débats coûtera 17'000 francs par session, principalement pour la location et le nettoyage des locaux. Le reste des frais, en particulier pour la sonorisation, est compris dans le crédit accordé dans le cadre de la rénovation de l’Hôtel cantonal.

09h00

Mesures d'urgence levées à Bâle-Campagne dès le 1er juin

Bâle-Campagne, premier canton à avoir introduit des mesures d'urgence le 15 mars dernier, sera aussi le premier canton à les lever, le 31 mai à minuit. Son gouvernement a pris la mesure de l'amélioration de la situation et va reprendre son fonctionnement normal.

Du même coup, au matin du 1er juin, ce sont aussi les aides financières pour les entreprises en difficulté qui seront levées. La situation économique semble toutefois stabilisée: depuis le 24 mars, 36 millions de francs ont été investis dans l’aide aux entreprises, et le flot de demandes s’est maintenant presque tari. Elles pourront toujours être déposées jusqu'à fin mai. Bâle-Campagne n'exclut pas de réactiver les mesures d'urgence si la situation se renverse et la pandémie menace à nouveau.

>> Le sujet de La Matinale:

Bâle-Campagne (ici, le centre de Laufon le 19 mai dernier) lèvera le 31 mai à minuit ses mesures d'urgence [Georgios Kefalas - Keystone]Georgios Kefalas - Keystone
Bâle-Campagne deviendra le 31 mai le premier canton à lever ses mesures d'urgence anti-Covid-19 / La Matinale / 1 min. / le 27 mai 2020

08h25

Le chancelier de la Confédération tire un premier bilan de la crise

La crise liée au Covid-19 a mis en évidence un potentiel d'amélioration au sein de l'administration fédérale, a estimé mercredi le chancelier de la Confédération Walter Thurnherr dans le Blick. L'achat des médicaments, par exemple, devrait être passé sous la loupe.

Un certain degré d'improvisation est inévitable dans chaque crise, affirme cependant le chancelier PDC, physicien de formation. Il loue le processus de décision au sein du gouvernement: "Dans un système collégial, les erreurs sont aussi possibles, mais j'affirme qu'elles y sont de manière générale moins probables". Lorsqu'une seule personne décide lors d'une crise, c'est naturellement plus rapide, mais "le risque est que l'on peut aussi faire complètement fausse route".

En temps normal, il n'y a qu'une séance du Conseil fédéral par semaine. Mais "en mars, nous avons eu jusqu'à cinq séances en huit jours", souligne Walter Thurnherr. Certains secteurs de l'administration ont dû travailler 24 heures sur 24, sept jours sur sept, a-t-il révélé.

08h10

Les responsables des centres de congrès inquiets pour l'avenir

Les responsables des centres de congrès attendent avec impatience la conférence de presse du Conseil fédéral. Celle-ci devrait, cet après-midi, clarifier le nombre de personnes qui pourront se regrouper dans un même lieu.

Premiers touchés par la pandémie de Covid-19, leurs responsables craignent qu'ils soient les derniers à pouvoir redémarrer leurs activités. Alors que tous les salons et conférences sont annulés, de nombreux frais continuent à courir.

>> Ecouter le reportage de La Matinale:

L'EPFL paie 6 millions de francs de loyer annuel pour le Swisstech Convention Center, propriété de Credit Suisse. [Laurent Gilliéron - Keystone]Laurent Gilliéron - Keystone
Les congrès ont été les premiers touchés par la pandémie et seront sans doute les derniers à repartir / La Matinale / 4 min. / le 27 mai 2020

07h15

De nouvelles annonces du Conseil fédéral attendues

Le Conseil fédéral doit à nouveau se présenter devant la presse ce mercredi et beaucoup attendent que le gouvernement assouplisse les contraintes pour la troisième phase de son plan de sortie du semi-confinement.

Les acteurs du tourisme disent ainsi attendre "un assouplissement substantiel des restrictions pour le 8 juin". Le secteur souhaite notamment une réouverture complète des campings, des remontées mécaniques et des chemins de fer de montagne.

Moins de distance entre les tables?

Concernant la restauration, beaucoup se plaignent de recettes insuffisantes à cause des mesures contraignantes. La branche demande notamment que les distances entre les tables puissent être inférieures à deux mètres et que la limitation à quatre personnes des groupes de clients soit supprimée.

Le Conseil fédéral devrait également annoncer de nouvelles mesures quant à la pratique du sport dès le 8 juin. Les rencontres de football devant du public sont notamment au centre de l'attention. Des informations sur la réouverture des piscines, des zoos, des théâtres et des cinémas devraient aussi être communiquées.

>> Ecouter le sujet de La Matinale de RTS-La 1ère mercredi:

Le ministre de la Santé Alain Berset et le délégué au Covid-19 de l'OFSP Daniel Koch. [Peter Klaunzer - Keystone]Peter Klaunzer - Keystone
Le Conseil fédéral s'apprête à préciser les assouplissements prévus dans la troisième phase de déconfinement le 8 juin / La Matinale / 1 min. / le 27 mai 2020

07h10

Le Covid-19 est parti pour durer

Le nombre de cas de Covid-19 testés positifs chaque jour en Suisse ne cesse de diminuer. De quoi rêver à sa disparition totale avec l'arrivée de l'été.

Des espoirs douchés par Jacques Fellay, médecin et chercheur au CHUV, à l'UNIL et à l'EPFL interrogé dans le 19h30: "Le virus n'a pas muté depuis le mois de février. La biologie humaine n'a pas changé non plus. Et seuls 5 à 10% de la population a été infectée et est probablement immunisée. Donc le terrain de chasse du virus reste le même qu'il était au mois de mars. Si on n'est pas prudent, le virus va redémarrer."

Le SRAS-CoV-2, contrairement à d'autres virus, mute très peu, car il a peu de raisons de le faire, précise Didier Trono, virologue à l'EPFL: "Le virus est soumis à relativement peu de pression sélective, puisqu'il se propage allégrement et qu'il ne rend par les gens tellement malades au point de stopper sa course."

>> Le reportage dans le 19h30:

Il est peu probable que le virus disparaisse de lui-même en Suisse. Pour les spécialistes, il est parti pour durer [RTS]
Il est peu probable que le virus disparaisse de lui-même en Suisse. Pour les spécialistes, il est parti pour durer / 19h30 / 2 min. / le 26 mai 2020

>> Lire également: Le SARS-CoV-2 est armé pour durer et ne disparaîtra pas tout seul avec l'été

07h00

Des piscines ont rouvert côté alémanique

A Zurich ou à Winterthour, plusieurs piscines ont pu accueillir des nageurs et nageuses mardi, moyennant des mesures de protections drastiques. Seules 25 personnes sont tolérées dans l'enceinte d'un établissement, avec un maximum de cinq personnes par ligne d’eau, qui sont désormais à sens unique, car il y est interdit de se croiser.

Chaque commune est libre d'interpréter les recommandations de l’Office fédéral de la Santé publique à sa manière. Ainsi, dans les 13 piscines qui ont ouvert lundi à Zurich, par exemple, le temps passé dans l’enceinte de la piscine est limité à une heure et demie.

En Suisse romande cependant, aucun bassin n'est encore accessible et il faudra certainement attendre le 8 juin.

>> Le reportage du 19h30:

Des piscines ont ouvert leurs portes au grand public hier dans certaines villes alémaniques avec des mesures sanitaires strictes [RTS]
Des piscines ont ouvert leurs portes au grand public hier dans certaines villes alémaniques avec des mesures sanitaires strictes / 19h30 / 2 min. / le 26 mai 2020

>> Lire aussi: Les piscines qui rouvrent en Suisse alémanique font des envieux côté romand

06h45

Le télétravail séduit

Le télétravail apporte une plus grande satisfaction et permet une meilleure conciliation de la vie privée et professionnelle. Mais il doit être mieux encadré, selon un sondage gfs.bern publié mardi par Syndicom, le syndicat des médias et de la communication.

Au total, 89% des sondés estiment que le télétravail devrait être autorisé dans leur entreprise, en complément de l'activité sur place. Et près de 80% veulent poursuivre ce système après la pandémie du coronavirus, alors que seuls 6% rejettent cette option.

Le télétravail ne représente toutefois pas la panacée: plus de 70% des salariés se plaignent de l'isolement et du manque de contacts sociaux, alors que près de 50% déplorent des postes de travail inconfortables.

>> Tous les détails à découvrir dans notre article: Le télétravail séduit mais doit être mieux réglementé, indique un sondage

06h30

L'hydroxychloroquine largement prescrite en Suisse jusqu'à maintenant

L'hydroxychloroquine, jugée à présent inefficace par les experts, a été largement prescrite en Suisse à des patients atteints de symptômes sévères. Pourquoi? Parce que l'on n'avait rien d'autre pour lutter contre ce nouveau virus.

>> Toutes les explications dans Forum:

Au-delà des chiffres - Abandon de l'hydroxychloroquine [RTS]
Au-delà des chiffres - Abandon de l'hydroxychloroquine / Forum (vidéo) / 2 min. / le 26 mai 2020

>> Lire aussi: L'hydroxychloroquine a été largement prescrite en Suisse jusqu'à maintenant

06h15

Retour sur la journée de mardi

Un total de 10,8% des Genevois auraient été contaminés par le coronavirus, selon de nouvelles estimations des Hôpitaux universitaires de Genève. Un total de 270 personnes sont mortes dans le canton, le troisième le plus touché après Vaud (401) et le Tessin (343).

La Suisse a enregistré 15 cas supplémentaires de Covid-19 en 24 heures, a annoncé mardi l'Office fédéral de la santé publique dans son bilan quotidien. Le nombre de nouvelles contaminations est inférieur à 20 depuis près d'une semaine. Six décès supplémentaires ont en outre été enregistrés.

>> Retour sur la journée de mardi: Plus de 10% des Genevois ont été exposés au coronavirus, selon une étude des HUG

06h00

Le dossier complet

Retrouvez dans notre dossier toutes les informations, toutes les analyses et toutes les émissions consacrées au coronavirus.

Le dossier consacré à l'épidémie de coronavirus