Le banner du 19 avril.

Pandémie de coronavirus

Publié le 19 avril 2020 à 07:29 - Modifié le 19 avril 2020 à 23:01

Le plan de déconfinement progressif du Conseil fédéral continue de faire grincer des dents

- Le plan de déconfinement progressif du Conseil fédéral continue de diviser les Suisses dimanche, certains estimant qu'il est prématuré de rouvrir trop rapidement et d'autres jugeant que le gouvernement ne va pas assez vite. Des voix s'élèvent aussi pour dénoncer une reprise à deux vitesses qui laissera certaines professions sur le carreau.

- Les cafés et restaurants n'ont toujours aucune date de réouverture annoncée. Dans la presse dominicale, le conseiller fédéral en charge de l'économie Guy Parmelin a évoqué une possible réouverture "dans quelques semaines", sans donner davantage de précisions. Le président de Gastrosuisse avertit: la branche perd 2,5 milliards par mois de fermeture et risque 30 à 40% de faillites si la fermeture se prolonge.

- Un total de 1393 personnes ont trouvé la mort à cause du coronavirus en Suisse, indiquent les derniers chiffres publiés par les cantons dimanche soir. Le canton de Vaud (292 morts) devance désormais le Tessin (281) en termes de décès. Selon l'Office fédéral de la santé publique, 27'740 cas positifs étaient enregistrés dimanche, soit 336 de plus en 24 heures, contre près de 1300 au plus fort de la crise.

- Selon le plan du Conseil fédéral annoncé jeudi, les mesures exceptionnelles entrées en vigueur en mars seront assouplies en trois étapes et en même temps dans toute la Suisse. La première aura lieu le 27 avril (réouverture des coiffeurs et autres services de soin à la personne, jardineries, magasins de bricolage), la deuxième le 11 mai (écoles obligatoires, autres commerces, installations sportives) et la troisième le 8 juin (écoles secondaires et supérieures, lieux de divertissement comme les musées et les bibliothèques).

Suivi assuré par la rédaction multimédia de RTSinfo

Événements clés
Afficher
Masquer

  • 22h30

    Au cœur de l’hôpital de Nyon, épisode 4

    Une équipe de Mise au point suit depuis plus d’un mois le personnel soignant de l'hôpital de Nyon. Au début, la peur d’être débordé était très forte, mais cela ne s'est heureusement pas réalisé.

    Dans ce quatrième reportage, on découvre la réalité quotidienne des patients et de leurs proches, qui ne tiennent pas toujours bon. Surtout lorsque plusieurs personnes de la même famille sont touchées par le virus.

    >> Voir le quatrième reportage de Mise au point sur l’hôpital de Nyon:

    La réalité quotidienne des patients atteints du Covid-19 et de leurs proches est parfois difficile. Reportage de Mise au Point
    19h30 - Publié le 19 avril 2020

  • 22h00

    Entre Latins et Alémaniques, le "Coronagraben" se creuse

    Les décisions du Conseil fédéral prises jeudi ont engendré de vives réactions ce week-end. Une partie de la Suisse dit: "trop vite", l'autre dit: "pas assez". Un "Coronagraben" se creuse entre la Suisse latine et la Suisse alémanique.

    Les milieux économiques alémaniques montent au front

    Pesant de tout son poids politique, la présidente du gouvernement zurichois réclame par exemple dans la NZZ am Sonntag la reprise au plus vite des activités économiques: "Nous espérons que le Conseil fédéral décidera rapidement de nouveaux assouplissements - surtout pour les petites entreprises."

    Même son de cloche pour les tenants de l'économie. "Les mesures de déconfinement ne sont pas du tout assez fortes. Nos PME et nos détaillants sont prêts à redémarrer. Le régime est bien trop sévère pour le moment", explique Thomas Hess, directeur de l’Association zurichoise des PME et du commerce.

    >> Regarder le sujet du 19h30:

    La division entre latins et alémaniques à propos de la sortie de crise du coronavirus s'affiche au grand jour
    19h30 - Publié le 19 avril 2020

    Un clivage sanitaire qui se joue aussi au niveau culturel. Dès le début de la crise, les sondages menés par la RTS ont montré que les Suisses allemands étaient moins favorables que les Romands à des restrictions de sorties plus sévères.

    Des régions différemment touchées

    L'explication de ce "Coronagraben" pourrait être toute simple: les cantons suisses allemands sont bien moins touchés par le Covid-19 que les romands et le Tessin. En regardant une carte du taux de contamination par canton, on constate une vague qui vient du sud-ouest du pays et diminue à mesure qu'elle s'enfonce en Suisse alémanique. A Genève, canton le plus touché en termes de contaminations, on frôle un cas pour 100 habitants.

    Une telle répartition des cas pourrait s'expliquer par la présence du premier foyer européen de l'épidémie en Lombardie, donc au sud du pays, ou plus généralement par la plus forte contamination des pays situés au contact de la Suisse romande (France et Italie) par rapport à ceux qui sont aux frontières de la Suisse alémanique (Allemagne et Autriche).

    >> Ecouter l'analyse de Pierre-Olivier Volet dans le 12h45:

    Pierre-Olivier Volet évoque les différences qui peuvent expliquer ce fossé entre latins et alémaniques face au coronavirus
    12h45 - Publié le 19 avril 2020

  • 21h30

    Portrait d'Alain Berset, l'homme qui gère la crise

    C'est bien simple, depuis quelques semaines, on ne voit plus que lui dans les médias et durant les conférences de presse gouvernementales: Alain Berset incarne la lutte contre le coronavirus et le ministre de la Santé doit maintenant passer la redoutable épreuve du déconfinement.

    "C'est un très grand poids, une très grande responsabilité", avoue Alain Berset dimanche dans le 19h30, ajoutant qu'il n'est pas le seul à la porter, que "l'ensemble du Conseil fédéral est très uni dans cette affaire. C'est la force d'un gouvernement collégial". Et de souligner que les cantons jouent aussi un rôle très important, tout comme l'administration fédérale.

    Le ministre de la Santé est également passé star dans l'art de la formule qui claque. On s'est parfois moqué de lui, mais on a tout de même tous retenu sa dernière phrase choc: "Nous souhaitons agir aussi vite que possible, mais aussi lentement que nécessaire." Reste que le Fribourgeois gagne constamment en popularité, notamment sur les réseaux sociaux

    >> L'interview d'Alain Berset dans le 19h30:

    Alain Berset interviewé par Darius Rochebin, le 19 avril 2020.
    19h30 - Publié le 19 avril 2020

    >> Lire aussi: Alain Berset, de l'omniprésence médiatique à l'épreuve du déconfinement

  • 21h10

    Combien de temps les seniors devront-ils rester confinés?

    Une catégorie de la population interpelle particulièrement: les plus de 65 ans, surtout ceux qui ont du diabète, du surpoids ou d’autres facteurs de risque. Si pour l'heure les seniors semblent plutôt tenir le coup, certains craignent que la situation ne s’aggrave avec le temps, avec aussi le risque de conséquences psychiques irrémédiables.

    En effet, entre le bouleversement des habitudes, la tristesse et l’isolement, le confinement pèse encore un peu plus chez les personnes âgées que chez les autres. Sans parler de l’absence de semaines rythmées qui tourmente les plus actifs.

    Beaucoup ont conscience que la situation se prolongera à coup sûr bien au-delà de la reprise des cours en mai. Il faudra sans doute attendre des tests sérologiques massifs ou un vaccin pour que les personnes âgées puissent à nouveau profiter d’un retour à la normale.

    >> Voir le sujet du 19h30:

    Après 5 semaines de confinement, l'usure guette. Les seniors vivent des moments particulièrement difficiles
    19h30 - Publié le 19 avril 2020

  • 20h45

    Des théories infondées sur l'origine du virus en Italie

    Les théories sur l’origine de la pandémie en Italie et donc en Europe sont nombreuses sur les réseaux sociaux. Il y en a une en particulier qui circule beaucoup et qui pointe les expatriés chinois travaillant (pour certains) clandestinement en Italie du Nord. Ils auraient importé le virus après avoir fait l’aller-retour au pays pour fêter le Nouvel an chinois.

    Or rien ne prouve que ces travailleurs soient à l’origine des cas en Italie. Au contraire, la communauté chinoise recense peu de cas, car elle s’est confinée plus tôt que le reste du pays. De plus, les endroits les plus gravement touchés ne sont pas des villes où les expatriés chinois sont nombreux.

    Ce qui alimente les théories les plus folles, c'est que le patient zéro n'a encore pas été découvert en Italie. Mais pour Franco Cavalli, docteur à l’Institut de recherche ontologique de Bellinzone, la théorie des travailleurs clandestins ne tient pas: "Là où ça a commencé en Italie n’est pas un endroit où il y a beaucoup de ces maroquineries, c’est plutôt dans la périphérie, où habitent plutôt les managers."

    >> Voir le sujet du 19h30 en collaboration avec Mise au point :

    En cette période de crise, divers rumeurs et propos vont bon train. Vérification avec la rubrique "Check up" de Mise au Point
    19h30 - Publié le 19 avril 2020

  • 20h25

    Le boom du jeu vidéo en temps de confinement

    Lorsque l'on est sommé de rester chez soi, le jeu vidéo devient le passe temps tout trouvé pour les enfants. Mais à la 5e semaine de confinement, certains parents sont préoccupés par la consommation de leurs enfants, qui a explosé ces derniers temps. L'industrie du jeu vidéo a vu ses chiffres s'envoler depuis le début du confinement, entre augmentation du nombre de joueurs et flambée des commandes en ligne.

    Pour Niels Weber, psychothérapeute et psychologue expert en hyperconnectivité interrogé dans le 19h30, des dangers existent, mais il n'y a aucune raison de tirer tout de suite la sonnette d’alarme. Contrairement à beaucoup de croyances, ce n'est pas le temps passé devant l'écran qui est fondamentalement problématique, mais son incidence sur l'ambiance au sein de la famille.

    Par ailleurs, les jeux en ligne permettent aussi de jouer en multijoueur, et ainsi de garder contact avec ses amis. "Si les jeux permettent de s'évader ou de partager des moments en famille, alors allons-y", conclut Niels Weber, qui rappelle le rôle essentiel de l'engagement des parents dans les activités de leurs enfants.

    >> Voir le sujet du 19h30:

    La pratique des jeux vidéo s'intensifie chez les jeunes et inquiète les parents
    19h30 - Publié le 19 avril 2020

  • 19h10

    Stratégie de sortie, quels enseignements?

    Le programme de sortie de semi-confinement a été dévoilé jeudi par le Conseil fédéral. A-t-il choisi la santé ou l'économie? Ou a-t-il trouvé la quadrature du cercle? Qu'en est-il de sa communication? Serge Gumy, rédacteur en chef de La Liberté, Camille Degott, journaliste parlementaire pour La Première et Philippe Bach, co-rédacteur en chef du Courrier, en débattent dans le Forum des médias.

    >> Ecouter le débat entre Serge Gumy, Camille Degott et Philippe Bach:

    Débat entre Serge Gumy, Camille Degott et Philippe Bach.
    RTS - RTS
    Forum - Publié le 19 avril 2020

  • 18h50

    Le numérique, grand gagnant de la crise sanitaire

    Alors que la pandémie de coronavirus met l'économie à genou, le secteur du numérique, lui, cartonne. Dans cette période où les contacts physiques se raréfient, il permet de maintenir les liens avec ses proches, rend possible le télétravail et est aussi un précieux allié pour se divertir.

    John Plassard, spécialiste en investissement auprès de la banque Mirabaud, explique dans Forum que "le numérique est le grand gagnant de cette crise. Le secteur a montré qu'il pouvait avoir un second souffle. On le voit notamment avec Amazon qui a augmenté ses ventes."

    >> Ecouter l’interview de John Plassard dans Forum:

    Le numérique semble être le grand gagnant de la crise sanitaire.
    AndrewLozovyi - Depositphotos
    Forum - Publié le 19 avril 2020

  • 18h40

    Le déconfinement à deux vitesses fait grincer des dents

    Trois dates, trois étapes, et encore beaucoup d'incertitudes: le plan de "déconfinement" dévoilé jeudi par le Conseil fédéral ne fait pas que des heureux. Certains services à la personne, comme ceux des coiffeurs, pourront reprendre dès le 27 avril, puis les écoles et certains commerces pourraient rouvrir le 11 mai.

    Du côté des mécontents, on retrouve notamment les restaurateurs, fâchés de ne toujours pas avoir de date quant à une possible réouverture. Guy Parmelin, conseiller fédéral en charge de l'Economie, dit dans la presse dominicale qu'une réouverture des restaurants "dans les prochaines semaines" n'est pas exclue". En tout cas, cette reprise à deux vitesses, parfois qualifiée d'arbitraire, fait grincer des dents.

    "Les rues doivent rester désertes"

    Selon Mauro Poggia, conseiller d'Etat genevois, "il faut bien avoir à l’esprit que nous ne sommes pas dans un vrai déconfinement, mais dans un assouplissement. Une ouverture des restaurants signifierait que le problème est derrière nous." Pour Mario Poggia, la réouverture des marchés enverrait un mauvais signal: "Les rues doivent rester désertes, il ne faut pas que les gens aient le sentiment que la vie a repris comment avant."

    Michel Matter, conseiller national Vert-libéral et vice-président de la Fédération suisse des médecins, voit lui un problème d’équité: "Soit tout le monde rouvre, soit personne ne le peut. Les 15 jours de différence sont une concurrence déloyale incompréhensible. Les gens font la queue devant les supermarchés, ils pourraient aussi le faire devant les petits commerces."

    >> Ecouter le débat entre Mauro Poggia, et dans Forum Michel Matter :

    Débat entre Mario Poggia, et Michel Matter.
    RTS - RTS
    Forum - Publié le 19 avril 2020

  • 18h20

    Le G20 et la Suisse plaident pour une réponse globale

    La Suisse a participé dimanche à la réunion annuelle des ministres de la Santé du G20, consacrée notamment à la pandémie de coronavirus. Les participants ont souligné l'importance d'unir leurs efforts pour lutter contre la maladie.

    La Confédération a aussi réaffirmé le rôle central de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) pour gérer et coordonner la réponse internationale aux pandémies, souligne le Département fédéral de l'intérieur (DFI) dans un communiqué. L'organisation basée à Genève est vivement critiquée par le président américain Donald Trump et des parlementaires républicains pour sa gestion de la crise.

    Pour Alain Berset, "la lutte contre le Covid-19 exige une solidarité internationale et une réponse globale. Cette menace ne peut être combattue qu'en travaillant ensemble", ajoute le conseiller fédéral, cité dans le communiqué.

  • 18h10

    Bilan positif des polices valaisanne et fribourgeoise

    Aussi bien la police fribourgeoise que valaisanne tirent un bilan positif sur le front du coronavirus après la période pascale. Toutes deux constatent que la population a bien joué le jeu, indiquent-elles dimanche dans leur communiqué respectif.

    Durant ce troisième week-end des vacances de Pâques, les patrouilles de la police fribourgeoise étaient bien présentes dans le terrain et notamment sur les "hotspots" du canton. De manière générale, la population a bien respecté les directives émises par l’Office fédéral de la santé publique (OFSP).

    De son côté, la police cantonale valaisanne a indiqué que la moyenne quotidienne des amendes d'ordre a reculé la semaine écoulée, puisqu'elle s'est élevée à 46 par jour. Ces dernières ont porté sur le non-respect des distances de sécurité et sur l'interdiction de se rassembler à plus de 5 personnes.

    Parallèlement, 14 dénonciations pénales ont été adressées au Ministère public pour des établissements publics qui n'ont pas respecté les interdictions de fermeture ou de vente d'articles non-autorisés

  • 17h40

    La Suisse rouvre cinq passages frontière entre Genève et la France

    La Suisse rouvre dès lundi, provisoirement et de façon limitée, cinq points de franchissement de la frontière dans le canton de Genève. Plusieurs passages avaient été fermés dans le cadre des mesures pour lutter contre la pandémie de coronavirus.

    Pour faire face à la reprise du trafic frontalier attendue prochainement, l'Administration fédérale des douanes (AFD) rouvre les points de passage de la frontière de Mategnin, Soral II, Landecy, Monniaz et Veigy, a-t-elle annoncé dimanche.

    L'entrée depuis les pays voisins n'est autorisée que pour les citoyens suisses, les personnes titulaires d'un titre de séjour et les personnes qui doivent se rendre en Suisse pour des raisons professionnelles. Les personnes en situation de nécessité absolue peuvent également entrer sur le territoire helvétique.

  • 17h15

    Un vol ramène 169 Suisses d'Amérique latine au pays

    169 Suisses ont atterri dimanche après-midi à Zurich dans le cadre d'un vol de rapatriement en provenance d'Amérique du Sud. L'avion est parti de Quito puis de Buenos Aires. A bord se trouvaient aussi 141 passagers d'autres pays, dont 49 résidant en Suisse.

    Le vol a pu voir le jour grâce à la collaboration entre le centre de crise du Département fédéral des affaires étrangères (DFAE), les ambassades suisses en Equateur et en Argentine et la compagnie aérienne Edelweiss, écrit le département dimanche. Il s’agit du 9e vol en provenance d’Amérique latine organisé par la Suisse.

  • 17h00

    Le gouvernement st-gallois garde ses distances

    Fraîchement au complet après le deuxième tour des élections cantonales, le gouvernement saint-gallois a posé avec les distances réglementaires après la désignation de ses deux derniers membres dimanche.

    Le nouveau gouvernement saint-gallois pose avec les distances de rigueur.
    Le nouveau gouvernement saint-gallois pose avec les distances de rigueur. [Gian Ehrenzeller - Keystone]

    >> Lire aussi: Le PLR et le PS conservent leurs sièges au gouvernement saint-gallois

  • 16h30

    Pétition contre la réouverture des écoles

    Depuis la décision du Conseil fédéral de rouvrir les écoles obligatoires le 11 mai, de nombreux parents expriment leur inquiétude. Une pétition a ainsi été lancée dans le canton de Vaud pour différer cette réouverture.

    Adressée au Conseil fédéral et au Conseil d'Etat vaudois, cette pétition avait réuni plus de 10'000 signatures dimanche après-midi.

    "Les enfants vont recommencer à se côtoyer régulièrement, malgré la menace du virus toujours très présente, ce qui est inconcevable! Les distances de sécurité en classe ne pourront pas être respectées car c’est impossible", déclare notamment le texte.

  • 16h00

    Un décès dans le canton de Vaud

    Vaud déplore un nouveau décès lié au Covid-19, selon le pointage publié dimanche par les autorités sanitaires, ce qui porte le total à 292. Depuis vendredi, Vaud compte le plus grand nombre de décès, devant le Tessin (281).

    Après plusieurs jours de baisse, les hospitalisations en cours ont légèrement augmenté: 248 patients sont à l'hôpital, soit 4 de plus que la veille. Parmi eux, 58 sont aux soins intensifs, soit un de moins que la veille.

    Depuis le début du mois d'avril, les hospitalisations ont fortement baissé. Le 1er avril, le nombre de patients aux soins aigus ou aux soins intensifs avait atteint 392 personnes.

    Quant au total des cas testés positifs depuis le début de l'épidémie, il atteint désormais 4995 personnes (+65).

  • 15h30

    35 personnes aux soins intensifs à Genève

    Un total de 315 personnes infectées par le Covid-19 sont prises en charge par les Hôpitaux universitaires de Genève (HUG), a annoncé le canton. Le nombre de malades hospitalisés n'a pas bougé par rapport à samedi. Dimanche, 35 patients se trouvent aux soins intensifs, contre 34 la veille, alors que 33 personnes sont intubées.

    Le canton de Genève recense désormais 4690 personnes testées positives au Covid-19, ce qui représente 35 nouveaux cas par rapport aux précédents chiffres fournis par le service du médecin cantonal samedi. L'épidémie a fait jusqu'à présent 193 victimes dans le canton.

  • 15h00

    Moins de visiteurs dans les refuges de la SPA

    Même les chiens et les chats, dans les refuges, ont vu leur sort changer depuis l'arrivée de l'épidémie de Covid-19. Moins de visiteurs, moins de bénévoles pour les promener… Mais au refuge de la SPA Valais à Ardon, heureusement, on ne constate pas une recrudescence d'abandons ni de diminution du nombre d'adoptions.

    "Au début de la crise, on a même été bombardés de téléphones de gens qui disaient avoir, maintenant, du temps pour s'occuper d'un animal, car ils ne travaillaient pas. On leur répondait: 'Mais qu'allez-vous faire dans trois mois, quand le travail va reprendre?'", raconte la responsable administrative du refuge Karine Arrigoni.

    >> Regarder le reportage du 12h45:

    Le coronavirus impacte les finances du refuge pour chiens et chats d'Ardon en Valais
    12h45 - Publié le 19 avril 2020

  • 13h50

    Les indépendants demandent de l'aide

    Les caisses de compensation ont déjà reçu à ce jour près de 150'000 demandes d'allocation pour perte de gain de la part de travailleurs indépendants, en lien avec la crise du coronavirus. Elles en attendent 100'000 de plus dans les prochains jours.

    Les indépendants indirectement touchés par les mesures sanitaires ont droit désormais à l’allocation pour perte de gain, rappellent dimanche la Conférence des caisses cantonales de compensation et l'Association suisse des caisses de compensation professionnelles (ACCP). Cette mesure, décidée mercredi dernier par le Conseil fédéral, représente une "tâche colossale" pour les caisses.

    Allocation moyenne de 2000 francs

    Le montant moyen de l'allocation est d'un peu plus de 2000 francs par mois, ce qui correspond à un revenu annuel de base d'environ 32'000 francs. L'allocation est calculée sur la base du revenu annuel soumis à l'AVS en 2019. L'indemnité journalière équivaut à 80% de ce revenu, mais au maximum à 196 francs par jour.

    Pour prétendre à une allocation, le revenu déterminant pour l'AVS des travailleurs indépendants doit se situer entre 10'000 et 90'000 francs. L'indemnité maximale est également de 196 francs par jour.

    L'allocation perte de gain bénéficie déjà aux parents lorsque la garde par un tiers des enfants jusqu'à 12 ans n'est plus assurée. Le Conseil fédéral a décidé de repousser cette limite à 20 ans pour les parents d'enfants en situation de handicap, si leur prise en charge par des tiers n’est plus possible.

  • 13h25

    Les restaurateurs genevois témoignent de leurs grandes difficultés

    Les inquiétudes sont extrêmement vives chez les cafetiers restaurateurs, pour l'heure grands oubliés des annonces de déconfinement progressif. Des fermetures prolongées pourraient avoir des conséquences dramatiques.

    A Genève, l'association faîtière des cafetiers-restaurateurs tire la sonnette d'alarme. Selon son président Laurent Terlinchamp, si la fermeture se prolonge encore jusqu'en juin, 30 à 40% des 2500 établissements que compte le canton pourraient faire faillite. Car même si les mesures d'urgence mises en place sont précieuses, elles ne permettraient pas de couvrir toutes les charges.

    "Rouvrir avec 25 ou 30% des places disponibles n'est pas tenable non plus"

    "Pendant quatre mois, les entreprises ne peuvent pas faire de chiffre d'affaires et la seule chose qu'on leur propose, c'est de faire des dettes supplémentaires. C'est intenable", a déploré Laurent Terlinchamp dans le journal de 12h30 samedi. Il s'inquiète déjà des futures contraintes qui pourraient être imposées au moment de la réouverture: "Rouvrir avec 25 ou 30% des places disponibles pour la clientèle, ce n'est pas tenable non plus."

    La réactivité des autorités a pourtant permis à certains établissements de ne pas sombrer. "Pour nous, la situation aurait été dramatique si l'Etat n'avait pas été aussi réactif pour pouvoir couvrir salaires et loyer", témoigne le patron d'un restaurant du quartier de Plainpalais, qui salue les prêts et les facilités de chômage partiel. Il confie au passage ne réaliser que 5% de son chiffre d'affaires en ayant conservé une activité de vente à l'emporter.

    >> Ecouter le reportage du journal de 12h30:

    Le secteur de l'hôtellerie-restauration perd des millards chaque mois et n'a toujours pas de perspective de réouverture
    Uwe Anspach - Keystone/DPA
    Le 12h30 - Publié le 19 avril 2020

  • 13h05

    Moutier inaugure mardi la version virtuelle de son salon microtechnique

    Le Salon microtechnique de Moutier ouvre ses portes mardi, mais seulement de manière virtuelle. Si la version réelle du SIAMS est reportée à novembre, ses responsables ont mis sur pied en un temps record un événement interactif sur internet.

    "Chaque vingt minutes, on aura sur internet une nouvelle news avec une vidéo ou une présentation. Les internautes auront la possibilité d'interagir directement avec les exposants qui présentent un produit ou une solution", a détaillé dans le 12h30 de la RTS le directeur du SIAMS Pierre-Yves Kohler, qui s'est réjoui que 60 entreprises se soient engagées à participer.

    >> Ecouter le reportage du 12h30:

    Le maire de Moutier, Marcel Winistoerfer, a enregistré le discours inaugural du SIAMS.
    Pierre-Yves Kohler - FAJI
    Le 12h30 - Publié le 19 avril 2020

  • 12h45

    A Fribourg, les loyers des logements étudiants pourraient être difficiles à payer

    A Fribourg, la rentrée universitaire suscite beaucoup d'inquiétudes, notamment en matière de logement. Certains parents fragilisés économiquement par la crise du Covid-19 vont-ils toujours avoir les moyens de financer le logement et les études de leurs enfants?

    La Fondation fribourgeoise pour le logement des étudiants ApartiS se pose beaucoup de questions. Le Covid-19 risque en tous les cas de chambouler durablement la vie des 14'000 étudiants fribourgeois. "Certains de ceux qui ont des petits jobs à côté de leurs études l'ont perdu", a expliqué dans le journal de 12h30 le directeur d'ApartiS Jean-Pierre Gauch, ce qui renforce le problème.

    >> Ecouter le sujet du 12h30:

    L'université de Fribourg.
    Gaetan Bally - Keystone
    Le 12h30 - Publié le 19 avril 2020

  • 11h55

    1374 morts, selon les cantons

    Un total de 1377 personnes ont trouvé la mort à cause du coronavirus en Suisse, indiquent les derniers chiffres publiés par les cantons dimanche à 15h.

    Par canton, Vaud compte le plus de décès (292) devant le Tessin (281) et Genève (187). Le Valais déplore 97 victimes, Fribourg 71, Berne 69, Neuchâtel 50 et le Jura 2.

    L'Office fédéral de la santé publique, de son côté, a publié dimanche son traditionnel bilan de la journée. Un total de 27'740 cas positifs ont été enregistrés, soit 336 de plus en 24 heures. Le nombre de nouvelles contaminations est stable, mais ne baisse plus depuis une semaine.

    A ce jour, environ 221'263 tests ont été effectués, dont 15% étaient positifs. La part de la population diagnostiquée positive se monte désormais à 3,23 personnes pour 1000 habitants.

    Au total, au moins 3271 personnes ont été hospitalisées en lien avec une infection au Covid-19 confirmée en laboratoire. Leur âge médian était de 72 ans. 61% des personnes hospitalisées étaient des hommes et 39% des femmes.

  • 11h30

    S'ils sont malades, les résidents souhaitent rester dans leur EMS

    S'ils tombent gravement malades à cause du coronavirus, la plupart des résidents souhaitent rester dans leur EMS, rapporte la NZZ am Sonntag.

    En cas de complications, les personnes âgées préfèrent même y mourir plutôt qu'à l'hôpital. Le journal a effectué un sondage auprès d'établissements de soins, des services de soins à domicile et des états-majors de crise cantonaux étant donné qu'il n'existe pas d'obligation fédérale de mentionner le lieu de décès.

    Dans le canton de Vaud, jusqu'à jeudi, 187 personnes sont décédées dans un EMS. Seules quelques-unes ont été transférées à l'hôpital, selon l'état-major de crise cantonal.

    Dans le canton de Bâle-Ville, sur les 18 résidents d'EMS décédés jusqu'à vendredi, seuls quatre sont morts à l'hôpital. Dans le canton de Zurich, 87 pensionnaires d'EMS sont décédés des suite du coronavirus, dont 47 dans leur environnement familier.

  • 10h40

    L'hôtellerie perd 2,5 milliards par mois de fermeture, avance Gastrosuisse

    Le président de Gastrosuisse Casimir Platzer a tiré la sonnette d'alarme ce week-end dans plusieurs journaux. "Si les restaurants ne peuvent pas ouvrir en mai, Gastrosuisse s'attend à ce que 30% à 40% d'entre eux fassent faillite", affirme-t-il.

    A l'appui de cette inquiétude, il cite la hausse des chiffres du chômage en mars: "Elle est de 45,3% dans l'hôtellerie, pendant que dans tous les autres secteurs, ce chiffre est inférieur à 30%". La perte de chiffre d'affaires de l'industrie hôtelière est énorme, ajoute le patron de la faîtière. A fin avril, elle s'élèvera à quatre milliards de francs. Et au terme de chaque mois supplémentaire, il faudra ajouter 2,5 milliards.

    "Nous demandons que nos propositions soient examinées"

    Casimir Platzer est convaincu que les restaurants peuvent, tout comme les autres commerces, ouvrir tout en respectant des mesures de protection strictes. "Nous demandons que nos propositions soient examinées et que des mesures d'ouverture progressive soient élaborées avec nous".

    Dimanche dans les journaux dominicaux, le conseiller fédéral Guy Parmelin a évoqué une possible réouverture des cafés et restaurants "dans quelques semaines", mais sans donner de date précise.

  • 09h40

    Stadler Rail résiste bien à la crise

    Le constructeur suisse de matériel ferroviaire Stadler Rail a, jusqu'ici, relativement bien traversé la crise, rapporte son patron Peter Spuhler dans le SonntagsBlick. "Jusqu'à présent, nous n'avons pas eu à demander de soutien gouvernemental. Les carnets de commandes sont bien remplis. Au regard des circonstances, les ateliers sont raisonnablement occupées".

    Il y a toutefois des exceptions, en Espagne et aux Etats-Unis: "A Valence, nous avons dû fermer temporairement notre usine de production sur ordre du gouvernement. A Salt Lake City, nous avons dû réduire les effectifs de deux tiers". Pour l'heure, l'accent est surtout mis sur le maintien des chaînes d'approvisionnement. "Si elles devaient être rompues, nous ne pourrions pas terminer nos trains", a-t-il averti.

    L'ex-conseiller national UDC se montre critique envers le plan de relance de la Confédération. "Il est presque impossible que les mesures gouvernementales tombent au bon endroit et prennent ensuite effet au bon moment", a déclaré Peter Spuhler.

  • 09h00

    Le Conseil fédéral veut acheter pour 2 milliards de matériel médical

    Pour faire face à l'épidémie de Covid-19, le Conseil fédéral a l'intention d'acheter du matériel pour un montant allant jusqu'à 2,24 milliards de francs, rapportent les quotidiens dominicaux NZZ am Sonntag et SonntagsZeitung en se basant, notamment, sur une demande confidentielle que le Conseil fédéral a adressée aux délégations des finances du Parlement.

    Des tarifs surfacturés?

    Dans les quatre prochains mois, le gouvernement veut se procurer 550 millions de masques de protection de toutes sortes. Il souhaite également acheter 1000 nouveaux respirateurs, 8 millions de kits de dépistage, 190 millions de gants jetables ainsi que 48 millions d'unités de désinfectant pour les mains.

    Selon la SonntagsZeitung, les prix calculés par l'Office fédéral de la santé publique pour se procurer le matériel sont sources d'inquiétude, car dans certains cas les prix proposés sont quatre fois plus élevés que ce que d'autres entreprises paieraient pour les mêmes marchandises.

  • 08h05

    Guy Parmelin envisage une réouverture prochaine des restaurants

    "Je n'exclus pas que les restaurants puissent rouvrir dans quelques semaines peut-être", a indiqué le conseiller fédéral Guy Parmelin dans une interview au Matin Dimanche et à la SonntagsZeitung. "Cela dépend de l'évolution de la situation". Le chef du Département fédéral de l'économie précise que le Conseil fédéral peut "effectuer un bilan circonstancié à chacune de ses séances hebdomadaires".

    Les aides "ne doivent pas devenir un oreiller de paresse"

    Egalement interrogé sur la question de savoir si les 60 milliards d'aide fédérale suffiront, Guy Parmelin a expliqué que cela dépendra dans quelle mesure l'on pourra travailler normalement durant l'été. Il souligne que cette aide est une aide d'urgence et ne doit pas "devenir un oreiller de paresse". Les secteurs ou branches qui sortent de l'isolement ou peuvent rouvrir doivent donc renoncer rapidement au chômage partiel et aux aides fédérales, estime-t-il.

    S'il reconnaît que toutes les pertes ne pourront pas être couvertes par les mesures fédérales d'amortissement, il insiste sur le fait qu'elles ne peuvent être maintenues pour une durée indéterminée. "Ces 60 milliards sont une somme énorme et l'argent ne tombe pas du ciel. Nous ne pouvons pas imposer aux générations futures une dette démesurée", a-t-il conclu.

  • 07h30

    Swiss anticipe un été difficile

    La compagnie Swiss prépare l'été le plus compliqué de son histoire. Elle table sur un scénario où seuls 20% des vols de son programme habituel ont lieu. Selon Lorenzo Stoll, directeur romand de la compagnie, ces chiffres "se basent sur des projections où les différents pays desservis par Swiss allègent leurs restrictions sur leur immigration."

    >> Lire : La compagnie Swiss table sur seulement 20% de ses vols cet été

    >> Voir le sujet du 19h30 :

    La crise du coronavirus a cloué au sol les avions du monde entier. Leur entretien coûte cher aux compagnies sans revenus.
    19h30 - Publié le 17 avril 2020

    >> Voir l’interview de Lorenzo Stoll :

    Lorenzo Stoll, directeur général de Swiss, explique la difficile situation que vit la compagnie aérienne actuellement
    19h30 - Publié le 18 avril 2020

  • 07h15

    La liberté de la presse menacée

    Du Brésil au Cambodge, Reporters sans frontières a établi une liste de 38 pays où la pandémie de Covid-19 menace la liberté de la presse. "Les citoyens ont le droit de traverser cette crise les yeux ouverts", réagit Denis Masmejan, secrétaire général de Reporters Sans Frontières Suisse, samedi dans Médialogues.

    Cette mise en danger de la liberté de la presse ne le surprend d'ailleurs pas: "En période de crise, la liberté d'informer fait toujours partie des premières victimes."

    >> Le débat de Forum entre Christophe Deloire, directeur général de Reporters sans frontières, et Matthieu Delaloye, chercheur au sein l'Institut de recherche en informatique de gestion de la HES-SO Valais-Wallis:

    Matthieu Delaloye et Christophe Deloire.
    Thomas Samson - HES-SO Valais-Wallis/AFP
    Forum - Publié le 18 avril 2020

    >> Lire aussi: La liberté de la presse mise à mal par la pandémie de coronavirus

  • 07h00

    Une enquête internationale sur la perte de l’odorat et du goût

    Un des symptômes observés chez les personnes contaminées par le Covid-19 est la perte de l'odorat et du goût. Une enquête internationale a été lancée cette semaine auprès des malades et d'anciens infectés.

    L'étude émane d'un consortium de plus de 500 chercheurs de 38 pays, dont la Suisse. Selon Jérôme Golebiowski, chercheur à l'Institut de chimie de Nice et coordinateur francophone de cette étude, l’objectif est de créer une base de données solide, internationale, qui pourrait servir à tout le monde.

    >> Ecouter l’interview de Jérôme Golebiowski dans Forum:

    Jérôme Golebiowski.
    Institut de chimie de Nice
    Forum - Publié le 18 avril 2020

  • 06h45

    Quel plan pour relancer l'économie?

    Tous les partis politiques en conviennent: la crise du coronavirus aura de lourdes conséquences pour l’économie suisse. Les mesures urgentes adoptées à court terme en faveur des salariés, des commerçants et autres indépendants font consensus.

    Qu'en est-il cependant des plans de relance à moyen terme? Comment soutenir la reprise de l'activité économique? La consommation, les investissements et les exportations sont les sources de la croissance économique, mais il y a plusieurs manières de les aborder.

    Pour Christian Levrat, président du Parti socialiste suisse, "il faut absolument maintenir le pouvoir d'achat des ménages". Selon lui, cela passe notamment par la revalorisation des secteurs dont la nécessité a été mise en lumière par la pandémie: "Il faut augmenter les salaires des métiers les plus dévalorisés. A qualification égale, les infirmières sont moins bien rémunérées que les personnes ayant fait une école de gestion, par exemple."

    Pour Philippe Nantermod, vice-président du PLR suisse, "personne ne s'oppose à ce que les salaires puissent augmenter. Mais ils ne sont pas fixés par l'Etat, mais par la relation entre les employés et employeurs". Selon lui, une des priorités pour la bonne santé économique de la Suisse est de miser sur les accords de libre-échange: "Il faut s’assurer que les conditions cadres, menacées par un référendum, soient ratifiées."

    >> Ecouter le débat entre Christian Levrat et Philippe Nantermod dans Forum:

    Philippe Nantermod et Christian Levrat.
    Alessandro della Valle - Keystone
    Forum - Publié le 18 avril 2020

  • 06h30

    Les journalistes n'échappent pas au télétravail

    Le télétravail, désormais bien installé dans beaucoup d’entreprises, bouleverse de nombreuses habitudes. C’est le cas notamment des journalistes, qui travaillent parfois dans des médias aux conditions de survie économique compliquées

    Depuis un mois, le journal fribourgeois La Liberté se fabrique sur un coin de table du salon, parfois même depuis son canapé. Une seule personne est présente en rédaction, une assistante de direction qui répond au téléphone. Tous les autres employés rédigent depuis leur domicile, avec le lot de difficultés humaines et organisationnelles liées au télétravail et à l’organisation de la vie familiale que cela implique.

    >> Voir le sujet du 19h30 :

    La presse joue un rôle vital et reconnu en cette période de pandémie, mais sa survie économique est toujours plus menacée
    19h30 - Publié le 18 avril 2020

  • 06h15

    Retour sur la journée de samedi

    Avec le soleil, nombre de Suisses vont être tentés de sortir et rencontrer d'autres personnes durant le week-end, même si, a rappelé l'OFSP, les risques sont encore importants en Suisse. Les polices cantonales sont fortement mobilisées dans les lieux de forte affluence, mais aussi pour traquer les chauffards.

    >> Retour sur la journée de samedi: Avec le soleil du week-end, les polices traquent les chauffards et l'affluence dans certains lieux

  • 06h00

    Le dossier complet

    Retrouvez dans notre dossier toutes les informations, toutes les analyses et toutes les émissions consacrées au coronavirus.