Des affiches de prévention devant la salle de presse où s'exprime Alain Berset. [Peter Klaunzer - Keystone]
Publié Modifié

Coiffeurs et jardineries rouvriront dès le 27 avril, tandis que l'école obligatoire reprendra le 11 mai

- Le Conseil fédéral a présenté jeudi son plan de sortie de crise du Covid-19. Les mesures exceptionnelles entrées en vigueur en mars seront assouplies en trois étapes et en même temps dans toute la Suisse. La première aura lieu le 27 avril (réouverture des coiffeurs et autres services de soin à la personne, jardineries, magasins de bricolage), la deuxième le 11 mai (écoles obligatoires, autres commerces, installations sportives) et la troisième le 8 juin (écoles secondaires et supérieures, lieux de divertissement comme les musées et les bibliothèques).

- Parmi les autres mesures annoncées par le Conseil fédéral figurent la possibilité pour tous les indépendants de recevoir une allocation spéciale pour perte de gains, un régime spécial pour l'attribution des notes théoriques et pratiques à la fin des apprentissages. Les mesures de distanciation sociale sont maintenues, dont l'interdiction de rassemblement de plus de 5 personnes.

- La Suisse a vraisemblablement passé le pic de l'épidémie de Covid-19, a fait savoir l'Office fédéral de la santé publique. Selon ses chiffres de jeudi, un total de 26'732 cas positifs ont été enregistrés (+315 en 24h), contre plus de 1300 au plus fort de la crise. Selon les données des cantons jeudi en fin de soirée, le pays déplore également 1281 décès.

-La Chaîne du Bonheur a lancé jeudi une grande journée de solidarité pour les personnes et les familles qui subissent de plein fouet les répercussions sanitaires, sociales et économiques du virus en Suisse. A 22h30, plus de 9 millions de francs avaient été récoltés (26,5 millions depuis le 23 mars).

Suivi assuré par la rédaction multimédia de RTSinfo.

22h45

La Chaîne du Bonheur a récolté plus de 9 millions de francs jeudi

Un peu plus de 9 millions de francs ont été récoltés jeudi dans le cadre de la journée de solidarité de la Chaîne du Bonheur. L'objectif est de collecter des dons pour aider les personnes que le coronavirus a mises dans le besoin. Depuis le 23 mars, plus de 26,5 millions de francs ont déjà été réunis. La SSR et quelques radios privées soutiennent la collecte.

>> Lire aussi: La Chaîne du Bonheur a déjà récolté près de 9 millions de francs

22h30

Un été 2020 sans grand festival de musique

L'édition 2020 du festival Sion sous les étoiles début juillet est annulée. Sa prochaine édition aura lieu en 2021, du 14 au 17 juillet.

"Ce maudit virus nous empêche de faire la fête ensemble cette année. C'est avec tristesse et le coeur serré que nous devons annuler cette édition", écrivent jeudi les organisateurs.

Faire un "geste de solidarité" en gardant ses billets

Les billets de l'édition 2020 annulée restent valables pour l'an prochain. Par exemple, ceux du vendredi 10 juillet 2020 permettront d'assister au festival le vendredi 16 juillet 2021. Les organisateurs disent vouloir oeuvrer à une programmation au plus proche de celle de 2020. Celle-ci sera connue à 90% après l'été. Ils appellent les consommateurs à faire un "geste de solidarité" en conservant leurs billets, car le festival va faire de "lourdes pertes" avec cette annulation.

Selon le quotidien Le Temps, le Montreux Jazz Festival devrait lui officialiser son annulation vendredi. Le Paleo Festival de Nyon, pour sa part, a annoncé son annulation dans le courant de l'après-midi, peu après la conférence de presse du Conseil fédéral (voir la nouvelle de 17h50).


>> Lire aussi: La 45e édition du Paléo Festival est annulée en raison du coronavirus

21h30

Retour en image sur les décisions du Conseil fédéral

Constatant un ralentissement de la pandémie de Covid-19, le Conseil fédéral a annoncé aujourd'hui un processus de déconfinement en plusieurs étapes. La première débutera dans 11 jours, le 27 avril, avec la réouverture des services de soin aux personnes (physiothérapie, coiffure, salons de beauté), des jardineries et des magasins de bricolage. Le 11 mai, les écoles pour les enfants de 4 à 15 ans et tous les autres commerces devraient rouvrir. Le 8 juin enfin, si la maladie est sous contrôle, d'autres assouplissements sont prévus, notamment la réouverture des écoles secondaires et des universités, des musées, des bibliothèques et des lieux de divertissement.

>> Regarder les précisions du 19h30:

Le Conseil fédéral opte pour un déconfinement en trois étapes. [RTS]
Le Conseil fédéral opte pour un déconfinement en trois étapes. / 19h30 / 2 min. / le 16 avril 2020

Ce jeudi 16 avril marque donc un tournant dans la crise, même s'il reste un grand nombre d'incertitudes, notamment sur le sort des événements de grande ampleur (salons et festivals de l'été) et des cafés-restaurants.

>> Ecouter l'analyse de Bernard Rappaz:

Bernard Rappaz analyse les retombées politiques des annonces du Conseil fédéral. [RTS]
Bernard Rappaz analyse les retombées politiques des annonces du Conseil fédéral. / 19h30 / 2 min. / le 16 avril 2020

21h00

Alain Berset: "La crise n'est pas terminée"

Interrogé jeudi soir dans le 19h30 de la RTS, le conseiller fédéral Alain Berset a jugé que les premières mesures de déconfinement, annoncées pour le 27 avril, ne sont pas trop hâtives. "On est dans une situation dont on aurait rêvé il y a quelque temps, avec une diminution du nombre de nouveaux cas et du nombre d'hospitalisations", a estimé le chef du Département de l'intérieur.

"L'idée n'est pas de diminuer la protection, mais de reprendre une partie des activités en adaptant les comportements et les concepts de protection", a poursuivi le conseiller fédéral, qui espère continuer à observer une décrue jusqu'à l'entrée en vigueur de la deuxième phase de déconfinement, le 11 mai. "Il est très important de rappeler que les mesures essentielles de distance et d'hygiène des mains doivent être conservées", a souligné Alain Berset, qui rappelle que les personnes vulnérables doivent toujours limiter au strict nécessaire leurs sorties.

>> Ecouter son interview dans le 19h30:

Déconfinement en trois étapes: l'entretien d'Alain Berset. [RTS]
Déconfinement en trois étapes: l'entretien d'Alain Berset. / 19h30 / 4 min. / le 16 avril 2020

20h50

Facebook renforce ses mesures anti-fake news

Facebook va désormais avertir directement ses usagers qui consultent des fausses informations en lien avec l'épidémie de Covid-19, a annoncé jeudi son PDG Mark Zuckerberg. Au cours du mois de mars, Facebook a supprimé "des centaines de milliers" de contenus liés au Covid-19 qui "pourraient représenter un danger imminent pour la santé", comme par exemple des affirmations selon lesquelles l'eau de Javel permettrait de guérir du virus.

Les utilisateurs qui cliquent sur ce type d'infos, les commentent ou les partagent, recevront désormais un message dans leur fil d'actualité, les incitant à consulter des sources sûres comme le site de l'Organisation mondiale de la Santé, a poursuivi Mark Zuckerberg.

Si une information se révèle fausse ou imprécise, mais qu'elle ne représente pas un "danger imminent", le réseau social lui accole une "étiquette de mise en garde". 40 millions de publications Facebook ont reçu cette étiquette au cours du mois de mars, poussant les utilisateurs à ne pas consulter ces contenus dans 95% des cas, selon Facebook. La mise en place de cette politique fait suite à de nombreuses critiques émises par plusieurs ONG, accusant Facebook d'être à l'épicentre d'une crise de la désinformation.

19h20

La distanciation sociale reste de mise

Même si certains commerces rouvriront le 27 avril, la présidente de la Confédération Simonneta Sommaruga a rappelé dans l'émission Forum qu’il est primordial de continuer à respecter les mesures de distanciation sociale. "Il y a toujours le danger d’une deuxième vague, et il faut absolument éviter cela, car ce serait terrible tant pour les gens que pour l’économie". La conseillère fédérale a également précisé que les contacts intergénérationnels sont toujours dangereux, car "les personnes âgées demeurent particulièrement vulnérables".

>> Ecouter l’interview complète de Simonneta Sommaruga dans Forum jeudi soir:

Les conseillers fédéraux Guy Parmelin, Simonetta Sommaruga et Alain Berset (g. à d.) en conférence de presse. [Peter Klaunzer - Keystone]Peter Klaunzer - Keystone
Coronavirus: le début du déconfinement, l’interview de Simonetta Sommaruga / Forum / 11 min. / le 16 avril 2020

19h15

Cafés et restaurants laissés dans le flou, au grand dam de Gastrosuisse

Les cafés, restaurants et bars ne figurent explicitement dans aucune des trois étapes de réouverture annoncées jeudi par le Conseil fédéral. "La branche est ainsi laissée dans l'incertitude", déplore la faîtière des cafetiers-restaurateurs Gastrosuisse dans un communiqué. Elle se dit très déçue et ne comprend pas pourquoi le Conseil fédéral a décidé de ne pas offrir de perspective à la restauration, alors que bon nombre d'entreprises d'autres branches vont pouvoir entamer un retour à la normalité.

>> Voir le sujet du 19h30:

Les bars et les restaurants sont toujours dans l'incertitude. [RTS]
Les bars et les restaurants sont toujours dans l'incertitude. / 19h30 / 2 min. / le 16 avril 2020

"Nous sommes d'avis qu'une réouverture accompagnée de mesures de protection très strictes serait une option réaliste", ajoute Casimir Platzer, le président de GastroSuisse. "Nous avons soumis une proposition au Conseil fédéral. Elle prévoit par exemple une limitation du nombre de personnes par mètre carré, une distance minimale entre les tables et le port obligatoire de masques en cuisine. Une alternative serait le service au comptoir ou à l'aide d'une desserte".

"Si le Conseil fédéral continue d'ajourner sa décision concernant les entreprises de notre branche, nous devons partir du principe qu'un grand nombre d'établissements se verront contraints de fermer définitivement et feront faillite", regrette Casimir Platzer, qui a même parlé d'"affront envers une branche qui emploie 260'000 personnes" dans l'émission Forum jeudi soir. "On ne sait rien, on nous laisse dans la nuit".

>> Ecouter le président de GastroSuisse interviewé dans Forum:

Restaurateurs et hôteliers: les grands perdants du déconfinement? (vidéo) [RTS]
Restaurateurs et hôteliers: les grands perdants du déconfinement? (vidéo) / Forum (vidéo) / 5 min. / le 16 avril 2020

19h00

L'UDC dénonce la stratégie du Conseil fédéral, les autres partis satisfaits

Les partis politiques suisses saluent pour la plupart les mesures de déconfinement progressif annoncées par le Conseil fédéral jeudi, à l'exception de l'UDC, qui se dit "consterné" par la stratégie présentée jeudi. Il craint notamment les lourdes conséquences des mesures exceptionnelles pour l'économie, qui se chiffrent à plusieurs centaines de millions de francs par jour.

"Au lieu de renforcer le dispositif de tests, de se procurer suffisamment de masques de protection et de poursuivre la traçabilité des infections grâce à des applications de traçage, le gouvernement alourdit par sa mollesse les dommages causés à l'économie", dénonce l'UDC. Il juge "incompréhensible" que le gouvernement se soit prononcé pour un déconfinement à petits pas.

Le sort des indépendants suscite l'approbation

A l'autre extrémité du spectre politique, le PS se réjouit pour sa part de l'assouplissement des mesures présenté par le Conseil fédéral, mais souligne qu'il faudra rester très disciplinés les deux prochaines semaines. Le parti à la rose se dit aussi très heureux de voir qu'une décision a été prise pour les petits indépendants et les salariés à risque.

Pour les Verts, l'ouverture par étapes est raisonnable, estime le président du groupe parlementaire Balthasar Glättli sur Twitter. "Il ne faut pas mettre en jeu ce que nous avons atteint par la discipline".

L'assouplissement étape par étape permet à la société et à l’économie de se "projeter dans l'avenir", estime le PDC, qui rappelle qu'un assouplissement rapide est essentiel pour les PME et les indépendants, à condition de respecter les règles d'hygiène et de distance.

"Stratégie claire" saluée

Le PLR se dit soulagé de voir "enfin une stratégie de sortie claire". Il salue en particulier le fait que les hôpitaux et les cabinets médicaux seront à nouveau accessibles aux patients non-urgents, et que les écoles obligatoires reprendront bientôt les cours.

Les Vert’libéraux se disent eux aussi soulagés de l'évolution positive de la situation et saluent l'assouplissement progressif des mesures sanitaires, mais souhaite la mise en place d'un système de "filtre d'exemption de crédit" pour que certaines entreprises n'aient pas besoin de rembourser les prêts spéciaux de la Confédération.

>> Lire le récapitulatif des différentes prises de position dans notre article: Entre satisfaction et critiques, les réactions au plan du Conseil fédéral

>> Ecouter le sujet de Forum consacré aux réactions du monde politique:

Réactions politiques suite aux annonces du jour (vidéo) [RTS]
Réactions politiques suite aux annonces du jour (vidéo) / Forum (vidéo) / 11 min. / le 16 avril 2020

18h45

Une partie des soldats sanitaires vont rentrer à la maison

L'armée va mettre fin à la mobilisation d'une partie des troupes sanitaires du service d'appui. Les demandes d'aide déposées par les cantons pour faire face à l'épidémie de Covid-19 n'ayant pas augmenté, il y a déjà davantage de militaires en réserve que ce qui sera vraisemblablement nécessaire.

Les 300 à 400 militaires renvoyés pourront toutefois être rappelés dans les 24 heures si la situation l'exige. Les premiers licenciements ont déjà eu lieu et d'autres sont prévus cette semaine.

Au total, environ 3800 militaires sont actuellement à disposition pour des prestations sanitaires au profit du système de santé civil. 1300 d'entre eux sont engagés de manière constante. S’y ajoutent quelque 750 militaires effectuant des tâches de protection et de sûreté en faveur de l’Administration fédérale des douanes et des corps de police cantonaux.

18h10

Easyjet annonce être en mesure de résister à la crise

La compagnie aérienne EasyJet a assuré jeudi être en mesure de résister à une période prolongée de paralysie du trafic aérien en raison du coronavirus, après avoir pris plusieurs mesures pour renforcer ses finances.

Le groupe, comme d'autres en Europe, a dû annuler l'écrasante majorité de ses vols en raison de l'épidémie qui entraîne des restrictions de déplacement pour des milliards de personnes dans le monde. Elle constitue une menace majeure pour les compagnies aériennes qui ont des coûts fixes énormes et se retrouvent privées de chiffre d'affaires.

Immobilisation supportable jusqu'à 9 mois

EasyJet explique avoir une trésorerie suffisante pour encaisser une immobilisation même si elle devait durer neuf mois, ce qui lui coûterait alors 3 milliards de livres, soit près de 3,62 milliards de francs de liquidités. Elle a obtenu pour cela 2 milliards de livres de financement, dont un prêt de 600 millions de livres du Trésor et de la Banque d'Angleterre dans le cadre du fonds d'urgence de soutien face au coronavirus.

Pour réduire ses coûts, EasyJet a mis la majorité de ses salariés au chômage partiel en avril et mai et a trouvé un accord avec Airbus pour repousser la livraison de 24 avions A320neo.

Conjointement avec sa filiale EasyJet Switzerland, la compagnie low-cost assure près de 45% du trafic de l'aéroport de Genève et environ 60% de celui de Bâle.

17h50

Pas de Paleo Festival en 2020

Suite à l'incertitude qui perdure quant à la possibilité, ou non, aux grandes manifestations de se tenir cet été, le Paléo Festival a décidé d'annuler son édition 2020, sa 45ème.

>> Plus de détails dans notre article: La 45e édition du Paléo Festival est annulée

"C’est le cœur lourd, mais convaincus de notre juste décision, que nous annonçons le report de la 45e édition du Paléo Festival à l’année prochaine", a annoncé la manifestation dans un communiqué jeudi après midi.

Le prochain Paléo Festival aura donc lieu du 19 au 25 juillet 2021. Il déclare travailler avec les artistes prévus en 2020, y compris Céline Dion, afin de proposer une programmation identique l'an prochain. Les billets et abonnements déjà achetés restent valables pour 2021.

>> Ecouter le sujet de Forum jeudi soir:

Le Paléo Festival annule son édition 2020 (vidéo) [RTS]
Le Paléo Festival annule son édition 2020 (vidéo) / Forum (vidéo) / 3 min. / le 16 avril 2020

17h45

Les syndicats saluent les mesures annoncées par le Conseil fédéral

L'Union syndicale suisse (USS) a salué les mesures annoncées jeudi par le Conseil fédéral. La faîtière syndicale se réjouit notamment de l'amélioration de la situation pour les indépendants et d'une meilleure protection des salariés à risques.

Avec cette nouvelle protection des indépendants, le filet de sécurité sociale touche de plus en plus de personnes et les protège des besoins existentiels, se réjouit l'USS dans une prise de position. Ces travailleurs sont en effet fortement touchés par les mesures du Conseil fédéral pour endiguer la pandémie.

Du mieux pour les employés à risque

La faîtière reçoit également positivement les clarifications apportées à la situation des employés à risque. "Ils ont le droit de ne faire que du télétravail, relève-t-elle. Ils ne peuvent retourner travailler dans l'entreprise que sur une base volontaire". L'employeur est également tenu d'adapter le travail aux conditions de santé.

Interrogé dans Forum, le président de l’USS Pierre-Yves Maillard se dit satisfait. "Le Conseil fédéral remet les choses dans le bon ordre. Fondamentalement, il permet aux salariés à risque de rester à la maison avec une garantie de salaire. On aurait aussi aimé une garantie de non licenciement, mais comme les entreprises ont accès au chômage partiel, il n’y a pas de raison que cela arrive."

Dans un communiqué distinct, le syndicat Syndicom et six autres associations professionnelles, actives dans les médias et l'industrie créative, se réjouissent également de la décision du gouvernement

>> Ecouter aussi le débat entre le président de l'USS Pierre-Yves Maillard et la directrice romande d'EconomieSuisse Cristina Gaggini dans Forum jeudi soir:

Le Conseil fédéral prévoit un redémarrage de l’économie le 27 avril (vidéo) [RTS]
Le Conseil fédéral prévoit un redémarrage de l’économie le 27 avril (vidéo) / Forum (vidéo) / 8 min. / le 16 avril 2020

17h05

Le recul de l'épidémie se poursuit à Genève

Le canton de Genève comptait jeudi 350 personnes hospitalisées après avoir été infectées par le Covid-19, soit deux de moins que la veille. Par rapport à mercredi, trois nouveaux décès ont été enregistrés, portant à 178 le total des personnes mortes à cause du virus.

4486 personnes ont à ce jour été testées positives au Covid-19. La courbe du nombre de cas d'infection semble se tasser petit à petit. Sur les 38 personnes aux soins intensifs, 33 sont intubées, soit quatre de moins que la veille.

Dans les EMS, 173 résidents (contre 191 mercredi) sont atteints par le nouveau coronavirus. Plus de la moitié des établissements n'a pas de cas à déplorer.

17h00

Les ministres cantonaux de la Santé satisfaits du plan du Conseil fédéral

La Conférence des directeurs cantonaux de la santé (CDS) a réagi au plan de déconfinement par étapes annoncé jeudi par le Conseil fédéral. Il le considère comme viable.

La CDS estime qu'il est important de séparer chaque étape par un intervalle d'une bonne quinzaine de jours, seul moyen de constater les effets d'un assouplissement sur le nombre de nouvelles infections. Il est tout aussi primordial de continuer de respecter les mesures d'hygiène et les règles de distance.

Mesures supplémentaires réclamées

La CDS souhaite des mesures d'accompagnement supplémentaires, notamment l'utilisation facultative d'une application permettant le suivi anonymisé, via les téléphones portables, des contacts humains des personnes positives au SRAS-CoV-2. Ils soutiennent aussi le développement de tests de dépistage.

Les ministres cantonaux de la Santé, enfin, se disent satisfaits de la décision de lever les mesures uniformément dans l’ensemble du pays, et sont contre le principe d'un assouplissement différent d’un canton à l’autre ou d’une région à l’autre. Le Conseil fédéral devrait cependant permettre aux cantons particulièrement touchés de maintenir, sur une durée limitée, les mesures en vigueur, plaident-ils.

16h40

Port généralisé du masque pas envisagé

Le Conseil fédéral n'envisage pas le port du masque obligatoire dans le cadre du déconfinement lié au Covid-19. Il recommande de s'en tenir aux mesures d'hygiène des mains et de distance de sécurité.

Le gouvernement s'appuie sur le travail des experts, a indiqué jeudi devant la presse le conseiller fédéral Alain Berset. Les personnes saines n'ont pas besoin de porter un masque, a-t-il avancé, fidèle à la ligne défendue par le Conseil fédéral depuis le début de l'épidémie.

Seuls les malades, les personnes à risque et les employés travaillant dans des secteurs impliquant des contacts étroits doivent en porter un. La reprise économique graduelle impliquera que davantage de personnes y seront astreintes. Les achats pour l'approvisionnement sont en cours.

16h30

Le nombre de nouveaux cas supérieur à 300 ces dernières 24 heures

Les nouveaux cas de contamination en Suisse ont augmenté de 315 en un jour. Au total, le pays compte 26'732 cas confirmés depuis le début de l'épidémie de Covid-19, selon les chiffres de l'OFSP publiés jeudi.

A ce jour, environ 206'400 tests ont été effectués pour le SRAS-CoV-2 (du nom du virus responsable de l'épidémie de COVID-19). 15% se sont avérés positifs. La Suisse a toujours l’une des incidences les plus élevées en Europe, avec 3,11 cas pour 1000 habitants. Par rapport à la taille de leur population, les cantons de Genève, Tessin, Vaud et Bâle-Ville sont les plus touchés.

En fin d'après-midi, 1281 personnes étaient décédées des suites de la maladie, selon l'addition des chiffres communiqués par les cantons. Le Tessin en enregistre 269, Vaud 266 et Genève 172. Le Jura est le canton romand le moins touché, avec deux décès.

>> Ecouter l'épidémiologiste Julien Riou faire le bilan de l'épidémie jeudi soir dans Forum:

Où en est la pandémie au soir du 16 avril? L’interview de Julien Riou (vidéo) [RTS]
Où en est la pandémie au soir du 16 avril? L’interview de Julien Riou (vidéo) / Forum (vidéo) / 2 min. / le 16 avril 2020

16h15

Pas d'examen final théorique pour les apprentis, et un test pratique en trois variantes

Le Conseil fédéral a donné jeudi son feu vert aux modalités des examens de fin d'apprentissage. Comme déjà annoncé, les examens théoriques sont remplacés par la "note d'expérience" et la "note d'école".

Pour la pratique, plusieurs variantes sont possibles en fonction de la profession. L'épreuve aura lieu soit dans un centre d'examen centralisé (à condition que les mesures de protection puissent être respectées), soit directement au sein de l'entreprise formatrice, a précisé le chef de l'Economie Guy Parmelin, citant l'exemple de la formation de pâtissier-confiseur.

>> Ecouter son intervention:

CP_PARMELIN [RTS]
CP_PARMELIN / RTS Info / 9 min. / le 16 avril 2020

L'examen pratique pourra enfin être remplacé par une évaluation des prestations de l'élève par l'entreprise. Ce sont les organisations du monde du travail qui proposeront la variante réalisable dans toute la Suisse.

Les facilités décidées par le gouvernement, qui concernent près de 75'000 jeunes arrivant au terme de leur formation professionnelle initiale, visent à ce qu'ils puissent obtenir un certificat fédéral de capacité (CFC) ou une attestation de formation professionnelle (AFP) malgré l'épidémie liée au Covid-19.

15h55

Tous les indépendants pourront recevoir l'allocation spéciale pour perte de gains

Victimes indirectes des mesures anti-Covid-19, de nombreux indépendants ont vu leurs revenus s'effondrer, bien qu’il ne leur soit pas directement interdit d'exercer leur activité. Le Conseil fédéral a donc décidé jeudi d'élargir le droit à l’allocation pour perte de gain "Covid-19" aux indépendants qui ne sont pas directement concernés par la fermeture des entreprises ou par l’interdiction de manifestations.

Pour être éligibe, il faudra que le revenu de leur activité lucrative soumis à l’AVS soit compris entre 10'000 et 90'000 francs par année. Le montant maximal de l’allocation sera de 196 francs par jour, soit 5880 francs par mois, comme pour les autres ayants droit à l’allocation pour perte de gain Covid-19.

Deux mois maximum

L'allocation pourra être demandée rétroactivement à compter du premier jour du déclin de l’activité, mais au plus tôt le 17 mars. Le droit prendra fin deux mois après le début de la perception de l'allocation, et au plus tard au moment où toutes les mesures destinées à lutter contre la pandémie auront été levées.

Pour une période de deux mois, les coûts de l'extension du droit à l’allocation pour perte de gain Covid-19 aux indépendants dans une situation difficile sont estimés à 1,3 milliard de francs.

>> Voir le sujet du 19h30:

Les indépendants ne sont plus les oubliés de la crise. [RTS]
Les indépendants ne sont plus les oubliés de la crise. / 19h30 / 1 min. / le 16 avril 2020

15h45

La redevance baissera de 30 fr. par an dès 2021

Le Conseil fédéral a décidé de faire un geste pour les ménages et les entreprises, a-t-il annoncé, profitant de sa conférence de presse consacrée au Covid-19 jeudi. La redevance radio-TV sera abaissée de 30 francs dès 2021. Pour les ménages, elle passera de 365 à 335 fr. par an.

La baisse est possible parce que le nombre de ménages assujettis a augmenté plus fortement que prévu depuis l'entrée en vigueur des nouvelles règles début 2019, a expliqué le Conseil fédéral.

>> Plus de détails dans notre article: La redevance radio/TV va baisser de trente francs dès l'an prochain

Perte des revenus publicitaires compensée

"On pourra regarder la télévision suisse gratuitement pendant un mois", a illustré Simonetta Sommaruga au cours de la conférence de presse du Conseil fédéral. La somme totale économisée par l'ensemble des ménages suisses devrait avoisiner 106 millions de francs. Pour les entreprises, l'économie sera de l'ordre de 53 millions.

Pour compenser la baisse des recettes publicitaires enregistrées par la SSR, celle-ci recevra de son côté 50 millions de francs.

>> Les précisions du 19h30:

Dès 2021, la redevance baissera de 30 francs. [RTS]
Dès 2021, la redevance baissera de 30 francs. / 19h30 / 1 min. / le 16 avril 2020

15h40

Ecoles supérieures et lieux de divertissement attendront jusqu'au 8 juin

La troisième phase du plan de déconfinement est prévue à partir du lundi 8 juin. Les écoles professionnelles, celles du secondaire II (collèges/gymnases), les universités et les hautes écoles devraient rouvrir leurs portes. Les modalités des examens de maturité devraient être fixées d’ici début mai.

A la même date, les établissements de divertissement et de loisirs tels que musées, bibliothèques, jardins botaniques et zoos devraient rouvrir.

C'est également lors de cette troisième phase que devrait être levée l'interdiction des rassemblements de plus de cinq personnes. Aucune date n'a en revanche été annoncée pour la réautorisation des grandes manifestations. Le sort des festivals de l'été et autres salons sera discuté en détail lors d'une prochaine séance du conseil fédéral, a déclaré Alain Berset.

15h35

Retour à l'école le 11 mai. Tous les magasins rouvriront aussi à cette date

La deuxième phase du plan de déconfinement débutera le lundi 11 mai. Le Conseil fédéral prévoit de rouvrir toutes les écoles obligatoires à cette date. Tous les magasins ainsi que les marchés non alimentaires pourront également rouvrir, de même que les installations sportives. La validation de cette deuxième phase doit encore être faite par le Conseil fédéral, qui confirmera ou non son activation le 29 avril.

"Les trois semaines qui sont devant nous nous permettront de mettre en place un concept de sécurité pour accueillir ces enfants dans nos écoles cantonales. Nous allons travailler avec les écoles et avec les autorités communales", a expliqué dans l'émission Forum Monika Maire-Hefti, conseillère d'Etat neuchâteloise en charge de l'Education et vice-présidente de la Conférence des directeurs de l'instruction publique. "Il s’agira de respecter les mesures d'hygiène élémentaires, de respecter le distances, d’aménager la récréation et les transports publics en conséquence".

>> Ecouter le sujet de Forum et l'interview complète de Monika Maire-Hefti:

Monika Maire-Hefti, conseillère d'Etat neuchâteloise en charge de l'Education et de la Famille. [Jean-Christophe Bott - KEYSTONE]Jean-Christophe Bott - KEYSTONE
Les écoles ouvriront de façon échelonnée, l’interview de Monika Maire Hefti / Forum / 3 min. / le 16 avril 2020

"On a encore besoin d'un certain nombre de clarifications du point de vue sanitaire pour savoir si, notamment, la distance de deux mètres doit être respectée ou pas. Si c'est le cas, il faudra faire des classes par petits groupes", a réagi de son côté la conseillère d'Etat Cesla Amarelle (VD/PS).

>> Regarder son interview dans le 19h30:

Réouverture des écoles obligatoires le 11 mai: entretien de Cesla Amarelle. [RTS]
Réouverture des écoles obligatoires le 11 mai: entretien de Cesla Amarelle. / 19h30 / 3 min. / le 16 avril 2020

15h30

Coiffeurs, physios, jardineries et crèches ouverts dès le 27 avril

La première étape du déconfinement progressif aura lieu à partir du lundi 27 avril. Dans toute la Suisse, les services de soins à la personne (coiffeurs, salons de beauté. physiothérapeutes, etc.), les jardineries et les magasins de bricolage seront autorisés à rouvrir leurs portes.

Les magasins d’alimentation qui proposent d'autres marchandises en plus des biens de consommation courante pourront, eux, rouvrir toute leur surface de vente.

Opérations et visites médicales en tous genres à nouveau possibles

Les hôpitaux pourront à nouveau pratiquer toutes les interventions, y compris celles qui ne sont pas urgentes. Les cabinets médicaux, eux, pourront reproposer toutes leurs prestations. Il est aussi prévu que les personnes extérieures à la famille proche d’un défunt puissent à nouveau assister aux funérailles.

Les assouplissements s’accompagnent de plans de protection. Selon la branche, il peut s’agir d'une recommandation ou d’une obligation de porter un masque.

"Si nous pouvons faire ce pas, c'est parce que les mesures que nous avons prises jusqu'ici ont été bien suivies et ont permis de freiner l'épidémie. Aujourd'hui, la situation épidémiologique permet de faire ce pas", a déclaré le chef du Département fédéral de l'intérieur Alain Berset. Il souhaite avancer "aussi vite que possible, mais aussi lentement que nécessaire".

>> Ecouter son intervention:

CP_BERSET [RTS]
Alain Berset: "Nous souhaitons agir aussi vite que possible, mais aussi lentement que nécessaire" / RTS Info / 12 min. / le 16 avril 2020

15h15

Un déconfinement en trois étapes

Le Conseil fédéral a présenté son plan de sortie de crise du Covid-19. Les mesures exceptionnelles seront progressivement assouplies en trois étapes qui seront coordonnées au niveau national. La première étape aura lieu le 27 avril, la deuxième le 11 mai et la troisième le 8 juin.

>> Plus de détails dans notre article: Retour sur les principales décisions prises jeudi par le Conseil fédéral

"Nous voulons éviter de mettre en danger ce que nous avons atteint aujourd'hui, notamment grâce au grand soutien de la population", a expliqué la présidente de la Confédération Simonetta Sommaruga. L'objectif de ce déconfinement progressif est donc d'éviter une reprise de l'épidémie.

>> Ecouter les déclarations de Simonetta Sommaruga lors de la conférence de presse:

CP_SOMMARUGA [RTS]
CP_SOMMARUGA / RTS Info / 5 min. / le 16 avril 2020

15h05

Les pénuries et les choix difficiles évités

L'Académie suisse des sciences médicales (ASSM) et la Société suisse de médecine intensive (SSMI) ont publié fin mars des directives communes sur les décisions en matière de tri des patients dans les unités de soins intensifs en cas de manque de ressources en raison du coronavirus. Ces directives n'ont toutefois pas eu besoin d'être appliquées.

"La situation en Suisse ne s’est pas dégradée au point de devoir appliquer les directives", rapporte jeudi l'ASSM dans sa newsletter. Les pénuries redoutées dans les hôpitaux suisses ont pu être évitées grâce notamment à la limitation des interventions et à la restriction rigoureuse de la vie sociale.

Tant que des ressources suffisantes sont disponibles, tous les patients nécessitant des soins intensifs sont admis et traités selon des critères établis.

15h00

Un sursis pour les entreprises en difficulté

Les entreprises menacées de faillite à cause du coronavirus ne seront dès lundi plus obligées d'aviser le juge et les PME pourront bénéficier d'un sursis "Covid-19" allant jusqu'à six mois, un moyen rapide et non bureaucratique. Le Conseil fédéral a adopté jeudi deux instruments provisoires pour prévenir les faillites.

Empêcher une vague de faillites permettra de préserver l’emploi et les salaires et d’atténuer les conséquences de la crise. Les mesures ciblées avaient été annoncées. Elles prendront le relais de la suspension générale des poursuites en vigueur jusqu'à dimanche.

Petites entreprises et indépendants aussi

Ne pourront en bénéficier que les entreprises dont la situation était saine fin 2019 et dont on peut penser qu'elles pourront surmonter le surendettement à l'issue de la crise du coronavirus. Si la société ne peut espérer voir sa situation se rétablir, elle pourra recourir au sursis concordataire. Le Conseil fédéral en a légèrement assoupli les conditions pour une période transitoire.

Les toutes petites entreprises et les indépendants qui ne sont pas inscrits au registre du commerce pourront aussi en faire usage. Le sursis Covid-19 aura un effet plus limité que le sursis concordataire: il ne vaudra pas pour les dettes de salaires ni d'entretien par exemple.

14h50

La Chaîne du Bonheur dépasse les 20 millions de francs de dons

La Chaîne du Bonheur organise jeudi une journée nationale de solidarité. Jusqu'à midi elle avait récolté 3'247'956 francs.

Les dons sont destinés aux personnes et aux familles en Suisse qui subissent de plein fouet les répercussions sanitaires, sociales et économiques du virus.

Depuis le lancement de la récolte le 23 mars, la Chaîne du Bonheur a déjà recueilli plus de 20 millions de francs de dons.

Pour adresser vos dons

Pendant la journée de collecte du jeudi 16 avril 2020, il sera possible de faire un don par téléphone de 7 h à 22 h 30 en composant le numéro gratuit 0800 87 07 07. En raison des mesures prescrites par l’OFSP, les appels seront traités par les collaborateurs de deux centres d’appels externes et non par des bénévoles comme d’habitude. 

Les dons peuvent être faits en tout temps en ligne sur le site www.bonheur.ch ou sur le compte postal 10-15000-6 avec la mention "Coronavirus". Nouveautés pour les dons en ligne : les donatrices et donateurs pourront laisser un message de solidarité, qui pourra être repris sur les réseaux sociaux ou en radio.

>> Lire: Face à la crise du coronavirus, la Chaîne du Bonheur est mobilisée

>> Ecouter aussi le sujet de Forum jeudi soir:

La chaîne du Bonheur continue sa mobilisation face au coronavirus, l’interview de Jean-Marc Richard (vidéo) [RTS]
La chaîne du Bonheur continue sa mobilisation face au coronavirus, l’interview de Jean-Marc Richard (vidéo) / Forum (vidéo) / 1 min. / le 16 avril 2020

14h25

Les maraîchers regagnent petit à petit Plainpalais

Après La Chaux-de-Fonds, c’est Genève qui autorise à nouveau depuis jeudi matin certains stands de maraîchers au centre-ville. Sur la plaine de Plainpalais et après un mois d’interdiction totale, ils étaient au nombre de 11 - répartis tous les 70 mètres, pour respecter les prescriptions imposées. Et dès l’ouverture, de nombreux Genevois faisaient déjà la file.

>> Voir le reportage du 12h45 à Genève:

Les marchés en Suisse romande amorcent un retour timide. [RTS]
Les marchés en Suisse romande amorcent un retour timide. / 12h45 / 1 min. / le 16 avril 2020

14h10

Le Conseil fédéral s'exprimera à 15h15

La conférence de presse du Conseil fédéral est prévue à 15h15. Elle est à suivre en direct sur cette page, sur RTS deux, sur RTS La Première et sur Facebook.

14h00

L'EPFL déplace ses examens, les autres universités romandes les maintiennent

L'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) a annoncé jeudi que ses examens prévus en juin seraient déplacés au mois d'août en raison du coronavirus. Les sessions d'examens des universités romandes sont quant à elles maintenues pour l'heure.

>> Lire: L'EPFL déplace ses examens, les autres universités romandes les maintiennent

>> Ecouter aussi le sujet du 12h30:

Les étudiants se questionnent la possibilité de passer les examens malgré le virus. [Martin Rütschi - Keystone]Martin Rütschi - Keystone
L’EPFL repousse les examens de juin au mois d’août / Le 12h30 / 1 min. / le 16 avril 2020

13h45

L'homme qui incarne la gestion de crise dans le Jura

Dans le Jura, un homme incarne la gestion de la crise dans le canton: le ministre Jacques Gerber est sur tous les fronts, lui qui dirige à la fois le département de la Santé et celui de l'Economie.

>> Voir son portrait dans le 12h45:

COVID 19: Le ministre jurassien Jacques Gerber sur tous les fronts en tant que chef du département de la santé et de l'économie. [RTS]
COVID 19: Le ministre jurassien Jacques Gerber sur tous les fronts en tant que chef du département de la santé et de l'économie. / 12h45 / 2 min. / le 16 avril 2020

13h30

Les petits commerçants dans l'attente

Tous les commerçants sont suspendus aux annonces du Conseil fédéral. Leur magasin pourra-t-il rouvrir? Jeudi, la série du 12h30 consacrée aux petits patrons donne la parole à une libraire indépendante, Catherine Kohler, de la librairie Bostryche à Bienne fermée depuis un mois.

>> Ecouter le reportage du 12h30:

Catherine Kohler, patronne de la librairie Bostryche, Bienne. [Alain Arnaud - RTS]Alain Arnaud - RTS
Les patrons de PME inquiets (4/10): témoignage de Catherine Kohler, qui tient la librairie Bostryche à Bienne / Le 12h30 / 2 min. / le 16 avril 2020

13h15

La Suisse va accueillir 21 migrants mineurs non accompagnés venus de camps grecs

En janvier dernier, la Confédération avait proposé son soutien aux autorités grecques. Comme l’a appris la RTS jeudi, cette proposition se concrétise puisque le Secrétariat d’Etat aux Migrations (SEM) indique s’atteler au transfert de ces 21 jeunes.

>> Lire: La Suisse va accueillir 21 migrants mineurs non accompagnés venus de camps grecs

>> Ecouter aussi le sujet du 12h30:

Une vue générale de la vie dans le camp sauvage de Moria, sur l'île de Lesbos. Grèce, le 19 février 2020. [Nicolas Economou - NurPhoto via AFP]Nicolas Economou - NurPhoto via AFP
La Suisse va accueillir 21 migrants mineurs non accompagnés bloqués dans des camps en Grèce / Le 12h30 / 1 min. / le 16 avril 2020

13h00

Le tourisme d'achat sera sanctionné d'une amende de 100 francs

Ces dernières semaines, l'Administration fédérale des douanes (AFD) a encore constaté une activité intense en matière d'achats transfrontaliers. Ces contrôles requièrent des ressources qui seraient plus utiles ailleurs. Le gouvernement a donc décidé de clarifier les règles.

Lors du retour en Suisse, une amende de 100 francs est prononcée lorsqu'il s'agit manifestement d'un cas de tourisme d'achat et que le franchissement de la frontière a eu lieu uniquement à cette fin. Cette amende ne sanctionne pas l'achat lui-même, mais l'obstruction au travail des autorités chargées des contrôles à la frontière.

Enlever ou détériorer des barrières ou la signalisation frontalières est toujours passible d'une amende, de même que la prise en charge de marchandises à des postes frontières fermés.

Précisions sur l'entrée en Suisse

Depuis le 13 mars, le Conseil fédéral a limité les entrées à la frontière avec l'Italie. Il a ensuite étendu cette mesure à l'Allemagne, la France, l'Autriche et l'Espagne et à une partie du trafic aérien.

Les personnes dont l'entrée n'est pas autorisée en vertu des limitations liées au Covid-19 ne sont cependant pas sanctionnées d'une amende. Le refus d'entrée en Suisse peut faire l'objet d'un recours devant le Secrétariat d'Etat aux migrations (SEM).

Les citoyens suisses et les personnes titulaires d'un titre de séjour en Suisse sont autorisés à entrer en tout temps en Suisse, indépendamment du motif du franchissement de la frontière. Les frontaliers qui travaillent en Suisse sont également autorisés à passer la frontière.

Exceptions en cas de soins

Le SEM a prévu des exceptions pour les étrangers en situation d'absolue nécessité. Les entrées et sorties seront autorisées notamment pour des soins aux membres de la famille malades ou âgés, pour les visites des parents vivant séparés, pour la participation à des réunions d'affaires importantes, pour la poursuite d'un traitement médical. Les exceptions devront être suffisamment documentées.

La sortie de Suisse par des postes frontières ouverts est toujours possible. L'AFD demande aux voyageurs de respecter les règles d'entrée en vigueur des pays voisins. Il reste déconseillé de franchir des postes frontières ouverts à des fins de loisirs.

12h45

Quelles conséquences psychologiques du déconfinement?

Comment retourner à l'école ou au travail sans devenir hypocondriaque ou agoraphobe? En un mot, comment réussir son déconfinement?

>> Ecouter l'interview de Panteleimon Giannakopoulos, spécialiste en psychiatrie et psychothérapie aux HUG, dans le 12h30:

Panteleimon Giannakopoulos. [Julien Gregorio]Julien Gregorio
Les retombées psychologiques du déconfinement: interview de Panteleimon Giannakopoulos / Le 12h30 / 3 min. / le 16 avril 2020

>> Ecouter aussi le sujet de Forum, jeudi soir, consacré au déconfinement psychique:

Le déconfinement psychique: mode d’emploi (vidéo) [RTS]
Le déconfinement psychique: mode d’emploi (vidéo) / Forum (vidéo) / 5 min. / le 16 avril 2020

12h30

Swiss prolonge son programme minimal de vols jusqu'au 17 mai

Compte tenu des restrictions de voyage toujours imposées, Swiss a décidé de prolonger son programme minimum de vols jusqu'au 17 mai. La compagnie continue donc d'assurer, au départ de Zurich et de Genève, un nombre extrêmement réduit de dessertes court et moyen-courriers vers une poignée de villes européennes, ainsi que trois vols long-courriers hebdomadaires à destination de New York / Newark (États-Unis).

Les passagers dont le vol a été annulé ou qui n'ont pas pu voyager peuvent conserver leur billet et modifier leur réservation d'ici au 31 août 2020 inclus pour un voyage à effectuer d'ici au 30 avril 2021 au plus tard. Ils ont aussi la possibilité de choisir une nouvelle destination.

En plus de ses vols réguliers, Swiss effectue également des vols de rapatriement sur mandat du Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) afin de ramener au pays des citoyens suisses depuis des régions éloignées.

12h15

Règles pour les emballages assouplies

La crise du coronavirus entraîne une pénurie de certains ingrédients et matériaux d'emballage dans l'industrie alimentaire. Le Conseil fédéral a donc assoupli jeudi les règles de déclaration qui figurent sur les aliments. La modification de l'ordonnance sur les denrées alimentaires est valable pour six mois.

Les informations figurant sur l'emballage d'une denrée alimentaire qui ne correspondent plus à ses propriétés réelles devront être signalées par un autocollant rouge. Ce marquage de couleur devra renvoyer à un site internet, qui fournit lui des informations sur les propriétés réelles du produit comme la composition, la provenance des ingrédients, la méthode de production.

Ces exceptions provisoires ne sont autorisées que si elles ne mettent pas la santé des consommateurs en danger, comme les allergies. Le Conseil fédéral a pris cette mesure afin de maintenir la disponibilité de ces produits alimentaires et d'éviter le gaspillage.

12h00

Près de 2 millions pour la Chaîne du Bonheur

La Chaîne du Bonheur organise jeudi une journée nationale de solidarité. Jusqu'à midi elle avait récolté 1'712'163 francs.

Les dons sont destinés aux personnes et aux familles en Suisse qui subissent de plein fouet les répercussions sanitaires, sociales et économiques du virus.

Depuis le lancement de la récolte le 23 mars, la Chaîne du Bonheur a déjà recueilli 18'689'628 francs de dons.

Pour adresser vos dons

Pendant la journée de collecte du jeudi 16 avril 2020, il sera possible de faire un don par téléphone de 7 h à 22 h 30 en composant le numéro gratuit 0800 87 07 07. En raison des mesures prescrites par l’OFSP, les appels seront traités par les collaborateurs de deux centres d’appels externes et non par des bénévoles comme d’habitude. 

Les dons peuvent être faits en tout temps en ligne sur le site www.bonheur.ch ou sur le compte postal 10-15000-6 avec la mention "Coronavirus". Nouveautés pour les dons en ligne : les donatrices et donateurs pourront laisser un message de solidarité, qui pourra être repris sur les réseaux sociaux ou en radio.

>> Lire: Face à la crise du coronavirus, la Chaîne du Bonheur est mobilisée

>> Voir aussi l'interview de Simonetta Sommaruga:

Simonetta Sommaruga interview dans le 12h45. [RTS]
Simonetta Sommaruga s'exprime sur le soutien du Conseil fédéral à la journée de récolte de fonds de la Chaîne du Bonheur. / 12h45 / 1 min. / le 16 avril 2020

11h45

Vif engouement pour les livraisons de pain par La Poste

En raison de la pandémie de coronavirus, de plus en plus de monde se fait livrer du pain de boulangeries locales par La Poste en Suisse alémanique. Ce service devrait être étendu à la Suisse romande dans le courant de ce mois.

Le nombre de commandes pour la "Brot-Post" a été multiplié par six durant le mois d'avril. Et en mars il avait quadruplé, a indiqué jeudi un porte-parole de La Poste à Keystone-ATS. L'entreprise ne donne pas de chiffres précis pour des raisons de concurrence.

Grâce à un service d'abonnement, les clients peuvent commander du pain frais dans une série de boulangeries du lundi au vendredi, voire le samedi pour certaines enseignes. Les facteurs déposent le pain dans leur boîte aux lettres durant leur tournée.

11h30

"Un vaccin créé en Suisse? Il y a peu de chance"

La mise au point de vaccins sûrs et efficaces est un point clef de la bataille contre la pandémie de Covid-19. De nombreuses entreprises pharmaceutiques se sont lancées dans la bataille, y compris en Suisse. Directeur de Debiopharm, Thierry Mauvernay était l'invité de La Matinale.

Les attentes sont donc fortes autour des pharmas pour trouver "la" solution. "On voit l'angoisse et la panique autour de nous, donc on essaie de faire les choses rapidement, mais il faut respecter les protocoles scientifiques et les valider", explique-t-il.

Dans la perspective de trouver un vaccin, Debiopharm a créé une task force et investi deux millions de francs, mais s'est engagé à fournir le cas échéant le produit gratuitement. "On ne gagnera pas un sou dans la lutte contre le Covid-19", affirme Thierry Mauvernay, précisant par ailleurs que son entreprise va prochainement débuter les tests d'un antiviral déjà existant sur des patients atteints du coronavirus.

Le directeur de Debiopharm estime toutefois qu’il y a peu de chance qu’un vaccin soit trouvé en Suisse: "Les essais cliniques sont intimement liés à la taille de la population qui doit être large et si possible avoir de très grands hôpitaux avec beaucoup de patients pour tester rapidement. En Suisse, on a des grands hôpitaux, mais on n'a pas de grande population", conclut-il.

>> Voir l'interview complète de Thierry Mauvernay, directeur de Debiopharm, dans La Matinale:

Thierry Mauvernay, directeur de Debiopharm (vidéo) [RTS]
Thierry Mauvernay, directeur de Debiopharm (vidéo) / La Matinale / 10 min. / le 16 avril 2020

10h45

L'EPFL modifie son calendrier académique

La direction de l'école a décidé de prolonger l'interdiction des cours en présentiel jusqu'à la fin du semestre de printemps, qui s'étend jusqu'au 29 mai, annonce jeudi l'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) dans un communiqué.

La session d'examens prévue en juin est repoussée du 3 au 28 août, soit sur quatre semaines au lieu de trois. Ceci concerne les étudiants bachelor et master, ainsi que ceux qui suivent le cours de mathématiques spéciales et le semestre de mise à niveau.

"Il sera décidé en fonction de l'évolution des recommandations sanitaires si les révisions de juillet pourront ou non se dérouler sur le campus", écrit l'EPFL. Elle précise toutefois que les étudiants devront se présenter en personne pour les examens.

Des mesures d'assouplissement ont aussi été prises. Les étudiants pourront par exemple décider jusqu'au 24 juillet de renoncer à se présenter à une ou plusieurs branches, sans que cela ne compte comme un échec. Une prolongation d'une année de la durée des études est aussi rendue possible. Enfin, une moyenne insuffisante aux examens de mise à niveau ne signifiera pas une exclusion.

>> Ecouter le sujet du 12h30:

Les étudiants se questionnent la possibilité de passer les examens malgré le virus. [Martin Rütschi - Keystone]Martin Rütschi - Keystone
L’EPFL repousse les examens de juin au mois d’août / Le 12h30 / 1 min. / le 16 avril 2020

10h15

Interpharma met en garde contre le protectionnisme

L'industrie pharmaceutique exige du monde politique - aux niveaux suisse et international - qu'il laisse les frontières ouvertes. "Le pire serait une flambée de protectionnisme", qui briserait les chaînes de livraison, estime le directeur d'Interpharma, René Buholzer.

Dans une interview publiée jeudi par le Blick, René Buholzer cite en exemple les tests automatisés du coronavirus de Roche. La machine vient de Suisse, les tests des Etats-Unis et le reste du matériel d'Allemagne. Une fermeture des frontières empêcherait l'emploi de ces machines, a-t-il expliqué.

Comme l'industrie pharmaceutique fait partie de l'infrastructure critique, ses employés sont actuellement autorisés à traverser la frontière, a ajouté le directeur de l'association faîtière. René Buholzer a par ailleurs indiqué que la production fonctionne à plein régime dans la branche et que la demande de médicaments a fortement augmenté. "Il n'y a presque pas de pénurie", surtout pour les médicaments protégés par des brevets, a-t-il souligné.

09h45

Le long retour en Suisse

La séquence "La vie chez soi" avait commencé avec une jeune Romande bloquée en Australie. Aujourd'hui, Salma Hedfi, une étudiante lausannoise, a pu rentrer chez elle. Elle raconte son périple à la RTS.

>> Ecouter son témoignage:

Logo La vie chez soi [RTS]RTS
La vie chez soi - Salma Hedfi, une étudiante lausannoise, raconte son périple entre l’Australie et la Suisse / La Matinale / 2 min. / le 16 avril 2020

09h00

Témoignage d'une personne vulnérable

A l'heure où l'on ne parle que de déconfinement, il est question du sort des travailleurs dits vulnérables, ces personnes à risques face au coronavirus. Elles sont nombreuses à devoir se rendre au travail même si leur médecin leur prescrit le contraire.

Ludovic Rocchi a recueilli le témoignage d’un salarié, mais la démarche n'a pas été simple, la peur de perdre son emploi étant très présente. Plusieurs personnes à risques ont effectivement renoncé à parler à la RTS et celui qui a accepté l'a fait parce qu’il est déjà à peu près convaincu d’avoir perdu son emploi.

Il a un peu plus de 35 ans, il travaille dans le secteur tertiaire en Suisse romande et il a la malchance d’être asthmatique depuis l’âge de six ans.

>> Ecouter son témoignage dans La Matinale:

La Matinale
Nombreux sont les travailleurs à risque qui continuent à travailler par peur du chômage / La Matinale / 3 min. / le 16 avril 2020

08h45

"Il faut retrouver une certaine normalité"

Faut-il commencer le déconfinement? La question est aujourd'hui sur toutes les lèvres, notamment dans l'attente des décisions du Conseil fédéral cet après-midi. Pour Laurent Kaiser, chef du service des maladies infectieuses aux Hôpitaux universitaires de Genève, lever le semi-confinement est "probablement indispensable" pour revenir à une certaine normalité.

"On ne peut pas continuer à vivre avec une menace sanitaire perpétuelle et paralyser la société, créer des personnes vulnérables socialement et économiquement. Il faut trouver une balance, sans augmenter le risque non-raisonné pour la population", explique le médecin dans La Matinale.

Consolider les mesures de protection

Mais avant d'aller de l'avant, il faut observer deux indicateurs précise-t-il: le taux de circulation du virus dans la population et le taux d'hospitalisations. Autre mesure préconisée par l'infectiologue: consolider les mesures de protection avant d'effectuer un déconfinement. "Si on se promène dans la rue, on voit que les comportements ont déjà changé. Il faut cesser de dire qu'on n'en sait rien et qu'on ne peut rien faire. On peut proposer des masques aux personnes dites vulnérables lorsqu'ils sortent; on peut proposer de diminuer la densité dans les lieux où la distance sociale ne peut pas être respectée; insister sur l'hygiène des mains. Tout cela participe à contenir la transmission".

Qui dit sortie du confinement, dit deuxième vague. "C'est une notion théorique. Par définition, le déconfinement va conduire à de nouvelles infections dans les jours qui suivent. Le problème, c'est qu'il faudra que ça reste raisonnable. Mais nous devons apprendre à vivre avec ce virus, avec une infection qui circule dans notre société. Or, nous ne sommes plus habitués à ça", développe le médecin des HUG.

Après cinq semaines de crise sanitaire, Laurent Kaiser estime avec un peu de recul que la Suisse a "plus ou moins atteint les objectifs fixés", surtout en ce qui concerne la préservation de la qualité des soins pour la population.

>> Ecouter l’interview complète du Dr. Laurent Kaiser dans La Matinale:

Laurent Kaiser. [Jean-Christophe Bott - Keystone]Jean-Christophe Bott - Keystone
Laurent Kaiser évoque les modalités du déconfinement / La Matinale / 9 min. / le 16 avril 2020

08h15

Que sait-on déjà de la stratégie de déconfinement du Conseil fédéral?

La réunion tant attendue du Conseil fédéral aura lieu ce jeudi après-midi. Le gouvernement doit annoncer ses premières décisions sur l’évolution des mesures sanitaires après le 26 avril. Il devra se prononcer sur un plan proposé par le Département fédéral de l’intérieur, sous l’égide d'Alain Berset.

Selon plusieurs journaux alémaniques, il y aurait trois phases principales. D’abord les coiffeurs et autres services à la personne pourraient rouvrir dans dix jours, en même temps que les traitements ambulatoires dans les hôpitaux. Dans un mois, ensuite, une partie au moins des écoles ouvriraient. Puis enfin les bars et les restaurants mais pas avant l’été. Quant aux grands rassemblements, ce serait pour encore plus tard.

Une esquisse qui peut changer

Il s'agit d'une esquisse, qui peut encore changer durant la séance du Conseil fédéral ce matin. Face à l'épidémie les séances du gouvernement sont plus imprévisibles que jamais. Le Conseil fédéral est sous pression. D'un côté certains milieux économiques souhaitent rouvrir au plus vite. Mais dans l'ensemble, le monde politique, surtout en Suisse romande, insiste d'abord sur la protection sanitaire.

Dans tous les cas selon nos sources il y aura pour chaque étape des conditions, des mesures d’hygiène à respecter pour pouvoir ouvrir. Et puis les dates ne seront pas fixées une fois pour toutes. L’assouplissement sera prudent et progressif. Il s’agira de vérifier à chaque étape s’il n’y a pas un regain de l’épidémie.

Des aides pour les indépendants

Autre décision attendue, l'aide pour les 270'000 indépendants indirectement touchés par la crise, toujours sans aide de l'Etat. Là aussi, c’est le département d’Alain Berset qui propose un système basé sur les allocations pertes de gain. Le Conseil fédéral a déjà discuté de cette question plusieurs fois sans réussir à se mettre d’accord. Alors que de nombreux indépendants désespèrent.

D'autres gens qui attendent des mesures pourraient obtenir des réponses aujourd'hui. Ce sont les personnes à la santé fragile, vulnérables face au virus mais qui doivent quand même aller travailler. Un projet serait sur la table, toujours sous l’impulsion du département de l’intérieur. A voir ce que le collège gouvernemental décidera d'ici quelques heures.

>> Ecouter l'éclairage de La Matinale:

Un coiffeur au Tessin, le 14 mars. [Ti-Press/Alessandro Crinari - Keystone]Ti-Press/Alessandro Crinari - Keystone
Les scénarios possibles du déconfinement que proposera le Conseil fédéral / La Matinale / 1 min. / le 16 avril 2020

07h45

Le coronavirus a chamboulé les habitudes des internautes suisses

Les sites les plus visités par les internautes suisses ne sont plus les mêmes depuis le début de la crise du coronavirus. Les gagnants: les médias, le télétravail et la livraison de courses. Les perdants: les petites annonces, les voyages et la pornographie.

>> Lire: Le coronavirus a chamboulé les habitudes des internautes suisses

Le classement des sites internet les plus utilisés en Suisse a subi un séisme depuis le début du semi-confinement, selon les données fournies par la société spécialisée SimilarWeb à la RTS.

Note: Il s'agit du Top 100 du mois de mars, les classements de janvier et février portent sur les mêmes sites réorganisés en fonction de leurs audiences de l'époque, mais le classement pouvait alors être différent.

07h15

Journée nationale de collecte de la Chaîne du Bonheur

La présidente de la Confédération Simonetta Sommaruga a lancé jeudi matin la journée de solidarité de la Chaîne du Bonheur en faveur des personnes que le coronavirus a mises dans le besoin.

Dans l’interview qu’elle a accordée à la RTS, Simonetta Sommaruga a exprimé sa gratitude envers la Chaîne du Bonheur et ses partenaires pour l’organisation de cette collecte: "Nous avons besoin de solidarité et de soutien; il faut aussi des moyens et des organisations qui puissent réellement venir en aide aux personnes touchées par cette situation."

Depuis le 23 mars, plus de 17 millions de francs de dons ont été réunis.

>> Lire aussi: Face à la crise du coronavirus, la Chaîne du Bonheur continue de se mobiliser

07h10

Les festivals de l'été ne savent pas encore sur quel pied danser

En Suisse, les acteurs culturels majeurs attendent avec impatience les décisions des autorités, notamment les festivals de musique estivaux. Le Montreux Jazz et le Paléo Festival plaident déjà pour une annulation.

"Plus vite la décision sera prise, idéalement par le Conseil fédéral, d’interdire les grands rassemblements, plus vite ça clarifiera les choses", précise Daniel Rossellat, président et fondateur du Paléo.

Alors que certains groupes mènent des tournées coûtant des dizaines, voire des centaines de millions de dollars, la crise du Covid-19 sonne peut-être le glas d’un modèle économique dépassé. Pour le directeur général Montreux Jazz Festival, Mathieu Jaton, cette crise offre une opportunité de repenser un modèle qui devenait de plus en plus fragile.

>> Plus de détails dans notre article: Le modèle économique des festivals de musique à l'épreuve du coronavirus

>> Le reportage du 19h30:

Les festivals d'été risquent une annulation. [RTS]
Les festivals d'été risquent une annulation. / 19h30 / 2 min. / le 15 avril 2020

07h00

Questions-réponses sur la crise sanitaire du Covid-19

Etat actuel de la situation? Efficacité des mesures? Retrouvez l'intégrale de l'émission en direct avec les réponses de la conseillère d’Etat vaudoise Nuria Gorrite et du conseiller d'Etat genevois Mauro Poggia.

06h55

Le Covid-19 a coupé le lien entre les artistes et leur public

La culture fait partie des nombreux secteurs frappés de plein fouet par la crise, avec la disparition des canaux qui lui permettaient d’ordinaire d’atteindre son public. Librairies, magasins de disques, théâtres, salles de concerts et de cinéma sont fermés depuis un mois, et un deuxième s'écoulera probablement avant qu'ils puissent ouvrir à nouveau.

Le lien entre les artistes et leur public est rompu, même si certains tentent de nouveaux modes de distribution. Des musiciens se produisent en vidéo, des bibliothécaires lisent des livres par téléphone, des festivals de cinéma se déroulent sur internet. Ces modèles alternatifs ne suffiront largement pas à combler le manque à gagner pour le secteur culturel, mais devraient permettre d’entretenir la relation entre celles et ceux qui créent et leur public.

>> Regarder le reportage du 19h30 consacré au cinéma en temps de coronavirus:

Toute la chaîne du 7ème art est à l'arrêt. [RTS]
Toute la chaîne du 7ème art est à l'arrêt. / 19h30 / 2 min. / le 15 avril 2020

06h50

Les cantons romands ont débloqué près d'un milliard de francs pour aider les entreprises

Pour venir en aide à l'économie, la Confédération a déjà avancé 40 milliards de francs. Mais les cantons participent eux aussi à l'effort commun. Au total, les cantons romands ont déjà promis près d'un milliard d'aide, Vaud en tête (424 millions). La plus grande partie de ces fonds prolongent les mesures de la Confédération. Il s'agit notamment de garantir des liquidités aux entreprises via des cautionnements ou des prêts. Mais d'autres mesures servent à combler l'absence d'aides fédérales. C'est le cas du Valais, qui a consacré 40 millions de francs pour les indépendants.

Dans le Jura, qui a déjà débloqué 11 millions, les commerçants qui doivent remplir des formulaires pour bénéficier de l'aide de la Confédération sont dédommagés pour le temps nécessaire à ces démarches.

>> Regarder le sujet du 19h30:

Aides financières: les cantons participent eux aussi à l'effort commun. [RTS]
Aides financières: les cantons participent eux aussi à l'effort commun. / 19h30 / 2 min. / le 15 avril 2020

06h40

L'approvisionnement en masques, enjeu du déconfinement

Alors que la Suisse devrait mettre en place un déconfinement dans les prochaines semaines, le pays a besoin de masques pour le mener à bien. L’OFSP recommande à toute la population de se constituer une réserve individuelle de 50 masques d'hygiène par personne, soit 400 millions de masques au total, en théorie. Or, le pays est loin du compte.

>> Le sujet complet du 19h30:

Le masque sera sans doute un des enjeux majeurs du déconfinement. [RTS]
Le masque sera sans doute un des enjeux majeurs du déconfinement. / 19h30 / 2 min. / le 15 avril 2020

Des solutions doivent donc se mettre en place. Une production indigène à grande échelle est désormais opérationnelle à St-Gall, mais les chaînes d’approvisionnement en matières premières ont été totalement bouleversées, ce qui a conduit à prendre beaucoup de retard: seuls 70'000 masques sont disponibles aujourd’hui, et 200'000 sortiront bientôt de l’usine st-galloise chaque semaine. Une goutte d’eau dans l’océan de masques nécessaires au quotidien.

Des solutions complémentaires doivent donc être trouvées, et un pont aérien a été mis en place pour relier la Chine à Genève, et apporter par millions des masques chirurgicaux.

Si pour l’heure, la Confédération ne recommande pas le port généralisé, le masque sera sans doute une pièce maîtresse de la phase de déconfinement.

>> Voir les précisions de Jérôme Pugin, chef du service des soins intensifs aux HUG:

Jérôme Pugin, chef du service des soins intensifs: "Le masque risque de faire partie de cette stratégie de déconfinement." [RTS]
Jérôme Pugin, chef du service des soins intensifs: "Le masque risque de faire partie de cette stratégie de déconfinement." / 19h30 / 2 min. / le 15 avril 2020

06h30

La Suisse serait très loin d'avoir atteint un taux d'immunité de 50%

En matière de taux d'immunité atteint par une population, un chiffre est souvent évoqué: 50%. A partir de cette limite, le nombre de contaminations commencerait à baisser tout seul, même sans confinement. C'est aussi la limite théorique à partir de laquelle, si le virus disparaissait, il ne pourrait plus faire son retour, sous la même forme du moins.

Les tests sérologiques qui commencent à peine permettront de savoir si ce taux est atteint en Suisse, mais la chose semble très peu probable. En effet, même en admettant qu'il y ait eu, en réalité, dix fois plus de personnes contaminées par le Covid-19 que celles qui ont été dépistées (environ 26'000 mercredi), seule 3% de la population suisse serait aujourd'hui immunisée.

>> Plus de détails dans la rubrique "Au-delà des chiffres" de Forum mercredi soir:

Au-delà des chiffres (vidéo) - A 50% d’immunité le déconfinement sera facilité [RTS]
Au-delà des chiffres (vidéo) - A 50% d’immunité le déconfinement sera facilité / Forum (vidéo) / 2 min. / le 15 avril 2020

Dès lors, peut-on, sans avoir atteint ce taux, se risquer à abolir les mesures d'exception anti-Covid-19? "Nous sommes plutôt du côté de la prudence, parce que le confinement protège le personnel soignant d'un afflux massif de malades. Si on repart avec la vie exactement comme elle était avant, il y a toutes les chances pour que l'épidémie reparte", a estimé le chef du service des soins intensifs des HUG Jérôme Pugin dans le 19h30 de la RTS.

>> Ecouter son interview:

Jérôme Pugin, chef du service des soins intensifs: "On est prudent parce que le confinement protège l'hôpital d'un afflux massif." [RTS]
Jérôme Pugin, chef du service des soins intensifs: "On est prudent parce que le confinement protège l'hôpital d'un afflux massif." / 19h30 / 1 min. / le 15 avril 2020

06h15

Retour sur la journée de mercredi

Alors que le Conseil fédéral doit présenter jeudi son plan de sortie du confinement, de nombreux partis, organisations économiques et syndicales ont présenté mercredi leurs mesures et leurs scénarios.

>> Retour sur la journée de mercredi: La Suisse dans l'attente des décisions du Conseil fédéral pour assouplir le confinement du pays

06h00

Le dossier complet

Retrouvez dans notre dossier toutes les informations, toutes les analyses et toutes les émissions consacrées au coronavirus.

Le dossier consacré à l'épidémie de coronavirus