Image du film "Un juif pour l'exemple"

Une coproduction de la RTS

Publié le 31 août 2016 - Modifié le 15 mars 2017

"Un juif pour l'exemple", un film de Jacob Berger

Adapté d'un roman de Jacques Chessex, inspiré d'un fait réel, "Un juif pour l'exemple" est le nouveau long métrage de Jacob Berger. Le film revient sur l'assassinat d'un juif à Payerne, en 1942. Au casting, on retrouve Bruno Ganz dans le rôle d'Arthur Bloch.

  • Le synopsis

    Inspiré d'une histoire vraie

    1942, l'Europe est à feu et à sang. Nous sommes sommes en Suisse, plus précisément à Payerne. C'est loin, la guerre, pense-t-on ici, c'est pour les autres, même si la frontière n'est qu'à quelques kilomètres. Dans ces campagnes reculées, la terre a le goût âcre du sang des cochons et des bestiaux à cornes, qu'on tue depuis des siècles. L'économie va mal. Usines et ateliers mécaniques disparaissent. La Banque de Payerne fait faillite. Des hommes aux mines patibulaires rôdent par routes et chemins. Les cafés sont pleins de râleurs. Parmi eux, Fernand Ischi, vantard, rusé, bien renseigné, a prêté serment, avec une vingtaine de Payernois, au Parti nazi. Il rêve d'attirer l'attention de la Légation d'Allemagne, et même - pourquoi pas? - d'Adolf Hitler lui-même. Dans leur ligne de mire: Arthur Bloch, 60 ans. Bernois, il exerce le métier de marchand de bétail. Il connaît bien tous les paysans et les bouchers de la région. Ce jeudi 16 avril, se tiendra la prochaine foire aux bestiaux de Payerne. C'est ce jour-là qu'Ischi et sa bande passeront à l'acte. C'est ce jour-là qu'un Juif sera tué pour l'exemple. Soixante-sept ans plus tard, en 2009, quand l'écrivain suisse Jacques Chessex se souviendra de ces faits, c'est lui qui sera désigné comme l'ennemi à abattre.

    Le cinéaste genevois Jacob Berger signe là un film historique et politique, librement adapté du livre de Jacques Chessex (2009). Cette histoire "immonde", comme l'écrit Chessex, dérange-t-elle toujours autant? >> Lire: "Un Juif pour l'exemple" ou la résonance d'un crime "immonde"

    L'affiche du film "Un juif pour l'exemple" de Jacob Berger 

  • Du côté des archives de la RTS

    Le crime de Payerne, un reportage de Temps présent

    Le livre de Jacques Chessex est basé sur une histoire vraie. L'écrivain était enfant lorsque le drame s'est produit. En septembre 1977, l'équipe de Temps Présent, conduite par le journaliste Jacques Pilet et le réalisateur Yvan Dalain, retrouve les principaux protagonistes de ce crime odieux. Ce document a été diffusé à l'antenne sous le titre original: "Analyse d'un crime".

    En 1942, un marchand juif est assassiné à Payerne.
    Temps présent - Publié le 29 septembre 1977

    >> Pour en savoir plus, retour sur Le crime de Payerne

  • La bande annonce

    Un avant-goût du film

    Un juif pour l'exemple, la bande annonce
    Culture - Publié le 31 août 2016
     

  • Présentation du film en Israël

    Réactions post-diffusion

    Le film de Jacob Berger est une adaptation libre du roman de Jacques Chessex.
    Le 12h30 - Publié le 14 mars 2017
     

  • Jacob Berger à l'interview

    Le réalisateur était au micro de la RTS à Locarno

    Avec "Un juif pour l'exemple", Jacob Berger redonne vie au récit de Jacques Chessex traitant d'un crime nazi à Payerne en 1942. Il entend questionner le passage à l'acte de violence, comme il l'a souligné mercredi au 19h30.

     

    >> L'interview du réalisateur Jacob Berger:

    Festival de Locarno - "Un juif pour l'exemple": l'interview de Jacob Berger, Réalisateur depuis Locarno
    19h30 - Publié le 03 août 2016

     

    >> Jacob Berger au micro de Vertigo:

    Le cinéaste suisse Jacob berger.
    Vertigo - Publié le 03 août 2016

     

    >> Lire aussi: Jacob Berger: "J'essaie de parler de ce basculement dans l'horreur et la barbarie"

  • En avant-première à Locarno

    Un accueil enthousiaste

    Présenté en avant-première à Locarno, "Un juif pour l'exemple" a marqué les esprits.

     

    >> Le sujet du 19:30:

    Festival de Locarno: le cinéaste Jacob Berger signe le film "Un juif pour l'exemple"
    19h30 - Publié le 03 août 2016

     

  • Le casting

    Avec Bruno Ganz

    Bruno Ganz Arthur Bloch

    André Wilms Jacques Chessex

    Aurélien Patouillard Fernand Ischi

    Paul Laurent Ballotte

    Baptiste Coustenoble Robert Mermet

    Steven Matthews Fritz Joss

    Pierre-Antoine Dubey Max Mermet

    Elina Löwensohn Myria Bloch

  • Le mot de Jacob Berger sur les acteurs

    Bruno Ganz a joué dans des films très importants pour moi, comme La Marquise d'O de Rohmer, Dans la ville blanche de Tanner, Les Ailes du désir de Wenders, ou L'Eternité et un jour d'Angelopoulos. J'ai l'impression de le connaître depuis toujours. Même si Der Untergang (La Chute) de Hirschgebel m'a posé certains problèmes, j'ai trouvé que, dans ce film, Bruno Ganz était parvenu à éviter tous les pièges mortels qui se dressaient sur son chemin: ni parodique, ni pathétique, ni complaisant, ni bien-pensant, il a réussi à incarner un Hitler complexe, vivant, crédible, monstrueux et organique… J'ai été bluffé !

    >> Le portrait de Bruno Ganz brossé par Julie Evard dans le 19:30:

    Cinéma: portrait à travers ses films de Bruno Ganz, qui fait l'évènement dans "Un juif pour l'exemple"
    19h30 - Publié le 13 septembre 2016
     

    Dès qu'il a été question de tourner "Un juif pour l’exemple", il était clair pour moi que Bruno Ganz allait incarner le marchand de bétail juif assassiné. Nous l'avons transformé physiquement pour qu'il ressemble davantage au véritable Arthur Bloch, qui était plutôt rond et lourd. Sur le plateau, Bruno est d'une maîtrise inouïe. Chaque prise est un petit spectacle en soi, une performance.

    Qui a vu Le Havre, de Kaurismaki, ne peut oublier le visage de son héros! Tout comme Bruno Ganz, André Wilms est un acteur que j'admire depuis long­temps et avec lequel je rêvais de travailler. Je vou­lais, pour incarner Jacques Chessex, un acteur qui ne soit pas sans ressemblance physique avec l'écri­vain, mais qui porte en lui une blessure visible, un Chessex estropié, déjà considérablement entamé par la violence du rejet suscité par son livre.

    Quant à Elina Löwensohn, elle dégage un mys­tère, une fragilité, une étrangeté, qui fait que, quel que soit son personnage, quel que soit le lieu où elle se trouve, elle est une étrangère.

    Aurélien Patouillard a décroché le rôle d'Ischi en casting. Il est arrivé avec une proposition très éla­borée – coiffure, moustache, costume, élocution – mais aussi totalement décalée par rapport à l'idée que l'on pouvait se faire d'un petit chef nazi. Ça m'a convaincu!

    Pour moi, ce qui était vital, c'était que chaque acteur principal du film soit, pour ainsi dire, "sans chez soi", c'est-à-dire porteur d'un degré d’étran­geté. Pour éviter d'être réduit à quelque chose de simplifié – et donc de mensonger.

  • L'équipe technique

    Un scénario de Jacob Berger, Aude Py et Michel Fessler

    Réalisation Jacob Berger

    Scénario Jacob Berger, Aude Py, Michel Fessler

    Producteur Ruth Waldburger

    Caméra Luciano Tovoli

    Montage Sarah Anderson

    Son et mixage Henri Maïkoff, Gabriel Hafner, François Musy

    Musique Manfred Eicher

    Costumes Leonie Zykan

  • La fiche pédagogique

    Le décryptage d'e-media, le site romand de l'éducation aux médias