FAQ sur nos programmes

Dans quel domaine et selon quel pourcentage sont répartis les moyens de la SSR dans les programmes ?

La SSR propose un programme généraliste dans cinq domaines. En 2018, elle a affecté 38 % de ses dépenses au domaine «Information», 22 % au domaine «Divertissement et films», 19 % au domaine «Culture, société et formation», 14 % au domaine «Sport» et 7 % au domaine «Musique et jeunesse».

Ce pourcentage est amené à varier d’année en année, selon le calendrier des événements.

En 2018, la SSR a investi 85 % de ses dépenses dans des productions maison, par exemple dans la soirée thématique nationale «Dataland».

L'audience est-elle un critère important dans l’élaboration des programmes ?

En tant que service public, la SSR accorde la priorité à la crédibilité, à la qualité et à la pertinence de ses programmes plutôt qu’à l’audience.

L’audience est un indicateur de la légitimité d’un média de service public. Quelle que soit la qualité de ses programmes, la SSR ne remplirait pas son rôle si les Suissesses et les Suisses ne suivaient pas ses programmes.

Dans le cas contraire, la SSR renoncerait à la diffusion de débats politiques, à la plupart des émissions culturelles ainsi qu’aux retransmissions de sports moins populaires que le football, le hockey ou le tennis.

La SSR n’en fait-elle pas trop dans le domaine du sport ?

Le montant d'achat des droits sportifs correspond à 51 millions par an soit environ 3% du budget total de la SSR.

Ces droits sont achetés pour l’ensemble des unités d’entreprise de la SSR et pour tous les médias, dans la mesure du possible.

Faut-il maintenir les émissions dont les audiences sont basses ?

La plus grande partie des ressources de la RTS est destinée aux programmes dits de "prime time". Ce sont donc les émissions qui réunissent le plus large public. L'audience n'est pas le seul critère pour maintenir une émission. La RTS a pour mission d'être généraliste et doit donc proposer des programmes pour tous les goûts, même les moins représentés.

L’audience est un critère important, car elle permet de voir si les programmes sont en adéquation avec les attentes du public. Mais ce n’est de loin pas le seul critère dont un service public doive tenir compte. La qualité des programmes, leur diversité, leur valeur pédagogique, la prise en compte des différentes régions et des minorités ou encore la nécessité de participer à la vie culturelle de notre pays sont eux aussi des critères décisifs dans le choix de la programmation.

Pourquoi la RTS diffuse-t-elle les mêmes séries que les télévisions francophones ?

Les séries sont plébiscitées par le public romand, la RTS s'efforce de lui proposer des séries de qualité issues des productions européennes et américaines, principalement. Les diffuseurs de tous les pays ont accès au même marché (mondial) et peuvent acheter les droits en fonction de leur territoire. De nombreuses chaînes étrangères ont mis en évidence des programmations similaires. Mais les chaînes françaises ne paient pas les droits pour le territoire suisse. La Suisse n'a par ailleurs pas les moyens de produire suffisamment de séries propres et a besoin de faire appel au marché pour pouvoir les proposer.

Pourquoi diffuse-t-on des séries américaines à la RTS ?

Les séries, américaines ou européennes, sont plébiscitées par une partie importante du public, dont les goûts et les attentes sont aussi pris en compte par la RTS. A noter : une série étrangère coûte en moyenne 100 fois moins cher à l’achat qu'une série originale produite en Suisse. Ces programmes bon marché mais de qualité permettent d'équilibrer le budget. Rappelons que 85 % du budget programme de la SSR est consacré à sa production propre. La RTS a par ailleurs fortement diminué la part d'achat de séries américaines au profit de séries européennes.

Quelle est la place de la musique suisse sur les chaînes radio de la RTS ?

En 2004, la SSR a signé avec la charte de la musique suisse afin d’augmenter la diffusion de musique d’ici sur les ondes radiophoniques, à la télévision et sur internet, et également en s’associant à des activités susceptibles de promouvoir la production musicale nationale.

La SSR s’est ainsi engagée à promouvoir l’image de la musique nationale et les musiciens suisses de talent, ainsi qu’à diffuser une part appropriée de productions suisses sur ses stations radio.

La RTS diffuse quant à elle plus de 17h de musique suisse chaque semaine sur ses différentes antennes et environ 500 concerts qui sont captés chaque année par la RTS.