Laurent Huguenin-Elie reprend le fil d’"Histoire vivante"

© RTS - Jay Louvion [Jay Louvion - © RTS]
© RTS - Jay Louvion [Jay Louvion - © RTS]

Genève, le 19 août 2021 – Dès lundi prochain, 23 août, Laurent Huguenin-Elie conduira la production et l’animation d’Histoire vivante, quittée par Jean Leclerc, désormais jeune retraité. Une nouvelle vie commence pour cette émission pionnière, déclinée en radio, en TV, en ligne et dans la presse écrite, depuis bientôt vingt ans. En perspective : un ancrage un peu plus orienté sur la Suisse, tout en conservant une indispensable ouverture sur le monde, une approche plus sociétale, quelquefois plus intimiste, et une nouvelle façon de raconter les petits et grands moments du passé. 

Histoire vivante entame une nouvelle vie, que rythmeront un peu plus de sujets suisses dans sa version radio, explorés plus souvent par des historien.ne.s d’ici. L’émission traitera toujours des thèmes les plus divers, toutes périodes et zones géographiques confondues et pourra quelquefois remonter jusqu'à l'antiquité ou la préhistoire, les documentaires TV ne se cantonnant plus uniquement à l’Histoire contemporaine. Chaque semaine, un moment-phare de l’Histoire suisse ou internationale sera donc développé de façon complémentaire sur trois vecteurs et podcastable en radio.

« Histoire vivante est plus qu’une émission : elle est devenue un rendez-vous incontournable, une référence, pas seulement pour le public mais pour les historiens de ce pays et tous les passionnés d’Histoire. Elle est aussi devenue une marque transmédia, déclinée avec succès sur plusieurs vecteurs, radio, TV et presse. », précise Pascal Crittin, directeur de la RTS.

Dès lundi prochain, 23 août, le public de La Première reconnaîtra la voix de Laurent Huguenin-Elie, journaliste et documentariste, que les Romand.e.s ont notamment pu côtoyer au 12h45 (une biographie complète est jointe à ce message). L’émission du vendredi 20 août à 13h 30 sur La Première fera office de passage de témoin : Laurent Huguenin-Elie sera interviewé par Jean Leclerc.

Le programme de la rentrée

  • L’histoire oubliée de la femme au foyer - concept bourgeois, inventé par un XIXème siècle (très) friand d’ordre social, rendre le foyer « accueillant » n’était pas sans arrière-pensées ; détourner les ouvriers des bistrots, lutter contre l’alcoolisme et peut-être aussi éviter que prolifèrent des réunions aux idées révolutionnaires ! (du 23 au 29 août)

  • Après la Chinafrique, la Chinarctique ? L’expansion de la Chine dans le Grand Nord rebat les cartes géopolitiques. Au fil des ans, l’Empire du Milieu tente d’avancer ses pions avec toujours plus d’assurance dans une zone septentrionale stratégique. L’occasion de s’intéresser aux échanges commerciaux entre la Chine et l’Occident en se plongeant notamment dans la formidable saga des Loup, famille neuchâteloise installée en Chine au XIXème siècle pour vendre des horloges. (du 30 août au 5 septembre).

  • Puis, en préhistoire, immersion dans la vie quotidienne des « lacustres ». Ces Mémoires d’Outre-lacs, surgies de découvertes archéologiques du XIXe siècle, ont été à l’origine de la création d’un mythe national solidement… ancré. (du 6 au 12 septembre).

  • Exploration de La fabrique du temps. Enjeu de pouvoir… (du 13 au 19 septembre)

« Des thèmes rassembleurs, toutes générations confondues. Aujourd’hui, plus que jamais, l’Histoire est essentielle pour lutter contre l’aveuglement et les inepties. Elle permet de prendre du recul, d’apporter un regard critique. S’intéresser au passé, c’est permettre une meilleure compréhension du présent, de l’actualité… c’est aussi important de se situer dans le temps, de bénéficier de repères… Enfin, l’Histoire n’est pas une succession de photographies du passé. Elle est tout sauf figée, grâce au travail des historien.ne.s, elle est vivante ! », explique Laurent Huguenin-Elie, nouveau présentateur d’Histoire vivante.

Histoire vivante, c’est aussi une belle complicité avec :

  • Les archives de la RTS (cf : Mémoire(s) de villages - Des communes romandes renouent avec leur passé grâce à la projection publique d’images anciennes et de témoignages récents. 

  • Les institutions culturelles locales, comme le Festival Histoire et Cité ou le Musée historique de Lausanne qui consacre un pan de son automne à l’immigration italienne en Suisse. Une émission d’Histoire vivante y sera enregistrée et un film sur les barrages (avec des séquences liées aux ouvriers italiens, qui ont beaucoup œuvré à leur construction en Suisse), projeté au City-Club de Pully,  puis diffusé sur RTS 2. Ou encore le Musée d’ethnographie de Genève (MEG) qui prépare une exposition sur l’injustice environnementale et la lutte contre le dérèglement climatique (l’enregistrement d’une émission y est prévu). 

Histoire vivante 
A écouter du lundi au vendredi, à 13h30, sur La Première
A lire le vendredi dans La Liberté
A voir le dimanche à 20h 55 sur RTS 2
Et à suivre en tout temps sur Play RTS

Découvrez la biographie de Laurent Huguenin-Elie et l’histoire… d’Histoire vivante

Contacts 

Laurent Huguenin-Elie: +41 78 809 10 50
Steven Artels, responsable de l’Unité des films documentaires : +41 79 570 14 05
Ambroise Jolidon, chef d’antenne de La Première : +41 79 942 76 66

En chiffres

Histoire vivante, c’est un marathon entamé il y a  20 ans, qui comptabilise aujourd’hui 800 semaines d’émissions800 interviewsde réalisateurs.trices, plus de 600 intervenants historien.nes, près de 5000 épisodes800 films documentaires diffusés en TV et en ligne, et quelques 80’000 pages de scripts !