Modifié

Lanceurs d’alerte: traîtres ou héros ?

Les plus célèbres lanceurs d'alerte ne sont que la pointe de l'iceberg d'une multitude d'employés qui décident, un jour, d'écouter leur conscience plutôt que leur hiérarchie. [© Natalia Merzlyakova - Fotolia]
Les plus célèbres lanceurs d'alerte ne sont que la pointe de l'iceberg d'une multitude d'employés qui décident, un jour, d'écouter leur conscience plutôt que leur hiérarchie. [© Natalia Merzlyakova - Fotolia]
Julian Assange, Edward Snowden, Bradley Manning: des hommes haïs et vénérés, jugés comme des traîtres par leur pays pour avoir révélé l’inavouable. Les plus célèbres lanceurs d’alerte ne sont que la pointe de l’iceberg d’une multitude d’employés qui décident, un jour, d’écouter leur conscience plutôt que leur hiérarchie.

En révélant au public ce que leur entreprise veut cacher, ils s’exposent à un changement de vie radical. Quelles sont leurs motivations? Sont-ils les héros de la démocratie ou les traîtres de leur entreprise? Comment vivent-ils l’après, lorsque les révélations ont bouleversé leur quotidien?

Aline Bachofner reçoit Myret Zaki, rédactrice en chef du magazine Bilan, Philippe Fleury, responsable du secteur forensique, KPMG, et, en duplex de Paris, Stéphanie Gibaud, lanceuse d’alerte, ancienne employée d’UBS.

Rediffusion dimanche 1 mars à 18h25 sur RTS Deux

et, sous réserve, vendredi 6 mars à 15h30 sur RTS Deux

Publié Modifié