Publié

Téléphonie mobile et 5G: le Conseil fédéral décide de la suite de la procédure

Des techniciens de l'entreprise Axians cablent des antennes 5G de communication pour la telephonie mobile sur un mat ayant aussi des antennes 4G situe au stade de Balexert, ce mercredi 12 fevrier 2020 a Geneve. [Salvatore Di Nolfi - KEYSTONE]
Séquence 2 / On en parle / 41 sec. / le 23 avril 2020
Le 22 avril 2020, le Conseil fédéral a décidé de mettre un coup de frein au développement du réseau dʹantennes, en refusant dʹabaisser les valeurs limites dʹexposition aux rayonnements non ionisants. Ces fameuses ondes dont on nʹarrive toujours pas à savoir avec certitude si elles ont un effet sur la santé. Plutôt que dʹouvrir complètement les vannes aux opérateurs téléphoniques, le Conseil fédéral veut intensifier la recherche sur les effets de la téléphonie mobile et du rayonnement sur la santé, et améliorer les informations fournies à la population.

Le Département fédéral de la communication (DETEC) devra d'abord éclaircir les choses pour les antennes. Le gouvernement l'a chargé de rédiger une "aide à l'exécution" et de réaliser d'abord des mesures d'essai afin de déterminer de manière transparente l'exposition effective de la population dues aux antennes adaptatives.

Ces antennes qui transmettent des signaux ciblés en direction de l'utilisateur sont très contestées. Les opposants à la 5G affirment que cette technologie sera imposée à l'ensemble de la population suisse sans débat démocratique.

Ils demandent un moratoire national jusqu'à ce que les conséquences à long terme de cette technologie sur la santé et l'environnement soient clairement établies.

Mesures d'accompagnement

Le Conseil fédéral veut également mettre en œuvre les six mesures d’accompagnement proposées par le groupe de travail sur la téléphonie mobile et le rayonnement en novembre 2019. La priorité devra être accordée à la poursuite du développement du monitoring de l’exposition au rayonnement et à la création d’un service de consultation de médecine environnementale sur le rayonnement non ionisant.

Il conviendra également de simplifier et d’harmoniser l’exécution, d’améliorer les informations fournies à la population et d’intensifier la recherche sur les effets de la téléphonie mobile et du rayonnement sur la santé.

Suite à un postulat du Conseil des Etats, le DETEC transmettra également au Conseil fédéral d'ici fin 2021 un rapport présentant les possibilités d'aménager les réseaux de téléphonie mobile de manière durable. Le document devrait fournir une meilleure base de décision aussi pour les futures technologies de télécommunication.

ats/ddup

Publié