Scène de sorcellerie réalisée en 1633 par David Teniers II (1610-1690), Musée de la Chartreuse, Douai (France).

Histoire Vivante

Publié le 16 juin 2022 à 10:43

Une histoire de la chasse aux sorcières

En ce mardi matin printanier d'avril, sur la plaine de Plainpalais, au-delà de la Porte Neuve à Genève, la foule se presse devant la potence que l’on vient d’ériger. Nous sommes en 1652 et dans quelques instants, une femme va être pendue puis brûlée pour maléfice. Elle a la cinquantaine. Son nom? Michée Chauderon… "La sorcière", comme certains aiment à l’appeler...

  • 1er épisode

    L’affaire Michée Chauderon

    Accusés d’avoir pactisé avec le diable et de répandre le mal, des milliers de femmes et d’hommes ont été traqués pour sorcellerie, dans un mouvement qui prend son essor au XVe siècle et qui s’étend tout particulièrement dans nos contrées helvétiques. En se penchant sur plusieurs affaires, Laurent Huguenin-Elie est allé à la rencontre de nombreux spécialistes aux quatre coins de la Suisse romande. Premier épisode en compagnie de Michel Porret, historien, professeur honoraire à l’Université de Genève et auteur de  Pierre Flückiger, archiviste d’Etat du canton de Genève. (voir l'expo "ZIGZAG ARCHIVISTIQUE. CARTE BLANCHE À JEAN STERN")

    Sur cette gravure datant d'environ 1700, une femme suisse accusée de sorcellerie est condamnée au bûcher. A Genève, Michée Chauderon est la dernière femme exécutée pour sorcellerie, le 6 avril 1652. Selon l'historien genevois Michel Porret, cette date marque un basculement. Dès lors, comme le démontrent les tergiversations du procès de Michée Chauderon, l'outillage mental des Européens leur permet de moins en moins d'admettre que des individus seraient en mesure d'interagir avec le mal.
    wikimedia
    Histoire vivante - Publié le 13 juin 2022

    Illustration: gravure datant d'environ 1700 d'une femme suisse accusée de sorcellerie est condamnée au bûcher. A Genève, Michée Chauderon est la dernière femme exécutée pour sorcellerie, le 6 avril 1652. Selon l'historien genevois Michel Porret, cette date marque un basculement. Dès lors, comme le démontrent les tergiversations du procès de Michée Chauderon, l'outillage mental des Européens leur permet de moins en moins d'admettre que des individus seraient en mesure d'interagir avec le mal.

    >> Toutes les émissions d'Histoire vivante sur le portail audio RTS.ch

  • 2e épisode

    L'affaire Françoise Bonvin

    Au printemps 1467, la rumeur raconte qu’il existe à Chermignon, au cœur du Valais épiscopal, une secte dont les adeptes se déplacent sur des tabourets volants, auraient dévoré un enfant et seraient capables de provoquer des crues dévastatrices et des chutes de neige en été. Lors de leurs supplices, trois de ses adeptes ont pointé du doigt la veuve Françoise Bonvin. Sur l’ordre du châtelain de Sierre, des officiers viennent l’arrêter. Va-t-on la conduire au bûcher?

    Au micro de Laurent Huguenin-Elie, nous rencontrons Chantal Ammann-Doubliez, historienne, archiviste du chapitre de la cathédrale de Sion, qui a notamment publié: "Procès de sorcellerie dans la Vallée de Conches et chasses aux sorciers et aux sorcières en Valais au XVe siècle", paru dans la série des Cahiers de Vallesia; l’archiviste Denis Reynard, en poste aux Archives de l'État du Valais et Sandrine Strobino, qui a consacré son mémoire de licence à l’étude du cas Françoise Bonvin: "Françoise sauvée des flammes?".

    Une femme condamnée au supplice du bûcher. Rien qu'en Suisse romande, plus de 4000 "sorcières" ont été tuées entre les XVe et XVIIIe siècles.
    Erica Guilane Nachez - Fotolia
    Histoire vivante - Publié le 14 juin 2022

    Illustration: une femme condamnée au supplice du bûcher. Rien qu'en Suisse romande, plus de 4000 "sorcières" ont été tuées entre les XVe et XVIIIe siècles.
     
  • 3e épisode

    De la traque aux bûchers

    La chasse aux sorcières est un phénomène européen, même si quelques régions seront particulièrement concernées, comme l’arc alpin, avec notamment le Valais. Une chasse qui est issue d’une peur. Mais quelle est au juste son origine?

    Laurent Huguenin-Elie s’entretient avec Michel Porret,professeur honoraire d'histoire moderne à l’Université de Genève, auteur notamment de "l’Ombre du Diable" (Editions Georg) et Chantal Ammann-Doubliez, historienne, archiviste du chapitre de la cathédrale de Sion.

    A noter également: "Sorcellerie et superstitions à Genève", de Christian Broye (Editions du Concept Moderne).

    "La salle d'audience" (1876), illustration des procès faits aux sorcières de Salem, qui eurent lieu aux Etats-Unis entre 1692 et 1693. En Europe, entre 1450 et 1700, on estime au bas mot à 100'000 le nombre de procès faits principalement à des femmes accusées de sorcellerie. Ces procès, menés uniquement par des hommes, aboutissaient en général à brûler ces femmes sur la place publique.
    DR
    Histoire vivante - Publié le 15 juin 2022

    "La salle d'audience" (1876), illustration des procès faits aux sorcières de Salem, qui eurent lieu aux Etats-Unis entre 1692 et 1693. En Europe, entre 1450 et 1700, on estime au bas mot à 100'000 le nombre de procès faits principalement à des femmes accusées de sorcellerie. Ces procès, menés uniquement par des hommes, aboutissaient en général à brûler ces femmes sur la place publique.
  • 4e épisode

    Contes et légendes

    Les contes et légendes ont participé à la transmission de la figure des sorciers et des sorcières jusqu’à nos jours et la fascination pour la magie et la sorcellerie semble aujourd’hui intacte. Quels messages a-t-on voulu faire passer à travers les contes?

    Laurent Huguenin-Elie s’entretient avec Aurélie Reusser-Elzingre, docteure en linguistique, chargée de cours à l'Université de Neuchâtel, spécialiste de la langue française et des dialectes romands. Elle a notamment publié: "Contes et légendes du Jura", ainsi que "Vouivres, sorcières, grimoires et loups-garous", tous deux aux Editions Alphil.

    "Trois femmes et trois loups", aquarelle d'Eugène Grasset, vers 1900. La sorcière est une femme puissante, sans enfants ou guérisseuse. Et indépendante. C'est cette indépendance que les hommes ont persécutée.
    DR
    Histoire vivante - Publié le 16 juin 2022


    "Trois femmes et trois loups" (détail), aquarelle d'Eugène Grasset, vers 1900. La sorcière est une femme puissante, sans enfants ou guérisseuse. Et indépendante. C'est cette indépendance que les hommes ont persécutée.
  • 5e épisode

    De la "Tour de la question" à la réhabilitation

    Au XVIe siècle, au Château d'Yverdon, résidence des baillis bernois, les prévenus de sorcellerie sont conduits à la sinistre "Tour de la Question" pour y subir le supplice de l’estrapade.

    Aujourd’hui, à l’heure où plusieurs initiatives sont menées en Europe pour réhabiliter les victimes accusées de sorcellerie, un réaménagement de cette "Tour de la Question" est prévu.

    Vue de l'intérieur d'une tour du château d'Yverdon.
    S. Carp - Musée d'Yverdon
    Histoire vivante - Publié le 17 juin 2022

    Vue de l'intérieur d'une tour du château d'Yverdon.
  • Documentaire TV

    "A mort la sorcière"

    La chasse aux sorcières a fait 100 000 morts en Europe. Et c’est la Suisse qui détient le record du nombre de victimes, des femmes, des hommes et des enfants. Ce documentaire historique raconte l’histoire de cette persécution de masse. Il nous fait entrer de plain-pied dans l'univers parfaitement imaginaire des crimes de sorcellerie.
    Réalisation: Maria Nicollier et Cyril Dépraz (Suisse, 2022).

    Documentaire à voir ici jusqu'au 19 juillet 2022

    A mort la sorcière
    Histoire vivante - Publié le 19 juin 2022
     

    >> Voir tous les documentaires RTS