Modifié

La mobilité en quelques mots

Les humains se déplacent toujours plus sur la Terre. Aujourd'hui, on parle de différents types de mobilité. Qu'en est-il?

La mobilité, c'est...

Tout d'abord c'est un changement de lieu qui peut être, par exemple, un déplacement pour aller travailler, pour aller faire des achats ou pour aller en vacances.


Ce sont aussi les moyens qui permettent ce changement de lieu: la voiture, l'avion, le train, mais aussi le vélo, la trottinette ou les pieds, bref, tout ce qui nous permet d'aller d'un point A à un point B.


La mobilité, c'est quelque chose qui est ancré dans un espace géographique, qui peut être de taille variable. Il est possible de considérer la mobilité à l'échelle d'un quartier, d'une ville, d'un canton, d'un pays, d'un continent ou même de la Terre entière.


C'est également l'existence d'un réseau, qui regroupe des voies de communication et des pôles d'échange, qui là aussi permettent de relier un point A à un point B. Pour effectuer un trajet, on peut avoir besoin d'utiliser plusieurs moyens de transport: pour aller de Genève jusqu'aux Etats-Unis, impossible de faire tout le trajet en voiture. Grâce aux pôles d'échange, il est possible de prendre un bateau ou un avion pour poursuivre sa route.


C'est aussi une question de vitesse. Plus on se déplace sur de longues distances, plus on espère aller vite, afin de maintenir un temps de parcours raisonnable.

Un besoin et une nécessité

Les sociétés développées que l'on trouve en Amérique du Nord ou en Europe se caractérisent notamment par une mobilité élevée: dans ces régions, les humains se déplacent beaucoup, parfois sur de longues distances.
Comme le développement de la mobilité va de pair avec le développement des sociétés, l'accès à un plus haut niveau de développement de populations très nombreuses, comme en Asie (en Chine ou en Inde par exemple), va provoquer une hausse de la demande de mobilité sans précédent dans l'histoire. C'est aussi un défi pour le développement durable: avec quelles ressources énergétiques, avec quelles matières premières ces nouveaux besoins vont-ils être satisfaits?

La mobilité douce

La mobilité douce regroupe piétons, cyclistes et randonneurs. Ce type de mobilité permet à la fois d'améliorer et de compléter les systèmes de transports préexistants. Elle est non polluante pour l'air et ne produit ni bruit ni CO2. Comme elle encourage la population à bouger, elle a aussi un effet bénéfique sur la santé publique.
RTSdécouverte


Sources: Géoconfluences, Office fédéral des routes

Publié Modifié