Cônes, pives, pommes de pin.

Pignes, pommes de pin, pives et autres cônes

Publié le 21 août 2019 à 15:42 - Modifié le 29 août 2019 à 10:44

Les pives de nos forêts

Les pives, aussi appelées pommes de pin ou cônes, sont les fruits de certains résineux. Elles jouent un rôle important dans les forêts. C'est en effet grâce à elles que les conifères se reproduisent. Vous ne savez jamais à quel arbre est rattachée quelle pive? Passage en revue des différents cônes et de leurs conifères respectifs.

  • Le sapin blanc

    Abies alba

    Une pive de sapin blanc et une branche.
    Une pive de sapin blanc et une branche. [Viard M - HorizonFeatures- Leemage - AFP (image de gauche) - Furian - Depositphotos (image de droite)]

    En Suisse, on trouve des sapins blancs entre 600 et 1200 mètres d'altitude. Cette espèce est présente à l'ouest du Jura, au centre du Plateau et dans les Préalpes. Son nom vient du grec abios, "qui vit longtemps", et du latin albus, "blanc". Les sapins blancs peuvent atteindre 55 mètres de haut et vivre jusqu'à 300 ans.

    La particularité des pives du sapin blanc est triple. Premièrement, elles ne pendent pas, elles pointent vers le haut, comme les bougies sur les sapins de Noël. Deuxièmement, on ne les trouve pas entières au sol, car elles se défont lorsqu'elles arrivent à maturité. Troisièmement, comme le sapin blanc est une espèce monoïque, on trouve les fleurs mâles et les fleurs femelles sur le même arbre.

    Les aiguilles du sapin blanc sont reconnaissables à leurs lignes blanches sur leur dessous. Elles ne piquent pas. Elles sont plates et droites.

  • L'épicéa

    Picea abies

    L'épicéa commun ou picea abies et sa pive.
    L'épicéa commun ou picea abies et sa pive. [Nahhan - Depositphotos - Nathalie Hof - RTS Découverte]

    Egalement appelé sapin rouge, l'épicéa est l'essence la plus courante de Suisse. L'épicéa représente 39% des arbres à travers le territoire suisse. On le trouve à peu près partout en Suisse, sauf au sud et à l'ouest du Tessin. Il pousse entre 250 et 2500 mètres d'altitude.

    Ses aiguilles sont piquantes. Son bois est souple et léger et est souvent utilisé pour les charpentes, les poutres, les structures porteuses. Son écorce sert aussi à entourer le vacherin Mont d'Or.

    Ses cônes, très longs, pendent vers le bas et tombent entiers, contrairement aux cônes du sapin blanc. Ils sont formés de nombreuses écailles. Ces dernières sont minces et rousses.

    Pour l’anecdote, nous apprend le Jardin botanique de Genève, le plus vieil arbre au monde est un épicéa de 2 mètres de haut. Il a été découvert en Suède en 2008. Il a 9550 ans!

    Pour en savoir plus sur les épicéas, rendez-vous sur une page de la Ville de Genève dédiée à cet arbre: l'épicéa.

  • Le pin sylvestre

    Pinus sylvestris

    Le pin sylvestre ou pinus sylvestris et sa pive.
    Le pin sylvestre ou pinus sylvestris et sa pive. [Andrée Noëlle Pot - Keystone - Nathalie Hof - RTS Découverte]

    Les pins sylvestres poussent en plaine. Ils peuvent atteindre 40 mètres de haut.

    Longues de 4 à 8 centimètres, les aiguilles du pin sylvestre sont groupées par deux.

    De forme ovoïde sphérique, les cônes ont des écailles à écusson, ce qui signifie que les écailles ont une sorte de renflement sur leurs parties externes.

    Une pomme de pin dont les spirales montrent le mécanisme de la phyllotaxie. Une pomme de pin dont les spirales montrent le mécanisme de la phyllotaxie. [Jean-Luc W - Wikimedia Commons] Les pives de pin ont la particularité d'être organisées selon la série du nombre d'or, aussi appelée la suite de Fibonacci. Si l'on regarde le dessous des pives, on constate que les écailles des cônes sont disposées en spirales, l'une qui part vers la droite, l'autre vers la gauche (voir illustration ci-contre). Si l'on compte le nombre de spirales, on trouve toujours deux nombres consécutifs de la suite de Fibonacci. Ici par exemple, on observe 8 spirales, chacune formée de 13 écailles dans un sens et 13 spirales formées de 8 écailles dans l'autre sens.

    Les graines des pives sont ailées. Le pin sylvestre produit des pives dès l'âge de 15 ans, puis presque chaque année.

    Une petite anecdote dénichée sur la page de la Ville de Genève consacrée aux pins sylvestres: en temps de disette les Finlandais utilisaient les couches intérieures de l'écorce du pin sylvestre réduites en poudre pour fabriquer du pain.

  • Le sapin Douglas

    Pseudotsuga menziesii

    Le sapin Douglas ou Pseudotsuga menziesii et sa pive.
    Le sapin Douglas ou Pseudotsuga menziesii et sa pive. [Robertcrum - Depositphotos - Nathalie Hof - RTS Découverte]

    Originaire d'Amérique du Nord, ce résineux est plutôt rare en Suisse. On en trouve la plus grande concentration à Lohn-Ammannsegg, dans le canton de Soleure.

    Le sapin Douglas peut atteindre jusqu'à 57 mètres de haut, ce qui le place parmi les arbres les plus hauts d'Europe. Il peut vivre jusqu'à 700 ans.

    Souples et arrondies, les aiguilles du sapin Douglas sont de couleur vert à vert-bleu.

    Les pives des sapins Douglas sont longs d'environ 10 centimètres. Elles ont la particularité d'être "poilues". Chaque écaille fertile est recouverte d'une bractée trifide, soit une petite feuille partagée en trois par des fentes. La pointe du milieu de cette bractée est allongée, détaille la fiche du Centre national de données et d'informations sur la flore de Suisse.

    Une légende indienne dit que les bractées trifides qui dépassent des pives du sapin de douglas sont en fait les queues de souris qui se seraient réfugiées dans le fruit pour échapper à un incendie.

  • L'arole

    Pinus cembra

    L'arole ou Pinus cembra et sa pive.
    L'arole ou Pinus cembra et sa pive. [CC BY SA (image de gauche) - © Randonature (image de droite)]

    Aussi appelé pin des Alpes ou roi des Alpes, l'arole, Pinus cembra en latin, se dit également arol, arolle, arve, auvier, pin arolle ou tinier. On le trouve dans les Grisons et en Valais, généralement au-dessus de 1800 mètres d'altitude. Souvent à ses côtés, on trouve des mélèzes. Il peut atteindre 25 mètres de haut.

    Les aiguilles des aroles sont groupées par cinq, contrairement à celles des pins sylvestre, qui sont groupées par deux.

    Le bois d'arole est conseillé pour réaliser les sommiers et cadres de lit car, paraît-il, l'odeur qu'il va dégager nous emporte dans un profond sommeil. On extrait également une huile essentielle de ses aiguilles.

    La vie de l'arole est intimement liée à celle du casse-noix tacheté. Cet oiseau aime les graines de la pive d'arole. Il contribue à la dissémination des graines en les cachant pour l'hiver. Ces graines contiennent une sorte d'amande tendre, qui ressemble au pignon.

    Pour la petite histoire, il semblerait qu'à l'origine, les tourtes aux noix des Grisons étaient faites avec des pignons d'arole et non avec des cerneaux de noix!

    Le diamètre des pives d'arole, qui sont ovoïdes, varie de 3 à 8 centimètres. La longueur de la pive peut atteindre les 10 centimètres. Chacune contient jusqu'à 150 graines. Et c'est seulement après avoir atteint l'âge de 50-60 ans que les aroles donnent leurs premières fleurs!

  • Le mélèze européen

    Larix decidua

    Un mélèze du parc national Adula.
    Un mélèze du parc national Adula. [Gian Ehrenzeller - Keystone (image de gauche) - Nathalie Hof - RTS Découverte (image de droite)]

    En Suisse, environ 75% des mélèzes poussent au-dessus de 1400 mètres d'altitude. On en trouve surtout en Valais, au Tessin, dans les Grisons. Le mélèze représente environ 4% du boisement en Suisse.

    Larix signifie "goudron extrait du bois", soit résine de mélèze, nous dit waldwissen.net. Et decidua, qui veut dire caduc, indique que le mélèze perd ses aiguilles en automne, contrairement aux autres résineux en Suisse. C’est d’ailleurs le seul conifère européen à perdre ses aiguilles en automne. On extrait une huile essentielle de ses aiguilles.

    La résine du mélèze peut aussi être extraite. On l’appelle la térébenthine de Venise ou de Briançon. Utilisée pour la fabrication de vernis, elle était l’un des ingrédients de la cire à cacheter.

    Le mélèze peut culminer jusqu'à 54 mètres de haut et atteindre l'âge canonique de plus de 1000 ans.

    Les cônes du mélèze, qui est une espèce monoïque, sont de forme ovale, font 3 à 4 centimètres de long.

  • Sources

    Inventaire forestier national

    Le sentier des pives - Editions randonature

    Comment reconnaître un arbre - La forêt vaudoise - Site officiel de l'Etat de Vaud

    Waldwissen - Informations pour la foresterie

    Essences de bois suisse - Bois suisse

    Centre national de données et d'informations sur la flore de Suisse

    Environnement urbain et espaces verts - Découvrir nos arbres - Site officiel de la Ville de Genève

  • Crédits

    RTS Découverte, avec la collaboration de Pascal Martin, adjoint scientifique du Conservatoire et Jardin botaniques de Genève

    Août 2019

    ***

    Crédit image d'illustration

    Kate Novikova - Depositphotos