La biodiversité suisse en danger

Les associations accusent Berne de ne pas protéger suffisamment la biodiversité de la la rivière.
Les associations accusent Berne de ne pas protéger suffisamment la biodiversité de la la rivière. [© Martin Ruetschi - KEYSTONE]
En Suisse, les zones alluviales des bords de rivière sont les plus riches de tous les écosystèmes, en diversité des espèces végétales. On estime en effet que la moitié de la flore suisse est présente sur les 0,5% du territoire que représentent les zones alluviales! Or, entre 1850 et 1920, on assiste dans toute l'Europe – Suisse comprise – à une politique d'endiguement des rivières.

Les sols précédemment inondés s’assèchent. Les espèces rares qui aimaient ces sols disparaissent. L'effet apparaît presque 100 ans plus tard, le temps qu'il a fallu pour voir les forêts évoluer.

De 1940 à l'an 2000, le nombre global des espèces présentes dans les régions alluviales n'a pas changé: environ 1500. Mais ce ne sont plus tout à fait les mêmes.

Les espèces typiques les plus rares ont souvent disparu des zones précédemment inondées, remplacées, par exemple, par des espèces plus banales.

C'est pourquoi les collectivités mènent maintenant un travail inverse de "libération" des cours d’eau, pour retrouver les espèces et la biodiversité initiales, par la restauration de leurs conditions de vie.

Vous trouverez des informations riches et détaillées sur la biodiversité dans les articles suivants: 

Les mauvaises herbes, des envahisseurs armés jusqu’au bout des feuilles,

L’économie face à la perte de la biodiversité et

Évaluer la biodiversité grâce aux vers de terre.

RTS Découverte

Publié le 21 novembre 2017 à 16:40 - Modifié le 21 novembre 2017 à 17:15