Ronfler comme un sonneur. [WavebreakmediaMicro - Fotolia]
Publié Modifié

Quelques idées reçues sur le sommeil

Malgré les progrès de la science dans le domaine, les croyances entourant le sommeil sont encore nombreuses. En voici quelques-unes, plus ou moins fausses. L'occasion de séparer le bon grain de l'ivraie.

"Dormir ses huit heures"

Est-ce qu'on a tous besoin de dormir le même nombre d'heures?

La durée moyenne de sommeil chez l'adulte est de sept à huit heures par nuit. Mais cette durée, qui serait génétiquement déterminée, varie considérablement selon les individus. Il existe ainsi de très petits dormeurs, qui se contentent de cinq heures de sommeil quotidien, et de gros dormeurs, qui ont besoin du double.

"Le sommeil du juste"

Est-ce que tout le monde rêve?

Bienheureux ceux dont les nuits ne sont pas troublées par les chimères qui peuplent les songes, dit le dicton populaire. Dans les faits, les individus qui ne rêvent pas sont plutôt rares. Globalement en effet, tout le monde rêve, même si le plus souvent ces rêves échappent totalement à la mémoire.

"On ne réveille pas un somnambule"

Qu'est-ce que l'on risque?

Le seul risque que vous prendriez en réveillant un somnambule - sauf si celui-ci est en équilibre à plusieurs mètres du sol - c'est celui de ne pas y parvenir et de vous priver ainsi de quelques bonnes heures de repos.

"Ronfler comme un sonneur"

Ronfler signifie bien dormir?

Longtemps, le ronflement a été associé à un sommeil sain et profond. Source de désagrément sonore pour les voisins de lit, le ronflement est au contraire un signe plutôt inquiétant dont les conséquences sur la santé sont parfois néfastes chez les ronfleurs pathologiques: sentiment de fatigue, maux de tête, troubles du caractère, ralentissement intellectuel, baisse de la libido. A terme, il présente également des risques accrus d'infarctus du myocarde et d'accident vasculaire cérébral.

"Le sommeil d'avant minuit compte double"

Est-ce qu'on dort mieux avant 00h00?

Le sommeil lent et profond, qui est le plus réparateur, survient dans les deux ou trois premiers cycles de sommeil. C'est-à-dire dans la première partie de la nuit et ce indépendamment du moment du coucher. Cette croyance n’a donc de sens que si l’on entend par "minuit" la moitié de la nuit de sommeil, et non pas l'heure précise 0h00.

RTS Découverte

Source

Campus (No 63, avril - mai 2003)