Questions - Réponses

Santé

Je n'ai pas compris les Lois de Mendel, ou bien la vraie raison,le but ou le concept de l'hérédité. J'ai essayé mais malheureusement je n'ai pas pu et chaque fois je pose des questions à mes professeurs de l'Université et ils disent la même chose, les même règles, comme s'ils avaient mémorisé la leçon par cœur. Alors aidez-moi s'il vous plaît, pour bien comprendre l'hérédité d'une manière différente.

Question de Aida, 20 ans

André Langaney

Réponse de André Langaney

Professeur honoraire

Section de biologie

Université de Genève

Bonjour Aida

Les lois de Mendel permettent, dans des cas simples, de prévoir si un caractère (tel que la couleur des graines ou des fleurs chez les plantes, la couleur du poil d’un animal, ou les groupes sanguins des humains) présent chez un ou des parents sera transmis à coup sûr, ou bien pourra seulement être transmis à certains de leurs enfants, ou encore ne sera pas transmis. Si la transmission n’est pas certaine, ces lois permettent, pour certains caractères, de donner leur probabilité (leurs "chances" de transmission). Plutôt que de reprendre l’exemple historique des petits pois de Mendel, un peu compliqué, je vais essayer de vous les expliquer sur celui de la couleur du pelage des souris, tel qu’il a été compris, pour la première fois vers 1902 par une jeune institutrice, Mademoiselle Barthelet. C’est elle qui a eu l’idée et fait ces expériences, mais ses résultats ont été publiés par son patron, le généticien français Lucien Cuénot!

Les souris ont habituellement le poil gris et on en élève des "lignées pures" dans lesquelles toutes les souris ont le poil gris, caractère transmis à toutes les générations, des parents aux enfants. Mais il apparaît parfois, très rarement, dans les élevages, des souris "mutantes" albinos, qui ont le poil blanc. Quand on croise ces souris blanches entre elles, on n’obtient que des souris blanches, qui forment, à leur tour, des "lignées pures". Si maintenant on croise une mère blanche avec un père gris, ou bien l’inverse, on n’obtient, parmi leurs souriceaux "hybrides", que des souris grises. On sait que, lors de la fécondation, l’œuf qui produira un souriceau reçoit, pour ce caractère, un "gène" du père et un gène de la mère. Dans les lignées pures de souris grises, chaque animal reçoit donc un gène "gris" de chaque parent, soit deux au total, tandis que dans les lignées pures de souris blanches, les jeunes reçoivent deux gènes "blanc". Dans les croisements hybrides avec un parent gris et l’autre blanc, les souriceaux reçoivent un gène gris et un gène blanc, mais ils sont gris. On dit alors que le gène gris est "dominant" sur le gène blanc, qui est présent chez les souriceaux hybride, mais que l’on ne voit pas. Pour exprimer cette dominance, on convient de noter le gène gris avec une majuscule "G" et le gène blanc avec une minuscule "b". On dit que le gène G est dominant par rapport à b, et que b est "récessif" par rapport à G. Les souris de lignée pure grise ont donc comme gènes GG, celles de lignée pure blanche bb et les hybrides entre ces lignées Gb.

Si maintenant on croise une de ces souris hybride avec une souris blanche, les souriceaux recevront toujours un gène b du parent blanc, mais le parent gris hybride leur donnera, une fois sur deux un gène b - ils seront alors bb, donc blancs -  et une fois sur deux un gène G - ils seront alors hybrides Gb comme ce parent, donc gris, mais "porteurs" du gène blanc. Si l’on reproduit ce croisement un grand nombre de fois, on obtient à peu près moitié-moitié de souris blanches bb et grises hybrides Gb.

Si l’on croise des souris hybrides Gb entre elles, chacune donne une fois sur deux un gène G, une fois sur deux un gène b. On obtient donc une fois sur quatre deux gènes G, donc une souris grise GG de lignée pure pour ce caractère, une fois sur quatre deux gènes b, donc une souris blanche bb, une fois sur quatre un gène G du père et un b de la mère, une fois sur quatre un gène b du père et un gène G de la mère, donc au total, deux fois sur quatre – une fois sur deux – des souris hybrides Gb ou bG (l’ordre n’a pas d’importance). Comme les hybrides sont gris, il y aura donc, parmi beaucoup de ces souriceaux, trois quarts de gris pour seulement un quart de blancs.

Les lois de Mendel décrivent donc les proportions de souris de chaque couleur dans ces divers croisements. ½:½  ou bien ¾:¼

Il est important de retenir que ce sont des lois statistiques qui s’appliquent à un grand nombre de descendants de chaque croisement, et pas à une portée particulière de souriceaux où il pourra y avoir n’importe quelle proportions entre 100% de gris et 100% de blancs. On remarquera aussi que, selon les croisements, un souriceau peut être semblable à ses deux parents, différent des deux, semblable à son père et différent de sa mère, ou bien l’inverse.

Chez les humains, il existe plusieurs gènes qui peuvent causer l’albinisme, une maladie génétique qui se transmet dans les familles comme la couleur blanche des souris. On connaît aussi un très grand nombre d’autres caractères génétiques. Certains se transmettent de manière simple, selon les lois de Mendel, d’autres de manière beaucoup plus compliquée que l’albinisme mais par des gènes connus dont on comprend la transmission selon ces lois. Il existe aussi beaucoup d’autres caractères génétiques, dont on ne comprend pas la transmission, souvent parce qu’elle varie selon les sujets et l’environnement.

10 mars 2020

Posez une question à un spécialiste

  • Consultez la charte de confidentialité RTS.
  • Merci de vérifier que votre question n’a pas déjà été traitée grâce au champ de recherche ci-dessus.
  • Nous répondrons aux 10 meilleures nouvelles questions de la semaine.
  • Nous ne répondons pas aux questions d'ordre médical.

A consulter également

Les réponses sont élaborées avec la collaboration de: