Questions - Réponses

Santé

La théorie de l'évolution explique que tous les êtres vivants connus à ce jour sont venus à l'existence grâce à la formation d'une toute première cellule. Le premier poisson par exemple, plus complexe que cette unique cellule, possédait sans doute un contenu génétique plus dense que cette dernière, afin d'assembler l'ensemble de ses parties. D'où viennent ces nouvelles informations génétiques?

Question de Simon, 23 ans

André Langaney

Réponse de André Langaney

Professeur honoraire

Section de biologie

Université de Genève

Bonjour Simon,

La théorie de l’évolution, comme toutes les théories scientifiques, est par définition incomplète, provisoire et susceptible de changer en fonction de nouvelles informations. Sa première source d’information actuelle est la biologie des êtres vivants d’aujourd’hui, qui a démontré l’origine commune unique de toutes ces espèces et leur parenté biologique (les poissons par exemple descendent effectivement des premières cellules et celles-ci descendent peut-être d’êtres pré-cellulaires, à la limite du vivant). Les êtres vivants ont en commun des acides nucléïques – ADN ou ARN – qui constituent leurs génomes et sont quasiment les mêmes pour tous, démontrant cette origine commune. Chez les espèces actuelles, on connaît bien les mécanismes qui permettent de changer ces acides nucléïques, à savoir différentes formes de mutations: mutations "ponctuelles" qui créent de nouvelles séquences et de nouveaux gènes, mutations "chromosomiques" de diverses sortes, qui créent de nouvelles associations de gènes et de séquences. Parmi ces dernières, des "duplications", doublement soit de tout le génome, soit d’un chromosome ou d’une séquence d’un chromosome, permettent d’augmenter le matériel génétique d’une lignée ou de multiplier les exemplaires d’un gène, dont certains vont, par mutation au hasard et sélection naturelle, acquérir de nouvelles fonctions. On a donc compris, sur de nombreux exemples de plantes et d’animaux, quels mécanismes augmentent la quantité d’information génétique, permettent l’acquisition de nouvelles fonctions et la complexification progressive des organismes d’une lignée génétique. Des mécanismes comme les duplications et les mutations sont des propriétés de l’ADN qui existent depuis les origines de cette molécule. Cela dit, la deuxième source fondamentale d’information sur l’histoire de la vie est constituée par les fossiles, qui proposent et/ou confirment l’histoire du vivant et de sa complexification, ainsi que son calendrier. Mais les fossiles sont de plus en plus rares et partiels quand on remonte dans le temps vers une origine de la vie dont les premières formes étaient microscopiques et très fragiles. On peut ainsi penser que les poissons (et tous les vertébrés) descendent de prochordés, qui eux-mêmes descendent sans doute de vers (je simplifie beaucoup!), dont les plus simples descendaient sans doute de protozoaires et avant de bactéries. Mais ces êtres très anciens n’ont, en général, pas laissé de fossiles. On ne connaît rien de leur matériel génétique autrement que par comparaison avec des espèces actuelles, peut-être bien différentes de ces lointains ancêtres.

En résumé, on connaît bien les mécanismes de complexification des génomes et des organismes qui ont pu agir dès les débuts de la vie, mais on n’a pas de données pour les vérifier sur les périodes très anciennes.                                          

30 janvier 2020

Posez une question à un spécialiste

  • Consultez la charte de confidentialité RTS.
  • Merci de vérifier que votre question n’a pas déjà été traitée grâce au champ de recherche ci-dessus.
  • Nous répondrons aux 10 meilleures nouvelles questions de la semaine.
  • Nous ne répondons pas aux questions d'ordre médical.

A consulter également

Les réponses sont élaborées avec la collaboration de: