Publié

L'impact des JO sur les villes organisatrices

Photo aérienne du site des JO 2012, à Londres, deux ans avant son ouverture, le 21 juillet 2010 [AFP]
Photo aérienne du site des JO 2012, à Londres, deux ans avant son ouverture, le 21 juillet 2010 [AFP]
Les villes candidates aux Jeux olympiques proposent souvent des plans ambitieux de restructuration du tissu urbain. Ceci constitue d'ailleurs un plus dans leur candidature. Mais qu'est-ce que cela recouvre concrètement pour les habitants des quartiers concernés? Pour répondre à ces questions, RTSdécouverte a interrogé Claire Mahon, avocate internationale en droits de l'homme, chercheuse associée à l'Institut de hautes études internationales et du développement à Genève.

Vous invitez du monde à la maison… et vous faites le ménage, pour accueillir vos invités dans les meilleures conditions. Quand les villes organisent des événements internationaux, elles font la même chose. Le ménage consiste en destructions de logements insalubres, évictions, déplacements de populations, voire condamnations. Derrière les cortèges d'athlètes des Jeux Olympiques, un autre défilé: celui des sans-abri, des minorités ethniques, des populations défavorisées qui sont déplacées pour ne pas choquer les touristes.

Deux millions de personnes déplacées

Le Centre sur les droits du logements et les évictions (COHRE) a passé trois ans à réaliser un rapport de 180 pages sur les dessous de l'organisation des Jeux Olympiques pour sept villes (Séoul, Barcelone, Atlanta, Sydney, Athènes, Pékin et Londres). Ces Jeux Olympiques se sont traduits par le déplacement de plus de deux millions de personnes au cours des 20 dernières années. Ce sont particulièrement les Roms, les sans-abri, les pauvres, les Afro-américains qui ont été touchés. En 1988, 720'000 personnes ont été déplacées de force à Séoul. A Pékin en 2008, on estime que ce sont 1,25 million d'habitants qui ont subi le même sort.

Qui gagne, qui perd?

Les déplacements de population prennent plusieurs formes. Les quartiers les plus insalubres sont détruits, leurs résidents étant relocalisés de force. Cela pourrait être positif si on leur proposait un meilleur logement. Mais trop souvent, le remplacement de ces quartiers par des habitations de plus haut standing force des personnes à faible revenu à quitter la ville pour la périphérie. L'offre en logements sociaux ou à loyer modéré s'amenuise. Les minorités et les pauvres sont plus spécifiquement discriminés. De nouvelles lois sont appliquées qui criminalisent les sans-abri (9000 arrêtés à Atlanta). Dans certains pays comme la Chine, les personnes qui tentent de protester sont emprisonnées.

Les JO ne sont pas l'exception

Les Jeux Olympiques ne sont pas les seuls à avoir ce type d'impact sur les villes. Toutes les méga-manifestations, Coupe du Monde, Expositions universelles, concours de Miss Univers, sommets de pays, produisent les mêmes effets. Faut-il pour cela les interdire? COHRE et d'autres organisations de droit au logement en appellent plutôt aux villes organisatrices pour qu'elles respectent des directives internationales. Ces directives reconnaissent l'héritage des grandes manifestations mais demandent que tous en bénéficient. Cela fait d'ailleurs partie de la Charte Olympique.

RTS Découverte

Publié