Histoire de la chasse aux sorcières

Chasse aux sorcières
Chasse aux sorcières [Erica Guilane Nachez - Fotolia]
En Europe, la chasse aux sorcières connaît son paroxysme de 1560-1580 à 1620-1630, pour se terminer vers 1680. On parle de 100'000 procès, avec 70 à 80'000 exécutions pour lesquelles 70% des condamnées sont des femmes. Puisque la sorcellerie est issue de l’imagination de gens vivant dans une culture de la peur, aucune des personnes exécutées n’a jamais été prise en flagrant délit. Voici quelques éléments pour comprendre cet immense mouvement social.

Un mouvement européen essentiellement rural
La chasse aux sorcières est un large mouvement répressif, qui concerne toute l’Europe continentale, indépendamment des régimes politiques et des confessions religieuses (catholique ou protestante). Elle est présente dans les monarchies absolues comme la France de Louis XIV, les régimes républicains comme l’espace helvétique ou les Pays-Bas, ou les régimes royalistes comme l’Écosse. L’Angleterre et le monde méditerranéen sont très peu touchés, ainsi que l’Espagne et le sud de l’Italie où l’Inquisition ne considère pas la sorcellerie comme une hérésie.

Plus localement, la chasse aux sorcières est un phénomène très rural. Si les petites villes sont parfois impliquées, c’est rarement le cas des grandes. Il y a très peu de procès de sorcellerie à Paris ou à Rome. Par contre la répression est intense dans les régions montagnardes comme le Jura, le socle des Alpes, les contreforts des Pyrénées. La pensée magique propre à la culture paysanne est combattue par les élites locales, au nom de la lutte contre le diable.

Car l’Europe vit une époque troublée. Les régimes absolutistes montent en puissance, rigidifient la société autour d’eux. Les certitudes et les sécurités qui avaient existé pendant très longtemps, dans un monde unifié par le catholicisme, sont fortement ébranlées par la Réforme. Dans cette période de peur, d’insécurité, les autorités affirment le pouvoir de l’État et de l’Eglise dans un univers chrétien fissuré. Il faut discipliner les populations, faire des exemples. La justice laïque poursuit la sorcellerie car l’Eglise ne dispose pas du droit de glaive. Les zones frontières entre catholiques et protestants sont très marquées par la grande chasse.

RTS Découverte

Publié le 16 novembre 2017 à 10:55